Covid-19 : ce test de dépistage à usage unique intègre une puce ARM et le Bluetooth

Mickaël Bazoge |

Pour le meilleur comme pour le pire, les tests de dépistage de la Covid-19 sont devenus des objets du quotidien, alors pourquoi pas en faire une version connectée ? Le kit conçu par Ellume, que l'on peut trouver aux États-Unis, fonctionne avec une application mobile qui indique le résultat suite au prélèvement nasal testé par un boîtier connecté en Bluetooth.

Le fonctionnement est simple, il suffit de déposer le prélèvement dans l'orifice du boîtier, on appuie sur le bouton et il faut attendre que la bande de test fasse son travail. Les informations sont ensuite envoyées à l'app à qui il revient de donner, dans les 15 minutes, la bonne ou la mauvaise nouvelle. Le test répond aux exigences des autorités sanitaires américaines, il est fiable à 96% selon son fabricant.

Le boîtier en question.

Le test est aussi à usage unique, ce qui interroge sur le gaspillage de technologies qui entrent dans la conception du boîtier. Ellume a intégré sur une carte-mère deux LED, deux capteurs de lumière, une antenne pour le Bluetooth, le tout fonctionnant grâce à une puce Nordic qui n'est autre qu'une puce ARM, d'après le démontage réalisé par @Foone.

Image : F-Secure.

La puce embarque un Cortex-M4 fonctionnant à 64 MHz, 192 Ko de stockage, 24 Ko de RAM, ainsi qu'un émetteur-récepteur 2,4 GHz. Le genre de composants que l'on peut acheter 3,85 $ pièce, et même moins cher si on en prend un lot de 1 000 unités (le tarif descend alors à 1,925 $). Et sinon, est-ce qu'on peut jouer Doom avec ? Hélas, non1. En dehors de l'absence de l'écran, il n'y a pas assez de mémoire vive (par contre, c'est suffisant au niveau du CPU !). Il y a toutefois un espoir, puisqu'on peut se brancher à la puce via une interface SPI ou I2C…

La carte-mère du test de dépistage, à l'avant…
… et à l'arrière.

Un des intérêts de ce kit de test, c'est qu'il est possible d'envoyer depuis l'application un certificat indiquant le statut de l'utilisateur, sachant que le produit a été validé par le CDC. Il règle aussi des problèmes potentiels avec les tests traditionnels (erreurs humaines, mauvais timing, difficulté de lecture du résultat…). Néanmoins, difficile de ne pas penser que ce produit est un rien surdimensionné pour un usage unique.

Par ailleurs, et comme pour tout ce qui a un lien avec l'informatique, il est possible de hacker le bazar comme le démontre F-Secure, pour créer des faux positifs (ou négatifs, pour le coup).


  1. C'était en revanche possible sur un test de grossesse que le même @Foone avait démonté ! Lire : Et pourquoi pas Doom sur un test de grossesse  ↩︎


Tags
avatar Lu Canneberges | 

Quel gaspillage >< Si c’était pour un appareil en pharmacie qui fait 50 tests par jour, super ! Mais là c’est une aberration…

avatar Godverdomme | 

Dixit les gens qui s'extasient devant la société qui a réussi sa mission de remplacer tous les écouteurs filaires qui durent des annes, par des doubles écouteurs avec batterie, et en plus une batterie dans la boite, c'est ca?

C'est facile de regarder le gaspillage des autres en ignorant le sien

avatar Nico_Belgium | 

@Godverdomme

Complètement hors sujet et absurde comme raisonnement…

avatar Godverdomme | 

J'écoute ton raisonnement logique sur l'écologie des écouteurs.
Pour le côté hors sujet c'est pas faux.

avatar Nico_Belgium | 

@Godverdomme

Je ne prétend pas que les écouteurs sont écologiques.

Cela étant je suis pas sûr que ce soit moins écologique que des écouteurs filaires qui dans 90% des cas finissaient également à la poubelle au bout de X ans parce que fils tordus (je parle d’expérience).

Mais qu’on parle d’écouteurs filaires ou Bluetooth, c’est complètement absurde d’aller comparer ça à un test à usage UNIQUE.

Par définition, 90% des objets fabriqués aujourd’hui sont jetables. L’échelle de valeur consisterait plutôt à se demander:
- au bout de combien de temps le produit sera en fin de vie
- quelle est la difficulté de les désosser / réutiliser et la probabilité que ce soit fait.

Si les AirPods sont perdants sur le second point, un test Covid qui sera utilisé une fois et puis jeté est perdant sur les deux.

Donc la conclusion et le rapprochement est complètement absurde…

avatar Godverdomme | 

Les écouteurs bluetooth remplacent des écouteurs qui tiennent des années et qui sont passifs comme par des écouteurs avec trois batteries! !!
La batterie tombe tu remplaces, cela est donc a mettre dans le panier des débilités marketing.
Il y a donc un minimum de comparaison.

Et a propos de comparaison, essayer de nier un problème parce-que un autre est pire est une belle débilité aussi.

C'est comme dire que l'on peut abattre la forêt de mon village parce-que de toutes façons la forêt amazonienne est en train d'être coupée et c'est plus important.

Enfin, je te souhaite une bonne soirée

avatar Nico_Belgium | 

@Godverdomme

Je nie rien du tout, je dis juste que ça n’a strictement rien à voir…

Et à titre personnel, je n’ai jamais réussi à garder une paire d’écouteurs filaires plus de 3 ans. Le câble finissait par se tordre et j’étais bon pour racheter une paire.

En revanche j’ai un casque Bluetooth Bose depuis 4 ans, il fonctionne toujours comme au premier jour.

avatar fte | 

@Nico_Belgium

"Le câble"

Se change. Si on choisit bien son casque filaire.

avatar Nico_Belgium | 

@fte

Sur certains modèles oui mais c’était loin d’être sur la majorité du marché 😉 je dis juste que faire croire que les écouteurs filaires étaient écologiquement sans reproche, j’ai quand même de très gros doutes.

avatar baptistecanazzi | 

Usage unique ? Ils sont sérieux ? À quel point faut il être déconnecté des enjeux écologiques pour oser mettre sur le marché un produit pareil ?

avatar xDave | 

@baptistecanazzi

Les mecs qui n’ont toujours pas compris après 2 ans de pandémie.

avatar RonDex | 

@xDave

Quand c’est des dispositifs avec des tests par chromatographie comme de nombreux tests, comme les tests de grossesse, OK. Mais là, il y a de l’électronique. En plus des problèmes écologiques, il y a un problème de pénurie de composants.

avatar fte | 

@baptistecanazzi

Une seule raison : vendre plus cher, augmenter les profits.

avatar 33man | 

C’est pas déjà le cas pour les tests de grossesse ? On nous vends des téléphones sans chargeurs en prétextant l’écologie, et d’un autre côté on nous sort ça ??? Lol

avatar zoubi2 | 

@33man

"La puce embarque un Cortex-M4 fonctionnant à 64 MHz, 192 Ko de stockage, 24 Ko de RAM, ainsi qu'un émetteur-récepteur 2,4 GHz"

Il y a ça dans vos tests de grossesse ??

avatar bubu16 | 

@zoubi2

Pire : il y’a un lecteur de bande optique des tests normaux, et qui pourrait très bien être réutilisable 😅

avatar 33man | 

@zoubi2

Non moins, mais bon c’est surtout le principe… 8-bit Holtek microcontroller with 64 bytes of RAM, capable of running at either 4Mhz or 8Mhz

https://www.theverge.com/tldr/2020/9/4/21422628/digital-pregnancy-test-teardown-processor-ram-ibm-pc

avatar fte | 

@zoubi2

"Il y a ça dans vos tests de grossesse ??"

Non, plutôt un vieux coeur x86 de 30 ans à 12 MHz avec 128 bytes de RAM data et 256 bytes de RAM étendue, une flash de 8K, un ADC, un SPI, quelques pins analogiques… gravé en 120 nm.

avatar socotran77 | 

Non mais vraiment ! On croit rêver !!!
Ma pharmacienne m'a testé avec juste 2/3 gouttes de produits alors qu'elle est l'interêt d'un tel gaspillage !!!!! Faut arrêter la !

avatar anonx | 

Faut en terminer avec ce pays sérieux 🙄

avatar Dylem | 

Gaspillage qui n'apporte rien du tout.
Les tests sans électronique sont tout aussi clairs et rapides.

avatar totoguile | 

Ca me fait penser aux tests de grossesse, cf. https://www.youtube.com/watch?v=N1x8HnousXg de deus ex silicium

avatar misterbrown | 

@totoguile

Pareil ;)
Le test numérique qui était juste une lecture optique de la bande de test

avatar totoguile | 

complètement inutile...

avatar 421 | 

@totoguile

Exactement, du gros gaspillage financier et écologique…

avatar DarKOrange | 

Vivement que le réchauffement mette fin à cette civilisation on ne mérite pas d’être sur cette terre

avatar marenostrum | 

le réchauffement est bidon en fait, c'est la manque des matières premières qui va jouer à coup sûr par contre. mais ils l'ont senti et ils vont s'occuper d'eux-mêmes maintenant pour ralentir le tout.

mais vu que pas tout le monde est au courant de ce qui se passe, on trouve encore des gens qui fabriquent des choses comme ça. sont en retard.

avatar Dylem | 

"le réchauffement est bidon en fait"

Merci Jean-Michel climatologue.

avatar Paul Position | 

@DarKOrange

Moi, si.

avatar beteldor | 

A usage unique, donc on jette même la pile intégrée à la poubelle ? Au secours.

avatar noodles73 | 

In September 2021, we noted an increased chance that Ellume COVID-19 Home Tests from specific lots may provide an incorrect positive result. Following a thorough investigation, we isolated the cause and confirmed that this incidence of false positives is limited to specific lots.

Et en plus ça marche pas ! Le top ce test

avatar osxkiller92 | 

@noodles73 relis bien la fin…

avatar julien74 | 

Si encore le bazar était en 2 parties: une partie CPU/radio qui était réutilisable
Et une partie qui reçoit le prélèvement (et qui là, ça serait logique de le changer)

Ça pourrait s’entendre. Ça permettrait de simplifier les auto tests et donc en faire plus régulièrement, et donc pouvoir prendre des mesures en cas d’infection (plutôt que être asymptomatique et contaminer sans le savoir).
Ça aurait un intérêt sanitaire (si la partie à usage unique est très limitée en déchet)

avatar Gabzer | 

Et après on a une pénurie de Raspberry Pi parce qu’on manque de composant. Si il n’y avait pas du gaspillage à outrance comme ça …

avatar marenostrum | 

celui là a payé plus cher le composant que le fabricant de raspberry pi (qui paye le plus l'a en premier). surement ce truc coutera plus cher que le petit boitier.

avatar fte | 

@Gabzer

"Si il n’y avait pas du gaspillage à outrance comme ça …"

Tu ne voudrais pas d’un RPI avec 24K de RAM et 64 MHz. Sans ce gaspillage il n’y aurait pas plus de RPI en stock.

Mais je comprend ce que tu voulais dire.

D’autant que des RPI, j’en ai plusieurs et plein d’usages concrets et d’idées d’usages.

Ça et des Arduino.

Mais je suis un peu contrarié par les disponibilités de composants.

avatar Gabzer | 

@fte

Oui je ne parle pas des specs mais bien des composants qui malgré leur faible puissance utilisent les matériaux nécessaire à de plus gros composants.. mais je pense qu’on est en accord avec nos idée 😉

avatar fte | 

@Gabzer

"utilisent les matériaux nécessaire à de plus gros composants"

Actuellement en électronique, ce n’est pas tant les matériaux qui posent problème que les capacités de production. Hormis les wafers ultra haute pureté, il n’y a pas de manque majeur. Les usines tournent à pleine capacité.

avatar lmouillart | 

Bof, ça me fait le même effet quand je vois les ~6000 à 9000 batteries d'accumulateurs : https://www.meilleure-innovation.com/wp-content/uploads/2020/04/batterie-tesla-electrode.jpg type 18650 : https://www.automobile-propre.com/wp-content/uploads/2019/06/tesla-battery-cell.jpg dans une seule voiture pour faire 10-20km à 30km/h de moyenne 200 jours dans l'année pour faire du pendulaire périurbain. Chacun son seuil de tolérance au gaspillage...

avatar xDave | 

@lmouillart

👍🏽

avatar bibi81 | 

Chacun son seuil de tolérance au gaspillage...

Tu as le seuil bien mal placé ;) La Tesla et plus généralement les véhicules électriques ont au moins l'avantage de supprimer une pollution à l'usage.
Là dans le cas présent ce n'est qu'un ajout de pollution sans aucune contrepartie écologique.

avatar debione | 

@ bibi81:

Tu veux dire qu'à l'usage, il n'y a pas de pollution du aux pneus (principale source de pollution aux micro-plastique en occident), pas de pollution du à la construction des routes et leurs entretient, pas de pollution du à la construction des parking et garage, pas de pollution engendrée par la production et l'acheminement de l'électricité, etc etc?
Bizarre comme vision de "pas de pollution à l'usage"...

avatar bibi81 | 

Bizarre comme vision de "pas de pollution à l'usage"...

Fait un effort de lecture, ce n'est pas ce que j'ai écrit... Je vais t'aider : "les véhicules électriques ont au moins l'avantage de supprimer une pollution à l'usage"

avatar fte | 

@lmouillart

"Chacun son seuil de tolérance au gaspillage..."

Une alternative est, sur 10 ans, plus de 3 tonnes de carburant fossile, hautement raffiné depuis 8 tonnes de pétrole plus autres chimies. 3 tonnes qui se retrouvent dans l’atmosphère sans recyclage possible, alors que les batteries sont réutilisables pour des installations fixes et recyclables au moins en partie.

Je ne sais pas si c’est préférable.

avatar lmouillart | 

Une alternative est aussi : vélo, moto, pieds, ou voiture plus sobre en termes d'utilisation de batteries.
La partie importante étant "une seule voiture pour faire 10-20km à 30km/h de moyenne 200 jours". 100 à 200km d'autonomie pour des trajets quotidiens étant très largement suffisant.
Les balades pouvant être effectuées avec des véhicules de location.
En cas contraire on va donc avoir 500kg de batterie qui ne servent à rien.

Ce n'est pas tellement grave, c'est juste que le mur dans le domaine de électrique arrivera encore plus vite.

avatar fte | 

@lmouillart

"Une alternative est aussi : vélo, moto, pieds, ou voiture plus sobre en termes d'utilisation de batteries."

20 km tous les jours en campagne en plein hiver : vélo : nope, moto : c’est ce que je chevauche si la route est practicable, voiture plus sobre : que quoi ?, toutes les voitures électriques ont à peu de chose près la même conso au kilomètre, Tesla ayant un léger avantage sur ce plan. Et btw, c’est plus le choix d’électricité qui importe ici, en ce qui me concerne 100% renouvelable et local, hydraulique et solaire.

Ma moto consomme plus que ma voiture.

avatar lmouillart | 

Je parlais de moyen de transports électriques, moto y compris.
Le problème n'est pas seulement un problème de consommation mais d'utilisations de ressources. Une batterie avec 3 fois plus de cellules consomme mécaniquement au moins 3 fois plus de ressources pour créer ces cellules. Les batteries des Telsa par exemple sont surdimensionnés par rapport à la concurrence.

avatar MGA | 

@lmouillart

Je viens de découvrir grâce à vous que la batterie d’une Tesla est à usage unique 👍 merci d’éclairer cette news de votre intelligence suprême 🏆

avatar lmouillart | 

Ce n'est pas ce que j'ai dit.

Ce que je dis c'est que l'utilisation de 4680, 21700, 18650 en surnombre dans une voiture qui va faire du pendulaire c'est du gaspillage de ressources primaire pour créer des batteries qui ne serviront à plus de 50% que 10% de l'année.

Pour le moment électrique ce n'est que quelques hippies, si par exemple il faut équiper l'ensemble du parc Français (38m) avec les batteries de berlines électrique, il en faudrait ~2,28E+11
. Donc oui utiliser trop de batteries dans des véhicules individuels, à faire usage et transportant bien souvent 1 seule personne est un gros problème à venir.

Si on prend en compte une hypothétique transition mondiale (1.2md) de véhicules on est sur 6x10^14 batteries et ce uniquement pour un cycle d'équipement (les batteries devant tôt ou tard mourir).

Donc je réitère ce n'est pas une solution c'est un autre GROS problème, qui est juste masqué actuellement par le fait que les marchés sont naissants.

Bref une batterie trop grosse actuellement, n'est pas un constructeur en avance sur son temps, c'est du gaspillage de ressources qui comme je l'ai expliqué, ainsi que d'un volume de problèmes qui est sans commune mesure avec le pauvre test de covid jetable qui horrifie tout le monde ici.

avatar MGA | 

@lmouillart

La news parle de batteries/processeurs etc jetables à usage unique et vous faites un parallèle avec les batteries d’un véhicule électrique.
Vous mélanger deux problèmes complètement différents… la batterie dans un véhicule n’est en effet peut-être pas une solution généralisable, mais l’essors actuel est principalement imputable à l’action politique pas à une libre volonté des consommateurs (ne tapez pas que les VE trouver une voiture non-hybride est compliqué aujourd’hui).
De plus la batterie d’un véhicule est un enjeu énorme pour les constructeurs qui à terme ont tout intérêt à en garder la propriété au travers de contrats de location sur le neuf puis sur l’occasion puis sur le réemploi pour d’autres usages moins contraignants comme le stockage temporaire d’énergie (réflexions groupe vw).
Le meilleur parallèle est plutôt la multiplication des objets connectés et jetables avec une multitude de batteries non réemployées non recyclées.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR