Google plus strict sur l'utilisation d'Android

Florian Innocente |

Android reste un système ouvert, mais il est davantage réglementé”, c'est le constat dressé par BusinessWeek qui a reçu les doléances de différents acteurs de la planète Android.

Une douzaine de cadres travaillant pour d'importants partenaires de Google a exprimé - anonymement - le même sentiment, Google est de plus en plus exigeant sur ce qui peut être fait avec son OS et sur les partenariats noués entre les protagonistes “La récréation est terminée en terre Android. Ces deux derniers mois, Google a adressé un message aux plus importants opérateurs et aux fabricants de mobiles qui se sont engagés derrière son système d'exploitation. Il n'y aura plus de bricolages à tort et à travers du logiciel. Plus de partenariats scellés sans consultation de Google. À partir de maintenant, les entreprises qui espèrent accéder en avance aux dernières mises à jour logicielles devront faire valider leurs plans. Et cet assentiment sera donné par Andy Rubin, le patron d'Android chez Google.” écrit BusinessWeek.

http://static.igen.fr/img/2011/3/Back-Droids-20110331-145821.jpg

LG, Toshiba, Samsung mais aussi Facebook qui aurait essayé de concevoir son propre terminal Android sont parmi les victimes désignées de cette politique plus stricte. Au point que d'aucuns s'en seraient émus auprès du Département de la Justice américaine, affirme une autre source. Sans que cela ait pu être confirmé.

Ce contrôle plus étroit toucherait également les entreprises qui souhaitent utiliser les services de Google, tandis que les fabricants de processeurs et de terminaux sont invités à s'y conformer s'ils souhaitent avoir les infos nécessaires pour lancer plus tôt leurs produits.

Interrogé sur le sujet, Google rétorque que ces procédures sont de l'ordre du contrôle de qualité, qu'elles permettent de corriger des bugs en avance et qu'il s'agit d'aller vers une expérience avec un dénominateur commun "Après cela, la personnalisation peut commencer”.

Les limites de cette personnalisation seraient toutefois bien plus définies depuis quelques mois affirment d'autres contacts de BusinessWeek. Les titulaires d'une licence d'Android doivent se ranger derrière des “clauses de non-fragmentation” qui donnent à Google un droit de veto sur certains aménagements du code - lorsqu'il s'agit par exemple d'ajouter des services ou de modifier l'interface - et dans certains cas sur les partenariats qui peuvent être, ou non, noués.

À cela Andy Rubin répond que ces clauses ont toujours existé dans la licence d'Android, mais selon les interlocuteurs de BusinessWeek, Google a récemment serré la vis. Facebook qui a travaillé sur sa propre déclinaison d'Android se serait montré agacé de la supervision de Google. Autre exemple cité, celui de l'opérateur mobile Verizon, le plus important aux États-Unis. Google aurait essayé de retarder la sortie de terminaux Android qui utilisaient Bing, le moteur de recherche de Microsoft.

Une évolution par rapport aux débuts d'Android qui a fait dire à Stephen Elop, le patron de Nokia, récemment allié à Microsoft pour Windows Phone “Android a peut-être démarré sur la promesse d'une vraie plateforme logicielle ouverte, mais ce n'est pas la direction qui est prise aujourd'hui”. Ce à quoi un analyste ajoute “Microsoft a souvent été critiqué sur le fait qu'il traitait tous ses partenaires de manière égale, qu'ils fassent du bon boulot ou du boulot médiocre. Google semble avoir le même problème en jouant la carte de quelques privilégiés”.

Etape ultime de ce verrouillage : Google devrait à l'avenir proposer une plateforme matérielle de référence, au moins pour les tablettes. Microsoft fonctionne de cette manière pour les smartphones Windows Phone 7 : ils sont tous conçus autour d'un SoC Qualcomm Snapdragon. La plupart des tablettes Honeycomb utilisent une puce Nvidia Tegra 2, mais Google aimerait aller jusqu'à l'instauration d'une plateforme matérielle obligatoire, de manière à optimiser au maximum Android. Matias Duarte, le nouveau patron du design d'Android, avait déjà donné des informations dans ce sens. La fin de la récréation a bien été sifflée.

Sur le même sujet :
- Honeycomb : Google bloque la publication des sources


Tags
avatar m_enfin | 
Inutile de répondre aux haters ;)
avatar winstonsmith | 
@ Mikawelll : Android n'est plus open-source. Concrètement, on s'en fout, c'est même peut-être mieux, mais dans l'état actuel des choses Android n'est pas open-source.
avatar jewan | 
Il est décrit comme tel. Il est vrai que Google fait des choses bizares avec Honeycomb. Mais les sources seront lachée. Il est encore.
avatar iguan | 
Un seul mot: ENFIN! Il était temps que Google reprenne un peu la main pour limiter cette fragmentation et cette multiplication des surcouches qui décrédibilise Android et font clairement bien ***** les developpeurs.
avatar JackOne | 
Yoa a écrit "- l'installation d'application n'est pas contrôler par Google ;" ahh bon : http://www.mac4ever.com/news/61721/android_apps_censurees_bootloaders_verrouilles/ Sans compter les effacements à distances de certaines apps jugées dangereuses pour l'utilisateur mais au moins Apple agit clairement en amont et s'assure qu'elles n'arrivent pas dans le téléphone de l'utilisateur. Encore une fois, le côté "Open" de Android n'est qu'une fumisterie inventée par Google pour se démarquer de l'iPhone..... car il n'avait que ça pour se démarquer.
avatar m_enfin | 
Non, d'une si cette app a été retirée, c'est parce qu'ils n'ont pas le droit d'utiliser le nom PSX pour l'appli. Si l'éditeur change le nom, elle sera sur le Market. D'ailleurs son concurrent direct FPSE est toujours sur l'Android Market. Donc inutile de parler de ce sujet que tu connais manifestement pas. Et aujourd'hui si je veux l'installer, je peux, Google ne peut rien y faire. Pour ça j'ai plusieurs moyens: passer un store alternatif, ou l'installer manuellement. Et si une appli similaire était disponible sur l'appstore puis enlevé, tu n'aurais aucun moyen de l'avoir sans Jailbreaker, sur Android si et sans root. Quant aux effacements à distance, elles n'arrivent que s'il y a danger. Perso, mon HTC Desire ne ressemble en RIEN à mon ancien 3GS ;)
avatar Muse_WTF | 
Clairement, y a des fanboys qui parlent sans savoir... au sujet du code source, même le père de Linux affirme que l'accusation contre Google est surtout pour l'accusateur en question de se faire de la publicité... mais évidemment, ça arrange. Ensuite, je suis d'accord avec l'une des interventions : c'est mieux un utilisateur qui utilise et qui créé qu'un utilisateur qui peste contre l'informatique. Sauf que l'utilisateur iPhone, il ne crée pas : il consomme. iOS et son écosystème ont entièrement été pensés pour ça. Une boutique, une seule. Une liberté réglée au minimum. Mais de jolis barreaux dorés pour faire joli. Créer sur iPhone, c'est un peu comme si le gardien d'une prison de luxe tenait le pinceau pendant les ateliers de peinture !
avatar Abudah237 | 
Il me semble que pas mal de gens avalent sans réfléchir le discours marketing de Google. C'est quoi cette histoire de "liberté règlée au minimum", de barreaux dorés, etc... Si ce n'est le discours que Google nous rabâche depuis le début pour tenter de se démarquer. "L'utilisateur d'iPhone ne crée pas, il consomme". N'importe quoi....
avatar Magnificent_8th | 
Ils copient enfin quelque chose d'Apple.....
avatar JackOne | 
"Non, d'une si cette app a été retirée, c'est parce qu'ils n'ont pas le droit d'utiliser le nom PSX pour l'appli. Si l'éditeur change le nom, elle sera sur le Market. D'ailleurs son concurrent direct FPSE est toujours sur l'Android Market. Donc inutile de parler de ce sujet que tu connais manifestement pas. Si je cite le contenu de la news de Mac4ever, on a l"impression que l'ignorance est plus de ton côté : "Sur le front des apps maintenant, alors que les émulateurs sont légion sur le « Market », voilà que Google a retiré PSX4Droid, un émulateur PlayStation qui ne violait a priori aucune règle (livré sans ROM et sans jeux) même si Google a déclaré le contraire. En vérité, Sony a sans doute fait pression sur la firme américaine, car le Xperia Play -dernier né sous Android- permet de jouer à des jeux... PlayStation 1. Si l'on comprend aisément la réaction de Google, c'est le manque de cohérence globale qui inquiète : là où Apple refuse systématiquement tous les émulateurs (sauf ceux où les jeux sont fournis avec), Google semble jouer au coup par coup, en fonction de ses contrats du moment.
avatar m_enfin | 
Va voir d'autres sources. Je viens de dire en plus que le principe d'émuler des jeux PSX n'est pas interdit sur le Market, il y a toujours son concurrent direct FPSE. Mac4ever fait des suppositions, excuse moi de pas trouver ce site très pertinent d'une part, ensuite le problème vient donc bien du nom PSX, si l'éditeur remet l'app sur le Market avec un nouveau nom, elle ne sera pas enlevé. Ou alors, qu'ils virent aussi FPSE ;) Je ne dis pas que Sony n'est pas derrière par contre, j'en suis persuadé ! PSX étant une marque déposée, donc violation de marque commerciale. Et je maintiens, même si c'est retiré du Market, je peux toujours l'installer.
avatar JackOne | 
Je parlait plus haut d'un comique chez Google, c'était Vic Gundotra’s Paean au Google I/O 2010. Il avait alors fait l'apologie du côté Open d'Android, on se souvient : "If Google didn’t act, it faced a draconian future where one man, one phone, one carrier were our choice. That’s a future we don’t want. […] So if you believe in openness, if you believe in choice, if you believe in innovation from everyone, then welcome to Android." Aujourd'hui Businessweek rapporte que : "From now on, companies hoping to receive early access to Google’s most up-to-date software will need approval of their plans. And they will seek that approval from Andy Rubin, the head of Google’s Android group." Les fanboys croient encore que Google ne va rien valider et je suis impatient de voir le discours du comique Vic Gundotra’s Paean au Google I/O de cette année.
avatar m_enfin | 
Ben oui, il y aura toujours plusieurs markets possibles, plus de téléphones. Je suis pas anti validation par contre et je ne suis pas pour une liberté totale (surtout envers les constructeurs/opérateurs), mais pour nous ça change pas grand chose, on pourra personnaliser Android comme d'hab. C'est leur Market, ils font la politique qu'ils veulent, si le market me plait pas, je ne l'utiliserais pas et j'irai sur un autre, c'est aussi simple que ça.
avatar m_enfin | 
ouep, j'ai vu ça, vraiment sympa comme feature !
avatar adrianweatherly | 
@daito Tu confonds tout... L'utilisateur Android peut installer n'importe quelle application directement, sans aucun contrôle et action de Google. Par contre, s'il passe par l'Android Market pour télécharger ses applications, il est soumit à la politique de Google. Pour faire un rapprochement avec le monde Apple (car beaucoup ne se limite qu'à ça), c'est comparable à Mac OS X : tu peux installer les applications par tes propres moyens ou passer par le Mac App Store soumis à la politique Apple. Donc on est très loin de la politique Apple avec iOS.
avatar JackOne | 
Je ne confonds rien du tout, je parlais de la stratégie de Google avec ses produits et son écosystème sans tenir compte des moyens alternatifs pour installer une app. Encore une fois, Google avait l'attitude de "on ne contrôle rien, on laisse tout faire, on est les champions du Open". Visiblement, tout cela n'est plus! Vous pouvez nier cette réalité mais c'est la réalité. Qui sait, peut être que dans quelques mois le AndroidMarket sera aussi le seul moyen pour installer une app.
avatar JackOne | 
"Va voir d'autres sources. Je viens de dire en plus que le principe d'émuler des jeux PSX n'est pas interdit sur le Market, il y a toujours son concurrent direct FPSE. " Mais c'est justement cette dichotomie dans l'attitude de Google que l'article de Mac4ever met en lumière. Si tu pouvais prendre le temps de lire!
avatar m_enfin | 
Je l'ai lu, et je maintiens :)
avatar alexmab | 
J'aime bien Android mais l'interface me pique les yeux à côté d'iOS, ainsi que la vitesse d'utilisation (enfin je n'ai jamais personnaliser une interface Android mais de base je trouve iOS plus pratique)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR