Fermer le menu

Test de la SteelSeries Stratus, une manette iOS 7 sans fil

monsieursapin | | 19:32 |  4

Après le test sanction des manettes Moga et Logitech, SteelSeries tente sa chance avec la Stratus. Vendue 70 €, elle est la première manette sans fil compatible iOS 7. Elle est aussi la plus compacte.

Est-elle aussi maniable que les autres ? La connexion sans fil est-elle fiable ? Évite-t-elle les erreurs de ses concurrents ? Les réponses dans notre test de la SteelSeries Stratus !

Design et prise en main

SteelSeries propose une manette étonnamment compacte. Son encombrement rivalise avec un iPhone. Elle est très facile à ranger, que ce soit dans un sac ou dans une poche. Un couvercle en plastique est fourni pour protéger la face avant. Il est aussi censé pouvoir se clipser sur le dos de l'accessoire pour faciliter sa prise en main en apportant un peu de volume, mais concrètement, il est difficile de le maintenir dans cette position. Ce couvercle est donc anecdotique en fin de compte.

La compacité de la Stratus a ses travers. Les boutons, sticks analogiques et la croix directionnelle sont un peu trop proches les uns des autres. Cela risque de gêner les personnes ayant de grandes mains. Le positionnement des boutons est standard, à l'exception des gâchettes qui ne tombent pas sous les doigts. Difficilement accessibles, elles nécessitent un temps d'adaptation pour les utiliser convenablement. Les sticks analogiques se rapprochent de ce qui se fait sur la PlayStation Vita. C'est petit, mais maniable. En somme, la prise en main est correcte sans être exceptionnelle. Disons que c'est passable.

La Stratus offre une finition correcte. Elle alterne entre un plastique mat, brillant et gommé. Le choix des matériaux est logique et les effets de style sont sobres et bien amenés. Le contrôleur respire la solidité. La comparaison avec la Moga Ace Power est sans appel, SteelSeries est un cran au-dessus. Toutefois, le bât blesse dès que l'on presse un bouton. En effet, le bruit des boutons est assez marqué. En pleine action, la manette n'est pas discrète.


À l'usage

Une fois en main, il est temps de configurer le contrôleur. La manipulation est très simple. Un bouton sur le côté pour allumer la Stratus et un bouton à l'arrière pour l'appairage. Les quatre LED à l'avant clignotent tout au long de l'opération. Ces petites lumières donnent d'autres indications précieuses comme l'état de la batterie et la "place" de la manette. En effet, l'avantage du sans fil est qu'il est possible de jouer à plusieurs sur un même terminal. Les LED indiquent ainsi sur chaque manette leur position, comme le font les contrôleurs des consoles de salon. Jusqu'à quatre joueurs peuvent jouer au même moment. Les jeux compatibles ne sont pas très nombreux, mais l'option à le mérite d'exister.

Pour en revenir à l'appairage, une simple pression de plus de deux secondes sur le bouton dédié et la Stratus est visible dans les réglages Bluetooth d'iOS. Il suffit ensuite de lancer un jeu compatible et la Stratus est directement opérationnelle — si ce n'est pas le cas, il faut faire un tour dans les réglages du jeu.

Dans l'ensemble, les commandes répondent bien. Toutefois, la liaison sans fil n'est pas parfaite. Alors que la Moga Ace Power et la Logitech PowerShell répondaient bien — connexion Lightning oblige —, la Stratus accuse une latence très faible, mais perceptible. Pour un joueur assidu, il est difficile d'en faire abstraction dans les jeux demandant beaucoup de réflexes.

Nous avons noté un bug assez ennuyeux qui fait que certains boutons ne répondent pas ou qu'ils sont inversés (le bouton B déclenche l'action normalement attribuée au bouton Y par exemple). Il s'agit d'un bug logiciel, peut-être dû à la jeunesse de l'API ou à la liaison sans fil — il ne s'est jamais produit avec les accessoires de Logitech et Moga —, qui se résout heureusement simplement en redémarrant la manette.

Le grand avantage de la Stratus par rapport aux deux autres manettes disponibles, c’est qu’on peut y jouer avec un iPad, un iPhone, un iPod touch et a priori tous les futurs terminaux iOS grâce à sa connexion sans fil. Un argument de poids vu le prix de ces produits aujourd'hui. C'est d'ailleurs un vrai plaisir de jouer sur iPad avec une manette. Le confort de jeu est bien meilleur sur un grand écran.

Toutefois, la conception de la Stratus présente un inconvénient par rapport à ses concurrentes : elle n'est pas capable de maintenir un iPhone. Concrètement, cela la rend inutilisable dans les transports en commun — à moins de s'asseoir et de poser son iPhone sur ses genoux... Paradoxalement, cette manette très compacte n'est donc pas la plus indiquée pour une utilisation mobile. Il faut penser à chaque fois au positionnement de l'appareil iOS pour jouer. Ce n'est pas gênant avec un iPad, surtout s'il est doté d'un étui qui peut servir de support, mais c'est ennuyeux avec un iPhone. C'est un élément important à prendre en compte avant l'achat. MadCatz a semble-t-il trouvé la solution avec la C.T.R.L.i qui rassemble le meilleur des deux mondes : connectivité sans fil pour une compatibilité avec tous les terminaux iOS, et support pour iPhone pour une utilisation en mobilité.

Conclusion

Au final, SteelSeries s'en sort mieux que ses concurrents. La Stratus a le grand avantage de pouvoir être utilisée indifféremment sur iPhone ou iPad. Sa connectivité sans fil lui assure aussi une compatibilité avec les terminaux à venir. Malheureusement, tout n'est pas parfait. La Stratus est bien construite, mais trop petite. La prise en main n'est pas optimale. C'est acceptable, mais pour une manette vendue 70 € on attendait plus. La latence de la connexion Bluetooth est également un point à signaler pour les amateurs de jeux demandant de la vitesse.

Contrairement aux autres manettes déjà disponibles, la Stratus peut être recommandée... à condition de ne pas chercher un accessoire pour transformer un iPhone en une console portable utilisable n'importe où.

6
10
Test de la manette iOS 7 Steelseries Stratus Wireless Gaming de Steelseries 2014-03-03t19:32:03+01:00 monsieursapin Configuration - Bluetooth 2.1
- Autonomie annoncée : jusqu'à 10 heures de jeu
- Pavé directionnel, deux sticks analogiques, quatre gâchettes, quatre boutons
- Témoins lumineux pour le niveau de batterie, le mode utilisé et le multijoueur
- Chargement via un câble micro-USB
- Compacte

- Sans fil

- Présence de tous les boutons indispensables
- Trop petite

- Contrôles trop rapprochés

- Prix

- Pas adapté à un usage mobile

Les derniers dossiers

4 Commentaires

avatar iolofato 03/03/2014 - 20:22

La grosse nouveauté aussi avec cette manette, c'est de pouvoir l'accoupler avec la diffusion airplay d'une Apple TV, on a pratiquement une console de salon.

avatar Readnik 04/03/2014 - 04:18

« pratiquement », à condition de tolérer les 300ms de latence…
J’ai essayé plusieurs fois de jouer sur ma télé par AirPlay, pour des jeux lents comme TheWalkingDead c’est tout juste acceptable, et sur des jeux à réflexes comme RealRacing3 c’est complètement injouable.
Rajoute à ça la latence du Bluetooth de la manette, et t’as le combo gagnant pour te limiter à des jeux comme le Scrabble.

Connexion utilisateur