Fermer le menu

angry birds

Toute l'actualité sur angry birds

Rovio : une restructuration au goût amer

| 02/10/2014 | 23:30 |  

Rovio, l'éditeur finlandais d'Angry Birds, est dans la tourmente. 130 employés, soit 16% des effectifs de l'entreprise, pourraient se voir montrer la porte, d'après un billet du CEO Mikael Hed sur le blog du studio. « Nous avons bâti une équipe sur l'hypothèse d'une croissance plus rapide que celle que nous connaissons », explique t-il. « En conséquence, nous annonçons aujourd'hui que nous avons en projet de simplifier notre organisation ».

Cette restructuration, qui pourra impliquer le départ de 130 employés, gravite autour de trois activités-clé : les jeux, les médias et les produits de consommation (du type merchandising). « Ce n'est jamais facile d'envisager de tels changements, mais il vaut mieux le faire dès que possible plutôt que trop tard, alors que nous sommes dans la bonne position pour relancer la croissance ».

Si Rovio continue évidemment de miser sur l'univers d'Angry Birds, le capital sympathie des oiseaux en colère commence à s'effriter. Les derniers jeux n'ont pas permis au chiffre d'affaires de se maintenir entre 2012 et 2013 : l'entreprise est passée de 55,5 millions d'euros de profits à 26,9 millions, même si les revenus ont légèrement augmenté (lire : Freemium : Rovio n'a pas trouvé la recette magique). « La transition vers le free-to-play a pris plus de temps qu'anticipé », avait indiqué le même Hed en avril.

Rovio ne compte pas tuer le piaf aux œufs d'or : un film d'animation sortira au cinéma en juillet 2016.

> Accéder aux commentaires

Angry Birds Stella : un oiseau rose, des cochons verts et des achats in-app

| 04/09/2014 | 13:45 |  

Angry Birds Stella [1.0.0 – US – Gratuit (achats in-app) – iPhone/iPad – 43,4 Mo - Rovio Entertainment Ltd] est disponible dans l’App Store et le dernier titre de Rovio n’est pas une expérimentation de plus, mais plutôt un retour aux bases. L’éditeur fait à nouveau ce qu’il a fait de mieux par le passé, avec ce volet qui reprend le gameplay de tous les autres Angry Birds, avec malgré tout quelques nouveautés.

Cliquer pour agrandir

Le principe de base reste toujours le même : vous lancez des oiseaux énervés pour détruire des cochons verts et tout ce qui se trouve sur le chemin. Comme ses prédécesseurs, ce nouveau titre implique de tuer tous les cochons en utilisant le moins de points possibles. Angry Birds Stella rassemble pas moins de 120 niveaux et on peut compter sur l’éditeur pour en ajouter régulièrement. Côté nouveautés, on a un nouvel oiseau : Stella, déclinaison rose et « donc » féminine de l’oiseau rouge original qui a fait le succès de la série.

Cliquer pour agrandir

Le gameplay évolue aussi doucement : on peut modifier la trajectoire du volatile pendant son vol, pour viser des éléments qui auraient été inaccessibles dans les jeux précédents. Cela renouvelle un peu le titre, même si Angry Birds Stella reste très proche de ce que l’on connaît déjà. Les joueurs qui ont terminé tous les jeux précédents seront peut-être un peu déçus par la facilité de celui-ci : la trajectoire est indiquée à l’avance, et on peut prendre son temps pour la modifier pendant le vol.

Cliquer pour agrandir

On sent que l’éditeur vise un public plus large qu’avant, ce qui explique aussi le choix du freemium. Angry Birds Stella est gratuit au téléchargement, mais des achats in-app sont proposés. On peut payer un peu moins de 2 € et jusqu’à 50 € pour acheter la monnaie interne et débloquer ainsi plus rapidement les niveaux suivants. Plus original, des figurines physiques seront vendues pour débloquer des oiseaux supplémentaires : il faudra présenter la figurine devant la caméra, après achat.

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Rovio change de PDG

| 30/08/2014 | 09:00 |  

Rovio est passé en quelques années de petit éditeur finlandais de jeux vidéo mobiles à un géant du divertissement mondial et ce, grâce à une franchise extrêmement lucrative : Angry Birds. Le PDG qui a accompagné cette transformation exceptionnelle, Mikael Hed, a décidé de passer le flambeau à Pekka Rantala, ancien patron des boissons Hartwall qui a aussi et surtout passé quelques années chez Nokia. La transition s'opèrera le 1er janvier, Hed restant « dans la famille » puisqu'il deviendra président du studio d'animation.

Mikael Hed et Pekka Rantala. Crédit Rovio.

Rovio a bâti son empire sur des fondations fragiles. Angry Birds est toujours un gros succès mais l'éditeur n'a pas réussi à lancer d'autres franchises tout aussi lucratives, malgré la qualité de certaines productions comme Amazing Alex ou Tiny Thief. L'éditeur a tenté la diversification en développant l'univers d'Angry Birds au sein d'autres genres de jeux, comme la course de karts ou le jeu de rôle. Angry Birds Go! a été jugé sévèrement par la critique et de nombreux joueurs pour appuyer trop fort sur la pédale des micro-paiements, tandis qu'Angry Birds Epic est loin d'avoir soulevé l'enthousiasme.

Pire encore pour Rovio, aucun de ses jeux ne figure dans le top 100 du classement des apps gratuites de l'App Store aux États-Unis, tandis que le premier volet d'Angry Birds est aux environs de la quarantième place du top 100 des logiciels payants — plutôt ironique quand on considère que Rovio a tout misé sur le freemium. Le jeu et son univers restent néanmoins très porteurs comme on l'a vu avec les crossovers Star Wars ou Transformers (prévu le 15 octobre).

Le merchandising autour des piafs en colère, qu'il s'agisse des vêtements ou de la série animée, fonctionne toujours bien même si là aussi, le risque de lasser est présent. On verra en 2016 si la vague Angry Birds est toujours aussi porteuse puisque le film sortira au cinéma. Les résultats commencent d'ailleurs à piquer du nez : l'entreprise a réalisé moitié moins de profits en 20...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Angry Birds Stella sortira le 4 septembre

| 06/08/2014 | 13:15 |  

Angry Birds Stella sera disponible pile-poil pour la rentrée. Le nouveau jeu de Rovio qui met en avant une héroïne rose sortira le 4 septembre. Le principe n'a pas changé : il faudra encore dézinguer des cochons terrés dans des constructions de plus en plus sophistiquées au fil des niveaux.

Angry Birds Stella sera accompagné par un dessin animé et des tas de produits dérivés (jouets Hasbro, livres...). Les Angry Birds Transformers n'ont pas encore de date de sortie quant à eux. On voit déjà se dessiner l'arrivée des figurines Stella dans les Happy Meal pour filles et les oiseaux Transformers dans les menus garçons...

> Accéder aux commentaires

Une bande annonce pour Angry Birds Transformers

| 25/07/2014 | 00:01 |  

Le studio Rovio continue encore et toujours de creuser le sillon d'Angry Birds, en mariant les piafs en colère avec toutes les franchises possibles et imaginables. Après les deux volets consacrés à Star Wars, les oiseaux et leurs ennemis héréditaires cochons débarquent dans l'univers de Transformers. L'éditeur avait annoncé la rencontre improbable mi juin, voilà qu'il enfonce le clou avec une bande-annonce diffusée à l'occasion du salon ComicCon qui vient de s'ouvrir à San Diego.

Plus proche du dessin animé d'origine que des films psychotroniques de Michael Bay (ce qui est heureux, au moins on y verra quelque chose), le jeu devrait mettre en scène des coopérations inattendues entre oiseaux et cochons, comme on peut le pressentir dans la vidéo. Les transformations devraient aussi, en toute logique, jouer un rôle important.

Autre info, mais qui ne surprendra personne cette fois, il sera possible d'acheter des figurines TelePods que l'application pourra scanner pour l'intégrer dans le jeu… du moins sa contrepartie numérique. Ces figurines sont fabriquées par Hasbro, qui se trouve être également propriétaire de la franchise Transformers. La boucle est bouclée… Pas de date de sortie annoncée.

> Accéder aux commentaires

Freemium : Rovio n'a pas trouvé la recette magique

| 28/04/2014 | 19:18 |  

L'éditeur Rovio se rapproche de la croisée des chemins. En 2013, le studio finlandais a généré des revenus de 156 millions d'euros, soit une très faible augmentation par-rapport à 2012 où ils s'étaient montés à 152,2 millions. Les profits ont eux baissé de moitié d'une année sur l'autre, passant de 55,5 millions d'euros à 26,9 millions l'an dernier. Rovio fait là pâle figure face à ses concurrents comme King (Candy Crush) qui a généré dix fois plus de chiffre d'affaires en 2013 (1,88 milliards de dollars), ou Supercell (Clash of Clans) passé de 101 millions en 2012 à 892 millions en 2013.

En cause pour Rovio, le changement de modèle économique de son catalogue. De payants (sur iOS, du moins), ses jeux ont embrassé le freemium (gratuits au téléchargement avec des boutiques de contenus). or, « la transition vers le free-to-play a pris plus de temps qu'anticipé », avoue Mikael Hed, directeur général de l'entreprise. De plus, Rovio a lourdement investi, augmentant ses effectifs de 300 personnes (ils sont désormais 800 à bûcher sur Angry Birds et consorts) et musclant les activités liées aux dérivés marketing (peluches et autres fanfreluches) et à la vidéo - rappelons qu'un film doit sortir dans les salles en 2016. La moitié des revenus de l'année proviennent des activités annexes, hors jeu vidéo.

L'autre problème de Rovio est sa mono-activité : tout tourne autour d'Angry Birds; il suffit de planter le lancement d'un jeu pour voir les revenus stagner. Le clone de Mario Kart Angry Birds Go! [1.2.0 - US - Gratuit (achats in-app) - iPhone/iPad - 94,2 Mo - Rovio Entertainment Ltd] n'a pas été très bien reçu par les joueurs, l'éditeur ayant poussé un peu trop fort le curseur de sa propre gloutonnerie. Hed n'en a cure : « Nos résultats montrent que nous n'avons pas été aussi cupide que cela - nous n'avons pas été assez cupide, peut-être ». Les joueurs apprécieront le trait d'esprit. Néanmoins, il précise dans le même souffle que si « la monétisation est une forte priorité » pour Rovio cette année, le studio cherche toujours à « satisfaire les fans ».

Signe qui ne trompe pas : Angry Birds Epic, le prochain jeu sur la liste de Rovio, est disponible depuis le mi mars, uniquement sur l'App Store néo-zélandais et canadien (lire : Aperçu d'Epic, le nouveau jeu de Rovio). Visiblement, l'éditeur prend tout son temps pour rééquilibrer la balance entre gratuité et monétisation.

[Via : ...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Angry Birds Epic : un jeu de rôle pour Rovio

| 12/03/2014 | 20:15 |  

En début de semaine, Rovio a mis en ligne un teaser pour sa prochaine production. La vidéo ne faisait pas mystère de ce à quoi les joueurs pouvaient s'attendre : un nouveau titre en lien avec Angry Birds évidemment, se déroulant dans un univers médiéval (lire : Angry Birds : un nouveau jeu en préparation).

Surprise : l'éditeur finlandais a levé le voile sur ce titre mystérieux et il ne s'agit finalement pas d'une énième déclinaison du jeu traditionnel. Fort de sa franchise Angry Birds déjà déclinée dans un jeu de kart, Rovio va proposer avec Angry Birds Epic un… jeu de rôle, aussi étonnant que cela puisse paraître. Kotaku évoque des combats au tour par tour, ainsi qu'un système de création et d'amélioration d'équipements très complet.

Rovio va donc se lancer dans un tout nouveau genre, dans lequel on ne l'attendait pas forcément. Le jeu sera très probablement gratuit, les joueurs pouvant s'attendre à devoir débourser des micro-paiements pour acheter des potions ou des objets. Angry Birds Epic sera disponible au Canada et en Australie cette semaine, dans une configuration de lancement limité afin de tester la solidité des serveurs.

> Accéder aux commentaires

Angry Birds : un nouveau jeu en préparation

| 11/03/2014 | 12:00 |  

Le mois dernier, l’éditeur Rovio a annoncé Angry Birds Stella, un spin-off de la célèbre franchise. Comme si ce n’était pas assez, un autre jeu vient d'être dévoilé.

Pour le moment, il y a très peu d’informations sur le contenu du nouveau titre. La vidéo d'annonce est très courte et elle ne contient que peu d’indices. On y voit une armure médiévale sous tous les angles, avec dans le heaume l'oiseau star de la série. Accompagné par une musique triomphante, le trailer promet quelque chose d'« épique ».

Le studio finlandais compte aujourd’hui près de 700 employés et génère plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Après s’être écarté du gameplay original de la série des Angry Birds avec un puzzle game et un jeu de course, Rovio pourrait encore explorer d'autre univers... et profiter de sa poule aux œufs d'or.

Le nouveau titre du studio finlandais n’a pas encore de date de sortie. Il sera disponible dans un premier temps dans les App Store australiens, canadien et néo-zélandais.

> Accéder aux commentaires

Oubliez Flappy Bird, les Angry Birds reviennent avec Stella [MàJ]

| 13/02/2014 | 14:08 |  

Rovio n’en a visiblement pas encore fini avec ses oiseaux grincheux : l’éditeur a annoncé sur Twitter la sortie d’un dixième volet d’Angry Birds. Cette « grande aventure » sera l’occasion de découvrir de nouveaux oiseaux dont seul le profil a été dévoilé.

Grâce à Angry Birds, le petit studio finlandais qui développait des jeux Java ME est devenu une société comptant près de 700 employés et générant plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Les oiseaux grincheux ont été déclinés en livres, dessins animés, jouets et toutes sortes d’objets sous licence (… ou pas).

De quoi presque perdre de vue le jeu original, réinventé de multiples fois depuis sa présentation en 2009. Adapté selon les saisons, propulsé dans l’espace, transposé dans l’univers de franchises populaires, Angry Birds a même perdu son gameplay original pour devenir un puzzle game et un clone de Mario Kart.

Bien malin donc celui qui sera capable de prédire quelle forme prendra cette dixième incarnation du jeu, promise « pour bientôt ».

[MàJ 13/02/2014 14h08] : on en sait un (tout petit) peu plus avec l'ouverture d'un site dédié au nouveau titre. On connaît ainsi son nom, Angry Birds Stella, mais c'est tout pour le moment.

> Accéder aux commentaires

Angry Birds mouchards : Rovio pigeonné

| 28/01/2014 | 16:49 |  

« Rovio Entertainment Ltd ne partage pas de données ni ne collabore ou ne manigance avec des agences gouvernementales de renseignement telles que la NSA et le GCHQ », a tenu à préciser l'éditeur d'Angry Birds sur son site à la suite de nouvelles révélations d'Edward Snowden.

Photo Peter Fuchs CC BY

Selon des documents confidentiels publiés notamment par le New York Times, les services d'espionnage américains et britannique sont capables de récupérer des données privées contenues sur un smartphone via différentes applications, dont Angry Birds (lire : Angry Birds, nid d'espions).

L'éditeur de ce jeu au succès phénoménal avait déjà répondu au journal américain qu'il ne collaborait d'aucune manière que ce soit avec la NSA ou son équivalent britannique, le GCHQ. Dans un billet de blog, il donne plus de détails.

Rovio insiste sur le fait que si des données personnelles ont été subtilisées, c'est par l'intermédiaire des publicités qui sont intégrées à l'application, comme l'indiquent effectivement les documents qui ont fuité. Et d'ajouter que dans ce cas-là, le problème ne touche pas seulement Angry Birds mais aussi toutes les autres apps qui contiennent de la pub, ainsi que les sites web.

Si l'espionnage d'Angry Birds a été mis en exergue par les médias (nous y compris), c'est d'une part parce que l'application est citée expressément dans des documents des services de renseignement britanniques, et d'autre part parce qu'il s'agit d'un jeu sur mobile emblématique qui a été téléchargé deux milliards de fois.

Sans compter que Rovio était déjà au courant des données recueillies par les outils des régies publicitaires utilisés dans son jeu. En 2012, Angry Birds sur Android avait fait l'objet d'une étude qui mettait en exergue une collecte de données assez large (identifiant du smartphone, géolocalisation, sexe) par les annonceurs. À l'époque, Rovio n'avait pas répondu aux sollicitations du New York Times.

Rovio compte réévaluer les régies publicitaires avec lesquelles elle travaille afin d'assurer le respect de la confidentia...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Pages