Apple TV+ : mais c'est qui ce Jack Kerouac ?

Jean-Baptiste Leheup |

Avez-vous vu la nouvelle campagne publicitaire pour Apple TV+, au détour d'une vidéo sur YouTube ? On y voit des micro-extraits des meilleures séries et films du service : Mythic Quest, Servant, Central Park, USS Greyhound, See, Dickinson, For all mankind… le tout sur fond de Keynote inaugural. Et cette phrase de Jack Kerouac en accroche : « Pour moi les seuls gens vrais sont les fous ».

Mais c'est qui, ce Jack Kerouac ? Un scénariste hollywoodien débauché par Apple ? Le psychiatre de l'équipe Apple Watch ? Le gardien de but de l'équipe de foot de Molène, en Bretagne ?

Rien de tout ça : Jack Kerouac, né Jean-Louis Kérouac en 1922 et décédé en 1969, est un auteur américain plus connu de l'autre côté de l'Atlantique pour ses nombreux romans, poèmes et essais. On peut ainsi lire son roman Big Sur, où il raconte son passage sur la plage californienne qui a donné son nom à la prochaine version de macOS. À réserver aux amateurs du style sombre et torturé d'un auteur qui l'était tout autant, entre alcoolisme et dépression…

Big Sur de Jack Kerouac ici sur Amazon

Ce qui est intéressant, c'est que depuis plusieurs années, de nombreuses sources attribuent à Jack Kerouac la paternité du célèbre texte de la publicité Think Different d'Apple : Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu'ils peuvent changer le monde, y parviennent.

Comme nous l'avions noté sur l'Aventure Apple, il n'en est rien. Si l'on trouve bien une ode aux fous dans Sur la Route, son roman écrit quasiment d'une traite sur un long parchemin, elle n'a que peu de choses à voir avec la publicité de 1997 :

Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent comme des feux d’artifice extraordinaires, qui explosent comme des araignées dans les étoiles et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait « Waou » !

À ce sujet, avez-vous remarqué qu'on trouve toujours le texte de la publicité Think Different dans macOS ? Il ne se trouve plus sur l'icône de TextEdit (à gauche dans Mojave), mais dans les icônes des fichiers créés par cette application (à droite dans Catalina). Et au passage, remarquez que pour meubler, les illustrateurs d'Apple se sont autorisé quelques ajouts, dont l'avant-dernier paragraphe :

Mais que dit ce paragraphe supplémentaire ? « Peut-être faut-il qu'ils soient fous. Sans cela, comment voir une œuvre d'art en regardant une toile blanche ? Ou entendre des chansons qui restent à écrire, en écoutant le silence ? Ou imaginer un laboratoire roulant en contemplant une planète rouge ? Nous fabriquons des outils pour ce genre de personnes ».

Et voilà, comment d'une publicité de 30 secondes sur YouTube, on en arrive à se plonger dans la littérature américaine, l'éloge de la folie et les petites icônes de macOS !

avatar Monsieurmickael | 

Kerouac, c'est la base, à lire absolument !

avatar pivert42 | 

@Monsieurmickael

Ben oui, comment peut-on ne pas le connaître ?

avatar Hasgarn | 

Dans tous les cas, vive les fous !

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ Hasgarn "Dans tous les cas, vive les fous !"
"Dans tous les cas" non!

avatar tyler_d | 

Malgré ce que vous en dites, le passage de la route est bien l’inspiration du fameux texte de la campagne « think different ». Les créatifs en agence sont inspiré par l’art, et il était impossible que le concepteur rédacteur de cette campagne, ou tout du moins son Directeur de création n’est pas la référence. Surtout aux US. Il n’en reste pas moins que c’est l’une des plus belle campagne de l’époque.

avatar YetOneOtherGit | 

@tyler_d

"Les créatifs en agence sont inspiré par l’art"

Les “créatifs” ne créaient strictement rien : ils recyclent 😈

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

Pourquoi est-ce un peu idiot de faire une apologie de la folie ?
Tout d'abord parce que la "folie" est généralement accompagnée d'extrême souffrance du "malade" et de son entourage. Ensuite parce qu'elle est plus souvent un processus destructeur que créatif.
Ceci précisé, cela cela ne contredit aucunement le text de Jack Kerouac que j'apprécie énormément. Mais pas sur que l'huitre perlière soit ravie du grain de sable.

avatar pagaupa | 

Et il en pense quoi du fou pakistanais de Paris 11?

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@pagaupa "Et il en pense quoi du fou pakistanais de Paris 11?"
C'est un peu là que se trouve cette vision simpliste de l'éloge de la folie.
Dans le cas de Kerouac, l'ensemble de son texte éclaire le sens qu'il donne au mot "folie" et donc l'objection du pakistanais parisien ne tient pas.
Mais avec toi je suis bien d'accord pour observer que le "grain de sable" génère plus souvent des cancers que de perles.

avatar MGA | 

@pagaupa

Pourquoi le qualifier de « fou » ? le geste d’un fou est dramatique mais pas responsable, là c’est un acte militant, même commis par des « bas de plafond illuminés ».

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ MGA "Pourquoi le qualifier de « fou » ?"
Pourquoi ne pas le qualifier de fou ? Ne parle-t-on pas "des fous de dieu" ?
« bas de plafond illuminés » est bien une forme correspondant à l'usage du mot "folie"
Le mot "fou" ou "folie" ne prend sens que dans le contexte dans lequel il est utilisé. Ce ne sont pas des mots "solides", des mots stables.
On peut donc dire en même temps que ce pakistanais a toute sa raison (selon les critères psychiatriques) et est pourtant un "fou de dieu"
(même si ce n'est probablement qu'un jeune imbécile exalté) Mais nous ne saurons jamais : pures spéculations.

avatar marenostrum | 

il est fou (ou plutôt idiot, débile), dans le sens que son acte nuit, sa cause. la religion, la foi, sert justement à ne pas faire des actes héroïques, la guerre. juste la foi en dieu suffit, de surpasser tout. le temps fait tout seul le reste. ceux qui ont la foi sont les seuls qui résistent, qui survivent les autres s'anéantissent tout seuls, par la décadence.

il est pas un fou de dieu lui. ou c'est un idiot, désespéré, ou il est manipulé par d'autres.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@marenostrum
Dans l'article que nous lisons, est "fou" celui qui construit sa conception du monde avec des axiomes et des logiques différentes des nôtres. Selon cette acceptation de la "folie" le pakistanais est "fou". Ce qui ne l'empêche pas très probablement d'être sain d'esprit selon la psychiatrie et surtout un imbécile manipulé.
Le terme "fou" n'a aucun sens en dehors de celui que nous sommes d'accord pour lui donner. Cette un concept "savonnette glissante"

avatar alan1bangkok | 

pitié MacG , laissez Jack Kerouac en dehors de  TV+
merci
 n'est qu'un marchand et ne connaît en littérature , que les monnaies qui ont cours

avatar marenostrum | 

sauf que sans les marchands y en a pas d'Art, au moins aujourd'hui, dans notre époque.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ marenostrum "sauf que sans les marchands y en a pas d'Art"
affirmation gratuite. Tu n'as aucune idée de ce que c'est que l'art.
Tu as la croyance naïve qu'est "art" ce que le marché définit en temps que tel.
C'est triste et mortifère. La fonction de l'art est bien trop essentielle pour le laisser dans les mains des spéculateurs.
(fonction de l'art : réenchantement du monde (Weber) lutte contre l'anomie (Durkheim))
Cette anomie et ce désenchantement du monde entraînent un paroxysme dans la "folie" et dans la recomposition de l'art.

avatar marenostrum | 

je connais même l'étymologie du mot (qui n'est expliqué nul part), c'est dire.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ marenostrum
je vais essayer de t'expliquer différemment.
L'"art" n'existe pas en dehors de la définition qu'on lui donne.
Une peinture, une musique, une danse, un livre existe en dehors des définitions. Ils ont des valeurs (pour la société et pour le lecteur-spectateur) réelles en dehors des définitions.
Le concept "art" sera-t-il défini par le marché qui défini une valeur spéculative ? ou par l'apport de cette œuvre pour la société (lecteurs et spectateurs) qui transforment la "folie de l'artiste" en nouvelle manière de percevoir/inventer le monde ?

avatar marenostrum | 

mais même une peinture, un livre, danse, musique, film, etc, (en dehors de tout autre considération, art ou pas, etc) a besoin d'être commercialisé un moment donné. vu que l'artiste vit de son travail comme n'importe qui d'autre. c'est un professionnel. pour ça que plus haut j'ai dit que le marchand est partie prenante de la chose.
d'ou le métier marchand d'art.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ marenostrum "le marchand est partie prenante de la chose."
Oui : le marché est en effet une composante de la dynamique de l'art.
Savoir si cette composante est majoritairement favorable ou néfaste est une autre question qu'il faudrait développer. cela n'empêche pas que "l'art" existe en dehors de cette composante. Tu ne peux donc écrire : "que sans les marchands y en a pas d'Art"

avatar alan1bangkok | 

@marenostrum

certes mais art et  sont incompatibles

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ alan1bangkok "art et  sont incompatibles"
non.
De même que les commandes de l'églises ont permis à des œuvres d'exister, rien n'empêche que des œuvres artistiques puissent apparaître dans des écosystèmes Apple, Netflix, etc. Savoir si cet environnement est souhaitable/profitable est une autre question.

avatar marenostrum | 

il a raison dans le fond parce que le marchand ou l'argent faiblit l'art, surtout le grand Art qui n'est pas une marchandise à la base. on peut pas faire beau sur commande. l'argent le corrompt facilement, pas seulement l'art mais toute autre chose qui est au contact. si un artiste ne travaille que pour l'argent, il devient un artisan dans les meilleurs des cas ou un charlatan dans les pires des cas. il va produire des choses qui se ressemblent et sans valeur ou tricher. il va pas se surpasser pour en faire des grandes œuvres.
pour ça qu'un vrai artiste (selon l'opinion populaire) meurt pauvre et devienne connu après sa mort.

mais dans notre époque le marchand d'art est devenu important (sans lui un artiste meurt de faim et n'arrive pas à produire d'ailleurs). en même temps, l'art est faible, personne ne sait ce que c'est l'Art et y a autant de tricheurs.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ marenostrum
Rahhh toujours cette pensée binaire.
L'argent (la commande) (le marché) est une composante qui a (parfois ?souvent ? généralement ?) un effet négatif sur la production artistique. Globalement dans notre société actuelle l'effet est je pense extrêmement nocif. Pourtant cela n'empêche pas que des œuvres d'art puissent parfois émerger.
Donc "sauf que sans les marchands y en a pas d'Art" et "art et  sont incompatibles" sont deux affirmations contradictoires et aussi fausses l'une que l'autre.

avatar klouk1 | 

@alan1bangkok

"certes mais art et  sont incompatibles"

C’est à dire ?

avatar Pobla Picossa | 

@marenostrum

Et réciproquement

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ alan1bangkok
Censuré par son auteur car... incompréhensible.
Désolé.

avatar Inconnu-Soldat | 

Et en langage courant cela veut dire quoi ?

avatar Inconnu-Soldat | 

doublon

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@Inconnu-Soldat
Merci pour ta réaction malheureusement justifiée.
Je ne suis pas sur que ta demande d'éclaircissements soit à prendre au premier degré... Dans le doute, j'ai viré cette contribution. Ne te gène pas pour commenter mes autres (trop nombreuses ?) contributions.

avatar macinoe | 

Si Apple pouvait laisser Jack Kerouac et son oeuvre tranquille, plutôt que de pratiquer cette récupération à vomir.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@macinoe
Bravo Apple d'avoir modestement popularisé la pensée de Jack Kerouac

avatar macinoe | 

Utiliser un court extrait d'une oeuvre comme un slogan publicitaire ?
Vous appelez ça "populariser" ?
Et pourquoi pas les vers d'Arthur Rimbaud pour vendre de la charcuterie industrielle ?

Triste image du peuple que vous avez.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

Tu vomis cette récupération ? Moi je conchie Rimbaud et la tentative de récupération de l'Odéon, les adorateurs de Jack Kerouac, ceux de la Pomme, mais encore plus les haters de toutes sortes. Ma liste est bien long de tous ceux que je conchie et j'ai donc toutes mes chances d'y être présent à plusieurs titres et à plusieurs reprises... ou pas.

avatar kifkif | 

C’est plus Mac Génération, c’est Beat Generation !

avatar Inconnu-Soldat | 

Kerouac fait partie de ces auteurs considérés comme des génies parce que leur vie a été un enfer, comme si d'être dans un enfer et en partie son créateur, faisait de vous un génie de la littérature. Un peu comme Eddy Bellegueule (Edouard Louis). Il nous pisse des textes minables, mais est un génie car il vomit la société et son père, société qui a nourrit sa famille, entre autre.
C'est tout le snobisme de ces artistes (cinéma, littérature, peinture, sculpture) où le discours qui entoure les œuvres, que ce discours vienne des artistes ou des critiques, fait de l'inintéressant, du médiocre ou de l'abject des œuvres d'art.

avatar BordelInside | 

Nuance, c'est ton deuxième prénom, non ?

avatar Inconnu-Soldat | 

J'ai lu la vie de Kerouac et sous l'influence de sa renommée et de l'attribution de génie j'ai lu son œuvre. J'en suis resté baba devant les thèmes dont le principal est : si t'es fou si t'es un rebelle t'as raison. Bien mince comme démonstration et surtout bien plaisant à ceux qui veulent l'entendre. En fait c'est le miroir du délit de sale gueule, c'est un peu le sacre du Bellegueule. C'est la même maladie commune à tous les extrêmes : si t'es basané t'es coupable, si très patron t'es coupable, si t'es basané t'es victime, si t'es rebelle t'es un héros. On n'a qu'à voir Cesare Battisti, une crapule qui a assassiné des innocents, qui a refusé de le reconnaître qui est devenu un écrivaillon coté, défendu par des Fred Vargas, jusqu'à ce qu'il reconnaisse publiquement qu'il était un assassin, reconnaissance que Fred Vargas a même refusé d'accepter disant qu'elle connaissait bien le dossier et qu'il était innocent !

PS un certain auteur des souliers de satin disait que : La tolérance il y a des maisons pour cela. Ou quelque chose d'approchant. Les dégâts de ces présupposés dans la société sont considérables, alors, oui la nuance n'y a pas sa place.

PPS : on est un génie parce qu'on est un génie, parce que l'on créé et non parce que le contexte, vrai ou faux, sert de projecteur sur-puissant qui aveugle et ne permet ^pas de juger du fond. On peut être fou et génial, alcoolique et génial, mais aussi drogué et une ordure sans génie. Et puis qu'est-ce qu'un génie ? Andy Warhol avait un QI de 100. De toute façons son œuvre n'a pas beaucoup d'intérêt pas plus que celle de Lichtenstein. Ceci ne veut pas dire qu'ils n'ont pas eu d'importance. Mais en art ?

avatar BordelInside | 

@Inconnu-Soldat

Sur Kerouac, je ne développerait pas - perso, je n'ai jamais réussi à terminer "Sur la route" tellement j'ai trouvé ça soporifique.

Je répondais surtout à ça :
"Kerouac fait partie de ces auteurs considérés comme des génies parce que leur vie a été un enfer, comme si d'être dans un enfer et en partie son créateur, faisait de vous un génie de la littérature."

Parce que cette phrase balaie d'un revers de main tous ceux qui le considèrent comme un génie au motif, selon toi, que cette considération ne peut QUE se baser sur la vie "infernale" de l'auteur.
Tu ne prends pas en considération le fait qu'on puisse prendre Kerouac pour un génie littéraire uniquement sur ses écrits - vu l'aura du type, ça me paraît un peu rapide de conclure qu'il ne la doit qu'à ses errances et pas du tout à ses écrits.
D'où mon commentaire sur le sens de la nuance.

Aussi, je le reconnais, amusé par nos échanges ailleurs qui m'ont porté à considérer que le sens de la nuance, justement, n'était pas vraiment ici ton point le plus fort :-)

avatar Inconnu-Soldat | 

Je pense que ceux qui pourraient le considérer comme un génie par ses seuls écrits sont dans l’état d’esprit général qui permet par apriori cette considération. On peut essayer de me prouver le contraire. Je suis ouvert à la démonstration.
Dans la vie il y a ce que l’on sait avec certitude, ce que l’on sait ignorer avec certitude, ce de quoi on doute. Il y a des thèmes qui méritent la nuance, d’autres le désintérêt et certains où il n’y a aucune tolérance : la torture, le nazisme, le communisme, le viol, les enfants et les femmes battus, l’esclavage et le terrorisme intellectuel, les présupposés qui minent la société interdisant le jugement factuel au profit d’un réflexe pavlovien idéologique. Qui peut avoir de la nuance pour Fourniret ou Dutrou ? Ou la femme de Dutrou ?
En peinture il y a des nuances comme le bleu Tiepolo. Un tableau comme la jeune fille à la perle est la consécration de la nuance.

avatar Inconnu-Soldat | 

PS : il y a aussi des seuils. En-deçà il y a nuance au-delà il n’y en a plus. Il y a des états aussi : on peut être plus ou moins en vie (physiologiquement, psychologiquement, sociologiquement ou philosophiquement) mais on ne peut pas être plus ou moins mort.

avatar BordelInside | 

@Inconnu-Soldat

Wouaou - OK, je commence à comprendre.
Je crois.
On parle de Kerouac et tu embrayes sur une liste à la Prévert avec Dutrou et les femmes battues dedans.
En fait, tu fulmines en permanence, tu ne connais que deux modes : endormi ou furax et comme tu ne postes pas quand tu dors, on ne récupère ici que la version furax - un peu comme le diable de Tasmanie des Cartoons mais en pas drôle.
Je vais essayer de me souvenir, à l'avenir, qu'il est assez inutile d'essayer de dialoguer avec toi.

avatar Inconnu-Soldat | 

Un bel exemple, pour faire comme souvent ici c’est-à-dire utiliser des concepts, ou plutôt leur nom, pour faire savant, de cherry picking.

En d’autres mots, n’utiliser d’un commentaire que les éléments qui permettent de valider une thèse souvent préétablie. À ceci s’ajoute, ou se mêle, le biais de confirmation.

D’autres auraient retenu Tiepolo, qu’il y a des seuils pour que la nuance s’exerce ou cesse de s’exercer.

J’opposerais à la Tasmanie la Malaisie et Stefan Zweig.

avatar BordelInside | 

@Inconnu-Soldat
"D’autres auraient retenu Tiepolo"

Parce que tu crois vraiment que citer un peintre après ta petite tirade de café du commerce, ça te donne un vernis de culture propre à nous en boucher un coin ?
Sérieux ?

avatar BordelInside | 

Par contre, pourrait-on botter le derrière du marketeux qui a eu l'idée "géniale" d'associer les productions d'Apple TV+ avec cette phrase de Kérouac ?

Je ne vois pas ce que les séries et film montrés dans le visuel ont de "fou" au sens du texte cité.

Ces séries sont des produits calibrés, volontairement dans l'air du temps, pensées pour une cible dans une logique globalement marchande, n'évitant que peu les passages obligés - des séries dont certaines à mon avis très bien faites, mais pour moi à l'exact opposé de la "folie" kerouacienne.

avatar alan1bangkok | 

@BordelInside

Par contre, pourrait-on botter le derrière du marketeux qui a eu l'idée "géniale" d'associer les productions d'Apple TV+ avec cette phrase de Kérouac ?

voilà ....
le débat sur l'art serait bigrement intéressant mais pas sur MacG. à côté de la plaque .
Notons aussi que les fanboys sont absents de ce sujet , ce qui ne surprendra personne

avatar BordelInside | 

@alan1bangkok
"le débat sur l'art serait bigrement intéressant "

Autant par manque d'assise personnelle sur le sujet que par la lecture régulière des commentaires ici et l'idée générale que je me suis faite du niveau de débat qu'on peut y atteindre, je m'en garderais bien :D

avatar YetOneOtherGit | 

@BordelInside

"Autant par manque d'assise personnelle sur le sujet que par la lecture régulière des commentaires ici et l'idée générale que je me suis faite du niveau de débat qu'on peut y atteindre, je m'en garderais bien :D"

Une discutions sur la question fondamentale de la philosophie de l’esthétique en ces lieux ?

Comment dire ?

Les goûts et les couleurs, ça se discute, c’est même une des rares sujets qui vaut vraiment la peine d’être discuté.

Ma cela demande de prendre un rien de hauteur 🤓

avatar Inconnu-Soldat | 

Ai-je bien lu : Notons aussi que les fanboys sont absents de ce sujet , ce qui ne surprendra personne ?
Attendons que les chevaliers blancs de la lutte contre le mépris fasse une condamnation tonitruante et unanime de ce mépris de portée générale.

CONNEXION UTILISATEUR