Test du Kindle Paperwhite

Anthony Nelzin-Santos | | 17:20 |  17

Peu à peu, Amazon cède aux demandes du marché des liseuses électroniques. L'an dernier, le Kindle Touch adoptait un écran tactile. Cette année, le Kindle Paperwhite est doté d'un écran plus défini et d'un système d'éclairage. On peut donc lire plus confortablement et plus longtemps — mais le Kindle Paperwhite donne-t-il envie de le faire ? La réponse dans notre test.

Un Kindle Fire eInk

Amazon a unifié l'apparence de sa gamme Kindle, les liseuses eInk adoptant le matériau gommé noir des tablettes Kindle Fire. Le Kindle Paperwhite est ainsi plus élégant, mais aussi plus pratique : le cadre noir aide à se concentrer sur le texte, et le matériau gommé évite aux doigts de déraper. Alors que le Kindle Touch était construit en trois parties, le Kindle Paperwhite est construit en deux parties, la face arrière étant d'un seul tenant. Il semble ainsi plus solide et mieux fini.

Le Kindle Paperwhite n'est pas plus léger que le Kindle Touch (213 grammes), ce qui n'est pas plus mal : il a ainsi une certaine densité. Amazon l'a d'ailleurs un peu affiné (9,1 mm contre 1,01 cm), sans pour autant compromettre son équilibre. L'ensemble est extrêmement plaisant à tenir, ce qui est particulièrement important pour un appareil avec lequel on va passer de longues heures.

Le Kindle Paperwhite ne possède plus qu'un seul bouton, celui de mise en veille. Plat alors que celui du Kindle Fire est rond, il est moins proéminent que celui du Kindle Touch. Il n'est pas moins facile à trouver, mais il est désormais beaucoup plus rare de le déclencher par accident.

Amazon a décidé de priver toutes ses liseuses d'une partie audio : le Kindle Paperwhite ne dispose ainsi ni d'une prise casque, ni de haut-parleurs, contrairement au Kindle Touch. On ne peut donc plus écouter de livres audio avec un appareil Amazon eInk, qui ne sont plus non plus accessibles aux déficients visuels. Dommage.

Un système simple mais pas toujours efficace

L'influence du Kindle Fire se fait sentir jusque dans l'interface : le système du Kindle Paperwhite tient plus de la tablette que de la liseuse. Il est d'une simplicité remarquable (difficile de faire plus éloquent que des boutons textuels), mais n'est pas toujours efficace.

Amazon inclut désormais des publicités dans toutes ses liseuses, sur tout l'écran de veille et sous la forme d'un bandeau sur l'écran d'accueil — elles sont théoriquement discrètes, mais dégradent de fait le confort d'utilisation. On pouvait auparavant passer de la veille à la lecture d'une simple pression sur le bouton de veille ; pour ménager l'accès aux offres spéciales, il faut désormais obligatoirement balayer l'écran avec son doigt après avoir appuyé sur le bouton de veille pour accéder à son livre.

On peut heureusement payer pour supprimer ces publicités, du moins dans les pays où le Kindle Paperwhite est officiellement disponible (20 $ aux États-Unis ; il faudra attendre quelques mois en France) [MàJ 11/10 à 19:40] Amazon le propose maintenant à la vente en France dans sa version sans publicité. Mais cela ne fait pas disparaître les recommandations d'Amazon, qui impose sa boutique dans toute l'interface du Kindle Paperwhite, ce qui n'était pas le cas dans les précédentes générations. Il n'y a que deux solutions : passer en mode avion suffisamment longtemps pour que ces recommandations expirent et disparaissent, ou passer en mode liste plutôt qu'en mode couverture.

Du Kindle Fire, le Kindle Paperwhite a aussi hérité le mode de fonctionnement le plus contre-intuitif possible pour retourner à l'écran d'accueil. Lors de la lecture d'un livre, il faut taper une première fois en haut de l'écran pour afficher le menu, puis une deuxième pour revenir à l'accueil. On ne comprend toujours pas ce qui est censé être mauvais dans le principe du bon vieux bouton d'accueil. D'autant que le bouton d'accueil virtuel est placé en haut à gauche, précisément là on s'attendrait à trouver le bouton de retour, qui est du coup décalé et difficile à atteindre du bout du pouce.

Au-delà de ces changements généraux, on remarque quelques petits ajouts participant au confort de lecture, comme l'analyse de la vitesse de lecture qui permet d'afficher le temps restant pour lire le chapitre en cours (ou le livre), ou encore une correspondance pages virtuelles / pages réelles. Enfin, on peut lire les bandes dessinées distribuées par Amazon et récupérer le texte copié dans un presse-papier qui apparaît comme un livre sur l'écran d'accueil.

Un écran eInk agréable à lire

Ces petits défauts sont d'autant plus rageants que le système du Kindle Paperwhite est de manière générale extrêmement clair et plaisant à utiliser, grâce à un écran d'excellente qualité secondé par une couche tactile enfin moderne. L'écran Paperwhite 6" duquel ce nouveau Kindle tire son nom est beaucoup plus défini que celui du Kindle touch : 212 ppp contre 167 ppp. La différence est sensible, surtout pour les yeux habitués aux écrans Retina d'Apple. On reste toujours très loin des capacités du papier, mais il est désormais difficile de se plaindre de la définition.

Amazon a d'ailleurs adapté l'interface à cette définition. Tout en s'inspirant du Kindle Fire, elle a aussi affiné les éléments de navigation, moins imposants sans être moins lisibles. La sélection de polices a été revue dans le même sens, avec quelques choix néanmoins surprenants : Futura ou Helvetica sont réputées, mais pas forcément pour le corps principal d'un long ouvrage. Baskerville ou Palatino sont des classiques, mais leur rendu est loin d'être optimal sur le Paperwhite.

Ne reste que Caecilia, la police par défaut, qui est quant à elle réputée pour son adaptation aux particularités des écrans eInk. Elle est déclinée dans une version condensée, qui permet, en ajustant les marges et la taille, de caser beaucoup de texte par page. À propos de typographie, on remarquera qu'Amazon s'entête à justifier le texte sans césure, ce qui peut parfois provoquer l'apparition d'espaces parasites.

9
10
Kindle Paperwhite de Amazon Configuration

  • Offre d'Amazon

  • Très bel écran

  • Autonomie correcte (1 mois environ avec l'éclairage)


  • Prix seulement moyen

  • Bizarreries introduites à cause de la publicité

129 €

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


17 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar alphateam 11/10/2012 - 17:46

Est-ce qu'Amazon USA livre la paperwhite en France ?

avatar fremois 11/10/2012 - 18:06

@gto55 J'ai acheté mon Kindle Paperwhite sur ebay UK mais par contre avec les frais de ports et la marge du vendeur c'est plus cher que sur Amazon. Contrairement a ce qui est indiqué dans l'article, il est possible d'enlever les recommandation sur la page d’accueil. Il faut activer le "Control Parental" dans le menu "Settings" et enlever l'accès au "Kindle Store" (source http://blog.the-ebook-reader.com/2012/10/08/kindle-paperwhite-tips-how-to-take-screenshots-and-remove-recommended-ebooks/).

avatar Satoral 11/10/2012 - 18:16

"À propos de typographie, on remarquera qu'Amazon s'entête à justifier le texte sans césure" Ouais, et ce n'est pas leur "justification intelligente" qui peut malheureusement rattraper ça. En gros, si les espaces entre les mots sont vraiment vraiment trop grands, alors la liseuse en redistribuera une partie à la fin de la ligne. Après, je sais que certains lecteurs ont horreur des césures/coupures de mots et acceptent la justification sans césure, même s'ils se rendent compte qu'ils décomposent parfois la lecture d'une ligne à l'espacement entre les mots très grand. Le problème n'est pas tant de justifier, puisque je crois savoir que ce sont les utilisateurs qui le souhaitent (parce que ça fait comme dans un livre papier et que c'est plus joli que des drapeaux) et qu'Amazon les a écoutés (tout comme le fiasco de l'avant-dernière mise à jour Kindle pour iOS où les marges extérieures ont été sabotées, ce qui a rapidement été corrigé suite à des billets assassins de designers web/typographes qui ont détaillé pourquoi les marges très réduites étaient à ne surtout pas faire). Après tout, il faut bien faire un choix pour l'affichage par défaut... Le problème est plutôt de justifier arbitrairement sans laisser d'alternative à l'utilisateur, c'est à dire lui laisser la possibilité d'aligner à gauche comme le font certains concurrents depuis bien longtemps maintenant. D'autant que théoriquement, l'éditeur n'a pas le droit de spécifier un alignement dans le fichier, sous couvert d'expérience utilisateur, dans le genre "le fait pour le corps du texte va forcer le choix de l'éditeur sur celui du lecteur, ce qui est une très mauvaise expérience utilisateur." Sauf que, dans ce cas précis, comme nous venons de le voir, même Amazon ne lui laisse pas le choix. Or, pour qui souffre de difficultés de lectures diverses et variées, l'alignement à gauche serait salvateur. C'est d'autant plus ahurissant que Kindle est utilisé dans nombre de collèges, lycées et universités en remplacement des manuels scolaires et que cela met donc de côté les dyslexiques, par exemple, qui représentent à peu près 10 % des "étudiants". L'écosystème Kindle étant particulièrement incohérent au niveau interprétation et rendu du fichier, tous les autres services de lecture (Cloud Reader et apps) gèrent les césures. Seules les liseuses, prévues pour la lecture longue, n'en bénéficient pas, ce qui est quand même pas mal ironique quand on y pense. "Baskerville ou Palatino sont des classiques, mais leur rendu est loin d'être optimal sur le Paperwhite." C'est surprenant aussi puisqu'ils sont censés les avoir adaptées. En tout cas, ils l'ont répété à l'envi. Mais pour connaître la qualité de rendu des polices embarquées qu'on peut parfois lui donner à manger, ça ne m'étonne pas de Kindle qui est très très loin de briller dans le domaine. D'ailleurs, le support des polices .otf tient du bricolage (converties dans un format bâtard, format bien connu pour être un fourre-tout de l'informatique). "avec quelques choix néanmoins surprenants : Futura ou Helvetica sont réputées, mais pas forcément pour le corps principal d'un long ouvrage." Malheureusement, ce ne sont pas les seuls à faire des choix surprenants. C'est un peu tout et n'importe quoi, avec des choix parfois plus esthétiques que confortables, des rendus soi-disant optimisés mais qui demandent encore à être finement réglées (hauteur d'oeil, épaisseur et finesse), en tout cas dans mon cas, via Typegenius chez Kobo par exemple. Et j'en passe. Je commence à désespérer de les voir s'atteler au confort de lecture par le hardware tout en ne soignant pas comme il se doit la base, c'est à dire tout ce qui est typo. Il faut savoir que chez Amazon, un nouveau format est arrivé, qu'il améliore grandement les choses... sauf du côté de la typo (propriétés CSS3 par exemple). Du coup, les lecteurs numériques web designers doivent carrément apprendre aux développeurs des apps ebook et liseuses les bases d'un confort typographique optimal (même langages HTML et CSS utilisés) alors que c'est censé être le boulot de ces développeurs de solutions ebooks de savoir tout ça et de le mettre en oeuvre. Ouais, je sais, on va me dire qu'on s'en fout de tout cet aspect là, que ce sont des détails, que je chipote, etc. Et c'est précisément parce que ceci est fait en papier depuis des décennies et sur le web depuis environ 5-6 ans que ce sont des détails, parce que la typo est réussie et est donc transparente aux yeux des lecteurs ^^


avatar terreaterre 11/10/2012 - 18:52

Oui bon test, on attend le même sur le kobo Glo pour pouvoir choisir :)

avatar JoTaPé 11/10/2012 - 21:18

Vous pouriez parler d'autre chose que du kindle? IL y a d'autres liseuses en france :o

avatar vicento 11/10/2012 - 21:25

Le navigateur expérimental est-il vraiment expérimental ? Avez-vous essayer d'aller sur Gmail par exemple ou d'autres services utiles au quotidien ?

avatar eldaran83 11/10/2012 - 21:46

La mise à jour montre que le Kindle Paperwhite rivalise niveau prix avec le Kobo Glow, alors que ce dernier a, parait-il, un éclairage affreux (seulement le haut de l'écran et l'utilisateur). Une question : c'est un cable USB qui est fourni ? Si oui, on peut utiliser les convertisseurs vers secteurs fournis avec les smartphones et iPod.

avatar KOVU 11/10/2012 - 23:19

En ce qui me concerne, c'est mort. Je le trouvais plutôt sympa, mais pour le principe, un modèle de vente où l'on pourrit des livres par de la pub pour gagner quelques euros, ça me débecte intégralement. Dommage, j'aime bien Amazon.

avatar SRC 11/10/2012 - 23:52

@Le Docteur: Euh... Dans la "Mise à jour": "Amazon ne laisse pas le choix au consommateur français, ces liseuses sont disponibles seulement dans leur version sans publicité" Donc ça baigne, non?

avatar RaZieL54 12/10/2012 - 04:19

Et sinon du cote des solutions pour lire du format A4 ca evolue? Parce qu' a part les romans de gare les formats d'ecrans < 7" c'est juste une horreur. Et la je pense aussi aux docs techniques, aux bouquins scolaires,... qui sont majoritairement inutilisables sur ce genre de produit... A quand un ecran 11"?

avatar Degrach 12/10/2012 - 08:52

C'est commandé. J'avais offert un Kindle à ma femme l'année dernière, et je m'en suis servi bcp plus que mon iPad... Oui, je sais c'est pas pareil, mais pour lire, et ben c'est mieux... Y a t'il de bon films mats pour protéger l'iPad??

avatar ShowMeHowToLive 12/10/2012 - 10:51

@ismaoul : ce qui revient à désactiver son compte Kindle, comme je l'indique. @Jiminy Panoz : le problème est en effet celui du choix. Si l'on pouvait changer l'alignement et charger ses propres polices, il y aurait déjà moins de problèmes. Baskerville notamment est assez étrange sur ce Kindle, elle est extrêmement fine mais en même temps baveuse, comme si elle était imprimée à la hache sur du très mauvais papier avec de l'encre coupée… @hirtrey @Godzil : dès qu'on aura d'autres liseuses dans les mains (je pense notamment aux Kobo), on les testera. @JiDai : c'est expérimental dans le sens où ça fonctionne, mais ce n'est pas particulièrement agréable. Gmail passe en version classique. @hadrien01 : c'est de l'USB, on peut en effet utiliser un chargeur 5 W standard. @rom54 : Amazon vend toujours le Kindle DX :)

avatar meego 12/10/2012 - 11:49

Le docteur fait un bon diagnostic, la pub tue ce produit Amazon ! Il faut être tout de même bien vicieux pour vendre une Kindle Paperwhite + chère si vous refusez la pollution de la publicité ! On passe son chemin.

avatar sekaijin 12/10/2012 - 12:03

Non mais il ne faut pas voir cela comme ça. Le Kindle Touch/Paperwhite sans pub a 129 euros est le "vrai" prix, d'ailleurs c'est le seul modèle existant en France. La pub est un moyen de subventionner l'appareil en le rendant plus accessible, c'est donc tout à fait logique que ce soit plus cher sans pub. Je trouve que c'est une bonne chose (dans la mesure où on a le choix, perso je prends sans pub car je hais ça) et cela devrait être généralisé à d'autres choses.

avatar Porteli 12/10/2012 - 14:42

@rom54 : le kindle DX est certes toujours disponible, la difficulté étant qu'il n'a pas été mis à jour depuis 3 ans et que je crains qu'il ne le soit plus... Les lecteurs grand format correspondent à un marché de niche assez éloigné des précoccupations d'Amazon et avec des lecteurs spécialisés qui rechercheront des solutions confortables pour lire des fichiers pdf, savoir des ingénieurs, des scientifiques, etc... A ce jour, les meilleures solutions disponibles sont chez Pocketbook. Il se murmure cependant qu'une solution moderne avec écran HD et éclairage serait en préparation chez Bookeen...

avatar bambou55 12/10/2012 - 20:45

Toujours autant prisonnier de l'écosystème amazon.

avatar cedzic 14/10/2012 - 18:17

Malheureusement, ce produit semble être une chimère ici aux USA... Pas possible de le trouver pour voir à quoi il ressemble, surtout à quoi ressemble l'éclairage... J'ai pu voir le Barnes&Nobles, et c'est plutôt bluffant! Malheureusement, celui-ci n'a pas de SHOP en français... Bon, vu les annonces, je vais attendre le nouveau Bookeen qui devrait embarquer un éclairage aussi... J'ai n Bookeen maintenant et j'en suis super content!