Samsung



Samsung ne gonfle plus ses benchmarks avec Kitkat

La mise à jour d’Android 4.4.2 aura eu raison de la tricherie du fabricant coréen pour ses Galaxy S4 et Note 3. Jusqu’à présent les données recueillies lors d’un benchmark étaient artificiellement amplifiées par Samsung, mais ce n’est plus le cas avec cette dernière version.

C’est Ars technica qui rapporte que la mise à jour a eu un impact sur les résultats des benchmarks. Les scores observés par le passé étaient gonflés à hauteur de 20 %, car le processeur du smartphone était automatiquement poussé au maximum de ses capacités, et ce, pendant toute la durée des tests. Il ne s’agit pas là de la première tentative de Samsung pour améliorer ses performances en trichant.

Il y a quelques mois le site AnandTech avait découvert l’optimisation des CPU et GPU dans le Galaxy S4. Ce n’était pas très fair-play de la part du fabricant qui boostait la note de ses mobiles lors des tests pour influencer une partie des clients potentiels.

La rédaction d’Ars technica avait noté une liste d’applications dans Android 4.3 pour étudier l’évolution du CPU au fil des mises à jour. Il existe par ailleurs une liste d’URL qui, une fois lancées, ouvrent le navigateur web du mobile et stimulent le CPU. Concrètement, les résultats sont faussés en redéfinissant le seuil d’utilisation du CPU. Là encore, les appareils mobiles de Samsung semblent plus rapides, au détriment de l’autonomie.

Avec la version 4.4.2, tous ces résultats artificiellement gonflés sont a priori de l’histoire ancienne. Reste que cette politique rend paranoïaque : comment ne pas se méfier de Samsung désormais ? La confiance envers le fabricant coréen en prend un coup, du moins chez les consommateurs attentifs aux benchmarks…

Résultats de tests effectués avec GeekBench 3 sur le Galaxy S4.

Dans le cas présent, on peut se demander à quoi servent les benchmarks si finalement leurs résultats sont faussés par les constructeurs ? Cette fois-ci le ménage a été fait et les Galaxy S4 sous Android 4.4.2 ne sont plus boostés. Mais qu'en sera-t-il du S5 ? Pour l’heure en tout cas, Samsung semble faire machine arrière concernant cette pratique largement critiquable. Mieux vaut tard que jamais !



Samsung a placé son Note 3 aux César et aux Oscars

Ce week-end était placé sous le signe du cinéma. Vendredi soir, la France a fêté le septième art avec la cérémonie des Césars, avant les États-Unis qui a célébré Hollywood la nuit dernière avec la cérémonie des Oscars. Au-delà des différences de moyens, au-delà des gagnants et perdants de chaque cérémonie, on retiendra surtout deux photos prises par deux remettants et qui partagent un curieux point commun.

Deux « selfies » qui ont un étrange point commun… — Clic pour agrandir

En France, le comique Kev Adams a remis le César du meilleur film d’animation et il en a profité au passage pour se prendre en photo avec Cécile de France, la maîtresse de cérémonie. Aux États-Unis, c’est l’animatrice d’un célèbre talk show Ellen DeGeneres qui présentait les Oscars et elle a pris le temps de se prendre en photo avec Bradley Cooper et une dizaine d’autres stars, de Jennifer Lawrence à Brad Pitt, en passant par Meryl Streep et Kevin Spacey.

Ces deux photos sont des « selfies », un concept et un terme extrêmement populaires depuis quelques mois. Jusque-là, rien de spécial, mais de part et d’autre de l’Atlantique, les deux images ont été prises avec… un Samsung Galaxy Note 3. Une coïncidence qui ne doit certainement rien au hasard : les Oscars sont sponsorisés par le constructeur coréen et si les César ne semblent pas concernés, Kev Adams n’a fait qu’un effort minimal pour plaire à Samsung.

… ils ont tous les deux été réalisés avec un Samsung Galaxy Note 3 ! – Clic pour agrandir

De fait, le comique a pris une photo avec le téléphone, pour mieux la tweeter… avec son iPhone. Quant à Ellen DeGeneres, elle a fait l’effort de publier les photos prises avec le Note 3 sur le même appareil, certes, mais pour mieux reprendre l’iPhone pour tous les autres tweets. Sans compter que sur les deux photos prises avec la phablette, il y en a une qui est totalement floue… on a vu plus vendeur.

Voilà qui devrait faire plaisir à Samsung, même si le constructeur a été vu à la télévision dans des programmes très populaires et c’était peut-être son unique objectif. Pour l’anecdote, le tweet avec le selfie de groupe est le plus retweeté de l’histoire du réseau social avec à l’heure actuelle près de 2,5 millions de RT. On n’en dira pas autant du message de Kev Adams qui n’a même pas atteint les 1000 retweets pour le moment…

Image @IMtheRookieClic pour agrandir

Et sans rapport avec Samsung, on a croisé une personnalité inattendue dans la salle des Oscars : Craig Federighi, le patron d'iOS et d'OS X !



Le capteur d'empreintes du Galaxy S5 en vidéo

Une prise en main du capteur d'empreinte du Galaxy S5 permet de mieux se rendre compte de son fonctionnement et des différences avec celui de l'iPhone 5s. Le rédacteur de SlashGear explique qu'il faut absolument poser son doigt bien à plat lorsqu'on le fait glisser verticalement par dessus le bouton dans lequel est intégré le scanner. Un guide lumineux au bas de l'écran renseigne aussi l'utilisateur sur le mouvement à accomplir.

Comparé à l'iPhone 5s, le système de déverrouillage de Samsung rend plus délicate son utilisation en tenant le téléphone d'une seule main (la taille du Galaxy n'aide certainement pas non plus). Sur l'iPhone 5s, l'utilisateur qui a enregistré son pouce a plus de latitude, puisqu'il n'a qu'à le poser sur le bouton et encore, pas obligatoirement à plat. À noter que Samsung travaille avec Paypal pour la validation de paiements par ce procédé.



Le Galaxy S5 se dévoile plus tôt que prévu

Une prise en main du Galaxy S5 (qui sera annoncé ce soir) a été publiée et rapidement retirée par Pocket-Lint (lien cache de Google). Les écrans montrent la date d'hier, ce qui peut correspondre en effet à une présentation faite sous embargo à Barcelone.

Publication anticipée et malheureuse qui donne du coup quelques détails sur ce nouveau modèle. D'autres photos publiées sur le Twitter de (repérées par Nowherelse) confirment un design qui ne change finalement pas tant que cela comparé au Galaxy S4 (seconde capture ci-après). Sauf si Samsung a gardé dans sa manche une déclinaison plus "premium" sur les matériaux, comme la rumeur l'a évoqué un temps.

Galaxy S5 - Pocket-Lint


Lire la suite



Samsung montre ce qui ne fonctionne pas avec une grande tablette

The Verge a testé la nouvelle Samsung Galaxy Note Pro, une tablette sous Android de 12,2 pouces. C’est quasiment la plus grosse tablette que le site ait testé et c’est un appareil qui est censé remplacer un ordinateur portable traditionnel. Pari réussi ?

Inutile de lire le test complet pour comprendre que le bilan n’est pas très positif. À 750 € environ, cette tablette est aussi chère qu’elle est lourde (près de 730 grammes) et peu maniable. Elle est faite pour être posée plutôt que tenue à la main et malgré ce poids élevé, elle est faite des mêmes plastiques de mauvaise qualité (et de faux cuir sur le dos) que tous les autres produits Samsung. L’écran a été par ailleurs jugé correct, sans plus. Il a la même définition que celui de la Galaxy Note 10.1 et donc une résolution inférieure et il est apparemment assez moyen.

Pour exploiter une telle surface, Samsung a lourdement modifié Android 4.4 avec sa propre interface qui évoque celle de Windows 8. La Galaxy Note Pro permet d’ailleurs de juxtaposer jusqu’à quatre applications côte à côte. D’après ce que l’on peut en voir dans la vidéo réalisée par le site, ce n’est pas toujours pratique et encore moins souvent fluide. Ajoutons que ce mécanisme est limité à quelques applications seulement, ce qui est vite frustrant.

Même constat d’imperfection pour le stylet qui accompagne la tablette. Même s’il est jugé réactif et utile, il n’est pas suffisamment utilisé par Samsung et il faut se contenter de deux ou trois usages seulement. Au total, The Verge a mis une note moyenne à cette tablette qui en fait beaucoup, mais qui ne fait rien de bien. Une tablette traditionnelle sera moins chère et plus agréable en mobilité, tandis qu’on est encore loin de la puissance et de la souplesse d’un ordinateur.



Samsung moque la pub de l'iPad Air pour sa Galaxy Tab Pro

Samsung Tomorrow - CES 2014

Galaxy Tab Pro 10.1 contre iPad Air, Samsung a décidé d'opposer les deux nouvelles tablettes. L'introduction de la vidéo reprend celle d'Apple dans le clip datant d'octobre (il a été retiré depuis de la chaîne YouTube officielle de la marque). On a donc le crayon de bois derrière lequel se cachait l'iPad Air. Samsung a donc caché sa tablette derrière celle d'Apple, vantant par là sa finesse accrue (0,2 mm de mieux, pour un poids identique de 469 grammes en version Wi-Fi).

La suite mentionne une définition plus importante (2560x1600/299 dpi contre 2048x1536/264 dpi) et la capacité de Samsung à faire tourner deux applications simultanément à l'écran. Une route déjà empruntée par Microsoft dans ses comparatifs entre ses Surface et les iPad. Au final, la voix-off, goguenarde, annonce qu'elle préfère prendre la Galaxy et tant qu'à faire le crayon aussi, ignorant superbement l'iPad laissé là en plan. La Galaxy Tab Pro 10 démarre à 500€ en version 16 Go Wi-Fi et 600€ en Wi-Fi/4G à 16 Go.



Détails et description du capteur d'empreintes du Galaxy S5

Le capteur d'empreintes du prochain Galaxy S5 va certainement alimenter les joutes verbales entre aficionados Samsung et Apple. SamMobile assure que le S5 en sera doté et le site détaille son fonctionnement. Il dit aussi avoir quelques captures d'écran, mais il les garde encore sous le coude. Rien ne vaut un feuilleton à six jours de la présentation du téléphone.

Tel qu'il est présenté, le capteur de Samsung serait plus proche de ce que proposait l'Atrix de Motorola que du Touch ID d'Apple. En revanche, la gamme des actions associées serait plus large. Le S5 aurait toujours un bouton Home physique intégrant ce capteur. Pour que l'empreinte soit reconnue, il faudrait glisser verticalement le doigt, bien à plat et doucement, sur la base du téléphone sous l'écran. Peau sèche conseillée, comme sur le 5s.

Le principe rappelle davantage les capteurs de précédentes génération, vus notamment sur les ordinateurs portables. Ils imposent aussi ce glissement, au lieu d'un simple contact avec le bouton de l'iPhone 5s, et pas forcément le doigt bien positionné.

Touch ID

Avantage, a priori, à Apple, mais Samsung en fera plus sur le plan logiciel. 8 empreintes pourront être enregistrées et associées à autant d'actions ou de raccourcis pour lancer des apps. L'une des empreintes au moins devra servir à déverrouiller le téléphone. Un dossier personnel et un mode privé seraient prévus pour masquer des contenus privés. Ils ne seraient accessibles qu'en échange d'une pression sur le bouton Home suivi du geste pour l'empreinte. L'accès à des sites web verrouillés par mot de passe compte aussi parmi les usages prévus, indique SamMobile.

Tim Cook avait laissé clairement entendre que le rayon d'action de Touch ID, limité au déverrouillage ainsi qu'aux achats sur l'App Store, ne demandait qu'à être élargi. Vu qu'il s'agit de logiciel, c'est certainement la partie la plus aisée à faire progresser pour Apple, comparée au mécanisme de détection qui imposait une miniaturisation conséquente tout en garantissant une fiabilité importante pour se faire oublier par l'utilisateur (lire aussi L'ancêtre de Touch ID avait la taille d'une console de jeu).

Petit détail, au moment de la reconnaissance, l'écran du S5 afficherait une image de l'empreinte. Amateurs des Experts… En définitive, Samsung paraît avoir choisi un chemin plus court et plus aisé à mettre en place que le principe de la reconnaissance rétinienne qu'avait évoqué la vice-présidente exécutive de la division mobile (lire Samsung veut un scanner rétinien pour le Galaxy S5).

Enfin, Bloomberg parle de tarifs plus abordables que ceux des S4 à leur lancement, en plus d'un écran plus grand, d'un meilleur appareil photo (16 mpx) et d'une plus grosse batterie. Une précédente rumeur parlait de deux modèles pour le S5, dont un en aluminium. À voir si la version évoquée par Bloomberg ne correspond pas simplement à l'entrée de gamme en polycarbonate.



Une puce A8 sans LTE et sans Samsung ?

Si l’on ne sait rien, ou presque, du nouvel iPhone, on sait qu’Apple présentera cette année un successeur à l’A7, le système sur puce qui équipe l’iPhone 5s et les nouveaux iPad. Celui qui devrait vraisemblablement s’appeler A8 n’aurait pas de puce LTE, ce qui n’est pas une surprise étant donné qu’aucun Apple Ax n’a été équipé de puces cellulaires jusque-là.

merci bugman

La rumeur voudrait plutôt que l’A9, ou un autre successeur encore, finisse par intégrer les composants cellulaires. À la clé, un gain de place potentiel, mais aussi une meilleure autonomie liée à des optimisations que pourrait mener le constructeur. D’ici là, Apple ferait à nouveau confiance à Qualcomm pour équiper ses nouveaux smartphones.

À propos de fournisseurs, une autre rumeur indique que Samsung ne produirait pas l’Apple A8. Aucune raison politique derrière ce choix, mais une incapacité du Coréen à produire la puce dans des quantités suffisantes et avec suffisamment de bons résultats. À l’heure actuelle, Samsung ne parviendrait pas à tenir la production à cause des gravures en 20 nm que le système sur puce nécessiterait. Résultat, TSMC seul pourrait avoir la charge de produire la puce selon cette rumeur.

Cela ne veut pas dire que Samsung n’aurait plus de commandes de la part d’Apple et l’entreprise pourrait participer à la production de l’Apple A9 pour 2015.

[Via : 9To5 Mac]



Samsung veut faire mordre la poussière à Dyson

Samsung est plus heureux en procès lorsqu'il s'agit d'aspirateurs. Le groupe coréen a attaqué son concurrent, l'anglais Dyson, au motif « d'allégations intolérables » et il lui réclame 9,4 millions de dollars dommages et intérêts (6,8 millions d'euros). Un montant préliminaire qui peut être amené à augmenter si le jugement présente une issue favorable. En août dernier, Dyson avait porté plainte contre Samsung à propos de son nouvel aspirateur, le Motion Sync.

Samsung Motion Sync

En jeu, un système directionnel permettant à l'appareil de bien mieux rester dans les pas de son utilisateur lorsque celui-ci le tire derrière lui et tourne autour de son mobilier. « Un plagiat cynique » s'était écrié James Dyson, en pointant l'un de ses propres modèles. Trois mois plus tard, l'anglais avait ravalé de sa superbe et retiré sa plainte. Samsung ayant produit des documents montrant qu'il travaillait depuis déjà longtemps sur cette technique.

Samsung estime aujourd'hui que la procédure de Dyson à son encontre a nui à son image et il entend obtenir réparation devant les tribunaux, qualifiant au passage l'attaque ratée de Dyson de « manoeuvre marketing ».

Dyson DC39

[via Korea Times & Fortune]



Samsung Unpacked 5 : une conférence puissance (Galaxy S) 5

Samsung voudrait faire comprendre qu'elle va annoncer le Galaxy S5 qu'elle ne s'y prendrait pas autrement. L'entreprise a posté sur son blog une image avec neuf icônes dont les noms sont affublés d'un 5 en exposant. Samsung promet de la vitesse, du plein air, de la curiosité, du fun, du social, du style, de la sécurité, du fitness et de la vie. Les icônes ont un design assez différent de la surcouche TouchWiz actuelle. Elles sont toutes rondes et faites d'un aplat de couleur.

Clic pour agrandir

SamMobile, qui a souvent des infos de première main sur le fabricant coréen, avait publié la semaine dernière une capture d'écran de ce qui serait une nouvelle application du Galaxy S5 — l'article a depuis été retiré. Cette nouvelle mouture de S Health a un petit côté iOS 7.

Selon le Korea Times, le Galaxy S5 aurait un écran bord à bord et n'aurait plus de bouton physique sur sa face avant. De précédentes rumeurs font état de différents modèles et d'un écran 5,2" (lire : Les spécifications supposées du Galaxy S5). La conférence Unpacked 5 se tiendra le 24 février à 20 heures.