Brevet



Brevet iPhone : pas de distraction en voiture

Texter ou conduire, il faut choisir… Mais malgré les messages de prévention, il est parfois bien difficile de ne pas consulter un SMS au volant, voire d'en envoyer un. Apple, qui s'est relancé à l'assaut de l'industrie automobile avec CarPlay, veut faire preuve de responsabilité au travers d'un brevet décrivant deux méthodes permettant de bloquer l'utilisation de certaines fonctions en voiture.

Le premier système protégé par le brevet 8,706,143 utilise l'accéléromètre de l'iPhone ainsi que d'autres capteurs (le GPS, par exemple), afin de déterminer si l'utilisateur est effectivement en train de conduire; auquel cas, le smartphone interdira l'usage d'applications susceptibles de distraire l'utilisateur. La seconde méthode tire parti de données provenant de la voiture en elle-même : lorsque celle-ci est en mouvement, l'iPhone bloque là aussi l'utilisation de ces mêmes apps.

Néanmoins, si le conducteur ne peut plus se servir de certaines fonctions de l'iPhone, le passager n'est pas soumis aux mêmes obligations. La technologie décrite dans le brevet permet ainsi l'usage du smartphone pour tous ceux qui sont dans la voiture en dehors du conducteur, en analysant l'environnement : si la personne n'est pas derrière un volant, l'iPhone débloque alors toutes les applications.

Comme pour tous les brevets, celui-ci (déposé fin 2008) pourrait bien ne jamais voir le jour dans l'iPhone, malgré son intérêt évident en matière de sécurité routière. La variété des situations (habitudes des conducteurs, type de véhicules…) nécessite sans doute un volume de tests particulièrement conséquent pour parvenir à une technologie fonctionnelle.

[Via : AppleInsider]

Tags: ,


Un brevet d'Apple pour des objectifs amovibles sur iPhone

Un brevet d'Apple de 2012 suggère de doter les appareils iOS d'une baïonnette pour y fixer des objectifs photographiques amovibles. Le document, repéré par Cult of Mac, prend un iPod touch de dernière génération comme exemple. C'est ce modèle dont l'appareil photo déborde légèrement de la partie arrière, ce qui semble être également le cas sur l'un des deux prochains iPhone évoqués par les rumeurs d'hier.

Olloclip 3 en 1 pour iPhone 5c

Des fabricants comme Olloclip se sont fait une spécialité de ces petits modules qui s'agrippent aux iPhone. Si ce n'est qu'ils utilisent, à défaut de mieux, une pince passablement disgracieuse pour tenir en place. Là, Apple a privilégié un système de fixation qui vient prendre appui sur la partie extérieure du capteur photo. Une manière plus élégante d'associer les différents éléments.

Une fixation par aimantation est également évoquée, mais écartée car moins sûre qu'une baïonnette. De là à imaginer qu'Apple entend modifier le design de ses iPhone pour démocratiser l'emploi de ces accessoires il y a un pas que l'on se gardera de franchir, même si la photo sur smartphones est devenue argument de vente chez tous les grands fabricants. Le brevet a été déposé en septembre 2012 et accordé aujourd'hui.

Sur le même sujet :
- Macworld 2014 : objectifs colorés pour Olloclip
- Test de l’Olloclip pour iPhone 5



Un brevet d'Apple avec revêtement oléophobique sur saphir synthétique

La possibilité de voir l'écran du prochain iPhone doté d'un revêtement en saphir synthétique est appuyée par un nouveau brevet. Tim Cook a confirmé il y a quelques semaines qu'Apple investissait lourdement dans ce matériau, par sa participation à la construction d'une usine aux États-Unis. Mais il n'est pas allé jusqu'à citer les produits qui bénéficieront de ces efforts (lire Foxconn produirait déjà des iPhone avec saphir synthétique & Mesa : une usine sans charbon et sans taxes). Actuellement, seule la petite surface sur la caméra arrière des iPhone utilise le saphir synthétique, ainsi que le bouton d'accueil des iPhone 5s.

Cette invention a été déposée en septembre dernier. Elle décrit le processus pour appliquer un revêtement oléophobique sur une fine couche de saphir synthétique, laquelle est appliquée sur les dalles des écrans de téléphones et tablettes. Un traitement que l'on connaît sur les iPhone depuis la génération 3GS, afin d'éviter que ne restent les empreintes graisseuses. Apple a mis au point un procédé adapté à une surface faite de saphir plutôt qu'au verre Gorilla Glass et pour s'assurer de sa longévité au fil de l'utilisation par les clients.

Un autre point relevé dans cette invention est qu'elle est compatible avec un traitement appliqué sur de grandes surfaces qui ne sont pas encore découpées aux tailles des écrans. Un point intéressant s'agissant de produits devant être fabriqués rapidement et selon de très gros volumes.

Sur le même sujet :
- Le pari d’Apple sur le saphir synthétique

[via AppleInsider]



Un système intelligent pour mieux gérer la batterie de l'iPhone

Suivre l'utilisation qui est faite d'un appareil pour augmenter la vie de la batterie, voilà une idée intéressante. Plus qu'un concept, grâce à un nouveau système de gestion, Apple serait en train d'analyser les habitudes des utilisateurs pour ajuster en fonction la performance de ses appareils.

Une fois de plus c'est une demande de brevet Apple, qui montre ce sur quoi Cupertino travaille. Déposé à l'US Patent and Trademark Office (USPTO) et baptisé "Inferring User Intent From Battery Usage Level and Charging Trends", l'idée est surveiller les cycles de charge et décharge d'un appareil pour en prévoir son utilisation à l'avenir. En tenant compte des prévisions calculées, l'iPhone pourrait alors modifier lui-même différents paramètres et s'adapter ainsi à son propriétaire. La luminosité de l'écran ou la vitesse du CPU sont, par exemple, des réglages qui permettraient de booster au mieux la puissance de la batterie.

L'optimisation de l'autonomie de la batterie a toujours été un point crucial sur le marché mobile. Or, d'un appareil à l'autre, et d'un utilisateur à l'autre, la consommation varie. La demande de brevet déposée par Apple imagine ici un moyen d'ajuster le fonctionnement de l'iPhone selon son usage. Pour affiner ce système, Cupertino estime qu'en tenant compte de données du gyroscope, du capteur de luminosité, de l'emplacement géographique ou encore du réseau utilisé, il est possible de dresser un profil détaillé. L'appareil peut ainsi réagir plus rapidement au changement de situation et de comportement.

Pour aller plus loin, on peut voir des applications interagir ensemble. Exemple simple : lors d'une pause café et de l'utilisation d'un système de paiement mobile pour régler ce dernier, l'iPhone peut en déduire une activité plus faible pour les 20 à 30 prochaines minutes ou encore anticiper l'ouverture d'une application spécifique comme un jeu ou le suivi d'actualités. Avec un tel dispositif, le smartphone autogère en quelque sorte la vie de sa batterie.

[Via : AppleInsider]



Brevet : une interface magnétique pour connecter des accessoires à l'iPad

Le bureau américain des brevets et des marques déposées (USPTO) a publié jeudi dernier un brevet déposé en 2013 par Apple qui décrit comment le système d'aimants utilisé par l’iPad pour maintenir en place la Smart Cover pourrait passer à la vitesse supérieure dans de futurs iPad. Son rôle serait alors celui d’une sorte d’interface intelligente, permettant à une tablette de communiquer avec des accessoires ou avec un second iPad.

Le brevet Magnetic Attachment Unit permettrait à l’iPad de communiquer avec un support, un dock, un touchpad, un joypad ou bien encore une caméra.

Le brevet décrit également comment grâce à ces aimants deux iPad pourraient être connectés. Mis bout à bout, ils pourraient offrir ensemble une surface tactile plus importante. On pourrait également utiliser deux iPad et s’en servir comme deux entités séparées, l’un servant d’écran et l’autre affichant le clavier virtuel.

Le brevet évoque aussi d’autres interfaces pour contrôler la tablette, comme un anneau magnétique que l’on porterait au doigt et que l’on passerait au-dessus d’un capteur Touch ID détectant aussi les champs magnétiques. Certaines illustrations du brevet présentent même un stylet.

Ce système d’interface magnétique pourrait-il remplacer le connecteur Lightning comme interface ou s'y associer ? Sera-t-il un jour concrétisé dans un produit ?

C’est impossible à prévoir comme d'habitude, car une partie des brevets déposés par Apple, de même que par la plupart des grandes sociétés, ne servent qu’à les protéger d’adversaires commerciaux qui risqueraient de venir concurrencer leurs technologies propres. En déposant des brevets avant ses concurrents, elle prend les devants et limite les risques de se voir concurrencer facilement.



Apple brevette des écouteurs traqueurs d'activité

Partant du principe qu'on écoute souvent de la musique pendant une séance de sport, Apple a inventé un « système de traqueur sportif pour des casques et/ou des écouteurs ». Cette tâche actuellement dévolue au coprocesseur M7, qui surveille tous les capteurs de l'iPhone, pourrait être déportée dans les écouteurs selon le brevet 8,655,004.

Déposée en 2008, cette invention présente plusieurs avantages par rapport à une puce intégrée à un téléphone. Grâce à son positionnement dans l'oreille, le système serait capable de prendre la température du corps et de mesurer la transpiration et la fréquence cardiaque, entre autres. Pour relever ces données, Apple explique que le dispositif disposerait d'au moins un accéléromètre et un capteur biométrique.

Les écouteurs étant dotés de capteurs de mouvement, Cupertino a pensé autoriser certaines actions par des mouvements de la tête. Un hochement de la tête permettrait par exemple d'indiquer si oui ou non on veut répondre à un appel entrant.

Ce brevet n'est pas le premier du genre. En 2009, Apple avait protégé une invention qui consistait en gros à intégrer un kit Nike+ dans des écouteurs. L'entreprise s'intéresse donc depuis longtemps aux traqueurs d'activité. Ces recherches pourraient se concrétiser bientôt si l'on en croit les dernières rumeurs sur iOS 8 et l'iWatch (lire : iOS 8 et l’iWatch surveilleraient votre santé).

Sur le même sujet :

[Source Apple Insider]



Samsung veut faire mordre la poussière à Dyson

Samsung est plus heureux en procès lorsqu'il s'agit d'aspirateurs. Le groupe coréen a attaqué son concurrent, l'anglais Dyson, au motif « d'allégations intolérables » et il lui réclame 9,4 millions de dollars dommages et intérêts (6,8 millions d'euros). Un montant préliminaire qui peut être amené à augmenter si le jugement présente une issue favorable. En août dernier, Dyson avait porté plainte contre Samsung à propos de son nouvel aspirateur, le Motion Sync.

Samsung Motion Sync

En jeu, un système directionnel permettant à l'appareil de bien mieux rester dans les pas de son utilisateur lorsque celui-ci le tire derrière lui et tourne autour de son mobilier. « Un plagiat cynique » s'était écrié James Dyson, en pointant l'un de ses propres modèles. Trois mois plus tard, l'anglais avait ravalé de sa superbe et retiré sa plainte. Samsung ayant produit des documents montrant qu'il travaillait depuis déjà longtemps sur cette technique.

Samsung estime aujourd'hui que la procédure de Dyson à son encontre a nui à son image et il entend obtenir réparation devant les tribunaux, qualifiant au passage l'attaque ratée de Dyson de « manoeuvre marketing ».

Dyson DC39

[via Korea Times & Fortune]



Brevet : un iPen avec projecteur intégré

On l’a déjà vu plusieurs fois, les brevets d’Apple peuvent réserver quelques surprises (lire par exemple Un brevet d’Apple présente un MacBook avec un écran double-face). Et celui-ci fait partie des brevets surprenants, puisqu’il s’agit… d’un stylet ! Mais pas n’importe quel stylet : celui-ci se veut évolutif et modulable et il est plutôt impressionnant.

Décrit comme un "Modular iPen" par Patently Apple, le fonctionnement du stylet repose sur le principe de module additionnel. Le module de base, avec la pointe, intégrerait les composants essentiels (processeurs, connecteurs…). C’est à cette base que viendraient se greffer différents modules, par exemple, un pointeur laser, un gyroscope, un enregistreur audio ou encore une caméra, et même un projecteur.

Le brevet décrit un système d’édition de document assez ingénieux. Il suffit de projeter le document sur une surface plane et le stylet pourrait servir directement sur l’image projetée. Deux modes de projection sont décrits dans le brevet, l’un passerait par le module ajouté, l’autre serait implanté directement dans la base et l’image envoyée via la pointe du stylet.

Ce stylet serait donc en quelque sorte un produit à part entière, pouvant fonctionner seul, ou du moins sans l’appui direct d’un iPhone ou d’un iPad, même si son objectif premier d’être un accessoire pour appareils iOS.

Cependant, il ne faut pas oublier que tout cela ne reste "qu’un" brevet. Même si Apple semble s’être penchée sur le sujet, cela ne veut pas forcément dire qu’un produit réel doit suivre, surtout quand on se souvient l’amour très modéré que portait Steve Jobs aux stylets…

Tags: ,


Brevet Apple : un dock sans fil intelligent pour appareils mobiles

Une nouvelle publication de l'USPTO fait état d'un nouveau brevet Apple. Cupertino a imaginé un système de dock pour recharger un appareil par induction, synchroniser des données ou encore effectuer des tests et autres diagnostics.

Le brevet 8,645,604 déposé en 2012 est aujourd'hui validé. Parmi ses nombreux projets et idées, Apple a imaginé un dock intelligent composé d'un processeur, d'une mémoire, d'une alimentation interne et de multiples capteurs. L'appareil en question est décrit comme étant une possible technologie de transfert de données entre un smartphone ou une tablette et une machine tel qu'un ordinateur. La communication d'un appareil à l'autre peut se faire avec ou sans fil, précise le document.

D'autre part, le dispositif pourrait être capable de reconnaître de quelle façon sont posés les appareils. Le dock serait, par exemple, capable de savoir sur quelle face est posé un smartphone. Dans le cas où l'écran est face contre le dock, le terminal serait rechargé par induction, tandis que posé sur le dos, c'est la synchronisation des données qui serait activée.

Comme toujours, il est difficile de savoir si oui ou non Apple prévoit de créer un tel produit, mais on remarque évidemment que la compagnie s'intéresse au sans-fil et à la recharge par induction. Ce genre d'idées associées à l'iWatch ou à tout autre accessoire iOS pourrait être plus qu'intéressant. Le projet de dock intelligent n'est pas une nouvelle idée. En décembre dernier, un brevet pour un dispositif similaire avec reconnaissance et commande vocale avait également été déposé. Pour l'heure, les docks ne sont pas capables d'interactions très complexes et ils se contentent simplement de jouer un rôle de réveil ou de haut-parleurs.

[Via : Apple Insider]



Apple réfléchit à l'utilisation du saphir synthétique dans un brevet

L'USPTO a accordé une nouvelle demande de brevet à Apple. Cette fois Cupertino s'intéresse aux utilisations du saphir synthétique, un matériau très résistant.

Une nouvelle méthode d'assemblage du saphir synthétique à un dispositif électronique a été imaginée par la Pomme. Intitulé "techniques de fixation", le brevet détaille diverses possibilités pour fixer solidement le matériau à un terminal. Apple envisage notamment d'utiliser le saphir synthétique pour protéger l'écran. Les iPhone disposent actuellement de verre Gorilla fabriqué par Corning pour être protégé des rayures.

Par rapport au verre actuel qui est déjà très résistant, le saphir synthétique permettrait d'aller encore plus loin. Apple souligne le fait que la conductivité thermique de ce saphir est équivalente à certains métaux. Le matériau pourrait ainsi servir à dissiper la chaleur dégagée par l'appareil.

Apple mise incontestablement sur ce matériau. Elle a investi 578 millions de dollars dans une usine de production de saphir synthétique en novembre 2013. À l'avenir, ce matériau pourrait jouer un plus grand rôle que protéger l'appareil photo des iPhone 5 et le capteur Touch ID du 5s.

Sur le même sujet :

[Via : AppleInsider]