Apple, Samsung, Microsoft et Google s'engagent contre le vol de smartphones

Les smartphones sont l'une des causes principales de la montée des violences dans les grandes villes, du moins américaines. Les voleurs prennent pour cible les propriétaires d'iPhone et de mobiles Android les plus cotés, et tentent ensuite de les revendre au plus offrant même si les solutions antivol sont de plus en plus nombreuses. Avec iOS 7, Apple a mis au point la fonction de verrouillage d'activation, qui réclame l'identifiant et le mot de passe du propriétaire de l'iPhone, même si le smartphone volé a été restauré.

Ce verrouillage est secondé par le service Localiser mon iPhone, qui permet non seulement de repérer le terminal perdu ou volé, mais aussi d'en effacer les données à distance. Ces deux fonctions sont optionnelles, mais, semble-t-il, largement employées par les possesseurs d'iPhone (lire : Un procureur demande à Apple d'activer son Activation Lock par défaut).

Histoire d'enfoncer le clou et de prouver qu'Apple prend décidément l'affaire très au sérieux, le constructeur a signé un « engagement volontaire » contre le vol, en compagnie de plusieurs autres fabricants de smartphones. La cause va au-delà des bisbilles actuelles, puisqu'on trouve dans la liste des signataires Samsung, Motorola, Microsoft, Nokia, Google, HTC, ainsi que les principaux opérateurs américains. L'idée est de réduire l'épidémie de vols de smartphones qui plombe les statistiques de la police.

Cette entente engage ses membres à plusieurs obligations. La première est de pouvoir effacer à distance les données sur le smartphone volé ou perdu, avec l'assentiment de l'utilisateur légitime évidemment; de rendre le mobile inopérant en cas de vol; d'empêcher la réactivation sans l'autorisation du propriétaire; et enfin de réactiver un smartphone et d'en restaurer les données (via une sauvegarde dans le nuage) si celui-ci est récupéré par son utilisateur légitime.

La plupart de ces engagements sont déjà tenus par Apple, mais ça n'est pas nécessairement le cas des autres constructeurs (ça n'est que très récemment que Google a mis au point son propre service de localisation de mobile perdu). Si tout le monde s'y met, les voleurs à la tire n'auront plus aucun intérêt à subtiliser les smartphones, puisqu'ils sauront qu'ils n'ont plus aucune valeur à la revente.

S'il convient de saluer ce bel effort d'ensemble, certains demandent à l'industrie de la téléphonie d'aller encore plus loin. Le sénateur de Californie Mark Leno explique à Re/code que si cette volonté toute neuve est louable, elle reste insuffisante à ses yeux pour arrêter l'épidémie de vols. « Il y a seulement quelques semaines [l'industrie de la téléphonie] jurait que l'approche qu'elle prend aujourd'hui était infaisable et contre-productive. Même si je salue ce changement d'attitude si rapide, l'activation optionnelle n'est pas la bonne approche ». Comme d'autres législateurs, Leno réclame l'activation par défaut de ces solutions. Cela finira sans doute par arriver.

L'iPhone aurait-il pu avoir un trackpad ?

Le bouton d'accueil de l'iPhone tel qu'on le connaît aurait pu être très différent. La confidence provient de Charles Ahn, CEO de CrucialTech, un fournisseur de capteurs tactiles pour une bonne partie de l'industrie du smartphone. L'anecdote, racontée durant la réunion annuelle des actionnaires de l'entreprise, revenait sur une réunion avec Steve Jobs et les dirigeants du constructeur, avant le lancement de l'iPhone 3G (en juillet 2008). Ahn voulait vendre au fondateur d'Apple un bouton-trackpad, le même qui équipait à l'époque de nombreux BlackBerry, smartphones HTC, LG et Samsung.

« Tous les responsables d'Apple en charge des appareils tactiles aimaient l'idée d'installer [le trackpad] dans le bouton d'accueil de l'iPhone 3G », assure-t-il. Cela aurait « complètement changé l'interface utilisateur de l'iPhone », et pour cause : s'il paraît difficile d'imaginer un curseur de souris se baladant dans l'iPhone OS de l'époque, la présence d'un tel trackpad aurait eu des répercussions profondes sur la sélection des menus. « Steve Jobs, qui décidait de tout ce qui touchait à l'iPhone 3G, a rejeté cette offre à la dernière minute ».

Difficile de savoir quelle est la part d'esbroufe dans ce témoignage, qui sort de la bouche de celui qui a vu s'échapper le juteux contrat des capteurs d'empreintes digitales du Galaxy S5… Une belle histoire impliquant Steve Jobs est un écran de fumée idéal pour faire oublier aux analystes et aux investisseurs un contrat loupé.

[Via : Patently Apple]

Tags:

Galaxy S5 : Paypal tempère sur les lacunes du capteur d'empreintes

Paypal a répondu à la vidéo montrant le fonctionnement du détecteur d'empreintes du Galaxy S5 et le reproche qui lui est fait de ne pas se tourner vers un déverrouillage par mot de passe dans certaines circonstances. Pour faire court, si l'on éteint son Galaxy, au redémarrage c'est toujours un déverrouillage par empreinte qui est proposé alors qu'un iPhone 5s bascule en mode mot de passe, plus contraignant mais plus sûr.

Et puisqu'il est - relativement - aisé de dupliquer une empreinte (vidéo), un aigrefin particulièrement motivé pourra aller effectuer des transactions avec l'app de Paypal de la victime. Cette application a été adaptée - à l'occasion de la sortie du S5 - pour fonctionner avec le capteur d'empreintes (lire Galaxy S5 : une reconnaissance d'empreinte plus légère sur la sécurité).

Paypal explique qu'il « prend très au sérieux les observations de Security Research Labs » mais pour le spécialiste du paiement en ligne « l'identification par empreinte offre un accès plus sûr et plus simple pour payer depuis un mobile qu'avec un mot de passe ou une carte de crédit ». Sur le fait que la méthode de Samsung ne s'embarrasse pas d'une étape d'identification supplémentaire en cas de redémarrage (suite un vol du terminal par exemple), aucun commentaire.

Paypal explique par ailleurs qu'il dispose de quelques parades pour prévenir d'une fraude. D'abord son système utilise une clef de chiffrement qui est déverrouillée lorsque l'empreinte est reconnue. L'empreinte n'est pas vue ni stockée par l'app mais la clef peut être rendue inopérante à tout moment par Paypal. Enfin, Paypal s'appuie sur les outils antifraude de son service et de conclure qu'il propose une assurance en cas d'achats frauduleux…

Alpine proposera des kits CarPlay fin 2014

Après Pioneer, c'est Alpine qui annonce l'arrivée en fin d'année de kits CarPlay aux Etat-Unis et en Europe. Ces équipements automobiles compatibles avec iOS 7 sur les iPhone avaient été évoqués hier. Ils pourront doter un véhicule quelconque du nouveau système de communication d'Apple pour gérer ses messages, ses appels, sa musique ou encore Plans via Siri et sur le tableau de bord.

Le responsable technique de la marque, Hirofumi Morioka rappelle que son entreprise propose depuis dix ans déjà des matériels compatibles avec ceux d'Apple et que ceux à venir s'inscrivent dans une suite logique d'intégration de l'iPhone. Par contre, aucun détail sur les tarifs ni sur la compatibilité des matériels existants. La rumeur d'hier parlait de solutions entre 500 et 700$.

Pioneer, ce soir, a donné plus d'informations sur le sujet. Des mises à jours firmwares vont être distribuées cet été pour ses modèles AVIC-F60DAB, AVIC-F960DAB, AVIC-F960BT, AVIC-F860BT et AVH-X8600BT déjà commercialisés à respectivement 1190€, 899€, 849€, 699€ et 679€.

Sur le même sujet :
- Pioneer se lance officiellement sur la route de CarPlay

Des maquettes d'iPhone 6 chez les accessoiristes asiatiques

Les fuites autour de l'iPhone 6 continuent de pousser comme de la mauvaise herbe dans le jardin d'Apple. Après les prédictions de Ming-Chi Kuo, la rumeur d'une sortie en décalé des deux modèles, des schémas et des moules, on trouve cette fois des étuis et des mock-ups du futur smartphone en abondance à la Foire de l'électronique de Hong Kong. Ce salon, qui se tient jusqu'à demain, est un des lieux privilégiés des fabricants d'accessoires asiatiques pour présenter leurs nouveautés.

Clic pour agrandir

Il est difficile de dire s'il s'agit du modèle de 4,7 pouces ou de 5,5 pouces (voire les deux) qui est présenté dans la vidéo et les photos mises en ligne par Macotakara. Mais il est clair que les accessoiristes semblent désormais suffisamment sûrs de leur fait pour lancer la production de leurs étuis, qui inonderont le marché dès qu'Apple lancera sa nouvelle génération.

Tags:

CopyTrans Manager 1.0 : synchronisation entre iPhone et PC

Les outils permettant de transférer le contenu d'un iPhone vers un PC sans passer par iTunes sont légion. CopyTrans Manager peut se vanter d'avoir accompagné les utilisateurs Windows dès 2007. C'est donc un vieux de la vieille qui refait parler de lui aujourd'hui, au travers d'une version… 1.

Clic pour agrandir

L'application éditée par WindSolutions était jusqu'à présent proposée dans des versions 0.x. Sept ans après le lancement de la mouture 0.51, il était donc temps de se lancer finalement dans le grand bain. Les nouveautés du logiciel se concentrent tout particulièrement sur son interface. Du « métal brossé » façon iTunes des débuts, le design du logiciel embrasse dans cette v1 des canons esthétiques plus en accord avec iOS 7.

Pour le reste, CopyTrans Manager conserve ses principaux points forts, à savoir l'ajout et la suppression de morceaux musicaux, de vidéos et d'applications. Il est possible de créer, gérer et supprimer les listes de lecture, d'éditer les tags ID3, ajouter des pochettes, consulter les contenus via le lecteur intégré… On y retrouve aussi la gestion d'un terminal iOS sans synchronisation depuis Windows (à partir de XP).

Le logiciel assure le support de tous les modèles d'iPhone, d'iPod et d'iPad, sous n'importe quelle version d'iOS. CopyTrans Manager coûte 14,99 euros, une version démo est disponible sur le site de l'éditeur.

iTunes Radio : Apple prépare un lancement outre Manche

iTunes Radio n'aura jamais été aussi proche de la France… même si pour le moment, le service de radios personnalisées semble surtout s'intéresser à la Grande-Bretagne ! Paul Wright, un des directeurs d'iAd pour l'Europe, a récemment rendu visite à des agences marketing outre Manche, afin de discuter d'iTunes Radio. L'info tient sur la tranche d'un tweet d'Hannah Allen, responsable marketing pour l'agence OMD basée à Londres. Évidemment, la rencontre n'a pas été officialisée du côté d'Apple.

Paul Wright a justement été directeur numérique chez OMD, un poste qui va certainement aider les relations à venir avec Apple. Cette agence n'est d'ailleurs pas inconnue des services de Cupertino : OMD a géré les portefeuilles de Pepsi et de Nissan lors du lancement d'iTunes Radio en septembre dernier (lire : Radio iTunes a rempli ses premiers objectifs publicitaires).

Actuellement, iTunes Radio est disponible aux États-Unis et en Australie. Il arrive parfois que le service apparaisse par inadvertance en France, mais rien ne sort des stations du service.

[Via : 9To5 Mac]

Pioneer se lance officiellement sur la route de CarPlay

Il ne sera pas utile de changer de voiture pour utiliser CarPlay. Les vieux bazous y auront droit également. La rumeur a couru hier qu'Alpine Electronics allait lancer une gamme de consoles CarPlay à installer dans sa voiture, pour des prix allant de 500 à 700$ (lire : Des systèmes CarPlay en vente dès cette année ?).

La console AVIX-8000NEX avec le support de CarPlay - Clic pour agrandir

C'est aujourd'hui au tour de Pioneer d'annoncer officiellement le support de CarPlay dans sa famille NEX 2014, qui seront compatibles avec le système d'Apple via une mise à jour de leurs firmwares prévue cet été. Dans le détail, ce sont les stations AVIC-F60DAB, AVIC-F960DAB, AVIC-F960BT, AVIC-F860BT et AVH-X8600BT qui sont concernées; une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont investi entre 679 et 1 190 euros dans ce type de consoles aux écrans tactiles. Petite indiscrétion supplémentaire : le communiqué en français liste parmi les fonctions de CarPlay le support d'iTunes Radio… toujours pas disponible en France. Peu après l'annonce de CarPlay en mars dernier, Pioneer avait laissé entendre qu'il pouvait se lancer sur ce marché.

Le communiqué de presse du fabricant confirme au passage qu'Apple autorise bel et bien l'intégration de CarPlay dans les systèmes embarqués. Une position souple inhabituelle pour le constructeur de Cupertino, qui semble vouloir lâcher la bride sur ce marché (comme on l'a d'ailleurs vu avec (lire : les différents types d'interaction entre le conducteur et CarPlay).

Les bons tuyaux du jour sur l'App Store

Tous les jours, l'équipe d'iGen.fr vous propose une sélection des meilleures promos disponibles sur l'App Store. Si vous en trouvez d'autres, n'hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Les apps en promo

Anglais Business

Prix : 0,89 € (5,49 €)

Pour : iPhone/iPad

Description : Anglais Business permet d'apprendre l’anglais des affaires, utilisé dans le monde du travail, grâce à une méthode très efficace, conçue pour les personnes qui n'ont pas beaucoup de temps.

Autres promotions du jour

- The Shadow Sun - iPhone/iPad - 4,49 € (achats in-app) - Jeu de rôle et d’action occidental.

- Contrôle à distance iTeleport - iPhone/iPad - 8,99 € - Permet le contrôle de votre ordinateur à distance.

- Weather Now - iPhone/iPad - 0,89 € - Observons le temps et les températures de la terre.

- iFiles - iPhone/iPad - 0,89 € - Gestionnaire de fichiers.

- Sid Meier's Pirates! for iPad - iPad - 1,79 € - Passionnante aventure en haute mer qui permet aux flibustiers en herbe de prendre la barre de l'un des 27 navires.

Toujours en promo

- Printer Pro iPhone - iPhone - Gratuit - Compagnon sur iOS de votre imprimante Wi-Fi.

- Nikon Camera Bible - iPhone/iPad - Gratuit - Contient de nombreuses informations sur la marque "Nikon".

- Alhambra Game - iPhone/iPad - 2,69 € - Gérer votre ville.

iRonfle - SnoreLab - iPhone/iPad - Gratuit - Enregistrez, mesurez et réduisez… vos ronflements.

- 1Password - iPhone/iPad - 7,99 € - Gestionnaire de mots de passe.

- Mikey Hooks - iPhone/iPad - 0,89 € (achats in-app) - Courez, sautez et ramassez les pièces!

- Adobe Photoshop Touch for phone - iPhone - 1,79 € / Adobe Photoshop Touch - iPad - 4,49 € - Profitez des fonctions de création ludiques du logiciel Adobe® Photoshop®

- Feed Me Oil 2 - iPhone/iPad - 0,89 € (achats in-app) - Vous devez acheminer du pétrole dans la mâchoire béante de monstres surréalistes.

- Scanner Pro by Readdle - iPhone/iPad - 2,69 € (achats in-app) - Cet utilitaire transforme n’importe quel iPhone, iPod touch ou iPad en scanner de documents et photos. L’application exploite la caméra à l’arrière des appareils et surtout applique un traitement sur l’image obtenue pour l’optimiser.

- Scanner Pro by Readdle - iPhone/iPad - 2,69 € (achats in-app) - Cet utilitaire transforme n’importe quel iPhone, iPod touch ou iPad en scanner de documents et photos. L’application exploite la caméra à l’arrière des appareils et surtout applique un traitement sur l’image obtenue pour l’optimiser.

- iDisplay - iPhone/iPad - 2,69 € - Transformez votre iPad, iPhone ou iPod Touch en moniteur supplémentaire pour votre ordinateur Mac ou Windows.

Vous êtes développeur d'une application et votre application baisse de prix ? N'hésitez pas à nous contacter.

Les promotions ci-dessus sont affichées aux prix à l'heure d'écriture de l'article, il se peut que le prix varie à la lecture de l'article.

Des photos du smartphone d'Amazon multicaméras

Un prototype du smartphone d'Amazon apparaît pour la première fois en photos. BGR a obtenu des clichés où le terminal voit ses formes cachées à l'intérieur d'une protection, mais on distingue le système de multiples caméras disposées en façade (lire Le smartphone à "écran magique" d'Amazon dévoilé en juin).

Le téléphone, enfermé dans une housse qui masque ses lignes exactes - Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

L'analyste Ming-Chi Kuo avait évoqué six caméras en mars dernier, le Wall Street Journal parlait récemment de quatre, c'est à nouveau le nombre de six qui est évoqué. La caméra arrière serait une 13 mpx et les quatre logées dans les coins seraient des modèles infrarouges de faible puissance. S'y ajoute une caméra frontale classique.

Cliquer pour agrandir

Les quatres placées dans les coins sont là pour suivre la position du regard de l'utilisateur et générer un affichage avec un effet de profondeur. Ces effets devraient s'appliquer à des éléments d'interface basiques comme les fonds d'écran (on le connaît d'une certaine manière avec iOS 7) et au sein d'applications comme celles de cartographie ou pour les articles en vente dans les différentes boutiques d'Amazon qui gagneraient un peu de volume. Les développeurs disposeront aussi d'API pour faire profiter leurs logiciels de cet affichage particulier.

Ce modèle serait d'abord réservé aux États-Unis (le Wall Street Journal parlait d'une annonce en juin et commercialisation en septembre) et un modèle plus abordable financièrement suivrait dans un second temps.

Tags: