Les photos de la prochaine "Sonos Move" sans-fil

Florian Innocente |

Ce sera une première pour Sonos, le lancement d'une enceinte domestique sans-fil; capable de streamer de la musique en Bluetooth en plus du Wi-Fi. Depuis trois jours, et alors qu'une conférence est prévue fin août, des détails de ce produit ont émergé sur Zatz Not Funny! et The Verge.

L'enceinte en question est un cylindre décrit comme plus haut et un peu plus large qu'une Sonos One, avec le même jeu de commandes qu'une autre enceinte Sonos et des microphones sur le dessus. Elle disposera d'une base de recharge ― comme en ont les Megaboom 3 ― mais on pourra tout aussi bien recharger sa batterie avec un câble USB-C.

Une poignée pour le transport est intégrée dans le boitier, au dos. Là se trouve également un bouton de bascule entre la connexion Wi-Fi et Bluetooth. Un design qui suppose que l'on n'aura pas un son à 360° mais dirigé depuis l'avant de l'enceinte.

Image : The Verge

Sonos utilise déjà des connexions Bluetooth sur sa barre Beam et sur la Sonos One de deuxième génération, mais uniquement pour la phase de configuration depuis le téléphone. Désormais on pourra envoyer le son en Bluetooth comme on le fait avec un nombre incalculable d'enceintes. Dans ce mode Bluetooth les assistants Alexa et Google ne seront pas utilisables et l'app Sonos ne contrôlera pas l'enceinte.

L'enceinte sera compatible AirPlay 2 et elle inaugurera une autocalibration de sa diffusion sonore en fonction des caractéristiques de la pièce, comme le fait le HomePod. La fonction Trueplay va devenir Auto Trueplay, elle se lancera toute seule si l'enceinte est déplacée et marchera même si le périphérique est sur batterie, tandis que le HomePod est constamment arrimé à son câble d'alimentation.

Aucune indication n'a été fournie sur le positionnement tarifaire. L'un des autres produits que Sonos pourrait présenter est une refonte de son boitier Connect, mais ce sont des spéculations.

[MàJ le 18/08] : WinFuture a publié des photos marketing du produit qui le montrent au complet. On y voit la poignée creusée à l'arrière de l'enceinte, les prises de recharge USB-C et celle pour un support fixe relié au secteur. Le produit serait baptisé "Sonos Move".

Lire les commentaires →

iOS 13 : les règles de géolocalisation agacent des éditeurs

Florian Innocente |

Sept éditeurs d'applications iOS se sont émus auprès de Tim Cook de changements opérés dans iOS 13 pour la géolocalisation des utilisateurs, rapporte The Information.

Dans leur lettre, ils soulignent que lorsqu'une app demande à son utilisateur quel type de géolocalisation il souhaite valider, l'option "Toujours" n'apparaît plus. On a droit à "Autoriser lorsque l'app est active", "Autoriser une fois" et "Refuser".

Les nouveaux choix par défaut dans iOS 13

Cette option d'une géolocalisation permanente n'a pas disparu, mais il faut aller la chercher soi-même dans les options de confidentialité spécifiques à chaque application. Une plongée dans les réglages d'iOS que ces développeurs jugent peu intuitive pour les utilisateurs.

Les éditeurs en question sont Tile, Arity, Life360, Zenly (de Snapchat), Zendrive, Twenty et Happn. Ils proposent des services d'aide à la conduite, de géolocalisation de ses proches, de localisation de bagages et autres équipements, de partage de sa position auprès d'amis ainsi que de rencontre.

Ils craignent que ce changement, qui a une incidence sur la manière dont leurs applications fonctionnent — par défaut il n'y aura pas de géolocalisation régulière — soit perçu comme un dysfonctionnement par leurs utilisateurs. Ils réclament auprès de Tim Cook la mise en place d'une nouvelle méthode de validation de cette demande, en deux étapes.

Life360

Ce groupe évoque également les restrictions qui vont s'appliquer à l'API PushKit. Celle-ci est destinée aux apps de VoIP qui ont besoin de surveiller l'arrivée d'un appel. Du fait qu'elle autorise un fonctionnement en tâche de fond, elle était parfois utilisée à des fins de géolocalisation (lire VoIP : Apple restreint une API et le siphonnage potentiel de données par Facebook).

Seulement, certaines apps en ont l'utilité, comme le souligne Life360, une sorte de "Localiser mes amis" pour ses proches. L'éditeur admet détourner la fonction première de cette API lorsqu'il est nécessaire de repérer un utilisateur accidenté.

En outre, ces éditeurs remarquent que la propre application d'Apple "Localiser", n'a pas besoin d'une autorisation de l'utilisateur pour accéder à sa position, alors qu'elle est en concurrence avec certaines de leurs apps.

Apple a répondu à The Information qu'elle mettait au premier rang les questions de confidentialité et que tout changement matériel, logiciel ou au niveau du système était réalisé « au bénéfice de l'utilisateur, de sa vie privée et pour lui fournir les meilleurs produits et écosystème au monde ».

Cependant la Pomme a indiqué être en train de travailler avec certains de ces signataires pour trouver des moyens de remplacer les fonctions retirées de son API et dont ont besoin ces logiciels. Quant au régime de faveur dont profite l'application "Localiser", Apple déclare que ses autres apps, celles distribuées depuis l'App Store et non installées par défaut avec iOS, sont soumises aux mêmes critères que les apps tierces.

Lire les commentaires →

Ikea : le store Fyrtur compatible HomeKit se déballe en vidéo

Mickaël Bazoge |

Le catalogue de produits connectés d'Ikea va s'enrichir dans les prochaines semaines de stores enrouleurs compatibles HomeKit : les modèles Kadrilj (semi-transparent) et Fyrtur (opaque). La disponibilité de ces produits est difficile à établir avec précision : ils ont été récemment référencés sur le site français du géant de l'ameublement (en même temps que les enceintes Symfonisk), avant d'en mystérieusement disparaitre.

Si les pages de ces deux produits ne sont plus en ligne, on trouve cependant des références à ces stores, dans cette FAQ par exemple, ou encore cette batterie Braunit compatible. La disponibilité française est toujours prévue pour le mois d'octobre, aux dernières nouvelles.

Aux Pays-Bas et en Suède, les stores sont bel et bien disponibles et il est possible de les commander en ligne. Il y a même du stock dans certains magasins, selon des utilisateurs de Reddit. Un d'entre eux a pu repartir avec un modèle Fyrtur et réaliser un petit déballage en vidéo. La boîte contient le store bien sûr, ainsi que la batterie (à recharger en Micro-USB), et une télécommande.

On ne pensait pas être aussi excité à la vision du déballage d'un store enrouleur un vendredi soir, mais voilà où on en est, merci Ikea. Le modèle ci-dessus mesure 120 x 195 cm, le fabricant propose d'autres largeurs (de 60 à 140 cm), à partir de 99 €. Pour prolonger ce rêve éveillé, les instructions de montage sont à consulter ici.

Lire les commentaires →

Le témoin lumineux des caméras Nest actif en permanence durant les enregistrements

Mickaël Bazoge |

Les loupiotes des caméras de Google (Nest Cam, Dropcam et Nest Hello) restent désormais allumées lorsqu'elles enregistrent de la vidéo. Et elles clignotent quand l'utilisateur regarde en streaming ce qui se passe chez lui. Pour Google, il s'agit de respecter un des engagements pris au printemps touchant au respect de la vie privée. Mais cette nouveauté déployée par le moteur de recherche ne fait pas les affaires de tous les propriétaires de ces caméras.

Sur la Nest Cam, le témoin lumineux est juste au-dessus de l'objectif.

Google précise qu'il est possible de réduire la luminosité du témoin des caméras, mais pas de l'éteindre complètement1. Plusieurs utilisateurs réclament pourtant la possibilité de désactiver le statut lumineux pour toutes sortes de raisons : surveiller le bébé sans qu'il soit dérangé par la lumière ; placer une caméra près d'une fenêtre sans qu'il y ait de reflet lumineux ; ou encore ne pas donner à d'éventuels voleurs la position des caméras de surveillance.

Ces raisons tombent sous le sens, mais d'autres confortent plutôt la position de Google. Les caméras Nest servent aussi parfois à surveiller sans autorisation des invités Airbnb, par exemple. Difficile de placer le curseur entre les usages attendus du produit et les attentes légitimes liées à la confidentialité…


  1. On peut toujours coller un bout de ruban adhésif juste devant la lumière !  ↩

Lire les commentaires →

Huawei prépare son alternative à Google Maps

Mickaël Bazoge |

Apple a appris à la dure qu'il était bien compliqué de se mesurer à Google Maps. Malgré les milliards de dollars investis pour améliorer Plans, l'application de navigation d'Apple reste encore un cran en-deçà de son principal concurrent. On souhaite donc bien du courage à Huawei dans son projet de cartographie maison.

Le géant chinois, tout à sa volonté de développer une alternative à Android avec HarmonyOS, va proposer d'ici l'automne une boîte à outils pour remplacer Google Maps. Pas question cependant de livrer une application en bonne et due forme : ce service, baptisé Map Kit (où vont-ils chercher tout ça !), se destine aux développeurs pour le moment.

Ils pourront intégrer les différents services mis au point par Huawei dans leurs propres apps : un système de navigation « hautement sophistiqué », vante Zhang Pingan, le président des services cloud de Huawei. Mais aussi des infos trafic en temps réel, et le support de la réalité augmentée pour la cartographie. Map Kit sera disponible dans une quarantaine de langues dès le départ, et couvrira 140 pays.

Parmi les premiers partenaires de Huawei dans cette aventure, on trouve le moteur de recherche russe Yandex et l'agrégateur de tarifs de voyages Booking Holdings. Map Kit sera d'un grand intérêt pour le constructeur, si d'aventure Google devait lui couper les vivres d'Android et de ses services.

À terme, on peut facilement imaginer une application dédiée à la navigation, mais cela demandera énormément de ressources pour rivaliser avec la richesse de Google Maps. C'est cependant moins vrai en Chine. L'application de Google y est de retour depuis le début de l'année dernière après une éclipse de huit ans, ce qui a permis à des alternatives locales de se développer.

Lire les commentaires →

IKEA met le paquet sur le connecté

Florian Innocente |

La domotique devient une affaire très sérieuse pour IKEA qui depuis 2012 multiplie les nouveautés dans les produits connectés. L'enseigne a formalisé la création d'une division toute entière dédiée à la création et à la commercialisation de ces produits qui peuvent être des ampoules, des prises, des chargeurs par induction, récemment, des enceintes Wi-Fi et prochainement des volets roulants.

Le fabricant présente la naissance de cette business unit comme la plus importante depuis celle consacrée aux articles pour enfants.

IKEA dit vouloir investir davantage dans ce domaine et continuer dans la lancée des partenariats et collaborations qu'il a noués avec de grands acteurs du numérique. Du fait de sa spécialisation dans l'univers de la maison et sa présence mondiale, IKEA jouit à ce titre d'une position tout à fait unique pour pousser des produits dans les foyers.

Rien n'est dévoilé toutefois quant à ses intentions au-delà des gammes de produits que l'on connaît déjà. Il faut simplement s'attendre à ce que le catalogue grossisse et peut-être se diversifie encore.

Récemment IKEA a rebaptisé son application TRÅDFRI en "Ikea Home" pour simplifier la dénomination de ses appareils.

Lire les commentaires →

Spotify va tester une formule famille plus chère

Florian Innocente |

Spotify s'apprête à tester les effets d'une augmentation de tarif sur l'offre famille, a appris Bloomberg. Ce programme ne concernera que les pays nordiques où le service bénéficie d'un fort ancrage.

L'augmentation serait de l'ordre de 13% sur cette formule qui autorise une utilisation par 6 personnes d'un même foyer. Si elle était appliquée telle quelle au tarif français, on passerait de 14,99 € à presque 17 €.

Leader dans son secteur avec 108 millions d'abonnés payants, Spotify cherche à augmenter ses revenus par abonné alors que ceux-ci sont tirés vers le bas par des réductions fréquentes et par la popularité grandissante de cette offre familliale.

Si d'aventure le test s'avère concluant, rien ne dit pour autant que l'augmentation sera étendue à tous les pays. Spotify doit tenir compte de la concurrence des autres services, variable selon les marchés. Des services dont leurs propriétaires ― Apple en est un bon exemple ― ont une activité qui ne repose pas exclusivement sur la vente d'abonnements à du streaming musical.

Il faut rappeler aussi que Spotify peut faire évoluer ses offres sur certains marchés uniquement. Depuis le mois de mars, l'Irlande, la Colombie, le Chili, la Pologne et le Danemark ont une formule Duo absente ailleurs.

Lire les commentaires →

Pages