Test : six mois avec le Kindle d'Amazon

jcvignes | | 15:01 |  15

Apple et iTunes ont montré la voie de la dématérialisation : finis les CDs qui prennent la poussière, résolu le choix douloureux du DVD à emporter avec soi en vacances (le DivX n’a pas joué le moindre des rôles sur ce point…), terminée la queue dans les rayons pour entendre la musique de son choix ! Pourtant, si les films, séries et autres chansons se prêtent parfaitement à l’exercice, le principe du « livre électronique » s’est beaucoup cherché.

Alors que le Kindle d’Amazon est vendu depuis le 19 octobre aux clients en Europe et notamment en France (lire Amazon lance le Kindle en Europe) l’occasion est rêvée de s’attarder sur cet appareil qui est certainement l’exemple le plus abouti de cette dématérialisation du livre. Nous allons relater ici les six mois passés en sa compagnie, en tant qu'utilisateur français mais lecteur anglophone.

kindlelargegeneration

Le concept du livre électronique n’a rien de nouveau : le fameux projet Gutenberg de numérisation de livres a débuté en 1971 tandis que les tout premiers appareils dédiés à la lecture d’ouvrages numérisés ont été lancés en même temps que le tout premier iMac ! Pourtant, ces initiatives n’ont jamais connu de réel succès auprès du grand public : la réticence des éditeurs à numériser leurs œuvres à succès n’incite pas les lecteurs à s’en procurer et les rares qui le font sont rebutés par l’interface et la lenteur de l’affichage. C’est dire si le Kindle d’Amazon était attendu : lecteur assidu et utilisateur d’iPod de la première heure, nous en avons utilisé un depuis six mois.

L’iPod des livres

La ressemblance entre le Kindle et l’iPod ne se limite pas à la livrée blanche qui pare les deux objets. Comme le produit d’Apple, le Kindle tente de faire rentrer dans un objet électronique un plaisir millénaire, le texte remplaçant ici la musique. Tout comme Apple, Amazon a su développer un véritable écosystème autour de son produit : de nombreuses housses et accessoires développés par des tiers rejoignent les deux modèles de Kindle sur Amazon.com (le Kindle DX, plus proche d’un format de quotidien pourrait être vendu en Europe en 2010).

Les deux produits sont par ailleurs aussi inutiles l’un que l’autre si on ne leur ajoute pas de contenu acheté séparément. Là où Apple a convaincu une à une les « majors » de diffuser leurs titres sur son iTunes Store, Amazon a pour lui d’être le plus grand libraire en ligne au monde et de disposer d’une force de frappe suffisante pour numériser elle-même les titres phares des plus grands éditeurs.

kindletestb

Écouter de la musique sur un iPod c’est oublier dès les premières notes l’attirail électronique et le système d’exploitation qui le fait fonctionner. Dans un produit comme le Kindle cette gageure est plus importante encore : c’est l’histoire qui doit s’imposer, comme elle le fait avec l’amas de papier et d’encre qui compose habituellement nos « bouquins ».

À l’usage cela fonctionne : pris dans un roman on trouve sans effort le bouton pour passer d’une page à l’autre (il y en a même un pour les gauchers !) et surtout sans y penser. La technologie e-ink (voir notamment Kindle : l'iPod du livre ?) y est pour beaucoup : les caractères se détachent nettement et se lisent sans fatigue. En outre, le fait de pouvoir changer leur taille à la volée fera le bonheur des myopes.

kindletestimac

De la taille d’un livre de poche, l’écran n’est pas rétroéclairé, mais on n’attend pas cela d’un livre : ce qu’on lui demande en revanche c’est de ne pas avoir de fil à la patte – les utilisateurs d’iPhone connaissent ce problème mieux que personne – et la faible consommation de l’écran permet de lire pendant des semaines sans penser à le recharger. Précision pour les insomniaques ou ceux qui aiment lire au lit, l'absence de rétro-éclairage rend évidemment impossible toute lecture en l'absence d'une lumière à proximité. Mais avec une lampe de chevet à proximité on lit son Kindle tout à fait bien.

8
10
Six mois avec le Kindle d'Amazon de Amazon Configuration

Port USB. Amazon n'a pas encore donné tous les détails du fonctionnement du Kindle en France. Le modèle livré aux clients français sera le même que celui vendu aux Etat-unis (avec son clavier QWERTY et son alimentation US).

- Concept révolutionnaire enfin accessible


- Large choix de romans américains à prix intéressant


- Sait se faire oublier, tout comme un livre


 

- Plus cher à l’international 


- Encore très peu de contenus en français


 

279 $

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


15 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Abudah 20/10/2009 - 10:32

Rien sur le .pdf ? Peut-on en importer et les lire sur le Kindle ? Merci par avance pour toute réponse.

avatar moitoi 20/10/2009 - 10:41

Bonjour, On peut envoyer des documents word (.Doc) et PDF à une adresse spéciale @free.kindle.com qui est crée quand on enregistre son Kindle. Le fichier converti est renvoyé par email et on peut le faire glisser dans le Kindle comme un "livre". Aux USA le service @kindle.com vous l'envoie sans fil directement dans le Kindle mais pour des frais de 10 cents par conversion.

avatar Abudah 20/10/2009 - 10:58

Merci pour cette réponse, j'ai des milliers de pages en .pdf, téléchargées directement de sites officiels, ou de la bibliothèque nationale de France http://gallica.bnf.fr/ qui numérise des milliers de livres historiques, introuvables, en .pdf C'est vrai que la lecture sur un écran rétro-éclairé fatigue et abîme les yeux, même en inversant les couleurs, caractères blancs sur fond noir, et j'attends avec impatience un Kindle compatible avec ce format. Un Kindle sans .pdf ? non merci. Le coup des formats propriétaires : y en a marre !

avatar moitoi 20/10/2009 - 11:08

Pardon pour cet oubli: l'adresse nom@free.kindle.fr reçoit tres bien les PDFs aussi, vos manuscrits sont donc prêts pour le Kindle!

avatar ThoTokio 20/10/2009 - 11:48

Un bon produit en somme... Je suis pour ma part persuadé qu'Apple va nous simplifier tout ça et que la fantasmagorique MacTablet sera au Kindle ce que l'iPod a été au Walkman... Pensez aux écoles, un Kindle ou un MacTablet (iPad ?) pour chaque élève : des cartables moins lourds, et des éditeurs qui vendent à chaque nouvel élève. Pas de marché du livre d'occase ! quand on sait que www.ischool.com fait aboutir sur le site d'Apple, il est la le ischool /mactablet/Kindle d'Apple ! Je vous le dis moi !

avatar Yaznaz 20/10/2009 - 12:01

Ca a l'air vraiment génial ! Clavier Qwerty Alimentation US - Peu de contenu français - Pas de connexion 3G (un des points forts mis en avant) - Pas de possibilité d'y copier ses documents simplement (comme sur une clef USB en glisser/deposer ou copier/coller) - Plus cher que chez les autres - acces d'Amazon qui peut y supprimer ce qu'il veut Ah ouais, vraiment, c'est un produit génial !

avatar elbi 20/10/2009 - 12:31

Kahouane t'es débile ? On te parle d'un truc qui arrive en France en 'IMPORT' et qui est à peine dispo depuis auj. Donc le contenu ne peut pas être enorme. L'appstore avait 20 000 000 apps à l'ouverture ? tsss De plus, depuis aujourd'hui le réseau 3G est disponible sur le Kindle. On peu importer des doc comme on veut ( même par USB). Stp refléchi un peu avant de poster. merci

avatar moitoi 20/10/2009 - 12:36

Pour ce qui est de l'alimentation: le Kindle se recharge parfaitement en le branchant au port USB du Mac, donc pas de souci de ce coté.

avatar pl1997 20/10/2009 - 12:53

Pour quelqu'un comme moi qui a lu de nombreux livres et qui aime les livres. Ce truc ne satisfait absolument pas à mes critères. Utilisation apparente pas si facile que cela (clavier digne d'un minitel, joystick ridicule), esclavage à un seul fournisseur totalitaire, apparemment plutôt fragile et peu fiable contrairement à un vrai livre, et surtout cela ne ressemble pas à un livre. Enfin bref, on en reparlera dans 5 ans.

avatar elbi 20/10/2009 - 12:57

Salut Orus, oui pour une personne qui aime ses livres, le papier, tourner les pages etc, ce produit n'est pas adapté. Mais pour d'autre domaine, ce truc est génial. Les journaux(besoin du papier tout les jours?) les magazines, et je pense que le domaine qui en profiterai le plus: l'éducation. Livres, prises de note possible, fonction dico, internet.. Certes des améliorations sont indispensables, mais il y a deja le nouveau modéle, le DX.

avatar Flo299 20/10/2009 - 13:44

Le Kindle pourrait être assez extraordinaire dans un contexte professionnel de recherche (pour y stocker toute sa bibliothèque d'articles au format pdf + des ouvrages), mais... le problème majeur est qu'il n'est pas possible de connaître le numéro de page d'une citation pour un ouvrage donné car les caractères ayant une taille variable et qu'il n'y a hélas pas de système permettant de rattachant la page à laquelle se trouve une phrase à une édition de référence. Cela rend tout usage exigeant des citations biblio précises impossible. Dommage, d'autant plus que cela ne doit pas être compliqué à réaliser.

avatar pombour 20/10/2009 - 23:33

C'est surement l'avenir, mais pour l'instant, l'offre en ebook français (hors classiques et livres dans le domaine public) est trop limitée. Un Kindle ou autre reader serait pratique en métro, mais contrairement à un "banal" bouquin, j'aurai peur de me le faire piquer. On ne peut pas le laisser dans la poche comme un iPod. Mais un des aspects qui me gêne le plus est qu'avec la technologie actuelle, il devient impossible de prêter à un pote un bouquin que l'on a aimé pour faire partager notre découverte. A mois de prêter le Kindle lui-même.

avatar Liam128 21/10/2009 - 13:32

Je ne comprends pas, ces appareils sont trop spécialisés, pas assez polyvalents. Je fais tout avec mon IPodTouch, même lire au lit sans éclairage, ce qui était interdit par mon épouse auparavant! Je lis tous les formats et j'écoute de la musique en même temps. Et c'est en attendant mon IPhone. J'ai transféré mes applications FileMaker, j'ai mon agenda ... Trop tard ...

avatar iSc0tty 22/10/2009 - 02:52

Eh ben... qu'est-ce qu'on peut lire comme bêtises dans ces commentaires.

avatar nabil3d 15/11/2010 - 10:12

ugg enfants ugg femmes bailey button triplet 1873-noir Ugg evera shoes ugg femmes bailey button triplet 1873-gris ugg gloves ugg femmes bailey button triplet 1873-rose 2010 la mode des bottes ugg pas cher 5125-paris. bon marché des bottes ugg australia femmes coquette 5125-marron hotsale bottes ugg femmes coquette 5125-chocolat imitation bon marché bottes ugg femmes coquette 5125-beige imitation bon marché bottes ugg femmes coquette 5125-gris nouveau design des bottes ugg femmes coquette 5125-noir bottes homme ugg femme dakota5131-marron chaussure de marque ugg femme dakota 5131-chocolat chaussures securite homme ugg femmes dakota 5131-beige magasin chaussure ugg femme dakota 5131-bleu wedish clogs ugg femmes halendi 1762-marron bottes cuissardes tasmina 1647-noir bottes en daim tasmina 1647-chocolat bottes motardes tasmina-rose bottes plates tasmina 1647-bleu chaussures discount tasmina 1647-marron bottes caoutchouc ugg knightsbridge marron bottes fourrure ugg knightsbridge noir bottes hiver ugg knightsbridge beige la botte chantilly ugg knightsbridge 5119-chocolat la botte gardiane ugg knightsbridge gris art chaussures magasin ugg sac à main beige exercices de culture physique ugg sac à main gris film de boxe thailandaise ugg sac à main marron jeu boxe en ligne ugg sac à main noir rps boxe creation ugg sac à main chocolat