Microsoft



Microsoft discute à nouveau musique avec les labels

Microsoft discute avec les maisons de disques à propos d'un nouveau service autour de la musique, affirme CNET.

Une extension ou une amélioration de ce qu'il propose déjà avec son Zune Musique Pass pour Xbox et Windows Phone. Il s'agirait, comme aujourd'hui, de proposer du téléchargement et du streaming. Mais les détails manquent sur les différences à attendre avec l'existant, sinon que Microsoft a mis dans la corbeille des partenariats possibles avec HTC et Nokia pour étendre la diffusion de ce service.

via cnet

Tags: ,


Microsoft prépare un CRM mobile pour terminaux iOS

Microsoft investit l'App Store, comme d'autres plateformes mobiles, avec une nouvelle application. Cette fois, l'éditeur s'adresse aux entreprises avec un CRM, un gestionnaire complet qui centralise toutes les informations nécessaires à une entreprise.

Cette nouvelle application devrait être disponible au second trimestre, sur l'App Store dans une version adaptée à l'iPhone et à l'iPad. On devrait également la retrouver sur les terminaux Windows Phone, Android et BlackBerry. Il s'agira aussi d'un service web avec un abonnement (30 $ par mois et par utilisateur) ; en contrepartie, on devrait y avoir accès depuis n'importe quel navigateur Internet.

[Via : iPodNN]



Windows Phone : Nokia a reçu 250 millions de dollars de Microsoft

Microsoft a reversé 250 millions de dollars à Nokia, au titre de leur partenariat sur Windows Phone. Cette somme est apparue dans les comptes trimestriels du finlandais.

Il y a quelques jours, Nokia annonçait la vente d'un peu plus d'un million de Lumia depuis leur sortie mi-novembre. Un premier chiffre tangible pour apprécier un tant soit peu les ventes des Windows Phone. Dans le même temps, Nokia dévoilait ses résultats financiers et, dans sa communication comptable, [pdf] ces 250 millions de dollars (180 millions d'euros) reçus au titre de "support de la plateforme". D'autres versements sont amenés à être réalisés sur un rythme apparemment trimestriel. Il s'agit du tout premier paiement effectué par Microsoft. Ce qui fait grosso modo 250$ par téléphone Nokia vendu, une paille…

Nokia en retour verse des royalties à Microsoft pour l'utilisation de son OS et de ses logiciels. Mais là, aucun montant n'est fourni. D'aucuns comme Fortune tablent sur 20$ à 30$ rétrocédés par téléphone, mais c'est en se basant sur les chiffres communiqués par un cadre du fabricant ZTE qui compte parmi les licenciés de Windows Phone. D'autres chiffres avancés mettent la barre à 10$ ou 15$, par exemple chez Samsung et HTC, autres licenciés, mais le montant exact reste largement inconnu et peut varier d'un client à l'autre.

Nokia ne lève pas plus le voile sur ce secret des affaires, mais l'entreprise laisse entendre qu'elle a reçu un traitement de faveur «Nous avons une structure de redevance logicielle concurrentielle qui comprend des engagements minimums sur les royalties». Dans le cadre du contrat pluriannuel qui lie les deux entreprises, ces échanges d'argent «vont se mesurer en milliards de dollars» rappelle Nokia. Microsoft est donc prêt à payer cher pour installer son OS dans le paysage et s'assurer du soutien de Nokia (qui en a bien besoin par ailleurs), on s'en doutait, mais au moins ces chiffres l'illustrent un peu plus concrètement.

ballmer



La licence Windows Phone, plus chère qu'Android ?

Lors de la présentation à Londres de son modèle de Windows Phone, baptisé Tania, ZTE a indiqué au site Trusted Reviews qu'elle déboursait pas moins de 15 à 20 livres sterling (soit de 18 à 24 euros) pour chaque licence Windows Phone, ce coût expliquant l'impossibilité pour les fabricants chinois de livrer des Windows Phone à bas coût.

Les rumeurs laissaient à penser que les accords de licence que Microsoft a signés avec certains fabricants de smartphones Android lui rapporteraient 10 à 15 dollars par appareil (8 à 12 euros environ). Certes ces licences ne donnent pas accès à une exploitation de plein droit de Windows Phone, mais cette dernière rapporte également plus à Microsoft dans la mesure où, à l'inverse de ce qui se passe avec Android, elle perçoit un pourcentage sur chaque vente d'application sur le Marketplace (et ses services liés comme Bing).

En somme, si Microsoft a mis à mal la légendaire gratuité d'Android, la dîme qu'elle exige reste malgré tout plus avantageuse que la licence de Windows Phone. De quoi pousser les fabricants dans les bras de Google ?

skitched

The Verge



Android : Pantech discute aussi avec Microsoft

Microsoft est en discussions avec un autre acteur des terminaux Android pour la licence de certains de ses brevets utilisés indûment dans l'OS de Google. Pantech, présenté comme le 3e fabricant coréen de mobiles, a confirmé auprès de l'agence Yonap que la question de payer ou non des royalties à Microsoft était au coeur de discussions entre les deux entreprises. Pantech vend toutes sortes de téléphones d'entrée de gamme et il en propose aussi sur Android, comme son Pocket, un modèle au format 4:3 équipé de Gingerbread. Ce constructeur est également présent aux États unis chez AT&T et Verizon.

La semaine dernière c'est LG qui a signé un accord de licence avec Microsoft. Avant lui Samsung, HTC, Acer, ViewSonic et d'autres marques moins connues du grand public avaient connu le même sort. Ce qui a fait dire à Microsoft, après l'annonce LG, que 70% des smartphones Android vendus aux USA étaient soumis à ces royalties. Une rente entretenue à chaque vente de l'un de ces appareils.

pantech

[via Yonap News]



Android : Microsoft ajoute LG à son escarcelle

Voilà une rente de plus que Microsoft pourra se faire grâce à Google : la firme de Redmond vient d'annoncer un accord de licence avec LG, portant sur Android et Chrome OS. Le scénario est toujours le même, LG se met à l'abri de poursuites de Microsoft pour violation de brevets sur des éléments système utilisés dans Android.

skitched

En novembre, LG figurait au troisième rang mondial des constructeurs de téléphones mobiles derrière Nokia et Samsung, mais le bilan de la branche mobile essuie de lourdes pertes se montant à près d'un milliard de dollars sur les six derniers trimestres. Le PDG de la branche mobile de LG, Jong-seok Park, a indiqué à Reuters être en recherche active de partenariats.

Après Samsung, HTC, Wistron, Quanta, Acer, General Dynamics Itronix, Compal Electronics, ViewSonic, Onkyo, Velocity Micro, c'est donc la onzième société à signer un accord de licence avec Microsoft pour l'exploitation d'Android. Microsoft indique que cela représente plus de 70 % des smartphones Android vendus sur le territoire américain.

Sur le même sujet :
- Android : Microsoft prend un léger avantage sur Motorola
- Android : Samsung aussi paiera des royalties à Microsoft



Windows Phone : Microsoft propose, les opérateurs disposent [MàJ]

Des Windows Phone reçoivent depuis deux jours - ou vont peut-être recevoir - une mise à jour système. La nuance est importante en cela que le déploiement est comme toujours laissé à la discrétion des opérateurs. Ces derniers sont les seuls juges de la date de mise à disposition à leurs abonnés ou tout simplement de la nécessite de distribuer ou non le nouveau logiciel.

Justement, sur ce point, Microsoft a expliqué qu'il ne détaillerait plus le calendrier d'arrivée de ces mises à jour chez ces opérateurs dans les différents pays, comme il l'avait fait pour les quatre précédentes révisions. Aucune explication n'est donnée sur ce recul dans la transparence, sinon que cela fait suite à la diffusion plus large à l'international des Windows Phone. Est-ce que les opérateurs jugeaient peu flatteuse la publicité qui leur était faite lorsqu'ils étaient en queue de peloton… ?

peoplefirst

Microsoft sur son blog enfonce le clou en soulignant que cette mise à jour est disponible « à tous les opérateurs qui en font la demande ».

Les abonnés apprécieront et le slogan de Microsoft "Put People First" sonne quelque peu comme décalé dans ce cadre là. Les plus pressés de savoir quand est disponible leur mise à jour devront donc guetter la notification sur leur téléphone ou se lancer dans des mises à jour manuelles qui tiennent davantage du bricolage [via].

Cette révision (7.10.8107.79) corrige différents bugs : sur le clavier qui pouvait disparaître lors de la saisie de texte, sur la synchronisation avec Gmail, sur un bug autour des informations de géolocalisation (votre position par rapport à une antenne de réseau cellulaire ou une borne Wi-Fi) qui étaient transmises à Microsoft sans l'accord explicite de l'utilisateur (lire Windows Phone : Microsoft dément toute géolocalisation de ses utilisateurs) et diverses choses autour du mail et de la messagerie vocale. Mais elle ne corrige pas en revanche le bug des SMS repéré à la mi-décembre (lire Windows Phone 7.5 : un SMS et boom !).

[MàJ]: rappel d'un lecteur sur la méthode pour forcer manuellement la mise à jour d'un terminal WP7.

- Lancez Zune sans avoir connecté votre mobile à votre ordinateur.
- Désactivez le WiFi et la connexion data de votre téléphone.
- Connectez votre téléphone à votre ordinateur.
- Recherchez manuellement la mise à jour (Paramètres, Téléphone, MAJ).
- La recherche démarre.
- Au bout de trois secondes, coupez le WiFi ou votre connexion Ethernet.
- La mise à jour devrait vous être proposée.
merci Venel

Sur le même sujet :
- Test du Nokia Lumia 800



Rumeur de rachat des smartphones Nokia par Microsoft

ballmer

Microsoft n'aurait aucune annonce publique fracassante prévue pour le CES de Las Vegas la semaine prochaine, en coulisse en revanche un sujet assez lourd est paraît-il au menu : le rachat de l'activité smartphones de Nokia.

Ce n'est pas la première fois que cette hypothèse d'un démembrement de Nokia est avancée, et la cassandre d'aujourd'hui est la même qu'hier : Eldar Murtazin, rédacteur en chef de mobile-review.com et de temps en temps porte-voix de quelques secrets. Par le passé il a dévoilé le Nokia N8, prévenu au milieu d'une certaine incrédulité du partenariat à venir entre Microsoft et Nokia ou encore indiqué à quoi allait ressembler le premier Windows Phone Nokia (au N8 justement).

Cela n'en fait pas une source à la fiabilité absolue, mais il fait preuve de constance sur cette idée de rachat, dont il avait déjà parlé en mai dernier, tandis que Nokia démentait (mollement) dans la foulée (lire Nokia pourrait vendre sa division mobile à Microsoft ).

A l'époque Murtazin parlait d'un accord signé courant 2011. Aujourd'hui sur son Twitter il lance plusieurs confidences : Que Steve Balmer et Andy Lees (il y a peu encore patron de la division mobile de Microsoft) vont rencontrer leurs homologues Stephen Elop et Kai Öistämö à Las Vegas pour finaliser la signature de cet accord. Il ajoute qu'à ce stade tout est suspendu à la décision de Microsoft. Ce dernier ensuite, rachèterait l'activité smartphones de Nokia, laissant à la marque finlandaise le soin d'apposer son logo sur des mobiles plus classiques et autres combinés vaguement concurrents des smartphones. Une répartition qui laisse toutefois sceptique Eldar Murtazin.

Microsoft hésiterait à récupérer certaines usines de Nokia, en revanche il serait fortement intéressé par le portefeuille de brevets associés à ces smartphones (on a vu à quel point les brevets étaient devenus une arme de négociations en général, mais entre Microsoft et les fabricants Android en particulier). Ensuite, Stephen Elop, ex Microsoft, devenu PDG de Nokia, démissionnerait de ses fonctions et il serait remplacé par un nouvel homme.

Le précédent du rapprochement entre Nokia et Microsoft suffit à rendre intéressante et crédible cette hypothèse. D'autant que depuis, on a vu Google annoncer son intention de racheter Motorola Mobility. Face à lui et Apple, RIM ou même Samsung (avec Bada), Microsoft resterait le seul développeur d'OS mobile à ne pas avoir de bras armé dans le matériel. Au vu du piétinement de Windows Phone sur le marché, la singularité de cette stratégie a peut-être trouvé ses limites.

Sur le même sujet :
- Nokia Lumia 800 : coup d'essai… et coup de maître
- Microsoft se retire du CES de Las Vegas



USA : Nokia et Microsoft veulent frapper un grand coup

2012 s’annonce comme l’année de la dernière chance pour Nokia et Microsoft. Si les deux entreprises veulent peser à l’avenir sur le marché de la téléphonie mobile, elles sont obligées de frapper vite et fort.

Dernièrement, il se murmurait que les deux sociétés s’apprêtent à lancer une campagne marketing de 100 millions de dollars rien que sur le marché américain pour faire la promotion du Nokia Ace. Ce modèle qui dispose de la 4G (LTE) sera commercialisé par AT&T à partir du 18 mars.

image : pocketnow

Paul Thurrott qui semble-t-il en sait beaucoup sur la question, affirme que les deux alliés vont dépenser bien plus que cela et avance le chiffre de 200 millions de dollars. Et encore, ce montant serait toujours en dessous de la réalité.

L’objectif est d’écouler des millions de terminaux durant le premier semestre, sur un marché où Nokia est peu présent. Outre une importante campagne de publicité, Nokia et Microsoft sont décidés à offrir aux vendeurs une commission de 10 à 15 $ à chaque fois qu’ils vendent un téléphone équipé du système d’exploitation de Microsoft.

Si Nokia est particulièrement impliqué dans l’opération de séduction menée par Microsoft auprès du grand public aux États-Unis, la firme de la patrie d’Arto Paasilinna n’est pas la seule, Samusung aurait également mis en place d’importants moyens pour promouvoir ses Windows Phone. On devrait en savoir plus sur les plans de Microsoft et de ses partenaires lors du CES qui a lieu la semaine prochaine.



Android : Microsoft prend un léger avantage sur Motorola

Microsoft, tout à sa tâche de tirer bénéfice de sa propriété intellectuelle à travers les fabricants Android, a gagné une première manche sur Motorola. Ce dernier fait partie des gros poissons que Microsoft essaie d'attraper pour négocier des accords de licences et en dégager des royalties. Il a déjà réussi avec Samsung, HTC, Acer et Viewsonic pour ne citer qu'eux. Le litige avec Motorola remonte à octobre 2010.

L'ITC (International Trade Commission) a estimé qu'un brevet avait été violé par Motorola dans certains de ses appareils Android. L'invention, déposée en 1998 et obtenue en 2002 décrit comment envoyer des invitations de rendez-vous à d'autres collaborateurs depuis son mobile et s'assurer que la requête a bien été transmise pour éviter des envois répétés. Une fonction aujourd'hui tout ce qu'il y a de plus courante et répandue.

Sur son Twitter, Horacio Gutierrez, chargé des affaires juridiques chez Microsoft, a déclaré que 18 appareils de Motorola étaient concernés dont l'Atrix (ci-dessous), le Droid et la Xoom. Cette victoire n'est que préliminaire, l'ITC a fait un premier constat de violation, mais le jugement à proprement parler est annoncé pour au mieux le 20 avril 2012.

atrix

Comme souvent en pareil cas, la partie mise en cause s'est également félicitée du résultat… Motorola a choisi de voir les choses du côté du verre plein, à savoir que la plainte initiale portait sur 7 brevets (9 au tout début). Chez AllThingsD, Scott Offer, l'alter ego de Gutierrez chez Motorola a vu dans cette décision «Une immense victoire». Interrogé sur la manière dont l'entreprise allait gérer la problématique du brevet enfreint, Offer a simplement répondu que Motorola étudiait différentes options.

On se retrouve d'une certaine manière dans le cas de figure de cette semaine entre Apple et HTC. L'ITC a jugé que le second violait un brevet du premier, mais en a retoqué plusieurs autres. HTC s'en est félicité, tout comme Motorola aujourd'hui et le délai accordé (avril aussi) lui permet de tester actuellement un contournement technique pour ses téléphones (lire Apple prévaut sur HTC devant l'ITC).

Sur le même sujet :
- Android : Samsung aussi paiera des royalties à Microsoft