Matériel

Test du HTC One (M8)

Racé et soigné… la première tenue en main du nouveau fer de lance d'HTC, le One (M8), ne laisse aucune place à la déception ou à l'indifférence. L'aluminium est partout présent sur cette coque unibody. Un métal avec un effet brossé plus subtil et modéré que ne le laissent penser certaines photos officielles du fabricant où l'arrière paraît quasiment zébré (en exagérant). Ce premier contact est donc très flatteur, l'appareil a un côté luxueux, il ne fait pas toc mais en contrepartie il pèse son poids (160 grammes). Ce test est pour le HTC mais nous l'avons émaillé de quelques considérations relatives à d'autres appareils de même stature, Android comme iOS.

Cliquer pour agrandir

Test du Samsung Galaxy S5

L'époque où l'on pouvait confondre un iPhone à un Galaxy S est révolue depuis un moment. Le Galaxy S III sorti en 2012 a été le point de départ d'une affirmation de l'identité de Samsung. Grand écran, coins arrondis, couleurs différentes, plastique...

Le numéro un mondial du mobile a fait évoluer en douceur son smartphone phare au fil des ans. Le Galaxy S5 disponible depuis quelques jours est la dernière locomotive qui doit permettre de capturer, encore, une grosse partie du marché haut de gamme.

Le mot d'ordre de ce terminal, c'est d' « enrichir la vie » de son propriétaire. Pour cela, le Galaxy S5 comporte son lot de nouveautés matérielles (lecteur d'empreinte digitale, cardiofréquencemètre, étanchéité...) et logicielles (application S Health plus complète, mode économie d'énergie...). Plus belle la vie avec le Galaxy S5 ? Réponse dans notre test.

Test du Moto X de Motorola

Premier téléphone de Motorola à avoir été conçu sous la tutelle de Google, le Moto X était très ambitieux à sa sortie aux États-Unis. Assemblé sur le sol américain et hautement personnalisable, il se distinguait intelligemment de la concurrence en évitant la course aux pixels ou au nombre de cœurs et de GHz.

Six mois plus tard, sa traversée de l'Atlantique lui fait perdre ces deux arguments commerciaux. Le Moto X hexagonal est fabriqué en Chine et disponible uniquement en noir ou en blanc. Malgré tout, le rejeton du couple Motorola Google a encore des fonctions qui lui sont propres et qui le rendent un peu plus intelligent que la moyenne. Vendu autour de 370 €, soit quasiment le même prix que son cousin le Nexus 5, le Moto X vaut-il le coup ? La réponse dans notre test.

Test du Chromecast

Changement total de stratégie de Google pour pénétrer dans le salon. Les Google TV étaient trop chères et trop compliquées ? Voici le Chromecast, un appareil de la taille d'une clé USB qui se branche sur le port HDMI du téléviseur. Pas de télécommande avec des dizaines de boutons, on contrôle la lecture des vidéos et de la musique issus des services de Google et de quelques partenaires simplement avec un iPhone ou un smartphone Android. À cela s'ajoute la prise en charge de Chrome.

Bien qu'il ne soit pas encore sorti officiellement en France, il est très facile de se procurer un Chromecast dès aujourd'hui pour une quarantaine d'euros. Cet accessoire présente-t-il un intérêt ? Réponse dans notre test du Chromecast.

Test du Nexus 5 de Google et LG

Le Nexus 5 porte bien son nom. Cinquième génération de la gamme de smartphones supervisée par Google, il est aussi équipé d'un écran 5". C'est une nouvelle fois LG qui est à la réalisation. Les Nexus ont toujours présenté un rapport qualité-prix intéressant dans le milieu de gamme.

Équipé de la dernière version d'Android, KitKat, ce nouveau modèle s'inscrit-il dans la lignée de ses prédécesseurs ? Réussit-il à proposer des prestations haut de gamme à seulement 350 € ? Réponse dans notre test du Nexus 5.

Test du casque Bluetooth Parrot Zik

Parrot est une entreprise française spécialisée dans les produits sans fil. Connue pour son AR.Drone et les autoradios, elle commercialise aussi depuis l’année dernière un casque Bluetooth dessiné par le designer Philippe Starck. Proposant un système antibruit actif, des commandes tactiles et une forme originale, le Parrot Zik est-il à la hauteur de son prix (250 € environ) ?

Un casque conçu en collaboration avec un grand nom le rend-il meilleur ? La réponse dans notre test du Parrot Zik.

Un ovni sur terre

Le Parrot Zik n’est pas un casque banal. Son arceau entortillé et ses écouteurs creusés font de lui un vrai ovni. Parrot a eu la bonne idée de sortir des sentiers battus pour le placement de ces composants. En résulte un design audacieux qui divisera à coup sûr. Sa fabrication et ses matériaux nobles respirent la solidité et même après un an d’utilisation intense, il ne présente que très peu de marques d’usure.

Il alterne entre un plastique avec une finition "soft" et un plastique brillant imitant la couleur aluminium présente sur l’arceau. Surplombé par du vinyle, celui-ci se poursuit en deux parties en aluminium, soutenant les écouteurs. Rien ne craque et le jeu est inexistant au niveau des jointures du périphérique. Ce beau bébé de 325 grammes en impose, et ne conviendra de fait pas à toutes les carrures.

Confortable, mais pas infaillible

Le Zik appartient à la famille des casques circum-auraux. Il entoure vos oreilles et les mousses amples et bien fournies se posent contre votre crâne. Elles sont étonnamment confortables et se font très vite oublier. La profondeur des écouteurs et satisfaisante et comme avec le Turtle Beach i30, les porteurs de piercing ou de lunettes ne seront pas ennuyés. L’arceau est ample et présente un fin rembourrage. Il ne compresse pas et s’en sort très bien, que ce soit avec les petites têtes ou les grosses.

Cependant, le problème de ce Parrot Zik est ailleurs. Comme on l’a déjà dit, ses 325 g entachent sérieusement son confort global. D’heure en heure, il se fait de plus en plus lourd et devient difficile à supporter. C’est fort dommage quand on sait qu’individuellement, les différentes parties du casque s’en sortent avec brio.

[ pagebreak ]

Un son paramétrable

Parrot n’a pas laissé de côté les performances audio du casque. Par défaut, le rendu sonore est plutôt flatteur, sans bien sûr prétendre rivaliser avec les meilleurs casques. Les basses sont mises en avant comme sur la plupart des casques modernes, sans que les médiums ne soient trop en recul et que les aigus ne perdent trop en définition. Le rendu est assez chaleureux sans être trop écrasant, mais certains déploreront que le Zik n’offre pas un son plus neutre ou franchement meilleur que des casques moins chers.

Le Parrot Zik possède une annulation active du bruit. En écoutant l’environnement autour de vous, ce système antibruit va "inverser" tous les sons et les rediriger vers vos oreilles. Cela permet à l’auditeur de n’entendre que sa musique. Pas moins de quatre micros sont à l’oeuvre et le tout assure une bonne isolation phonique. En mode passif, le son pèche, comme avec le reste des casques ayant un dispositif antibruit. La sortie est plate et les aigus franchement criards. On a l’impression de porter des écouteurs filaires de très mauvaise qualité. Un passage dans les réglages du casque réglera une partie des problèmes.

D’ailleurs, ces réglages sont nombreux et une application a même été développée pour l’occasion. Parrot Audio Suite [2.5 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – 44,2 Mo – Parrot SA] est un vrai centre de contrôle. Il permet de modifier l’égaliseur, d’activer ou non l’antibruit, de consulter la batterie restante et propose même des fonctions exclusives, comme le Parrot Concert Hall ou le Tuned by Lou Reed. Ces paramètres créent des atmosphères particulières à appliquer à votre musique. Inutiles pour certains, ils offrent une alternative aux réglages initiaux, mais vous remarquerez assez vite qu’ils ne font rien d’autre que de ruiner l’équilibre sonore du Zik.

Une pluie de bonnes idées

À première vue, les commandes physiques du casque sont inexistantes. On a beau faire le tour de l’appareil, seul le bouton d’alimentation se devine sous la tranche d’un des écouteurs. Eh bien, c’est plutôt logique, car Parrot a implémenté des commandes exclusivement tactiles. Là où les constructeurs se compliquent la vie pour placer intelligemment les contrôles de lecture ou d’arrêt, la marque française à fait le choix de privilégier les gestes tactiles. Très bien pensés et facilitant grandement l’utilisation au quotidien, on a du mal à comprendre pourquoi la marque française est la seule à faire ça. Peut-être pour une question de coût...

Autre bonne idée, l’intégration d’un capteur de présence au niveau d’un des écouteurs. Il va automatiquement contrôler la lecture et la pause de votre musique dès que vous enlevez ou mettez le casque. A priori gadget, il se rend vite indispensable quand on y a goûté. Le temps de réaction est à peu près d’une seconde.

Dernière trouvaille, la batterie amovible. Accessible en soulevant le capot aimanté de l’écouteur gauche, elle pourra facilement se changer au cas où. Elle a une capacité de 800 mAh et propose un peu moins de 6 heures d’autonomie en mode actif. Satisfaisant pour 2 à 3 sessions d’écoute.

En conclusion

L’impression finale est plutôt bonne. Comme la plupart des casques Bluetooth du marché, le son ne plaira pas à tout le monde. Toutefois, Parrot a pallié ce défaut en laissant la liberté à l’utilisateur de le paramétrer comme il le souhaite. Les ajouts tels que le capteur de proximité et les contrôles tactiles sont de vraies bonnes idées. L’utilisation y est facilitée et le confort augmenté.

Malgré cela, le prix peut freiner la plupart d’entre vous. Environ 250 €, ce n’est pas un petit investissement. Il est en concurrence avec le Sennheiser MM 550-X ou le Turtle Beach i30 que l’on avait eu l’occasion de tester, mais son design le sort du lot.

Test du Moto G de Motorola

Présenté comme un « téléphone d'exception à un prix exceptionnel », le Moto G est le deuxième smartphone de Motorola réalisé sous l'égide de Google. Le petit frère du Moto X marque aussi le retour du constructeur américain sur le marché français après un an sans nouveautés.

Vendu 169 € nu, le Moto G est proposé à un tarif très intéressant. Mais s'agit-il vraiment d'une bonne affaire ? Quelles prestations offre-t-il ? La réponse dans notre test du Moto G.

Test du Kindle Fire HDX 8,9" d'Amazon

Un million de pixels supplémentaire, 20 % plus léger, 110 € moins cher... Amazon n'hésite pas à comparer son nouveau Kindle Fire HDX 8,9" à l'iPad Air. Et pour cause, sur le papier, sa tablette propose mieux pour moins cher. Mais qu'en est-il en concrètement ? Réponse dans notre test du Kindle Fire HDX 8,9".

Test de l'iPad mini Retina Wi-Fi + Cellular

L'édition 2013 de l'iPad mini Wi-Fi + Cellular est une mise à jour majeure à double titre. Cet iPad mini gagne non seulement un écran Retina, mais aussi la compatibilité 4G LTE avec les réseaux français. La tablette mobile ultime ?

Test de l’iPad mini Retina

Un an après la sortie de sa première tablette dotée d’un écran 7,9 pouces, Apple sort une nouvelle version. L’iPad mini a séduit une bonne quantité d’utilisateurs d’iPad, y compris la moitié de la rédaction de MacGeneration. Cette tablette toute petite et légère était un appareil presque idéal, même si l’absence d’écran Retina était un inconvénient certain, comme on l’évoquait en conclusion de notre test de l’iPad mini.

L’iPad mini avait suffisamment d’arguments pour justifier, à notre avis, l’achat de cette tablette l’an dernier. Un an après donc, Apple sort un nouveau modèle doté d’un écran mieux défini, quasiment sans toucher à l’appareil, mais en revoyant le prix à la hausse. Alors, l’iPad mini Retina est-il la tablette 7,9 pouces parfaite ? Réponse dans notre test…