Manu Chao et le piratage

Christophe Laporte |

A l’occasion de la sortie de «Sibérie m’était contée», un livre réalisé en collaboration avec le dessinateur Wozniak, Manu Chao s'est longuement exprimé sur l’évolution de l’industrie du disque. L’ancien de la Mano Negra tient des propos virulents à propos des maisons de disque portant plainte contre les internautes, «c’est une réaction de bête blessée», affirme-t-il. Le téléchargement gratuit est inévitable et selon lui, «la seule chose qui n’est pas piratable, c’est la scène».

Le déclin de cette industrie en profite à un autre, celle «qui vend les petites machines à pirater, genre iPod [et qui], se fait des couilles en or». Manu Chao tend toutefois à faire la distinction entre les majors et les petits labels indépendants qui souffrent également. Pour lui, le consommateur doit avoir une éthique et doit soutenir ces derniers en ne piratant pas leurs disques ! Des déclarations qui n’ont sans doute pas plu à Pascal Nègre...

CONNEXION UTILISATEUR