Créé par un ex-designer d'Apple, Syng veut révolutionner le son avec l'enceinte Cell

Mickaël Bazoge |

Y a-t-il encore un peu de place dans le secteur pas mal encombré des enceintes connectées ? La toute jeune entreprise Syng pense que oui. Et à sa tête, on trouve un vétéran du studio de design de Jony Ive : Christopher Stringer y a passé 20 ans (sa signature se retrouve dans plus de 1 400 brevets d'Apple) avant de quitter la Silicon Valley en 2017. Avec une idée en tête : se lancer sur le marché des hauts parleurs connectés avec un premier produit, Cell, qui devrait sortir d'ici la fin de l'année.

Syng est actuellement en quête de dollars frais pour financer le lancement. Outre Stringer, on retrouve au conseil d'administration du constructeur Matt Rogers, qui a créé Nest en 2010 avec un certain Tony Fadell, le « papa » de l'iPod. Damon Way, à l'origine de la marque DC Shoes et de l'accessoiriste Incase, est un des cofondateurs de Syng avec Afrooz Family, un ingénieur ayant travaillé sur les produits audio chez Apple pendant six ans. On lui doit notamment le développement du système qui permet à l'enceinte d'ajuster le son en fonction de son placement dans la pièce.

Plein de bonnes fées se sont penchées sur le berceau de cette nouvelle entreprise, qui compte dans ses rangs des forts en thème provenant de Nest, Ring, Nike, Facebook, Harman et Bowers & Wilkins. Mais tout cela sera-t-il suffisant pour faire du Cell un succès commercial ? Le constructeur, qui se présente devant les investisseurs comme « l'avenir du son » promet un « rendu immersif » qui créé un son « révolutionnaire impossible à distinguer de la réalité ». Miser sur la qualité audio va de soi quand on se pique de vouloir jouer sur le même terrain que Sonos ou que le HomePod. Rendez-vous en fin d'année pour en savoir un peu plus sur Syng…

Tags
avatar corben | 

Je me suis toujours demandé comme les gars comme ça pouvait continuer à produire quelque chose après avoir passé autant de temps dans une boîte à breveter des idées et des concepts sans pour autant violer la propriété intellectuelle de leur ancien employeur

avatar Sindanárië | 

@corben

C’est simple, ils sont créatifs

avatar corben | 

@Sindanárië

Non ce que je veux dire c’est qu’il y aura forcément des choses qu’ils doivent impérativement réutiliser donc appartenant désormais à leur ex employeur

avatar marenostrum | 

ils connaissent les lois, sinon ils se lançaient pas dans l'aventure. si c'était comme tu dis, ce serait impossible d'embaucher le moindre ingénieur d'une autre boite. et pourtant ça se passe tous les jours.

avatar gillesb14 | 

C’est très américain : vous allez voir ce que vous allez voir on va tout casser. Et bilan ? Sonos qui pour 2x le prix d’une enceinte Devialet ( bah oui faut en mettre deux plus un caissonde basse) donne un rendu très moyen.
J’en ait fait l’expérience à SoHo ou un auditorium Sonos est quasi en face d’une boutique Devialet... et il n’y a pas photo. Le reactor enterre tout le magasin d’en face, clarté, précision spectre ....

avatar albert13 | 

@gillesb14

sur le site officiel de Devialet il parle du Phantom reactor 600 et ils disent ça :

« Couplez deux Phantom Reactor en duo pour créer une paire stéréo et élargir la scène sonore. L’écoute devient encore plus enveloppante, absolument immersive. Prenez la claque de votre vie. »

donc il faut là aussi 2x si on veut un son de la mort ?
= 2000 euros...
ça les vaut pour une oreille moyenne que je suis ?

avatar corben | 

@albert13

Le plus drôle c’est que leur discours commercial se base sur le fait qu’une seule enceinte devrait être déjà suffisamment immersive pour envelopper toute une pièce
Du coup cet argument est complètement contradictoire avec leur discours

avatar Yohmi | 

@albert13

"ça les vaut pour une oreille moyenne que je suis ?"
2000€ pour une oreille moyenne, oui, mais à ce prix là, tu paies beaucoup de design et la marque sur ce produit en particulier. Investir dans le son de qualité, c’est toujours appréciable (mais il faut une bonne source aussi, une pièce appropriée…). Devialet, c’est cher pour le son que ça produit, mais ils ont un design qui les différencie et une application dédiée. Je pense quand même qu’une grosse partie du succès de Devialet c’est le marketing, à commencer par leurs salles d’écoute qu’on retrouve un peu partout et qui font croire à de la haute fidélité (alors que ce n’est pas trop le cas, ce qui n’en fait pas de mauvais produits non plus).
Devialet c’est comme Netflix ou Spotify. C’est pratique, c’est axé sur l’expérience utilisateur, sans pour autant être d’une qualité équivalente à de la haute fidélité.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@Yohmi
J'aime ce que tu écris, et je suis d'accord avec toi. Payer cher du marketing, c'est payer cher des mensonges.
J'aime trop jouir par tous les bouts pour ne pas m'attrister de l'envahissement du marketing dans le son, dans la photo... Jouir de notre peau, avec nos yeux, notre nez, par la bouche et les oreilles. Aiguiser tous nos sens pour mieux exalter le plaisir de la vie. C'est une danse dionysiaque, ni élitiste, ni populiste, mais sauvage, ni domestiquée ni esclave du marketing.

avatar Achylle_ | 

@Yohmi
C’est un peu faux ce que tu dis.
Devialet n’a rien à voir avec spotify.
Spotify c’est pratique pour qualité moyenne.
Devialet serait plus proche d’un Apple dans la philosophie.
Trop cher pour ce que c’est, mais design et qualité au top.

On peut critiquer le marketing de Devialet mais dire que le son est comparable à du Sonos, il faut être sacrément de mauvaise foi.

Lisez des tests sur la phantom (même la Reactor). Tout le monde est unanime, il y a mieux, il y a moins cher mais le son est dingue pour une si petite enceinte auto alimentée

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@Achylle_ "Tout le monde est unanime"
Non, j'ai lu des critiques très critiques (minoritaires) sur ces enceintes.

De toute façon les critiques publiées dans What_Hi-Fi_France et autres canards sont un ramassis de publi-rédactionnel auquel on ne peut porter foi.
exemple de comparatif de 13 platines :
Un tempérament agréable - Rythmique expressive - son transparent - son équilibré -
son clair détaillé et musical - présentation mature et raffinée - un son époustouflant - un son perspicace - dynamique et pulsion rythmique - présentation audacieuse - autorité sonore - stabilité et calme sonique - perspicacité et dynamisme exceptionnel - présentation dynamique -
Ridicule !

avatar Yohmi | 

@Achylle_
J’ai failli travailler pour Devialet, j’ai passé des heures à écouter les différents modèles. Et si je n’ai pas cherché à aller plus loin avec eux, c’est parce que je n’étais pas convaincu par le produit. C’est bien, sans être très bon, et vraiment à un tarif qui ne reflète pas le son produit.
Mais avec une enceinte Devialet, on achète pas que le son, on achète du logiciel et de l’image.
La finition est plutôt bonne, la qualité de son n’est pas mauvaise, le design est unique et l’expérience utilisateur, quand l’app ne fait pas la tête, est réussie.
C’est un compromis, à chacun de voir où se situe sa tolérance. Tout comme pour Netflix ou Spotify, qui d’ailleurs contentent énormément de monde malgré une qualité qui ne fait pas honneur aux contenus. L’important c’est que les utilisateurs soient satisfaits (et j’utilise Spotify sur mon lieu de travail, sur des enceintes moins bonnes qu’une Devialet, et c’est très pratique pour ça, mais je n’utilise pas ça chez moi).

La question que l’on peut se poser, c’est à quel moment decide-t-on de mettre plusieurs milliers d’euros dans un système préamplifié ? J’y vois deux arguments, une problématique esthétique (design, pas d’amplificateur), et un marketing qui fait croire que l’on obtient de la haute fidélité si l’on y met le prix. Parce que sinon, au final il y a toujours un câble (voire deux, il faut bien l’alimenter), ça prend autant de place (voir davantage avec les pieds) que des enceintes de haute fidélité mais finition en plastique et moins bonne restitution, les lecteurs audio connectés de salon existent en dehors de l’écosystème Devialet… bref. Ce n’est pas un produit qui apporte vraiment quelque chose à la mesure de son coût (malgré ses brevets, dont certains sont très intéressants).

Je n’ai à aucun moment parlé de Sonos.

avatar pechtoc | 

@gillesb14

Ah bon, et en te basant sur quel critère ? Devialet met tjrs des Phantom en stéréo dans ses salles d'écoute, et pour avoir une scène stéréo intéressante il faut clairement 2 Phantom. Donc niveau prix on est pas du tout sur la même gamme. Ensuite c'est une question de goût mais les Phantom proposent beaucoup trop de basse par rapport au reste du spectre, même si elles sont propres. Sonos propose un rapport qualite/prix bien plus intéressant de mon point de vue (je ne dis pas que c'est meilleur), mais si on aime la musique, on trouvera toujours infiniment mieux pour le même prix en se faisant un ensemble Hi-fi, mais ça demande plus de temps et c'est moins esthétique.

avatar occam | 

@pechtoc

"on trouvera toujours infiniment mieux pour le même prix en se faisant un ensemble Hi-fi, mais ça demande plus de temps"

À se cantonner dans le carcan hi-fi, on se coupe l’air sans raison, alors qu’il existe du matériel de studio avec un rapport qualité-prix bien meilleur.

Voyons, pour environ 2000 €, que peut-on obtenir du côté matos pro ?
Une paire de Neumann KH 120 A, enceintes actives de studio de très bon aloi, pour moins de 1200 €.
Ajoutons à cela un DAC-préampli RME ADI-2 DAC FS, avec un pedigree tout ce qu’il y a de professionnel lui aussi, aux environs de 900 €, et c’est tout ce qu’il faut. En avant la musique. Du matos linéaire, neutre, fiable. (Mes plus anciens convertisseurs RME datent de 2004, et RME continue de mettre à jour firmware, pilotes etc. Gratuitement. Eat that, Apple !)

Si l’on trouve trop compliqué d’avoir à brancher un DAC entre source et enceintes, il y a plus simple encore : la version à DAC incorporé dans l’enceinte, Neumann KH 120 D.
(Ce ne serait pas mon choix, je préfère isoler les fonctionnalités, et les enceintes KH sont réputées pour leur longévité : mes plus anciennes datent de 1962. Mais si l’on veut du simple, on peut se simplifier la vie au max.)

(Avis aux pros du son qui viendraient chipoter : oui je sais, on pourrait préférer des Genelec pour le même barème, ou bien X, ou bien Y. D’accord. Il s’agit juste de donner un indice de comparaison : que peut-avoir comme matos de studio, simple et solide, pour 2000 €, au lieu de s’embourber dans les sables mouvants de la prétendue « haute fidélité ».)

avatar pechtoc | 

@occam

Absolument, partir sur du matériel pro est un bon plan, et sans aucun doute le meilleur rapport qualite/prix. Ceci dit, cette neutralité essentielle au matériel pro pour travailler n'est pas forcément le choix de nos oreilles, mais cette neutralité permet ensuite un ajustage personnel à l'egaliseur. Pas très Hi-fi ma remarque mais d'un autre côté les oreilles humaines sont bien médiocres et, pour en ajouter une couche, se détériorent avec les années.

avatar klouk1 | 

@pechtoc

Pas sûr que ce soit un bon plan , le matériel pro, en tous cas pour les enceintes. Une enceinte de monitoring a un son droit et sec. Elle est faite pour une écoute précise, analytique et surtout pas une écoute de confort. En tous cas mes enceintes ns10 Yamaha sont ainsi faites
elles ne laissent rien passer de 200hz à 12khz et c'est justement ce qu'on leur demande.

avatar debione | 

@klouk
Perso j'ai opté pour des Focal alpha, parce que je fais un peu de musique mais aussi parce que je voulais pouvoir ecouter de la musique avec.
Tres clairement un de mes meilleurs achats en audio, a un prix vraiment super. Une scene hyper précise avec des basses qui font vraiment boum et pas whoummmmm, des aiguë hyper précise. Juste un petit creux dans les medium. Ces enceinte mon bluffé dans l'écoute a bas volume surtout.
Le tout pour grosso merdo 700.- avec les câbles et les supports. Largement mieux pour le prix que les devialet qui sont 3x plus chere.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ klouk1 "Une enceinte de monitoring a un son droit et sec. Elle est faite pour une écoute précise"
un son "sec" : pas sur de bien te comprendre : ton sec ? respect des transitoires avec aucune trainée ni distorsion ? bref un son propre, précis. J'ai du mal à imaginer qu'on puisse aimer un son imprécis, ou les crescendo seraient écrasés, où les basses deviendraient pâteuses. Une enceinte doit fidèlement respecter le grain de l'instrument, témoigner du ciselé des variations. Elle n'est pas là pour créer un masque uniforme.
Je ne vois aucun confort à l'écoute d'une enceinte médiocre qui serait incapable de restituer la beauté d'un instrument, la magie d'une musique.
"elles ne laissent rien passer de 200hz à 12khz et c'est justement ce qu'on leur demande."
"'on leur demande" Non, ce que TU leur demandes et là oui. Tu as le droit de demander ce que tu veux, et bien sur tu as le droit de croire que les autres ont les même exigences que toi... Mais là tu as tord.

avatar debione | 

@jen crois pas mes yeux
Une enceinte de monitoring est tres fatigante a l'oreille. Elle sert a mixer pas a ecouter. Elle permet d'entendre les superposition de frequence et de s'en debarasser par exemple. Tout est tres agressif et franchement assez desagreable. Mais elle permet d'obtenir un son qui sera ecoutable sur tous les autres support. Parce que le plus difficile est justement de faire sonner son son sur tous les support. Que l'on parle d'un casque Neumann @500 boules ou d'un vulgaire earpod, d une cabasse ou de mini enceinte.
Essayer d'écouter les floyds sur les enceintes de rites et vous aller arrêter l'écoute avant le deuxième morceau. Pourtant pour mixer une voix il n'y a guerre mieux.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@ débine
"Une enceinte de monitoring est tres fatigante a l'oreille"
"Tout est tres agressif et franchement assez désagréable"
Beaucoup d'affirmations gratuites, peux-tu expliquer ce qui permettrait d'expliquer ces certitudes. Absence de distorsions ? Précision des transitoires ? restitution fantaisiste des fréquences ? J'ai chez moi 3 paires d'enceintes de studios et je t'assure que la perfection de la restitution des sons est un délice qui n'a rien de désagréable, de fatigant ou d'agressif... bien au contraire.

avatar nespresso92 | 

@J'en_crois Pas_mes yeux

Il faut distinguer deux types d’écoute : Celle de l’écoute à la prise de son et du mixage (monitoring) et celle du plaisir d’écoute (Hi-Fi).

Les moniteurs de studios sont fidèles, car c’est avant tout une l’écoute technique. Alors que les enceintes Hi-fi sont flatteuses.
Le monitoring peut sembler plus rentable financièrement, mais il ne faut rien négliger de l’ensemble de la chaîne audio, de l’environnement aux équipements. Aussi, une correction acoustique dans la pièce est nécessaire en utilisant une solution logiciel pour le calibrage / la correction du signal, comme ARC d’IK Multimedia.
De plus, le monitoring c'est fait pour une ecoute proche 1m-2m et pas à 5m dans son canapé.

Le meilleur son ce n’est pas celui qui sonne merveilleusement bien son votre système audiophile. C’est celui qui sonne partout, et dont tout le monde peut profiter.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@nespresso92
"Les moniteurs de studios sont fidèles" : oui
"les enceintes hifi sont flatteuses" : oui
Je choisis la fidélité à la vile flatterie, et préfère respecter le travail de l'ingénieur du son que d'imaginer qu'une flatterie permettrait d'améliorer son travail.
Les enceintes de monitoring sont (en général) au nombre de deux pairs. Une , toute petite située à 1 mètre ou deux, destinée à connaître le son obtenu par "monsieur tout le monde", l'autre pair plutôt située à 3 à 5 mètres qui permet une restitution "parfaite".
Quand au canapé , il n'est pas une gène pour l'écoute. ;-)

avatar occam | 

@nespresso92

A. «Les moniteurs de studios sont fidèles, car c’est avant tout une l’écoute technique. Alors que les enceintes Hi-fi sont flatteuses et ne retranscrivent pas tous les détails sonores. »

Si tel était le cas, pourquoi se donner tant de mal à l’enregistrement, pourquoi se soucier de la définition, pourquoi tous ces efforts pour minimiser tout ce qui dégrade l’information sonore ?
C’est encore un de ces malheureux mythes audiophiles.
Je ne connais pas d’ingénieur du son qui fasse une écoute uniquement « technique ». Critique, oui ; mais c’est aussi le cas des musiciens. Si vous interrogez les ingénieurs du son, ou si vous consultez attentivement les échanges sur leurs forums, vous verrez que le problème de la fatigue auditive est un souci encore plus aigu pour les gens qui passent des jours et des nuits dans leurs studios. Les moniteurs qui induisent la fatigue auditive sont donc un no-go absolu pour des professionnels. Si elle advient, le problème se situe soit dans la chaîne opératoire enregistrement-mixage-mastering, soit dans la musique elle-même.

B. « le monitoring c'est fait pour une ecoute proche 1m-2m et pas à 5m dans son canapé »

Les moniteurs sont généralement conçus et classifiés pour des plages de distance optimales, selon leur taille, leur puissance et leur géométrie. Des moniteurs « near-field » peuvent être optimisés pour des distances d’écoute de 1 à 2 mètres, l’aune canonique des JBL 4310 qui ont défini cette catégorie étant de 3 à 5 ft (90 - 150 cm). Pour des distances d’écoute plus confortables, autour des 300-350 cm, la catégorie des moniteurs « mid-field » est bien établie. Prenez les colonnes PSI A-215M : ce qui fait leur réputation est justement l’effet de casque 3D géant, bien aéré, sans que le « soft-spot » stéréo soit aussi contraignant que dans un triangle hi-fi conventionnel. Et cela, à 350 cm de chaque enceinte.
Pour rester chez le même constructeur : avec des PSI A-25M, vous aurez une sensation de proximité immédiate à 5 m de distance, et même assis sur votre canapé si ça vous chante.
Avec une linéarité toujours exemplaire.

C. « Le meilleur son ce n’est pas celui qui sonne merveilleusement bien son votre système audiophile. C’est celui qui sonne partout »

Pardon, mais à moins de réinventer les lois de la physique comme de la psycho-acoustique, cela n’a pas de sens.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@occam
Merci pour ton pavé ! riche en informations et facile à comprendre.
Tu ne parles pas des minuscules moniteurs qui doublaient leurs grands frères et qui permettaient de se faire une idée de ce que serait l'écoute sur un tourne disque ou un transistor.
(chez moi j'ai du "vieux matériel" : j'écoute sur des Tannoy red 15' et aussi sur des Gauss 15', 10', 2', 1' en quadri amplification.) (le plafond est à 5 mètres)

avatar debione | 

@j’en crois pas mes yeux
Je passe en moyenne 2-3 heures par jour à jouer ma musique. J’ai une paire de Focal Alpha pour mon son, quand je mastering ma musique, j’essaye d’approcher le plus possible les 24/192 . Je bosse à 1,5 mètre de mes enceintes. Je peux régler le son pour que cela sonne au mieux dans ces conditions. La problématique est que si vous de l’autre côté vous écouter avec des PSI ma musique sur un CD vous n’aurez absolument pas la restitution que MOI je cherche à donner ( car en plus il y a les réglages de la tables de mix en entre).

De fait, quand je mastering un de mes morceaux, je ne fais pas en sorte que cela sorte le mieux sur mon système, car cela ne touchera qu’une ultra minorite. Ce qu’il faut c’est connaître ces enceinte de monitoring en COMPARAISON de l’ecoute. J’ai passé une bonne année à me balader dans différent endroit, à passer mes morceau sur des mini enceintes de merde, au son pourri de mon mbp, comme sur dés sono de scène à 50’000 boules.
Le but étant de trouver le mix qui va sonner partout, et pas seulement sur mon système précis avec mes réglages précis.
Donc tester le mastering en version CD ( 16/44) comme en AAC, le tout sur de multiple système différent. Au final, je ne fais pas de mastering qui sonne le mieux sur mon système mais qui sonne le mieux en général.
C’est toute la difficulté de l’ingenieur Du son que j’ai découvert, un peu comme quand je me retrouve sur une scène à faire un soundcheck. Ou je me dis, bordel j’aurai un son de merde et je vais être à moitié sourd à la fin du live. Mais comme par enchantement, lors du live, parce que la salle c’est remplie, j’ai un son pas mal du tout... J’ai déjà vécu le contraire, ou au soundcheck je me frotte les mains en me disant chouette j’ai un son du tonnerre, et en live je me dis bordel quel son de merde.

Il faut quand on fait du son avec des enceinte de monitoring se projeter sur comment sera écouté le son, car non, il ne sera pas écouté dans une salle entièrement

avatar debione | 

Insonorisée, avec exactement le même nombre de personne présente ( qui absorbe le son), ni même le même encodage.

C’est en cela que les enceinte de monitoring sont intéressantes, mais si vous utiliser deux modèle différent vous aurez deux sont différents. Le but ultime est que cela sonne PARTOUT, et là est toute la difficulté de la chose. Si les ingénieurs son ne faisait leurs son que pour leurs système précis, ont aurait un son pas super dans le 99% des écoutes, ce qui n’est pas le but.
Connaître son matériel, et surtout connaître la différence entre son matériel et la la foulitude de possibilité d’ecoute.

avatar MarcMame | 

@debione

"quand je mastering ma musique, j’essaye d’approcher le plus possible les 24/192 ."

Pour quoi faire ?
Que veut dire « s’approcher » ?
Et pourquoi seulement au moment du mastering ?

avatar debione | 

Je suis pas cresus, je ne peux me permettre d'avoir du materiel pro comme des nagra et autres. De fait min mbp explose si j'ai trop de charge dessus. Tu peux pas avoir 32 pistes en24/192...
Donc...

avatar MarcMame | 

@debione

"Je suis pas cresus, je ne peux me permettre d'avoir du materiel pro comme des nagra et autres. De fait min mbp explose si j'ai trop de charge dessus. Tu peux pas avoir 32 pistes en24/192...
Donc..."

Je comprend ça mais alors donc... ?
Tu fais quoi et dans quel but ?

avatar debione | 

Ben avoir le meilleur son possible à mes oreilles, avec mes moyens très limités...

avatar MarcMame | 

@debione

"Ben avoir le meilleur son possible à mes oreilles, avec mes moyens très limités..."

Je ne sais toujours pas comment tu t’y prend.
Tu travailles en 44,1/16bit et c’est au mastering que tu fais du 192/24bit ?

avatar debione | 

Alors cela dépend en fait. Pour mes lives je bosse en 24/48, la raison est que cela me permet de faire des set d'environ 1/2 heure sans devoir recharger un nouveau projet.
Si je bosse sur un morceau "studio"(mais ça fait longtemps que j'en ai plus fait) alors je peux me permettre de monter au maximum 24/192, mais il ne faut pas qu'il y aie trop de pistes chargée (j'entends mieux les superpositions quand j'essaye de régler mon son). Sinon je suis obligé de baisser l'encodage. C'est la que l'on voit l'intérêt d'avoir des appareils dédiés pour l'enregistrement et pas des ordis. Une fois le mix fait,
J'essaye juste d'avoir la meilleure restitution possible pour mes humbles oreilles. Et si je dois mettre sur soundcloud ou autre ben c'est en 24/48, et ça peut descendre si par exemple on stream via OBS par exemple.

Après pour mes oreilles toujours, je sens bien plus de différence entre du 16/44 et du 24/48, qu'entre du 24/48 et du 24/192

avatar KimoMac | 

@debione

Salut! On peut écouter ta musique ? Un petit lien?

avatar debione | 

@KimoMac
Voilà un petit lien soundcloud sur ce que j'ai fait jusqu'à il y a 2 ans (faudra que je mette à jour avec le boulot des deux dernières années), les mix sont fait pour le live, donc je sais pas trop ce que cela donne ;)
https://soundcloud.com/lase-tupe/popular-tracks
Sinon comme je le dis, je bricole du son, je ne suis ni musicien, ni chanteur, ni écrivain, et j'ai aucune prétention autre que de me faire du bien, mais cela me fait du bien! :)

Bonne chance! :)

avatar KimoMac | 

@debione

« Ce lien est introuvable » 😢

avatar debione | 

@kimoMac
Ah oui bizarre, sur mon smartphone ça me met aussi lien introuvable, mais pas sur ordi...
je remets le lien https://soundcloud.com/lase-tupe/tracks

Sinon, sous soundcloud recherche : Lase Tupe

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@debione
toutes mes excuses pour avoir écorché ton nom. Totalement involontaire : copié/collé... probablement le correcteur d'orthographe qui m'a joué des tours. Cela m'arrive malheureusement régulièrement.

avatar debione | 

Ca me le fait à moi aussi, sans problème...

avatar pagaupa | 

@gillesb14

Et le reactor est enterré par la Pearl... et même l’akoya...

avatar Malouin | 

@gillesb14

Euh... Tubes sur de ce que tu avances ? Pour avoir écouter chez un ami des Devialet contre Sonos Play 5 y’avait pas photo ! Écoute avec Qobuz en Flac, le différence était inaudible. Quand à l’expérience utilisateurs je n’en parle même pas (application et multiroom).
En extérieur on s’évertuait à écouter nos morceaux en BT... et là, comment dire... les 2 play 5 étaient TRÈS largement supérieures au Devialet !

avatar Jejetto33 | 

Le problème c’est que les appareils devialet sont inaccessibles pour la plupart des bourses tandis que les produits sonos fournissent un très bon rendu sonore pour la majorité des oreilles (sauf la tienne apparemment) 😉

avatar Sindanárië | 

@Jejetto33

Sonos fait du son ??? 🤔
Ça doit être récent alors 😬

avatar roccoyop | 

@Sindanárië

Et Devialet ils font quoi ? Hormis le discours marketing bien rodé avec des enceintes qui font boom boom avec un grand manque de subtilité, je ne sais pas trop ce qu’ils font. Ah oui, des amplis qui sont bien meilleurs que leurs enceintes.

avatar Biking Dutch Man | 

@roccoyop

Assez d’accord au sujet de Dévialet, c’est très très moyen en ce qui concerne les enceintes, et le discours marketing est très loin des réalités de l’acoustique. L’appréciation de la qualité sonore d’un système n’est pas une question d’oreille absolue mais d’écoute comparative avec des morceaux que l’on connaît bien et qui ont des caractéristiques particulières (voix, grave, aigu, profondeur et largeur de l’image sonore). Sans comparaison pas de possibilité de vraiment se rendre compte des différences de qualité.
Pour les « cells » vivement une écoute comparative avec un très bon système, cela permettra rapidement de dire ce qui a le rendu le plus proche de la réalité.
PS. On peut se constituer un très bon système pour un prix raisonnable avec des connaissances du matériel et un suivi de marché de l’occasion.

avatar Sindanárië | 

@roccoyop

"Et Devialet ils font quoi ? "

Des gros machins moches nommés Phantom qui font du bruit, pas du son 😬

avatar Jejetto33 | 

@Sindanárië

C’est toujours facile d’ironiser mais moi j’ai investi pour le multi room et je suis tout à fait satisfait du rapport qualité prix de ce matériel, le son me convient parfaitement. Je ne suis malheureusement pas doté de l’oreille absolue contrairement à toi donc je me satisfait de peu 😏

avatar Baymotwerk | 

Je suis toujours étonné de la notoriété de Sonos qui est désormais cité comme référence niveau sonore, alors que, comme déjà dit, il en faut 2 pour avoir un son stéréo digne de ce nom.
Et du coup pour 1200 € on peut avoir des KEF LSX, qui sont livrées sous la forme de deux enceintes (une maître et une esclave), qui sont tout aussi connectées (Spotify connect, AirPlay 2) avec un vrai rendu Hi-Fi !

avatar marenostrum | 

ils veulent faire ou vendre du son grand public. c'est pourquoi Sonos leurs sert de référence. pour le son pro, y a plus de marché. donc ça ne sert à rien de l'envisager pour un inconnu du bataillon.

avatar waldezign | 

@Baymotwerk

"Je suis toujours étonné de la notoriété de Sonos qui est désormais cité comme référence niveau sonore, alors que, comme déjà dit, il en faut 2 pour avoir un son stéréo digne de ce nom. "

Je suis toujours étonné par les nolife qui critiquent Sonos et leurs clients. Et digne de ce nom, c’est très construit comme évaluation. Sonos, c’est de l’UX, le son est peut-être pas dans les standards des 2% de pinailleurs qui ont des besoins légitimement supérieurs à ceux de la plèbe, vu que l’élite ne saurait se contenter de systèmes vendus un peu partout à des tarifs fort communs. Pour les autres, ça fait bien le boulot!

avatar Vince1 | 

Perso j'ai un ampli nad stéréo analogique avec 2 enceintes triangles colonnes esprit et ben ça le fait bien ! les voies sont distinctes, pas besoin de voie centrales, pas de surround mais c bien comme ça. Le son est de très bonne qualité. Mais je serais curieux d'écouter ce genre d'installation pour voir la différence...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR