Free mobile



Des soucis avec Free Mobile

Nous avons reçu plusieurs témoignages de lecteurs ayant des problèmes avec Free Mobile depuis ce matin. Pour la plupart d'entre eux, ils sont dans l'impossibilité d'envoyer des SMS ou d'appeler.

C'est le cas de Mathias, qui avait activé l'option "Forfait bloqué". Dans son cas, il a réussi à passer des coups de fil et envoyer des SMS en désactivant cette option sur son compte client.

On ignore si cette astuce est la solution à tous les problèmes. Nous manquons de recul et de témoignages. N'hésitez pas à nous faire part de vos expériences dans les commentaires.

Certains sur Twitter ont eu le service client de l'opérateur qui affirme qu'une mise à jour des antennes faite dans la nuit est à l'origine de ces problèmes. Comme souvent dans ce genre de cas, la page Informations réseau sur le site de l'opérateur ne contient aucune information. À suivre…



Free Mobile baisse le coût du roaming

En fin de journée, Free Mobile a envoyé un mail à ses clients afin de leur faire part de ses évolutions tarifaires. Le prix des forfaits reste inchangé, l'opérateur de téléphonie mobile a apporté des changements à ses tarifs internationaux. Sans entrer dans les détails, le nouveau venu explique que ses prix ont été revus à la baisse dans 101 destinations et à la hausse dans 9 destinations.

Les changements concernent essentiellement les prix des SMS envoyés vers l'étranger et la DATA en roaming. Ainsi, avec les conditions actuelles, le mégaoctet était facturé 5,12 € en Allemagne. A partir du 1er juillet, il vous en coûtera 0,84 €. On constate des baisses similaires pour de nombreux pays européens (Belgique, Espagne, Italie, Suède…). On notera que la fiche tarifaire de Free Mobile est un peu plus lisible. Les prix sont ramené au Mo, et non plus au Ko.

En ce qui concerne les SMS, un message envoyé vers un portable en Suisse vous coûtera 0,1 €, contre 0,24 € précédemment. Cette baisse concerne également de nombreux pays européeens.

Si cette baisse est à saluer, il convient aussi de la relativiser. A titre de comparaison, Orange propose à ses clients qui voyagent en Europe un pass comprenant 10 Mo de DATA pour 5 € par jour.

Enfin, petit détail qui nous avait échappé, sachez que Free Mobile possède une assistance par télécopie. Comptez 1,35€ par appel + 0,34€/mn.

Il est à noter que les tarifs à la baisse seront appliqués à partir du 1er juillet et ceux à la hausse à partir du 1er août. Pour comparer les prix, vous pouvez télécharger ces deux fichiers PDF (avant / après). Enfin, l'opérateur précise que les conditions générales d’abonnement du 24 avril 2012 [document PDF] seront applicables à l’ensemble des abonnés à compter du 1er août 2012 (lire : Free Mobile active l'option multiligne [MàJx2]).



Free Mobile règle ses problèmes de débits 3G

La semaine dernière, on évoquait la baisse soudaine des débits 3G pour les abonnés Free Mobile un peu partout en France (lire : Free Mobile : débits 3G en baisse pour certains utilisateurs). Jusque-là très bons, ils sont devenus médiocres pour bon nombre d'utilisateurs et la baisse commençait à se faire sentir, notamment pour télécharger des applications ou pour du streaming.

Univers Freebox indique aujourd'hui que ce problème est en passe d'être réglé. On n'est pas encore revenu à la situation normale, mais l'opérateur a pris des mesures pour améliorer ses débits. Le matériel nécessaire à l'augmentation des débits en itinérance a été commandé par Free Mobile.

Le jeune réseau de l'opérateur a encore du mal à gérer ses abonnés. Alors que ce problème de débits 3G devrait bientôt n'être qu'un mauvais souvenir, d'autres utilisateurs se plaignent de connexions difficiles, voire impossibles, sur les antennes de Free Mobile. Univers Freebox explique que ce problème n'est pas généralisé et qu'il peut se régler en forçant la connexion au réseau Orange (lire : Forcer Free Mobile sur le réseau Orange pour gagner en autonomie).

Après la 3G, Free Mobile devra s'attaquer à la 4G, un enjeu primordial pour son avenir. L'opérateur mobile de Xavier Niel a déjà obtenu la fréquence des 2600 MHz pour son réseau 4G, mais cette fréquence n'est pas très efficace pour couvrir de larges zones, ni pour entrer dans les bâtiments.

Comme l'explique le journal Les Echos, l'ARCEP envisage toutefois de transformer la bande 1800 MHz, réservée jusque-là à l'EDGe, en bande 4G. Cette opération pourrait permettre au nouvel entrant d'obtenir une meilleure bande, mais il faudra pour cela que les trois opérateurs acceptent de lui céder une partie, ce qui n'est pas dans leurs intérêts.

Pour Free Mobile, l'espoir pourrait venir d'une règle d'égalité imposée par l'Europe : l'ARCEP pourrait alors forcer la main des opérateurs historiques. Reste une inconnue : est-ce que l'entreprise de Xavier Niel pourra se permettre le coût certainement très élevé de l'attribution de cette bande passante ? On devrait en savoir plus pendant l'été…



Free Mobile active son suivi conso

Free a activé son service de suivi conso. Il suffit d'envoyer un SMS (quelconque ou même une espace) au 999 pour obtenir le détail du total des communications voix effectuées, le nombre de SMS et MMS envoyés ainsi que la data consommée (via @sebclick).

A noter, toujours à propos de Free Mobile, nous indiquions dans la journée que la messagerie visuelle vocale était sur le point d'entrer en service. Une information venue de la direction de Free mais qui nous a été démentie depuis par un autre responsable en interne. Peut-être y-a-t-il eu à l'origine une confusion entre l'arrivée de cette MVV et du suivi conso. A suivre donc et nous sommes désolés pour la fausse joie.



Free sur le point d'activer la messagerie vocale visuelle

Selon nos informations, Free mobile devrait activer la messagerie vocale visuelle très prochainement, peut-être même d'ici la fin de la journée. Les utilisateurs d'iPhone clients du quatrième opérateur français devraient ainsi avoir droit à cette fonction très pratique d'iOS.



Free Mobile : débits 3G en baisse pour certains utilisateurs [MàJ]

Pour les abonnés Free Mobile, les gros problèmes et bugs des débuts sont désormais une histoire ancienne. On peut maintenant appeler et recevoir des appels du premier coup et les messages texte partent et arrivent sans interruption.

Tout irait pour le mieux, si un autre problème ne faisait pas surface. Depuis quelques jours, de nombreux abonnés se plaignent de baisses significatives de débits en 3G. Pour en avoir le cœur net, le site Lyon Capitale a réalisé une série de mesures dans l'agglomération lyonnaise et son constat est sans appel.

Depuis environ trois semaines, les débits moyens tournent autour de 1000 kbps en téléchargement alors que l'on dépassait sans problème les 4 à 5 Mbps au départ. Pour ne pas se tromper, le site a réalisé plusieurs mesures à différents points de la ville et avec plusieurs terminaux mobiles. Pis, une antenne Orange offre à un téléphone chez Sosh situé au même endroit des débits bien meilleurs : il ne s'agit donc pas d'une saturation du réseau.

Difficile pour l'heure de tirer des conclusions. Orange a répondu à LyonCapitale que les débits de Free Mobile n'étaient pas bridés de leur côté, mais l'opérateur de Xavier Niel n'a pas apporté sa réponse. S'agit-il d'un bridage volontaire ou d'une simple erreur technique ?

Quoi qu'il en soit, nous avons nous-mêmes noté ce problème avec des débits assez faibles depuis quelques jours. Lyon n'est pas la seule ville concernée en France, des témoignages venus de plusieurs autres grandes villes en France vont dans le même sens.

Ces débits plus faibles ne sont pas gênants en navigation Internet au quotidien. Si vous avez l'habitude de télécharger régulièrement des applications ou de regarder des vidéos sur votre terminal mobile, ils vont en revanche vous compliquer la vie… Reste, à défaut, l'utilisation du réseau FreeWiFi_Secure qui s'avère, du coup, plus efficace (lire : Tout savoir sur Free Mobile et l'EAP-SIM).

[MàJ 20/06/2012@17h31] : la baisse des débits a également été constatée par le site Capital qui a commandé une enquête plus poussée encore. Les résultats sont assez mauvais pour Free mobile : en moyenne, le débit 3G chez les nouvel opérateur est de 380 Kbps seulement, contre 1119 Kbps en moyenne chez SFR ou Orange… Tests réalisés à Paris et Lyon, avec des terminaux Android et des iPhone.

Cette étude montre aussi que les problèmes d'appels sont largement résolus, quoique le taux d'erreur reste encore supérieur à celui des concurrents. Pour la 3G en revanche, la situation est très différente. Non seulement les erreurs sont fréquentes, mais les débits sont en outre assez médiocres. Free Mobile devra augmenter le nombre de passerelles avec le réseau d'Orange, mais les problèmes viennent aussi de son propre réseau et ils sont alors beaucoup plus graves.

L'opérateur a fait des choix utiles pour baisser le coût de ses antennes, mais qui limitent aussi leurs capacités. Les améliorer risque donc de prendre beaucoup de temps et surtout d'argent… Reste que l'entreprise de Xavier Niel n'a guère de choix : ses forfaits étant tous sans engagement, ses clients pourront repartir aussi vite qu'ils sont venus si la qualité du réseau reste problématique.

Sur le même sujet :
- Comparatif : les offres mobiles les plus rapides



Free Mobile aurait largement dépassé les 3 millions d'abonnés

Selon une étude menée par le cabinet Kantar Worlpanel, Free Mobile aurait bel et bien dépassé les trois millions d'abonnés, et les aurait même largement dépassés. À la mi-mai, le quatrième opérateur français bénéficierait de 3,6 millions d'abonnés, soit 7,9 % du marché. Le seul chiffre officiel donné par Free Mobile est de 2,6 millions d'abonnés à la fin du mois de mars (lire : Free Mobile n'a pas atteint 3 millions d'abonnés).

Xavier Niel aurait ainsi réussi son pari en prenant une place importante sur le marché et en rompant au passage l'équilibre entre les trois opérateurs historiques. Iliad, la maison mère de Free, a même atteint en bourse le niveau de Bouygues Telecom aujourd'hui, une performance incontestable.

Resterait un point noir pour Free Mobile : la rentabilité. Avec 7,9 % de parts de marché en nombres d'utilisateurs selon l'étude, l'opérateur ne gagnerait que 3,6 % du chiffre d'affaires. Les offres proposées à bas coût ne permettraient pas à l'opérateur d'obtenir suffisamment de revenus pour être rentable à ce jour. L'étude ajoute que la majorité des abonnés Free Mobile est aussi abonnée à Free et bénéficie ainsi de réductions commerciales qui pèsent sur la rentabilité de l'entreprise.

La semaine dernière, le directeur financier de Free a affirmé à nouveau que l'objectif était d'être rentable à moyen et long terme. Pour y parvenir, l'opérateur devra construire son propre réseau d'antennes le plus rapidement possible, mais aussi limiter la part du forfait à 2 €, beaucoup moins rentable que celui à 20 € par mois.

[Via : Le Monde]



Arnaud Montebourg critique vivement l'ARCEP [MàJ]

Dans une interview accordée à Challenges, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, attaque sans détour l'ARCEP, l'autorité de régulation des télécoms.

Pour le ministre, l'arrivée de Free Mobile entraîne d'ores et déjà des suppressions de postes dans le secteur de la téléphonie mobile : « L’hémorragie a déjà commencé. Notamment dans les réseaux de boutiques de téléphonie [Bouygues a mis un terme à son contrat avec The Phone House, ndr]. Mon objectif est que cette hémorragie s’arrête. »

Et d'accuser l'ARCEP, qui a permis à Free d'entrer sur ce marché, de « [s’intéresser] exclusivement à la concurrence sans limites. » « Comment donc avons-nous trouvé le génie de mener la concurrence du marché à un tel point qu’il s’autodétruit ? » s'interroge M. Montebourg.

Le ministre veut « remettre de l’ordre dans les télécoms. Et en particulier, s'interroger sur le rôle de l’Arcep » qu'il accuse de « [faire] des choix politiques en lieu et place du politique ».

C'est la ministre déléguée à l’économie numérique, Fleur Pellerin, qui aura la charge du dossier. Un dossier qui pourrait figurer, comme beaucoup d'autres, dans le cadre de la « grande concertation » numérique qui débutera cet été.

[MàJ 15/06 15h05] : Au lendemain du lancement de Free Mobile, Arnaud Montebourg avait posté ce tweet toujours en ligne : « Xavier Niel vient de faire avec son nouveau forfait illimité plus pour le pouvoir d'achat des Français que Nicolas Sarkozy en 5 ans. »



Free réussit bien par rapport à ses homologues européens

Lors d'un sommet organisé par Reuters, le directeur financier de Free Mobile, Thomas Reynaud, a distillé quelques nouveaux éléments sur le parcours du nouvel entrant dans le monde de la téléphonie mobile.

Comparés aux expériences d'autres quatrièmes opérateurs entrants en Europe, les débuts de Free sont une franche réussite. En Grande-Bretagne, Hutchison avec la marque « 3 » a mis neuf ans pour grappiller 10 % de parts de marché et dégager des bénéfices. En Espagne, Yoigo a dû attendre cinq ans pour atteindre un cash flow positif et 3 millions de clients.

Au 31 mars, Free Mobile comptait 2,6 millions d'abonnés, soit 4 % de part de marché. « Il a fallu aux autres acteurs européens cinq à sept ans après leur lancement pour devenir rentable. Nous allons essayer d'y arriver plus rapidement » ambitionne Thomas Reynaud dans des propos rapportés par Les Échos.

« Le deuxième trimestre a été bon en termes de recrutement » a également déclaré le directeur financier de Free Mobile sans préciser le nombre de nouveaux venus. « Sur la base du premier semestre, nous n'avons jamais été aussi confiants dans notre capacité à atteindre notre objectif de doubler la taille du groupe d'ici 2015, avec un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros. »

Par ailleurs, une offre qui concerne la Freebox a débuté aujourd'hui sur le site Vente Privée. L'abonnement Freebox V5 avec l'option TV est proposé à 1,99 € par mois pendant 1 an.

[Via Univers Freebox]



Free Mobile : le point sur les nouveautés à venir [MàJ]

Samedi dernier s'est tenue la traditionnelle rencontre entre la direction de Free et des membres de la communauté des freenautes. L'occasion pour l'opérateur de s'expliquer sur plusieurs sujets.

À propos du forfait à 2 € qui ne permet pas de passer des appels vers l'étranger, un crédit de communication de 5 € prévu à cet effet sera disponible prochainement. En revanche, il ne sera toujours pas possible d'appeler de l'étranger avec ce forfait.

Des nouveautés feront également leur apparition prochainement — aucune date n'a été précisée — dans l'espace abonné comme la possibilité de bloquer son forfait en cas de vol ou de perte et de commander une nouvelle carte SIM ainsi que la consultation de la facture en pdf.

Le suivi de la consommation sera également accessible sur mobile tout comme la messagerie visuelle. L'application Free Mobile Stats [2.2 – Français – 0,79 € – iOS 5 – Free Mobile Stats] permet déjà d'accéder à ces élements à partir de son iPhone.

Par ailleurs, la directrice des abonnées, Angélique Berge, a répondu aux attaques concernant les conditions de travail des employés de l'opérateur, dont notamment le témoignage qui était paru sur Rue89 (lire : Plongée dans l'enfer du lancement de Free Mobile) : « Certes, certains de nos collaborateurs étaient frustrés parce qu’ils ne connaissaient pas l’offre Free Mobile mais lorsque l’on a deux forfaits simples, on n’a pas besoin de beaucoup de formation pour en faire le tour ».

[MàJ 11/06@14h58] : Univers Freebox a posté un nouvel article rendant compte d'autres points abordés lors de cette rencontre.

Sans surprise, Free veut disposer de son propre réseau aussi vite que possible afin de réduire ses coûts. Pour cela, l'opérateur va tout d'abord densifier les zones où ses antennes sont déjà présentes pour que les communications passent par son réseau — l'ANFR notait dans un rapport au mois de mai qu'une grande partie des appels était prise en charge par Orange (lire : Free Mobile : 30,8 % de la population couverte d'après l'ANFR).

Le nouvel opérateur dit maintenant ne plus avoir de problème concernant les communications. Seul problème reconnu, des débits de DATA trop faibles pour certains abonnés.

Free envisage bien d'intégrer des modules femtocells à ses Freebox, tout en précisant que cela n'est pas destiné à améliorer le maillage de son réseau.

Autre sujet, l'accès au réseau F-Contact, un genre de mutualisation des réseaux des différents opérateurs dans les zones blanches. Dans ces zones, les opérateurs se vendent les minutes de communication et la DATA chers, un investissement que Free n'est pas prêt à faire pour le moment. « Si vous connaissez des personnes habitants dans ces zones, il vaut mieux leur dire de ne pas venir chez Free Mobile pour le moment » a reconnu Xavier Niel.

[Via Univers Freebox]