Microsoft et Apple en conflit autour des achats in-app

Nicolas Furno |

SkyDrive [2.1 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – Microsoft Corporation], l’application officielle de Microsoft pour accéder à l’espace de stockage dans le nuage de l’entreprise depuis un iPhone ou iPad, n’est toujours pas optimisée pour l’iPhone 5. Ce n’est pas vraiment de la mauvaise volonté de la part de Microsoft pourtant.

Apple bloque toutes les mises à jour pour une raison bien connue sur l’App Store : l’application permet de s’abonner à un service payant sans passer par les abonnements in-app. Les règles d’utilisation de l’App Store sont claires : si vous vendez un service dans une application iPhone ou iPad, vous devez utiliser les achats in-app et donc céder 30 % de vos revenus à Apple. Cela vaut pour la presse, pour les boutiques virtuelles comme le Kindle Store d’Amazon et pour les services comme Dropbox.

SkyDrive est un concurrent direct de ces services et Microsoft doit s’aligner sur la politique d’Apple pour rester dans l’App Store. L’application ne permet pas de souscrire à un abonnement payant, sans quoi elle aurait été retirée tout simplement, mais elle contient un lien qui mène à une page Internet sur laquelle on peut créer un compte. Problème : Apple ne touche rien sur les abonnements issus directement de l’application iOS de Microsoft, mais qui échappent à son contrôle une fois dans le navigateur.

C’est ce lien situé dès l’écran d’accueil de SkyDrive qui pose problème.

Pour débloquer la situation, Apple exige que Microsoft intègre le formulaire d’inscription dans son application iOS et donc passe aux abonnements in-app. Le créateur de Windows s’y refuse toutefois, en avançant l’argument qu’un utilisateur peut très bien s’abonner sur un iPhone, mais utiliser son service sur un terminal Windows Phone 8. Dans ce cas de figure, Apple prélèverait 30 % tant que l’utilisateur ne ferme pas son compte App Store — le renouvellement serait en effet automatique —, alors même qu’il n’aurait plus rien à voir avec les produits de la pomme.

Selon TNW qui a eu vent des tractations entre les deux entreprises, Microsoft aurait essayé de négocier en retirant le lien vers son formulaire en ligne. Une solution déjà adoptée par Amazon pour son application Kindle (Gratuit) qui récupère automatiquement les livres achetés dans la boutique du vendeur, mais qui ne permet pas d’en acheter de nouveaux (lire : Achats in-app : Apple met en place ses nouvelles règles).

Ne cherchez pas de boutique, il n’y en a pas…

Apple ne semble pas se satisfaire d’un tel compromis et exige l’utilisation des achats in-app. Cela peut sembler exagéré, mais le constructeur a réussi à faire plier Dropbox et Google qui utilisent tous deux le système d’Apple pour leurs applications. OVH s’était plaint du procédé il y a quelques mois pour son propre service (lire : Hubic : OVH s’agace de la validation d’Apple mais reste flou) et son application reste elle aussi bloquée, sans possibilité de la mettre à jour.

Il reste peu de choix à Microsoft. Soit l’entreprise finit par accepter les conditions d’Apple et à intégrer des achats in-app dans son application, comme Google ou Dropbox avant elle, soit elle doit se résoudre à ne pas proposer SkyDrive aux iPhone et iPad. Si une version iOS d’Office est bien en préparation comme les rumeurs le disent, cette hypothèse semble impensable. On voit mal Apple céder, d’autant que les cas de Google Drive (Gratuit) et de Dropbox (Gratuit) lui donneraient plutôt raison.

Achat in-app intégré à l’application Google Drive.

Dans l’affaire, ce sont évidemment les utilisateurs et clients de SkyDrive qui sont gênés. Sans compter que l’application de Microsoft présente toujours des bandes noires gênantes sur les terminaux les plus récents d’Apple, ce conflit bloque toutes les applications qui reposent sur SkyDrive. C’est le cas notamment de Files Pro [1.10.5 – Français – 4,49 € – iPhone/iPad – Olive Toast Software Ltd] qui agrège plusieurs services de stockage en ligne et qui est bloqué en attente de mise à jour à cause du kit de développement fourni par Microsoft.

Ce blocage des applications tierces s’était déjà produit pour Dropbox, en mai dernier (lire : l’intégration de Dropbox pose problème sur l’App Store). Il avait fallu attendre l’intégration des achats in-app à l’application iOS du service pour que les applications qui l’utilisent soient à nouveau validées dans la boutique d’Apple. La solution avait été alors très rapidement trouvée, mais dans le cas de SkyDrive, le problème dure depuis le mois d’août, au moins…


avatar drkiriko | 
Bon ça va tenir encore un peu, puis il y aura le problème du monopole qui reviendra et une jurisprudence pour faire plier Apple. D'ici là, Apple aura trouvé une parade aux achats in-app. La course continue...
avatar Aleks25410 | 
Pour le coup Apple est un peu en abus de position dominante, situation de monopole ... Ce n'est pas bien normal non plus
avatar chmgd | 
Position dominante? Google Play a autant d'applications que l'App Store. Si vous ouvrez un magasin, vous avez le droit d'avoir vos règles... Et d'être parfois chiants :) Ce serait un abus de position dominante si l'App Store était le seul magasin du genre. Mais c'est loin d'être le cas. Ce sont juste les règles du proprio, qui s'appliquent que vous soyez gros ou petit (ce qui en soi est une bonne nouvelle).
avatar oposs | 
@damien83 Quelle argumentation !!
avatar chmgd | 
@damien83 ?
avatar chmgd | 
@damien83 Oui, je sais que "techniquement" il y a plus d'applications sur l'App Store que sur Google Play. On pourrait aussi discuter de la qualité et de l'aspect "malware". Mon seul point ici était de dire qu'il est possible de trouver son bonheur ailleurs que sur l'App Store et qu'il y aurait abus de position dominante seulement s'il n'y avait aucun choix (ou presque). Pensons aux procès qu'a eu Microsoft sur le sujet et, si je ne me trompe pas, Google avec son moteur de recherche qui s'est imposé comme La référence. Dans ces cas, il y a position dominante. Apple? Ce n'est même pas eux qui vendent le plus de téléphones "intelligents".
avatar Judge MANSON | 
La solution proposée par Apple est la plus simple, rapide, efficace qui soit, sur son système iOS. La solution imposée par Apple est la plus inadmissible, honteuse, mégalo qui soit, de tous les OS. Vivement une enquête antitrust... Et la fin de cette situation totalement aberrante !
avatar bbn | 
C'est aussi le cas pour Hubic.
avatar Oh la belle Pomme | 
Que toutes les grosses boites qui en ont assez d'être prises en otages arrêtent de proposer leurs produits sur iOS/OSX. Vous allez voir si Cupertino ne va pas changer de politique !
avatar PachaColbert | 
Il s'agit dans le cas qui nous intéresse ni plus ni moins que d'un racket organisé. Je pense que devant une juridiction, Apple aurait du mal à défendre son business modèle. Apple prend non seulement en otage Microsoft mais ses acheteurs d'iPhone.
avatar valentinnb | 
C'est vrai que pourquoi tout le monde sauf Microsoft? Mais en même temps, je suis d'accord avec le discours de MS. Si je décide de m'acheter un Win Phone mais continuer à utiliser Skydrive, je serai toujours pris par la taxe Apple malgré tout? .
avatar fornorst | 
@noxdiurna Le consommateur ne paie que ce qu'il doit. Seul le fournisseur paie une comm a Apple pour lui avoir permis de toucher l'utilisateur. Ce que je ne sais pas, et c'est la seule chose qui me semblerait 'abusive', c'est si l'utilisateur d'un service payant qui l'utiliserait ensuite sur iOS permettrait a Apple de toucher sa comm. Mais on a le cas Kindle ( au passage très bonne liseuse), qui permet de lire des livre achetée sur le site amazon... Cela me rassure.
avatar Oh la belle Pomme | 
Tu sais ce qu'il te dit le tocard ? On n'a pas tous le syndrome de Stockholm !
avatar drkiriko | 
@pacou : 'Le consommateur ne paie que ce qu'il doit. Seul le fournisseur paie une comm a Apple pour lui avoir permis de toucher l'utilisateur.' Ça ce voit que tu ne fais pas de commerce, parce que si tu paies 30% à un intermédiaire et bien tu le refactures aussitôt au consommateur. Donc, oui nous payons plus cher les app pour permettre à Apple de percevoir ses 30%. Maintenant c'est peut-être justifié vu le service rendu.
avatar fornorst | 
@liocec Détrompé toi sur mon compte. À la fin, le client paie toujours ce qu'il doit. Ton explication ne change rien à l'affaire. Quand à ceux qui disent qu'aucun intermédiaire ne prend 30%... Font ils du commerce? C'est la marge brute minimum de chaque intermédiaire du producteur au consommateur. Combien imaginez vous que prend un auchan ou un carrefour? Enfin, compte tenu du prix moyen des applications, je ne considère pas la plateforme iOS comme 'chère'. À et une dernière chose : Apple se gave de 99$ par développeur (Microsoft y compris qui n'a en principe besoin que d'un compte pour publier ses apps) et de 30% sur le prix de vente ttc des apps vendues. Compte tenu de l'infrastructure qu'il faudrait à un dev indépendant pour toucher potentiellement autant de clients, je ne trouve pas ça cher, et il y a semblé t il de nombreux candidat à la porte. J'en conclu que la soupe et bonne.
avatar agerber | 
Quel rapport entre un marchand physique auchan et cie et une boutique web qui vend du virtuel ? aucun.. Si toutes les boutiques e-commerce margeaient a 30 %, ce serait déjà beau, et en plus , elles , elles doivent gérer un stock physique , en plus de la facturation et des serveurs web.
avatar mimounlouna | 
30% c'est du foutage de gueule complet. Aucun intermédiaire ne prend autant surtout qu'Apple ne fait rien dans l'affaire. Ils vendent des téléphones hors de prix et se gavent encore sur le dos des développeurs. Mais soit, je trouve ça encore plus ou moins acceptable. Mais interdire une application même sans lien vers le site internet pour s'abonner, et maintenir les 30% de racket indéfiniment, ça c'est vraiment abusé. J'aimerais que MS commence à prendre 30% sur tous les achats itunes windows qu'on rigole. Après tout, ils offrent à Apple des centaines de millions de consommateurs potentiels...
avatar Zookd | 
Je ne comprends pas que le législateur n'ait pas encore obligé Apple à ouvrir ces iDevices à d'autres boutiques… Ca permettrait à ceux ne voulant pas se plier aux dictats d'Apple d'aller voir ailleurs, comme avec le Jailbreak, mais en éliminant son aspect piratage
avatar titistardust | 
@karp8t : Encore une fois, les 30% ce n'est pas une « taxe ». C'est le prix du service proposé par Apple : de la mise à disposition sur le Store jusqu'à la gestion du paiement du client voir le remboursement. Et ce dans des centaines de pays.
avatar GrassWine | 
Je trouve normal qu'Apple perçoive un pourcentage des ventes... Après si ce pourcentage est trop élevé ou non, c'est une tout autre question... Mais regardons simplement le prix d'une bouteille d'eau en grande surface d'environ 1-2€ et le prix qu'on la paie dans un restaurant 4-8€... Logique, le client paie pour l'infrastructure, le service, le personnel... Apple se doit de facturer aussi son infrastructure, ses services, son personnel...
avatar didjee | 
Qu'Apple prenne sa commission sur la transaction initiale c'est normal, ce sont les règles de son store. Par contre, je ne vois pas pourquoi ils prendraient une commission sur les abonnements ultérieurs. C'est comme si je passais par un courtier en prêts pour avoir mon crédit immobilier et que pour mon crédit suivant je devais lui reverser du pognon.
avatar pierreko | 
"Ce n’est pas vraiment de la mauvaise volonté de la part de Microsoft pourtant." Mouais, genre ils n'étaient pas au courant des règles de l'app store...??
avatar fornorst | 
Apple ne met elle pas une ferme de serveurs à disposition?

CONNEXION UTILISATEUR