Ces usines qui transforment les iPhone en poussière

Florian Innocente | | 17:30 |  11

Où s’en vont mourir les iPhone usagés ? Du moins ceux qui ont réussi à trouver le chemin de la filière de récupération et de recyclage d’Apple. Bloomberg a récemment donné quelques éléments de réponse dans un article. Il s’avère cependant que la Pomme est presque aussi secrète sur cette activité qu’elle l’est sur la naissance de ses produits.

En 2014, la Pomme a récupéré 40 600 tonnes de déchets électroniques. Elle travaille avec plusieurs spécialistes de la collecte et du désassemblage de produits informatiques un peu partout dans le monde : Li Tong Group, Brightstar Corp, TES-AMM et Foxconn. Apple est l’un des clients de ces groupes qui comptent aussi HP, Huawei, Amazon, Microsoft etc. Mais son cahier des charges est plus strict que la moyenne, explique l’un des interlocuteurs anonymes de Bloomberg.

Source : Bloomberg — Cliquer pour agrandir

Le processus démarre par la collecte des iPhone dans les Apple Store (mais aussi de téléphones et ordinateurs d’autres marques apportés par des clients qui basculent sur iOS ou OS X). La Pomme dispose depuis longtemps d’un programme pour reprendre du matériel d’occasion et l’échanger contre un avoir pour un nouvel achat (lire aussi Apple Store : les tarifs de reprise pour les iPhone abîmés).

Selon son état, l’iPhone sera confié à un spécialiste du reconditionnement qui le remettra en circulation. Sinon, il partira dans le circuit du recyclage. Bloomberg a pris l’exemple d’une usine de Li Tong à Hong-Kong, entièrement dédiée à Apple, où les iPhone trop abîmés ou trop anciens pour être revendus sont complètement détruits.

Si un poids X de téléphones entre d’un côté de l’usine, le même poids doit ressortir de l’autre, une fois les opérations terminées. Elles sont au nombre de 10, réalisées dans des locaux fermés où l’on va tâcher de récupérer 100% des éléments constitutifs de ces appareils.

Les composants mémoire ont leur contenu effacé, même chose pour les logos d’Apple. Il est interdit également de mélanger des rebuts de produits Apple avec ceux d’autres marques, d’où l’obligation d’avoir des installations spécifiques pour la Pomme. Cette dernière a ses propres employés qui surveillent le cheminement des produits dont elle reste la propriétaire.

Apple privilégie l’option de la destruction complète des iPhone et paye ses partenaires pour ce service. Les téléphones sont démontés, leurs pièces sont triées puis déchiquetées. L’or et le cuivre partiront chez les uns, le verre et l’aluminium s’en iront chez d’autres pour renaître sous la forme de nouvelles pièces. Les partenaires d’Apple prenant leur commission sur ces reventes.

Une solution moins coûteuse consisterait à recycler les composants encore en bon état de fonctionnement, explique une responsable de Li Tong. Le groupe conseille par exemple des fabricants sur leurs design pour faciliter leur recyclage à terme. On apprend ainsi que des caméras de téléphones peuvent équiper des jouets (comme de petits drones pour les enfants) et que les écrans des tablettes Surface de Microsoft se sont retrouvés dans l’équipement passagers de taxis new-yorkais.

À l'arrière d'un taxi

Lisa Jackson, madame environnement chez Apple, a justifié ce choix de détruire complètement les iPhone usagés pour ne pas alimenter le circuit de la contrefaçon. Elle assure cependant qu’Apple planche sur la manière de réutiliser certains composants à l’avenir.

Dans ce secteur, la norme est de récupérer et recycler 70% du poids total des appareils sortis 7 ans plus tôt. D’après Lisa Jackson, Apple parvient à recycler environ 85% du poids d’un iPhone (et de téléphones concurrents), voire plus.

Dans le cas présent, cela signifie aussi que cette année, Apple devra collecter l’équivalent de 9 millions d’iPhone 3GS sortis en 2009/2010. Sachant que chaque année Apple a vendu à chaque fois (beaucoup) plus de téléphones, cette activité ne risque pas le chômage.


Les derniers dossiers sur iGeneration

Ailleurs sur le Web


11 Commentaires

avatar pablo_altes 07/03/2016 - 17:38 via iGeneration pour iOS

Fascinant !

avatar Hideyasu 07/03/2016 - 17:40 via iGeneration pour iOS

On imagine pas toute cette infrastructure et organisation pour mettre en pièces des téléphones ! Ils auraient juste pu filer les téléphones et "demerdez vous"

avatar Jack 07/03/2016 - 18:26

Ce qui est intéressant, c'est qu'Apple utilise un peu le même sytème que certains fabricants de montres suisses haut de gamme. Traditionnellement, lorsque vous faites réparer une montre, les pièces abîmes sont censées vous être remises en même temps que la montre réparée. C'est normal, vous en êtes propriétaire, après tout. Chez Apple comme chez certaines marques Suisses, on ne vous rendra pas la pièce abîmée remplacée pour ne pas risquer qu'elle se retrouve en circulation sur un appareil contrefait.

Ce qui est probablement parfaitement illégal, d'ailleurs.

avatar florian1003 07/03/2016 - 18:27 via iGeneration pour iOS

Poids != masse

avatar syquest14 07/03/2016 - 21:07 via iGeneration pour iOS

P = m x g
On échappe pas à la gravité sur cette planète (du moins au sol).

avatar bugman 08/03/2016 - 09:42 via iGeneration pour iOS

@syquest14 :
Effectivement. Si il veut aller sur la lune, il s'est trompé de marque. :p

avatar PiRMeZuR 07/03/2016 - 21:19 via iGeneration pour iOS

40 000 tonnes, ça me paraît énorme ! À 150g le téléphone, ça fait plus de 250 millions d'exemplaires recyclés rien que par Apple... Ou au moins 20 millions de MacBook Pro...
J'ai du mal à croire qu'ils ne mettent pas leurs déchets industriels dans le total pour gonfler le chiffre.

avatar Seccotine 09/03/2016 - 14:13

Florian s'est trompé entre les « tons » et les « metric tons ». Système impérial insupportable... Mais cela ne devrait pas trop changé ton étonnement car 1 ton c'est à peu près 910 kg.

avatar Alex56 08/03/2016 - 08:35

Moi aussi je veux jouer avec un rébus Apple !

avatar Seccotine 09/03/2016 - 14:14

Attention au sytème impérial :

1 ton != 1 metric ton (tonne)
1 ton = 910 kg

avatar Oncle Sophocle 09/03/2016 - 17:03 (edité)

Il serait intéressant de connaître le bilan environnement/carbone de la filière de récupération/recyclage des téléphones d'Apple, incluant les transports, le broyage à l'état de poudre des composants désassemblés, la refusion et l'extraction des éléments (métaux) valorisables.

Le choix destruction/recyclage systématique plutôt que désassemblage/réemploi des composants est-il réellement favorable à l'environnement ?

Il est vrai que la préservation de l'environnement et des ressources naturelles ne doit pas peser lourd devant les dividendes demandés par les actionnaires !