iPhone 8 : il faudra s'attendre à des quantités limitées au lancement

| 23/03/2017 16:18 | 18 commentaires

L’iPhone 8 avec son design digne du tout premier modèle, son écran OLED et ses bordures inexistantes, devrait être bien difficile à dénicher quand Apple en lancera la commercialisation cet automne. C’est du moins la prédiction d’une fine équipe d’analystes de Barclays revenant d’Asie où ils ont passé quelque temps avec des sous-traitants d’Apple.

L’iPhone X.

Le nouveau modèle serait donc bien annoncé en septembre dans la foulée des iPhone 7s et 7s Plus, mais les stocks pourraient bien être très limités au lancement ; il faudrait patienter quelques semaines, jusqu’au quatrième trimestre, pour voir les délais se raccourcir.

Une situation qui se renouvelle chaque année, pourrait-on dire. Sauf que cette prédiction contredit une précédente rumeur qui annonçait un lancement commercial de l’iPhone 8 bien après sa présentation. Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à batailler une fois encore pour obtenir aussi rapidement que possible la prochaine merveille d’Apple. Les fins limiers de Barclays prédisent également que les trois modèles embarqueraient les composants nécessaires à la recharge sans fil.

> Accéder aux commentaires

La production indienne d'iPhone devrait débuter dans les prochaines semaines

| 23/03/2017 14:47 | 7 commentaires

Apple devrait débuter la production indienne de l’iPhone dans les quatre à six semaines, selon des représentants du gouvernement qui s’en sont ouverts au Wall Street Journal. C’est Wistron qui aurait récupéré la commande, des iPhone 6 et 6s, qui seraient manufacturés dans l’usine de ce sous-traitant habituel d’Apple installé à Bangalore. La production de l’iPhone SE serait elle lancée dans les trois mois.

Tim Cook et le premier ministre Narendra Modi.

Un porte-parole d’Apple indique que l’entreprise a « travaillé dur pour développer [ses] opérations en Inde ». Sans confirmer toutefois le lancement de la production à proprement parler. La Pomme continue de marcher sur des œufs pour s’installer sur ce marché prometteur mais où tout ou presque reste à faire. Si les ventes de smartphones ont augmenté de 18% l’an dernier, le panier moyen tourne autour de 150 $. Même avec la meilleure volonté du monde, Apple ne peut toujours pas proposer d’iPhone approchant ces tarifs — certains distributeurs vendent l’iPhone SE à 330 $, un prix encore très éloigné du budget moyen des consommateurs indiens.

Produire des smartphones directement en Inde devrait permettre au constructeur de baisser mécaniquement les prix : les taxes sur les importations seront effectivement moins élevées ; on parle de 100 $ de moins, de quoi adoucir la facture finale. Apple voudrait également obtenir des concessions du gouvernement indien pour en faire plus, notamment l’ouverture d’Apple Store, mais le ministre du Commerce a indiqué qu’il n’avait pas encore accepté la plupart des demandes de l’entreprise.

> Accéder aux commentaires

Hollywood négocie pour louer les films plus rapidement après leur sortie en salles

| 23/03/2017 14:00 | 8 commentaires

Depuis plus d’un an, six des sept grandes majors de l’industrie du cinéma négocient avec les réseaux de salles de cinéma afin de réduire la fenêtre d’exclusivité dont ces derniers disposent pour montrer les œuvres au public. Aux États-Unis, les films sortis au cinéma se retrouvent à la location 90 jours après leur exploitation en salles ; ce délai est parfois réduit à 70 jours. Mais l’industrie hollywoodienne aimerait beaucoup rapprocher les dates de sortie au cinéma et à la location.

Cet intérêt a plusieurs raisons pragmatiques : d’une part, cela permet de réduire un peu le piratage ; d’autre part, les studios économiseraient sur les frais de promotion. Actuellement, la sortie d’un film implique un gros effort marketing à sa sortie en salles, puis rebelote pour la disponibilité en location. En rapprochant les dates, les majors n’auraient plus à promouvoir deux fois leur camelote. Enfin, c’est aussi une manière de se rapprocher des habitudes de consommation des amateurs de Netflix.

Au début des négociations — qui sont loin d’être terminées —, les studios avaient proposé de compenser la réduction de la fenêtre d’exclusivité des exploitants en leur proposant une grosse part du prix du ticket payé par le consommateur pour profiter rapidement des dernières nouveautés cinématographiques à la maison : une location 17 jours seulement après la sortie en salles, mais au prix de 50 $.

Réalisant ce que ce tarif aurait de rebutant, les négociations tournent désormais autour d’un ticket à 30 $ pour louer un film sorti au cinéma il y a 30 à 45 jours. C’est effectivement un peu plus raisonnable et si on est deux ou trois derrière la télévision familiale, ce prix peut même s’avérer plus économique que plusieurs places de cinéma (et le popcorn domestique sera aussi certainement meilleur marché). Mais bien sûr, c’est encore très cher par rapport au prix d’une location au bout de 90 jours, qui tourne autour de 3 à 6 $.

Les discussions ont toujours lieu entre les exploitants et les studios et il existe des dissensions entre tous ces acteurs. Disney ne veut pas entendre parler de cette initiative par exemple, les films que le groupe produit (Marvel, Star Wars…) jouissant généralement d’une longue exploitation en salles. À l’inverse, Universal plaide pour une location très rapide après la sortie au cinéma (20 jours seulement).

En décembre dernier, la rumeur voulait qu’Apple pousse l’industrie hollywoodienne pour obtenir une telle réduction de la fenêtre d’exploitation en salles (lire : Cinéma : les films sur iTunes en même temps que dans les salles ?). Ce serait effectivement très intéressant pour iTunes. Autre initiative dans...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Brevet : un Foleo pour l'iPhone

| 23/03/2017 11:48 | 12 commentaires

La puissance d’un iPhone peut en remontrer à des ordinateurs plus classiques, alors pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups ? La concurrence n’a pas attendu Apple pour s’intéresser à cette problématique, qu’on songe à Palm avec son Foleo (qui n’est jamais sorti), Motorola avec l’Atrix, et plus récemment le Continuum de Microsoft avec Windows Phone ou encore le futur DeX de Samsung. Cette semaine encore, on a vu avec le projet Superscreen qu’il y avait un intérêt certain autour de l’exploitation de l’iPhone sur grand écran.

Alors pourquoi pas chez Apple ? Le sujet trotte dans la tête des ingénieurs à Cupertino, qui ont déposé un brevet protégeant un accessoire ressemblant à un MacBook… mais dont le moteur est un appareil mobile. Le périphérique contient un écran, un clavier physique, des ports et même un GPU, mais il ne saurait fonctionner sans y ajouter un smartphone (ou une tablette) qui fait office de processeur.

Apple décline le produit en plusieurs versions, une d’entre elles accueille un iPhone au niveau du trackpad (le smartphone fait donc office de trackpad), une autre présente un berceau dans lequel on glisse un iPad qui devient l’écran de l’appareil. Dans ce dernier cas, on imagine aisément des communications assurées entre la tablette et la base via le port Smart Connector, mais le constructeur indique que les informations peuvent circuler via Wi-Fi, Bluetooth, ou n’importe quel autre protocole.

Le périphérique fonctionnant avec l’iPhone intègre un écran tactile, ce qui ne manque pas de sel quand on sait à quel point Apple y est opposée pour le Mac. En ce qui concerne le design avec l’iPad, notons la présence d’un trackpad, ce qui serait bien utile pour mieux gérer iOS. Autant dire que ces brevets devraient rester lettre morte encore un moment, à moins que le sujet soit réellement sur la table : le brevet date de septembre dernier.

> Accéder aux commentaires

Les premiers pas de Workflow chez Apple ne sont pas très encourageants

| 23/03/2017 08:53 | 42 commentaires

Workflow, l’indispensable application d’automatisation, a donc été acquise par Apple, une opération qui suscite tout à la fois l’enthousiasme et quelques craintes. Après le départ un peu forcé du maître du script Sal Soghoian, beaucoup s’inquiétaient légitimement du sort de l’automatisation sur les plateformes d’Apple. Craig Federighi a voulu réconforter son monde, en assurant de l’intérêt du constructeur pour ces technologies, sur macOS au moins. L’acquisition de Workflow et son passage à la gratuité sont des indications que la Pomme s’intéresse à ces technologies aussi sur iOS.

Cliquer pour agrandir

Mais les premiers pas de Workflow sous le magistère d’Apple font craindre que l’ouverture de l’application ne soit déjà remise en cause. Dans les notes de version de la dernière mise à jour (qui date d’hier), on peut en effet lire que les actions liées à l’affichage de cartes sont désormais prises en charge par Maps, le service d’Apple.

Plus inquiétant encore, Workflow ne supporte plus les scripts permettant de consulter Street View, d’utiliser Chrome, Pocket, LINE, Telegram, Uber. Les soumissions de scripts dans la galerie de l’application (une fonction importante puisque l’on peut télécharger ces scripts pour les utiliser ou les étudier) ne sont plus non plus supportées visiblement. La galerie avec le catalogue de scripts actuels reste disponible. Apple a-t-elle l’intention de mettre en place un système de soumission « à la App Store » ?

Difficile dans ces conditions et au vu des premières restrictions de se montrer particulièrement emballé par cette nouvelle. Mais il s’agit seulement des premières heures et les choses ont sans doute besoin d’un peu de temps pour se synchroniser entre Apple et la petite équipe de Workflow qui va travailler à Cupertino. Par ailleurs, le constructeur a sans doute une idée derrière la tête, et pourquoi pas le développement d’un Automator pour iOS…

Mise à jour — Steve Troughton-Smith a une hypothèse qui vaut ce qu’elle vaut concernant la disparition de certains services comme Pocket. Apple n’aurait pas obtenu l’accord de ces développeurs avant la finalisation de l’acquisition. Peut-être que ces services reviendront au bercail après quelques discussions.

> Accéder aux commentaires

Google Photos ira plus vite avec les connexions plus lentes

| 23/03/2017 07:15 | 2 commentaires

L'absence d'une connexion cellulaire rapide ne devrait plus ralentir le fonctionnement de Google Photos dans un proche avenir. L'application sur iOS et Android va modifier sa façon de faire lorsqu'elle doit sauvegarder des photographies alors qu'on n'a guère mieux que de l'Edge à sa disposition.

L'app va envoyer une version assez basse définition dans le nuage, suffisante en tout cas pour une consultation sur l'écran de son mobile et plus rapide à transférer.

La sauvegarde de photos va être adaptée aux connexions réseau peu rapide et l'assistant de montage va extraire les meilleures images dans les films

Une fois en présence d'un accès Wi-Fi, Google Photos enverra automatiquement sur votre espace de stockage en ligne la version haute qualité de l'image, laquelle écrasera la précédente.

Le même principe va être appliqué aux photos que l'on partage avec des personnes. Si les conditions réseau ne sont pas terribles, l'app leur enverra des images basse définition qu'ils pourront consulter immédiatement. Puis leur logiciel téléchargera automatiquement les images en grande taille lorsque leur connexion se sera améliorée.

Même dans la création automatique de petits films, l'assistant de Google Photos ira piocher dans vos films des images clefs qu'il juge de bonne qualité pour les assembler en un diaporama plus facile à consulter.

Ces évolutions ont été annoncées à l'occasion d'une conférence au Brésil, un pays où l'utilisation d'un mobile peut souffrir d'un réseau cellulaire aux performances plus hétérogènes qu'ailleurs. D'autres apps vont être adaptées, comme Google Duo qui va savoir gérer des conversations uniquement audio au lieu de ne proposer que la vidéo.

> Accéder aux commentaires

Super Mario Run 2.0 sur iOS et Android : du contenu en plus pour attirer de nouveaux joueurs

| 22/03/2017 23:05 | 18 commentaires

Nintendo a tenu parole… un tout petit peu plus tôt que prévu. La grosse mise à jour 2.0 de Super Mario Run devait être mise en ligne demain, mais finalement elle est arrivée quelques heures plus tôt. Un petit cadeau qui sera particulièrement bien accueilli par les joueurs émérites qui ont fait le tour de cet excellent runner qui met en scène le plombier moustachu le plus connu de la planète et ses amis (et ennemis).

Cette version est aussi l'occasion pour Nintendo de décliner le jeu sous Android, avec un modèle économique semblable : le titre est gratuitement téléchargeable, il faut ensuite payer 9,99 € pour en débloquer l'intégralité du contenu.

Cette mise à jour apporte donc comme prévu des personnages jouables supplémentaires : des Yoshis de quatre couleurs différentes qui font augmenter les chances de récupérer des Toads de même couleur durant les défis Toad. De nouveaux défis Bowser font leur apparition qui vont égayer les mondes 1-4 ; et si on parvient à aller au-delà, de nouveaux niveaux dans les défis Toad seront disponibles.

Cette version 2.0 se veut aussi plus accessible pour les joueurs qui débutent. Un ajustement qui s'incarne par exemple dans un tuto simplifié « plus facile à comprendre » (le jeu n'est pourtant pas particulièrement ardu à saisir). Le mode facile est aussi sélectionnable dès la sélection d'un niveau.

Les notes de version en détail

Les notes de versions sont copieuses, les voici en intégralité avec le détail des ajouts et améliorations :

Plus de personnages jouables

  • Des Yoshis de quatre couleurs différentes peuvent maintenant vous rejoindre. Si vous relevez un défi Toad avec un Yoshi d'une certaine couleur, vous aurez plus de chance de recruter des Toads de cette couleur !

Plus de contenu disponible gratuitement

  • Vous pouvez maintenant relever les défis de Bowser ! Si vous y parvenez, vous pourrez débloquer le monde 1-4 et y retrouver Bowser qui vous attend de pied ferme. Note : touchez le monde 1-4 pour en savoir plus sur les défis de Bowser.

Si vous terminez le monde 1-4...

  • Vous pourrez parcourir de nouveaux stages dans les défis Toad. Dans ces nouveaux stages, des Toads bleus et verts viendront vous encourager !
  • Si vous recrutez des Toads bleus et verts, vous pourrez débloquer de nouveaux bâtiments dans la boutique, et notamment la maison de Yoshi bleu. Si vous la placez dans le royaume, Yoshi bleu s...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Plein de petits changements dans le mini-lecteur du dernier iTunes

| 22/03/2017 22:53 | 15 commentaires

Le mini lecteur d'iTunes a vu son aspect et son fonctionnement quelque peu modifiés avec la mise à jour 12.6 sortie hier. Petit rappel, cette fenêtre de contrôle de la lecture, qui contient aussi la jaquette et le nom du morceau joué, s'affiche en cliquant dans la barre d'outils d'iTunes (sur la mini-pochette) ou avec la commande ad hoc dans le menu Fenêtre.

Lorsqu'on l'agrandit d'une certaine taille en hauteur, la pochette affiche alternativement la progression de lecture avec les titres du morceau et de l'album, ou alors les commandes de lecture si vous passez la souris sur cette fenêtre (via Kirkville).

Réduisez la taille de cette fenêtre au minimum de sa hauteur et elle prendra alors l'aspect d'une simple barre de commandes, qui ne contient plus la mini-jaquette comme dans la précédente version.

Il y a toujours moyen de réduire encore cette mini-fenêtre en largeur mais pas autant qu'avant. Avantage toutefois, les informations ont plus de chance de s'afficher complètement au lieu d'être tronquées.

Le menu hamburger sur la droite sert toujours à agrandir la fenêtre pour montrer les onglets "Suivant", "Historique" et "Paroles". Mais la même chose peut s'obtenir maintenant en agrandissant la fenêtre vers le bas avec la souris.

Plusieurs petites modifications sont à relever dans cette présentation. La durée des morceaux est désormais affichée dans les listes "Suivant" et "Historique". Le bouton "Effacer" qui purge ces listes a été déplacé tout en bas. Peut-être était-il trop près de l'onglet "Paroles" et sujet à des clics malheureux. Enfin, le bouton en forme de croix pour retirer un morceau est beaucoup plus gros et il apparaît maintenant sur la pochette lorsqu'on la survole.

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Google Maps saura bientôt partager votre position et votre trajet en cours

| 22/03/2017 21:47 | 17 commentaires

Google Maps va prochainement remédier à l'une de ses plus étonnantes lacunes sur iOS et Android en permettant de partager sa position avec d'autres utilisateurs. Depuis le volet latéral dans l'app on pourra envoyer sa localisation actuelle à un ou plusieurs de ses contacts Google, ou tout autre destinataire, via une messagerie quelconque. L'information pourra être visualisée également sur le web et facilitera ainsi les rendez-vous.

Si l'on est en route, une autre option consistera à envoyer sa position complétée du trajet suivi et de l'heure estimée de votre arrivée. Votre contact pourra ainsi vous suivre tranquillement sur la carte sans s'inquiéter. Ces partages seront limités dans le temps par leur expéditeur (30 minutes minimum ou alors une durée à choisir), ou bien celui-ci les interrompra manuellement. Dans le cas d'un itinéraire en direct, le partage cessera sitôt arrivé à bon port.

Cette nouvelle fonction doit apparaître « bientôt » partout dans le monde, sous la commande "Vos contributions" dans le volet de l'app. Google ne précise pas à partir de quand exactement il faut espérer en disposer.

> Accéder aux commentaires

Free Mobile : le forfait à 2 € passerait de 50 à 100 Mo de données

| 22/03/2017 19:15 | 45 commentaires

Si le forfait Free Mobile à 20 € a été bien servi ces derniers temps, il faut bien avouer que celui à 2 € n'a pas reçu autant d'amour. La formule comprend 2 heures d'appels, les SMS/MMS illimités, ainsi qu'une toute petite enveloppe de 50 Mo de données 3G/4G. Alors certes, pour 2 € difficile d'être trop exigeant, mais Free pourrait bientôt faire un petit geste envers ses abonnés à petit prix.

Plusieurs utilisateurs de l'application officielle de suivi de la consommation ont eu la surprise de s'apercevoir que la dotation en données était passée de 50 à 100 Mo. Univers Freebox prévient toutefois qu'il peut s'agir d'un bug puisque l'interface web de ces mêmes abonnés présentait toujours une enveloppe de 50 Mo.

Néanmoins, quelques jours avant que Free ne pousse à 100 Go de données son forfait à 20 €, plusieurs abonnés avaient pu dépasser les 50 Go sans réduction de débit. Pourquoi pas un effort maintenant sur le forfait à 2 € !

> Accéder aux commentaires

« Nouvel » iPad : un peu d’iPad Air 1 et 2, avec une dose d’iPhone 6s

| 22/03/2017 16:28 | 62 commentaires

Petit à petit, on commence à mieux connaître le « nouvel » iPad annoncé hier, et qu’Apple identifie comme l’iPad de 5e génération (la nomenclature officielle est « iPad6,11 » et « iPad6,12 » pour la déclinaison Wi-Fi + Cellular). En fouillant dans Xcode 8.3, Steve Troughton-Smith, encore lui, a pu identifier la dotation en mémoire vive de la tablette : 2 Go. C’est l’égal de l’iPad Air 2 et de l’iPad Pro 9,7 pouces, mais deux Go de moins que l’iPad Pro 12,9 pouces.

Cet iPad pioche un peu dans tous les modèles : on retrouve l’épaisseur de l’iPad Air 1 (7,5 mm) et son poids (469 ou 478 grammes selon la connectivité), en revanche le commutateur permettant de bloquer la rotation de l’écran n’est pas présent alors qu’il l’était sur la première génération de l’iPad Air (il a disparu sur l’Air 2). On gagne par contre un bouton d’accueil Touch ID ; l’iPad Air 1 n’avait qu’un bouton d’accueil standard.

De fait, toute la gamme d’iPad offre désormais un bouton Touch ID… mais de première génération, alors que l’on est passé à la seconde génération bien plus véloce dès l’iPhone 6s. Quant à l’appareil photo, il est de 8 mégapixels sur la tablette 5e gen, comme l’iPad Air 2 (5 mégapixels sur l’Air 1). Le système-sur-puce A9 est le même que celui de l’iPhone 6s.

Il faudra désormais attendre le démontage en bonne et due forme pour connaitre la capacité de la batterie de cet iPad, qui est à bien des égards un assemblage de composants d’autres appareils. C’est peut-être ce qui explique son prix serré : à partir de 409 €.

> Accéder aux commentaires

Apple augmente les prix des réparations hors garantie pour l'iPhone

| 22/03/2017 15:33 | 32 commentaires

Apple a revu certains tarifs de réparation pour l’iPhone, malheureusement à la hausse. Pour faire réparer un écran hors garantie, il en coûtera 14 euros de plus : pour un iPhone 5/5c/5s, iPhone SE, iPhone 6/6s ou iPhone 7, faire changer un écran est désormais facturé 161,10 € au lieu de 147,10 € auparavant. Les grandes dalles de 5,5 pouces des iPhone 6/6s/7 Plus seront réparées au prix de 181,10 €, contre 167,10 € avant le changement de tarifs.

Avant…
… après.

Il en va de même pour la réparation des autres dommages, toujours hors garantie : la prestation est facturée 30 € de plus pour les iPhone 6/6s/7 Plus, 20 € de plus pour l’iPhone 6/6s/7, et 10 € de plus pour l’iPhone 5/5s/5c/SE. Ces prix incluent bien sûr la TVA ainsi que les frais d’expédition de 12,10 € le cas échéant (ces frais ne seront facturés que si Apple doit expédier le nouvel iPhone).

Avant…
… après.

Autre réparation dont le prix augmente, celui du remplacement de la batterie hors garantie : à 101,10 €, l’opération coûte 10 € plus cher pour tous les modèles d’iPhone. Là aussi, des frais d’expédition de 12,10 € s’appliquent si nécessaire. Même le boîtier de recharge et les écouteurs AirPods à l’unité sont un peu plus chers de 4 € (à 79 €)… Pas de petits profits pour Apple. Rien ne change pour les batteries en revanche (ouf).

Pour tous ceux qui ont eu la sagesse de souscrire un contrat AppleCare+, les tarifs de réparation ne changent pas : ils sont de 29 € pour l’écran, et de 99 € pour d’autres dommages (deux incidents maximum sur deux ans). Par contre, il faudra bien penser à prendre cette garantie matérielle dans les 60 jours après l’acquisition du smartphone ; aux États-Unis, ce délai est passé à un an.

> Accéder aux commentaires

Encore plus d'images par seconde dans iOS 10.3

| 22/03/2017 14:53 | 20 commentaires

La dernière bêta d’iOS 10.3 contient des références à la possibilité de dépasser les 60 Hz sur un écran d’appareil iOS, raconte Steve Troughton-Smith. Le bidouilleur en est raisonnablement convaincu : un jour ou l’autre, un appareil iOS (iPhone, iPad ou les deux) sera capable d’aller au-delà des 60 images/seconde. Le code de la bêta ne fait pas mention d’un appareil spécifique ; mais il présente la manière dont le système d’exploitation autoriserait une app à fonctionner à différentes cadences de rafraichissement, selon les besoins.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

L’iPad Pro serait le premier bénéficiaire de ce changement. La tablette est déjà capable de doubler le taux de rafraîchissement de son écran (de 30 à 60 Hz) suivant le contenu affiché à l’écran, statique ou animé. Le sous-système de l’iPad Pro sait déjà analyser le signal provenant d’un Apple Pencil à 240 Hz, offrant une latence pratiquement imperceptible — c’est ce qui donne au couple iPad Pro et Apple Pencil sa supériorité par rapport aux stylets concurrents.

Reste à savoir ce que viennent faire ces Hz supplémentaires dans iOS 10.3. Faut-il y voir l’annonce imminente de nouveaux iPad Pro qui iraient encore plus loin dans le taux de rafraîchissement pour améliorer encore l’analyse du signal de l’Apple Pencil ? Cela parait quelque peu étonnant alors que l’iPad 5G a été présenté en petite pompe hier.

À moins, et c’est une hypothèse qui n’est pas à écarter, que l’iPhone 8 et son écran OLED soit capable de dépasser les 60 Hz : de telles performances seraient bien utiles pour la réalité augmentée d’une part, et surtout pour la réalité virtuelle pour éviter la cinétose, le fameux « mal de mer ».

Il peut aussi tout simplement s’agir pour Apple de faire en sorte que les prochains produits iOS soient plus réactifs sous le doigt. C'est ce que suggérait Bloomberg l'été dernier en parlant de futurs iPad Pro aux écrans plus véloces pour améliorer le zoom et la navigation dans le système et les apps.

> Accéder aux commentaires

Enfin 32 Go de stockage minimum sur tous les iPhone

| 22/03/2017 12:34 | 47 commentaires

Enfin ! Depuis hier, tous les iPhone vendus par Apple ont au minimum 32 Go de stockage. L’iPhone SE était le dernier terminal à embarquer 16 Go de mémoire flash.

Une petite capacité qui était justifiée par son statut d’appareil d’entrée de gamme, mais une capacité vite insuffisante quand on a un usage un peu poussé. Car, faut-il le rappeler, seulement 12 Go sont vraiment utilisables, or l’iPhone SE sait prendre des Live Photos et des vidéos 4K.

Pour ceux qui ne pouvaient se contenter de 12 Go en dépit des photothèques iCloud, Apple Music et autres Dropbox, l’iPhone SE franchissait alors la barre symbolique des 500 € pour côtoyer celles des 600.

Une situation qui appartient donc au passé, le petit iPhone ayant maintenant 32 Go de stockage de base pour le même prix qu’avant (489 €). De quoi permettre à une partie des clients d’économiser un peu en ne se portant pas sur le modèle supérieur.

Dans un sondage effectué en septembre dernier, vous étiez en effet près de la moitié à déclarer que 32 Go était le minimum pour vous. Et pour quasiment la moitié restante, 64 Go représentait le minimum. On voit que les 16 Go n’étaient plus en adéquation avec la clientèle technophile.

Un message embêtant qui devrait apparaître moins souvent avec l’augmentation des capacités de stockage.

Apple n’a pas perdu pour autant sa roublardise commerciale avec l’iPhone SE : comme elle le fait maintenant depuis quelques années avec tous les terminaux iOS, la capacité supérieure n’est pas doublée mais quadruplée. Ainsi, le nouvel iPhone SE 32 Go est accompagné d’un modèle 128 Go vendu 599 € (c’est 50 € de plus que l’ancien 64 Go). De quoi faire hésiter les plus gros consommateurs de contenus et d’apps.

Maintenant que l’iPhone d’entrée de gamme a 32 Go de stockage, Apple va peut-être se montrer plus généreuse avec les modèles plus chers. Les smartphones Android haut de gamme sont peu à peu en train de passer aux 64 Go de base (c’est le cas du...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

L'application Kindle est aussi un service de lecture de rattrapage

| 22/03/2017 11:00 | 2 commentaires

L’application Kindle devient un service de lecture de rattrapage. La dernière mise à jour du logiciel d’Amazon intègre finalement le service d’envoi d’un article vers Kindle ; une nouvelle option apparait dans le panneau de partage de Safari qui permet tout simplement de conserver tel ou tel article dans son compte Kindle. Les pages sauvegardées sont ensuite lisibles dans l’application quand on le souhaite (il est possible de les télécharger pour une lecture hors connexion). Cette fonction est disponible depuis longtemps sur les autres plateformes, y compris Android.

Après avoir touché le bouton Envoyer vers Kindle, le service propose quelques options — Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Les articles sont convertis au format Kindle, ils peuvent présenter une interface un peu bizarre mais l’intérêt ici est de pouvoir ajuster la taille de la police et de modifier la couleur de la page pour une lecture plus confortable. Amazon a ici une carte à jouer par rapport à la concurrence des services de lecture de rattrapage. Il arrive en effet fréquemment qu’on enregistre des articles à lire plus tard… et d’oublier par la suite qu’on les a enregistrés !

Si on a pris l’habitude de lire des livres et de baguenauder dans la bibliothèque en ligne d’Amazon, on est plus susceptible d’ouvrir l’app Kindle et de découvrir que des articles y sont aussi enregistrés (ils se présentent dans la même liste que les livres). Alors qu’il faut vraiment avoir la démarche de lancer Pocket ou Instapaper pour y lire le contenu marqué sauvegardé.

L’application Kindle offre aussi l’affichage Guided View pour les bandes-dessinées de ComiXology, acquis par Amazon en 2014.

> Accéder aux commentaires

Vente privée pour Free Mobile demain à 19h

| 22/03/2017 09:57 | 53 commentaires

Free Mobile va organiser une nouvelle vente privée ce jeudi, à partir de 19h. On ne sait pas de quel bois se chauffera cette promotion, mais les précédentes ventes privées de l’opérateur proposaient le forfait classique à prix cassé : 2,99 € par mois pendant un an, voire carrément 0 € pendant 6 mois.

Free a revu hier son forfait habituellement vendu 19,99 €, en doublant l’enveloppe de données 4G (100 Go au lieu de 50 Go). Les clients Freebox, qui paient déjà 15,99 € par mois, profitent eux carrément des données illimitées. Réponse demain !

> Accéder aux commentaires

Nest va boucher des failles de sécurité touchant ses caméras depuis plusieurs mois

| 22/03/2017 09:45 | 3 commentaires

Trois anciennes failles de sécurité touchant les différentes caméras Nest (et les anciens modèles Dropcam) ainsi que la méthode pour les exploiter ont été révélées sur Github.

Jason Doyle, ingénieur spécialisé en sécurité chez VMware, dit avoir contacté Nest à ce sujet en octobre. Les bugs ont été confirmés mais aucun correctif n'a été distribué.

Ce n'est qu'hier, à la suite de la médiatisation de ces défauts logiciels, que Nest a indiqué sur Twitter qu'une mise à jour firmware était prête et allait être envoyée dans les prochains jours.

Nest Cam Outdoor

Les trois failles exploitent la connection Bluetooth de ces caméras. Celle-ci n'est jamais désactivée même à l'issue de leur configuration initiale. Et il n'y a aucun moyen pour l'utilisateur de le faire après coup.

L'attaquant doit donc se trouver dans un périmètre très rapproché pour intervenir. Néanmoins, si les conditions sont réunies il dispose de deux méthodes pour faire planter la caméra et obliger à son redémarrage.

Une troisième méthode force sa déconnexion du réseau Wi-Fi en l'obligeant à chercher une nouvelle borne. Dans ce cas, les caméras Nest ne pourront plus transmettre aucune image puisqu'elles ne sont pas équipées d'un stockage en local (carte SD par exemple) comme des caméras concurrentes. Cet interlude dure entre 60 à 90 secondes, le temps que la caméra cherche un nouveau réseau Wi-Fi puis, de guerre lasse, ne revienne sur celui d'origine.

> Accéder aux commentaires

Clips, la nouvelle app d'Apple, plante un clou dans le cercueil des appareils 32 bits

| 22/03/2017 09:05 | 13 commentaires

La nouvelle application Clips n’a l’air de rien, mais mine de rien ce sera la première app d’Apple à ne fonctionner que sur des appareils 64 bits (lire : Clips : une application Apple pour créer et partager des animations). Il faut en effet posséder un terminal équipé d’un système-sur-puce 64 bits pour en profiter : iPhone 5s dont le système-sur-puce A7 est le premier du genre à carburer en 64 bits, iPad Air ou iPad mini 2 (A7) et ultérieur, iPad Pro (A9X), ou encore un iPod touch 6G (A8).

Clips, qui permet de concevoir des petites animations à partager ensuite sur les réseaux sociaux, pourrait bien être la première app uniquement 64 bits d’une longue lignée. iOS 10.3 va en effet commencer à faire le ménage dans ces vieilles applications 32 bits abandonnées par leurs développeurs (lire : iOS 10.3 bêta 3 aménage une place pour les vieilles apps). Il est d’ailleurs plus que probable qu’iOS 11 ne puisse pas s’installer sur des appareils iOS dotés de puces antérieures à l’A7.

Voilà qui éliminerait d’emblée les iPhone 5 et 5c (A6), ainsi que l’iPad 4 (A6X), pour lesquels iOS 10 devrait donc être la dernière version du système d’exploitation. Clips, qui nécessitera iOS 10.3, sera disponible en avril.

> Accéder aux commentaires

Pages