ITunes Store



Sécurité sur l'App Store : le mieux est l'ennemi du bien ?

skitchedÀ l'été 2010, quelques personnes mal intentionnées ont détourné de nombreux comptes iTunes aux mots de passe un peu trop simples (lire : App Store « hacké » : Apple réagit). Malgré un renforcement de la sécurité des boutiques d'Apple (lire : Apple renforce (un peu) la sécurité de l'iTunes Store), les comptes américains utilisant PayPal ou des cartes iTunes sans carte bancaire protégés des sont encore parfois détournés (lire : US : des comptes iTunes liés à PayPal hackés). Pire encore : échaudée, Apple a maintenant la main lourde et ferme un peu rapidement tout compte jugé suspect, même lorsque celui-ci est parfaitement en règle.

Crunchgear rapporte ainsi l'histoire de Mike, un lecteur donc le compte, alimenté par cartes iTunes, a été « piraté » en janvier dernier. Apple a réagi rapidement, restaurant ses 80 $ de crédit iTunes. Pourtant au début du mois, son compte iTunes a à nouveau été désactivé par Apple. Après une semaine d'« enquête », le service client lui a indiqué que son compte ne serait plus réactivé, sans lui fournir de justification : il perd ainsi 80 $ de crédit iTunes, mais aussi la possibilité de synchroniser et mettre à jour ses 200 $ d'applications (mais pas la possibilité de lire les médias protégés par DRMs liés à son compte).

Il semble donc qu'Apple fasse parfois preuve d'excès de zèle, le problème n'étant pas tant la désactivation d'un compte qu'elle juge suspect (ce qui est prévu par les CGU de l'iTunes Store) que le manque d'explications pour la justifier. Apple laisse ainsi sur le carreau un utilisateur qui n'avait rien demandé, mais qui avait eu la bêtise de choisir un mot de passe un peu trop simple.



"Steve Jobs est personnellement responsable de la mort de l'industrie musicale" (Jon Bon Jovi)

Jon Bon Jovi, leader du groupe de Hard FM américain Bon Jovi qui a connu son heure de gloire dans les années 1980, n'aime pas Steve Jobs. Selon lui, le PDG d'Apple est "personnellement responsable de la mort de l'industrie musicale", rien que ça.

http://static.igen.fr/img/2011/2/iTunes-20110314-212008.jpg

Que reproche Jon à Steve Jobs ? Plein de choses, mais on pourrait les résumer à la numérisation de la musique. Jon Bon Jovi n'a manifestement pas digéré la fin des disques vinyles, des pochettes et de la découverte de la musique au casque : « Les jeunes de nos jours ont totalement perdu l'expérience de mettre des écouteurs, mettre le volume à 10 [NDT : le volume maximum sur un ampli, enfin, sauf les amplis exceptionnels] tenir la pochette, fermer leurs yeux et se perdre dans un album ; et aussi la beauté de prendre son argent du mois et de prendre une décision basée sur la pochette, pas en connaissant déjà la musique, mais en regardant des images et en imaginant la musique. »

Si vous aussi, vous regrettez que l'iPod n'ait jamais eu d'ampli à tubes, rendez un service à ce pauvre John, n'achetez surtout pas les albums de Bon Jovi dans l'iTunes Store…

via 9To5 Mac



iTunes : négociations sur le (re)téléchargement illimité

Apple est en négociations avec les maisons de disques pour permettre un téléchargement illimité des contenus déjà achetés sur l'iTunes Store. À la suite du Financial Times fin février, Bloomberg a obtenu, de trois sources, des indications similaires sur l'évolution envisagée.

L'idée serait qu'un client puisse accéder à tout moment aux morceaux achetés sur iTunes. Que ce soit pour les écouter en situation de mobilité sur son iPhone ou son iPad ou pour les récupérer suite à un crash de disque dur ou une manipulation malheureuse.

ituneshomepage

Dans ce dernier cas, la règle qui prévaut aujourd'hui est… qu'il vaut mieux sauvegarder régulièrement son contenu iTunes. Les vidéos, la musique ou les jeux iPod (hors iPod touch) achetés ne peuvent être en effet téléchargés qu'une seule fois. Si vous les perdez, c'est pour votre pomme. Le retéléchargement gratuit n'est offert que pour les applications iOS et les livres électroniques.

Apple serait en négociations avec les grands labels pour revoir cette règle et l'assouplir. Selon deux contacts de Bloomberg, un accord pourrait être annoncé au milieu de l'année.

Il semble au vu de ces rumeurs répétées et concordantes que l'on s'achemine moins vers un iTunes qui se poserait en concurrent de Spotify ou Pandora (accès illimité en streaming au catalogue) que vers un renforcement du modèle du téléchargement, où le streaming ne serait éventuellement proposé que pour des morceaux déjà achetés. Une volonté partagée à égalité par Apple et les maisons de disques écrit Bloomberg.

Par ailleurs, Bloomberg évoque aussi une évolution de MobileMe passant au gratuit et proposant de stocker bien plus de contenus (lire aussi MobileMe travaillerait son côté social).

Sur le même sujet :
- Précision sur le "nuage musical" d'Apple



iTunes Music Store : Apple veut passer en 24 bits

Apple est actuellement en négociations avec les maisons de disque pour proposer sur son disquaire des morceaux en 24 bits. De manière générale, les professionnels de la musique travaillent en 24 bits. Les masters sont ensuite retravaillés en 16 bits lorsqu'ils sont pressés en CD ou envoyés à iTunes, ce qui entraîne "une perte de qualité".

On ignore si les morceaux en question seront toujours compressés et s’ils seront vendus à un prix plus élevé. À ce jour, la grande majorité des Macintosh gèrent le 24 bits, iTunes également. Par contre, ce n'est pas le cas de la plupart des lecteurs MP3. Les baladeurs Apple (et ce n’est pas un cas isolé) sortis récemment sont compatibles 24 bits, mais bridés en 16 bits.

Il faudra voir le jour où Apple actualise son offre, si elle proposera une mise à jour pour ses lecteurs ou si elle utilisera cet argument pour faire la promotion d'une nouvelle génération d'iPod.

Ce projet est relativement avancé. Lors du dernier special event de HP début février, Jimmy Lovine, producteur de musique, et directeur du label Interscope Records-Geffen-A&M, déclarait que Apple et Universal travaillent sur la question d'un point de vue technique depuis un certain temps déjà. Pour lui, écouter de la musique en 16 bits sur un PC, cela revient à écouter de la musique sur son bon vieux poste de télévision…"

Cela pourrait donc être la fin d'une vraie frustration chez les musiciens. En attendant qu'Apple et les autres disquaires en ligne généralisent le 24 bits, ce serait pas mal si iTunes en France proposait des aperçus de 90 secondes lors de l’écoute d’un morceau comme c’est le cas depuis un certain temps déjà aux États-Unis…

[via CNN]



Apple, n°1 de l'achat de films sur Internet

L'iTunes Store est le numéro 1 de la location de films sur Internet aux États-Unis en 2010. Le magasin d'Apple reste devant la concurrence, mais il perd du terrain avec l'arrivée de nouvelles offres, comme celles d'Amazon ou Wall-Mart. Précisons que le service de location Netflix n'a pas été pris en compte dans cette étude puisqu'il ne s'agit pas de vente de films.

http://static.macg.co/img/2011/2/skitched-20110208-102502.jpg

Apple reste loin devant les autres offres avec une part de marché de 64,5 % contre 17,9 % pour Microsoft, numéro 2 du classement. L'entreprise de Redmond a connu une bonne année en 2010, sans doute grâce au regain d'intérêt de la Xbox et de son magasin lié au très grand succès du Kinect.

via electronista



iTunes : des cadeaux mensuels pas vraiment prévus

The Register s'est fait l'écho récemment d'une mésaventure survenue à l'un de ses lecteurs, client d'iTunes et qui a vu son compte débité d'environ 1200 euros. A l'origine, le système de cadeau mensuel iTunes . Vous pouvez envoyer chaque mois à un utilisateur enregistré, une somme définie à l'avance, qu'il pourra dépenser dans l'iTunes Store. Une version moderne de l'argent de poche.

Le garçon en question fut intrigué par un mail lui confirmant l'envoi de 12$ à destination d'un compte inconnu. En consultant son historique, il s'est aperçu que de nombreux autres versements avaient été réalisés dans son dos, et apparemment un seul avait été signalé.

cadeaumensuelitunes

Après avoir contacté Apple et sa banque, le premier a répondu par un mail automatique et clôt son compte sans autre forme de procès, tandis que sa banque lui remboursait l'argent égaré. Mais l'absence de réaction plus personnalisée d'Apple, ou de surveillance en amont, de l'activité de son compte, lui est restée en travers de la gorge.

Elle est nénamoins conforme à ce que disent les conditions générales d'iTunes. Apple prend soin de se dégager de toute responsabilité et précise “iTunes se réserve le droit de clôturer les comptes clients et de demander un autre mode de paiement si un chèque cadeau, une carte iTunes, un code de contenu ou un compte cadeaux mensuels est obtenu sans que vous en soyez informé ou sans votre autorisation”.

La manière dont le compte de cet utilisateur a été compromis reste inconnue, mais iTunes n'est pas épargné par différentes formes de fraudes (lire US : des comptes iTunes liés à Paypal hackés ou App Store « hacké » : Apple réagit). Dans le cas de ce système de cadeaux mensuels où l'on est obligé de le lier à son compte bancaire ou Paypal, le plus sûr est peut-être d'en passer par les cartes iTunes traditionnelles.



L'iTunes Store vous fait des recommandations sur iPhone et iPad

Après l'App Store sur iPad (lire : App Store : un filtre pour la recherche sur iPad et App Store iPad : installer une application déjà achetée), Apple a discrètement mis à jour les iTunes Store sur tous les terminaux iOS, de l'iPhone à l'iPad en passant par les iPod touch. Le contenu de ces applications étant envoyé par Internet, le changement est déjà effectif sur votre terminal.

La présentation diffère selon le terminal. Sur iPad, la fonction Genius apparaît sous forme d'un onglet dans chaque section du magasin (musique, films et séries TV). L'iTunes Store propose quelques recommandations en fonction de vos achats précédents, et ne fonctionnera ainsi que si vous achetez régulièrement du contenu.

http://static.macg.co/img/2011/2//skitched-20110206-225113.jpg

Sur iPhone et iPod touch, la fonction Genius est un élément à part entière de l'iTunes Store. On y accède en cliquant sur "Autre". On peut modifier l'affichage de la barre inférieure, mais l'iTunes Store semble capricieux et a tendance à remettre l'ordre d'origine à intervalles réguliers.

Seul l'iPad a droit à une fonction "j'aime/j'aime pas". Cette différence mise à part, les recommandations Genius fonctionnent de la même manière.



Apple continue d'exploiter le filon Beatles

Apple ne rate pas une occasion de profiter de son exclusivité sur les Beatles vendus uniquement dans son iTunes Store. Tous les albums y sont passés et faute de chansons inédites (il ne doit plus en rester beaucoup dans la nature), le disquaire virtuel a obtenu une exclusivité sur Love, album de reprises tirées du spectacle éponyme du Cirque du Soleil et sorti en 2006. En fait de reprises, il s'agit de remix réalisés à partir des titres originaux qui ont été mélangés pour former de nouveaux titres (Apple a mis en ligne un making-of de cet album, en anglais).

http://static.igen.fr/img/2011/2//skitched-20110201-234952.jpg

Love sera vendu le 8 février sous la forme d'un iTunes LP et on peut le précommander pour 12,99 €. All Together Now, le making-of du spectacle, sera vendu quant à lui le 15 février pour 9,99 €.



iTunes Store : des prix fixes qui avantagent Apple

Pour ses magasins virtuels, Apple est présent dans un grand nombre de pays à travers le monde. L'entreprise a fixé des prix dans les devises locales lors de l'ouverture de chaque magasin et ces prix n'ont pas bougé depuis. En Europe, la parité 1 $ = 1 € a été retenue par l'entreprise, au moins pour l'iTunes Store. Depuis la définition de ces prix locaux, les monnaies ont naturellement évolué, mais Apple n'y a pas retouché. MacStories a comparé les prix en les rapportant au cours actuel du dollar et il en ressort clairement que cette stabilité n'est pas qu'à l'avantage du consommateur.

http://static.macg.co/img/2010/12//skitched-20110131-173525.jpg

Un morceau de musique récent se monnaye 1,29 $ dans l'iTunes Store américain. En Europe, c'est 1,29 € soit, au cours actuel, environ 1,72 $ : on paye chaque morceau une quarantaine de centimes de dollars en plus qu'aux États-Unis. Le pays le plus mal situé dans cette comparaison est certainement la Suisse qui paye 2,2 FR soit 2,30 $. Les prix y avaient fortement augmenté en avril 2010, quand l'iTunes Store suisse avait changé ses tarifs suite à l'augmentation de la TVA sur les contenus numériques (lire : Les prix s'envolent sur l'iTunes Store suisse).

http://static.macg.co/img/2010/12//skitched-20110131-174402.jpg

En d'autres termes, acheter sur l'iTunes Store à l'étranger peut vous coûter plus ou moins cher. En queue du peloton, l'Australie et la Suisse sont particulièrement mal placées. À l'inverse et sans surprise, l'Amérique du Nord, le Mexique et la Grande-Bretagne.

http://static.igen.fr/img/2010/12//skitched-20110131-174437.jpg

Les conversions de l'App Store ont été fixées plus récemment et cela se voit. Il y a toujours des différences entre les pays, mais elles ne dépassent plus les 40 %. Le pays le moins bien placé est cette fois le Japon : une application à 0,99 $ aux États-Unis revient à 115 ¥ soit 1,39 $.

http://static.igen.fr/img/2010/12//skitched-20110131-174907.jpg

Les différences de prix sur l'App Store sont donc moins importantes, avec même trois pays (Mexique, Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande) légèrement inférieurs aux prix américains. Ces différences plus modestes risquent néanmoins d'augmenter avec le temps, comme pour l'iTunes Store.

http://static.igen.fr/img/2010/12//skitched-20110131-175124.jpg

Cette étude rapide des prix des magasins virtuels d'Apple montre que les prix fixes favorisent plutôt Apple que le consommateur. Reste que ces différences de prix à l'international n'ont pas de solution simple : Apple pourrait difficilement suivre en permanence les variations du dollar, sous peine de proposer aux consommateurs une grille tarifaire incompréhensible. En outre, on imagine mal les maisons de disques, par exemple, accepter une baisse des tarifs de musique alors même qu'elles voudraient les augmenter.



Oscars : iTunes remplace les DVD

Les Oscars célèbrent chaque année les meilleurs films, réalisateurs ou encore acteurs et actrices. Les gagnants sont élus par une association qui regroupe plusieurs milliers de membres qui doivent évidemment tous voir les films pour voter. Depuis quelques années, les films étaient envoyés sous la forme d'un DVD, mais les studios de cinéma américains ont décidé de changer de méthode.

L'envoi de dizaines de milliers de DVD a comme inconvénient de constituer une des premières sources de piratage. Les films sont très facilement extraits des médias physiques et envoyés sur les réseaux de P2P, avant même la sortie en salle. Pour contrer ce piratage, certains studios avaient déjà mis en place des solutions avec des sites Internet sécurisés, mais cette méthode était lourde et obligeait les votants à regarder les films sur l'écran de leurs ordinateurs.

http://static.igen.fr/img/2010/12//skitched-20110131-093444.jpgCette année, Fox Searchlight a décidé de passer par iTunes. Le studio a passé un accord avec Apple et a envoyé à tous les votants un code de téléchargement gratuit pour Black Swan (sortie en France le 9 février). Comme pour toute location, le film peut être regardé librement pendant 24 heures, avant d'être supprimé du disque dur. Cette solution a plusieurs avantages : Apple protège les fichiers avec des DRM, ce qui limite les risques de fuite. En outre, la solution iTunes est plus agréable qu'un site Internet sécurisé : les films peuvent ainsi être regardés sur une télévision, par le biais de l'Apple TV.

Paramount Pictures et Focus Features ont suivi cette idée et proposent également leurs films par le biais de l'iTunes Store. Voilà, en tout cas, qui offre à Steve Jobs un argument de plus dans sa lutte contre les formats physiques et en faveur de la dématérialisation…

via AppleInsider