Microsoft



Office pour iPad attend le feu vert pour sortir

La version complète d'Office pour iOS est prête, a expliqué un contact chez Microsoft à Reuters, ne manque que le feu vert du nouveau PDG Satya Nadella.

Il y a un mois, ZDNet tablait sur une sortie plus proche qu'escomptée et peut-être même avant la version optimisée pour un usage tactile sur Windows. Le dilemme est toujours le même, certains chez Microsoft voient Office comme une manière de vendre du Windows, d'autres enragent de voir le fantastique marché de l'iPad échapper à la suite bureautique.

Cité par Reuters, John Case, le responsable marketing pour Office paraît jouer dans la seconde équipe « Nous avons des projets assez excitants. Il est certain que l'intérêt pour Office sur iPad est extrême. Lorsque les clients veulent vraiment travailler ils veulent le faire avec Office. ».

Un analyste presse Microsoft de découpler les intérêts de la suite de ceux de Windows. D'autant que plusieurs petites sociétés ne se privent pas de proposer des outils bureautiques sur la tablette et qui, dans certains cas, peuvent suffire à leurs utilisateurs et relativiser l'absence de Microsoft.

Office Mobile aujourd'hui sur iPhone



Microsoft testerait des licences gratuites pour Windows Phone

Microsoft livre gratuitement son Windows Phone à deux fabricants en Inde, a appris The Times of India. C'est a priori la première fois que Microsoft ne fait plus payer à un partenaire la licence associée à son OS mobile afin de pousser à son installation.

D'après de multiples contacts du site, les fabricants Lava Mobiles et Karbonn Mobiles étaient en négociations depuis l'année dernière, mais le retrait des coûts de licence a débloqué la situation et des Windows Phone abordables sous ces deux marques sont attendus dans les prochains mois. Ce dernier point avait été rendu publique lors du récent Mobile World Congress de Barcelone.

Jusqu'à présent, Karbonn et Lava étaient spécialisés dans les terminaux et tablettes Android. Ils figurent parmi les neuf nouveaux partenaires en Asie et en Inde annoncés le 23 février (avec Foxconn, Gionee, LG, Lenovo, Longcheer, ZTE et JSR).

Microsoft n'avait pas précisé à cette époque s'il avait consenti des efforts sur ses licences. Officiellement chez l'éditeur il n'y a pas de changement de politique et celui-ci n'a ni démenti ni confirmé ces informations. On ne sait donc pas si le cas de ces deux fabricants relève d'une exception, par exemple liée à leur marché.

L'une des sources interrogées explique toutefois qu'il s'agit d'une expérimentation conduite entre son groupe et Microsoft. L'absence de coûts sur les licences rendant plus aisé un test de la popularité de ces terminaux auprès des clients plus habitués à Android.

Ces confidences vont dans le sens de rumeurs qui remontent à décembre 2013, elles évoquaient des réflexions autour de la suppression de ces licences afin de mieux affronter la profusion de terminaux sous Android. Microsoft faisait toujours face à un déficit de partenaires prêts à mouiller leur chemise pour vendre des Windows Phone. Nokia étant le seul à véritablement soutenir son OS aux côtés d'une présence plus symbolique de Samsung, HTC et Huawei.

[via The Verge]

Sur le même sujet :
- Microsoft réfléchirait à supprimer les licences de ses OS mobiles



Microsoft : OneDrive Entreprise débarque sur iOS

Après la sortie sur Mac et iOS de OneDrive, c'est aux professionnels que Microsoft s'adresse avec OneDrive Entreprise (anciennement SkyDrive Pro) [1.2 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – Microsoft Corporation].

Suite à un litige avec la chaîne britannique Sky, le terme "sky" ne peut plus être utilisé par Microsoft. Le géant de l'informatique a donc renommé son service et mis en place une offre promotionnelle (lire : OneDrive remplace SkyDrive et 100 Go seront offerts à quelques chanceux). Après le lancement de OneDrive, c'est donc au tour de son service professionnel d'évoluer. SkyDrive Pro devient ainsi OneDrive Entreprise.

Comme pour sa version antérieure, OneDrive Entreprise permet d'avoir facilement accès à ses documents en ligne. Pour utiliser la version professionnelle, il est nécessaire d'avoir un compte SharePoint ou une licence Office 365 Business. Pour un usage personnel, la version standard de OneDrive suffit amplement.

Les applications du service de stockage en ligne de Microsoft prennent un coup de jeune en passant aux couleurs d'iOS 7, tout en restant compatibles avec les appareils sous iOS 6.

[Via : AppAdvice]



Microsoft a trouvé la solution pour remplir son Marketplace

Inconnu en Europe, Redfin est un site de petites annonces immobilières assez populaire aux États-Unis. Le service est aussi disponible sur l’App Store et Google Play, mais pas sur le Windows Marketplace. Enfin, si : comme l’a découvert le site, une application Redfin est présente dans la boutique d’applications de Microsoft. Problème, ce n’est pas une application officielle et elle est très mal jugée dans la boutique.

Comme l’explique GeekWire, cette application a été conçue par Microsoft, sans l’accord du site original. Il ne s’agit en fait que de la version mobile du site, encapsulée pour ressembler à une application native. Sans succès si l’on en croit les commentaires de la boutique qui se plaignent tous de la piètre qualité de l’application. Pis, la description laisse entendre que l’on peut gérer la location depuis l’application, ce qui est faux, cet équivalent de SeLoger n’étant qu’un annuaire d’annonces.

Ce cas est loin d’être isolé : sous le nom "Microsoft WebApps", l’éditeur de Windows a publié plusieurs dizaines de pseudo applications similaires, sans prévenir les propriétaires des sites respectifs. De quoi remplir sa boutique et offrir à ses utilisateurs qui cherchent les noms de services connus une solution, certes, mais cette manœuvre montre surtout que Microsoft peine à attirer les développeurs.

Deux applications conçues par Microsoft pour remplir sa boutique.

La stratégie semble un peu désespérée, mais Microsoft reconnaît sans gêne qu’elle pratique cette opération depuis quelque temps. Le site a demandé des explications à l’éditeur qui a répondu que la majorité des sites appréciait ces applications générées automatiquement. En cas de problème, les propriétaires peuvent envoyer un mail pour se plaindre et l’application sera retirée. C’est déjà arrivé avec une compagnie aérienne, mais cela n’a pas empêché Microsoft de continuer.

Contrairement à Apple et Google qui peuvent se permettre de faire la fine bouche et de refuser des applications parce qu’elles en copient une autre (lire : Apple et Google ne veulent plus entendre parler de Flappy Bird), Microsoft n’a pas le choix. Le Marketplace reste très pauvre en comparaison et la priorité semble être la quantité, pas la qualité…

[Via : Daring Fireball]



MWC 2014 : Microsoft n’est pas fan de tout ce que fait Nokia

« Nous avons une excellente relation avec Nokia » assure Joe Belfiore. À la veille de la présentation du premier téléphone Nokia sous Android, il a toutefois été obligé de reconnaître que certains produits de la firme finlandaise le « passionnaient moins » que d’autres.

Le Nokia X, qui sera présenté demain matin.
Le Nokia X, qui sera présenté demain matin.

Le responsable de la « plateforme Windows » s’exprimait lors d’une conférence de presse de présentation de Windows Phone 8.1. Lorsqu’il sortira en avril, il apportera la prise en charge des dernières puces Qualcomm Snapdragon, de deux emplacements SIM, et de l’installation des apps sur carte microSD.

Tous les appareils utilisant Windows Phone 8 pourront passer à Windows Phone 8.1. Les futurs appareils WP 8.1 pourront se passer des touches de fonction matérielles, qui pourront être remplacées par des touches virtuelles, et du déclencheur qui fait pourtant la spécificité de la plateforme Windows Phone.

Une plateforme qui reçoit le soutien de nouveaux partenaires, comme Lenovo et les Indiens Xolo, Karbonn et Lava. Mais aussi de vieux partenaires qui assurent revenir à leurs premières amours, comme LG, ZTE et Huawei.



Office pour iPad reste d'actualité chez Microsoft

Finalement si, Office pour iPad est toujours sur les rails chez Microsoft et pourrait même entrer en gare de l'App Store plus tôt qu'escompté.

La journaliste Mary Jo Foley, généralement bien informée des coulisses de Microsoft, livre quelques informations recueillies en interne. Assez pour relativiser les propos tenus hier par la responsable marketing de l'éditeur qui semblait indiquer une marche arrière.

Non seulement le lancement d'Office pour iPad reste d'actualité, comme Steve Ballmer l'avait clairement annoncé l'an passé, mais sa sortie pourrait intervenir avant celle prévue pour Windows. Ballmer, expliquent les sources de Foley, a donné à la fin de l'année dernière son accord pour un planning différent de celui qu'il avait lui-même esquissé.

Initialement, "Gemini", nom de code d'un Office complètement adapté à un usage sur écran tactile et habillé de l'interface Modern UI devait précéder la sortie de sa cousine sur iPad, surnommée "Miramar". Une bonne manière faite à Windows.

Mais le développement sur iOS semble avoir bien avancé puisque l'équipe Office a obtenu du PDG que son interprétation de la suite sorte sitôt achevée, indépendamment de la version Windows 8. Cette arrivée devrait se faire dans le courant de ce premier semestre, au lieu de l'automne 2014 comme entendu précédemment.

D'autres points en revanche restent flous, tel celui du mode de commercialisation. Il semble qu'un abonnement à Office 365 soit nécessaire, comme l'impose l'actuelle version allégée de la suite pour iOS et Android. Enfin, Foley avance aussi l'hypothèse que les logiciels enregistreront leurs documents par défaut sur OneDrive (ex SkyDrive) avec une option de stockage en local sur l'iPad.



Microsoft réévalue l'arrivée d'Office sur iOS

La perspective de voir Office arriver sur iOS paraît s'éloigner, ou du moins être reconsidérée. Hier, lors de la conférence Goldman Sachs Technology Internet, Tami Reller a tenu des propos plus circonstanciés que Steve Ballmer sur le sujet. En octobre dernier, celui qui était encore le patron de Microsoft avait expliqué sans détour qu'iOS serait servi, une fois le chantier d'un Office pleinement optimisé pour le tactile achevé sur Windows. Office existe sur iOS et Android, mais sous la forme d'applications très allégées.

Tami Reller au centre - crédit Microsoft

Kevin Turner, le directeur exécutif de Microsoft, avait affirmé également l'an dernier, lors d'une réunion interne, que Microsoft devait être présent sur tous les appareils avec sa suite bureautique, de manière à garder le contrôle de ce secteur.

Tami Reller s'est montrée beaucoup plus nuancée à cette idée. La suite bureautique est un élément différenciateur pour la plateforme Windows et il est peut-être bon de préserver cette spécificité.

« Nous réfléchissons beaucoup à la façon dont nous pouvons continuer à valoriser l'expérience procurée par Windows, notamment à l'égard de nos partenaires et sur ce qui les fait choisir Windows plutôt qu'Android. »

Du point de vue de Reller, Office reste encore aujourd'hui un atout majeur pour Windows et une franchise importante en tant que telle. D'autant plus, que l'éditeur va travailler à faire mieux fonctionner Windows 8 sur de plus petits appareils, autres que les PC hybrides actuels. Une promesse faite aussi par Reller lors de cette conférence. Elle n'a pas donné plus de détail sur l'avenir de ce projet pour Office sur iOS/Android, expliquant que les décisions seraient prises au cas par cas, secteur par secteur. La période de transition qui s'ouvre au sommet de Microsoft peut aussi expliquer cet apparent recul, le temps que la nouvelle stratégie du groupe soit arrêtée par son PDG fraîchement nommé.

[via CITEworld]



Windows : bientôt une compatibilité avec Android ?

Une drôle d’idée semble tarauder les équipes de Microsoft. À en croire The Verge, Redmond réfléchirait très sérieusement à la possibilité de pouvoir faire fonctionner des apps Android sur Windows et Windows Phone. L’idée en tout cas serait soutenue par un certain nombre de dirigeants de Microsoft.

Ce serait certainement le plus beau cadeau que Microsoft puisse faire à Google, si cette idée prenait forme. Elle ferait d’Android, une sorte de système universel. Un développeur pourrait ainsi faire fonctionner son app sur la majorité des plates-formes à l’exception de celles d’Apple.

Pour Microsoft, ce serait sans doute se tirer une balle dans le pied. À l’instar de BlackBerry, les éditeurs risquent de snober au moins la plate-forme mobile de Microsoft, préférant concentrer leurs efforts sur la version Android de leurs apps. On rappellera que Redmond a ramé pendant des mois pour que Facebook porte Instagram sur Windows Phone.

A priori, chez Microsoft, on veut croire que la gestion des apps Android serait l’argument de vente ultime pour convaincre le grand public et les professionnels d’opter pour ses solutions. À moins que cela soit une tentative désespérée de Microsoft de vouloir garder le contrôle à l’heure où beaucoup travaillent à un rapprochement entre Windows et Android. C’est le cas d’Intel notamment avec son concept de Dual OS.

Si Microsoft réfléchit à faire un pas en direction de Google, le contraire a déjà été fait. Google a annoncé un partenariat avec VMware afin que les possesseurs de Chrome OS puissent accéder à Windows et ses applications à l’aide de VMware Horizon DaaS. L’accès à Windows passe par le cloud dans le cas présent.

Voilà qui pourrait aider Google à pousser un peu plus Chrome OS dans l’éducation où elle connaît un succès grandissant (lire : Les Chromebooks plaisent de plus en plus aux étudiants).



Les "Nokia X" sous Android bientôt annoncés

Nokia est bien parti pour annoncer son smartphone Android le 24 février lors du Mobile World Congress de Barcelone, écrit le Wall Street Journal. Évoqué et même montré à plusieurs reprises chez @eveleaks, ce téléphone au nom de code "Normandy" (tout un symbole), probablement baptisé au final "Nokia X", était en développement avant que Microsoft n'achète la division mobile. Une preuve, s'il en fallait, de la situation de détresse dans laquelle se trouvait Nokia. Il faut souligner à ce titre que l'acquisition de Nokia n'est pas encore effective, la division mobile n'est pas encore tombée dans le giron de Microsoft.

Nokia va donc mener à son terme ce plan B. L'appareil utilisera une version hautement personnalisée d'Android, comme Amazon l'a fait avec ses tablettes. Les applications de Google seront absentes, tout comme le Play Store, remplacées par des utilitaires Nokia (Here pour les cartes, MixRadio pour la musique) et une boutique à son nom, empêchant l'utilisation de celle de Google.

Cliquer pour agrandir

Le prix de ce téléphone n'est pas connu, mais il vise un marché de l'entrée de gamme qu'a complètement sous-estimé Microsoft avec ses Windows Phone, explique le site. L'exemple est donné du marché indien où, sur l'année écoulée, 93% des nouveaux smartphones vendus étaient équipés d'une version d'Android. Des marchés autrefois acquis à Symbian. Microsoft et Nokia n'offrant Windows Phone que sur des appareils plus coûteux n'ont pu répondre à cette demande.

Un point n'est pas encore très clair, celui de la durée de cette opération Android. Est-ce qu'il s'agit d'occuper le terrain en attendant de proposer des terminaux Windows Phone plus abordables ou s'agit-il d'une mesure à plus long terme ? L'histoire de Microsoft et sa volonté d'installer Windows partout fait plutôt pencher vers la première hypothèse.

L'objectif avoué serait aussi de pousser les utilisateurs de ces téléphones à migrer ensuite vers des Windows Phone dès lors qu'ils cherchent ensuite à passer à des modèles plus sophistiqués. Les captures d'interface de ces Nokia X montrent un design à tonalité bien plus Microsoft que Google. Le fait aussi que ce sont des applications Nokia qui seront préinstallées et donc cousines de celles sur Windows Phone. Tout cela concourt à valider cette idée de se servir de ce Nokia X comme marchepied vers Windows Phone.

Cliquer pour agrandir



Microsoft dévoile de bons résultats et des ventes de Surface doublées

Microsoft a publié aujourd'hui ses résultats financiers du dernier trimestre 2013. Le chiffre d'affaires (25,4 milliards de dollars) et les bénéfices (6,56 milliards) sont en hausse de respectivement 14 % et 2,8 %.

Microsoft se targue d'avoir multiplié par deux les ventes de Surface en un an, mais ne donne aucun volume. Seul chiffre donné, le chiffre d'affaires de ce produit atteint 932 millions de dollars, contre 400 millions au trimestre précédent. Les ventes de Surface ont été poussées à la fin de l'année par l'arrivée de la nouvelle génération en septembre. Le premier modèle est resté au catalogue pour proposer un produit sous les 400 €.

Photo Mack Male CC BY-SA

La fin de l'année 2013 a aussi été marquée par la sortie de la Xbox One. Plus de 7,4 millions de consoles Xbox ont été vendues au total, dont 3,9 millions de Xbox One. En comparaison, Sony a vendu 4,2 millions de PlayStation 4.