Le permis de conduire devient numérique dans l'app France Identité

Florian Innocente |

Le permis de conduire se dématérialise et peut être ajouté à l'application France Identité, en plus de la carte d'identité. À partir d'aujourd'hui, les détenteurs d'un permis de conduire peuvent enregistrer sa version numérique dans l'app France Identité, tout comme la carte d'identité dématérialisée qui sort de son programme de bêta test.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un permis de dernière génération, cela fonctionne aussi lorsqu'on utilise toujours le modèle en papier rose à trois volets. En revanche il faut posséder la carte d'identité au format carte de paiement avec sa puce électronique au dos, pour l'enregistrer dans l'app et pouvoir y ajouter le permis ensuite.

Pour enregistrer son permis en version numérique, il faut donc disposer de l'app France Identité (version Android) et y avoir préalablement créé un compte grâce à sa carte d'identité. Puis on télécharge le Relevé d'information restreint (RIR) de son permis de conduire sur le site Mes points permis. Le PDF obtenu comporte un code QR qu'il suffit ensuite de scanner dans France Identité… si tout fonctionne bien. L'annonce faite aujourd'hui par le ministère de l'Intérieur fait que le site et l'app peuvent avoir du mal à répondre.

Ce permis numérique n'est pas obligatoire et il ne va pas remplacer la version physique. On peut utiliser l'un comme l'autre indifféremment, ils ont la même valeur. Mais pour les personnes habituées aux formats numériques — ne serait-ce que leurs cartes de paiement — c'est une simplification de plus avec le smartphone comme remplaçant du portefeuille. Le permis numérique dans France Identité pourra être présenté lors d'un contrôle routier ou d'autres démarches, plus besoin d'avoir systématiquement avec soi l'original.

France Identité est désormais disponible sur l

France Identité est désormais disponible sur l'App Store

Il est possible également de sortir une attestation de capacité de conduire depuis l'app, lorsqu'on doit par exemple louer un véhicule. Dans un second temps, c'est la carte grise qui montera à bord de France Identité, de même que l'attestation d'assurance de son véhicule. Prochainement aussi, la carte d'identité enregistrée dans l'app pourra servir aux contrôles dans les trains et plus tard à la RATP. Ces deux usages vont faire l'objet de tests.

Enfin, lors des prochaines élections européennes en juin, les 10 plus grandes villes de France ainsi qu'une cinquantaine de communes devront tester l'obtention d'une procuration de vote en ligne, grâce à une authentification par la carte d'identité numérique. Plus besoin d'aller dans un commissariat ou dans une gendarmerie.

Il n'est pas prévu en revanche que ces pièces d'identité numériques puissent se ranger dans les portefeuilles d'Apple et de Google, cela a été clairement énoncé par le passé par France Identité.

Mise à jour à 12h00 : France Identité a déclaré sur X à 11h30 que 3 millions de téléchargements de son app avaient été comptabilisés.

On a expérimenté l’appli carte Vitale, et ça n’a pas été une promenade de santé

On a expérimenté l’appli carte Vitale, et ça n’a pas été une promenade de santé

Lire les commentaires →

Nuki active l’accès distant via Thread pour les Smart Lock de quatrième génération 🆕

Nicolas Furno |

Nuki communique aujourd’hui sur l’arrivée d’une fonctionnalité promise à la sortie de ses serrures connectées de quatrième génération : l’accès distant, non pas en passant par du Wi-Fi comme aujourd’hui, mais via la puce Thread désormais intégrée aux appareils. Pour récapituler la situation, les serrures connectées de Nuki intègrent toutes du Bluetooth qui offre uniquement un fonctionnement en local. Pour un accès distant, il fallait jusque-là du Wi-Fi, soit en ajoutant le bridge du constructeur, soit en optant pour un modèle « Pro » qui intègre le nécessaire. Avec la 4e génération, ces deux options restent disponibles, même si l’ajout de Thread apporte une nouvelle option.

Un HomePod mini peut désormais remplacer le bridge de Nuki pour la connexion distante. Image Nuki.

Thread est un protocole de communication sans fil dérivé du ZigBee et parfaitement optimisé pour la domotique, grâce à sa portée étendue et sa faible consommation. Avec la Smart Lock de 4e génération, Thread est utilisé à la place du Bluetooth pour connecter la serrure à l’app Maison ou tout autre écosystème de domotique compatible avec Matter, le nouveau standard adopté également sur cette nouvelle version. La connexion Thread sert d’abord à contrôler la serrure depuis ces autres apps, à la fois pour connaître le statut de la serrure et pour (dé)verrouiller la serrure.

Cet accès via Thread dans Maison pouvait déjà se faire à distance, puisque l’app d’Apple le permet. Jusque-là, l’accès distant à la serrure depuis l’app de Nuki nécessitait toujours du Wi-Fi et c’est justement ce point qui change avec les annonces du jour. La même connexion Thread peut désormais servir à connecter la serrure et offrir un accès distant depuis l’app Nuki sans Wi-Fi. C’est le routeur de bordure, par exemple le HomePod ou l’Apple TV chez Apple, qui se charge de faire le lien automatiquement. Pour le dire autrement, un HomePod peut désormais remplacer le bridge propriétaire de Nuki.

Cette capacité est proposée aux deux variantes de la Smart Lock de 4e génération, y compris le modèle entrée de gamme vendu 169 €. En revanche, un paiement supplémentaire de 49 € sera demandé pour activer cet accès distant sur la serrure de base, ce qui ne sera pas le cas sur la version Pro. Nuki annonce aussi une promotion de lancement : toutes les Smart Lock 4 de base achetées avant le 20 février bénéficieront gratuitement de la nouveauté. Ce qui est intéressant, car vous aurez alors les mêmes fonctions que la version pro, pour un prix bien inférieur.

L’interface pour activer l’accès distant sur les Smart Lock 4e génération standards. Image Nuki.

Pour activer l’accès distant avec Thread sur ma Smart Lock Pro dernière génération, j’ai d’abord installé la mise à jour 4.1.8 qui est désormais proposée par Nuki. Une fois l’installation effectuée, la transition s’est faite automatiquement : la serrure a basculé sur Thread pour l’accès distant depuis l’app Nuki et coupé la connexion Wi-Fi dans la foulée. J’ai toujours accès à la serrure depuis l’app du fabricant et la connexion à Home Assistant via MQTT qui passait jusque-là par le Wi-Fi est maintenue, via Thread elle aussi.

La mise à jour qui active la connexion distante via Thread à gauche, les réglages Wi-Fi inaccessibles après installation à droite.

Notons pour finir qu’il manque une dernière fonctionnalité liée à Matter : la possibilité d’ouvrir la porte en plus de la serrure, en faisant un quart de tour supplémentaire à la clé dans le cylindre. Nuki prévient qu’il faut prévoir un retard au lancement, sans donner de nouvelle date, en raison d’un développement plus compliqué. Comme cette nouveauté implique les apps des écosystèmes, Maison en tête, on peut supposer qu’Apple, Google et les autres ne sont pas encore prêts. Quoi qu’il en soit, l’app du fabricant peut réaliser l’opération comme toujours, alors si vous avez une porte sans poignée extérieure, vous aurez tout intérêt à l’utiliser.

Mise à jour le 14/02/2024 10:58 : la mise à jour permettant d’activer l’accès distant via Thread est désormais disponible, l’article a été mis à jour en conséquence.

Mise à jour le 14/02/2024 14:41 : une mise à jour de l’app Nuki a réglé mes problèmes, tout fonctionne désormais comme prévu. L’article a été mis à jour en conséquence.

Lire les commentaires →

tvOS 17.4 relance la rumeur d'un HomePod à écran

Florian Innocente |

L'hypothétique HomePod avec écran continue de semer des petits cailloux au fil des bêtas des derniers systèmes. Dans la troisième version de développement de tvOS 17.4 distribuée ce soir, 9to5mac a déniché une référence à un matériel encore inconnu, immatriculé Z314. Il fait tourner tvOS, tout comme le dernier HomePod (sans tout ce qui est nécessaire à une interface utilisateur).

Google Nest Hub Max

Cet appareil utilise un processeur A15 Bionic. À l'image de l'iPad mini 6 dont de précédentes rumeurs disaient qu'il servait d'écran à un HomePod servant de prototype pour cet appareil hybride. La partie du code révélée indique qu'il y a simultanément des versions de travail de cette enceinte à écran et d'autres de production, comme si le projet commençait à prendre forme.

Apple testerait tvOS avec des iPad mini 6 pour un futur HomePod ?

Apple testerait tvOS avec des iPad mini 6 pour un futur HomePod ?

Apple a également ajouté à tvOS 17.4 bêta 4 le framework SwiftUI qui n'a d'utilité que pour l'affichage d'une interface utilisateur sur écran. Un autre indice est la présence nouvelle d'un outil — hangtracerd — habituellement utilisé pour déboguer des éléments interfaces qui se bloquent.

homeOS n’a pas disparu, on le retrouve dans tvOS 17.4

homeOS n’a pas disparu, on le retrouve dans tvOS 17.4

Plusieurs rumeurs de sources habituellement fiables ont évoqué la possibilité qu'Apple lance un HomePod à écran à moyen terme, comme l'ont fait Amazon et Google il y a quelques années. Des prototypes ont été vus en photo, mais ils étaient très sommaires. Enfin, la fonction "En veille" apparue avec iOS 17 donne également l'impression qu'elle participe à préparer l'avènement de cette supposée enceinte à écran.

Quelques images d

Quelques images d'un prototype de HomePod avec un écran

HomePod : un prototype à écran LCD en photo

HomePod : un prototype à écran LCD en photo

Lire les commentaires →

iOS 17.4 et tvOS 17.4 sont disponibles en bêta 3

Florian Innocente |

Troisième bêta pour iOS 17.4/iPadOS 17.4 et leur cousin sur Apple TV. La précédente version avait apporté de possibles changements pour les webapps en Europe (à confirmer avec cette b3) ; un moyen d'empêcher les effets vidéos d'Apple dans les visioconférences ainsi qu'un nouvel écran d'accueil pour l'App Store alors que la concurrence va officiellement s'ouvrir sur le vieux continent.

La version finale de ces systèmes doit être prête avant la première semaine de mars. On pourrait donc avoir encore une ou deux bêtas.

iOS 17.4 bêta 1 (nouvelle build) : option contre le vol, Siri, filtres pour les achats de l

iOS 17.4 bêta 1 (nouvelle build) : option contre le vol, Siri, filtres pour les achats de l'App Store… 🆕

iOS 17.4 : la nouvelle bêta affiche le choix d

iOS 17.4 : la nouvelle bêta affiche le choix d'un navigateur par défaut

Lire les commentaires →

LovBirdz, l’équivalent mobile des Z’amours pour animer votre Saint-Valentin

Stéphane Moussie |

Si vous cherchez un moyen d’animer votre soirée de la Saint-Valentin demain avec votre moitié, LovBirdz a de quoi mettre l’ambiance. Ce jeu disponible sur iOS et Android est en quelque sorte l’adaptation mobile de l’émission culte Les Z’amours, puisqu’il s’agit de tester ses connaissances mutuelles l’un envers l’autre. Révisez donc vos fiches pour éviter que la soirée se termine en eau de boudin.

Muni de son smartphone ou de sa tablette, le premier joueur répond à une série de questions le concernant, par exemple « Tu as reçu un cours de peinture, qu'aimerais-tu apprendre à peindre ? » ou plus intime « Dans l’idéal, de quelles façons préfères-tu te réveiller avec [nom du partenaire] ? »

Dans le même temps, le second joueur, équipé de son propre téléphone, répond aux mêmes questions en essayant de deviner les réponses de l’autre (certaines réponses sont à choix multiple). Quand les deux joueurs ont donné leur réponse, ils voient si celles-ci concordent ou non. Après trois questions, les rôles sont inversés. Au fur et à mesure des parties, les joueurs remportent des points qui permettent de personnaliser la mascotte s’ils le souhaitent.

LovBirdz ne nécessite pas de création de compte, il suffit de partager un lien avec la personne avec laquelle on veut jouer afin qu’elle rejoigne la partie. Le mode Classique, qui comprend des questions aléatoires sur divers thèmes, est gratuit. Il est limité à six questions au total.

Pour débloquer d’autres modes, comme le mode Sexy avec des questions coquines ou les dilemmes avec des choix multiples, un achat intégré valable indéfiniment pour les deux joueurs est disponible. Jusqu’au 15 février, la formule premium coûte 9,99 € au lieu de 12,99 €. Depuis son lancement il y a un an par le studio français Chouic, LovBirdz a été téléchargé par 200 000 utilisateurs et plus de 700 000 parties ont été réalisées.

Lire les commentaires →

iMessage échappe au DMA : pas d’obligation d’interopérabilité pour la messagerie d’Apple

Stéphane Moussie |

Après cinq mois de suspense, la Commission européenne vient d’annoncer qu’iMessage n’aura pas à se plier au DMA. « Après une évaluation approfondie de tous les arguments, en tenant compte des contributions des parties prenantes et après avoir entendu le Digital Markets Advisory Committee, la Commission a conclu qu’iMessage […] ne peut être considéré comme un service contrôleur d’accès », fait savoir l’institution dans un communiqué de presse.

Image Apple

C’est une épine dans le pied en moins pour Apple, qui échappe ainsi à de nouvelles obligations. Si iMessage avait été soumis à la législation européenne sur les marchés numériques, ce que Google et des opérateurs espéraient, la messagerie aurait dû notamment devenir interopérable avec d’autres. C’est ce qui attend WhatsApp, qui se prépare à ouvrir sa porte aux messageries concurrentes, ainsi que Messenger.

Bien qu’iMessage atteigne les critères quantitatifs pour être désigné comme gatekeeper, la Commission a dû juger que le service n’était pas suffisamment « essentiel » pour les utilisateurs professionnels pour devoir s’ouvrir à la concurrence. L’annonce par Apple en novembre de la prise en charge prochaine de RCS sur iOS a peut-être joué un rôle dans l’appréciation de la situation également.

La dérogation n’est pas définitive, Bruxelles va continuer de surveiller l’évolution de la popularité d’iMessage, et elle n’enlève rien aux autres obligations qui pèsent sur Apple. À partir du 6 mars, la Pomme devra autoriser en Europe les boutiques d’apps alternatives, les moteurs de rendu autres que WebKit, les systèmes de paiement tiers, etc.

Outre iMessage, trois produits de Microsoft qui étaient en sursis échappent également au DMA : le moteur de recherche Bing, le navigateur Edge et le service Microsoft Advertising.

Lire les commentaires →

De fortes attentes sur le CPU ARM Blackhawk, alias Cortex X5

Pierre Dandumont |

Depuis quelques années, Arm (la société) a perdu un peu de son mojo : tant Apple — avec ses puces A et M — que Qualcomm (avec Oryon, intégré dans le futur Snapdragon X Elite) fournissent des puces plus rapides que celles proposées sous licence à ses clients. Mais le Cortex X5 pourrait changer la donne.

L'Oryon de Qualcomm est plus rapide que le Cortex X4 actuel.

Depuis 2020, avec le Cortex X1, Arm a une stratégie particulière : offrir un cœur très performant pour les systèmes sur puce. Ce dernier (la gamme X) est très nettement plus rapide que les autres, au détriment de la consommation. Il est souvent placé seul pour prendre en charge les applications qui ont besoin de puissance, et il est aidé par des cœurs moins rapides pour les tâches standards (Cortex A7x), et des cœurs basse consommation (Cortex A5x). C'est différent d'Apple, qui propose uniquement deux types de cœurs, de Qualcomm (qui ne va intégrer que des cœurs rapides dans le Snapdragon X Elite), d'Intel — qui tend à mettre plus de cœurs basse consommation pour améliorer les performances — et d'AMD, qui ne propose que des cœurs performants avec des optimisations sur la consommation.

Mais cette stratégie a un problème : les Cortex X1 à X4 n'impressionnent pas réellement. Comme expliqué, Apple ou Qualcomm offrent des cœurs significativement plus rapides et en intègrent plus. Selon les rumeurs, le Cortex X5 pourrait pourtant changer la donne, et c'est ce qui justifierait en partie les résultats boursiers d'Arm.

L

L'action ARM prend quasiment 50 % en une seule séance !

Les rumeurs indiquent que Blackhawk (le nom de code du Cortex X5) serait la plus grosse évolution chez Arm depuis des années (probablement depuis le Cortex X1) et qu'il pourrait même venir taquiner Apple et Qualcomm sur les performances single core. De plus, le CPU serait aussi très compétitif pour toutes les tâches liées à l'IA, le mot à la mode en 2024.

Blackhawk survolerait la concurrence.

Ce Cortex X5 est attendu fin 2024, avec probablement une annonce au MWC de Barcelone. Il devrait équiper le futur système sur puce Dimension 9400 de Mediatek et l'Exynos 2500 de Samsung, mais peut-être pas le Snapdragon 8 Gen 4 : des rumeurs indiquent que Qualcomm pourrait remplacer les cœurs Cortex X par ses propres cœurs Oryon. Bien évidemment, tout ceci va dépendre des performances réelles de la puce de Qualcomm et des évolutions de l'A18 et du M4 chez Apple… mais les investisseurs semblent y croire.

Lire les commentaires →

Pages