Suivez des hashtags dans #Instagram

| 12/12/2017 22:00 | 0 commentaire

Ça n'a pas l'air de grand chose, mais l'affaire est d'importance pour Instagram. Le service de partage de photos, de vidéos et de stories va permettre de suivre des hashtags. L'idée est simple, il s'agit de suivre les photos regroupées sous un même mot-clé, comme on le fait actuellement avec un utilisateur d'Instagram.

Cliquer pour agrandir

Pour le moment, le service n'est pas tout à fait calé encore, comme pour toutes les nouveautés lancées par Instagram et consorts, mais le déploiement est en cours. Il suffira de toucher un hashtag présent dans un statut ou dans le résultat d'une recherche (on aura aussi accès aux hashtags suivis par les personnes auxquelles on est abonné). Chaque mot-clé a sa propre page où se trouve un bouton pour s'abonner.

Les images correspondantes au hashtag s'afficheront ensuite dans son flux, tout simplement. Bien sûr, il est possible de se désabonner à tout moment.

> Accéder aux commentaires

Dans Twitter, créer un thread ne sera bientôt plus un problème

| 12/12/2017 20:00 | 7 commentaires

Dans la longue, très longue liste des choses pénibles de Twitter, les threads ou tweetstorms sont sans doute dans le haut du panier. Il s'agit de séries parfois très longues de tweets qui ne donnent souvent qu'une envie, celle de hurler à l'auteur de se mettre au blog (et c'est encore plus le cas depuis que l'on peut poster des messages de 280 caractères).

Cette bataille a malheureusement été perdue, et Twitter l'a bien compris : une fonction de création de threads va faire son apparition sous peu. Lors de la création d'un message, un bouton « + » sera disponible pour ajouter un nouveau tweet au précédent. Une fois la tempête de tweets terminée, il suffit de lâcher la bête.

Il sera possible d'ajouter d'autres messages après la publication du thread, via un bouton Add another tweet. Les suites de tweets seront visibles par le biais d'une étiquette Show this thread. Cette fonction va faire son apparition dans les apps iOS, Android et sur le web dans les prochaines semaines.

> Accéder aux commentaires

Life is Strange est en précommande sur l'App Store

| 12/12/2017 15:30 | 15 commentaires

Le jeu Life is Strange sortira le 14 décembre sur iOS et c’est l’un des premiers à exploiter le nouveau système de précommande de l’App Store. Vous pouvez dès maintenant le commander afin qu’il soit téléchargé automatiquement sur votre iPhone/iPad le jour de la sortie.

Comme l’indique un message au moment de la validation de la commande, vous serez facturé (3,49 € dans le cas présent) uniquement quand le jeu sera disponible.

Il est aussi précisé que le contenu n’est pas finalisé et qu’il est susceptible de changer à sa sortie. On ne s’attend pas en l’occurrence à ce que Life is Strange change en deux jours, d’autant qu’il s’agit d’un portage d’un jeu déjà sorti sur d’autres plateformes. Ce message vaut plus pour les jeux et applications dont la date de sortie est plus lointaine — elle peut aller jusqu’à 90 jours après l’ouverture de la précommande.

Life is Strange est un jeu d’aventure narratif qui vous met dans la peau d’une adolescente capable de remonter dans le temps. Le jeu a connu un joli succès critique et populaire.

> Accéder aux commentaires

App Store : possibilité de tarif préférentiel pour les nouveaux abonnés

| 12/12/2017 13:30 | 7 commentaires

Apple continue de pousser le modèle de l’abonnement dans l’App Store en offrant aux développeurs une nouvelle possibilité. Ils peuvent désormais proposer un tarif préférentiel temporaire aux nouveaux abonnés.

Par exemple, l’utilisateur peut payer 1,99 €/mois pendant trois mois avant de payer le tarif standard de 9,99 €/mois. Un tarif promotionnel peut aussi être appliqué sur une période particulière : par exemple 9,99 € pour un abonnement de 6 mois, alors que le tarif standard est de 39,99 € par an.

iOS 11.2 est nécessaire pour tirer parti de ces offres spéciales. Pour rappel, les abonnements aux applications se gèrent dans App Store > Compte (touchez votre photo dans l’App Store) > votre nom d’utilisateur > Abonnements.

> Accéder aux commentaires

Le capteur d'empreintes dans l'écran va devenir réalité chez un grand fabricant

| 12/12/2017 12:00 | 88 commentaires

L'un des principaux fabricants au monde de smartphones s'apprête à intégrer un capteur d'empreintes sous l'écran, annonce Synaptics.

L'entreprise californienne a démarré la production à grande échelle de son capteur Clear ID™ FS9500. Il peut être intégré sous un écran OLED, il fonctionne avec la peau mouillée ou les mains très froides et le téléphone peut avoir une vitre de protection. Synaptics s'avance sur une vitesse d'analyse deux fois plus rapide que celle de la reconnaissance faciale 3D.

Autres avantages énoncés par le fabricant : ça fonctionne avec un téléphone posé devant soi, contrairement à un capteur arrière ou à Face ID qui peut obliger à se pencher vers son téléphone. Et il n'est pas nécessaire de prévoir un emplacement particulier autour de l'écran. En somme, plus besoin pour les designers de reléguer le capteur au dos du téléphone de manière à agrandir au maximum la surface de l'écran, et pas besoin non plus d'une encoche quelconque.

Enfin, ce nouveau Clear ID offrirait toutes les garanties en matière de sécurité, ce qui laisse supposer une compatibilité avec les systèmes de paiement.

Synaptics précise que son premier client appartient au "top 5" des constructeurs. Apple étant hors concours, cela laisse les candidatures de Samsung, Huawei, Oppo ou Xiaomi. Le communiqué de presse fait une allusion à des smartphones dotés d'"écran infinity". Cela pourrait être une manière de décrire des écrans grands et aux bordures très fines mais c'est également la dénomination commerciale choisie par Samsung pour les dalles de ses Galaxy S8 et Note8.

De précédentes rumeurs ont néanmoins avancé que Samsung allait garder son capteur d'empreintes au dos — en le repositionnant sous la caméra — mais améliorer son système de reconnaissance de l'iris.

Synaptics va faire la démonstration de ce capteur lors du prochain CES de Las Vegas début janvier.

> Accéder aux commentaires

weMessage, une autre app pour lire et envoyer des iMessage sur Android

| 12/12/2017 10:30 | 3 commentaires

Apple semble résolue à garder iMessage, sa messagerie instantanée, sur sa plateforme. Faute de mieux, des développeurs essaient d’apporter le service à Android, en général via un Mac. Nous avions déjà évoqué AirMessage qui est en cours de développement (lire : AirMessage : iMessage bientôt sur Android à condition d’avoir un Mac), en voici un nouveau qui est disponible dès aujourd'hui.

Nommé weMessage, ce nouveau-venu est gratuit et il ressemble fort à AirMessage. De fait, les deux apps sont basées sur le même composant à installer sur le Mac, un serveur en Java qui fait le relai entre l’app Messages et un appareil sous Android. Ce composant nommé PieMessage existe en fait depuis plus d’un an, mais il semble avoir trouvé une seconde jeunesse. Même si le module serveur est identique et nécessite de garder une fenêtre de terminal ouverte sur le Mac (pas besoin d’utiliser le terminal toutefois), l’app côté Android est différente.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

weMessage est plus simple qu’AirMessage, ce qui lui permet de mieux fonctionner pour le moment, comparé aux bêtas actuelles de son concurrent. Par exemple, il n’essaie pas de récupérer votre historique de conversations stockées sur le Mac, il repart de zéro. L’envoi des messages se fait à l’aide d’une série d’AppleScript, mais il n’empêche que l’ensemble fonctionne bien une fois la configuration initiale effectuée.

Pendant nos essais, nous avons noté quelques bugs et limitations. Côté Android, l’app n’est pas toujours soignée, l’image est déformée sur un S8+ au moment de prendre une photo par exemple, mais le fichier envoyé est correct. Plus gênant, nous n’avons jamais reçu de notifications, alors que c’est l’une des fonctions mises en avant par son concepteur. Côté macOS, il faut aussi passer son Mac en anglais pour que cela fonctionne.

Bref, ce n’est pas l’idéal, mais c’est une première version et weMessage est totalement gratuite. Si vous utilisez un appareil Android et un Mac et que vous voulez conserver les iMessage, vous ne perdrez rien à essayer !

> Accéder aux commentaires

N26 ajoute des offres de crédit de 1 000 à 40 000 €

| 12/12/2017 10:27 | 36 commentaires

La banque allemande N26 doit proposer à compter d'aujourd'hui en France des offres de crédit à la consommation depuis son app mobile.

Une nouvelle section va apparaître dans les prochaines heures pour passer en revue des offres de prêts allant de 1 000 € à un maximum de 40 000 €, avec des mensualités de 24 à 72 mois. Toute l'opération, depuis le choix du montant et des mensualités de remboursement jusqu'à l'acceptation ou non du dossier, se fera dans l'app. La banque s'engage à donner une réponse sous 24h.

La France est le second pays après l'Allemagne à proposer ce service. L'app iOS en a la primeur, la version Android l'aura au début 2018.

Pour ce service, N26 se repose en réalité sur la startup française Younited Credit. Celle-ci a mis au point une API pour intégrer ce service de crédit en marque blanche auprès de partenaires. Les conditions d'obtention du crédit sont donc celles déjà en usage auprès de Younited Credit. Lancé il y a 6 ans, Younited Credit compte des investisseurs tels que Crédit Mutuel Arkéa, AG2R La Mondiale ou Matmut Innovation. Au début de l'autonome, la société a levé 40 millions d'euros pour soutenir son développement.

> Accéder aux commentaires

Free Mobile emmène son roaming de 25 Go au Mexique

| 12/12/2017 09:51 | 17 commentaires

Au tour du Mexique de rejoindre la liste des pays dans lequel les abonnés Free profitent de conditions plus favorables.

Les utilisateurs du forfait à 19,99€/15,99€ disposent de l'enveloppe de 25 Go par mois (en 3G) utilisable sans surcoût dans le pays. En revanche pour les appels et SMS/MMS, des tarifs indiqués comme assez bas seront appliqués. Contrairement à d'autres pays comme les États-Unis, le Canada, Israël, l'Australie, l'Afrique du Sud ou la Nouvelle-Zélande où ils sont en illimité.

> Accéder aux commentaires

App Store : les précommandes ouvertes à toutes les apps

| 12/12/2017 09:25 | 13 commentaires

Pour son lancement, Super Mario Run avait eu le droit à un traitement de faveur de la part d’Apple. Nintendo avait pu le placer en précommande dans l’App Store, de sorte que les joueurs intéressés le reçoivent automatiquement le jour de sa sortie. Ce système de précommande, Apple l’ouvre désormais à tous les développeurs et à toutes ses boutiques (App Store, Mac App Store et Store Apple TV).

Les développeurs qui veulent faire monter la mayonnaise autour de leur nouvelle app peuvent publier une fiche dans l’App Store mentionnant une partie des informations habituelles (les montants des éventuels achats in-app n’y figurent pas) ainsi que la date de disponibilité prévue. Celle-ci ne peut pas dépasser les 90 jours à compter de l’ouverture de la précommande.

Lors de sa sortie, l’application est automatiquement téléchargée sur les appareils des utilisateurs qui l’ont précommandée. Les utilisateurs reçoivent aussi une notification les informant de la disponibilité de l’app.

Si l’application est payante, les clients sont débités le jour de la sortie. Et si le prix de l’app varie durant la phase de précommande, c’est le prix le plus bas entre celui fixé au moment de la réservation par l'utilisateur et celui du jour de la sortie qui est appliqué. Les développeurs peuvent retarder la sortie de leur app si nécessaire, mais pas au-delà de la période des 90 jours débutant à l’ouverture de la précommande.

Pour pouvoir précommander une application, iOS 11.2, tvOS 11.2 et macOS 10.13.2 sont nécessaires. Les précommandes peuvent être annulées dans les réglages de l’App Store. Tous les détails sur ce nouveau système sont consultables dans la FAQ dédiée aux développeurs.

> Accéder aux commentaires

Promos : iPhone 7 32 Go à 539 €, iPhone 8 Plus 64 Go à 809 € et AirPods à 149,99 €

| 12/12/2017 08:56 | 15 commentaires

Il n'y a pas que l'iPhone X dans la vie (quoi que)… Si vous êtes à la recherche d'un iPhone à petit prix, sachez qu'on trouve un certain nombre de promotions en ligne. Aujourd'hui, CDiscount propose par exemple un iPhone 7 32 Go à 539 €. C'est 100 € de moins que sur l'Apple Store par exemple. À noter qu'en théorie, vous pouvez avoir 25 € de réduction en plus en saisissant le code EXTRA25, mais dépêchez-vous celui-ci expire à 10 heures.

Envie d'un plus grand format ? C'est Amazon qui se distingue cette fois avec l'iPhone 8 Plus, lequel est proposé à 809 €. Là encore, la comparaison est avantageuse avec l'Apple Store. La même référence coûte 919 €.

Enfin pour aller avec, on trouve des AirPods neufs à 149,99 € sur eBay, soit 30 € de moins que sur l'Apple Store.

> Accéder aux commentaires

Chez Simogo, les incessantes mises à jour d'iOS ralentissent le développement de nouveaux jeux

| 12/12/2017 07:00 | 28 commentaires

Le studio Simogo, créateur de quelques unes des plus belles perles vidéo-ludiques d'iOS (Kosmo Spin, Bumpy Road, Year Walk, DEVICE 6…) a décidé de mettre la pédale douce sur le développement mobile. Sur leur blog, Simon et Gordon les deux fondateurs de l'entreprise (Simo + Go) expliquent qu'ils vont se consacrer à la conception de jeux pour consoles. Et c'est un sacré retournement de situation !

Avant de lancer Simogo, en 2010, les deux compères développaient déjà des titres pour les consoles, mais c'était alors un cauchemar : il fallait jongler entre les problèmes techniques, les différentes certifications, les environnements de développement « primitifs », et même entre les différentes politiques des constructeurs.

Développer pour le mobile, et notamment pour l'iPhone, s'est rapidement révélé beaucoup plus facile. Mais ça n'est plus le cas aujourd'hui, se désolent-ils ; comme dans un mouvement de balancier, la conception de jeux mobiles est devenu, « pour de petits développeurs comme nous », plus difficile que pour les consoles.

« Lancer un jeu mobile nécessite de le prendre en charge perpétuellement, et c'est trop dur pour nous en ce moment » regrettent-ils. Des titres sortis en 2011 ou 2012 sont toujours mis à jour, pour le support du 64 bits ou de l'iPhone X par exemple.

Cette activité engloutit les maigres ressources du studio : en 2017, Simogo a passé le plus clair de son temps à mettre à jour ses vieux jeux mobiles afin qu'ils fonctionnent convenablement sur de nouvelles versions des systèmes d'exploitation, et sur de nouvelles définitions des appareils. En 2010, ils n'imaginaient pas que sept ans plus tard, ils auraient à mettre à jour d'anciens jeux.

La faute en revient, disent-ils, au propriétaire de la plateforme (Apple, en somme), qui ne montre « aucun intérêt dans la préservation des logiciels ». Simogo réfléchit donc au moyen de préserver les vieux titres, « car il est inévitable que nos jeux mobiles vont s'en aller dans un futur lointain, ou plutôt pas si lointain, alors qu'iOS et l'App Store ne cessent de chang...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Moon, une caméra de surveillance en lévitation

| 12/12/2017 00:09 | 23 commentaires

Toutes les caméras de surveillance ont tendance à se ressembler un petit peu… mais ce n’est pas le cas de la Moon. Cet appareil de surveillance prend en effet une forme étonnante, avec une boule en lévitation au-dessus d’une base. Ce design est non seulement futuriste, il a aussi au moins un avantage concret à l’usage : la caméra peut facilement tourner à 360° dans un silence parfait.

Ses concepteurs ont exploité au maximum cette fonctionnalité originale. Les microphones placés sur l’appareil savent localiser la provenance d’un son et la caméra se tourne automatiquement vers cette direction. L’utilisateur peut aussi diriger la Moon depuis un smartphone. Par ailleurs, tous les composants essentiels sont placés dans la boule flottante, y compris une batterie qui assure jusqu’à 5 heures d’autonomie, si vous voulez déplacer la caméra dans une autre pièce.

En bref, c’est une caméra connectée assez traditionnelle, avec une offre optionnelle de stockage dans le nuage, même si la Moon est plus ouverte que d’autres. Vous pourrez stocker les images gratuitement dans un cloud existant, que ce soit Dropbox, Google Drive ou encore One Drive. Mieux, du stockage intégré permet de stocker jusqu’à 12 heures de vidéo HD.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Ce nouveau produit n’est pas qu’une caméra, c’est aussi un accessoire de contrôle pour vos appareils connectés. La Moon est équipée de plusieurs capteurs (température, humidité, CO2) et ces données peuvent être exploitées dans le cadre d’automatisations domotiques. La caméra peut aussi servir de hub central pour contrôler d'autres appareils.

Elle est compatible avec les standards Zigbee, Zwave Plus et Bluetooth Smart, mais aussi avec HomeKit, Google Home et Alexa d’Amazon, mais encore avec certains constructeurs, comme Hue et Honeywell. Et dans certains cas, la caméra peut envoyer des commandes en infrarouge et contrôler climatiseur ou téléviseur.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

La Moon n’est pas encore commercialisée, ses concepteurs cherchent à financer sa production...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Selfissimo et Scrubbies, deux apps expérimentales de Google pour iOS

| 11/12/2017 23:15 | 2 commentaires

Google propose aux amateurs de photo et de vidéo deux applications expérimentales aux fonctions limitées mais amusantes. La première, Scrubbies, permet de créer en deux coups de cuillère à pot une animation en boucle. Le principe est simple : on enregistre un truc, on crée l'animation en glissant deux doigts, et on partage le résultat. Voici un fulgurant exemple de ce que cette app peut accomplir :

Selfissimo! est tout aussi sympathique : cette app enregistre des selfies à chaque fois que l'on prend la pose. L'intelligence artificielle de Google est ici à l'œuvre pour analyser la tête que l'utilisateur fait et elle appuie toute seule sur le bouton.

Les égoportraits, pris dans un joli noir et blanc, s'affichent sous la forme d'une pellicule photo que l'on peut ensuite partager avec les gens qu'on aime ou qu'on déteste. Ces deux applications s'appuient sur des technologies mises au point par Google et qui n'ont pas encore trouvé leur place au sein des applications plus classiques du moteur de recherche.

> Accéder aux commentaires

Google fournit un outil de jailbreak pour trouver des failles dans iOS

| 11/12/2017 22:49 | 20 commentaires

Ian Beer, membre du Project Zero mis en place par Google pour débusquer des failles de sécurité, a dévoilé une vulnérabilité d'iOS qu'Apple a bouchée avec la dernière version du système d'exploitation mobile. Cette brèche permet de déplomber tous les appareils sous iOS 11.1.2 ; le bidouilleur est parvenu à jailbreaker un iPhone 6s, un iPhone 7, ainsi qu'un iPod touch 6G.

Évidemment, il y a loin de la coupe aux lèvres et ce jailbreak n'est pas à la portée du premier venu. Il n'est d'ailleurs pas certain que l'opération rencontre tant de succès auprès du grand public, au vu de l'intérêt déclinant du jailbreak aujourd'hui, mais c'est un autre débat (lire : Le déclin du jailbreak se poursuit avec la fermeture de sources de tweaks).

Jailbreak d'un iPhone X sous iOS 11.1.1.

L'aspect le plus étonnant finalement, comme le souligne le site Motherboard, c'est que cet outil se destine d'abord aux chasseurs de bugs et aux chercheurs en sécurité. Plutôt étonnant : l'objectif de Project Zero est de sécuriser les logiciels, tout particulièrement ceux d'autres entreprises que Google. Pourquoi donc proposer un système qui permet à tout un chacun de trouver des failles (et le cas échéant, d'alimenter le business des failles de sécurité) ?

D'une part, il est de notoriété que l'iPhone est un des appareils grand public les plus difficiles à pirater. D'autre part, Google a expliqué que le but de Ian était de permettre à des chercheurs en sécurité informatique « d'explorer et de tester les mécanismes de sécurité d'iOS, sans avoir besoin de développer et de trouver leurs propres failles de sécurité ».

En bout de course, Google souhaite aider les chercheurs à trouver encore plus de bugs qui seront rapportés à Apple pour qu'ils soient éradiqués. Un vœu pieux ? Certaines agences de renseignement à trois lettres sont prêtes à dépenser beaucoup d'argent pour obtenir et exploiter ces vulnérabilités. Apple a bien mis en place un programme de récompenses, mais les sommes proposées par le constructeur sont bien maigres par rapport à celles que peuvent proposer ces officines.

> Accéder aux commentaires

Comment gérer le contenu de la section Regarder de l'application Apple TV ?

| 11/12/2017 21:00 | 10 commentaires

L'application Apple TV ne manque pas de bonnes idées. Outre le fait qu'elle agrège le contenu vidéo des services partenaires, elle peut tout à fait remplacer la grille d'apps de l'Apple TV, si on utilise le boîtier pour sa fonction de base à savoir la lecture de programmes TV. Sur sa page d'accueil, l'application TV présente tout en haut une section Regarder qui affiche les séries et les films que l'on suit tout particulièrement.

Cliquer pour agrandir

Le contenu de cette « étagère » se remplit automatiquement dès lors qu'on a mis un film sur pause ou lancé la lecture d'une série. Il est aussi possible de suivre un contenu en se rendant sur sa fiche et en cliquant sur l'option À suivre. En toute logique, cette option n'apparait que dans l'app TV.

Cliquer pour agrandir

La gestion des contenus présents dans l'étagère n'est pas forcément évidente au premier abord. Il faut en fait maintenir le clic de la télécommande sur une jaquette : au bout de quelques instants, on obtiendra des options supplémentaires.

Cliquer pour agrandir

À partir de ce panneau, il est possible d'afficher les détails du contenu (ce qui vous emporte vers la fiche du programme), de marquer l'épisode comme vu s'il s'agit d'une série, de supprimer l'épisode de la liste à suivre et de l'historique de lecture.

L'option Marquer l'épisode comme vu a un intérêt : elle force l'application TV à basculer vers le prochain épisode. La suppression de la liste à suivre efface le contenu de l'étagère (cette option ne supprime pas le film ou la série, uniquement sa présence dans l'étagère de l'app TV). Comme son nom l'indique, la dernière option supprime l'épisode ou le film de l'historique de lecture… ce qui a priori a le même effet que supprimer ce contenu de la liste À suivre.

Le coup du clic prolongé dans l'application TV ne concerne que les contenus présents dans l'étagère. Cette gestion du contenu est aussi dispo...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

GRID Autosport règle ses petits soucis de performances avec l'iPhone X

| 11/12/2017 20:00 | 13 commentaires

C'est incontestablement le jeu vedette de cette fin d'année : GRID™ Autosport a tout balayé sur son passage. La simulation de course automobile de Codemasters adaptée sur iOS par Feral est une vraie réussite, aussi bien en termes techniques que pour son modèle économique. Une fois payé 10,99 €, on se retrouve avec un jeu très complet qu'il est bien difficile de terminer, à moins d'avoir quelques jours de libre devant soi.

Seul hic, le titre souffrait de quelques soucis avec l'iPhone X, le smartphone chauffait plus que de raison, et on pouvait constater des chutes de framerate de temps en temps. C'était d'autant plus étrange que sur des appareils équipés d'une puce A10, ces désagréments n'existent pas. Mais peu importe, puisque le souci a été réglé : la version 1.2.1 du jeu optimise en effet les performances pour l'iPhone X. La traduction a aussi bénéficié d'une petit coup de pouce.

> Accéder aux commentaires

Apple confirme l'achat de Shazam

| 11/12/2017 18:07 | 65 commentaires

Apple achète Shazam, c'est maintenant officiel, comme la rumeur l'avait annoncé en toute fin de semaine dernière. Le communiqué habituel (« Apple achète de petites entreprises technologiques de temps en temps, et généralement nous ne révélons pas nos projets ») passe à la trappe, le constructeur se montrant un peu plus loquace cette fois.

Siri utilise déjà la base de données de Shazam pour retrouver une chanson.

Apple se dit en effet « enthousiaste » de voir Shazam et son « équipe talentueuse » rejoindre les rangs de Cupertino. Depuis le lancement de l'application sur l'App Store, celle-ci se place constamment dans les premières positions du classement de la boutique, félicite la Pomme.

Aujourd'hui, [l'application Shazam] est utilisée par des centaines de millions de personnes dans le monde, sur de multiples plateformes. Apple Music et Shazam vont bien ensemble, [les deux services] partagent la même passion pour la découverte musicale et pour offrir la meilleure expérience musicale à leurs utilisateurs.

Apple indique par ailleurs avoir des projets « excitants » en préparation. Étrangement, le constructeur indique attendre de recevoir le feu vert pour l'accord. Des régulateurs pourraient-ils se mêler de l'acquisition ? Apple semble le penser (Shazam est basé au Royaume-Uni). La mention des plateformes sur lesquelles Shazam est disponible est de bon augure : comme Apple Music, Shazam devrait donc toujours être disponible sur Android.

Cliquer pour agrandir

Le communiqué laisse aussi imaginer qu'Apple entend exploiter la fonction de base de Shazam, c'est à dire la reconnaissance musicale. Or, on sait que le service a aussi développé une technologie qui permet d'afficher du contenu en réalité augmentée après le scan d'un code.

Cela peut-être un mini-jeu ou des informations complémentaires, par exemple pour un film (on scanne un code présent sur l'affiche) ou une publicité. Comme on sait, la réalité augmentée est un des dadas d'Apple.

L'acquisition de Shazam est estimée à 400 millions de dollars, mais Apple n'en a rien dit. Si le montant du chèque est bien celui-là, c'est une affaire : en 2015, la dernière valorisation de l'entreprise dépassait le milliard de dollars.

> Accéder aux commentaires

App Store : le bannissement controversé des apps créées à partir de modèles

| 11/12/2017 17:57 | 27 commentaires

Apple a entrepris l’année dernière un grand ménage dans l’App Store pour « faciliter la découverte d’applications géniales ». Le tenancier de la boutique a commencé par retirer les applications qui ne fonctionnaient pas correctement et celles qui n’avaient pas été mises à jour depuis longtemps.

À la WWDC 2017, Apple a étendu son coup de balai aux « apps créées par des services vendant des modèles tout prêts ou qui se proposent de les générer eux-mêmes. » Cette nouvelle règle, inscrite dans le chapitre indiquant que les applications de l’App Store doivent être uniques et utiles, est en train de bouleverser tout un segment de la création d’apps.

L’équipe de validation de l’App Store a rapidement commencé à bannir des applications concernées. Faute de pouvoir continuer à proposer à ses clients la publication de leurs apps préfabriquées dans l’App Store, le service Shoutem a fermé.

« Bien que nous comprenons les intentions [d’Apple], l’approche générale qu’ils ont adoptée s’est avérée assez injuste pour nos clients professionnels qui construisaient en réalité des applications entièrement personnalisées sur notre plateforme et qui ne partageaient pas beaucoup de code commun avec les autres apps basées sur notre solution », a déclaré le CEO de Shoutem à TechCrunch.

Un service affecté dresse un parallèle avec le web : selon lui, c’est comme si un hébergeur refusait d’accueillir des pages web parce qu’elles ont été créées avec un modèle WordPress ou Wix.

Shoutem

Les acteurs du milieu font aussi remarquer qu’Apple envoie des signaux contradictoires. Le service ChowNow, qui permet aux restaurants de créer leur propre app sans connaissance en programmation, était pendant un temps présenté par Apple comme un exemple à suivre car il était l’un des premiers à prendre en charge Apple Pay. Sauf qu’à partir du 1er janvier 2018, ses apps ne seront plus acceptées par Apple. D’autres services qui avaient eu un sursis feront face au même mur dans trois semaines.

À l’opposé, Apple encourage les entreprises à créer des applications en se basant sur les modèles de la plateforme...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

iOS réduirait la vitesse des iPhone 6s à la batterie vieillissante

| 11/12/2017 17:15 | 147 commentaires

La dégradation plus ou moins marquée des performances d'un iPhone 6s avec iOS 11 pourrait être liée à sa batterie. C'est ce que laisse entendre un utilisateur qui s'en est épanché sur Reddit. Des remarques qui ont entrainé de nombreuses réactions faisant état d'observations similaires.

iPhone 6s

Après avoir mis à jour son iPhone 6s avec iOS 11, "TeckFire" a vu que son 6s était nettement plus lent que le 6 Plus de son frère. La batterie de son 6s n'étant plus de la première fraîcheur, il l'a remplacée, non sans avoir réalisé préalablement un test de performances avec Geekbench.

Avant l'intervention, le logiciel a affiché les scores de 1 466 (single core) et 2 512 (multicore). Avec sa nouvelle batterie, les valeurs sont remontées à respectivement 2 526 et 4 456 (ce qui correspond à la moyenne de ce modèle lorsqu'il est neuf). L'autre observation que l'on peut tirer, cette fois avec l'utilitaire

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Ethereum : un imposteur grimpe au classement de l'App Store [màj]

| 11/12/2017 15:20 | 16 commentaires

L'essor des crypto-monnaies ces dernières semaines a poussé ces actifs extrêmement volatils sur le devant de la scène. Certes, il y a le Bitcoin qui a grimpé de manière spectaculaire sous le coup de la spéculation, mais d'autres devises dématérialisées sont aussi sur le marché comme l'Ethereum.

Certains petits malins profitent de l'engouement pour tromper ceux qui voudraient tenter une bonne affaire : on trouve ainsi sur l'App Store l'application MyEtherWallet, qui caracole en tête du classement des apps payantes (aux États-Unis du moins, elle pointe à la troisième position du top des apps Finance).

Vendue 5,49 €, cette app a tout du portefeuille classique de gestion d'Ethereum, sauf qu'elle n'est pas du tout affiliée à MyEtherWallet.com, une des plateformes en ligne les plus populaires pour gérer ses paquets de crypto-monnaies. Le service, qui ne propose pas d'application iOS, a prévenu Apple de l'usurpation d'identité, mais au moment d'écrire ces lignes l'app est toujours disponible.

L'application MyEtherWallet a été lancée le 29 novembre, à un moment particulièrement opportun, en plein emballement autour du bitcoin. Elle a été développée par Nam Le, qui a à son actif un jeu à base de panda et un compteur pour Apple Watch. Pas vraiment un spécialiste des crypto-monnaies donc, ce qui incite encore plus à la prudence.

Mise à jour — L'application a été retirée de l'App Store.

> Accéder aux commentaires

Pages