10 000 livres de la BnF au format ePub en exclusivité sur iBooks

Stéphane Moussie | | 16:35 |  54

La Bibliothèque nationale de France a noué un partenariat avec Apple pour rendre disponible en exclusivité sur l'iBooks Store 10 000 livres au format ePub de sa Collection XIX. Les 100 premières œuvres sont disponibles depuis hier, 15 décembre. Il y a en des gratuites, de nombreuses à 0,99 € et quelques-unes à 1,49 €.

La Collection XIX « permet au lecteur du XXIe siècle d’associer plaisir de la lecture de classiques à la découverte de livres rares et quelquefois corrosifs », expose la BnF. Alfred de Musset, Guy de Maupassant, Alphonse Daudet, Victor Hugo, Marie Curie et John Stuart Mill font partie des premiers auteurs disponibles sur iBooks.

Les livres sont « édités dans la meilleure qualité possible [...] et proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture. » Ajoutons qu'il n'y a pas de DRM, comme nous l'a précisé la BnF.

L'exclusivité obtenue par Apple est temporaire. « Un an après la publication des formats ePub, les ouvrages numériques seront diffusés par tous les libraires en ligne et seront 6 ans plus tard en libre accès sur Gallica (la plateforme de la BnF, ndr) », indique le communiqué de presse.

Certains se sont émus d'un « embargo » de 6 ans sur des ouvrages du domaine public, mais l'exclusivité concerne uniquement cette édition ePub. Les textes sont toujours disponibles sur Gallica, en moins bonne qualité, certes.

Le site spécialisé ActuaLitté parle, lui, d'un « domaine public assujetti à l'intérêt marchand » et rappelle un commentaire de Jack Lang, ancien ministre de la Culture, sur l'exploitation que la BnF fait de son fonds patrimonial :

Cette commercialisation d’œuvres numérisées ne me semble pas conforme au principe même de sa mission. Et pour tout dire, cela revient à se moquer un peu du monde et du service public même que de revendre de la sorte des œuvres du domaine public — autrement dit, qui appartiennent au public...

La distribution de BnF-Partenariats, la filiale de la BnF qui a passé le contrat avec Apple, est assurée par Immatériel.fr, une plateforme française de distribution numérique, nous a indiqué son cofondateur Julien Boulnois. Par ailleurs, c'est le groupe Jouve qui a été choisi comme prestataire pour la fabrication des ePubs.

Remi Mathis, conservateur à la BnF et ex-président de Wikimedia France, explique quant à lui que le principe du service public est de mettre à disposition ces textes notamment sur Gallica dans la meilleure qualité possible, or convertir des images (les livres numérisés) en texte, puis des textes en ePub coûte cher, et le financement par un acteur privé est une solution.

Mise à jour 17h43 : précision sur les entreprises en charge de la fabrication et de la distribution.

Catégorie : 
Tags : 

Les derniers dossiers sur iGeneration

Ailleurs sur le Web


54 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar en ballade 17/12/2015 - 00:16 via iGeneration pour iOS

Lire sur un iPad c est ce que suggère Appl€? Et une bonne liseuse c'est pas mieux pour nos yeux?

avatar patrick86 17/12/2015 - 07:39

"Lire sur un iPad c est ce que suggère Appl€? Et une bonne liseuse c'est pas mieux pour nos yeux?"

La différence majeur est que l'iPad ne fait que liseuse, mais remplace aussi efficacement d'autres outils.

avatar rikki finefleur 17/12/2015 - 00:55

Ce que je trouve dommage (ou scandaleux) c'est que la bibliothèque nationale, donne en + une exclusivité à une firme qui utilise tous les moyens pour échapper aux impots en france, via des lignes comptables.
Impots et recettes qui financent nos bibliothèques par ailleurs.

Que le la bibliothèque nationale préfère une société qui utilise ce genre d'artifice et non pas une société sur notre territoire pose déjà un grande question d’éthique en son sein.

L'accord sncf et airIlesCaimans est du même ordre. D'ailleurs la sncf a fait machine arrière depuis.

avatar Domsware 17/12/2015 - 01:42 via iGeneration pour iOS

@rikki finefleur :
Au moins cet argent va dans la culture.

Pages