Gizmodo à Steve Jobs : « nous n'avons rien à perdre »

Anthony Nelzin-Santos |

La cour du conté de San Mateo, en charge de l'affaire opposant la maison-mère de Gizmodo à Apple sur la question du supposé prototype d'iPhone 4G, a aujourd'hui rendu public un certain nombre de documents (dont certains par erreur) qui permettent d'en apprendre plus sur cette affaire.

L'essentiel de l'affaire y est confirmé : le toujours supposé prototype d'iPhone, même s'il ne reste plus grand doute sur son statut, a bien été perdu par un ingénieur d'Apple, Gray Powell, dans un bar. Il l'avait en fait posé sur son sac, et quelqu'un aurait bousculé ce sac, faisant tomber le prototype.

C'est le patron du bar qui a trouvé l'iPhone. Pensant que ce téléphone, protégé par une coque, était tout à fait normal, il l'a confié à Brian Hogan. Celui-ci a très vite reconnu un prototype, mais après l'avoir branché à son ordinateur, le téléphone a été désactivé à distance.

Le témoignage de la colocataire de Hogan établit clairement sa responsabilité : elle a tenté de convaincre Hogan de ne pas vendre l'iPhone, arguant qu'il pourrait détruire la carrière de Gray Powell, mais celui-ci aurait répondu : « [Désolé] pour lui. Il a perdu son téléphone. Il n'aurait pas dû perdre son téléphone ». Cette phrase le fait, a priori, entrer dans le cas d'un vol selon la loi californienne, comme le note l'inspecteur Matthew Broad, en charge de l'enquête.

Gizmodo, par l'intermédiaire de sa maison-mère Gawker, a payé 5.000 $ en billets de 100 $ pour acquérir l'iPhone des mains de Brian Hogan, lui promettant un bonus si ce modèle s'avérait être celui qui sortira le mois prochain. Reste à savoir si Gizmodo savait comment Hogan était entré en possession de l'iPhone : Jason Chen reste pour le moment suspect, mais pas encore coupable. Hogan aurait par ailleurs reçu 2.500 $ d'un autre blog.

La colocataire de Hogan a décidé de coopérer pleinement avec les autorités. Elle indique ainsi que le jeune ayant trouvé l'iPhone a tenté de camoufler des preuves, cachant son ordinateur, une carte mémoire et une clef USB, ainsi que des autocollants du prototype dans des endroits aussi incongrus qu'une église, un buisson et un parking de station à essence.

Lors de l'enquête, l'appartement de Jason Chen a été fouillé. Plusieurs médias s'en étaient offusqués, arguant que celui-ci étant journaliste, il était protégé par le 1er amendement. En effet, la justice américaine savait que Jason Chen était blogueur, le juge Clifford Cretan le notant même dans son mandat pour justifier la perquisition et la saisie de son matériel informatique. Il a apparemment considéré qu'un blogueur n'était pas un journaliste — le genre de choses qui pourrait très bien remonter jusqu'à la Cour Suprême pour être tranché, tant la question est critique pour le journalisme aux États-Unis.

Enfin, on apprend que Steve Jobs en personne se serait fendu d'un coup de téléphone pour demander le retour de l'appareil au bercail, sans préciser son statut. Ce qui a valu une réponse culottée de la part de Brian Lam, un autre rédacteur de Gizmodo, par courriel : « je comprends votre position, et je veux aider, mais je ne peux rendre le téléphone sans avoir confirmation officielle de la part d'Apple qu'il est vrai ».

Gizmodo%20e-mail%20to%20Jobs:%20'We%20have%20nothing%20to%20lose'%20%7C%20Apple%20-%20CNET%20News

Il se plaint des relations presse d'Apple, « froides », l'obligeant à dénicher des scoops là où ils sont. « Nous n'avons rien à perdre », continue-t-il : « je veux vous rendre ce téléphone aussi vite que possible […] mais je dois publier cet article sur ce prototype, la manière dont il vous a été rendu, avec la confirmation qu'il vient bien d'Apple ».

Un chantage à l'information qui est pour le moment en défaveur de Gizmodo, qui a dû rendre le téléphone, et n'a pas obtenu de confirmation officielle, même si toute cette affaire en elle-même en est une.


avatar m_enfin | 
Que dire à part que c'est une bonne nouvelle.
avatar cookie | 
Jobs doit anéantir gizmodo et le voleur doit passer quelques années a l'ombre ça lui apprendra a vouloir détruire la carrière d'un ingenieur
avatar i-han | 
Perdre un prototype valant plusieurs millions de $ en se "promenant" dans un bar à bière, pourrait être considéré comme une faute professionnelle très grave dans la plupart des entreprises, voir peut être un acte de haute trahison envers son employeur. Notre ingénieur ne semble pas avoir été très inquiété. Et il n'y à guère que les fondamentalistes voués à la marque qui ne veulent pas voir que c'est un appeau et de la manipulation.
avatar Titov | 
Sans doute travaillez-vous chez un fabricant de téléphone portable pour connaître les procédures de tests en situation réelle à quelques semaines de la sortie d'un nouveau modèle ? Eclairez-nous donc de manière précise sur le sujet, je suis bien curieux de savoir comment donc ces entreprises procèdent pour s'assurer de la qualité de leurs matériels en version quasi finale !
avatar ocrteam | 
Le voleur et Gizmodo voulaient sans doute plus s'en prendre (si on peut dire ca comme ca), à Apple qu'à l'ingénieur qui était un parfait incconnu avant cette affaire et qui aurait sans doute bien voulu le rester...
avatar titistardust | 
Sauf si au lieu d'une perte il s'agit d'un vol. L'enquête devrait éclaircir tout cela.
avatar i-han | 
Tu veux dire "comme si on l'avait fait tomber du sac, avec le logo Apple bien visible, dans une région regorgeant de "têtes" hight tech, dans le but qu'il attise une curiosité malsaine ?
avatar Titov | 
Décidément, le champ de distorsion de la réalité n'est pas là où l'on croit. Le prototype était bien camouflé avant que le voleur puis Gizmodo ne le déballent. Relisez le premier article publié par ces "bloggeurs".
avatar efj | 
Non mais attendez, vous le voyez où vous le chantage ??? Il est tout à fait normal que Gizmodo ne donne pas le proto à Apple avant qu'Apple ait officiellement déclaré que c'était bien à eux. Si demain je vais voir les objets trouvés et que je réclame un porte-feuille, ils vont me demander de prouver que c'est bien à moi avant de me le donner, rien de plus normal. Là, c'est exactement pareil. Alors oui, ça joue le jeu de Gizmodo parce que du coup ça valide leur scoop. Mais en même temps, en admettant que ça ait été un téléphone chinois même très inspiré du design Apple, en quoi Apple aurait-il eu le droit d'avoir ce téléphone ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR