Fermer le menu

Test de la balance Withings Smart Body Analyzer WS-50

Anthony Nelzin | | 15:00 |  7

Le Smart Body Analyser WS-50 de Withings n’est pas qu’une jolie balance à 150 € avec un nom à rallonge. En plus de vous peser, elle est capable de mesurer votre masse grasse, votre rythme cardiaque et la qualité de l’air que vous respirez, et d’envoyer toutes les données sur votre iPhone et en ligne. Le fait-elle bien ? Est-ce vraiment utile ? La réponse dans notre test.


Une jolie balance… à 150 €

Très honnêtement, des balances à 50 € sont aussi bien finies que le Smart Body Analyser WS-50 — on citera au hasard le Fitness Coach de Terraillon, et pas uniquement parce qu’il lui ressemble. Cela ne veut pas dire que la balance de Withings est de mauvaise qualité, loin de là. Mais ce n’est pas là-dessus qu’on la jugera.

Son plateau en verre de 36 cm de côté est facile à nettoyer, son grand écran est parfaitement lisible, et Withings fournit des pieds pour une utilisation sur moquette et les quatre piles LR03 nécessaires à son démarrage. Des piles qui lui offrent une excellente autonomie, bien que la balance embarque une puce Wi-Fi, une puce Bluetooth et divers capteurs — après trois mois d’utilisation, les piles de notre exemplaire ont encore 76 % de leur charge.

Synchronisation et mise à jour de la balance d'une part, paramètres de l'autre. Notez que la mesure de masse grasse et du rythme cardiaque peut être désactivé.
Synchronisation et mise à jour de la balance d'une part, paramètres de l'autre. Notez que la mesure de masse grasse et du rythme cardiaque peut être désactivée.

Le paramétrage n’est pas difficile, même s’il est quelque peu fastidieux. Si vous disposez d’un réseau Wi-Fi, le Smart Body Analyser WS-50 pourra s’y connecter et directement envoyer les mesures aux serveurs de Withings. Sinon, il se synchronisera avec votre appareil iOS ou Android en Bluetooth. Dans les deux cas, il faut créer un profil d’utilisateur, mais la balance peut gérer toute une famille : elle reconnaît jusqu’à huit utilisateurs. Cette reconnaissance s’effectuant essentiellement par le poids, la balance peut se tromper si deux personnes ont le même poids et un profil similaire.

On peut attribuer la mesure au bon utilisateur dans l’application Compagnon Santé de Withings — application qui, par défaut, regroupe tous les utilisateurs dans un seul compte. Chaque utilisateur dispose de paramètres de confidentialité, mais on aurait préféré que Withings demande par défaut de créer des comptes séparés : c’est un peu plus compliqué certes (quoique), mais cela éviterait tout problème.

On peut rendre un utilisateur « autonome » du compte principal. Notez la liste déroulante « modèle de composition corporelle » : si vous êtes très sportif, vous pouvez choisir un modèle adapté pour améliorer la précision des mesures.
On peut rendre un utilisateur « autonome » du compte principal. Notez la liste déroulante « modèle de composition corporelle » : si vous êtes très sportif, vous pouvez choisir un modèle adapté pour améliorer la précision des mesures.

Une balance qui mesure la qualité de l’air

Autre moyen d’attribuer la mesure au bon utilisateur en cas de confusion : se pencher à droite ou à gauche, sur la balance, pour faire défiler les profils. Le Smart Body Analyser WS-50 est en effet capable de juger de la position de l’utilisateur grâce à des capteurs, une fonction nommée Position Control. Lors de la pesée, de petites flèches apparaissent sur l’écran si l’on penche trop d’un côté ou de l’autre, ce qui peut fausser la mesure. Le poids est mesuré à l’aide de quatre capteurs et donné à 100 grammes près (avec un minimum de 9 kg et un maximum de 180 kg).

Trop à droite…
Trop à droite…

Après votre poids, c’est votre masse grasse qui est mesurée, du moins si vous ne descendez pas de la balance avant. Pour ce faire, le Smart Body Analyser WS-50 envoie un courant sinusoïdal de très faible intensité et de haute fréquence à travers votre corps. Le tissu adipeux étant moins conducteur d’électricité que le tissu musculaire, la mesure de l’impédance, autrement dit l’opposition de votre corps à ce courant, permet d’estimer votre masse grasse. Ce courant est trop faible pour être senti, mais il est tout de même déconseillé aux personnes portant un pacemaker et aux femmes enceintes d’utiliser le Smart Body Analyser WS-50.

L’impédancemètre est un composant désormais répandu dans les balances, mais il faut bien être conscient qu’il n’est pas toujours parfaitement fiable. Selon que vous portiez des chaussettes ou pas et que vous ayez les pieds humides ou pas, les résultats varieront de quelques pour cent. Sur le long terme, la tendance des mesures donnera une bonne indication, mais il ne faudra pas forcément avoir l’œil sur le détail des relevés quotidiens.

Dernière mesure, celle du rythme cardiaque. Lorsque le Smart Body Analyser WS-50 parvient à le mesurer, il donne un résultat identique ou très proche de celui obtenu dans le même temps avec une ceinture pectorale Polar. Lorsqu’il y parvient : il a tendance à refuser de prendre la mesure s’il a le moindre « doute ». Withings fait là un excellent choix, celui de préserver la cohérence des mesures sur le long terme — même si, là encore, on pourrait espérer que la balance mesure toujours parfaitement.

Ces mesures effectuées, le Smart Body Analyser WS-50 affiche la température de la pièce (en °C) et la qualité de l’air (en ppm de CO₂), relevées toutes les demi-heures. Withings justifie cette fonction en expliquant qu’« une forte concentration de dioxyde de carbone indique que votre maison n’est pas assez aérée. » C’est vrai, et ce paramètre environnemental ne manque pas d’intérêt : « à des niveaux très élevés, le dioxyde de carbone peut nuire à la qualité du sommeil, causer des maux de tête et même des problèmes de santé bien plus graves. » Mais Withings ne le lie pas suffisamment avec les autres mesures pour qu’il soit réellement pertinent.

Un compagnon santé

C’est d’autant plus flagrant que l’application et le site Withings font un excellent travail de mise en perspective des mesures. L’affichage est aussi concis ou précis qu’on le souhaite, et peut être entièrement personnalisé. Mais ce simple relevé n’est pas suffisant pour justifier l’achat du Smart Body Analyser WS-50 : une bête balance et un classeur Excel font le même travail.

Quelques conseils synthétiques donnés par l'application.
Quelques conseils synthétiques donnés par l'application.

C’est l’intégration à d’autres applications qui fait tout l’intérêt de cette balance : le Compagnon Santé peut récupérer les données d’applications comme MyFitnessPal ou RunKeeper, et vice-versa. On peut ainsi vraiment comprendre comment l’alimentation et l’activité influent non seulement sur le poids, mais aussi la manière dont on le perd ou on le prend (gras ou muscle) et sur la capacité cardiaque. Le Compagnon Santé manque sans doute d’outils de visualisation, mais c’est déjà pas mal : Withings a au moins l’intelligence de proposer une API et de permettre ce genre d’intégrations.

Évidemment, le fabricant français pousse ainsi ses propres produits : après la balance WS-50, on peut acheter le tensiomètre BP-801 pour compléter les mesures cardiaques, et le traqueur Pulse pour obtenir des mesures plus précises d’activité et suivre son sommeil. Le tout forme il est vrai un ensemble cohérent et Withings est sans doute la première société à proposer un véritable écosystème de produits connectés communiquant ensemble.

Intégration des données MyFitnessPal dans l'application Withings, et intégration des données Withings dans MyFitnessPal.
Intégration des données MyFitnessPal dans l'application Withings, et intégration des données Withings dans MyFitnessPal.

Mais le fabricant permet aussi de récupérer les données de la balance si l’on utilise un Jawbone Up ou un traqueur Fitbit : on peut s’enfermer dans son écosystème, mais on n’y est pas obligé. On doute que ce genre d’intégration survive à la bataille qui s’annonce dans le domaine du quantified-self, mais on ne peut que la saluer en attendant : ces objets séparés peuvent alimenter une base commune et y puiser, fournir un jeu cohérent de données à partir desquelles on peut agir (ou plutôt un médecin pourra le faire, puisqu’on peut les lui transmettre par e-mail).

Pour conclure

Bien entendu, le Smart Body Analyser WS-50 ne remplace pas la volonté de changer d’hygiène de vie ou les conseils d’un docteur. Mais si on a déjà tout ça, c’est un outil très pertinent et de bonne qualité, malgré quelques imprécisions ponctuelles. Non, le Smart Body Analyser WS-50 de Withings n’est pas qu’une jolie balance à 150 € avec un nom à rallonge. Et c’est mon toubib qui le dit.

8.5
10
Smart Body Analyzer WS-50 de Withings 2014-02-14t15:00:00+01:00 Anthony Nelzin Configuration

  • Joli objet

  • Compagnon Santé efficace

  • Intégration d'applications et d'objets « concurrents »

  • Possibilité d'exporter et partager librement les données

  • Gestion de multiples utilisateurs un peu contre-intuitive

  • Quelques imprécisions dans certaines mesures

  • Pas de possibilité d'utiliser le Compagnon Santé sans synchronisation avec « le nuage »

7 Commentaires

avatar jesfr 14/02/2014 - 15:06

Superbe idée de cadeau pour la St-Valentin ! ;)

avatar Degrach 14/02/2014 - 15:09

Je l'ai reçue pour noel. Top. J'ai perdu 3 kilos en 2 semaines... Sérieux.

avatar melaure 14/02/2014 - 17:43

Nul doute, c'est intéressant... mais être obligé de mettre ce genre de données en ligne... ouais, elles seraient très bien sur mon téléphone ou mon ordinateur, mais pas besoin de les partager avec le reste du monde.

avatar hellhasnofury 14/02/2014 - 20:26

Qu'en est il de l'application sur l'iPad ?

avatar macniamor 15/02/2014 - 14:40

Pour compléter (j'en ai une depuis près d'un an) :
Mesures cardiaque pas du tout fiable, affiche souvent le double du réel... Résultat au bout de trois mois à 110-120 au réveil, j'ai pris un RDV chez un cardiologue (juste histoire de passer pour un con) et faire un test sur 24h pour découvrir que j'étais à 50-60...
Suite à des pertes d'apairage wifi/Bluetooth 'ai contacté trois fois Withing via leur site : aucune réponse ! Leur aide en ligne est inexistante et pas à jour pour ce modèle.
Heureusement que je dispose de plusieurs iPhone et iPad qui m'ont permis de refaire des appairages et retrouver une synchro, mais que c'est compliqué !!!
De plus leur application ne synchronise plus correctement les données Runkeeper depuis trois mois...
En conclusion, j'étais ravi (de la crèche) de donner 150€ à une entreprise française mais vous aurez compris que les promesses de cette balance ne sont pas tenues pour moi, je donnerai 4/10 parce qu'au final elle me pèse...

avatar eipem 15/02/2014 - 16:21

C'est le genre de technologie qui va exploser dans les années à venir. À plus ou moins court terme, y a même moyen qu'on se passe de médecin généraliste.
Les pistes sont nombreuses. Je lisais un article ce matin qui parlait d'utiliser les odeurs corporelles pour détecter certaines maladies, notamment certains cancers.
C'est intéressant si ça peut vraiment permettre de déceler le plus tôt possible ces saloperies. J'ai hâte de voir ce que Apple va nous proposer ! Et qui sait, l'iWatch sera peut-être remboursée par la sécu !

Connexion utilisateur