Fermer le menu

samsung

Samsung va tuer son ChatON

25/11/2014 | 18:30

Samsung va débrancher ChatON, son service de chat multiplateforme. Le fabricant ne se contente pas de réduire la voilure sur sa gamme de smartphones, il purge aussi certains de ses services soumis à une concurrence impossible à rattraper.

ChatON est arrivé en 2011 sur plusieurs plateformes : Android, Bada, iOS et BlackBerry et sur le web. Destiné à concurrencer BBM mais aussi iMessages qui s'apprêtait à sortir avec iOS 5, il ne fait plus le poids aujourd'hui devant le chinois Weibo, le duo de Facebook WhatsApp et Messenger ou Skype.

Le Korea Times précise que ChatON va encore recevoir une mise à jour dans certains pays avant d'être arrêté. Un représentant de Samsung a expliqué qu'il n'y avait pas de marge de progression pour ChatON à l'avenir (quand bien même le logiciel était préinstallé sur les Galaxy).

La version iOS n'a pas été mise à jour depuis le mois de mai dernier. Dans la fiche descriptive sur l'App Store où Samsung se prévalait de 200 millions d'utilisateurs dans 120 pays, il avait écrit « L'application de messagerie mobile numéro 1 aux États-Unis et en France ! » Vous pouvez prévenir vos amis qui l'utilisent encore de la mauvaise nouvelle…

Samsung : le Galaxy S5 prend l'eau

24/11/2014 | 13:00

Le Galaxy S5 ne fait pas recette. Le porte-étendard de Samsung s'est écoulé à 12 millions d'unités au cours de ses trois premiers mois de vente, d'après les chiffres du Wall Street Journal, soit 4 millions de moins que son prédécesseur… et 40% de moins que les estimations du constructeur. Si les États-Unis ont réservé un bon accueil au smartphone, en Europe les résultats seraient très moyens et en Chine, ils piqueraient franchement du nez avec des ventes 50% moins importantes. Le pays est particulièrement difficile pour le groupe coréen : les produits de Samsung y sont rudement concurrencés par les Xiaomi, Huawei et autres constructeurs du cru qui ont repris la formule du chaebol en abaissant encore les prix.

Samsung empilerait les invendus, qui « s'accumulent dans les entrepôts » sans trouver preneur. La marque a surestimé la demande et pour réduire les stocks, va multiplier des dépenses publicitaires qui sont déjà conséquentes en cette fin d'année. La situation est telle que l'entreprise envisagerait un bouleversement de ses équipes; le co-CEO en charge de la branche mobile, J.K. Shin, pourrait laisser sa place à son homologue, B.K. Yoon, qui s'occupe déjà des branches TV et électroménager. Le dirigeant de 61 ans concentrerait alors entre ses mains une bonne partie des activités du groupe et serait positionné idéalement pour soutenir l'effort de Samsung dans le domaine de la domotique (Yoon a été en première ligne lors de l'acquisition de SmartThings).

Ce faisant, Samsung réduirait son nombre de co-CEO à deux. En mars 2013, la société ajoutait à son organigramme J.K. Shin et B.K. Yoon, laissant à Kwon Oh-Hyun les rênes...

Lire la suite

Samsung : l'étrange Galaxy Note Edge déborde en France

19/11/2014 | 15:45

Le Galaxy Note Edge est un des plus étranges smartphones de l'écurie Samsung. Présenté comme l'étendard de l'« esprit créatif » des équipes mobiles du groupe, cette phablette ressemble beaucoup au Galaxy Note 4… n'était ce rebord sur sa tranche de droite qui n'est autre qu'un écran incurvé ! Il ne s'agit pas de la continuité de l'écran principal (5,6 pouces, 2 560 x 1 440) mais d'un second écran tout en longueur, qui fonctionne de conserve avec son grand frère.

Samsung a développé une poignée d'applications spécifiques, pour par exemple afficher l'heure, des notifications, ou des contrôles supplémentaires sur cette tranche. On trouve par exemple des boutons de lecture/pause lors de la lecture de vidéos, ou encore des réglages lors des prises de vue.

Le concept est aussi incongru qu'étonnant, mais visiblement il ne déplaît pas : la plupart des tests parus concernant cet appareil ont été plutôt positifs, et alors que Samsung avait visiblement l'intention de limiter la carrière commerciale du Note Edge, l'entreprise a finalement décidé de le proposer sur les marchés les plus importants. Les États-Unis ont ainsi été servis, tout comme la Corée du Sud et c'est la France qui est maintenant visée.

Le Galaxy Note Edge a ainsi fait son apparition chez SFR, où le modèle 32 Go est proposé avec un forfait à 279 euros (859 euros sans abonnement). Les...

Lire la suite

Samsung va réduire son catalogue de smartphones de 30%

18/11/2014 | 13:30

Suite aux résultats catastrophiques de son troisième trimestre (les profits ont chuté de 49%), la direction de Samsung avait décidé de revoir à la baisse le nombre de smartphones (lire : Samsung flanche et va réformer son catalogue de produits). Il est temps : si le constructeur a su maintenir la marge opérationnelle de ses smartphones à 15% depuis dix trimestres, cette marge a été divisée par deux (7%) au troisième trimestre 2014.

Voici la première concrétisation de cette volonté d'alléger le catalogue pléthorique de la marque : le groupe veut réduire de 25 à 30% le nombre de ses terminaux mobiles, une ampleur confirmée par un porte-parole de l'entreprise.

Samsung n'a pas précisé les modèles qui passeront à l'as, mais ce ne seront sans doute pas les haut de gamme (type Galaxy S5 ou Note 4); en revanche, place nette sera certainement faite au sein du catalogue d'entrée et de milieu de gamme, là où Samsung est attaqué par les constructeurs chinois.

Cette coupe claire dans la gamme de smartphones est initiée pour tailler dans les coûts de l'entreprise. Réduire le nombre de références permet d'abaisser les frais liés à la gestion de l'inventaire et des stocks; à l'instar de l'industrie automobile, Samsung veut aussi utiliser un maximum de composants identiques dans un maximum de produits, toujours dans l'optique d'abaisser ses coûts d'assemblage et de production.

Lire la suite

Processeurs : Samsung de nouveau dans les petits papiers d'Apple ?

17/11/2014 | 20:30

La rumeur court selon laquelle Samsung redeviendrait le principal fournisseur de processeurs ARM pour les futurs appareils iOS à sortir d'ici la fin 2016. Le Korea Times se veut affirmatif et parle d'un deal signé entre les deux parties, qui ne laisserait plus que la partie congrue à TSMC avec 20% des livraisons, contre 80% pour Samsung, toujours à partir de 2016. Avec son procédé de gravure en 14 nm, dont quelques échantillons auraient été livrés à un « client non identifié » (une célèbre compagnie fruitière ?), Samsung est sur les rangs pour produire un hypothétique A9 : sa production débuterait en fin d'année prochaine, ou début 2016.

TSMC fabrique le processeur A8 des iPhone 6 et a débuté la production de puces 16 nm, qui se glisseraient parfaitement dans les produits mobiles d'Apple de 2015. On peut imaginer que la répartition entre Samsung et TSMC sera plus équitable que pour son successeur, avant que le premier ne surpasse le second l'année suivante.

Si la rumeur s'avère, alors elle signerait un retour en force du constructeur coréen — la source de KT évoque un accord d'une ampleur de plusieurs « milliards de dollars ». La production de ces processeurs débuterait sur la ligne de Giheung, puis le rythme de croisière serait placé entre les mains de l'usine d'Austin, au Texas.

Si le quotidien s'annonce sûr de son fait, Samsung n'a pas commenté ni officialisé cet accord. De fait, certains...

Lire la suite

Au tour de Samsung de se lancer dans le beacon

12/11/2014 | 17:30

Samsung ne pouvait décidément pas rester en dehors du marché des beacons, ces systèmes de géolocalisation permettant d'activer des notifications à l'approche d'une borne Bluetooth. Connu par chez nous sous le nom iBeacon, cette technologie (qui fonctionne aussi bien sur iOS que sur Android) connait un bel essor dans les réseaux de boutiques qui s'en servent pour distribuer rabais et offres promotionnelles à leurs clientèles. À l'occasion de sa conférence des développeurs qui se tiendra demain jeudi, Samsung a décidé de se lancer dans la course avec sa propre solution.

Cliquer pour agrandir

Le groupe coréen a mis au point une plateforme baptisée Placedge, qui englobe la quasi totalité des usages possibles en matière de beacon : détection des balises, notification par poussée, gestion des campagnes de promo, et même des bornes (Samsung conseille en fait les produits de quatre fabricants). Ce faisant, le chaebol affiche sa volonté de contrôler la chaîne de bout en bout, en court-circuitant les nombreux intermédiaires qui se sont lancés sur le marché dans la foulée de la mise en place de la technologie avec iOS 7. En laissant cet écosystème grandir loin de son habituelle volonté de contrôle (jusqu'à permettre un usage avec Android), Apple a étonnamment pris le parti inverse.

Les développeurs pourront prendre en main cette solution au travers d'un kit (comprenant une balise) proposé à 39$.

Lire la suite

Apple et Samsung se battent seuls au sommet

05/11/2014 | 18:30

Les années passent et les trimestres se ressemblent lorsque des études s'attachent à rendre compte du poids de Samsung et d'Apple sur l'industrie du mobile. Une analyse effectuée par un cabinet chinois, citée par CNET, place Apple juste devant Samsung dans le coeur des sondés.

Entre août 2013 et janvier 2014, le China Brand Research Center a demandé à 13 500 personnes âgées entre 15 et 60 ans de citer les marques de mobiles qu'ils connaissaient le plus et auxquelles elles étaient les plus fidèles.

A ce jeu, Apple a pris la première place occupée précédemment par Samsung. Apparemment, il est reproché au groupe sud-coréen l'accent mis sur la conquête à marche forcée de nouvelles parts de marché. Sous-entendu, aux dépends de l'attention portée aux produits eux-même. Apple a beau être devant, les deux frères ennemis sont tout de même dans un mouchoir de poche : un score de 568,5 pour le premier et 566,5 pour le second. Samsung a beau être critiqué, l'étude montre qu'il a quand même progressé de 24,6 points dans le classement. Apple a simplement fait un peu mieux.

Les nouveaux Samsung Galaxy A3 et A5 lancés en priorité ce mois-ci en Chine

L'écart est tout autre lorsqu'on parle des bénéfices sonnants et trébuchants tirés de l'activité mobile des deux entreprises. La vraie surprise viendra le jour où Apple et Samsung devront partager une bonne part de ce gâteau avec un nouveau larron.

Car une étude de Canaccord Genuity transmise à AppleInsider crédite Apple de 86% des bénéfices de l'industrie du mobile sur le troisième trimestre 2014. Le reste va à...

Lire la suite

Samsung : deux Galaxy monocorps ultra-fins

31/10/2014 | 13:00

Les difficultés financières de Samsung ne vont pas arrêter le déferlement de nouveaux smartphones auquel le constructeur nous a habitués. Après le Galaxy Alpha qui inaugurait des finitions métalliques plus en phase avec les terminaux premium du secteur, le groupe annonce aujourd'hui deux nouveautés plutôt orientées milieu de gamme, proposant là aussi une coque unibody en métal et un chanfrein qui n’est pas sans rappeller un certain iPhone. L'A5 et l'A3 se destinent tous deux à une clientèle adepte des égoportraits, puisqu'ils intègrent des capteurs photo de 5 mégapixels en façade avant (l'appareil photo Facetime HD de l'iPhone 6, qui se contente de 1,2 mégapixel, réussit également de très beaux selfies).

L'A5 propose un écran Super AMOLED de 5 pouces (720p), un processeur à quatre cœurs cadencé à 1,2 Ghz, le support de la 4G, un capteur photo de 13 mégapixels au dos. L'A3 intègre lui un écran Super AMOLED de 4,5 pouces (960 x 540), le même processeur que son grand frère, mais un capteur photo de 8 mégapixels à l'arrière. Ils fonctionnent sous Android 4.4. En plus de leur conception tout métal, Samsung vante surtout la finesse de ces terminaux : 6,7 mm pour l'A5, 6,9 pour l'A3, ce qui en fait les smartphones les plus fins du pléthorique catalogue du constructeur (l'iPhone 6 de 4,7 pouces a une épaisseur de 6,9 mm).

Ces deux mobiles, dont on ignore les tarifs, seront commercialisés le mois prochain en Chine, puis dans le courant de l'année prochaine ailleurs dans le monde.

Lire la suite

Samsung flanche et va réformer son catalogue de produits

30/10/2014 | 14:45

Les smartphones, ça eut payé pour Samsung… mais ça ne paie plus. Les résultats trimestriels du groupe coréen confirment l’alerte sur résultats lancé le 7 octobre : au troisième trimestre, le bénéfice d’exploitation de l’entreprise a bel et bien chuté de 60% par rapport à la même période de 2013. Celui-ci se monte à 3,8 milliards, alors que les revenus tirés des ventes sont de 19,7% inférieurs au même trimestre de l’an dernier. La division Mobile a particulièrement souffert, avec des profits en chute libre de 73,9% — rapporté à la globalité de l’entreprise, les bénéfices tirés de cette division trébuchent de 34%, plus que la moyenne du groupe donc.

C’est un sérieux problème pour Samsung : la branche IT & Mobile Communications, dont la surface des activités recouvre sensiblement celle d’Apple, est (était ?) le principal pourvoyeur de bénéfices de l’entreprise (à hauteur de 70% depuis le début de l’année), qui produit aussi des téléviseurs, de l’électro-ménager et des composants de toutes sortes (notamment pour Apple). Si cette branche éternue, c’est tout le groupe qui s’enrhume, et les produits en cause sont aussi les vitrines de Samsung : les Galaxy S et Note ne se vendent pas aussi bien qu’ils le devraient. Le Galaxy Note 4 lancé en toute fin de trimestre n’a pu offrir qu’une « hausse marginale » des ventes.

Kim Hyun-joon, vice-président de Samsung en charge de la division mobile, ne se cache pas derrière son petit doigt et annonce des mesures drastiques : le chaebol a l’intention de « réformer fondamentalement son catalogue de produits ». Au menu, standardisation des composants qui équipent les smartphones du constructeur, présence d’un modèle sur chaque segment...

Lire la suite

Faille de sécurité pour le Localiser mon iPhone de Samsung

30/10/2014 | 07:30

La fonction Find my Mobile mise au point par Samsung pour ses smartphones ressemble beaucoup au Localiser mon iPhone d’Apple : elle permet en effet à l’utilisateur d’un mobile de la marque de remettre la main sur le terminal, d’en bloquer l’utilisation, voire d’en effacer les données à distance. Une faille a cependant permis à des malandrins de tromper le service en se faisant passer pour le propriétaire légitime de l’appareil. Le chercheur en sécurité Mohamed Baset a découvert que Samsung avait mal sécurisé la manière dont les requêtes Find my Mobile parvenaient au service.

Résultat : il était possible à un pirate d’afficher un message sur l’écran du smartphone, localiser le dernier emplacement connu du mobile, le faire sonner à plein volume durant une minute, et même en supprimer les données. Business Insider a obtenu une réaction de Samsung, selon laquelle la faille avait été bouchée par l’entremise d’une mise à jour datant du 13 octobre. L’honneur est sauf…

Pages