Test de l’iPhone 8 Plus

Nicolas Furno |

Pendant plusieurs années Apple nous avait habitués à un rythme régulier pour les iPhone. Une année, on avait un tout nouveau modèle autour d’un design différent ; l’année suivante, l’extérieur ne changeait pas, mais Apple améliorait les composants internes et ajoutait des fonctions. Depuis l’an dernier, cette mécanique s’est grippée toutefois.

iPhone 7 Plus à gauche, iPhone 8 Plus à droite. Cliquer pour agrandir
iPhone 7 Plus à gauche, iPhone 8 Plus à droite. Cliquer pour agrandir

L’iPhone 7, qui n’a pas vraiment introduit de nouveau design, ressemblait fort à une génération « s », alors qu'il suivait déjà l’iPhone 6s. Apple continue sur sa lancée cette année et oublie le marqueur des évolutions internes en changeant à nouveau de numéro. Si l’on n’en jugeait qu’à son nom, l’iPhone 8 Plus devrait être un tout nouveau modèle, or ce n’est à nouveau qu’une évolution de l’iPhone 6 avec le même design dans les grandes lignes et des composants et fonctions en plus.

Et si ce n’était pas assez compliqué comme cela, la gamme 2017 est perturbée par l’arrivée de l’iPhone X, un modèle au design innovant, comme Apple en sortait jusque-là tous les deux ans. Comment se décider au sein de cette gamme complexe ? L’iPhone 8 Plus a-t-il le moindre intérêt face aux promesses de l’iPhone X ? On fait le point !

Un bon design « s », mais un design qui a vieilli

En regardant uniquement la face avant, vous ne pourrez presque pas différencier un iPhone 8 Plus d’un iPhone 6 Plus. En quatre générations, le design n’a pas bougé devant, que ce soit pour l’écran au milieu, le bouton d’accueil en bas ou la zone dédiée au haut-parleur et aux capteurs en haut. Naturellement, c'est pareil avec un 6s Plus ou un 7 Plus.

Un iPhone 6 Plus et un iPhone 8 Plus sur cette photo : saurez-vous trouver où est chaque modèle ? Cliquer pour agrandir
Un iPhone 6 Plus et un iPhone 8 Plus sur cette photo : saurez-vous trouver lequel est lequel ? Cliquer pour agrandir

Le dos est très différent sur cette génération, puisqu’Apple a abandonné l’aluminium. On y reviendra, mais avant cela, un rapide tour du propriétaire montre bien à quel point l’iPhone 8 Plus est un héritier direct du 6 Plus présenté en 2014. Les boutons sont toujours disposés au même endroit : silencieux et volume sur la gauche, verrouillage sur la droite, plus le bouton d’accueil en façade. On a perdu la prise jack et gagné un deuxième appareil photo au dos avec l’iPhone 7 Plus, certes, néanmoins on reste dans les mêmes tendances.

Comme ses prédécesseurs, l’iPhone 8 Plus est construit autour d’un cadre en aluminium arrondi. Ce choix améliore la prise en main de l’appareil nu, comme je l’expliquais déjà pour le 6 Plus. Cet arrondi qui part du dos et se prolonge avec l’écran facilite notamment les gestes tactiles très utilisés dans iOS, par exemple le glissement pour revenir en arrière. Apple avait vu juste sur ce point et je trouve que cette idée n’a pas pris une ride.

L’iPhone 8 Plus (gauche) a abandonné la prise jack et affiche une teinte plus sombre que l’iPhone 6 Plus (droite). Mais les deux appareils présentent le même profil général, avec un arrondi qui facilite la prise en main. Cliquer pour agrandir
L’iPhone 8 Plus (gauche) a abandonné la prise jack et affiche une teinte plus sombre que l’iPhone 6 Plus (droite). Mais les deux appareils présentent le même profil général, avec un arrondi qui facilite la prise en main. Cliquer pour agrandir

Je n’en dirais pas autant de la face avant elle-même. Non pas que la disposition des éléments, très proche de l’iPhone original, pose problème, c’est davantage la taille des bordures au-dessus et en dessous de l’écran qui a mal vieilli. L’iPhone 8 Plus est un téléphone toujours aussi grand, mais il intègre un écran de 5,5 pouces « seulement ». Dans la même gamme de prix, tous les concurrents d’Apple font mieux et après avoir passé un mois avec le Galaxy S8+ de Samsung, je n’ai pas vraiment le sentiment d’utiliser un téléphone haut de gamme de 2017.

La fabrication évolue tout de même avec le grand retour du verre au dos, une première depuis l'iPhone 4S. Tous les iPhone 8 et 8 Plus sont ainsi brillants, un petit peu comme les iPhone 7 noir de jais. Ce verre est un véritable nid à empreintes, mais il devrait se rayer moins facilement que l’aluminium brillant des iPhone 7. En revanche, il devrait se casser assez facilement en cas de chute. Apple a utilisé un verre renforcé, mais les premiers retours prouvent qu’il n’est pas non plus incassable… et son remplacement n’est pas possible, c'est l'iPhone 8 entier qui est remplacé.

Le verre au dos des iPhone 8 Plus tranche avec l’aluminium mat des générations précédentes. Au passage, notez comment Apple modifie le gris sidéral chaque année : la couleur n’a plus rien à voir sur ces deux modèles. Cliquer pour agrandir
Le verre au dos des iPhone 8 Plus tranche avec l’aluminium mat des générations précédentes. Au passage, notez comment Apple modifie le gris sidéral chaque année : la couleur n’a plus rien à voir sur ces deux modèles. Cliquer pour agrandir

C’est le plus gros inconvénient du verre. Faute de mieux, deux solutions doivent être envisagées : soit utiliser une housse, soit souscrire à une assurance pour bénéficier d’un échange à prix réduit en cas de casse. AppleCare+ est vendu 169 € et vous pourrez obtenir un échange de l’appareil complet pour 99 € à chaque fois, dans la limite de deux échanges sur deux ans, la durée du contrat.

L’écrasante majorité des utilisateurs d’iPhone optent pour une coque. Espérons que ce sera une mesure suffisante pour protéger ces nouveaux modèles en cas de chute. Si vous optez pour une vie sans housse de protection, l’iPhone 8 Plus offrira une meilleure prise en main grâce au verre. L’aluminium des modèles précédents avait tendance à glisser.

L’iPhone 8 Plus tient parfaitement en main, je n’ai jamais eu peur de le laisser tomber à cause du dos pendant mes essais. C’est très agréable, mais comme j’utilise une coque pour protéger le verre, je ne profite pas vraiment de cet avantage. Petit conseil au passage : privilégiez une coque en silicone plutôt qu’un modèle en cuir pour maintenir une bonne adhérence. Malheureusement, vous perdrez les boutons en métal de la coque en cuir, mais vous pourrez en échange la laisser en place même dans un environnement humide.

Coque en cuir (au fond) contre coque en silicone (devant). Cliquer pour agrandir

Le choix du verre plutôt que de l’aluminium a deux autres conséquences. L’iPhone 8 Plus est très légèrement plus épais que son prédécesseur, mais les 0,2 mm de différence sont impossibles à détecter à l’usage. En revanche, le poids est nettement en hausse d’une génération à l’autre : l’iPhone 7 Plus pesait 188 g, le nouveau venu atteint 202 g sur la balance.

Quatorze grammes de plus, cela ne paraît peut-être pas beaucoup, mais en fait la différence est bien sensible. L’iPhone 8 Plus est le téléphone le plus lourd jamais conçu par Apple. Les yeux fermés, je peux distinguer l'iPhone 8 Plus du 7 Plus par leur poids et même après plusieurs jours d’utilisation, son poids me surprend toujours de temps en temps.

Ce surpoids n’est pas un problème dans la majorité des situations, mais il m’a gêné en utilisant le téléphone allongé, avant de dormir. Dans ce cadre, l’iPhone 7 Plus est plus agréable à utiliser.

Un écran LCD aidé par le True Tone

L’écran de l’iPhone 8 Plus n’a pas changé sur le plan technique par rapport à l’année dernière. C’est toujours une dalle LCD 1080p (401 pixels par pouce), la luminosité n’a pas augmenté, pas plus que le contraste. Sur ce point, Apple n’a pas poussé la technologie plus loin sur cette gamme et les vrais progrès cette année seront à chercher du côté de l’écran Super Retina de l’iPhone X, qui bénéficie d'une dalle OLED.

Pour autant, cela ne veut pas dire que le rendu est identique entre l'iPhone 8 Plus et ses prédécesseurs, car il y a deux nouveautés côté affichage. Pour commencer, la dalle LCD est compatible avec les vidéos HDR. Les deux standards du marché, le Dolby Vision et le HDR10, sont pris en charge. Si vous avez un compte Netflix avec le forfait à 12 € par mois, vous pourrez regarder le contenu HDR proposé par le service sur un iPhone 8 Plus. Le service de streaming d’Amazon sera lui aussi mis à jour pour prendre en charge ce type de contenu.

Netflix en mode HDR en haut, en standard en bas, sur deux iPhone 8 Plus. La photo renforce la différence, mais elle est aussi bien nette à l’écran : les contrastes sont renforcés en mode HDR, les couleurs plus chaudes. Cliquer pour agrandir
Netflix en mode HDR en haut, en standard en bas, sur deux iPhone 8 Plus. La photo renforce la différence, mais elle est aussi bien nette à l’écran : les contrastes sont renforcés en mode HDR, les couleurs plus chaudes. Cliquer pour agrandir

Puisque l’on parle de Netflix, et donc de vidéo, le haut-parleur stéréo de l’iPhone 8 Plus a fait de nets progrès par rapport à celui de l’iPhone 7 Plus. Ce n’est pas aussi bluffant que l’an dernier, où l’on était passé en stéréo justement, mais il délivre plus de graves et surtout sature moins à haut volume. Pour écouter la radio ou un podcast, pour regarder une vidéo ou même écouter de la musique, c’est un avantage net.

L’autre nouveauté concernant l’écran est l’arrivée de True Tone, une innovation ajoutée aux iPad Pro dans un premier temps. Son principe est d’ajuster en permanence la colorimétrie de l’écran pour simuler le rendu d’une feuille papier. On ne s’en rend pas compte avant d’utiliser un appareil True Tone, mais nos écrans sont souvent nettement plus bleus qu’un papier blanc placé au même endroit.

À l’usage, True Tone jaunit un peu l’écran. L’effet n’a rien à voir avec le mode Night Shift qui reste d’ailleurs disponible et qui peut être combiné. La dose de jaune est beaucoup plus subtile et la fonction contribue davantage à donner le sentiment que les autres écrans sont bleus, plutôt que celui de l’iPhone 8 Plus est jaune.

Dans cette pièce éclairé par des lumières assez jaunes, le changement apporté par True Tone est saisissant. Ce n’est pas toujours aussi flagrant néanmoins. Cliquer pour agrandir
Dans cette pièce éclairé par des lumières assez jaunes, le changement apporté par True Tone est saisissant. Ce n’est pas toujours aussi flagrant néanmoins. Cliquer pour agrandir

Si vous n’en voulez pas, cette fonction peut être désactivée à tout moment dans les réglages ou même via le centre de contrôle (appliquez une pression 3D Touch sur le contrôle de la luminosité). Par ailleurs, iOS 11 coupe temporairement le mode quand vous ouvrez l’app Photos, ce qui évite de fausser les couleurs des photos et vidéos.

iOS 11 propose deux voies pour couper le mode True Tone : depuis le centre de contrôle (gauche) ou depuis les réglages (droite). Cliquer pour agrandir
iOS 11 propose deux voies pour couper le mode True Tone : depuis le centre de contrôle (gauche) ou depuis les réglages (droite). Cliquer pour agrandir

Je vous encourage à essayer cette fonction au moins quelques jours, les ajustements automatiques sont mesurés et on s’habitue très vite à la colorimétrie légèrement plus chaleureuse. Après avoir utilisé quelques jours l'iPhone 8 Plus, j’avais l’impression que tous les autres écrans étaient « cassés ».

Même si l’écran n’évolue pas en théorie, il nous semble subjectivement meilleur à l’usage. Les couleurs sont plus vives, la dalle semble plus lumineuse et plus contrastée. Quoi qu’il en soit, après une semaine d’utilisation, je persiste à trouver la dalle de l’iPhone 8 Plus meilleure que celle de l’iPhone 7 Plus. Dans les deux cas, ce sont deux excellents écrans LCD et Apple maîtrise parfaitement cette technologie.

L’appareil photo progresse, mais pas autant que sur l’iPhone X

À chaque nouvelle génération d’iPhone, Apple améliore l’appareil photo. Depuis les iPhone 6, le constructeur a même accepté de le faire dépasser au dos de son téléphone, une concession esthétique et pratique au profit d’une meilleure qualité pour les images produites. Quatre générations plus tard, la caméra dépasse toujours et ce n’est probablement pas près de changer.

Le double appareil photo reste l’apanage de l’iPhone 8 Plus (en bas). L’iPhone 8 standard (en haut) reste équipé d’une seule caméra. Cliquer pour agrandir
Le double appareil photo reste l’apanage de l’iPhone 8 Plus (en bas). L’iPhone 8 standard (en haut) reste équipé d’une seule caméra. Cliquer pour agrandir

Les progrès techniques permettraient de réduire, voire d’effacer, cette bosse en gardant la même qualité. Mais Apple préfère systématiquement améliorer la qualité de l’appareil photo et de fait maintenir cette irrégularité au dos. L’iPhone 8 Plus ne fait pas exception, avec un appareil photo en progrès, même si cette année c'est l’iPhone X qui est le plus à la pointe.

Reprenons au début : au dos, l’iPhone 8 Plus a toujours deux appareils côte à côte, un grand angle similaire à la caméra de l’iPhone 8 et un « téléobjectif » qui correspond à un zoom 2x. La liste des caractéristiques n’a pas changé depuis l’iPhone 7 Plus et le grand angle ouvre toujours à ƒ/1,8 et le téléobjectif à ƒ/2,8. Le grand angle est à nouveau le seul qui bénéficie de la stabilisation optique, hélas. Le deuxième objectif est donc stabilisé uniquement par le logiciel, ce qui est beaucoup moins efficace.

C’est surtout le cas en vidéo où le téléobjectif est le seul qui travaille. Pour les photos, l’iPhone 8 Plus utilise en fait les deux appareils photo en permanence, même si vous passez sur le zoom. La qualité du grand angle étant meilleure, iOS exploite en priorité cet appareil et ajoute l’information fournie par le téléobjectif. Pour les vidéos en revanche, un seul capteur fonctionne à la fois. Faute de stabilisation optique, les vidéos zoomées sont nettement plus brouillonnes que les vidéos sans zoom, comme cette vidéo réalisée l’an dernier pour l’iPhone 7 Plus le montrait déjà.

On pourrait croire en rassemblant ces caractéristiques que rien n’a changé. Mais on passerait à côté du tout nouveau capteur utilisé par Apple derrière les objectifs à six éléments. L’iPhone 8 Plus reste à 12 mégapixels, mais le capteur est plus gros, ce qui veut dire que chaque pixel est aussi physiquement plus gros et donc qu’il capte plus de lumière. À la clé, une meilleure qualité pour les photos, notamment, mais pas seulement, quand la lumière vient à manquer.

Photo prise avec l’iPhone 8 Plus. Cliquer pour agrandir
Photo prise avec l’iPhone 8 Plus. Cliquer pour agrandir
Photo prise avec l’iPhone 8 Plus dans un environnement assez sombre et très contrasté. Cliquer pour agrandir
Photo prise avec l’iPhone 8 Plus dans un environnement assez sombre et très contrasté. Cliquer pour agrandir

L’autre nouveauté est à chercher du côté du traitement des images. L’Apple A11 Bionic au cœur du téléphone intègre un nouveau processeur de signal d’image (ISP) qui détecte et surtout optimise mieux les différents éléments d’une image. Lorsque l’appareil détecte le ciel, de la neige ou une personne dans le plan, il ajuste automatiquement tous les paramètres pour améliorer le rendu.

La réduction du bruit numérique, ce fourmillement qui apparaît sur les photos prises en intérieur ou avec peu de lumière, n'est plus traitée par le logiciel, mais par le matériel directement. Ce changement est normalement synonyme d'une plus grande réduction de bruit et d'une meilleure fidélité. C’est en effet visible sur les photos prises avec les deux iPhone : le bruit est toujours réduit sur l’iPhone 8 Plus et quand il y en a, il est moins grossier.

Cet exemple met bien en valeur les points forts de l’iPhone 8 Plus quand la lumière vient à manquer. Il y a moins de bruit numérique et plus de couleurs vives sur le nouvel appareil photo, alors que la photo produite par l’iPhone 7 Plus semble plus fade, presque délavée. Cliquer pour agrandir
Cet exemple met bien en valeur les points forts de l’iPhone 8 Plus quand la lumière vient à manquer. Il y a moins de bruit numérique et des couleurs plus vives, alors que la photo produite par l’iPhone 7 Plus est plus fade, presque délavée. Cliquer pour agrandir

Apple a aussi modifié la gestion des couleurs, dont la balance des blancs, qui est plus chaleureuse. Sur toutes les photos, on note sans peine une teinte plus jaune et des couleurs plus saturées que sur un iPhone 7 Plus. Le rendu est souvent plus flatteur, mais parfois moins réaliste. Cela dépend de la situation au moment de la prise, mais aussi des goûts de chacun. Cela faisait plusieurs années que le profil des images était assez similaire chez Apple, ce qui renforce encore l’impact du changement.

Ces deux photos sont un bon exemple de la nouvelle colorimétrie utilisée par Apple. Sur le nouvel iPhone (droite), les couleurs sont nettement plus chaudes, c’est particulièrement sensible sur le bois à l’arrière-plan. Cliquer pour agrandir
Ces deux photos sont un bon exemple de la nouvelle colorimétrie utilisée par Apple. Sur le nouvel iPhone (droite), les couleurs sont nettement plus chaudes, c’est particulièrement sensible sur le bois à l’arrière-plan. Cliquer pour agrandir
Autre exemple révélateur de la nouvelle colorimétrie de l’iPhone 8 Plus. Sur cet exemple, la photo prise avec le nouveau modèle est bien plus fidèle aux couleurs perçues par l’œil humain. Cliquer pour agrandir
Autre exemple révélateur de la nouvelle colorimétrie de l’iPhone 8 Plus. Sur cet exemple, la photo prise avec le nouveau modèle est bien plus fidèle aux couleurs perçues par l’œil humain. Cliquer pour agrandir

Côté photo toujours, Apple a désormais suffisamment confiance en son mode HDR pour l’activer automatiquement sans même afficher le réglage dans l’appareil photo. Par défaut, l’iPhone 8 Plus gère complètement cet aspect, active le mode HDR quand il considère que c’est nécessaire et ne vous laisse qu’une seule image. Ce comportement peut toutefois être modifié dans les Réglages et vous pouvez ainsi restaurer le comportement de l’iPhone 7 Plus et de ses prédécesseurs.

Ces deux photos montrent bien les progrès réalisés par l’iPhone 8 Plus en mode HDR. Le ciel en particulier est représenté plus fidèlement sur le nouveau modèle. Cliquer pour agrandir
Ces deux photos montrent bien les progrès réalisés par l’iPhone 8 Plus en mode HDR. Le ciel en particulier est représenté plus fidèlement sur le nouveau modèle. Cliquer pour agrandir
Exemple encore plus marquant des progrès du mode HDR sur la nouvelle génération. Cliquer pour agrandir
Exemple encore plus marquant des progrès du mode HDR sur la nouvelle génération. Cliquer pour agrandir
Sur cette photo, seul l’iPhone 8 Plus (droite) a déclenché le mode HDR, l’iPhone 7 Plus ne l’a pas fait. C’était un cas où le mode était utile pourtant, notamment pour la partie ensoleillée en haut et sur le bâtiment à gauche. Les couleurs sont plus saturées sur le tag. Cliquer pour agrandir
Sur cette photo, seul l’iPhone 8 Plus (droite) a déclenché le mode HDR, l’iPhone 7 Plus ne l’a pas fait. C’était un cas où le mode était utile pourtant, notamment pour la partie ensoleillée en haut et sur le bâtiment à gauche. Les couleurs sont plus saturées sur le tag. Cliquer pour agrandir

Le mode HDR a bien progressé et il s’en sort en général assez bien. Dans nos essais, nous avons quand même repéré quelques cas où le mode HDR aurait dû se déclencher, mais ne l’a pas fait. Et d’autres cas où les couleurs étaient un petit peu trop saturées dans ce mode. Bref, il reste des raisons pour désactiver son fonctionnement à l’arrière-plan et c’est bien pour cela que l’option existe encore.

Par défaut, le bouton qui active le mode HDR n’est plus affiché sur l’iPhone 8 Plus (gauche). Une option permet toutefois de le réactiver et de retrouver alors le fonctionnement des anciens modèles (droite). Cliquer pour agrandir
Par défaut, le bouton qui active le mode HDR n’est plus affiché sur l’iPhone 8 Plus (gauche). Une option permet toutefois de le réactiver et de retrouver alors le fonctionnement des anciens modèles (droite). Cliquer pour agrandir

Côté photo encore, le flash au dos de l’iPhone 8 Plus comporte toujours quatre LED pour ajuster la température des couleurs en fonction de l’environnement et du sujet. Mais il y a une différence de taille cette année : le flash à synchro lente qui limite considérablement l’effet « fromage blanc » tout en laissant moins l’arrière-plan dans le noir. À l’usage, la différence est saisissante entre les deux modèles et le flash devient un allié de poids dans bon nombre de situations.

Le flash est beaucoup plus naturel sur l’iPhone 8 Plus (droite), à tel point que l’on peut douter de sa présence. Sur l’iPhone 7 Plus (gauche), impossible de passer à côté en revanche. Cliquer pour agrandir
Le flash est beaucoup plus naturel sur l’iPhone 8 Plus (droite), à tel point que l’on peut douter de sa présence. Sur l’iPhone 7 Plus (gauche), impossible de passer à côté en revanche. Cliquer pour agrandir

La caméra avant n’évolue pas vraiment sur l’iPhone 8 Plus, contrairement à celle de l’iPhone X. Le capteur n’a pas changé, pas plus que l’optique, mais les photos passent elles aussi par les nouvelles puces de traitement d’Apple. Résultat, les couleurs sont également plus chaudes, le mode HDR automatique fonctionne lui aussi quand c’est nécessaire et vous aurez de meilleurs résultats en basse luminosité.

Sur ces égoportraits, on voit bien la différence de traitement entre les deux modèles. L’iPhone 8 Plus affiche des couleurs plus chaleureuses et restitue mieux les couleurs du visage, tout en affichant plus de détails dans le ciel. Cliquer pour agrandir
Sur ces égoportraits, on voit bien la différence de traitement entre les deux modèles. L’iPhone 8 Plus affiche des couleurs plus chaleureuse et restitue mieux les couleurs du visage, tout en affichant plus de détails dans le ciel. Cliquer pour agrandir

Plus que la photo, c’est la vidéo qui a été soignée cette année avec deux nouveautés. D’une part, l’iPhone 8 Plus permet de filmer en 4K à 60 images par seconde, pour des vidéos plus fluides. C’est une belle performance, quand on pense que des caméras, même professionnelles, sont encore limitées à la 4K 30 FPS aujourd'hui. En revanche, c’est un format lourd, dans tous les sens du terme.

Déjà, même si le nouveau codec utilisé par Apple, le HEVC, réduit la taille des vidéos, il faut tout de même compter 400 Mo par minute de vidéo 4K 60 FPS. C’est plus de deux fois plus que la 4K 30 FPS et c’est trois fois plus que le 1080p à la même vitesse. Ensuite, votre iPhone 8 Plus sera peut-être le seul à correctement gérer ces fichiers. Seuls les Mac les plus récents peuvent lire correctement les fichiers natifs, et encore, tous les logiciels ne sont pas encore à jour. Pour rester chez Apple, Final Cut Pro ne peut (encore) rien en faire, même s’il peut tout à fait traiter les versions converties et exporter une vidéo 4K à 60 FPS.

La contrepartie de ces problèmes techniques qui seront réglés au fil du temps, c’est une vidéo nettement plus fluide. Voici une minute environ de vidéo tournée avec un iPhone 7 Plus à 30 images par seconde et avec un iPhone 8 Plus à 60 images par seconde, dans les deux cas en 4K.

Note : Pour voir la vidéo en 4K et à soixante images par seconde, vous devez utiliser un ordinateur et Chrome, Safari étant limité au 1080p sur cette vidéo.

En matière de fluidité, le nouveau téléphone fait aussi mieux pour les ralentis. Le mode 240 FPS limité jusque-là au 720p est disponible désormais en 1080p, l’assurance d’avoir une image de meilleure qualité… quand les bonnes conditions sont réunies. Comme toujours, ces ralentis nécessitent beaucoup de lumière pour ne pas finir en bouillie de bruit numérique. Même si la qualité est théoriquement en progression, la taille d’image agrandie contribue souvent à renforcer les défauts et les ralentis filmés en intérieur sont difficiles à réussir.

Le flash de l’iPhone peut aider, mais vous aurez alors d’autres problèmes de scintillement, comme ces quelques exemples le montrent. Bref, c’est mieux, mais ce n’est pas un miracle et l’iPhone 8 Plus ne fera pas vraiment de meilleurs ralentis en intérieur ou dans l’obscurité.

À l’heure des bilans, les progrès sont indéniables cette année encore en matière de photographie. L’appareil photo de l’iPhone 8 Plus s’en sort souvent mieux que je l’attendais, les traitements sont meilleurs et les photos produites sont également souvent en net progrès. Et en même temps, ce modèle n’est pas le meilleur cette année, Apple ayant réservé une partie des nouveautés à l’iPhone X. Sur ce dernier, les deux appareils photos au dos sont stabilisés et le téléobjectif bénéfice d’une meilleure ouverture.

Les photos prises avec l’iPhone X devraient être bien meilleures que celles de l’iPhone 8 Plus. Pourtant, les deux modèles sont très proches en matière de taille, et l’appareil photo dépasse sur les deux. Y avait-il une vraie raison pour que le grand téléphone d’Apple soit ainsi défavorisé ?

Au passage, les iPhone 8 sont censés être de meilleurs appareils pour la réalité augmentée, ce sont même, d’après Apple, les premiers smartphones conçus spécifiquement pour ce domaine. Sauf que la liste de changements apportés par rapport à un iPhone 7 Plus est très limitée : chaque appareil est calibré à l’usine pour la réalité augmentée et le gyroscope et l’accéléromètre ont été modifiés pour cet usage.

Pendant le keynote, Apple a insisté sur les avantages des iPhone 8Cliquer pour agrandir
Pendant le keynote, Apple a insisté sur les avantages des iPhone 8Cliquer pour agrandir

En pratique, nous n’avons vu aucune différence entre les deux générations. L’iPhone 7 Plus est tout aussi rapide pour analyser et installer une scène de réalité augmentée, le suivi est aussi bon sur les deux appareils… difficile de distinguer les deux modèles à l’usage. Nous avons essayé de comparer les résultats donnés par les apps de calculs de distance comme AR MeasureKit, mais les marges d’erreur sont trop importantes pour que l’on puisse conclure dans un sens ou dans l’autre.

Un nouvel éclairage pour le mode portrait

Le mode portrait reste l’un des points forts de l’iPhone 8 Plus par rapport à l’iPhone 8, toujours équipé d’un seul appareil photo au dos. Pour rappel, le principe est de distinguer le sujet de l’arrière-plan pour ajouter un effet de flou et ainsi mettre en valeur le sujet. Cette fonction est disponible depuis un an, elle a été perfectionnée par iOS 11 et le nouveau téléphone vient encore améliorer les résultats.

Une photo en mode portrait prise avec l’iPhone 8 Plus. Cliquer pour agrandir
Une photo en mode portrait prise avec l’iPhone 8 Plus. Cliquer pour agrandir

Pour commencer, le mode portrait avait bien besoin des traitements améliorés pour les environnements plus sombres, mais aussi d’une meilleure réduction du bruit. C’est le téléobjectif du téléphone qui prend la photo et il est nettement plus sensible à la qualité de la lumière. Pour avoir un résultat correct, il fallait beaucoup de lumière, sous peine de transformer le portrait en une bouillie de pixels.

C’est effectivement mieux avec l’iPhone 8 Plus. Dans un cas où l’ancien modèle aurait refusé tout simplement d’activer le mode portrait, vous obtiendrez avec le nouveau une photo avec du flou à l’arrière-plan.

Le mode portrait gagne en souplesse avec l’iPhone 8 Plus. Sur cet exemple dans l’obscurité, le mode est activé sur le nouveau modèle (droite), mais inactif sur l’ancien (gauche). Cliquer pour agrandir
Le mode portrait gagne en souplesse avec l’iPhone 8 Plus. Sur cet exemple dans l’obscurité, le mode est activé sur le nouveau modèle (droite), mais inactif sur l’ancien (gauche). Cliquer pour agrandir

La mise au point du mode portrait nécessite aussi moins d’espace entre l’iPhone et le sujet qu’auparavant. Là où le 7 Plus demandait d’éloigner le téléphone, le 8 Plus est capable de prendre une photo en mode portrait.

La mise au point indispensable au mode portrait peut également se faire de plus près sur l’iPhone 8 Plus (en bas). L’iPhone 7 Plus (en haut) est plus exigeant également sur ce point. Cliquer pour agrandir
La mise au point indispensable au mode portrait peut également se faire de plus près sur l’iPhone 8 Plus (en bas). L’iPhone 7 Plus (en haut) est plus exigeant également sur ce point. Cliquer pour agrandir

Les photos en mode portrait réalisées avec le nouveau téléphone reprennent logiquement les autres caractéristiques de l’appareil photo évoquées plus tôt. Les couleurs sont ainsi plus chaudes, plus de lumière est captée et le bruit est réduit. C’est ce dernier point qui est essentiel pour la réussite des photos en mode portrait et certaines photos sont bien plus agréables sur l’iPhone 8 Plus pour cette raison.

Cet exemple met surtout en avant la colorimétrie différente des deux iPhone. L’iPhone 8 Plus (droite) s’en sort mieux aussi sur les couleurs du visage, la lumière est mieux dosée et plus naturelle. Cliquer pour agrandir
Cet exemple met surtout en avant la colorimétrie différente des deux iPhone. L’iPhone 8 Plus (droite) s’en sort mieux aussi sur les couleurs du visage, la lumière est mieux dosée et plus naturelle. Cliquer pour agrandir
Cette comparaison met bien en valeur le meilleur traitement du bruit numérique. Il en reste sur la photo en mode portrait de l’iPhone 8 Plus (droite), mais pas autant. Cliquer pour agrandir
Cette comparaison met bien en valeur le meilleur traitement du bruit numérique. Il en reste sur la photo en mode portrait de l’iPhone 8 Plus (droite), mais pas autant. Cliquer pour agrandir

La grosse nouveauté sur l’iPhone 8 Plus, c’est le nouveau mode éclairage de portrait. Par défaut, les photos sont prises en « éclairage » naturel, mais vous avez quatre options nouvelles à disposition. Dans le lot, deux sont assez subtiles, mais les deux dernières suppriment totalement le fond pour le remplacer par du noir, ce qui ne fonctionne pas à tous les coups, mais peut donner des résultats spectaculaires.

Mode portrait avec l’éclairage de scène mono. Cliquer pour agrandir
Mode portrait avec l’éclairage de scène mono. Cliquer pour agrandir

Voici les cinq options disponibles à partir d’une même photo en mode portrait. De gauche à droite, l’éclairage naturel, l’éclairage de studio, l’éclairage des contours, l’éclairage de scène et enfin l’éclairage de scène mono.

Voici les cinq rendus proposés par iOS 11 à partir d’une même photo en mode portrait. Cliquer pour agrandir
Voici les cinq rendus proposés par iOS 11 à partir d’une même photo en mode portrait. Cliquer pour agrandir

Apple indique que cette fonction est en bêta, et ce n’est pas un hasard. Il arrive fréquemment que le découpage du sujet soit carrément faux, et même quand l’iPhone 8 Plus « devine » correctement les limites du portrait, le détourage est encore un petit peu trop net. C’est surtout le cas pour les deux modes de scène qui sont spectaculaires… quand ils ne sont pas ridicules.

Deux exemples où l’éclairage de scène a tout faux. Soit parce qu’une partie de l’arrière-plan a été intégrée au portrait (gauche), soit au contraire parce que le portrait a été découpé n’importe comment (droite). Cliquer pour agrandir
Deux exemples où l’éclairage de scène a tout faux. Soit parce qu’une partie de l’arrière-plan a été intégrée au portrait (gauche), soit au contraire parce que le portrait a été découpé n’importe comment (droite). Cliquer pour agrandir

Pour obtenir les meilleurs résultats, il faut aider les algorithmes d’Apple, par exemple en choisissant un fond uni. Ces deux exemples le prouvent bien : le rendu est correct uniquement avec le fond uni, avec le placard ouvert derrière le sujet, l’éclairage de portrait perd la tête.

Sur ce portrait sur un fond qui n’est pas uni, l’éclairage de scène ne parvient pas à découper correctement le portrait, notamment au-dessus des cheveux. Cliquer pour agrandir
Sur ce portrait sur un fond qui n’est pas uni, l’éclairage de scène ne parvient pas à découper correctement le portrait, notamment au-dessus des cheveux. Cliquer pour agrandir
Grâce au fond uni, l’éclairage de scène offre ici un résultat bien meilleur. Cliquer pour agrandir
Grâce au fond uni, l’éclairage de scène offre ici un résultat bien meilleur. Cliquer pour agrandir

Vous pouvez choisir l’un des quatre éclairages pendant que vous prenez une photo et les deux premiers éclairages sont visibles en temps réel. Vous pouvez aussi modifier a posteriori le mode choisi, y compris revenir au mode naturel si vous le souhaitez.

Il a fallu plusieurs mois au mode portrait l’an dernier pour devenir vraiment exploitable dans la majorité des situations. Ce sera probablement la même chose pour l’éclairage de portrait. Néanmoins, vous pouvez avoir de bons résultats dès aujourd'hui, surtout si le sujet est bien éclairé et le fond uni. Et quand il fonctionne, cet effet est vraiment spectaculaire, ce qui excuse bien ses ratés.

Batterie : recharge et autonomie

Cette année, la plus grosse nouveauté esthétique concerne le dos de l’iPhone 8 Plus, avec l’utilisation du verre à la place de l’aluminium. Ce changement n’est pas que visuel, c’est même un aspect secondaire, la conséquence d’un choix technique. La grande nouveauté en effet, c’est que la recharge ne se fait plus seulement avec un connecteur Lightning.

Tous les iPhone de 2017 peuvent être rechargés « sans fil », par induction. Apple exploite le standard Qi que l’on trouve déjà dans quelques meubles, dans des voitures et dans une myriade de chargeurs déjà disponibles. Le constructeur vend deux accessoires de recharge sur l’Apple Store : un modèle conçu par mophie et un autre proposé par Belkin. Ils coûtent 65 € dans les deux cas, ce qui est beaucoup plus cher que la moyenne, mais vous aurez la certitude qu’ils fonctionnent correctement avec les iPhone et qu’ils bénéficieront de la recharge plus rapide promise par Apple.

Un iPhone 8 Plus sur le socle de recharge de mophie. Cliquer pour agrandir
Un iPhone 8 Plus sur le socle de recharge de mophie. Cliquer pour agrandir

En effet, Qi a beau être un standard, il ne fonctionne pas de la même manière en fonction du terminal utilisé. Pour prendre un exemple, Samsung utilise cette norme pour offrir une recharge rapide à ses derniers smartphones et le constructeur coréen a été contraint de faire une concession surprenante en intégrant… un ventilateur dans son chargeur. Pour le moment, il n’y a pas de chargeur induction conçu par Apple, cela viendra en 2018. On imagine qu’il n’intégrera pas de ventilateur et il sera probablement plus lent que celui de son concurrent.

Il devrait néanmoins être plus rapide que la situation actuelle. Pour recharger complètement un iPhone 8 Plus totalement vide, il m’a fallu près de quatre heure trente avec le chargeur de mophie et une coque en silicone conçue par Apple sur le smartphone. C’est très long, sachant qu’il faut environ trois heures pour charger entièrement le téléphone avec le chargeur et le câble fournis dans la boîte. Une mise à jour d’iOS 11 activera une recharge plus rapide, nous ferons un nouveau point quand ce sera le cas.

La promesse d’Apple : un chargeur unique pour tous vos appareils. Cela n’arrivera pas avant 2018 toutefois. Cliquer pour agrandir
La promesse d’Apple : un chargeur unique pour tous vos appareils. Cela n’arrivera pas avant 2018 toutefois. Cliquer pour agrandir

Cette recharge très lente n’est pas nécessairement un problème toutefois. L’induction peut être considérée comme une charge lente qui vient en complément des solutions de recharge rapide sur lesquelles nous reviendrons plus tard. Sur une table de nuit, dans une voiture ou sur un bureau, cette lenteur n’est pas forcément rédhibitoire, surtout si vous multipliez les petites charges fréquentes. Dans ces conditions, l’induction est même bénéfique, puisque la durée de vie d’une batterie est optimisée lors de recharges fréquentes et lentes.

Comparaison du temps nécessaire pour charger complètement de l’iPhone 8 Plus : en bleu et en vert, avec des recharges rapides ; en jaune et en rouge, avec des recharges lentes. Cliquer pour agrandir
Comparaison du temps nécessaire pour charger complètement de l’iPhone 8 Plus : en bleu et en vert, avec des recharges rapides ; en jaune et en rouge, avec des recharges lentes. Cliquer pour agrandir

Si vous avez besoin d’une recharge rapide, vous pouvez comme toujours utiliser le chargeur de 10 ou 12 W fourni avec un iPad, ou un chargeur USB de puissance équivalente. Ce n’est pas spécifique à l’iPhone 8 Plus, mais cette méthode est un excellent moyen d’accélérer le rythme. Une charge complète nécessite ainsi à peine plus de deux heures en utilisant l’adaptateur secteur 12 W d’Apple.

Et si ce n’est pas encore assez rapide pour vous, il existe une troisième solution, encore plus rapide. Cette fois, vous devrez utiliser un adaptateur secteur USB-C compatible et le câble USB-C vers Lightning d’Apple. Avec ce matériel, une recharge complète nécessite à peine deux heures et surtout, vous aurez 50 % de charge en trente minutes seulement. Et en quinze minutes, vous aurez déjà environ un quart de charge, ce qui peut suffire à faire la différence si vous êtes pressé.

C’est surtout sur les temps de charge très courts que la recharge rapide avec USB-C se distingue. Après trente minutes, la moitié de la batterie est chargée. Cliquer pour agrandir
C’est surtout sur les temps de charge très courts que la recharge rapide avec USB-C se distingue. Après trente minutes, la moitié de la batterie est chargée. Cliquer pour agrandir

Cette recharge encore plus rapide est toutefois chère payée, au moins pour le moment. Seul le câble vendu par Apple est compatible et il coûte 29 € pour un mètre (ou 39 € pour deux mètres), sans pour autant être aussi solide ou agréable que ses concurrents, notamment parce qu’il est assez rigide. Par ailleurs, il faut un adaptateur secteur adapté à cette recharge rapide, c'est-à-dire un adaptateur compatible avec le standard USB-C Power Delivery, souvent noté USB-C PD.

Si vous utilisez un Mac portable équipé de ports USB-C, le chargeur de votre ordinateur est compatible et ce sera la meilleure option. Sinon, vous pouvez acheter l’adaptateur secteur 29 W d’Apple à 59 €, ou un modèle compatible partout ailleurs. Nous en avons testé deux et nous pouvons confirmer qu’ils fonctionnent aussi bien que celui d’Apple, alors qu’ils sont beaucoup moins chers. D’autres modèles sont aussi compatibles, mais si vous voulez l’assurance d’un exemplaire qui fonctionne, vous pouvez choisir :

Le chargeur d’Anker, avec son port USB-C PD pour la recharge rapide des nouveaux iPhone. Cliquer pour agrandir
Le chargeur d’Anker, avec son port USB-C PD pour la recharge rapide des nouveaux iPhone. Cliquer pour agrandir

À vous de voir si le surcoût demandé justifie la différence avec une recharge rapide en utilisant l’adaptateur de l’iPad. Pour faire simple, vous gagnerez un quart d’heure en passant à l’USB-C plutôt qu’un chargeur 12 W. C’est peu et cela ne justifie sans doute pas l'achat d'un adaptateur secteur rien que pour un iPhone.

La batterie de l’iPhone 8 Plus est très légèrement plus petite que celle de l’iPhone 7 Plus : 10,28 Wh contre 11,1 Wh l’an dernier. Apple promet la même autonomie à l’usage et c’est le constat que j’ai également fait pendant mes essais. La durée de vie n’a jamais été un problème sur les iPhone Plus, du moins tant que vous ne jouez pas et que vous n’utilisez pas trop longtemps l’appareil photo.

La batterie de l’iPhone 8 Plus (image iFixit). Cliquer pour agrandir
La batterie de l’iPhone 8 Plus (image iFixit). Cliquer pour agrandir

Je tiens sans problème du matin jusqu'au soir, et même facilement 24 heures complètes sans jamais charger le téléphone. La batterie se vide en revanche très rapidement en réalité augmentée, ce qui est logique puisque c’est une tâche très lourde. À l’inverse, la batterie descend a priori moins vite quand l’iPhone reste en veille, mais Apple ne donne plus de chiffre dans ce cadre, étonnamment. J’ai laissé le téléphone sans recharge plusieurs nuits de suite, et je n’ai jamais perdu plus de 10 % (avec le mode ne pas déranger activé).

Des performances qui surpassent la majorité des ordinateurs

C’est le cas tous les ans et l’iPhone 8 Plus n’y échappe pas : les performances sont en net progrès encore. L’Apple A11 Bionic au cœur du téléphone bat à nouveau des records, à tel point qu’il surpasse désormais plusieurs Mac en vente aujourd'hui, et pas seulement dans le bas de la gamme.

Les chiffres théoriques ne veulent pas dire grand-chose en soi, mais ils sont utiles pour mesurer les progrès d’une génération sur l’autre. Et il faut dire que cette année, ces progrès sont encore plus impressionnants qu’en moyenne. Le processeur de l’A11 est constitué de six cœurs, deux très puissants et quatre économes en énergie, contre quatre cœurs au total pour l’A10. Mais la vraie différence n’est pas dans ces nombres, elle se situe plutôt dans leur fonctionnement.

Avec ce nouveau système sur puce, les six cœurs peuvent fonctionner de concert. Les quatre cœurs plus économes sont utilisés en permanence et les deux très puissants sont activés quand c’est nécessaire, en plus des autres. L’A10 de l’iPhone 7 Plus avait un fonctionnement différent : soit les deux puissants, soit les deux cœurs économes. En faisant fonctionner les six en permanence lors des tâches les plus lourdes, Apple offre à ses nouveaux iPhone des performances nettement plus élevées.

Mesures du processeur effectuées avec Geekbench 4 sur les quatre appareils, sous iOS 11. Cliquer pour agrandir
Mesures du processeur effectuées avec Geekbench 4 sur les quatre appareils, sous iOS 11. Cliquer pour agrandir

Sur un iPhone 8 Plus, les performances avec un seul cœur ainsi qu'avec tous les cœurs sont quasiment multipliées par deux par rapport à un iPhone 7 Plus. Si l’on regarde l’évolution sur les quatre dernières générations, l’effet est saisissant : la croissance était jusque-là assez stable, mais elle s’accroit nettement sur la dernière génération.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

À titre de comparaison, l’Apple A11 fait mieux que l’A10X intégré aux derniers iPad Pro (3 800 points environ en single-core et 9 200 en multi-core) et qui est une variante nettement plus puissante des processeurs de l’an dernier. Il dépasse même en multi-core le score du meilleur MacBook Pro 13 pouces actuellement en vente. La différence n’est pas énorme et comparer des benchs sur des machines aussi différentes n’a pas de sens, mais elle symbolise bien les progrès effectués par Apple.

La puce graphique intégrée à l’A11 Bionic est la première conçue par Apple. Et pour cette première, le constructeur a trouvé le moyen de poursuivre le progrès de ces dernières années. Il n’y a pas un gain aussi important que sur le CPU, mais il faut garder en mémoire que ce n’est que la première génération conçue à Cupertino.

Mesures de la puce graphique réalisées avec Geekbench 4 sous iOS 11. Cliquer pour agrandir
Mesures de la puce graphique réalisées avec Geekbench 4 sous iOS 11. Cliquer pour agrandir

Les benchs théoriques, c’est bien, mais ils n’ont pas nécessairement beaucoup de liens avec l’usage réel. L’iPhone 8 Plus n’est jamais lent, mais ce n’était pas le cas non plus de son prédécesseur et pour être honnête, je ne perçois aucune différence majeure entre les deux. Dans les apps les plus exigeantes, comme Prisma, on peut voir une différence avec un iPhone 7 Plus, mais elle est de l'ordre d'une seconde. Apple se donne une marge de manœuvre pour l’exploiter sur certaines fonctions, le nouveau mode éclairage de portrait en est le meilleur exemple. Toute cette puissance sera avant tout utile dans quelques années, quand iOS 12 ou 13 ajouteront des fonctions vraiment exigeantes.

Les performances d’un téléphone, c’est aussi les performances de sa connexion sans fil. Sur ce point, l’iPhone 8 Plus évolue dans le bon sens, même si c’est parfois léger. La puce Wi-Fi du nouveau modèle dépasse souvent celle de l’ancien sur des mesures de performances. Au même endroit, j’ai obtenu des débits supérieurs à 400 Mbit/s avec l’iPhone 8 Plus, contre des débits en général inférieurs à 300 Mbit/s en téléchargement avec l’iPhone 7 Plus.

Mesure de la vitesse de la puce Wi-Fi réalisée avec Nperf sur deux iPhone placés au même endroit, reliés à un réseau Wi-Fi ac et une connexion fibrée. Cliquer pour agrandir
Mesure de la vitesse de la puce Wi-Fi réalisée avec Nperf sur deux iPhone placés au même endroit, reliés à un réseau Wi-Fi ac et une connexion fibrée. Cliquer pour agrandir

Le Wi-Fi n’est pas toujours très stable pour obtenir des mesures fiables, mais c’est encore pire quand on essaie d'évaluer la vitesse de la puce cellulaire. Néanmoins, il y a bien une légère amélioration des performances sur le nouvel iPhone et cette différence se sent notamment là où le réseau cellulaire est faiblard. Dans les locaux de MacGeneration par exemple, le réseau d’Orange est si médiocre qu’il n'est pas suffisant pour passer des appels. Avec l’iPhone 8 Plus, ce n’est pas beaucoup mieux, mais la différence suffit parfois, y compris pour avoir un petit peu de 3G.

Quand les conditions sont idéales, avec de la 4G et tous les indicateurs de réseau actifs, l’iPhone 8 Plus fait aussi un petit peu mieux que son prédécesseur. La différence est de l’ordre d’une dizaine de Mbps au mieux, c’est léger donc, mais c’est toujours cela de pris. En passant, l'iPhone 8 Plus intègre bien un modem LTE gigabit (catégorie 16), mais ses antennes le limitent à 500 Mbit/s en théorie, soit 50 de plus que son prédécesseur.

Mesure des performances de la puce cellulaire réalisée avec Nperf. Chaque valeur est la moyenne de cinq tests successifs. Cliquer pour agrandir
Mesure des performances de la puce cellulaire réalisée avec Nperf. Chaque valeur est la moyenne de cinq tests successifs. Cliquer pour agrandir

La plus grosse nouveauté dans le domaine sans fil, c’est l’arrivée du Bluetooth 5.0. C’est une bonne nouvelle pour l’avenir, mais c’est à peu près inutile aujourd'hui, en tout cas inexploitable. Il n’y a, à notre connaissance, aucun périphérique disponible sur le marché pour exploiter la bande passante et la portée supplémentaire. Rappelons qu’en théorie, cette nouvelle norme étend la portée jusqu'à 240 mètres, contre 100 mètres pour la précédente.

Contrairement à Samsung qui a intégré le Bluetooth 5.0 à ses Galaxy S8, Apple n’exploite pas cette nouvelle version pour ajouter des fonctions. Du côté du coréen, on peut connecter deux enceintes ou casques Bluetooth à un seul smartphone, ce qui est très pratique.

iPhone 8 Plus ou iPhone X ?

Vous l’aurez noté, l’iPhone X plane au-dessus de ce test. Difficile de l’éviter : on ne peut pas ignorer qu’un tout nouvel iPhone arrivera dans les prochaines semaines quand on teste un iPhone 8 Plus. On a beau essayer de se concentrer sur cet unique modèle, le spectre de cet appareil innovant sur tant de points est difficile à oublier. Vous hésitez entre les deux modèles ? Voici, peut-être, de quoi vous convaincre dans un sens ou dans l’autre.

Puisque l’iPhone X n’est pas encore disponible, le simulateur fourni par Apple aux développeurs est le meilleur moyen d’estimer les différences en termes d’utilisation. Cliquer pour agrandir
Puisque l’iPhone X n’est pas encore disponible, le simulateur fourni par Apple aux développeurs est le meilleur moyen d’estimer les différences en termes d’utilisation. Cliquer pour agrandir

Nous n’avons pas encore testé l’iPhone X, si bien que nous ne pouvons pas encore juger de ses nouveautés, que ce soit Face ID, l’écran OLED, l’absence de bouton d’accueil ou encore les appareils photos améliorés. Pour tout cela, vous devrez attendre notre test, qui ne devrait pas arriver avant un bon mois encore.

À défaut de tester l’appareil lui-même, le simulateur iOS fourni par Apple aux développeurs permet d’avoir une idée de ce qui sera affiché sur chaque écran. Comme vous le constaterez vite sur les captures d’écran, l’iPhone X est beaucoup plus allongé, mais plus étroit que l’iPhone 8 Plus. Néanmoins, iOS 11 affiche en général la même quantité d’informations, en légèrement plus petit sur l’iPhone X.

L’écran d’accueil affiche le même nombre d’icônes sur l’iPhone X, mais chaque icône est plus proche de ses voisines. Cliquer pour agrandir
L’écran d’accueil affiche le même nombre d’icônes sur l’iPhone X, mais chaque icône est plus proche de ses voisines. Cliquer pour agrandir
Cet exemple est intéressant : l’iPhone X étant moins large, les lignes sont plus courtes et le texte prend plus de place. Mais comme il est nettement plus haut, il permet in fine d’afficher plus de contenu : l’image est complète à droite. Cliquer pour agrandir
Cet exemple est intéressant : l’iPhone X étant moins large, les lignes sont plus courtes et le texte prend plus de place. Mais comme il est nettement plus haut, il permet in fine d’afficher plus de contenu : l’image est complète à droite. Cliquer pour agrandir
Le clavier est un cas intéressant : celui de l’iPhone X est quasiment identique, mais il est nettement plus étroit que sur l’iPhone 8 Plus et un petit peu moins haut. Il faudra voir si la différence est sensible en utilisant l’appareil. Cliquer pour agrandir
Le clavier est un cas intéressant : celui de l’iPhone X est quasiment identique, mais il est nettement plus étroit que sur l’iPhone 8 Plus et un petit peu moins haut. Il faudra voir si la différence est sensible en utilisant l’appareil. Cliquer pour agrandir

Jusque-là, les deux modèles sont très proches, avec un léger avantage pour l’iPhone X. L’iPhone 8 Plus reprend toutefois de l’avance en mode paysage, en proposant de nombreuses interfaces adaptées dans ses apps. Sur ce point, l’iPhone X se comporte comme un iPhone 4,7 pouces et la majorité des apps reste tout simplement en portrait en permanence.

L’iPhone 8 Plus dispose d’une interface spécifique pour l’écran d’accueil en mode paysage, pas l’iPhone X. Cliquer pour agrandir
L’iPhone 8 Plus dispose d’une interface spécifique pour l’écran d’accueil en mode paysage, pas l’iPhone X. Cliquer pour agrandir
Le calendrier n’est adapté au mode paysage que sur l’iPhone 8 Plus, l’iPhone X reste en mode portrait. Cliquer pour agrandir
Le calendrier n’est adapté au mode paysage que sur l’iPhone 8 Plus, l’iPhone X reste en mode portrait. Cliquer pour agrandir
Contacts s’affiche en paysage dans les deux cas, mais seul l’iPhone 8 Plus présente à la fois la liste et une fiche contact. Cliquer pour agrandir
Contacts s’affiche en paysage dans les deux cas, mais seul l’iPhone 8 Plus présente à la fois la liste et une fiche contact. Cliquer pour agrandir

Pour les apps qui fonctionnent en mode paysage sur les deux, l’iPhone X reprend l’avantage en affichant plus de contenu en largeur, mais le reperd à la verticale. Dans Plans par exemple, la carte est plus grande, mais la fiche dédiée à un lieu sur le côté est plus longue sur l’iPhone 8 Plus.

L’iPhone X affiche plus de contenu sur la carte, mais un petit peu moins sur la fiche du lieu, sur la gauche de l’écran. Cliquer pour agrandir
L’iPhone X affiche plus de contenu sur la carte, mais un petit peu moins sur la fiche du lieu, sur la gauche de l’écran. Cliquer pour agrandir

Cette comparaison rapide ne permet évidemment pas d’avoir une idée de l’utilisation réelle de l’iPhone X. Mais elle permet au moins de constater que le nouveau modèle affichera la majorité du temps la même quantité d’informations que les iPhone 5,5 pouces, sauf en mode paysage. Si vous utilisez souvent votre téléphone à l’horizontale et que vous disposez déjà d’un Plus, mieux vaut probablement attendre la sortie d’un grand iPhone X, sans doute l’année prochaine.

Mais si, comme l’auteur de ces lignes, vous verrouillez toujours l’orientation de votre iPhone Plus, sauf pour regarder des vidéos, l’iPhone X est un candidat à envisager, en tout cas sur le critère de l’espace disponible à l’écran. Contrairement à ce que les rumeurs estivales laissaient entendre, le nouveau modèle en affiche en général plus, pas moins, que les iPhone 5,5 pouces.

Pour conclure…

Il est grand temps de conclure ce test… mais la conclusion n’est pas évidente du tout cette année. L’iPhone 8 Plus est un excellent téléphone, le meilleur jamais conçu par Apple à l’heure où j’écris ces lignes. C’est une mise à jour très correcte par rapport à l’iPhone 7 Plus et si vous utilisez un modèle plus ancien encore, le passage à ce modèle vous apportera énormément de nouveautés.

iPhone 8 Plus et iPhone 8. Cliquer pour agrandir
iPhone 8 Plus et iPhone 8. Cliquer pour agrandir

Si Apple n’avait présenté que les deux iPhone 8, ce test serait nettement plus positif. Je critiquerais probablement le design toujours inchangé et le poids en hausse, mais à part cela, je n’aurais aucun autre défaut à noter. La recharge par induction, l’écran True Tone, les haut-parleurs plus puissants ou encore l’appareil photo en progrès sont autant de points positifs qui ne justifient pas nécessairement un renouvellement depuis l'iPhone 7 Plus, mais qui contribuent à perfectionner davantage ce téléphone.

Oui, mais voilà, Apple n’a pas présenté que les iPhone 8 cette année et si l’iPhone X était disponible dès maintenant, ce test serait peut-être nettement plus négatif. J’ai beaucoup de mal à recommander quoi que ce soit avant d’avoir pu tester l’iPhone X. Pour être totalement franc, je voulais au départ l’iPhone 8 Plus et non le nouveau modèle, parce que j’étais habitué à la taille d’écran et j’imaginais perdre de l’espace utile sur le modèle OLED. Sauf qu’à l’usage, on devrait gagner de l’espace et non en perdre. Et le technophile que je suis a du mal à envisager passer un an de plus avec le même design et les mêmes fonctions, alors qu’Apple a présenté le futur du smartphone.

L’iPhone 8 Plus que je voulais utiliser cette année va donc retourner à l’envoyeur et j’attends un iPhone X à la place. Est-ce que vous devez faire de même ? Pas forcément.

iPhone X. Cliquer pour agrandir
iPhone X. Cliquer pour agrandir

L’iPhone 8 Plus reste moins cher que l’iPhone X, c’est vrai, et même si le prix de base — 919 € — a augmenté, on est aussi passé à 64 Go de stockage de base au lieu de 32. À mon avis, cette capacité de base est désormais suffisante pour la majorité des utilisateurs. Ce sera juste uniquement si vous comptez filmer souvent et en 4K.

Le modèle de 256 Go que j’ai utilisé pour ce test coûte 1 089 €, soit 70 € de moins que le premier iPhone X. Certes, à 1 159 € vous n’aurez que 64 Go et la facture est encore plus salée pour avoir le stockage maximum. Mais les deux gammes se rejoignent presque et l’iPhone X est plus alléchant sur le papier. Encombrement inférieur, meilleur écran, identification avec Face ID bien supérieure, meilleures caméras, nouvelles fonctions liées à la reconnaissance faciale et toute nouvelle ergonomie du système…

Il y a toujours de bonnes raisons d’acheter un iPhone 8 Plus plutôt qu’un iPhone X. Outre l’argument financier, cette mise à jour a un côté « ennuyeux » qui peut être vu comme un aspect positif : ce n’est pas la première révision d’un tout nouveau produit qui aura probablement quelques bugs au lancement. Touch ID est un système éprouvé, utilisé par des centaines de millions d’utilisateurs alors que l’on ne sait encore rien de Face ID à l’usage. L'iPhone 8 Plus est rassurant si on ne cherche pas absolument les dernières nouveautés. Sans compter qu’il est disponible dès aujourd'hui en stock, alors que le X promet d’être très compliqué à obtenir avant 2018…

Mais ce côté rassurant est un défaut si vous aimez jouer les early adopters en ayant les dernières innovations disponibles, quitte à essuyer les plâtres. Dans ce cas, la meilleure solution à mon avis est d’attendre que l’iPhone X soit commercialisé, que les tests (dont le nôtre) soient publiés, qu’il puisse être manipulé en Apple Store et que l’on sache si Face ID est aussi bien que promis. Vous pourrez alors choisir en toute connaissance de cause quel iPhone de 2017 est le meilleur pour vous.

Note

Les plus :

  • Écran True Tone plus agréable
  • Recharge par induction et recharge rapide
  • Appareil photo en progrès
  • Nouveau mode éclairage de portrait prometteur
  • 64 Go de stockage de base
  • Haut-parleurs plus puissants

Les moins :

  • Même design depuis quatre générations
  • Poids en hausse
  • Pas le meilleur appareil photo de la gamme
  • Souffre de la comparaison avec l’iPhone X
avatar Rayorbe | 

8plus a gauche sur la photo non?

avatar Biking Dutch Man | 

Achète-t-on un téléphone premièrement pour ses fonctionnalités ou pour son design? Une fois enclenché on regarde l'écran et non la couleur de son verso!

avatar C1rc3@0rc | 

La com d'Apple ne parle pas de fonction ni d'usage, mais d'apparence... Bon y en a bien qui se font manipuler, mais la majorité sait rester pragmatique, surtout a ces tarifs.

Et puis comme dit dans l'article, il faut utiliser une coque solide, et la forcement l'apparence de l'appareil n'a plus d'interet. Et comme les coques permettent de personnaliser un appareil qui est devenu tres commun...

Bon l'auteur a une honneté certaine et exprime sa partialité:
«Et le technophile que je suis a du mal à envisager passer un an de plus avec le même design et les mêmes fonctions, alors qu’Apple a présenté le futur du smartphone.»

Si le design a beau etre fonctionnel, pout un "technophile" il est insuportable de s'afficher avec un produit ayant la meme apparence pendant 12mois. Les gouts et les couleus...
Apres, au niveau ergonomie on peut penser qu'apple aurait pu, sans aller au vrai sans bordures (qui n'est pas le cas non plus de l'iphone 10), reduire celles de l'iPhone 8. Cela aurait abouti a un format comme l'iPhone SE. Probablement la solution qui sera choisie pour l'iPhone 9, elle permet d'avoir un TouchID, une zone de camera sans devoir faire une decoupe barbare de l'ecran.

«L’iPhone 8 Plus que je voulais utiliser cette année va donc retourner à l’envoyeur et j’attends un iPhone X à la place. Est-ce que vous devez faire de même ? Pas forcément.»
Ou l'on comprend bien que l'iPhone 10 est une machine d'Apple geek.

L'iPhone 10 c'est un proto d'iPhone 8 qui n'introduit que 2 elements:
- ecran oled, mais decoupé etrangement
- Fake ID, dont la fiabilité reste a demontrer, une fois que l'utilisabilité aura ete faite...

et une fonction en moins: le TouchID.

Et de toute façon, l'iPhone 10 ne sera disponible que vers la fin du premier trimestre 2018, voir le second, donc quelques mois a peine avant la disponibilité de l'iPhone 9... Bref ça reste une machines meteor, comme les aiment les geek, mais pour geek tres fortuné.

avatar jimmy92250 | 

@C1rc3@0rc

T’es énervé ou bien?
Laisse les geek pété de tunes se faire avoir si ils en ont envies! Mince alors, ça gêne en quoi?
Tu pourras dire plus tard: «  je vous avais prévenue! »
Mais on s’en fiche, on a envie et toi tu es raisonnable et c’est très bien comme ça.

avatar romainB84 | 

"C’est le cas tous les ans et l’iPhone 8 Plus n’y échappe pas : les performances sont en net progrès encore. L’Apple A11 Bionic au cœur du téléphone bat à nouveau des records, à tel point qu’il surpasse désormais plusieurs Mac en vente aujourd'hui, et pas seulement dans le bas de la gamme."

"Toute cette puissance sera avant tout utile dans quelques années, quand iOS 12 ou 13 ajouteront des fonctions vraiment exigeantes."

et dans 3 ans, rien que taper au clavier suffira a faire ramer cette machine !! :-D

avatar jojofr | 

@romainB84

Tellement vrai ...

avatar webHAL1 | 

@romainB84

"et dans 3 ans, rien que taper au clavier suffira a faire ramer cette machine !! :-D"

Cruel, mais terriblement vrai ! ^_^

avatar romainB84 | 

@webHAL1 / @jojofr

"Toute cette puissance sera avant tout utile dans quelques années, quand iOS 12 ou 13 ajouteront des fonctions vraiment exigeantes."

si je voulais vraiment etre mechant je dirais ... "vraiment exigeantes"... comme... "taper un SMS" ^^ !! :-D

avatar gattuz | 

Utilisateur de 7 plus, le 8+ m’aurait bien tenté en temps normal. Mais son poids, son design inchangé depuis 3 générations et surtout la future arrivée du X font que je ne le prendrais pas. Vivement le X!

avatar Eltigrou | 

Le 8 plus est celui qui est le plus cher.

avatar romainB84 | 

plus cher que le "X" ?
t'as pas du aller voir sur le meme site toi ^^
1089€ pour le 8+ (le plus cher)
1329€ pour le X (le plus cher ) :-)

avatar Malvik2 | 

Voilà un des tests les plus agréables que j’ai pu lire chez vous concernant un iPhone… Bravo, tout est très bien argumenté, détaillé, précis.👍
Si je peux me permettre, je considérais le test samedi du 8 un petit peu trop rapide, et manquant parfois de précisions sur certains points.

Personnellement après une grosse semaine d’utilisation, j’apprécie de plus en plus mon huit plus, il y a de vrais apports cette année qui compte comme vous l’avez souligné: le true tone très agréable, le son bien plus correct, le mode portrait juste incroyable si bien utilisé, l’A11 surpuissant, la recharge sans fil bien pratique chez soi ou même en voiture(plus besoin de brancher/ débrancher à chaque fois que je sors de titine , j’apprécie ça depuis samedi 🙂-recharge très lente sur allume cigare par contre )
Sans parler du design en verre vraiment sympa et plus maniable.

Par contre il me semble que dans le test vous parlez de l’appareil photo meilleur sur le X, mais sauf erreur il n’y aura bien que le télé-objectif d’améliorer ?(ouverture et stabilisation).
Je ne sais pas si vous l’avez vraiment noté car vous n’en faites pas mention dans votre test, mais le télé objectif est largement meilleur cette année : que ceux qui veulent essayer fasse donc un test avec une personne tenant une feuille de papier, avec un 7 plus en mode zoom on ne voit rien à plus de 10 mètres, avec un 8 plus ça passe. J’ai pu tester ça ce week-end dans pas mal de situation, le téléobjectif si utilisé avec une bonne lumière produit des progrès considérables par rapport à l’année dernière.

Difficile effectivement de résister à l’attrait du X dans un mois, mais en l’état le 8 plus est vraiment un excellent iPhone, je note également une très bonne tenue de la batterie, J’ignore si c’est grâce a l’A11 ou non mais il tient mieux que mon 7 plus, bizarrement d’ailleurs vu sa batterie.

Merci encore pour ce test en tous les cas, et surtout le petit comparatif de fin avec le X très instructif 👍👍

avatar Florian Innocente | 

@Malvik2

Personnellement j’ai beaucoup apprécié le test du 8.

avatar Malvik2 | 

@innocente

Ah mais moi aussi, je me permet simplement de dire mon ressenti, je précise que je le dis sans animosité aucune bien évidemment😉😉
La chose que j’ai trouvé un peu dommage c’était ce comparatif photo avec un iPhone 6s, je trouvais cela légèrement hors sujet; Apple sortant un nouveau modèle chaque année, il faut bien que nous comparions avec le modèle précédent sinon nous n’en finissons plus !
Ceci dit bravo pour vos articles toujours bien rédigés, Et surtout vous prenez le temps d’écrire vos tests, on a pas forcément le même ressenti sur un appareil(smartphone ou autre d’ailleurs) au bout de 10 jours qu’au bout de deux

avatar romainB84 | 

je comprend ton point de vue, mais ayant un iphone 6S, ca m'a bien arrangé au final, pour me permettre de voir vraiment le gain apporté ;-)

avatar Florian Innocente | 

Je blague. C’est Mickaël qui s’est moqué de moi lorsqu’il a lu ton commentaire 😁.

Mais je trouve dommage parfois que les tests se concentrent exclusivement sur les comparatifs avec la machine de l’année dernière.

C’est normal et il faut le faire, mais c’est assez caricatural aussi, comme si tout le monde changeait de matos tous les ans.

avatar bbtom007 | 

@innocente

Un guide d’achat en fonction d’un ancien modèle comparé au 2 plus récents. Exemple : tu viens d’un 6, quel est le meilleur choix 7-8-X ?

avatar Horfilas | 

@bbtom007

J’ai un 6 et je ne vois absolument pas l’intérêt de prendre un 7 déjà « vieux » d’un an. Aujourd’hui la différence entre 7 et 8 ne se voit peut-être pas beaucoup, mais dans 2 ou 3 ans tu la sentiras bien... ne serait-ce que pour taper un sms 😉

C’est compréhensible de prendre le 7 d’un point de vue « économique » et si tu comptes le garder deux ans maximum.

Pour ceux qui veulent un iPhone qui conservera des performances correctes pendant trois ou quatre ans (et capables d’encaisser les futurs iOS sans se mettre a ramer), le choix doit se faire soit sur les 8/8+ ou le X. La meilleure chose à faire est d’attendre la sortie du X et des tests qui suivront. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que les gens ne se pressent pas pour acheter le 8/8+.

avatar bbtom007 | 

@Horfilas

Le budget est pas le même non plus. Je suis peut-être devenu raisonnable a presque 40 ans mais je n’ai plus envie d’être sur le top du top technologique pour un trop élevé (1150€ pour le X quand même). Le 7+ pas cher tiendra encore 2-3 ans mini. Le 8+ 4-5 ans. Le renouvellement des derniers iPhone va être plus a mon avis. Avant on était sur un cycle annuel maintenant 1-2 ans et bientôt 2-3 ans.
Moi je vais partir sur un 8+ pour remplacer mon 6

avatar romainB84 | 

Merci Florian !!!
probablement l'un des commentaire les plus pertinents que j'ai pu lire depuis bien longtps !!
je t'approuve a 10 000%
évidement que tout le monde ne change pas tout les ans (et heureusement!!)
surtout que la plupart des tests aboutissent toujours a la même conclusion :
faut il craquer pour l'iphone de l'année "X" si on a le modele de l'année "X-1" :
reponse la plupart du temps "NON"
faire du comparatif sur un modele "n-2" est beaucoup plus pertinent et cible beaucoup plus de monde (a mon avis) (meme si ce n'est pas mon cas, car je change d'iphone tout les 3 ans minimum environ : 3G - 5 - 6S et je sens que mon 6S est bien partie pour me faire encore 2 bonne année !!)

avatar pocketalex | 

@Florian Innocente

une puce A11, non ventilée, grosse comme un ongle d'auriculaire (le petit doigt) qui serait plus puissante un core i5 de Macbook Pro, sincèrement, quand vous écrivez ça, vous y croyez ????

Geekbench c'est sympa, mais à un moment faut arrêter le délire, non ?

avatar webHAL1 | 

@pocketalex :

« une puce A11, non ventilée, grosse comme un ongle d'auriculaire (le petit doigt) qui serait plus puissante un core i5 de Macbook Pro [...] »

Peut-être qu'en le répétant suffisamment souvent les gens vont finir par y croire. ;-)
Je ne serais pas très étonné que, dans quelques années, la grande majorité des utilisateurs Mac soit convaincue que les puces ARM (celles d'Apple, bien entendu) sont bien plus puissantes que ces crouilles de chez Intel qu'on se traîne depuis une éternité... :-P

avatar pocketalex | 

@webHAL1

Il y a des gens qui me répètent "plus que suffisamment" que le moteur à eau existe (mais qu'on en a jamais vu car le lobby auto-pétrole censure) et que l'énergie libre existe, il suffit d'un ventilateur et de morceaux d'aimants pour réaliser un truc qui tourne à vie, et te génère de l'électricité

D'autre c'est pareil, mais avec la vierge Marie

Bon

Voila quoi

Donc, Apple aurait à disposition des puces fanless coutant quelques centimes, mais préfère mettre dans ses Macs des CPUs qui surchauffent et qu'il faut ventiler abondamment, et qui coutent plusieurs centaines d'euros, et qui n'offrent aucune supériorité face à la concurrence.

J'ai bien compris ?

avatar Niarlatop | 

Bof ! Ce qu'il y a à comprendre c'est que la marge de progression est encore énorme sur ARM comparé au x86 qui stagne de plus en plus d'année en année.
Ce qui laisse entrevoir un futur ou l'un prendrait le pas sur l'autre.

Dans certains usages, en 2017, une puce ARM de la taille d'un ongle et non ventilée se permet de mettre une fessée à un gros processeur Intel gourmand et ventilé. Tu ne penses pas que ça mérite de se poser la question de ce qu'on pourrait accomplir avec une grosse puce ARM ventilée ?
Ou de ce qu'on pourrait faire avec les meilleures puces ARM de 2020 ?

avatar pocketalex | 

@Niarlatop

"la marge de progression est encore énorme sur ARM"

Surement, pour autant il faut rester réaliste, les A11 actuels sont d'excellentes et surpuissants puces de téléphones et tablettes, et certains fantasmes ici qu'ils peuvent faire mumuse dans d'autre cour, ce que je conteste. Si en 2032 les A28 sont meilleur que les core-i-12, ce qui reste à prouver, ce sera formidable, mais on est pas en 2032

"Dans certains usages, en 2017, une puce ARM de la taille d'un ongle et non ventilée se permet de mettre une fessée à un gros processeur Intel gourmand et ventilé"

De un il met zero claque, tout au plus les benchs indiquent des performances similaires ou approchantes (ce qui déjà en soi est une énorme performance) de deux on est pas dans le même environnement. Il y en a un , il a qu'un truc à faire, l'autre, il doit gérer plusieurs apps en même temps, un gros OS, des services

Entre une app iPad qui ouvre une photo et applique un filtre, et Photoshop qui ouvre une photo et applique un filtre, mais avec Chrome qui tourne sur 15 onglets, After Effect, Lightroom et je ne sais quoi en parallèle, tout ça géré par un OS "complexe" avec gestion du réseau, de la mémoire, de son compartimentage, de sa compression, du swap, des disques, je suis pas sur que ces ridicules core-i soient si ridicules que ça.

Et encore moins sur qu'en remplaçant le core-i par un A11 tu retrouves le même Mac avec les mêmes performances

avatar Niarlatop | 

Pas la peine d'attendre 2032 ! C'est juste une constatation de la progression des performances ARM sur ces dernières années.

Export vidéo 4K sur iMovie, un MacBook Pro 15" de 2013 avec Core i7 Quad vs iPad Pro de 2015 : http://www.idownloadblog.com/2015/11/23/ipad-pro-vs-macbook-4k-export-te...

Spoiler, ils sont ex-aequo, et c'est justement ce qui est intéressant.
Il s'agit d'un usage précis sur lequel un truc fanless buvant quelques watts se montre aussi efficace qu'un gros CPU Intel 45W ventilé. Ok, ce n'est pas une fessée littérale vu qu'ils terminent en même temps, mais je suis impatient de voir le même test avec un A11 Bionic vs un Core i7 last-gen sur MacBook Pro 2017.

Rien ne garantit qu'Apple va prendre cette direction, il faudrait un gros delta de performance pour pouvoir émuler du x86 et faire tourner les programmes pas encore mis à jour, mais plus le temps passe et plus cette possibilité est réaliste.
C'est aussi probablement le point de fusion visé entre iOS et macOS, si cette fusion doit avoir lieu un jour. Il suffit de se pencher sur les différentes API de plus en plus partagées entre les deux plateformes pour entrevoir cette possibilité.

avatar pocketalex | 

@Niarlatop

Il s'agit surtout d'un exemple où l'ipad dispose d'une accélération matérielle pour CE codec, cela n'en fait pas une machine d'export vidéo universelle et je doute fortement, TRES fortement, qu'il soit aussi à l'aise sur de multiples formats et codec

Par ailleurs, ce que le bench ne dit pas, mais que l'auteur précise : n'ont pas été compté le temps d'import des assets vidéos et l'auteur indique bien qu'il a juste attendu des plombes et des plombes avec l'iPad

Ce que la vidéo démontre, c'est ce que l'on sait déjà depuis longtemps : sur une tache précise, l'ipad peut faire des miracles et talonner des machines "peu puissantes"

C'est bien, très bien, on applaudit tous des deux mains, mais la gamme CPU Intel ne se réduit à aux core i5/i7 bi-coeur basse conso des Macbook et des Macbook Pro 13", il y a aussi les core-i7 quadri des 15" (juste beaucoup, beaucoup plus puissants), les core i7 desktop des iMacs (encore plus puissants) et les Xeons des stations de travail (encore plus puissant en multi)

Bref, du ARM dans les Mac, on sait tous que c'est envisageable, mais faut arrêter le délire que les Axxx vont remplacer les Intel, on en est loin, loin, très loin.

avatar Niarlatop | 

En même temps si tu relis mon com tu verras que je parle justement de cette tâche précise, je n'ai jamais dis qu'en l'état actuel des choses l'architecture ARM était aussi polyvalente.

Et pour la comparaison, dans cette vidéo c'est bien un iPad contre un intel Core i7 Quad Core au TDP de 45W qu'il y a en face, pas un i3 ou i5 basse conso.
Il y a donc 4 cores à environ 2 GHz, 8 threads au total sur cet export ;)

avatar mzik0013 | 

@Niarlatop

Et tu ne pense pas à te poser la question que c’est chiffre son tout simplement du Pipo ??? Non non Apple fait des proc de 1cm2 sans ventillo plus puissant qu’un i7 avec un watercooling Normal!!! En claquette!! Alors oui Intel peu mettre la clé sous la porte 🤣

avatar Niarlatop | 

@mzik0013

Tu vas relire ce que j'ai écris un commentaire au dessus, regarder cette vidéo, et après on pourra causer : http://www.idownloadblog.com/2015/11/23/ipad-pro-vs-macbook-4k-export-te...

Dans cette vidéo on compare un iPad Pro (2015) à un MacBook Pro (Core i7 Quad, 2013) grâce à une appli existant sur les deux plateformes.
La seule conclusion de la vidéo c'est que la petite puce que tu sembles dénigrer est aussi efficace que le gros Core i7 Quad, dans ce cas de figure.

Si ça ne te donne pas envie de te poser la question du potentiel d'un design ARM visant un TDP de 45W similaire à ce Core i7, je ne peux rien pour toi 🙃

Un peu de lecture sur l'architecture ARM et la direction prise pour les prochains designs : https://www.infoworld.com/article/3183424/processors/arm-steps-up-chip-p...

avatar mzik0013 | 

@Niarlatop

Merci je vais lire tous ça avec attention

avatar mzik0013 | 

@Niarlatop

Apparement la vitesse d’encodage à un rapport avec les DSP codec hardware et pas le CPU donc en gros la vidéo montre que l’arm 2017 je sais plus et aussi performant niveau DSP que le MBP de 2013, rien à voir avec le CPU
Alors oui peu être que dans le futur l’arm va être ouf mais là on parle d’un Arm fanless qui fait un score plus élever qu’un CPU ventirade X86
Y’a quelque chose qui va pas.. et au final on comparées l’incomparable... donc oui l’iPhone est un super smartphone optimiser à fond. Ce serai bien d’arrêter de mettre en avant des arguments uniquement marketing... c’est pas crédible.. pas besoins de pipoter sur un cpu du future! Ça reste un super smartphon grâce à iOS.

avatar Niarlatop | 

On parle bien évidemment d'optimisation hardware. Le même genre qu'Intel intègre dans ses processeurs, avec le décodage matériel du H.265 dans les Skylake et Kaby Lake.

Et je ne mets pas en avant des arguments marketing, je m'interroge sur un avenir possible de l'informatique, d'année en année les améliorations sont sensibles d'un côté, et de plus en plus stagnante de l'autre. C'est un sujet qui me passionne depuis plus de quinze ans.

Mais évitons l'obscurantisme, avec un raisonnement tel que "Si la terre était ronde, ça se saurait", on ne va pas très loin et on en reste à une discussion de comptoir ;)

avatar webHAL1 | 

@pocketalex :

« J'ai bien compris ? »

Vous avez oublié de préciser que les puces d'Apple fonctionnent à l'eau et avec des morceaux d'aimants, mais sinon vous avez tout juste ! ;-D

Plus sérieusement, pour ma part je ne doute pas que les processeurs ARM aient des avantages sur les puces Intel, et que cette technologie progresse plus vite que celle basée sur l'architecture x86. Sans doute même que, pour certaines opérations spécifiques, les puces d'Apple s'en sortent mieux que les processeurs Core équipant les Mac.
Simplement, je pense que si les puces ARM étaient à ce point supérieures à celle d'Intel, ça ferait longtemps qu'elles les auraient supplémentées dans les serveurs et les micro-ordinateurs. Je fais également partie de ces gens qui sont curieux de voir comment se comportent un système d'exploitation "complet" sur une puce de type A11...

Cordialement,

HAL1

avatar fte | 

@webHAL1

"si les puces ARM étaient à ce point supérieures"

J'aime beaucoup ces comparatifs où les arm semblent être 10x plus efficaces que les Intel. Ou plus parfois. 10x, ce n'est pas rien, il y a de quoi se poser quelques questions pour comprendre pourquoi il y a(urait) un tel différentiel. Mais non, pas de questions, c'est la vérité vraie et pis c'est tout.

Bah.

avatar pocketalex | 

"Simplement, je pense que si les puces ARM étaient à ce point supérieures à celle d'Intel, ça ferait longtemps qu'elles les auraient supplémentées dans les serveurs et les micro-ordinateurs. Je fais également partie de ces gens qui sont curieux de voir comment se comportent un système d'exploitation "complet" sur une puce de type A11..."

Tout est résumé dans cette simple phrase, j'ai les mêmes questions et les mêmes doutes, d'où le pas que je ne franchirais pas concernant un Mac ARM, mais que d'autres franchissent allègrement, en nous démontrant sur un cas spécifique et en concluant sur une généralité, ce qui n'est pas très sérieux.

avatar webHAL1 | 

@pocketalex

"Tout est résumé dans cette simple phrase"

Oui, mais il faut quand même faire abstraction des nombreuses fautes de français (supplanter et pas "supplémenter" ; comporte et pas "comportent" ; ...) ! ^_^'

avatar mzik0013 | 

@pocketalex

Grave 😆 ce foutage de gueule d’Apple avec le CPU du future et tout le monde qui reprend l’info comme vérité absolue... Ils arrivent à faire croire au gens ce qu’il veulent... ça fait peur... l’esprit critique est passé ou???

avatar 0lf | 

@Malvik2 : "Par contre il me semble que dans le test vous parlez de l’appareil photo meilleur sur le X, mais sauf erreur il n’y aura bien que le télé-objectif d’améliorer ?(ouverture et stabilisation)."
Va savoir... comme les infos sur le capteur grand angle de l'iPhone 8 sont erronées...

avatar Malvik2 | 

@0lf

Comment cela ?

avatar 0lf | 

@Malvik2
Apple a annoncé un capteur plus grand sur le 8 que sur le 7. Les démontages montrent que ce n’est pas le cas. À partir de là, on peut imaginer ce qu’on veut, rien ne garantie que le X a le même capteur que le 8.

avatar jimmy92250 | 

@0lf

A priori il semblerai pour le X que l’autofocus soit plus rapide, avec des capteurs aux photosites plus larges, et une double stabilisation sur 7 axes.
Ces caractéristiques jouent énormément sur les clichés en haute et basse luminosité, réduisant le bruit de l’image, les artefacts, augmentent les couleurs et contraste... a voir...
c’est ce qu’Apple met en valeur sur le fiche technique de l’apn en tout cas...
https://ksassets.timeincuk.net/wp/uploads/sites/54/2017/09/iphone-x-came...
Il était bien obligé si ils veulent un APN réactif pour là réalité augmentée en toutes conditions ! 😅

avatar 0lf | 

@jimmy92250
7 axes ?
Il y a 6 « axes » : 3 rotations, 3 translations. On ne stabilise pas la distance au sujet. Il reste donc 5 axes au maximum à stabiliser.

avatar AdDmeaNs | 

C’est le premier iPhone compatible Galiléo !
Pour l’instant le système marche avec une précision plus faible mais d’ici quelques mois ce sera à quelques dizaines de cm !

avatar romainB84 | 

effectivement, tu as raison de le préciser, cela risque de produire un sacré bon en avant sur l'utilisation du GPS :-).

avatar PierreBondurant | 

@AdDmeaNs

Galileo, le GPS sans usage militaire « spécial couille molle » des européens...

Qu’au moins ça serve pour les iPhone !

avatar AdDmeaNs | 

@PierreBondurant

Le gps spécial couille molle ? Bein ouais ça évitera que l’armée le coupe ou modifie la précision.Comme cela arrive souvent avec le gps.
Je prefere un galiléo civile a un gps à robinet.

avatar Olivenere | 

Je suis pas franchement d'accord avec vous sur le rythme ralenti des changements de design. J'étais possesseur d'un iPhone 4 et quand le 5 est sorti, je n'ai pas trouvé bcp de différences : à part l'écran plus grand, le design général était le même.

Je suis bien parti pour garder mon 6 quatre ans, comme j'ai fait pour le 4. De mon expérience depuis l'iPhone 4, un iPhone devient obsolète en 4 ans (même si je sens que ça va être difficile de résister si la réalité augmentée devient importante dans l'écosystème... tout comme l'absence de vrai Bluetooth sur le 4 se faisait ressentir au bout de 3 ans)

avatar romainB84 | 

" (même si je sens que ça va être difficile de résister si la réalité augmentée devient importante dans l'écosystème"
attend de voir si ca va pas faire effet de mode !! ;-)
apres ca depend aussi pas mal du public, mais perso la RA sur mon 6S, j'ai joué avec un moment, c'etait super rigolo 5mn, tu le sors quand y'a des potes, ca fait une super demo technique (vraiment impressionant au passage)... mais au final tu t'en sers pas ^^ :-)

avatar jimmy92250 | 

@romainB84

D’accord pour la RA, on a du mal à imaginer les applications au quotidien..
N’empêche qu’avoir un mètre dans son tel sa peu être pas mal. Scanner en 3D un objet ça peut être cool. Pointer un monument/magasin.. pour avoir des infos pas mal aussi peut être..
faut voir, je manque encore d’imagination; reconnaissance d’animaux, végétaux, objet, tester dès l’encombrement des meubles, des lunettes, une bague, une montre...
Arf, je bloque 😅 mais y’a du potentiel c’est sur!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR