Apple Pay rebat les cartes bleues

Nicolas Furno |

Parmi les nouveautés présentées pendant le keynote, Apple Pay sera peut-être la plus importante à terme. Apple est très ambitieuse avec ce projet qui doit mettre le portefeuille traditionnel à la retraite et offrir aux utilisateurs d’iPhone un moyen simple, rapide et sûr de payer. Le service doit servir autant à la caisse de boutiques physiques, que sur internet et s’il est réservé aux États-Unis au lancement, il sera disponible à terme un peu partout.

Comment fonctionne Apple Pay ? On fait le point…

Plus simple et plus rapide

Pendant la conférence, Tim Cook n’a pas hésité à qualifier les cartes bancaires actuelles d’antiquités, avec leurs bandes magnétiques vieilles de 50 ans. Et le patron d’Apple a listé tous les défauts de ce moyen de paiement : ces bouts de plastique prennent de la place, ils sont complexes à utiliser et peu sûrs.

C’est tout particulièrement le cas aux États-Unis, où l’on a souvent plusieurs cartes de paiement, et où la puce de nos cartes bleues européennes n’existe pas. Mais même avec une puce, toutes les informations nécessaires pour utiliser une carte — à savoir le nom et le prénom de l’utilisateur, le numéro de la carte et le numéro « secret » à l’arrière — sont faciles à récupérer et à exploiter.

L’objectif d’Apple Pay est très clair : remplacer cet énorme porte-feuille qui déborde par son iPhone… voire sa montre.

Pour illustrer la simplicité d’Apple Pay, le constructeur a simulé un achat avant et après. Grossissant (légèrement) le trait, la version sans Apple Pay implique de fouiller dans un sac à main, puis chercher et sortir la bonne carte dans son porte-feuille, puis donner sa carte d’identité, la vendeuse doit ensuite passer plusieurs fois la carte dans sa machine, on doit encore récupérer la carte et le ticket de paiement et seulement après, on peut récupérer ses achats.

En comparaison, Apple Pay est censé être beaucoup plus simple : on sort son iPhone 6, on l’approche de la borne de paiement tout en maintenant un doigt sur Touch ID et… voilà. La puce NFC s’occupe de faire le lien et de transmettre les informations pour effectuer le paiement, sans autre action de sa part. C’est non seulement plus simple, c’est aussi beaucoup plus rapide, d’autant plus si on utilise une Apple Watch (on y reviendra).

Apple Pay fonctionne après avoir mémorisé les cartes bancaires à utiliser dans l’application Passbook. Si vous avez associé une carte à votre compte iTunes, iOS 8 pourra la récupérer directement. Si ce n’est pas votre cas, ou si vous avez plus d’une carte à gérer — voilà qui pourrait être pratique dans un cadre familial —, vous pouvez facilement en ajouter. Pour cela, on n’aura pas à saisir tous les numéros de la carte, il suffira d’utiliser l’appareil photo du téléphone et le système fera le reste, notamment concernant les vérifications. À ce propos, peut-être que le constructeur devra prélever une petite somme sur votre compte, mais cela dépendra probablement des banques.

Pour effectuer le paiement, il n’y a rien à activer côté iPhone. En approchant l’appareil près d’une borne compatible, iOS 8 affiche automatiquement l’interface qui permet de valider le paiement. Et si on n’a qu’une seule carte de crédit, ou que l’on veut utiliser celle qui est définie par défaut dans les réglages, c’est encore plus facile. On approche le téléphone tout en plaçant un doigt sur Touch ID, et tout se fait instantanément, en l’espace d’une poignée de seconde si l’on en croit les vidéos.

Si on veut choisir une autre carte bancaire que celle par défaut, ce n’est pas beaucoup plus complexe : on approche l’iPhone 6 sans toucher le bouton et on a alors à l’écran toutes les cartes enregistrées. On peut alors choisir la bonne et enfin toucher TouchID pour valider la transaction.

Liste des cartes enregistrées pour Apple Pay (gauche) et ajout d’une autre carte de paiement en utilisant la caméra (droite).

Toutes les transactions effectuées avec Apple Pay sont disponibles dans un historique et iOS 8 affichera une notification après chaque paiement. Inutile donc de conserver les tickets de caisse que l’on vous tend traditionnellement après un achat…

Plus sûr

Pendant la conférence, Apple a beaucoup insisté sur la sécurité d’Apple Pay. Le système est réservé aux deux iPhone 6, non pas seulement pour Touch ID, même pas uniquement pour la puce NFC qui permet la transaction sans contact, mais aussi pour l’ajout d’une puce dédiée exclusivement à la sécurité des paiements.

La sécurité passe ainsi par quelques points clés :

  • Le numéro de la carte bancaire n’est pas enregistré sur les serveurs d’Apple, ou sur tout autre serveur, il est strictement conservé dans le téléphone, dans cette puce sécurisée.
  • Le numéro de carte et vos informations personnelles ne sont pas non plus transmises aux commerçants pour effectuer la transaction. Au moment de payer, un identifiant unique à chaque transaction est créé par l’iPhone et c’est cet identifiant qui est transmis.
  • Touch ID contrôle la transaction : sans l’identification digitale correcte, la transaction ne peut pas avoir lieu.

Par ailleurs, Apple Pay est un service qui respecte votre vie privée. Eddy Cue n’a pas manqué de rappeler hier soir que l’entreprise ne gagnait pas sa vie avec les données de ses utilisateurs — une pique contre son principal concurrent, sans aucun doute — et le constructeur n’a, ainsi, accès à aucune donnée. Apple ne sait pas quand vous achetez, ce que vous achetez et combien l’achat vous a coûté : en théorie, tout se fait exclusivement entre vous, le commerçant et votre banque.

Mieux, le caissier ne sait rien de vous non plus. Dans un échange traditionnel, le nom de famille au moins est connu du commerçant qui récupère la carte bancaire pour effectuer l’encaissement (de ce côté de l’Atlantique, l’acheteur fait souvent tout lui-même). Parfois, une pièce d’identité est demandée pour renforcer les contrôles.

Fonctionnement détaillé d’Apple Pay (extrait de la documentation)

Avec Apple Pay, Touch ID fait le travail de vérifications et le client doit ainsi rester totalement anonyme. Une seule information peut être transmise en clair, le code-postal ; tout le reste est chiffré et le commerçant n’y a pas accès. Au passage, on évite ainsi les vols de numéros de carte bleue qui peuvent avoir des conséquences graves si le numéro de contrôle, à l’arrière, est lui aussi récupéré.

En cas de perte de l’iPhone, on pourra supprimer les données à distance, en utilisant le service Localiser mon iPhone. Puisque les cartes de paiement ne sont enregistrées qu’en local, dans la puce dédiée du téléphone, il n’y aura pas besoin de bloquer sa carte bancaire auprès de sa banque. Au passage, ces données si sensibles ne sont jamais stockées sur iCloud, pas même en cas de sauvegarde du terminal : voilà qui devrait rassurer tous ceux qui s’inquiétaient de la sécurité du service après les fuites de photos de stars.

Ainsi, Apple Pay se veut plus sûr qu’un paiement avec une carte bancaire physique. En théorie, on peut se contenter de garder l’iPhone avec soi et de laisser les cartes chez soi, dans un endroit sûr. Bien entendu, pour que ce soit possible, il faut pouvoir payer avec le service partout, et cela ne sera certainement pas le cas au lancement…

Pour qui et pour quoi ?

Si vous n’habitez pas aux États-Unis, Apple Pay restera bien théorique pour vous. Apple s’est d’abord concentré sur son marché local et l’entreprise a fait les choses correctement en faisant en sorte que plus de 80 % des transactions soient compatibles.

Au programme, les trois grands types de cartes bancaires, les plus grosses banques et aussi les plus gros commerçants dans chaque catégorie. De McDonald’s (y compris le Drive !) à Macy’s et Whole Foods, en passant par Disney et Staples, sans oublier les Apple Store naturellement, les Américains auront de quoi tester le système.

En plus des magasins physiques, Apple Pay peut aussi servir à faire des achats sur internet. Le cas échéant, on n’a plus besoin de remplir les informations de paiement, mais on peut aussi se passer de son adresse ou autres informations personnelles : tout est transmis automatiquement. Pour le moment, on ne peut pas utiliser le service n’importe où, en utilisant simplement un navigateur sur son iPhone 6.

Le constructeur réserve son service de paiement aux développeurs de l’App Store qui seront étroitement surveillés s’ils veulent utiliser ce moyen de paiement. D’ailleurs, la première condition pour l’utiliser est très claire : Apple Pay est réservée à la vente de produits physiques. Pour le reste, il y a toujours les achats in-app. Eddy Cue a donné quelques noms toutefois, comme Target, Groupon ou encore MLB qui permettra d’acheter des tickets pour des matchs de baseball, ou même le service de réservation OpenTable pour un restaurant.

Tout se fait en un tap, avec un bouton dédié, et dans certains cas, on peut même gagner du temps en ne créant pas de compte. C’est le cas avec Uber, qui peut fonctionner désormais uniquement avec Apple Pay : au lancement, on peut indiquer que l’on veut une voiture sans créer de compte, et le paiement se fait alors avec le service d’Apple. Pour les restaurants qui acceptent les réservations via le site OpenTable, on peut même payer la note à la fin du repas en utilisant le service.

Ailleurs dans le monde, c’est plus compliqué. Apple n’a rien annoncé de précis : après le lancement américain au mois d’octobre, l’entreprise est censée « travailler dur » pour lancer Apple Pay dans le reste du monde. Rien n’est fait donc, mais le constructeur est certainement plus motivé qu’à la normale. En effet, Tim Cook peut bien expliquer en interview que le volet financier n’est pas essentiel, il n’en reste pas moins qu’Apple gagnera de l’argent pour chaque transaction effectuée avec Apple Pay.

Certes, le service est gratuit pour le client qui fait un achat, pour le développeur qui l’intègre à son application, ou pour le commerçant qui l’accepte dans sa boutique (dans ce cas, les banques prélèveront les frais habituels pour la transaction). Toutefois, Apple devrait prélever une partie de chaque transaction auprès des banques. L’information reste au conditionnel, car elle n’a pas été confirmée et on ne connaît pas les taux, mais il semble acquis que des accords ont été signés en ce sens.

Même si le taux prélevé par Apple est extrêmement réduit, c’est une manne financière qui intéressera forcément l’entreprise, d’autant que si Apple Pay a du succès, cela pourrait représenter des sommes conséquentes. Mieux, l’entreprise n’a rien à faire pour gagner cet argent, et c’est une manière de continuer à faire payer ses clients, sans que ces derniers ne s’en aperçoivent.

Dans ces conditions, on peut penser que le déploiement à l’international du service sera beaucoup plus rapide qu’avec iTunes Radio, par exemple. D’autant que trouver un accord sera certainement plus facile avec les banques, qu’avec les grandes maisons de disques.

Payer avec sa montre

Apple Pay sera réservée à l’iPhone 6 dans un premier temps, mais le constructeur a aussi prévu d’ajouter ce service de paiement à ses montres connectées. On pourra simplement porter sa montre à proximité du terminal de paiement pour effectuer un achat, sans même avoir à sortir son téléphone de sa protection. Voilà qui sera pratique en cas de mauvais temps, ou tout simplement pour aller encore plus rapidement.

Faute de capteur Touch ID, le fonctionnement est un peu différent toutefois. Le service de paiement nécessite d’abord de créer un code (probablement à quatre chiffres) qui sera demandé pour toute transaction. Par mesure de sécurité, la transaction est validée si trois conditions sont remplies :

  • La montre doit être au poignet : les capteurs sous l’écran détectent si la montre est retirée, au quel cas Apple Pay devient inactif.
  • Pour valider la transaction, on doit aussi appuyer deux fois sur le bouton sur le côté, sous la couronne.
  • L’Apple Watch doit être appairée à un téléphone (iPhone 5 ou mieux).

Combinées, ces deux précautions évitent un « vol » en NFC : personne ne pourra vous forcer à effectuer un paiement en passant un appareil à proximité de votre montre. L’Apple Watch restant au poignet toute la journée, c’était un risque, par exemple dans les transports en commun.

Le code demandé avant chaque transaction est une sécurité, mais une sécurité qui semble bien légère comparée à ce que propose l’iPhone 6. L’association avec son iPhone ajoute toutefois une mesure de sécurité supplémentaire. Si la montre est trop éloignée de son téléphone, la transaction sera probablement impossible.

Précisons par ailleurs que la montre n’est capable d’effectuer que des paiements physiques, en boutique : dans les applications, il faudra nécessairement un iPhone 6. C’est toutefois une excellente solution pour populariser plus rapidement le service de paiement : à 350 $ au minimum, Apple pourra convaincre plus de monde que si l’achat d’un nouvel iPhone était obligatoire.

L’Apple Watch n’est pas attendue avant 2015. Si le service de paiement est disponible en France à cette date, on pourra alors utiliser sa montre pour payer. Bienvenue dans le futur.

avatar Neufouad | 

Pas sûr qu'ils lisent en fait.

Ils déboulent ; regardent le titre (là aussi sans réellement le lire)

« Pensent » vite fait à une bouse… Et la lâchent.

Je ne vois que ça. :))

avatar John Maynard Keynes | 

@Neufouad

Yep est à lire ceratine question à une époque où tant d'information sont à porter de clic ils ne font même pas l'effort d'une recherche pour savoir à minima de quoi ils parlent :-(

avatar John Maynard Keynes | 

../..

Doublons

avatar John Maynard Keynes | 

../..

Doublons

avatar Tox | 

Cher JMK,
Heureusement que TU es là :)

avatar John Maynard Keynes | 

@Tox

Rassures toi il y a au milieu du bruit blancs des éructations et des pets de certains de nombreux contributeurs de grande qualité ici, même si certains hélas désertent fatigués du crétinisme ambiant.

avatar poulpe63 | 

Au sujet des frais : c'est le commerçant qui paye (location, ligne, etc...) et le client (cotisation, frais de change, etc...)
Niveau simplicité / sécurité
1) paiement < 20 ou 25€ => paiement sans contact avec sa CB (pas besoin d'iphone 6 et ça marche avec des gants...)
2) iphone, mais à condition de mettre un numéro virtuelle (car vrai numéro CB bloqué Internet, par défaut au CMB, par exemple).

Bref, tant que ça sera lié à une CB et pas au compte bancaire directement (utilisation du prélèvement) : faible intérêt ce système (toujours obligé d'avoir une ou plus CB, et donc cotisation...)

avatar USB09 | 

Moi j'ai un doute : les informations sont dans une PUCE , hackable soit dit en passant.
puisque les infos sont dans le téléphone, chose qui se perd assez souvent.

N'y Aurait pas mieux valu d'utiliser le compte iTune , avec sa carte bancaire, et débloquer via Touch ID ?

avatar John Maynard Keynes | 

@USB09

Tu as visiblement fait une analyse très poussée de l'architecture de sécurité proposé par Apple, je suis très impressionné :-)

avatar joneskind | 

@USB09 :

C'est une question intéressante, mais je suis pas trop inquiet.

Je m'explique :

Les données sont vraisemblablement chiffrées avec une grosse clé 2048 Bits incassable par force brute.

Il faut un accès physique au téléphone, et sans l'empreinte digitale du propriétaire il est impossible de déverrouiller le téléphone pour le mettre en mode avion - si le control center a bien été désactivé sur l'écran d'accueil -

Donc à priori, le temps que le voleur rentre chez lui pour hacker ton téléphone, t'as eu cent fois le temps de l'effacer à distance.

avatar XiliX | 

@USB09

On peut sans problème, et il existe déjà, des puces sur lesquelles on ne peut que écrire, pas lire.
Par exemple, on enregistre les informations bancaire, mais on ne peut pas lire ses informations.

Alors comment on peut savoir si par exemple le pouce que je viens d'apposer sur le lecteur est le bon pouce. Bah le lecteur envoi le scan à la puce la puce te répond "Oui c'est bon" ou "Nope ce n'est pas ce qui a été enregistré". Donc à aucun moment il y a lecture du contenu de la zone sécurisée.

C'est un peu comme lorsqu'on crypt les mots de passe. Dans la majorité des cas, et c'est le mieux sécurisé, il est impossible de décrypter les mots de passe cryptés. Tu ne peux donc pas trouver les mots de passe, même si tu as accès à ces informations.

avatar John Maynard Keynes | 

Les notions de sécurité et de confidentialité ne semblent pas être si bien comprise que cela par beaucoup ici.

avatar Tox | 

En attendant, au lieu de te la jouer, va étudier la notion d'humilité...

avatar John Maynard Keynes | 

@Tox

Certainement pas l'humilité n'est en rien une qualité (si jamais tu connais le vrai sens du mot humilité ce dont je doute fort) c'est laisser la porte ouverte aux médiocres que de s'abaisser devant eux :-)

avatar Tox | 

Je n'aurais donc pas dû laisser l'huis entrouvert pour toi ?

Je ne saurais m'y résoudre, tant le plaisir de te voir pérorer vaut bien un courant d'air :)

avatar Gregoryen | 

Moi ce que je veux savoir c'est :

Sur l'iPhone 5S si notre emprunte ne marche pas on peux taper le code a 4 chiffres.

En sera t-il de même pour les achats ?

Car si on se fait voler notre téléphone et que la personne nous a déjà vu taper le code a 4 chiffre on la dans le *** ...

Ah oui deuxième question :

En France la puce nfc est présent dans nos CB, mais le montant des achats est limité pour 20 € par sécurité, le plafond existe t-il aussi pour les iPhones ?

Troisième question : En ce qui concerne l'apple Watch, pour le paiement sans contact, quand on est sur iPhone on valide avec le touch id, mais la avec la watch on bipe avec la watch, mais pour valider ? On sort l'iPhone 6 pour valider ? Du coup sa sert à rien ou j'ai loupé un truc ?

avatar enzo0511 | 

J'espère qu'on aura le pass navigo dans Passbook et donc en NFC via la montre

C'est qd même bien chiant de sortir son pass

avatar finaleSportivo | 

la quantité est plus importante que la qualité. CQFD

avatar diegue | 

Avant d'utiliser son iPhone il faudrait déjà utiliser sa Visa NFC quand c'est possible ! Depuis plus d'un an je n'ai du pouvoir utiliser ma Visa par contact que 5 fois maxi ! C'est interdit pour les achats > 20€ et très peu de terminaux sont encore adaptés.
Aux US les iPhone sont très répandus, en France beaucoup moins. Qu'elle est la banque qui voudra faire un deal avec le seul Apple ? quant aux commerces !!
Voila un bon sujet pour l' Europe : norme commune avec applis et iOS, et android au moins !

avatar Orus | 

En cas de vol de l'iPhone je ne vois pas où est la sécurité. Un hacker va inévitablement trouver la faille, c'est évident; ce n'est qu'une question de temps.

avatar Henri_MTL | 

Pas lu l'article, juste le titre ambitieux m'a suffit. Perso j'irai jamais payer 800$ un appareil qui pourrait remplacer ma carte de crédit, qui elle me coûte 0$ par an.... !! Par chance pour Apple, le ridicule ne tue pas.

avatar FreddyF | 

Pour m'être déjà fait pirater ma carte bleue (par récupération du numéro et du code à l'arrière), la sécurité qu'offre Apple Pay m'irait très bien.
Si en plus c'est plus facile et rapide, je signe.

avatar stéphane83 | 

Cette image (d'Apple) m'écoeure...

avatar John Maynard Keynes | 

@stéphane83

Cette image

Laquelle ?

Si non pour t'aider :

Remède simple et naturel contre les nausées

Ne pas se coucher le ventre vide pour éviter les nausées durant la nuit, manger un aliment sec et riche en glucide avant de vous coucher et si il le faut durant la nuit (biscotte, crackers, pain...)
Ne sortez pas du lit sans avoir mangé et bu. Garder à coté de vous un aliment sucré et une boisson que vous prendrez au réveil puis quelques minutes après vous pourrez vous lever pour prendre un petit déjeuner correct
Ne rester jamais l’estomac vide Multiplier le nombre de repas, passez de 4 à 6, cela vous permettra d’éviter l’apparition de nausée (en tout cas de limiter leurs incidences) il vaut mieux manger fractionné et garder les bienfaits de son repas, que de manger à heures fixes et vomir l’intégralité.
Manger des aliments dont l’odeur ne vous dérange pas. S’il faut manger un plat froid pour éviter que l’odeur du plat chaud entraine un écœurement.
Evitez de manger gras, épicé, lait entier et œuf. Car il gène la digestion.
Boire une boisson sucrée (gazeuse ou pas) gardé à température ambiante
Quand la nausée est trop forte, allonger vous, arrêter de bouger, et concentrer vous sur votre respiration afin détourner l’attention de votre esprit.
Pensez au gingembre sous toutes ses formes. C’est un Anti nausée puissant .Une infusion de gingembre frais de préférence, biscuit au gingembre, morceau a mâcher, capsule…
La menthe poivrée a aussi des propriétés anti nauséeuse consommé en infusion.
Contre la nausée matinale : un lait chaud agrémenté de germe de blé.
Le citron peut diminuer la nausée à utiliser en citronnade fraiche, sur un sucre, en tisane, en quartier à sucer.

avatar stéphane83 | 

@John Maynard Keynes :

Dans les villes
De l'an deux mille
La vie sera bien plus facile
On aura tous un numéro
Dans le dos
Et une étoile sur la peau
On suivra gaiement le troupeau
Dans les villes
De l'an deux mille...

avatar John Maynard Keynes | 

@stéphane83

quand on en est à cité Plamondon il n'y a plus de limite :-)

Si non en quoi cette situation, que bien d'autre on annoncé et dénoncé avec un autre talent que le copain du tennisman sus-nommé, a-t-elle particulièrement à voir avec l'image d'Apple ?

Cela colle bien plus à Google en fait :-)

avatar John Maynard Keynes | 

Très bonne chronique de JLG sur la question qu'il avait déjà abordé dans le passé :

http://www.mondaynote.com/2014/09/07/an-ancient-love-story-apple-payment...

avatar 8enoit | 

En tout logique, puis qu'apple va gagner pas mal d'argent avec ses iPhone via l'utilisation d'Apple pay, les prix des iPhone devraient baisser, renforçant encore l'adoption d'Apple pay par de meilleurs ventes d'iPhone, et donc augmentant les bénéf d'Apple.
Un magnifique cercle vertueux.

Les iPhone à 700€ pour 16 Go, il y a comme qqch d'excessif.

avatar stéphane83 | 

@John Maynard Keynes
Le passage de la quarantaine me rend peut être nostalgique :)

avatar John Maynard Keynes | 

@stéphane83

Un classique ;-)

avatar Orus | 

Ce magnifique article, ne parle pas de la commission qu'Apple va toucher sur chaque paiement avec Apple Pay, et donc des frais bancaires que vous possesseur d'iPhone allez payer en plus.
Encore une fois, Apple n'agit que dans une seule direction, faire du fric.

avatar John Maynard Keynes | 

@Orus

et donc des frais bancaires que vous possesseur d'iPhone allez payer en plus.

Et encore un fantasme sortie tout droit de tes fantasmes, avant de proférer des inepties par wagon esses de comprendre un peu ce que tu essayes de commenter.

Oui Apple prendra une commission comme tout opérateur de ce type, non cela ne viendra pas alourdir la facture du client puisque cet commission sera prise sur l'actuelle commission des acteurs du secteurs
à qui Apple offre un service.

Ce n'est pas pour rien que les leader internationaux de l'industrie de la carte de paiement ont noué des accords avec Apple, ce type de mode de paiement est pour eux d'un grand intérêt.

Encore une fois, Apple n'agit que dans une seule direction, faire du fric.

La ce n'est pas simplement inepte c'est simplement idiot de s'étonner d'une telle banalité.

Mais là encore ils espèrent faire des profits en apportant une solution fiable et facile à un des pb patent de l'époque : l'usage de moyens de paiement obsolètes, peu sécurisés, peu confidentiel.

Je trouve cela moralement plus défendable que la monétisation de la vie de ses utilisateurs qui est le modèle économique génial de Google :-)

avatar John Maynard Keynes | 

@justlikeheaven

Nos cartes bleu à puce avec le système bancaire qui ça autour ne sont pas si vulnérable qu aux états unis

C'est beau de se bercer d'illusions, nos carte sont bien vulnérable et les arnaques coutent de plus en plus chère à ceux qui les mettent en oeuvre et en couvrent les conséquences.

Deux des grands enjeux de l'époque sont la sécurisation des règlements en ligne et l'identification sur les site.

ToucheId vise à moyen terme à adresser ces deux enjeux.

avatar philoo34 | 

En fait on a un parfait remake des avis irréfléchis de certains à l'encontre d'Apple avec le démarrage d'iTunes à une. Étains époque , pas si lointaine .
Un éternel recommencement du manque d'analyse de la part de certains , coincés dans leur vision d'Apple.

iTunes et le deal avec les maison de disque à été le départ de la révolution de la manière d'acheter de la musique , qui malgré l'existence des baladeurs mp3 avant l'iPod ne décollait pas et stagnait dans un modèle archaïque voulu par les majors .

On est en train de vivre la même chose avec le paiement par contact .
Oui les smartphones avec NFC existent chez d.autres depuis longtemps sauf que les fabricants se foutent bien de l'utilité réelle que les utilisateurs peuvent en tirer .
Ils collent ça dans leurs specs et basta , que le peuple se démerde avec !
Résultat ? Ca ne décolle pas , et en restant comme ça ça finira paresser à la trappe.

Apple se lance ? Trop tard ?
Non car eux ils mettent les moyens et les équipes pour proposer un truc fini qui tienne la route et qui risque de faire décoller ce mode de paiement .
Et quand ils auront fait tout le boulot , ben les autres vont en profiter comme d'habitude.

avatar mirando | 

"Le numéro de la carte bancaire n’est pas enregistré sur les serveurs d’Apple, ou sur tout autre serveur, il est strictement conservé dans le téléphone, dans cette puce sécurisée."

D'après ce que j'ai lu ailleurs c'est inexact. Les données de la carte hé sont pas dans secure elements.
C'est un numéro unique qui est généré par le "croisement" des coordonnées bancaires et de l'iPhone. Même si c'était décrypté on n'aurait pas accès aux données bancaires.

Quelqu'un a t il lu des choses semblables?
http://www.i4u.com/2014/09/81648/apple-pay-details-unveiled

avatar pacou | 

Le paiement sans contact est une réalité dans la plupart des commerces en France et sera opérationnel partout dans les deux ans qui viennent (temps du renouvellement des TPE) "grâce" à nos chères banques qui généralisent les cb équipées de puces de paiement sans contact.

On peut déjà régler comme cela des achats jusqu'à 20€.

Il me semble que le système devrait donc être accepter technologiquement bien plus vite en France qu'ailleurs. Par contre, il faut que le réseau bancaire joue le jeu, et quand on voit qu'il a mis 12ans à mettre en place SEPA et qu'ils ont réussi à être en retard sur la date d'échéance avec la complicité de certaines grosses boîtes ...

avatar John Maynard Keynes | 

@justlikeheaven

Je ne trouve pas que l'enjeu soit vraiment sur les questions pratiques, les cartes de paiement actuelles le sont déjà.

Pour moi les enjeux sont avant tout au niveau de al sécurité et de la confidentialité, tout en restant à un niveau de mise en oeuvre qui soit aussi simple que les actuelles cartes de paiement pour l'utilisateur.

Tu peux considérer que c'est de l'idolâtrie, mais sur cette question à laquelle beaucoup se sont frotté sans succès, je suis assez impressionné par la démarche d'Apple et la cohérence de la stratégie.

Apple n'a pas sauté sur le NFC qui ne présentait qu'une part de la solution.

On sent bien que TouchId est au coeur d'une stratégie large offrant de belles perspectives pour résoudre un des enjeux de l'époque.

Bref comme toujours, ils ne sont pas les premier mais la proposition est pensée, structurée, cohérente

avatar will42 | 

C'est génial, plus de batterie plus de carte bleue !

De plus quand on connaît la tendance qu'avait les iPhones 5 a s'éteindre a 20% de batterie, il est urgent d'attendre.

avatar John Maynard Keynes | 

@will42

Et où diable as-tu vu qu'il fallait brûler ses cartes de paiements pour avoir le droit d'utiliser se systèmes ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR