0% Apple



Le nouveau look de Firefox OS a comme un air de déjà vu

Au début de l’année, Mozilla a promis que son OS mobile allait recevoir une “énorme” mise à jour esthétique. Les choses semblent être en bonne voie puisque l’un des employés de Mozilla travaillant sur le projet en a dévoilé quelques captures d’écrans.

Et la ressemblance avec iOS 7 est pour le moins frappante. Beaucoup d’éléments d’interface sont repris, comme le système de notifications sur l’écran verrouillé, le multitâche, ou même l’absence de bouton “dessiné” dans l’OS. On retrouve également les icônes avec leurs dégradés colorés et les interfaces superposées avec des flous gaussiens.

Cette nouvelle version est également décrite comme plus “transparente” que la version actuelle, toujours d’un point de vue esthétique.

Il s’agira de la cinquième mise à jour du système (la quatrième, numérotée 1.4 devrait arriver d’ici les prochaines semaines avec le support de la LTE, du double SIM et de nouvelles fonctions pour l’appareil photo), cette version devrait quant à elle être numérotée 2.0.

Cette mise à jour devrait surtout améliorer l’ergonomie générale du système, avec une meilleure gestion de EverythingMe’s (un équivalent du Finder couplé à un moteur de recherche sur le web).

La version 2.0 de l’OS est attendue d’ici la fin de l’année, il faudra donc que les utilisateurs se montrent patients. À voir si d’ici là, l’OS aura vraiment trouvé son public, ou pas.

Tags:


Sosh parraine à son tour

Le parrainage fait partie des nouveautés apportées par les forfaits de nouvelle génération, sans engagement. Dans ce domaine, Joe Mobile reste le pionnier et celui qui a été le plus loin, mais ses concurrents s'y mettent aussi, a minima. Pour preuve, Sosh lance l'opération "Le mois du parrainage" à partir d'aujourd'hui.

Comme son nom l'indique, cette opération ne dure qu'un mois, du 18 avril au 18 mai 2014. Le principe est sinon le même, en gros : chaque client Sosh peut envoyer un mail à ses connaissances. Si un ami utilise le lien du mail pour créer un compte, il obtient un mois gratuit et cet ami bénéficie de deux mois gratuits sur son nouvel abonnement. Radin, l'opérateur low-cost d'Orange ne permet pas de cumuler : l'abonné qui parraine n'obtient qu'un mois d'abonnement gratuit, qu'il parraine une ou dix personnes.

Pour compenser, Sosh offre aux plus gros parrains chanceux un an d'abonnement gratuit. À condition de parrainer au moins trois personnes, on peut participer à un tirage au sort. Les dix gagnants à ce tirage bénéficieront d'un abonnement d'un an au forfait le plus cher de la gamme. Tous les détails sont disponibles sur le site de l'opérateur.



Autonomie record pour un smartphone Philips

L'un des talons d'Achille de l'iPhone, c'est sa batterie. Même si Apple investit sans compter dans l'optimisation de l'autonomie du smartphone, il est difficile de nier que celle-ci n'a rien d'exceptionnel. Même avec la maîtrise du logiciel et du matériel, on se heurte au bout d'un moment à un bête problème physique : plus le boîtier est petit, moins il y a de place pour une grosse batterie. Celle de l'iPhone 5s est d'une capacité de 1 560 mAh, ce qui lui confère une autonomie de 10 heures de conversation en 3G (chiffre Apple).

Quand on a moins de contraintes qu'Apple, il est possible d'aller beaucoup plus loin. Motorola a pu glisser une batterie de 3 500 mAh dans le Droid Maxx (exclusif à Verizon), ce qui lui confère une autonomie de 48 heures en « usage varié ». Plus loin de nous, Philips a lancé en Chine le W6618, un mobile de 5 pouces sous Android dont la coque, d'une épaisseur de 11,6 mm tout de même, cache une batterie d'une capacité de 5 300 mAh !

L'autonomie estimée de ce monstre est de 66 jours en veille (1 604 heures, contre 250 pour l'iPhone 5s), et de 33 heures en communication. Suffisant pour avoir l'oreille qui saigne, mais surtout pour s'éviter le transport d'un chargeur ou d'une batterie externe. Malgré cet atout, ce mobile reste un modèle milieu de gamme avec un processeur MediaTek quatre coeurs cadencé à 1,3 Ghz, 1 Go de RAM et un écran d'une résolution de 540 x 960 seulement - ce qui contribue à son impressionnante autonomie. L'appareil est disponible uniquement en Chine dans l'immédiat, pour l'équivalent de 200 euros environ.

[Via : FrAndroid]



Pono : le baladeur de Neil Young casse la baraque sur Kickstarter

Neil Young a réussi son pari : la campagne de financement participatif pour son baladeur audiophile en forme de Toblerone, le Pono, a largement dépassé son objectif initial (lire : Pono : plus d'un million de dollars pour le baladeur audiophile de Neil Young). L'équipe en charge de la production du périphérique avait besoin de 800 000$ pour lancer la fabrication de l'appareil, ce sont finalement 6,2 millions de dollars qu'elle a récolté. Autant dire que l'intérêt autour de ce produit est particulièrement élevé et que Neil Young avait vu juste dans sa quête (ce projet avait été proposé à Steve Jobs, qui l'a décliné) : offrir aux amoureux de la musique un baladeur capable de restituer la musique avec la plus grande justesse.

Au passage, le Pono se hisse à la troisième place des projets Kickstarter les mieux dotés, derrière la console Ouya et la montre Pebble. Afin de maintenir un haut volume de financement tout au long de la campagne, Pono a rajouté au fur et à mesure des éditions spéciales « Artist Signature » : des modèles griffés Elton John, Arcade Fire, Metallica, et bien évidemment Neil Young étaient proposés à la vente. Les vrais fans pouvaient également s'offrir pour 5 000$ un dîner VIP suivi d'un événement musical de Neil Young à Chicago (en tout, cette formule a généré 480 000$…)

Cet argent va permettre au fabricant de finaliser les caractéristiques techniques du baladeur, actuellement à l'état de prototype, et qui ne manquera pas d'évoluer d'ici les premières livraisons prévues au mois d'octobre.



Le smartphone modulaire de Google dès janvier 2015

Au terme de la première conférence destinée à présenter le projet Ara, Google a annoncé que la première mouture du smartphone modulaire, baptisée Grey Phone, sera disponible en janvier 2015, pour la modique somme de 50$. Pour ce prix, on ne devrait repartir qu'avec l'« endosquelette » (Endo), à savoir le châssis de base sur lequel viendront s'aimanter les différents modules qui offriront au smartphone son aspect ultra-personnalisé. Google compte aussi proposer une version haut de gamme aux coûts de production de 500$.

Cliquer pour agrandir

La personnalisation, c'est le coeur de ce projet mené par seulement trois ingénieurs à plein temps chez Google. Ara s'accompagnera d'un portail web dans le style de Moto Maker (destiné au Moto X), afin que le futur utilisateur puisse personnaliser son smartphone dans les moindres détails : sélection des modules, choix des couleurs, du design… mais également taille du mobile, puisque trois formats seront proposés : small, medium, large (de type phablette pour ce dernier). Si Android est fort logiquement le système d'exploitation, Google devra développer des pilotes afin que l'OS prenne en charge les différents modules; ce devrait être fait en décembre, soit juste avant le lancement du Grey Phone.

Les modules seront créés par des entreprises tierces. Potentiellement, tout est possible ou presque : capteurs photo, antennes, batteries, processeurs, écrans… Google espère créer un véritable écosystème matériel autour d'Ara, comme le moteur de recherche a su le faire pour le logiciel avec Android. Le MDK livré il y a quelques jours permet aux développeurs et aux fabricants de se lancer dans cette aventure; d'ailleurs, un module pourra renfermer autant de fonctions que le développeur l'aura souhaité : le capteur photo en façade pourra embarquer sa propre batterie qui améliorera l'autonomie du smartphone.

Cliquer pour agrandir

L'Endo a une durée de vie de 5 à 6 ans, assure le chef de projet Paul Eremenko; quant aux modules, c'est à la discrétion de l'utilisateur : si le besoin d'un espace de stockage plus important se fait sentir, il lui suffira de remplacer le module idoine par un autre, sans avoir besoin de changer de smartphone. Économiquement et du point de vue environnemental, le projet Ara est donc particulièrement intéressant.

Tags: ,


Samsung : bon démarrage du Galaxy S5, des produits Tizen et Android Wear à venir

Samsung a livré quelques informations sur le lancement du Galaxy S5 et ses appareils qui sortiront plus tard cette année. « [Le Galaxy S5] se vend beaucoup plus rapidement que le S4, mais il est difficile de donner des chiffres spécifiques étant donné qu'il s'agit du début de la commercialisation », a indiqué Yoon Han-kil, le senior-vice président de Samsung en charge de la stratégie produit, à Reuters.

Pas de chiffres précis donc, contrairement à Apple qui avait communiqué 9 millions d'iPhone 5s et 5c vendus après le premier week-end de disponibilité, mais Samsung assure que le S5 va faire bien mieux que son prédécesseur. 10 millions de Galaxy S4 avaient été vendus en un mois l'année dernière. Le nouveau modèle profite d'un lancement beaucoup plus large avec deux fois plus de pays concernés — 125 pays contre une soixantaine il y a un an.

Yoon Han-kil a par ailleurs annoncé que les smartphones Tizen allaient enfin arriver. Annoncés de longue date, il y aura un modèle haut de gamme et un autre plutôt destiné au milieu de gamme pour attirer plus de consommateurs. Le premier arrivera autour de la fin de ce trimestre.

Tizen est un système développé par Samsung, Intel et la fondation LiMo, qui doit permettre au fabricant sud-coréen de ne pas être totalement dépendant d'Android. Il a d'ailleurs remplacé Android par cet OS dans la deuxième génération de Gear.

La Gear 2 sous Tizen

Le SVP de Samsung a expliqué avoir essayé de lancer Tizen avec l'opérateur japonais Docomo et Orange, mais cela n'avait pas marché à cause « des mauvaises conditions du marché » (lire : Orange confirme que Tizen ne sera pas prêt pour 2013). « Nous avons changé de stratégie et nous allons sortir les smartphones dans quelques pays où nous pouvons bien faire cela », a indiqué Yoon Han-kil sans préciser si Orange sera toujours de la partie. L'objectif est que les smartphones Tizen représentent à terme 15 % de ses ventes totales de téléphones.

Le fabricant ne laisse pas pour autant tomber Android, qui reste son « principal business ». Il va d'ailleurs lancer une montre Android Wear plus tard cette année. Ce n'est pas une surprise, il figurait dès le départ parmi les partenaires de Google qui vont exploiter le système destiné à l'informatique vestimentaire.

Autre nouveauté à venir, une nouvelle version du Galaxy Note avec « un nouveau form factor » au second semestre. « Notre but ultime est de faire des produits que les consommateurs aspirent vraiment à avoir », a conclu Yoon Han-kil.



La 4G est arrivée dans les forfaits de Virgin Mobile

Les offres 4G sont lancées chez Virgin Mobile. Le MVNO qui s'appuie à la fois sur les réseaux de Bouygues et de SFR propose deux formules "IDOL" sans engagement avec ce surcroît de débit. Elles reprennent les caractéristiques des offres de B&You.

Dans le premier cas, on démarre à 19,99€ par mois avec appels et SMS/MMS illimités et 3 Go de data (une fois le quota dépassé le débit est réduit). Pour les appels à l'étranger, 52 destinations sont incluses avec un panaché d'appels compris vers des fixes et mobiles ou fixes seulement.

En poussant à 24,99€ par mois on passe à 5 Go de data et 1 Go supplémentaires à utiliser en Europe (au delà de ce quota on paiera 0,54€ le Mo). Les clients actuels de forfaits IDOL illimité (S, M ou XL) peuvent migrer dès maintenant vers ces offres via leur interface d'administration de compte.

Ces formules 4G sont aussi proposées avec engagement et éventuellement accompagnées d'un smartphone. Sur 24 mois les tarifs mensuels sont de 29,99€ et 34,99€ avec les conditions décrites précédemment et si l'on veut profiter de réductions supplémentaires sur le mobile 4G il faudra choisir entre les formules à 39,99€ et 49,99€.



Des millions d'appareils Android toujours vulnérables à Heartbleed

Google a réagi promptement à la découverte de la faille Heartbleed en patchant en quelques heures ses principaux services. Cette faille du protocole SSL permet à un attaquant de subtiliser des données normalement protégées.

Sur son blog dédié à la sécurité, Google indique ainsi que « toutes les versions d'Android sont immunisées à [la faille] CVE-2014-0160 »... toutes, sauf une. « À l'exception d'Android 4.1.1 », est-il précisé entre parenthèses.

Dans les statistiques d'utilisation d'Android, Google ne donne pas le détail des sous-versions de son système. On sait juste qu'Android 4.1.x représente 34,4 % des appareils utilisés — trois versions ont été sorties : 4.1.0, 4.1.1 et 4.1.2. Compte tenu du succès du système de Google, et de sa fragmentation, on peut imaginer que plusieurs millions de terminaux sont toujours sous Android 4.1.1.

Un porte-parole de Mountain View a confirmé à Bloomberg que, en effet, plusieurs millions d'appareils fonctionnent encore avec cette version spécifique. Le premier opérateur américain, Verizon, est actuellement en train de travailler avec les constructeurs pour déployer le patch.

Ce week-end, l'éditeur de logiciel de sécurité Lookout, qui a publié une app pour voir si son smartphone est touché, déclarait que plus de 80% des appareils Android 4.1.1 étaient toujours vulnérables.

Les utilisateurs doivent-ils s'alarmer pour autant ? Non, selon Lookout qui explique que les smartphones sont des cibles moins attrayantes pour les hackers malveillants car ils doivent être visés individuellement, contrairement à un site web qui permet de récupérer à lui seul les données de nombreuses personnes.

Sur le même sujet :



BlackBerry enregistre une part de marché de 0% aux USA

BlackBerry continue sa lente descente aux enfers. Après un trimestre entier passé avec la pancarte “à vendre” autour du cou, l’heure des comptes est arrivée. Au dernier trimestre de l’année 2013, BlackBerry se retrouve complètement écrasé sous ses concurrents avec une part de marché de 0% (inférieure à 1%) aux USA.

Alors qu’iOS et Android continuent leur bataille pour savoir qui sera numéro un, BlackBerry tente tant bien que mal de rester dans la course. Selon les chiffres du CIRP (Consumer Intelligence Research Partners) relayés par BGR, le nombre d’activations de terminaux BlackBerry représentait tout simplement 0%. Pire encore, la majorité des BlackBerry activés étaient des modèles destinés avant tout aux marchés émergents. Les modèles haut de gamme de la firme se vendent donc plus que mal.

On se souvient de l’espoir qu’avait placé la marque à la mûre dans son nouveau système d’exploitation BlackBerry 10 et sa nouvelle gamme de smartphones (lire : Test du BlackBerry Z10), mais l’effort fut vain puisque la majorité des téléphones que la marque vend sont sous la septième version de l’OS.

Concernant les autres, c’est Apple qui reste leader sur le marché américain avec une part de marché de 48%, largement boostée par l’arrivée des nouveaux iPhone 5c et 5s (la part de marché sur le trimestre précédent était de 34%). Android lui pointe à 46%, au coude à coude avec iOS, toujours sur le dernier trimestre de l’année 2013. Windows Phone reste stable avec 3% de part de marché. Même si les Lumia de Nokia se vendent bien, les volumes de ventes sont encore à des années-lumière de ce qu’Apple ou Samsung peuvent enregistrer.

Au-delà des ventes, c’est surtout l’image de marque de BlackBerry qui est en berne. La majorité des grandes entreprises ou institutions qui, avant, portaient une confiance aveugle en BlackBerry migrent massivement vers Android ou iOS (lire : L’US Air Force remplace ses BlackBerry par des iPhone). Si des nouveautés comme les tablettes, de nouveaux OS ou encore de nouveaux smartphones (comme le Z10) étaient censées redynamiser les ventes, on voit que tout cela se transforme malheureusement en échec. Les perspectives d’avenir semblent se rétrécir de plus en plus pour la marque, pourtant forte durant les années 2000.



Stéphane Richard : et la fibre dans tout ça ?

Et la fibre dans tout ça ?, s'interroge Stéphane Richard après l'accord entre Altice/Numericable et SFR. Le patron d'Orange redoute que les efforts de déploiement de ce mode d'accès à très haut débit ne subissent les contrecoups de cette fusion.

Il cite Bouygues qui pourrait ne plus avoir l'entrain nécessaire pour foncer « Bouygues était jusqu'à maintenant relativement timide et c'est pas aujourd'hui après ce qu'il s'est passé qu'on va les voir arriver de façon plus agressive ». Il évoque aussi Free, sur un ton sarcastique « [ils] sont forts pour mettre des distributeurs automatiques de cartes SIM, mais ils sont beaucoup plus discrets sur le terrain quand il s'agit de faire des investissements lourds dans les réseaux fixes ».

Un test de la Fibre d'Orange ce 11 avril 2014 à Croix-Rousse

Quant à SFR, c'est l'avenir d'un accord de déploiement conjoint de la fibre qui inquiète le PDG d'Orange : « Est-ce que le SFR nouvelle mouture, avec Numericable, va tenir ses engagements, va effectivement faire ces déploiements là où il s'est engagé à le faire, en particulier dans les zones où il y a du câble ? Il y a quelques zones où on peut être inquiet. »

Depuis fin 2011, les deux groupes travaillent de concert à l'installation de la fibre hors des zones à très forte densité de population, 80% du travail étant à la charge d'Orange et 20% pour SFR le tout pour éviter des doublons géographiques. Mais avec un SFR entre les mains d'un spécialiste du câble, il y a une incertitude qui commence à poindre : « Si au bout du compte (le déploiement) se résume à Orange, les collectivités locales et pas grand monde derrière, ça va être compliqué d'arriver à faire équiper tout le pays »

Du côté de Numericable la situation est a priori considérée de manière très pragmatique. Cité par l'AFP, Patrick Drahi assure que les contrats d'une entreprises achetée n'ont pas lieu d'être stoppés et rendus caduques.

[via AFP/Le Parisien]