Mini-test du chargeur Anker MagGo : 3-en-1, Qi2, 0 compromis

Anthony Nelzin-Santos |

iPad, iPhone, Apple Watch, AirPods… La table de chevet est devenue une station de charge, un embrouillamini de câbles qui ne demande qu’à se prendre dans votre pied gauche de bon matin. Les problèmes modernes appellent des solutions modernes : de plus en plus de chargeurs sont capables de remplumer deux ou trois appareils d’un coup, avec quelques bobines de charge par induction et un seul câble qui descend rejoindre un puissant adaptateur secteur. Anker présente parmi les tout premiers modèles compatibles Qi2 du marché dans sa gamme MagGo.

La « MagGo Wireless Charging Station (Foldable 3-in-1) ». Image iGeneration.

La « MagGo Wireless Charging Station (Foldable 3-in-1) », pour citer son nom poétique comme une macro Excel, n’est pas l’accessoire le plus esthétique que nous ayons jamais testé, avec son plastique anthracite suffisamment brillant pour accentuer les traces de doigts. Mais vous savez quoi ? Une fois que l’on pose un iPhone dessus, elle disparait complètement, surtout s’il s’agit d’un iPhone 15 Pro Max, qui passe tout juste à la verticale dans une housse.

Et puis lorsqu’elle est pliée, cette petite brique de 8,9 × 6 × 2,5 cm est moins encombrante que la batterie MagGo 10K ! (Ce n’est pas un gros MagGo. Ahah.) Au recto, son chargeur Qi2 peut fournir jusqu’à 15 W aux iPhone 13, 141 et 15. La spécification Qi2 dérive du système MagSafe, si bien que l’on retrouve les aimants permettant d’aligner un iPhone, mais reste rétrocompatible avec la norme Qi, si bien que l’on peut recharger n’importe quel smartphone Android. Au verso, son petit palet fournit jusqu’à 5 W aux Apple Watch.

Image iGeneration.

Grâce à Messi, voici deux mois gratuits pour Apple TV+

Nicolas Furno |

Comme elle le fait régulièrement, Apple offre deux mois d’abonnement à Apple TV+ autant à ceux qui n’ont jamais bénéficié de son service de streaming, qu’à ses anciens clients qui sont éligibles. Cette fois, c’est à l’occasion de la sortie de La Coupe du Monde de Messi : Le Sacre d’une Légende, un documentaire en l’honneur du footballeur, qu’Apple renouvelle l’opération et vous permettra de tester gratuitement le service pendant deux mois.

Grâce à Messi, vous allez pouvoir profiter de tout le contenu d’Apple TV+ (sans être obligé de regarder le foot) pendant deux mois.
Merci Messi, merci.

Cette promotion doit être activée en cliquant sur le lien affiché sur cette page. Apple précise qu’elle expirera le 8 mars et même si les conditions d’utilisation ne sont pas précisées pour les anciens utilisateurs du service, ils sont a priori toujours aussi souples. J’ai pu bénéficier par le passé de nombreuses promotions similaires et j’ai encore une fois deux mois gratuits grâce à celle-ci.

Si vous ne comptez jamais payer pour Apple TV+, pensez bien à annuler l’abonnement avant la fin des deux mois, sous peine de basculer automatiquement sur le tarif de base de 9,99 € par mois. L’annulation peut se faire à tout moment, sans perdre l’accès au service pendant la durée restante.

Lire les commentaires →

iOS 18 évoluerait dans son interface, macOS suivrait plus tard

Florian Innocente |

iOS 18 serait l'occasion pour Apple de toucher à l'interface de son système mobile tandis que le même chantier pour macOS ne livrerait ses résultats que plus tard.

visionOS.

Avec l'introduction de visionOS et d'une interface différente de celle des autres systèmes, il est tentant d'imaginer Apple adapter iOS et macOS dans la foulée. Dans sa lettre d'information, Mark Gurman indique qu'Apple entend effectivement apporter des modifications au look d'iOS « dès cette année ». On pourrait y pointer des similitudes avec visionOS mais plutôt de petites touches. Il ne s'agirait aucunement d'une refonte visuelle complète d'iOS en vue de le calquer sur le design de visionOS.

iOS 18 serait une mise à jour d

iOS 18 serait une mise à jour d'ampleur "historique"

Apple travaille pareillement sur une mise à jour de l'interface de macOS. La précédente grande refonte visuelle du système des Mac remonte à 2020 avec Big Sur qui avait introduit de nouvelles icônes, une évolution du dessin des fenêtres, plus de transparence, etc.

macOS Big Sur : la nouvelle interface comparée à celle de macOS Catalina

macOS Big Sur : la nouvelle interface comparée à celle de macOS Catalina

Mais dans le cas de macOS, les résultats de ces travaux n'apparaitraient pas avant l'année prochaine ou la suivante, prévient le journaliste de Bloomberg.

Lire les commentaires →

Les concepts d'Apple qui ont donné naissance à la Dynamic Island

Florian Innocente |

La Dynamic Island telle qu'on la connaît aujourd'hui sur les iPhone 14 Pro et tous les iPhone 15 est l'aboutissement de plusieurs concepts sur la manière de la représenter.

Sur la base d'informations internes à Apple, MacRumors a créé des visuels montrant les pistes étudiées avant d'arriver à ce que l'on connaît aujourd'hui.

Une idée (à gauche) était d'avoir la nouvelle encoche au sommet de l'écran, mais de faire apparaître un tiroir vertical sur la tranche latérale avec les informations de réseau, de batterie et des raccourcis pour régler le volume ou la luminosité. Cette zone disparaissait lorsqu'elle était inutilisée.

Crédit : MacRumors.

Autre idée (à droite), celle d'avoir une zone occupant une petite tranche sur toute la largeur de l'écran, masquant ainsi l'encoche et ses côtés. Mais peut-être que cela aurait donné l'impression d'un écran quelque peu écrasé par ce bandeau noir.

Apple a également imaginé une sorte de grosse pilule étirée et affichée en permanence à l'écran. Avant de juger que d'en faire varier les dimensions au gré de l'affichage du contenu était plus judicieux ou plus élégant.

Sur les deux visuels du bas, l'île était encore plus allongée, occupant presque toute la largeur, et sa partie inférieure contenait les indicateurs de réseau, de volume ou de position que l'on a aujourd'hui dans les coins. Enfin, il y a cette représentation d'un appel en cours, avec la pilule qui s'étire sur la droite en affichant la durée de l'appel sur fond vert.

Lire les commentaires →

iOS 17.4 prévient de quelle boutique est téléchargée une app

Florian Innocente |

Mise à jour le 24 février : Apple a indiqué à MacRumors que cet écran préalable était en réalité un bug qui sera corrigé d'ici la version finale du 17.4. On n'aura pas cette étape affichée lorsqu'on installe une app depuis la boutique tierce réglée par défaut.


Article du 21 février

Apple continue de modifier le comportement d'iOS en Europe alors que le règlement sur les marchés numériques (DMA) entre en vigueur le 7 mars. Puisque l'on pourra obtenir des apps depuis d'autres boutiques que l'App Store, iOS indique désormais la source d'approvisionnement lorsqu'on lance un téléchargement. Ce changement est arrivé avec la quatrième bêta d'iOS 17.4.

Après avoir confirmé que l'on veut télécharger l'app sélectionnée, un nouvel écran surgit avec une demande supplémentaire de confirmation. La vue indique la provenance — "App Store" dans le cas présent — et inclut un résumé des caractéristiques de l'app (version, catégorie, limite d'âge) ainsi qu'une capture. Un lien affiche une page avec une description textuelle complète et un second lien renverra plus tard vers une page d'assistance.

Cette nouvelle étape apparaît systématiquement. Que l'on soit parti d'un résultat de recherche avec Spotlight ou d'un téléchargement directement au sein de l'App Store.

Lire les commentaires →

Prise en main de la nouvelle app Apple Sports

Florian Innocente |

Apple a lancé cette semaine une app consacrée aux résultats sportifs. La prise en main d'Apple Sports est rapide, l'app ayant été conçue pour jeter des coups d'oeil. Et en effet, elle ne devrait pas faire exploser Temps d'écran.

S'il n'y avait pas Apple dans son nom et la Pomme en haut de son écran principal, l'app Apple Sports pourrait passer pour un utilitaire d'un éditeur quelconque. Même le logo, sans pomme, fait générique avec son terrain de foot stylisé. L'interface, enfin, ne rappelle pas véritablement d'autres apps d'Apple.

Eddy Cue, le patron des services de la Pomme l'a dit, Sports n'est pas une app dans laquelle on va passer des heures, elle est là pour renseigner rapidement sur des matchs en cours, ceux à venir ou voir les résultats de ceux que l'on a manqués la journée précédente. Elle suit le football, le basket ou encore le hockey et ne se borne pas aux ligues américaines, au contraire, le foot européen y a toute sa place. Ce contenu va se gonfler et se diversifier au fil des reprises de saison dans d'autres ligues. Pas de mention toutefois de l'arrivée à terme d'autres disciplines comme le tennis ou le golf. Apple Sports, la nouvelle app d

Apple Sports, la nouvelle app d'Apple pour les spectateurs sportifs

L'écran principal est divisé en trois onglets : Hier, Aujourd'hui et À venir (l'interface est en anglais, mais elle pourrait s'afficher en français si le réglage de langue Français-canadien était suivi). Sous chaque onglet figurent les résultats des rencontres de la veille, les matchs à venir ou encore le jour présent et ceux des prochains jours.

Les rencontres à venir les jours suivants.
Une rencontre de la veille avec le score, synthèse des temps forts et les statistiques.

D'un tap sur le bouton de tri (c'est le seul bouton d'action de toute l'app) on obtient la liste de toutes les ligues sportives intégrées et de leurs équipes. On peut alors voir l'actualité de leurs rencontres. Mais en général on a ses préférées et le bouton de tri devenu "Manage" permet de mettre en favoris une ou plusieurs équipes de chaque ligue ou une ligue entière.

La liste des ligues présentes dans l'app et, pour chacune, il y a les équipes en lice. À droite on choisit certaines équipes à garder en favoris.

Ainsi on pourra avoir dans l'écran principal, uniquement les équipes que l'on suit mais aussi tout un championnat. L'interface de Sports fait la part belle aux chiffres, avec les scores, les classements, les joueurs ou joueuses engagées ou les statistiques. On a également un bloc contenant les paris mais on peut le désactiver.

À gauche, deux ligues et deux équipes de football et de basket sont en favoris pour un accès rapide. À droite on a sélectionné l'affichage des rencontres prévues pour ces équipes mises en favoris.

Ne cherchez pas d'articles d'actualité, pas de photos, de vidéos… c'est assez aride, comme peuvent l'être d'autres apps de ce genre. Mais elles peuvent être aussi plus étoffées ou plus riches dans leur contenu, tel Flashscore. Apple Sports semble avoir été conçue comme s'il n'existait aucune autre app de cette catégorie. Même Eddy Cue, dans une interview semble ignorer — (ou feindre d'ignorer) — l'existence d'une concurrence, lorsqu'il dit qu'il lui manquait une app pour simplement suivre les scores.

On note également qu'il manque une app iPad et Apple Watch, que les Activités en direct ne sont pas au rendez-vous alors qu'elles sont évoquées dans la même interview et qu'il n'y a pas non plus de widget classique. Sachant qu'Apple Music Classical est sorti au départ sans version iPad, ce genre d'omissions de la part d'Apple pour ses propres plateformes ne surprend même plus.

Apple propose par contre de synchroniser les équipes mises en favoris avec la section « Mes sports » dans l’app Apple TV sur l’iPhone. Et de renvoyer vers Apple News+ (pas disponible partout) pour du contenu d'actualité.

Comme on le disait en introduction, cette app n'a pas spécialement Apple marqué sur le front. Elle est assez simple, voire simpliste, mais peut-être suffit-elle au regard de ce qu'elle entend faire. Pour le moment elle n'est téléchargeable qu'en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, quand bien même les principales ligues de football européennes sont intégrées.

Lire les commentaires →

Pour dépasser la limite de 50 appareils, Hue va permettre de multiplier les ponts

Nicolas Furno |

Le pont de connexion de l’écosystème Hue a une limite peu connue : il n’est pas capable de gérer plus de 50 appareils à la fois. Si cela peut sembler beaucoup, on peut atteindre cette limite si on équipe toute sa maison de produits Hue, d’autant qu’elle inclut tous les produits Hue et pas seulement les ampoules et autres éclairages connectés. Ajoutez quelques télécommandes, des prises connectées ou encore des capteurs de présence et vous pourrez atteindre les 50 périphériques.

Montage iGeneration.

Jusque-là, Signify n’avait aucune bonne option à offrir pour ses clients les plus fidèles et généreux. Cela devrait toutefois changer en 2024, comme l’indique le site spécialisé Hueblog : on pourra utiliser plusieurs ponts de connexion sous un même compte et ainsi augmenter le nombre maximal de périphériques connectés de la gamme Hue. Cette promesse ne s’accompagne pas d’une date précise, si ce n’est que l’on devrait bénéficier de la nouveauté d’ici la fin de l’année.

On ne sait pas non plus concrètement comment cela se passera, par exemple est-ce qu’un interrupteur connecté à un pont pourra contrôler une ampoule connectée à un autre pont. Est-ce que les éclairages fournis par plusieurs ponts pourront être réunis dans une seule pièce ? Naturellement, ces opérations pourront aussi être réalisées au niveau d’un écosystème de domotique tiers, comme celui d’Apple, à condition peut-être d’ajouter les différents ponts séparément.

Quoi qu’il en soit, cette limite à 50 appareils devenait un petit peu juste de nos jours et c’est bien qu’il y ait une option pour les plus gros utilisateurs. Le pont de Hue accuse sans doute le poids des années, le modèle actuel étant sorti à l’automne 2015. En comparaison, la passerelle DIRIGERA d’IKEA peut gérer cent appareils et le Hub M2 d’Aqara monte même à 128 périphériques. Tous ces produits reposent sur du ZigBee et ces limites dépendent en partie de la puce utilisée, si bien qu’une mise à jour matérielle sera nécessaire si Signify veut augmenter les capacités de son pont.

Lire les commentaires →

Pages