Ouvrir le menu principal

iGeneration

Recherche

Google et Mozilla ont bien profité du bug de Safari

Florian Innocente

Thursday 28 January 2016 à 11:00 • 23

App Store

La mésaventure d'Apple hier avec Safari a profité à Google (et parfois aussi à Mozilla) sur l'App Store. On observe également, grâce aux données d'App Annie, que le bug n'a pas touché tous les pays avec la même ampleur.

Alors que le navigateur d'Apple plantait dès que l'on touchait son champ de recherche, des utilisateurs ont fini par se tourner vers ses concurrents. Sur l'App Store français, l'app Google s'est logée à la première place de la catégorie des titres gratuits, remontant de 52 places. Chrome a bondi de 104 places pour devenir troisième. Firefox, tel un saumon, a vigoureusement remonté la rivière — 507 places de mieux — pour arriver à la 17e position.

Données App Annie du 27 janvier — Cliquer pour agrandir

En Allemagne, autre gros pays pour iOS mais aussi amateur de logiciels libres, Firefox a carrément été propulsé en tête du classement, avec 260 places de mieux. Chrome était 3e (+112) et Google 5e (+39). En Suisse, Google et Chrome étaient 2e (+37) et 3e (+109) et Firefox 10e (+216). En Belgique, Firefox a été catapulté de 507 places aussi en devenant 18e, mais ce sont Google et Chrome qui ont pris les deux dernières marches du podium (+54 et +111). On a des scores tout aussi importants en Espagne.

Firefox et Chrome

C'est l'inverse en Suède et en Norvège où l'on n'a pas vu d'explosion des téléchargements sur ces trois apps. Autre exemple que tous les pays n'ont pas connu ce bug de la même manière, différence de fuseaux horaires oblige, ces trois apps sont absentes des sommets aux États-Unis — Chrome est 30e (+34) et Google 31e (+8) et au Canada — Chrome 15e (+37) et Google 24e (+9). Tout le contraire de l'Australie qui s'est levée plus tôt que tout le monde et où le duo de Google a trusté les deux premières places en grimpant de 21 et 23 positions.

Au final, lorsqu'il a fallu remplacer le moteur de recherche déficient de Safari, les utilisateurs se sont répartis entre deux camps. Certains ont voulu une alternative complète à Safari et choisi logiquement un autre navigateur (Chrome ou Firefox) dont l'une des fonctions se trouve être la recherche. D'autres l'ont remplacé par un moteur de recherche (Google) dont l'une des fonctions est d'être aussi un navigateur. Tout est question de perception.

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner