Abonnement in-app : les limites imposées par Apple

Anthony Nelzin-Santos |

Pour Instapaper 4.0, Marco Arment avait prévu un système d'abonnement in-app à reconduction automatique : il aurait permis de s'acquitter mensuellement de l'abonnement au service, et de manière automatique jusqu'à annulation volontaire de la part de l'utilisateur. Las, suite au rejet de son application par les équipes de validation d'Apple, il a dû se contenter de l'ancien système d'abonnement, sans renouvellement.

Une règle non écrite réserve le système d'abonnement in-app à reconduction automatique aux applications qui fournissent « un nouveau contenu » à chaque échéance du dit abonnement (magazines) ou possède du contenu dynamique (journaux, abonnements audio). On ne peut donc pas l'utiliser pour facturer un service — Arment a dû utiliser l'ancien système d'abonnement, proche de l'achat in-app, à ceci près que le développeur peut avertir l'utilisateur de l'expiration prochaine et l'inviter à renouveler. Certaines applications de l'App Store utilisent pourtant l'abonnement pour facturer des services…

Pire : selon le développeur Dave Stevenson, Apple peut rejeter une application utilisant le système d'abonnement in-app même si celle-ci fournit du contenu nouveau de manière régulière. Ce système serait réservé « aux groupes de presse reconnus » seulement, excluant de fait par exemple les sites Web qui tenteraient l'expérience du modèle payant par ce biais. Nous avons demandé des précisions à Apple sur ce sujet et mettrons à jour l'article en conséquence.

avatar philus | 
En conséquent l'article ne sera jamais mis à jour. Omerta du silence de chez Apple oblige...
avatar ThoTokio | 
tant que vous y êtes demandez à Apple si ils prennent leur com de 30% sur le cas suivant : app gratuite avec un log in et mot de passe... puis enregistrement auprès du fournisseur éditeur de l'app puis prélèvement mensuel de banque à banque entre l'éditeur de l'app et son client utilisateur de l'app... ???
avatar manu1707 | 
@rdbill Tant que le démarchage ou la vente ne se font pas sur le iDevice, non. Sinon, oui.
avatar matb22 | 
J ai récemment telechargé une appli gratuite avec un système d abonnement inapp par mois pour avoir accès à du contenu premium et bien j ai accès à tout le contenu premium sans avoir rien payé... Maintenant je comprends mieux.... Apple ne le permet pas mais c est etonnant que l appli n ait pas été retirée...
avatar TR3NT | 
ha moi je suis abonné à iphigénie alors que c'est pas du tout de la presse...
avatar drkiriko | 
Les closes entre Apple et les développeurs sont claires : Apple a tous les droits, de vie ou de mort sur toute app [parfois leurs développeurs] qui bénéficie de la notoriété et des services de l'Appstore. Après, certains diront que la liberté n'a pas de prix, d'autres que c'est pareil ailleurs, sauf que là on peut fortement s'y retrouver.... Comme quoi l'abolition du droit de cuissage n'est pas près de disparaître.
avatar matb22 | 
@liocec : 'Comme quoi l'abolition du droit de cuissage n'est pas près de disparaître' Joli pléonasme^^
avatar denisbook | 
ben si l'abolition du droit de cuissage n'est pas près de disparaître tout va bien alors. je suis pour cette abolition là :) + sérieusement : oui, dans le magasin d'Apple, vous êtes soumis aux règles d'Apple (c'est totalement comme à la FNAC ou Auchan) Apple a mis en oeuvre le système d'abonnement pour les Journaux et Magazine (aucun autre exemple n'a été donné, la présentation a été claire ) Quand un développeur fait un usage inattendu d'un système d'Apple, on voit Apple réagir de manière contradictoire : des fois elle bloque, des fois non, puis elle revient en arrière, et puis finalement si ! La solution idéale devrait être : _refus_ systématique + mise en place d'une réponse officielle et adaptée aux demandes des développeurs. Encore une fois, tout cela n'est pas des gamineries, Apple et les éditeurs ont des responsabilités propres et ne peuvent pas improviser sans risque. Et pourtant c'est ce qui se passe, et donc oui : parfois ça casse. - La liberté n'a pas de prix donc dans le monde Linux (distribution Ubuntu et Fedora par exemple), n'importe qui peut créer son propre dépôt (magasin) de logiciels alternatifs et le diffuser au près des utilisateurs. haa mais y a pas Apple pour faire tout le sale boulot là par contre... Ni Canonical (l'éditeur de ubuntu), d'ailleurs : pour être dans le store officiel, faut que Canonical le décide subitement et même le catalogue "communautaire" a des exigences de la part de la communauté, et heureusement !
avatar Bidule200 | 
Navigon use de cet abonnement auto-reconductible pour ses infos traffic premium qui ne sont valables qu'en Allemagne et Autriche mais en vente dans toute l'Europe. Par fainéantise, je ne me suis pas encore désabonné depuis ma petite Belgique.
avatar kodama64 | 
J'en ai fait moi même l'amère expérience. Après une série de rejet d'une mise à jour de notre application phare pour raisons diverses et variées liées à l'abonnement inapp, nous avons finalement été notifié que finalement nous ne devions pas utiliser ce type d'abonnement pour notre application. Le problème c'est que notre update est bloqué depuis 2 mois donc les corrections de bugs aussi. De plus la documentation développeur dit clairement que le nouveau système est mieux et que nous devrions l'utiliser ... Je dois dire qu'on en a un peu gros sur la patate et que nous allons probablement nous diversifiés sur d'autres plateformes, non pas par plaisir mais pour ne pas dépendre d'une source de revenus qui fait la pluie et le beau temps sur nos produits.
avatar denisbook | 
C'est une évidence.
avatar marcplemay | 
Y'a la possibilité de créer un PPA comme sous Ubuntu chez Apple ?
avatar Abudah237 | 
@dixdouze Les éditeurs ont un peu trop tendance à considérer que la liberté, c'est surtout pour eux. Je trouve tout à fait normal que le réabonnement ne soit pas automatique, vu de l'utilisateur.
avatar Apical-informatique | 
Est ce que cela signifie qu'on aura pas d' App MacG mobile payante sans pub ?

CONNEXION UTILISATEUR