Facebook se résigne à son tour à passer par une web app sur iOS

Nicolas Furno |

Facebook Gaming devra se contenter d’une web app sur iOS, comme on pouvait s’y attendre. Le réseau social a créé un service de jeux en streaming et il espérait le proposer sur l’App Store, mais les règles d’Apple interdisent strictement cet usage. Ou plutôt, Apple accepte les jeux en streaming, mais demande une app différente pour chaque jeu, ce qui n’est pas tenable quand on veut proposer des centaines de titres comme Facebook Gaming le fera.

Facebook Gaming dans Safari sur un iPad.

On imagine qu’il y a eu quelques allers et retours entre Facebook et Apple, mais que les négociations n’ont pas abouti. Comme pour Microsoft, Google, GeForce Now ou encore GameStream, l’App Store est resté fermé à Facebook Gaming, qui devra se contenter d’une web app. D’après ce que l’on a pu tester pour les concurrents, c’est un inconvénient, mais pas rédhibitoire et on peut jouer confortablement depuis un navigateur.

Le plus gros problème probablement pour Facebook est de mettre en avant son nouveau service. Il ne pourra pas le faire depuis son app iOS, puisque les règles de l’App Store le lui interdisent aussi. Le réseau social pourra toujours mettre en avant son offre sur son site web, mais c’est bien sur le mobile que la majorité des joueurs se trouvent.

Pour l’heure, Facebook Gaming reste un acteur mineur, avec un catalogue de jeux HTML 5 proposés dans le monde entier, mais le service a de grandes ambitions. Aux États-Unis seulement pour le moment, plusieurs gros jeux comme Asphalt 9 et Assassin’s Creed: Rebellion sont proposés gratuitement en streaming et ils seront déployés progressivement dans les autres pays.

Lire les commentaires →

Comment regardez-vous la télé ou les services vidéo sur votre téléviseur ?

Stéphane Moussie |

Free a surpris son monde cette semaine en proposant l'Apple TV 4K en guise de décodeur. Cette offre illustre bien l'évolution des modes de réception de la télévision : si la TNT est utilisée par la majorité de la population, les box des fournisseurs d'accès à internet sont devenues incontournables et des appareils indépendants (Apple TV, Chromecast…) ont fait leur trou.

En parallèle de la multiplication des modes de réception, l'offre de contenu s'est elle aussi grandement diversifiée. On ne regarde plus seulement la télévision en direct sur son téléviseur, on regarde également les chaînes en replay, Netflix, YouTube, Prime Video…

Il y a plusieurs chapelles : les fans d'Apple TV, qui utilisent myCanal ou Molotov pour la télé en direct, louent notamment la simplicité du produit et son intégration à l'écosystème Apple. D'autres se demandent si le boîtier noir sert encore à quelque chose alors que l'app d'Apple est présente sur leur téléviseur connecté ou leur clé HDMI. Et puis il y a les fidèles à la TNT, qui ont pu voir les buts de l'Euro 2020 plusieurs dizaines de secondes avant les autres types de téléspectateurs…

Comment regardez-vous la télé ou les services vidéo sur votre téléviseur ? Si vous utilisez plusieurs appareils, votez pour celui que vous utilisez le plus fréquemment pour la vidéo.

Lire les commentaires →

Des clients d'ING victimes d'une arnaque exploitant Apple Pay

Félix Cattafesta |

Une arnaque qui tire parti d'Apple Pay vise depuis plusieurs semaines des clients de la banque ING. Sur son forum, plusieurs clients se plaignent de débits frauduleux réalisés par le biais du service d'Apple, alors que certains n'ont même pas d'iPhone. Une des victimes nous a détaillé cette arnaque bien ficelée.

Tout commence de manière plutôt classique : l'escroc appelle le client d'ING en se faisant passer pour un conseiller et lui demande de mettre à jour son mot de passe et de le lui communiquer afin de bloquer de prétendus paiements louches réalisés avec son compte à l'étranger. Les victimes expliquent toutes avoir été appelées par un numéro appartenant à ING, à savoir le 01 57 22 54 01.

L'originalité est que le faux conseiller explique que la carte du client est activée sur un appareil Apple Pay inconnu, et qu'il faut enregistrer cette carte sur le système de sécurité de la banque pour annuler ce premier appareil. C'est faux (on peut enregistrer une carte Apple Pay sur plusieurs appareils), mais si l'on n'est pas connaisseur, l'argument peut sembler crédible.

Une carte ING enregistrée dans Wallet

Le client de la banque reçoit alors un code d'activation par SMS pour enregistrer sa carte dans Wallet, code qu'il communique au malfaiteur au bout du fil. Le piège se referme : l'escroc enregistre sur son iPhone la carte bancaire de la victime. Il peut ensuite effectuer librement des achats sans autre vérification. Plusieurs clients ING expliquent avoir été débités de sommes allant de 2 400 € à plus de 8 000 €. En discussion avec la banque pour se faire rembourser, ils craignent des démarches longues et aboutissant potentiellement à un refus.

Contactée par nos soins, la banque a confirmé la fraude :

Nous avons bien été sollicités par quelques clients qui ont été victimes de fraude. Ces fraudes commencent le plus souvent par du phishing : les fraudeurs ont récupéré des informations sur les clients sur internet ou en se faisant passer pour des tiers de confiance lors d’appels téléphoniques.

Concernant le numéro de téléphone utilisé par les escrocs qui est identique au sien, la banque explique que ceux-ci « utilisent des sites qui proposent de choisir le numéro qui s’affiche quand on appelle, afin que ce soit le numéro d’ING qui apparaisse quand ils appellent. » Elle a publié récemment un billet de blog pour souligner cette menace. Nous l'avons vu récemment, c'est quelque chose de très facile à mettre en oeuvre pour les SMS, qui viennent de plus se loger dans les conversations existantes.

Pour être crédible, les fraudeurs se font passer pour ING par SMS. On peut le voir aux quelques fautes d'orthographes.

La plupart des victimes critiquent les mesures de sécurité d'ING et un problème apparent est que les clients ne sont pas en mesure de pouvoir bloquer rapidement à distance les cartes ajoutées sur Apple Pay. Celles-ci restent fonctionnelles malgré le blocage de la carte physique et les demandes d'opposition. La FAQ du site l'explique clairement :

Si votre carte a été volée ou que vous pensez être victime d’une fraude, faites opposition à votre carte directement depuis votre espace client, "rubrique carte". Vous devrez également supprimer la carte d’Apple Pay, directement depuis l’application Wallet de votre appareil afin d’éviter que des transactions puissent être réalisées. Si vous ne supprimez pas votre carte du Wallet, cette dernière sera automatiquement mise à jour à l’activation de votre nouvelle carte ING.

Pour bloquer Apple Pay, il faut donc appeler le service client, qui n'est pas joignable le week-end ou les jours fériés. Les appels frauduleux ont visiblement lieu les veilles de fermeture du service client, ce qui permet aux arnaqueurs de gagner du temps. D'après les témoignages, le service oppositon (qui est lui joignable 7j/7) ne dispose pas des droits pour révoquer une carte Apple Pay.

Or, dans d'autres établissements, il est possible pour un client de bloquer à distance sa carte enregistrée dans Wallet. À la Société Générale, par exemple, on peut bloquer Apple Pay sans bloquer sa carte physique, et faire opposition stoppe Apple Pay. De même à la Banque Populaire : « La mise en opposition de votre carte rendra automatiquement inopérante dans tout Wallet votre carte virtuelle correspondant à votre carte physique. Celle-ci ne peut plus être utilisée via Apple Pay ». Chez Hello bank, la mise en opposition d'une carte bancaire physique rend indisponible la carte dans Apple Pay pendant un délai maximum de 48h.

Ce qui rend aussi l'arnaque possible, c'est que la carte virtuelle est utilisable immédiatement par le fraudeur une fois qu'il l'a enregistrée dans Wallet. Cette fonctionnalité est proposée par plusieurs banques (Boursorama, N26…) car demandée par les clients. Plus besoin d'attendre la réception de sa nouvelle carte, celle-ci est disponible sur son iPhone avant d'être fabriquée. La politique de renouvellement dépend des établissements : certaines banques exigent un paiement physique avant d'autoriser l'ajout d'une carte dans Wallet, d'autres vont les renouveler de manière instantanée tant que le contrat est actif. D'après les témoignages des victimes d'ING, cette possibilité a contribué aux arnaques. Certains clients expliquent avoir été débités via Apple Pay après l'opposition de leur carte, et d'autres alors que la nouvelle était encore en cours d'expédition.

« Dans les cas présents, il faut rappeler qu’Apple Pay n’est pas lié à une carte bancaire en particulier, mais à un « token », un identifiant unique, nous indique la banque. Ce token a visiblement été installé sur le téléphone des fraudeurs avec l’aide des informations que les clients leur ont communiquées, car le processus d’activation d’une carte dans Apple Pay est soumis à une double authentification. »

Les victimes qui ont contacté ING pour obtenir un remboursement des achats frauduleux n'ont pour l'instant pas eu de réponse positive de la banque. Questionnée, ING semble se dédouaner : « Nous rappelons régulièrement les règles de sécurité à nos clients : jamais un conseiller ING ne demandera ses codes personnels à un client [des clients assurent pourtant le contraire, ndlr], ni de faire un virement pour une quelconque raison. Nous ne pouvons qu’encourager nos clients à ne jamais donner suite à un échange avec une personne qui appelle et demande des informations personnelles ou invite à effectuer ce type d’opérations. Par ailleurs, les appels avec nos conseillers sont toujours sécurisés grâce à un mécanisme d’authentification. »

En attendant de voir l'évolution des dossiers, il y a manifestement un trou dans la raquette à corriger du côté d'ING dans la gestion du blocage d'Apple Pay.

Lire les commentaires →

La charge rapide de l'iPhone 13 passerait de 20 à 25 W

Félix Cattafesta |

D'après une nouvelle rumeur, l'iPhone 13 sera compatible avec une recharge filaire plus rapide allant jusqu'à 25 W. L’iPhone 12 se limite à 20 W, et comme vous le savez Cupertino n'inclut plus de chargeur dans la boite. Pour l'occasion, Apple devrait dévoiler un nouveau bloc 25 W plus rapide que l'actuel modèle 20 W commercialisé à 25 €. Ce bruit de couloir provient du site chinois My Drivers qui se base sur des « sources dans l'industrie ». Ce site a visé juste comme à côté par le passé, on prendra donc son info du jour avec les pincettes d'usage.

La charge ultra rapide du Oppo Find X3 Pro

Cela fait plusieurs années que les téléphones Android se chargent beaucoup plus rapidement que l'iPhone. Il faut par exemple seulement 35 minutes pour charger entièrement le Oppo Find X3 Pro et OnePlus vient d'annoncer son Nord 2 qui se recharge en à peine une demi-heure. Les constructeurs se battent pour proposer une recharge de plus en plus rapide : Xiaomi a récemment présenté une recharge à 200 W ne demandant que 8 minutes pour passer de 0 à 100 %. Plusieurs téléphones haut de gamme se rechargent déjà en 25 W, comme le Galaxy S21.

La Pomme reste à la traine : avec le chargeur 20 W, il faut environ 1 h 50 pour requinquer entièrement un iPhone 12. Apple parle tout de même de charge rapide dans sa communication : cela correspond au fait que l'on puisse charger jusqu'à 50 % de la batterie de son iPhone en 30 minutes environ. Si la rumeur de charge à 25 W s'avère exacte, la différence ne devrait pas être flagrante pour l'utilisateur.

Lire les commentaires →

Tim Cook ne veut pas de vos AirTags

Mathieu Fouquet |

On peut imaginer beaucoup d’utilisations pour les AirTags, certaines plus douteuses que d’autres : suivre des objets (bien sûr), des animaux de compagnie (peut-être) ou encore des personnes (non). Mais qu’en est-il des lettres ou des colis ? C’est justement l’expérience que le youtubeur MegaLag a tenté : il a expédié trois enveloppes contenant chacune une lettre accompagnée d’un AirTag et les a respectivement adressées à Tim Cook, à Elon Musk (au siège de SpaceX) et à l’ambassade allemande en Corée du Nord (!).

Les trois AirTags au début de leurs longs voyages.

Découragé d’envoyer un AirTag à la Maison Blanche pour des raisons légales, le youtubeur a tout de même plus ou moins réussi à exécuter son plan, avec parfois des résultats fascinants. Par exemple, il est occasionnellement parvenu à détecter ses AirTags en plein vol, alors qu’ils étaient en transit dans un avion de DHL. Un membre d’équipage aurait-il laissé son iPhone allumé et pas en mode avion ?

Comme il était possible de suivre assez précisément les paquets avec le réseau Localiser, DHL avait une longueur de retard sur l’application d’Apple : il fallait souvent quelques jours pour que le site de la société allemande affiche les mêmes informations que celles fournies par les AirTags espions.

Après un long séjour dans divers aéroports, les trois paquets sont arrivés à destination mais n’ont pas tous connu le même destin. Celui de SpaceX a fini dans un centre de recyclage (le message est clair). Le paquet nord-coréen a tout d’abord été acheminé par erreur vers la Corée du Sud (où le réseau Localiser ne fonctionne pas pour des raisons légales), mais n’a de toute manière pas pu traverser la frontière du voisin au nord.

L’AirTag « de » Tim Cook lors de son arrivée à Apple Park.

Quant au paquet adressé à Tim Cook, c’est là que les choses deviennent un peu plus intéressantes : après avoir passé quelques semaines à Apple Park, il a fini par refaire le chemin inverse (comme l’indiquait l’application Localiser) et par revenir dans les mains de son expéditeur. Avec une petite surprise, toutefois : une jolie lettre aux bords arrondis (évidemment) signée par un assistant de Tim Cook.

La lettre, assez brève, a chaleureusement approuvé les utilisations imaginatives des AirTags par les clients d’Apple et a souligné que Tim Cook n’avait pas le temps de répondre personnellement aux centaines de lettres qu’il reçoit tous les mois. De quoi légèrement décevoir l’expéditeur, mais au moins aura-t-il pu récupérer un AirTag sur les trois. C’est déjà ça.

Lire les commentaires →

Nomad présente sa coque en cuir pour la batterie externe MagSafe d'Apple

Félix Cattafesta |

La batterie externe MagSafe d'Apple est sortie depuis quelques jours, et ses premiers accessoires commencent déjà à être annoncés. Vendue à un tarif onéreux (110€ !), celle-ci est faite dans un plastique blanc qui nous semble assez solide et résistant aux rayures. Cependant, le produit n'est disponible qu'en un seul coloris (blanc) qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Nomad arrive à la rescousse et vient de présenter des coques en cuir pour batteries externes MagSafe.

Image : Nomad.

Ces étuis devraient protéger la batterie tout en lui donnant un style plus élégant. Ils s'accordent parfaitement aux coques en cuir pour iPhone de Nomad (que nous avions pu tester), disponibles dans les mêmes coloris. Un trou permettra de recharger la batterie sans avoir à enlever la protection.

Les coques sont proposées en précommande en deux couleurs : noir et marron. Elles sont vendue pour 34,95 $ et Nomad offre actuellement une réduction de 5 $. Les frais de port pour la France s'élèvent à 22,49 $, soit un total d'environ 30 €. On vous conseille donc d'attendre un peu, les produits de Nomad se retrouvant généralement sur Amazon France. La livraison est prévue courant novembre.

Lire les commentaires →

OnePlus annonce son OnePlus Nord 2 qui vise le bon rapport qualité-prix

Félix Cattafesta |

OnePlus a présenté le OnePlus Nord 2, un téléphone au tarif abordable conçu pour offrir des tout de même des performances haut de gamme. Nous avions testé le premier modèle, qui nous avait impressionné par sa puissance et ses finitions pour un smartphone vendu seulement 400 €. Son successeur vient logiquement jouer sur le même terrain.

Le OnePlus Nord 2 dispose d'un nouveau processeur plus rapide (MediaTek Dimensity 1200-AI), qui devrait donner des performances CPU 65 % plus rapides et des performances GPU 125 % supérieures à celles du OnePlus Nord. La partie photo, un point faible de la première version, a été corrigée par un nouveau capteur Sony de 50 MP qui devrait être plus efficace pour les clichés de nuit. La batterie gonfle un peu, passant de 4 115 mAh à 4 500 mAh, et OnePlus annonce une recharge de 0 à 100 % en moins de 30 minutes.

Comme son prédécesseur, le OnePlus Nord 2 est 5G et dispose de 2 emplacements pour carte SIM. L'écran garde sa capacité « Always on display » (écran toujours allumé), et on retrouvera la même dalle de 6,4 pouces 90 Hz. Il tourne toujours avec la surcouche OxygenOS, et comme promis, le téléphone bénéficiera des mises à jour majeures d’Android pendant deux ans ainsi que des mises à jour de sécurité pendant trois ans. Deux couleurs seront proposées, baptisées Blue Haze et Gray Sierra.

Le OnePlus Nord 2 5G sera disponible sur le site web de OnePlus et chez Orange, Sosh, la Fnac et Darty à partir du 28 juillet 2021. Le prix de lancement est de 399 € pour la version 128 Go et 499€ pour la version 256 Go. Cette dernière dispose également de plus de RAM (12 contre seulement 8 pour l'entrée de gamme). Si vous l'achetez chez un partenaire de OnePlus entre le 22 et le 27 juillet, le constructeur offre une paire d'écouteurs sans fils OnePlus Buds Z.

Lire les commentaires →

Pages