OmniFocus 3 est disponible sur l’App Store

Nicolas Furno |

OmniFocus 3 [3.0.1 – Français – Gratuit (achats in-app) – iPhone/iPad – iOS 11.3 – 74,4 Mo – The Omni Group] est disponible sur l’App Store, pour l’iPhone comme pour l’iPad. Un an après Things, c’est un autre historique de la gestion de tâches dans l’univers Apple qui passe la troisième, avec une mise à jour majeure et payante. Malheureusement, l’éditeur n’a pas réussi à opérer la transition sur toutes les plateformes en même temps, si bien que la version macOS reste pour le moment bloquée en version 2 et ne permet pas de profiter de toutes les nouveautés de la déclinaison mobile.

OmniFocus 3 sur un iPhone, en mode clair et sombre.

La grosse nouveauté de cette troisième version justement, c’est l’abandon des contextes au profit de tags, des mots-clés qui offrent davantage de souplesse et sont plus simples à comprendre. Ce concept provient de la méthode GTD et il sert à rassembler des tâches de façon transversale, en fonction du contexte, par exemple d’un lieu, ou bien d’une personne associée aux tâches. Les mot-clés permettent de faire la même chose, et plus encore : l’utilisateur peut organiser ses tags comme il l’entend et comme c’est le plus logique à son utilisation. La majorité des gestionnaires de tâches reposent sur cette logique d’organisation et OmniFocus les rejoint avec cette mise à jour.

Pour le Mac, il faudra attendre pour en bénéficier aussi. La troisième version d’OmniFocus est toujours prévue d’ici la fin de l’année, mais elle n’est pas disponible et l’actuelle est toujours basée sur les contexte. La principale différence, c’est que vous ne pouvez avoir qu’un seul contexte par tâche et l’app macOS sélectionnera automatiquement le premier tag inséré avec l’app iOS. L’éditeur assure que les données peuvent synchroniser normalement via le Mac, sans gêner la version iOS, mais cette absence côté Mac va empêcher les utilisateurs de vraiment profiter de ces tags.

Dans la longue liste de nouveautés, on peut noter que la fonction « Perspectives », une sorte de liste intelligente qui n’affiche qu’une partie des tâches en fonction de vos critères, a été renforcée avec davantage d’options. OmniFocus 3 permet aussi de modifier plusieurs tâches sélectionnées en même temps, ce qui peut être pratique pour leur ajouter un tag, ou bien changer leur date. Les notifications ont été assouplies avec davantage d’options, on peut définir plus rapidement une répétition de tâche et l’interface a été allégée par défaut, avec la possibilité d’afficher les champs masqués en cas de besoin.

Sur un iPad, OmniFocus peut occuper tout l’espace et s’afficher ainsi sur trois colonnes. Ou alors, vous pouvez masquer automatiquement les deux barres latérales, et ne les afficher en superposition que lorsque c’est nécessaire.

OmniFocus 3 est disponible gratuitement au téléchargement sur l’App Store, c’est une nouvelle app que vous devez récupérer indépendamment de la version 2. Tout le monde bénéficie au départ d’un essai gratuit de deux semaines. Au-delà, l’app passe en mode lecture seule (vous pouvez toujours consulter le contenu créé pendant l’essai, mais pas le modifier) et il faut acheter une licence sous la forme d’un achat in-app unique pour continuer à l’utiliser normalement.

Deux options sont alors proposées : standard à 43,99 € et pro à 64,99 € ; la différence entre les deux est détaillée à cette adresse. Si vous utilisiez OmniFocus 2, laissez l’app installée en même temps que la nouvelle et vous bénéficierez d’une réduction de 50 %. Enfin, si vous avez acheté la version 2 après le mois d’octobre 2017, la mise à jour devrait vous être proposée gratuitement.

Précisons que ces tarifs concernent la version iOS, pour l’iPhone et l’iPad, ainsi que le module watchOS pour l’Apple Watch. Entre tous ces appareils, les données sont synchronisées en utilisant le service gratuit fourni par l’éditeur, ou un serveur WebDAV personnalisé. Pas de nouvelle à ce jour de la version web promise en début d’année, mais on imagine que c’est la déclinaison macOS qui aura la priorité dans les prochains mois.

OmniFocus 3 est traduit en français, l’app nécessite iOS 11.3 au minimum pour être installée.

avatar Yoskiz (non vérifié) | 

Comment on sent trop l’obligation de devoir sortir à tout prix sa version avant la WWDC.
Ils font tous ça.

avatar oomu | 

c'est en effet presque vital. La WWDC va concentrer l'attention des médias, c'est donc l'occasion de mettre en avant les meilleures apps pour chaque plateforme Apple.

avatar C1rc3@0rc | 

@oomu
Cela traduit aussi un probleme de l'App Store: la visibilité des applications et leur recherche.
Vu que le meilleur moyen de faire une recherche multicritere sur l'App Store consiste a utiliser Google et que la deficience de presentation implique de disposer d'un site "showroom" dedié, les editeurs sautent sur toutes les occasions pour grapiller de la promotion gratuitement.

L'autre probleme actuellement c'est qu'Apple impose aux developpeurs une optimisation avec l'iPhone X et des applications 64bits, sinon les applications sont rejetees. Ça explique la masse de mise a jour actuelles.

avatar Strix | 

Pour avoir eu la chance d'être bêta testeur, l'allégement de l'interface des tâches est le gros point fort de cette v3, suivi par des perspectives plus "souples" et des notifications plus complètes.

On verra ce que ça donne sur MacOS, marche s je trouve par exemple l'allègement de l'interface moins, importante, l'écran n'étant pas le même.

avatar BLM | 

«c’est que vous pouvez n’avoir qu’un seul contexte »
Ne voulez-vous pas plutôt dire:"vous ne pouvez avoir qu’un contexte" ?
Ce n’est pas la même chose:
- dans le premier cas, le nombre de contexte limité à un est une possibilité, pas une limite absolue,
- alors que dans le second il est impossible d’avoir plus d’un contexte pour une tâche.

avatar Nicolas Furno | 

@ BLM

C'est bien un contexte pour une tâche, mais c'est ce que j'ai écrit, non ? 🤔

avatar DahuLArthropode | 

@nicolasf

Non, c’est bien lui qui a raison: « on ne peut avoir qu’un contexte » plutôt que « on peut n’avoir qu’un contexte », lequel signifie que c’est une possibilité, un choix, et non une contrainte, comme dans la bonne formulation.

avatar Nicolas Furno | 

@BLM et DahuLArthropode

Ah oui, je viens juste de comprendre ce que vous vouliez dire. C'est corrigé, merci !

avatar Bruno de Malaisie | 

Trop cher.
Je verrai ce qu’il en est lorsque la version web sera sortie.
Je trouvais que la version 2 était trop usine à gaz...
Things 3 fait très bien le job pour moi...

avatar Strix | 

@Bruno de Malaisie

La v3 ne sera pas moins "usine à gaz" que précédemment.

Si tu te sens bien avec Things, autant y rester :)

avatar tof19 | 

La question est aussi de savoir si la version 2 de IOS fonctionnera avec la version 3 de Mac.

avatar Strix | 

@tof19

Pour l'instant non :)

avatar drkstr89 | 

On est d’accord que mis à part l’app Apple « rappels » aucune app GTD « tierce » ne peut afficher les rappels sur l’écran de déverrouillage jusqu’à qu’ils soient cochés comme terminés dans l’app ?
J’aime bien Things ou Omnifocus mais c’est rédhibitoire si je loupe des rappels...

avatar Strix | 

@drkstr89

Comparer Rappels et GTD, c'est beau ^^

avatar Bruno de Malaisie | 

@drkstr89

Fantastical peut!!!!

avatar drkstr89 | 

@Bruno de Malaisie

Merci je vais aller voir ça de plus près !

avatar LaurentR | 

Le tarif de mise à jour est aussi appliqué si vous avez la version 1 iPhone ou ipad.

avatar iG | 

Depuis que je suis passé à Todoist, Omni et Things me paraissent de vraies usines à gaz

avatar Strix | 

@iG

Comme souvent avec ces logiciels, chacun a besoin de ceci ou de cela. J'ai testé Things, et sauf erreur de ma part, pas d'intégration des dates dans Calendrier. Et trop "simpliste". Todoist, je n'ai jamais testé.

avatar Strix | 

Pour étayer mes commentaires, à droite et à gauche (rien de politique ;) ), je n'ai jamais trouvé plus puissant que Things mais moins puissant qu'Omnifocus, avec apps iOS et MacOS.

Et je n'aime pas les solutions online, parce que si un jour pas de connexion internet, ou que le super service s'arrête (ça s'est déjà vu), ben c'est dans le postérieur.

CONNEXION UTILISATEUR