Éducation : l'iPad se fait piquer sa place par les Chromebook

Sabrina Fekih |

N'en déplaise à Phil Schiller, qui avait attaqué avec virulence les Chromebook en novembre, ces petits ordinateurs portables bon marché taillent des croupières à l'iPad depuis plusieurs années dans le secteur de l'éducation.

Le changement de direction de Fraser Speirs, un enseignant britannique qui a remplacé l'année dernière tous les iPad de ses élèves par des Chromebook, s'apparente à une leçon, voire un blâme, pour Apple. Ça l'est d'autant plus que Fraser s'était fait une spécialité des outils éducatifs de la Pomme, dont il partageait fréquemment l'expérience. Et celle-ci était de moins en moins bonne.

Image d'illustration Linux Journal (CC BY)

Fraser Speirs avait introduit l'iPad dès 2010 dans sa petite école, où chaque élève dispose de son propre appareil. En 2013, l'iPad de 1re génération était remplacé par l'iPad 4, lui-même remplacé par l'iPad Pro 9,7" en 2016. Mais trois ans plus tard, ce n'est pas une nouvelle tablette Apple que les écoliers ont entre les mains, mais des Chromebook.

Le professeur explique dans un long billet de blog publié l'été dernier que cette bascule a été motivée par plusieurs raisons. D'une part, pour des motivations économiques. Pour bénéficier de Chrome OS, une large gamme de modèles (Samsung, Acer, HP, etc.) est mise à disposition des établissements scolaires, et ce, à différents prix. Google impose uniquement des frais de gestion à hauteur de 30 $.

De plus, la suite d'outils G Suite et la plateforme Classroom sont fournis gratuitement aux étudiants. Une offre qui fait potentiellement pencher la balance quand on sait que plusieurs écoles américaines disposent d'un budget limité.

Par exemple, depuis qu'elles ont opté pour Google, les écoles de Chicago économisent environ 1,6 million de dollars par an en gestion des messageries électroniques. « Nous allons économiser 56% du budget actuel pour l'iPad et j'espère pouvoir utiliser cette somme pour proposer d'autres initiatives aux élèves », indique pour sa part Fraser Speirs.

« Quand, j'ai réalisé que je pouvais acheter 1,8 Chromebook neufs pour le coût d'une réparation d'iPad, j'ai commencé à réfléchir sérieusement à ce que nous devions faire », ajoute-t-il.

Mis à rude épreuve, les écrans des iPad s'endommagent rapidement, contrairement aux concurrents qui sont principalement sous forme de laptop avec claviers. Les chargeurs des iPad s'abîment aussi relativement vite et les réparations coûteuses s'enchainent. Remplacer un écran d'iPad hors garantie coûte plus de 300 €.

Ce n'est pas un hasard si Apple a doté en septembre l'iPad 7 du Smart Connector : il s'agit de faciliter autant que possible l'ajout d'un clavier — un périphérique jugé indispensable par de nombreuses écoles — à l'iPad.

Aussi, un fossé s'est creusé entre les deux géants en matière d'application. Fraser Speirs regrette qu'iTunes U soit visiblement mis de côté, alors que Google Classroom ne cesse de convaincre. Il est également plus simple pour les étudiants de stocker leurs documents, collaborer et envoyer des devoirs depuis leurs adresses Gmail. À en croire la société, aux États-Unis 30 millions d'écoliers utilisent les applications Gmail et Docs.

Les apps "En classe" et "Pour l'école" d'Apple.

Depuis la mise en place de son application « Pour l'école » la Pomme montre néanmoins sa volonté de revenir dans la compétition. La capacité de stockage d'iCloud a même été augmentée à 200 Go au lieu des 5 Go habituels pour l'offre destinée à l'enseignement.

Pour se faire une place sur ce marché, Google a multiplié les opérations séduction. Google offre des espaces de collaboration en ligne pour permettre aux professeurs d'échanger sur l'intégration de ses produits dans les programmes éducatifs. L'entreprise met aussi les professeurs à l'honneur via des certificats qui reconnaissent ceux « ayant recours aux technologies pour résoudre les grands défis de l'enseignement.»

Une stratégie qui paie, puisqu'en agrandissant son réseau d'enseignants partenaires, ceux-ci sont devenus les meilleurs communicants de la société. Dans des tweets et autres billets de blog, ils ne tarissent pas d'éloges sur les Chromebook en classe, invitant leurs confrères à suivre le mouvement.

En témoignent les chiffres. En 2016, les Chromebook représentaient 58 % des appareils mobiles expédiés dans les écoles primaires et secondaires aux États-Unis.

Image : New York Times

Du côté d'Apple, on vante aussi ses produits tant bien que mal. Pour Phil Schiller il faut des outils à la « fine pointe de la technologie » pour pallier le manque de motivation des étudiants. Comprenez des iPad et non pas des Chromebook.

Toutefois, les Chromebook semblent s'être trouvé une cible idéale. Facilement verrouillables à distance, ils sont préférés par le corps enseignant car il est plus simple d'en limiter l'accès à internet pendant les examens. Ce qui n'est pas le cas avec les iPad : les élèves ont su contourner le contrôle parental/restriction scolaire en quelques manipulations…

Reste à savoir si les prochaines générations d'iPad parviennent à inverser la tendance.


avatar fredsoo | 

@gratosax

C’est clair, et à ça on rajoute l’incapacité et la flemme de s’adapter a de nouvelles solutions. Y a qu’a voir le nombre de gens qui ne font les maj majeures de part de ne pas s’y retrouver dans l’interface. Sans parler de changer d’OS carrément.

avatar CorbeilleNews | 

@gratosax

Et oui mais quand on est déjà dans le bain on ne se rend plus compte que ... l'eau ça mouille

Et les décideurs ne décide que sur des bases qu'ils connaissent...

Je suis bien d'accord avec vous !!!

Tant d'argent économisé qui pourrait bien mieux servir que des sociétés qui font du lobbying !!!

On comprend mieux que les stagiaires passent plus de temps sur leur téléphone qu'a bosser si la forme est plus intéressante que le fond !

avatar raoolito | 

mais j'ai entendu plus d'une fois que l'on tentait d'imposer plus le libre, probleme c'est que coté tablette c'est mort, et coté ordinateurs il faut des gens qui connaissent derriere. Souvent les profs, qui ont autre chose à faire et rarement les compétences pour.
Sans parler du fait qu'en entreprise, tu presentes libre office on rigole doucement et l'ecole n'a pas d'autre choix que de suivre.

avatar pat3 | 

@raoolito

"Sans parler du fait qu'en entreprise, tu presentes libre office on rigole doucement et l'ecole n'a pas d'autre choix que de suivre."

Je me demande si vous comprenez que l’école n’a pas pour fonction de former au travail en entreprise ?

Que les gamins crèvent d’angoisse parce qu’ont leur demandent de choisir leur futur productif avant qu’ils se soient posés des questions sur leur futur, tout court (en même temps qu’on les noie sous un tsunami de sollicitations improductives via des appareils à écran - si vous avez un gamin en collège, combined d’écran a-t-il à sa disposition et de temps libre consacré à les regarder)?

Que « l’entreprise », si tant est qu’on puisse essentialiser autant le monde du travail (dans lequel il y a des éducateurs, des infirmières, des ouvriers, des agriculteurs, des balayeurs, des nounous, des artistes, bref, pas juste des ingénieurs, des gestionnaires, des informaticiens et des commerciaux), a besoin de profils multiples et variés ?
Qu’une entreprise peut fonctionner sans la suite Office si elle le décide, et sans préjudice sur son activité ?

Mais quelle vision étriquée de l’éducation, du travail, du monde.

avatar raoolito | 

@pat3

L’ecole a pour devoir de former à integrer aussi le milieu du travail en entreprise qui représente une enorme majorité du marché du travail
Ne pas l’admettre c etre carrément dangereux

avatar fabricepsb71 | 

d'un côté vous avez une administration qui cherche les économies et, de l'autre, vous avez une entreprise qui propose du service quasi gratuit aidée par des fabricants de produits bas de gamme.
Comment voulez-vous qu'Apple se positionne en une alternative intéressante avec ses prix exorbitants.
Après, il faut voir aussi le coût d'usage dans le temps

avatar macinoe | 

"Après, il faut voir aussi le coût d'usage dans le temps"

Ça semble justement être une des motivations principales.

"Quand, j'ai réalisé que je pouvais acheter 1,8 Chromebook neufs pour le coût d'une réparation d'iPad, j'ai commencé à réfléchir sérieusement à ce que nous devions faire."

avatar pat3 | 

@macinoe

On attend juste le retour d’expérience du même gars après 10 ans d’usage du Chromebook. Là on a un retour d’expérience sur dix ans qui s’est dégradé contre un renouvellement tout niveau tout beau.

Après, qu’Apple air perdu le mojo qu’elle avait dans l’éducation aux US c’est indéniable… En ce qui concerne la France, elle ne l’a jamais vraiment eu: trop cher pour être majoritaire dans les écoles…

avatar byte_order | 

@fabricepsb71
> Comment voulez-vous qu'Apple se positionne en une alternative intéressante avec ses
> prix exorbitants.

Ohhh, la pauvre petite entreprise qui n'a d'autre choix que de proposer des produits aux prix exorbitants...
C'est *son* choix. Celui de *ses* actionnaires.

D'autres sont possibles. Plein d'autres, même.
Par exemple :
- baisser sa marge
- proposer une véritable solution de gestion de parc à prix coutant, voir même gratuite (après tout, elle tirera un bénéfice direct à ce qu'une future génération soit formée avec sa solution)
- proposer iOS sous licence à des fabricants tiers et laisser la concurrence entre eux faire le boulot d'abaisser les prix à l'achats
- ouvrir iOS pour faire tomber les freins artificiels à l'interopérabilité
- ouvrir réellement le marché de la réparation de ses machines à des tiers.

Oui, tous se traduiront probablement par une baisse de ses recettes, au moins au départ.
Mais c'est à elle de voir si accepter cette baisse vaut le coup ou pas.
A défaut, ce qui baisse c'est l'audience de ses plateformes logicielles.

A elle aussi de voir si l'audience de ses plateformes logicielles est bonne pour elle ou pas.

avatar fredsoo | 

@fabricepsb71

Tim Cook devrait pouvoir être a même de le comprendre... 😃

avatar Doctomac | 
avatar armandgz123 | 

C’était la suite logique, l’offre chromebook est tellement excellente.

avatar sandalfo | 

J'aime pas trop les chromebooks, on ne peut pas faire grand chose offline avec eux. C'est vraiment dommage, l'OS n'exploite pas les capacités du matériel en local. Je préfère les petits PC.
Les mac c'est trop cher pour l'école, les iPad pourquoi pas le prix baisse et certaines app fonctionnent en local. Dommage que les prix du SAV apple soeint si chers

avatar Ast2001 | 

On ne peut pas faire grand chose en offline sur un Chromebook ??????? Donne moi un exemple stp. J'ai un iPad et un Chromebook (un HP x 360) et si l'iPad me sert pour les vidéos et la lecture (news, cafeyn, izneo), pour le reste le Chromebook le surpasse dans tous les domaines.

avatar fifounet | 

@Ast2001

"et si l'iPad me sert pour les vidéos et la lecture (news, cafeyn, izneo), pour le reste le Chromebook le surpasse dans tous les domaines."

Ha ?
Et la surface elle a fini oú ? 😎

avatar Ast2001 | 

C'est mon épouse qui l'utilise maintenant :-) Son portable Windows est mort et il a été avantageusement remplacé par ma Surface 3 toujours vaillante !

avatar fousfous | 

On est toujours prêt à vendre les données des enfants quand il s'agit de faire des économies... C'était prévisible Google est prêt à tout pour obtenir des monopoles un peu partout, l'illusion de la gratuité fonctionne très bien.

avatar huexley | 

Tu dit n'importe quoi pour changer. Cf mon poste plus haut, et oui je bosse dans une ecole et oui je sais de quoi je parle

avatar djgreg13 | 

On a toujours autant de Windows sur notre parc, ouf on est sauvé ils ont pas convaincu le cg57/67

avatar ys320 | 

Dire que dans certains pays les élèves prennent leurs cours sur des ordis, en France c’est mal et c’est comme ça que tu te retrouves avec des étudiants qui ne savent pas se servir d’un tableur ou d’un traitement de texte et qui tapent à l’a vitesse d’un escargot.

avatar mouahahaha | 

Et parmis ceux qui utilisent des ordis pour prendre leurs cours, combien savent utiliser un stylo pour correctement écrire sur du papier ?

avatar tupui | 

@mouahahaha

Je me fait l’avocat du diable, mais ça sert à quoi de savoir écrire sur du papier aujourd’hui ? Tu grave encore la pierre et écrit sur les murs ? 😉 cf la Finlande https://amp.theguardian.com/world/2015/jul/31/finnish-schools-phase-out-handwriting-classes-keyboard-skills-finland

avatar Calorifix | 

Il a été prouvé qu'écrire à la main développe la motricité, l'habilité, les compétences de lecture, active davantage de capacités cérébrales, comme la pensée, la langue, la mémoire, etc.

avatar tupui | 

@Calorifix

Comme plein d’autres activités motrices 🤷‍♂️. Les Finlandais sont l’un des pays ayant l’un des meilleurs systèmes éducatifs. Je ne me fait pas de soucis pour eux.

avatar oomu | 

vive le jeu vidéo donc :)

avatar CorbeilleNews | 

@mouahahaha

Ou écrire sans faire 3 fautes dans une phrase simple

avatar raoolito | 

@ys320

ne pas non plus prendre le pli inverse: ce qui compte c'est de le faire intelligement. Un bon vieux bouquin ne se remplace pas facilement (ou de manière justifiée) par un ipad, là ou, à l'invers,e dans certaines matières/pratiques ca a une plue value.
Le tout-numerique est aussi mauvais que le 0-numérique

avatar raoolito | 

à supprimer

avatar jopaone | 

iPad 2 , iPad 4 et iPad Air 2 ont été les meilleures générations d’iPad

avatar jcp25 | 

@jopaone

J'ai eu pratiquement toutes les versions d'ipad jusqu'au pro 9.7" que j'utilise toujours car c'était d'excellentes machines. Ensuite... Les pro sont trop chères mais les Normales sont OK si on est dans le profil de l'utilisateur.

avatar fte | 

Ma fille dispose d’un iPad en prêt depuis un peu plus d’un trimestre, pour son travail scolaire entre autres choses.

Conclusion ?

Pour son entrée au collège (lycée, gymnase, 15+ ans, les noms varient selon les régions), on lui achètera un notebook.

L’iPad n’a pas convaincu, loin s’en faut. Apple est out.

Après, Windows, Linux ou ChromeBook, ce n’est pas décidé.

avatar PTT91 | 

Bonjour,
iPad reste un iPad point !
Il n'a ni OS ni trackpad ni pleins de choses
C'est juste une tablette
La mienne est rendue l'âme après 5 ans

Ma fille vient de recevoir un Chrombook par son lycée. Il n'est pas trop mal, avec un clavier. On peut surfer, taper les documents Word et tableur Excel et on peut facilement imprimer

Je suis plutôt fan des produits d'Apple mais iPad NON. Ce n'est pas un Ordinateur !
C'est difficile ou très compliqué à mettre des fichiers sur une clé USB pour donner aux prof par exemple
Voilà à vouloir trop fermer l'OS, Apple n'est plus recommandable pour les écoles

avatar pat3 | 

@PTT91

"Ma fille vient de recevoir un Chrombook par son lycée. Il n'est pas trop mal, avec un clavier. On peut surfer, taper les documents Word et tableur Excel et on peut facilement imprimer"

C’est vrai que c’est largement suffisant et nécessaire pour le lycée.
En fait, on devrait résumer l’enseignement au B2i, le monde a besoin de millions de secrétaires.

avatar pim | 

@PTT91

Bonne synthèse !

L'iPad pourrait devenir un excellent appareil, si au moment du branchement de clavier, iOS s'effaçait pour laisser place à macOS. N'oublions pas qu'il y a peu de différence entre les deux, ce sont tous les deux des systèmes à base Linux. Cela nécessiterait une adaptation des applications, bien sûr, mais c'est déjà le cas de beaucoup d'App qui ont deux versions, adaptées à chaque système. Apple aurait le moyen de faire cela, s'ils le voulaient, mais ils préfèrent vendre un iPad ET un MacBook, plutôt qu'uniquement un iPad.

avatar byte_order | 

@pim
> ce sont tous les deux des systèmes à base Linux.

Unix, pas Linux.

> Apple aurait le moyen de faire cela, s'ils le voulaient, mais ils préfèrent vendre un iPad ET
> un MacBook, plutôt qu'uniquement un iPad.

Pour être précis, Apple préfère vendre un iPad *et* un MacBook tant qu'elle pourra convaincre ses clients de le faire, même à ceux qui veulent un MacBook utilisable en mode tactile, c.a.d. hybride.

A chaque consommateur de faire sa part du contrat, en particulier à ne pas sous-estimé mais également ne pas sur-estimé le coût de migration en dehors de l'écosystème d'Apple.
Car y'a aussi - justement - la fin de tout plein de ces limitations arbitraires dûes à la position d'Apple, qui vient en compensation.

avatar Anka | 

Mon fils a Ipad au collège depuis 1an 1/2. C’est consternant ;-(
J’adorerais qu’on leur apprenne à taper ou à se servir d’un traitement de texte, d’un tableur ou à faire une présentation. Mais la seule appli enseignée c’est minetest. Cool mais insuffisant! J’adorerais qu’on leur enseigne à chercher sur internet, à différencier les sources de contenus, mais on leur demande juste de « faire une recherche internet sans copier coller wikipédia».
En histoire ils lisent un pdf à trou, notent les réponses sur le cahier, et enregistrent les cartes muettes dans photos pour les modifier. Quand ils révisent c’est avec 3 supports... efficacité nulle, tout le temps est passé à zapper entre un écran de 15x19cm ou ils voient un paragraphe à la fois, un cahier avec une liste de mots et l’album partagé où ils ont casé la carte entre deux vidéos de squeezie, sur fond de notifications des potes qui demandent à quelle heure on joue... au final sur 30 min de révision, 3 min passée sur le fond de l’affaire.
Le collège explique qu’ils ne peuvent pas techniquement bloquer les téléchargement pendant les cours... les élèves surfent sur des vidéos de fortnite en essayant de planquer l’écran derrière le cahier.
Écrire à la main n’est pas revenir à l’age de pierre, c’est mobiliser son physique pour exprimer infiniment plus qu’en dactylographiant, et plus rapidement. Mon fils ne fait pas ses exos de math sur l’ipad parce que c’est bien plus rapide d’écrire sur une feuille que d’insérer et de dimensionner une zone de texte, puis de la remplir, sur son livre numérique. Le jour où ils auront des stylos numériques aussi fluides qu’un crayon, j’achèterais mais là taper sur un ipad c’est ça l’age de pierre.
Bref l’utilisation du numérique à l’école est à inventer et à tester mais pour l’instant c’est nul et c’est les élèves qui testent... Les profs expliquent mi-admiratifs que « les élèves s’en sortent bien mieux qu’eux », c’est vraiment touchant mais mon fils perd son temps...

avatar agrippa | 

@Anka

Effectivement c’est consternant...
De l’intérieur on a parfois l’impression que le numérique est vu comme une solution aux nombreux problèmes rencontrés au quotidien.

avatar oomu | 

Le numérique est une solution aux problèmes qu'invente le numérique.

avatar iPop | 

@Anka

Bref l’utilisation du numérique à l’école est à inventer et à tester mais pour l’instant c’est nul et c’est les élèves qui testent... Les profs expliquent mi-admiratifs que « les élèves s’en sortent bien mieux qu’eux », c’est vraiment touchant mais mon fils perd son temps...

Mon expérience en tout l’inverse, les gamins s’en sorte dix fois mieux que nous. Sans chichi ils utilisent SIRI et tapent et cliquent aussi vite que Flash.

avatar Anka | 

En fait mon fils aussi , oui bien sur il sait parfaitement utiliser siri, tape vite (bon avec deux doigt donc moins vite que moi...), le collège a mis en place des boites mail mais les élèves eux ont tout de suite mis en place discord et ils ont rapidement compris comment contourner plein de limitations mises en place pour les cadrer etc etc...
Je suis d’accord avec vous, mais pour moi utiliser convenablement un ipad est à la portée de quiconque passe un peu de temps dessus ( ma grand mère a 85 ans s’y est mise vite fait avec les explications de mon fils ! ) .
Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est à quoi ça sert en cours de math ou de français ou d’histoire d’avoir 30 gamins qui lisent un pdf au lieu d’un livre ? Notre constat c’est que ils ont tous un seul reflexe c’est de cliquer comme flash pour passer aux commentaires sur l’album partagé ou à la vidéo téléchargée la veille dans leur lit et que le collège balaye proprement tous les problèmes en douce sous le tapis.....
Sauf que là on ne parle pas de regarder les nuages par la fenêtre ou de planquer l’anti-sèche derrière le radia, le collège a filé une console aux enfants pendant les cours et ils s’en servent

avatar iPop | 

@Anka

Oui en effet, très dure à cadrer. On peut tout de même utiliser des applications (Airphoto) qui ont pour but de faire passer des images dans le navigateur, en l’occurrence le cours (ils peuvent les prendre si il veulent, etc...).

avatar oomu | 

Concernant les services en lignes à la icloud / google docs / office365

Microsoft procède pareil (vis à vis des entreprises) :

Le produit est peut être mal foutu , lié à office, lourdingue etc, mais c'est au début. Après Microsoft n'arrête _pas_ de mettre à jour, d'améliorer l'interface, de faire des passerelles avec TOUS les concurrents qui bougent, et de, progressivement mais inlassablement, reprendre/émuler ce qui plaît chez la concurrence.

Microsoft Teams, y a 2 ou 3 ans, c'était nul, maintenant ça reprend tout de l'ennemi à abattre : Slack. Tout en ajoutant la totalité de Office, l'intégration en long et en large avec skype, github, office365, live, et j'en passe.

Google et Microsoft n'arrêtent pas.

Apple à l'inverse a tendance à sortir un produit d'un coup, un beau produit, avec un soin, etc, ok, 2 ou 3 patchs les premiers mois puis dodo.

Ainsi iwork n'a pratiquement pas évolué (malgré les mises à jour tous les 6 mois / un an, Numbers par exemple n'a jamais obtenu des fonctionnalités avancées que office365 et en partie Google sheets ont obtenus)

icloud.com évolue très lentement, lors de grands évenements à la WWDC demandant presque toujours de passer au dernier ios/macos pour la version mobile/desktop.

avatar byte_order | 

@oomu
> Google et Microsoft n'arrêtent pas.
>
> Apple à l'inverse a tendance à sortir un produit d'un coup, un beau produit,
> avec un soin, etc, ok, 2 ou 3 patchs les premiers mois puis dodo.

Les premiers développent une solution pour vendre la solution.
Apple développe une solution pour vendre le matériel attachée à cette solution.

Et oui, cela fait une grosse différence.

avatar Dimemas | 

mais non que diable !
on vous dit que ça fait fureur dans les écoles !
FU-REUR !

ça y est ils sortent du déni chez Apple ?

avatar Sindanárië | 

Cette histoire n’arrivera jamais en France!
Les enseignants en France n’a pas le temps pour utiliser des iPad ou chrome books, car après la grève et la râle, y’a les vacances,

😂

avatar agrippa | 

@Sindanárië

Quel beau tableau vous dépeignez : râle, grève et vacances ! Le triptyque de l éducation nationale. Que des nantis ces fainéants !
Étonnant que la profession ne parvienne pas à recruter et qu’on soit obligé de recruter à un niveau d’exigence bien plus faible. Chaque année il reste des postes mis au concours qui ne sont pas pourvus, notamment en mathématiques car il est facile de bien mieux gagner sa vie ailleurs.
Beaucoup de parents seraient surpris de voir le nombre d enseignants sans concours, souvent sans formation adéquate, qui enseigne à leurs enfants. Après tout un agronome a fait des maths, le vendeur de chez Leroy Merlin fait de la techno et n’importe quel manant sait expliquer et caractériser une ville ; tout le
Monde peut donc enseigner.
Lorsqu’il s’agit d enseignement, de nombreuses personnes semblent disposer de connaissances solides et d’un savoir faire absolu. J imagine qu’en allant chez le médecin c’est pareil, ces mêmes personnes doivent poser leur diagnostique et réclamer la bonne prescription.

avatar byte_order | 

@Sindanárië
J'adore les gens qui râlent que d'autres gens se permettent de râler eux aussi...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR