L'iPod Hi-Fi aurait pu être vendu en noir intégral

Florian Innocente |

Si la carrière de l'iPod Hi-Fi n'avait été aussi brève, peut-être aurait-on eu droit à une variante noire, en plus du modèle original blanc.

José Benitez Cong, a publié sur X quelques photos de ce qu'il pense être l'unique iPod Hi-Fi noir existant. Cong a travaillé chez Apple entre 2005 et 2011, il s'occupait de recrutement dans les équipes iPod/iPhone et projets spéciaux. Il est aujourd'hui chez Humane avec d'anciens collègues de Cupertino.

Quant à cet iPod Hi-Fi tout de noir vêtu — on voit assez bien à quel point il aurait été un aimant à poussière — il en a fait cadeau à l'un de ses bons amis.

Steve Jobs présenta l'iPod Hi-Fi, comme la meilleure enceinte à iPod du marché, mais le produit eut un destin à la G4 Cube : sorti en février 2006 il fut retiré de la vente en septembre 2007.

Il y a 14 ans, l

Il y a 14 ans, l'iPod Hi-Fi cassait les vitrines des Apple Store

Lire les commentaires →

(Re)découvrez Home Assistant avec notre nouveau livre

Anthony Nelzin-Santos |

Après la série sur le Club iGen, voici le livre. Découvrez Home Assistant vous apprendra tout ce qu’il faut savoir pour libérer votre foyer connecté avec une solution open source d’une flexibilité incomparable. Alexa, Google Home et HomeKit vous ont fâché avec la domotique ? Découvrez Home Assistant vous réconciliera avec les appareils connectés et vous apprendra comment en tirer le meilleur parti.

Pourquoi choisir Home Assistant ? Après vous avoir convaincu que vous avez fait le bon choix, Nicolas Furno vous accompagnera dans l’installation et la configuration du micro-ordinateur Raspberry Pi qui contrôlera votre système domotique. Vous apprendrez ensuite comment connecter vos appareils, créer votre tableau de bord, suivre votre consommation d’énergie, mais aussi et surtout automatiser le fonctionnement de votre foyer connecté.

Vous êtes abonné au Club iGen ? Merci ! Sans votre soutien indéfectible, nous n’aurions jamais pu réaliser la série « Découvrez Home Assistant », que vous retrouverez in extenso dans ce livre. Vous n’êtes pas (encore) abonné ? Découvrez Home Assistant vous donnera un bon aperçu du contenu de nos séries. Comme les 49 précédents, notre cinquantième ouvrage est distribué au format EPUB sans plombage numérique et peut donc être lu sur tous vos appareils.

Découvrez Home Assistant est disponible chez Apple Books et Rakuten Kobo, ainsi que notre propre boutique bien sûr, pour la modique somme de 4,99 €.

Lire les commentaires →

« J’ai peur » : Apple joue ses clients contre l’Union européenne pour attaquer le « désastre » du DMA

Anthony Nelzin-Santos |

Alphabet, Amazon, Apple, ByteDance, Meta et Microsoft n’ont plus qu’une semaine pour respecter jusqu’à la moindre virgule du Digital Markets Act. Parmi ces six gatekeepers dont le gigantesque pouvoir impliquera d’immenses responsabilités pour préserver l’équité de l’« économie numérique », Apple est indubitablement celui qui renâcle et rouscaille le plus. Comme si elle devait encore répéter tout le mal qu’elle pense de la législation européenne, la firme de Cupertino publie un étrange pamphlet de 32 pages mêlant arguments sécuritaires et… courriers électroniques envoyés à Tim Cook. Les clients de l’une contre les citoyens de l’autre, Apple ouvre un nouveau front dans sa bataille de communication contre l’Union européenne.

Image Apple.

Apple répète avoir créé « plus de 600 nouvelles API et nouveaux outils de développement » pour se conformer aux exigences du DMA, un chiffre censé prouver l’importance du travail accompli, jusqu’à ce que l’on se souvienne qu’iOS compte plus d’un quart de million d’interfaces de programmation. Reste que les ouvertures imposées par le DMA remettent directement en cause le modèle économique de l’écosystème intégré d’Apple : paiement en-dehors de l’App Store, équité des classements d’applications, possibilité d’installer des boutiques et des navigateurs tiers, débridage de la puce NFC…

« Nous ne pourrons pas protéger les utilisateurs de la même manière » assure l’entreprise la plus riche de la planète, soudainement incapable de prévenir une catastrophe sécuritaire, alors qu’elle disait « concevoir des protections de sécurité pour empêcher quiconque d’autre que l’utilisateur d’accéder aux données de son iPhone ». Cela voudrait-il dire que le Mac, autrement plus ouvert que l’iPhone ne le sera avec iOS 17.4, serait une plateforme dangereuse ? Bien sûr que non : Apple renverse la tactique du FUD (peur, incertitude et doute) longtemps utilisée à son encontre.

La firme de Cupertino répète la même chose depuis des mois : en desserrant l’emprise d’Apple sur l’iPhone, le DMA mettrait en danger l’équilibre du modèle sécuritaire d’iOS et, partant, les utilisateurs européens. Comme la sécurité et la confidentialité sont devenues des arguments commerciaux, la firme à la pomme doit tenir un double langage pour rassurer ses clients, façon « c’est moins sécurisé mais ce n’est pas dangereux ». Accords contractuels, notarisation, modération de l’App Store, permissions du système, messages d’information… Apple rappelle tous les garde-fous entourant cette ouverture très contrôlée.

« Cher Tim » : ce document prend une tournure inattendue lorsque les arguments sécuritaires plus ou moins défendables laissent place aux « vrais courriers reçus par Tim Cook sur les changements apportés à l’iPhone dans l’Union européenne ». Apple cite seize courriers de clients anonymes « exprimant leur crainte que ces changements fassent peser un risque sur leurs appareils et ceux de leur famille. » Ces messages révèlent surtout la fragilité de la position de l’entreprise californienne :

En tant que citoyen européen (…) je n’autoriserai pas le sideloading sur mes appareils.

Je comprends que, dans le cadre de la nouvelle règlementation, je ne suis pas obligé de télécharger des applications en-dehors de l’App Store.

Tout change en théorie, mais rien ne change en pratique, du moins sans action volontaire de l’utilisateur. Pire, certains messages renforcent les arguments des législateurs européens et internationaux en montrant bien la puissance de l’effet de levier de l’App Store :

Si je voulais un système d'exploitation open source comme Google ou Samsung, je les aurais achetés (sic). La principale raison pour laquelle j’ai acheté un téléphone Apple, c’est parce que vous êtes un iOS fermé (sic) et qu’iOS est plus sûr qu’Android. Mais si vous ouvrez les portes et que vous n’êtes plus aussi sécurisés, alors je pourrais tout aussi bien passer à autre chose. S’il-vous-plait, gardez iOS fermé.

J’utilise des appareils Apple depuis plus de dix ans et je pense que l’App Store est le cœur des appareils iOS/iPadOS. Ce sera un désastre pour les utilisateurs actuels et futurs d’iOS si vous autorisez le sideloading sur iOS…

Bientôt, vous n’aurez plus rien pour vous différencier. Cette décision va affecter beaucoup de mes amis et des membres de ma famille qui comptent sur la capacité de l’iPhone de les protéger des malandrins. Je vais avoir du mal à justifier qu’ils dépensent de l’argent pour un iPhone, maintenant…

Je ne veux vraiment pas installer cette mise à jour. J’ai peur. J’ai vraiment peur de cette mise à jour et je pense qu’elle rend l’iPhone un peu moins sûr qu’il ne l’est.

Peur, incertitude et doute… Si cela ne suffisait pas, Apple cite des « agences gouvernementales » tout aussi anonymes, dans les domaines de la sécurité et des services bancaires, qui veulent empêcher l’installation de boutiques tierces pour des raisons de sécurité. « Une agence gouvernementale de l’Union européenne nous a informé qu’elle ne disposait ni des fonds ni du personnel pour examiner et approuver les applications de ses appareils », s’enorgueillit la firme à la pomme, « et qu’elle prévoit donc de s’appuyer sur Apple et l’App Store parce qu’elle nous fait confiance. »

« Android autorise le sideloading depuis ses débuts », dit enfin Apple, « mais il semble que Google reconnaisse que cette pratique puisse mettre en danger les utilisateurs nécessitant un haut degré de sécurité », avant de citer le programme de « protection avancée » s’adressant notamment aux journalistes et aux activistes. Quand Apple prend Google à témoin, façon « les ennemis de mes ennemis sont mes amis », c’est qu’il y a vraiment péril en la demeure…

Lire les commentaires →

Tap to Pay est finalement compatible avec le réseau CB en France

Nicolas Furno |

Lors de son lancement en France courant novembre, Tap to Pay n’était pas compatible avec le réseau de cartes CB (Cartes Bancaires). Le service d’Apple Pay qui permet de transformer un iPhone en terminal de paiement sans contact ne fonctionnait alors qu’avec les cartes Visa, Mastercard, American Express et Discovery. Apple promettait alors l’ajout du réseau français dans les semaines à venir, il a manifestement fallu plus de temps. En effet, viva.com annonce être la première plateforme qui permettra aux commerçants d’accepter des paiements sans fil sur leur iPhone avec les cartes CB.

Image viva.com.

Si elle est intégrée à iOS, la fonctionnalité nécessite malgré tout une app partenaire que les entreprises et commerçants doivent installer sur leur iPhone pour bénéficier de Tap to Pay. En l’occurrence, il s’agit de l’app viva.com | Terminal et il faudra aussi créer un compte pour utiliser le service et renseigner les coordonnées d’un compte bancaire. viva.com prélève 1,69 % des paiements physiques (et minimum 0,1 €) d’après sa grille tarifaire. Ce qui semble raisonnable face à ses concurrents, même si cela dépend sans doute des différents contrats et des sommes demandées.

Tap to Pay : les frais pour les commerçants varient fortement selon les banques

Tap to Pay : les frais pour les commerçants varient fortement selon les banques

Pour l’heure, viva.com semble avoir l’exclusivité sur les cartes CB et Tap to Pay. On imagine que cela changera et que les autres acteurs qui proposent le service adopteront aussi le réseau, tant il est populaire en France.

Lire les commentaires →

Surprise, iOS 17.4 va finalement maintenir les PWA en Europe

Nicolas Furno |

Apple profite de la fin de semaine1 pour faire une grosse annonce : alors qu’elle avait préalablement confirmé que les web apps progressives, ou PWA, allaient bien disparaitre en Europe avec iOS 17.4, l’entreprise a changé d’avis. C’est ce qu’elle indique dans une mise à jour de cette page destinée aux développeurs et à travers un communiqué de presse envoyé notamment à 9To5 Mac. Ce qui veut dire que l’on pourra toujours placer des sites web sur l’écran d’accueil de l’iPhone et surtout bénéficier de toutes les fonctionnalités avancées, dont les notifications.

Montage iGeneration, photo de base Myriam Zilles.

La sécurité était l’argument utilisé par la Pomme pour justifier le retrait de cette fonctionnalité. Le DMA de l’Union européenne impose à Apple d’ouvrir iOS à d’autres navigateurs avec la possibilité de garder leur propre moteur de rendu, cassant le monopole de WebKit établi depuis la naissance de l’iPhone. Les PWA reposaient elles aussi jusque-là sur WebKit et Apple contrôlait toute la chaîne, assurant un bon niveau de sécurité même si ces web apps améliorées ont un accès plus bas niveau que les sites web affichés directement dans Safari et les autres navigateurs web.

Apple explique avoir « reçu des demandes » pour maintenir ces PWA et on sait que les instances européennes se sont intéressées à cette fin annoncée. L’arrêt des web apps progressives avait aussi provoqué de nombreuses réactions de clients qui comptaient sur cette fonctionnalité, ce qui a peut-être pesé dans la balance. Quoi qu’il en soit, la version finale d’iOS 17.4 restaurera l’accès aux PWA retiré pendant les bêtas, sans pour autant remettre en cause la sécurité si chère à l’entreprise de Tim Cook. À cette fin, les web apps ajoutées à l’écran d’accueil reposeront toujours sur WebKit et uniquement sur lui.

Les navigateurs tiers fonctionneront toujours grâce à leur propre moteur de rendu s’ils le souhaitent, ce qui veut dire que Chrome pourra désormais intégrer Blink et Firefox pourra reposer sur Gecko, pour prendre les deux exemples les plus connus. En revanche, si l’utilisateur ajoute un site web sur l’écran d’accueil de son iPhone, c’est le moteur d’Apple qui prendra le relai, quelle que soit l’app utilisée lors de la création de la webapp.

Le message d’Apple promet un retour de cette fonctionnalité au début du mois de mars. Le DMA entrant en action le 7 mars, soit jeudi prochain, on s’attend à une sortie de la version finale d’iOS 17.4 en début de semaine prochaine, probablement lundi ou mardi soir. On ne sait pas si les PWA devront attendre une mise à jour mineure dans la foulée, en tout cas la Release Candidate sortie en début de cette semaine n’avait pas réactivé la fonctionnalité.

Voici le détail de la mise à jour annoncée par Apple concernant les PWA en Europe sous iOS 17.4 :

Previously, Apple announced plans to remove the Home Screen web apps capability in the EU as part of our efforts to comply with the DMA. The need to remove the capability was informed by the complex security and privacy concerns associated with web apps to support alternative browser engines that would require building a new integration architecture that does not currently exist in iOS.

We have received requests to continue to offer support for Home Screen web apps in iOS, therefore we will continue to offer the existing Home Screen web apps capability in the EU. This support means Home Screen web apps continue to be built directly on WebKit and its security architecture, and align with the security and privacy model for native apps on iOS.

Developers and users who may have been impacted by the removal of Home Screen web apps in the beta release of iOS in the EU can expect the return of the existing functionality for Home Screen web apps with the availability of iOS 17.4 in early March.


  1. Merci… 😤  ↩︎

Lire les commentaires →

La manette Nintendo Switch Pro en promotion à 53 €, compatible iOS

Pierre Dandumont |

Mise à jour du 1er mars 2024 : Amazon propose une nouvelle promotion sur cette manette compatible iOS et macOS, qui passe à 53 €, contre 70 € en prix public.


Si les manettes DualSense (Sony) et Xbox Series sont souvent mises en avant pour jouer sur iPhone, celles de Nintendo fonctionnent aussi sur les appareils Apple, depuis iOS 16. Et la manette Nintendo Switch Pro est en promotion sur Amazon, à 55 € au lieu de 70 € directement chez Nintendo.

La manette de Nintendo.

C'est un modèle assez complet avec un agencement asymétrique pour les sticks analogiques (comme chez Microsoft), qui prend en charge les vibrations. Elle se connecte facilement en Bluetooth sur les iPhone, iPad, Apple TV et autres Mac et se recharge en USB-C, avec une batterie intégrée (contrairement aux manettes de Microsoft). À 55 €, c'est une solution très correcte, qui a évidemment aussi l'avantage de fonctionner avec la Nintendo Switch pour ceux qui aiment jouer sur un téléviseur. Et si jamais vous achetez la manette pour votre console, les Joy-Con peuvent être recyclés pour jouer sur vos appareils Apple.

Grâce au support des Joy-Con, l

Grâce au support des Joy-Con, l'iPhone, l'iPad et le Mac sont des Switch comme les autres

Lire les commentaires →

Les coques FineWoven vieillissent mal, même Amazon l'indique

Pierre Dandumont |

L'année dernière, Apple a abandonné le cuir pour des coques en FineWoven (tissage fin, en français), une matière qui évite de devoir équarrir des animaux. Mais dès la sortie de ces coques pour iPhone, la question de la durabilité et du vieillissement se posait : Apple avait un argumentaire pour justifier les changements visuels qui pourraient survenir.

Des coques bien endommagées. Sources : X, X et X

Visiblement, les craintes d'Apple étaient justifiées : sur les réseaux sociaux, certains utilisateurs se plaignent de coques qui vieillissent très mal, se déchirent et prennent un aspect peu esthétique. Un sondage sur X (qui n'est pas forcément représentatif) montre d'ailleurs que 55 % des acheteurs ne sont pas convaincus par les coques (It's a piece of junk). Quelques photos dans les réponses montrent d'ailleurs des coques assez abîmées.

Chez les revendeurs, le problème semble identique : Amazon, aux États-Unis, a ajouté une mention indiquant que les coques étaient fréquemment renvoyées par les utilisateurs, selon 9to5Mac. Le message en question n'est plus visible sur Amazon.com et n'est pas présent sur la page française.

Le message d'Amazon.

Du côté de la rédaction, les deux coques en FineWoven utilisées par nos développeurs montrent quelques signes de vieillissement, mais sans les dégâts montrés par certains sur X. Elles sont donc un peu patinées (comme ce qui peut arriver sur du cuir) mais ne sont pas endommagées.

Nos coques ne sont pas endommagées (image MacGeneration)
Aperçu des coques FineWoven pour iPhone 15 et iPhone 15 Pro

Aperçu des coques FineWoven pour iPhone 15 et iPhone 15 Pro

Lire les commentaires →

Pages