Tim Cook s'explique sur la suppression de l'app HKMap

Mickaël Bazoge |

La valse hésitation d'Apple concernant l'application HKMap.live suscite beaucoup d'interrogations : après l'avoir refusée sur l'App Store, le constructeur l'a autorisée… avant de lui retirer son visa quelques heures plus tard. L'application, et le service de crowdsourcing qui en est à l'origine, affiche la position des forces de l'ordre à Hong Kong. HKMap est particulièrement populaire chez les manifestants pro-démocratie qui battent le pavé du territoire depuis plusieurs mois.

La confusion qui a régné chez Apple concernant le statut de cette application a poussé Tim Cook à rédiger un mémo pour ses équipes. Il confirme que si les informations affichées par l'application HKMap sont « bénignes », c'est leur utilisation qui pose problème. « Nous avons obtenu des informations crédibles provenant du Cybersecurity and Technology Crime Bureau de Hong Kong ainsi que d'utilisateurs, selon lesquelles l'app était utilisée à des fins malveillantes pour cibler les officiers de police, pour des actes de violence sur des individus et des biens en l'absence des forces de l'ordre ».

Cet usage place l'application en infraction de la loi et des règles de bonne conduite de l'App Store, explique le CEO d'Apple (qui ne dit pas si Waze, par exemple, peut aussi tomber sous le coup de la loi). Il indique que prendre ce genre de décision n'est « jamais facile », et qu'il est « encore plus difficile de discuter de ces sujets quand le débat public est enflammé ». Tim Cook ajoute que les débats nationaux et internationaux nous « survivront tous » et que s'ils sont importants, ils ne doivent pas « régir les faits ». La décision de retirer l'app a été prise pour « protéger au mieux nos utilisateurs ». Ci-dessous, le mémo au complet :

Team,

You have likely seen the news that we made the decision to remove an app from the App Store entitled HKmap.live. These decisions are never easy, and it is harder still to discuss these topics during moments of furious public debate. It’s out of my great respect for the work you do every day that I want to share the way we went about making this decision.

It is no secret that technology can be used for good or for ill. This case is no different. The app in question allowed for the crowdsourced reporting and mapping of police checkpoints, protest hotspots, and other information. On its own, this information is benign. However, over the past several days we received credible information, from the Hong Kong Cybersecurity and Technology Crime Bureau, as well as from users in Hong Kong, that the app was being used maliciously to target individual officers for violence and to victimize individuals and property where no police are present. This use put the app in violation of Hong Kong law. Similarly, widespread abuse clearly violates our App Store guidelines barring personal harm.

We built the App Store to be a safe and trusted place for every user. It’s a responsibility that we take very seriously, and it’s one that we aim to preserve. National and international debates will outlive us all, and, while important, they do not govern the facts. In this case, we thoroughly reviewed them, and we believe this decision best protects our users.

Tim

avatar marenostrum | 

il fait pas de politique Tim. il ne regarde que ses affaires. la chine lui a mis un ultimatum. si t'enlève pas cet app, pas de vente d'iPhone en chine et c'est tout.

avatar headoverheel | 

@marenostrum

Oui, c’est ce qu’il doit faire mais cela semble créer débat.

avatar marenostrum | 

eux qui critiquent Tim sont bêtes, tout simplement. ils critiquent facilement parce que ils n'ont pas d'intérêts propres à protéger là bas (ou ailleurs). et ici les commentaires sont gratuits, en plus.

avatar oomu | 

la seule chose qui m'intéresse c'est d'utiliser tout argument pour rappeler que l'app store est un problème : une limitation des usages d'un appareil acheté.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@oomu
Je plussoie.
Il est bien "ennuyeux" qu'Apple décide pour chacun des livres musiques films et applications que l'ont peut utiliser. Là est le seul problème. Une fois ce verrou accepté/imposé, par contre il devient légitime qu'Apple s'interdise de donner accès aux "objets" illégaux.

avatar Bigdidou | 

@oomu

« pour rappeler que l'app store est un problème »

Voilà, c’est le seul sujet, au fond.
Je crois pas qu’on puisse juger de façon pertinente de notre occident confortable la pertinence ou pas du retrait de cette app (tellement d’enjeux contradictoires...), et surtout pas en quelques lignes, même le verrouillage de l’AppStore, oui.

avatar headoverheel | 

@Bigdidou

Ce n’est pas le seul sujet malheureusement. Comme vous le dites, c’est compliqué de juger avec nos yeux d’occidentaux. Apple devra toujours supprimer les emojis des drapeaux qui déplaisent au pouvoir en place. Est t’il normal qu’ils le fassent ? Oui. Sont ils heureux de le faire ? Non.
Le seul droit d’Apple est de décider que les conditions pour vendre leurs produits ne sont pas réunies et qu’ils arrêtent de les vendre en Chine. Je ne suis pas certain que la direction chinoise prendrait cette nouvelle avec tristesse.

avatar cuco | 

On est tout à fait en droit de juger que d'un côté il y a des nervis au service d'un régime criminel, et de l'autre des citoyens héroïques qui cherchent à protéger leurs droits les plus fondamentaux et élémentaires, ceux dont nous disposons tous dans notre occident pas si confortable que cela, et qui sont universels. Apple en se soumettant aux desiderata d'une dictature barbare est blâmable, quelles que soient ses raisons (bassement commerciales en l'espèce).

avatar Bigdidou | 

@cuco

Oui, on peut toujours ultra simplifier les choses, dichotomiser, et faire des jugements à l’emporte prière, avec d’un côté les bons, de l’autre, les ultra méchants (à se demander pourquoi on commerce avec eux, tellement ils sont méchants).
Surtout quand on ne connaît rien de la Chine, on peut encore plus.
Je ne dis pas le contraire.

avatar Thanat0s | 

@Bigdidou

Le PCC c’est de la merde. Il n’y pas besoin de tergiverser. Leurs actions parlent pour eux. Pas besoin de faire genre je connais la Chine pour justifier leurs pratiques.
Comment peut-on les défendre ?
Il n’y a rien qui justifie une telle censure, rien qui justifient leurs massacres.
Il n’agit pas de simplifier le monde, il s’agit de ne pas se voiler la face.
Pourquoi on commerce avec eux ? Car on est bien content de pouvoir se faire plus d’argent aux détriment de la liberté des autres quand nous on est tranquille là où on est. Vous croyez que c’est plus compliqué que ça ? La réponse est très simple : le capitalisme. L’argent d’abord, le reste après.
Le capitaliste occidental aime les pays sous dictature à la main d’œuvre docile. Il ferait bien pareil dans ses usines locales mais il n’a pas le droit. Il préfère les usines où les gens ne font pas grève, la ferme et sont payés une misère.
Vous croyez le monde complexe ? Vous savez au bout du compte il s’agit souvent d’une histoire de vieux monsieurs aiment l’argent et le pouvoir. C’est tout.

avatar Bigdidou | 

@Thanat0s

“Le PCC c’est de la merde”
Ce n’est pas le sujet.

“Comment peut-on les défendre ?”
Attaquer ou défendre ici et de son canapé le PCC, ça n’a strictement aucun sens.
J’imagine que tu es aussi contre les guerres, la famine, le thé bouilli ?
Eh bien, tu es un gars formidable.

avatar Thanat0s | 

@Bigdidou

Je suis contre gens qui banalise les dictatures depuis leur canapé. Comme vous.
Et qui de moquent des autres qui ne trouvent pas normal que les sociétés se soumettent à ces régimes au nom du profit.
Quand on a pas d’argument on s’attaque au gens et pas aux idées.

avatar oomu | 

"Notre époque est de plus en plus floue. Ce serait aux chefs d’entreprise de faire de la politique et aux chefs d’état de signer les gros contrats.
"

ben heu ! vous avez déjà oublié Chirac ?

avatar headoverheel | 

@oomu

Je ne sais pas quel président ne s’est pas prêté à cet exercice

avatar Soner | 

Team,

I don’t have balls.

Tim

avatar heero | 

Non mais franchement

Ils y en a qui font des liens gilets jaune et hongkong. Il faudrait un peu s’informer car à hongkong ils se marre des histoires de gilets jaune ...

avatar éole33 | 

Et pourtant, le 4 octobre, dans son interview aux Échos dont McG nous donnait quelques savoureux passages, Tim l’espiègle disait : « La monnaie, comme la Défense, doit rester dans les mains des États, c’est au coeur de leur mission. Nous élisons nos représentants pour assumer des responsabilités de gouvernement. Les entreprises ne sont pas élues, elles n’ont pas à aller sur ce terrain. »
Et aujourd’hui « les débats nationaux et internationaux […] ne doivent pas régir les faits » ?
Désolé Mr Cook mais, là, vous êtes pris en flagrant délit de prise de décision politique en ce cas. Un petit drapeau ou une simple application peut être politique. Que Mr Cook fasse de la politique n’est pas un problème. Mais, il faudrait qu’il l’assume. Car ce qui est gênant ici c’est ce déni : bien sûr que si les débats politiques doivent régir les faits. C’est tout ce qu’on leur demande d’ailleurs. Que ce soit à Rouen ou à Hong-Kong, c’est le langage politique qui régit les faits.

avatar occam | 

@éole33

"Mais, il faudrait qu’il l’assume. Car ce qui est gênant ici c’est ce déni "

Bien résumé. Pour autant, c’est l’essence même de l’image de soi et de la superstructure idéologique d’Apple : un perpétuel déni.

avatar softjo | 

En étant aussi idiot, on pourrait donc interdire les iphones comme ils sont utilisés par des terroristes. Apple est donc complices dans les attentats !

avatar Giloup | 

Un article intéressant du Monde diplomatique sur la situation a Hongkong dont la lecture devrait aider certains à se coucher moins naïf...
https://www.monde-diplomatique.fr/2019/09/BULARD/60325

avatar bdebuyer | 

« SurvivronT »

avatar Phiphi | 

Et bien dis donc, quand est-ce que Tim supprime toutes les apps de réseaux sociaux qui servent même parfois de moyen de communication et de propagande à des terroristes !!
Cela permettrait de plus de protéger les utilisateurs de la désinformation généralisée.

avatar iPop | 

"Protéger au mieux... »
En général plus t’es loin des flics , mieux tu te portes.

avatar Mike Mac | 

Qu'Apple s'ouvre aux stores externes pour les applications, et Tim Cook n'aura plus à s'emmêler les crayons avec les problèmes de démocratie !

avatar AntRule | 

@cuco

Moi j'adore les gens qui ont une vision manichéiste des faits. La réalité c'est que rien n'est ni tout blanc ni tout noir dans ce monde. Sauf pour les gauchistes qui pensent incarner à aux seuls le camps du bien et qui ont le droit de dépeindre leurs opposants en fachistes. Je n'ai aucune sympathie pour le gouvernement chinois, néanmoins il y a quelques faits jamais mentionné par les médias au sujet de Hong Kong:

- Sous la colonisation britannique, le public de Hong Kong n’avait pas son mot à dire dans les affaires politiques comme les nominations du personnel politique ou le choix du Gouverneur, qui avait tous pouvoirs à part celui de prononcer des condamnations à mort. Les écoutes téléphoniques ne nécessitaient pas de mandat; lorsque la police interdisait des manifestations, la seule chose que pouvaient faire les tribunaux était de vérifier la légalité de la procédure; le Parlement ne servait qu’a entériner les décisions de l’Exécutif et aucune opposition politique n’était tolérée.

- Le Royaume-Uni a offert à Hong Kong, juste avant la rétrocession à la Chine, le "cadeau empoisonné" de la démocratie électorale, qui a annihilé tout espoir de développement continu.

- Aussi longtemps qu’elle contrôlait l’accès à l’immense marché chinois, Hong Kong a prospéré. Le capitalisme, la démocratie ou le système judiciaire britannique n’ont rien à voir avec cette prospérité. Lorsque la Chine eut rejoint l’OMC en 2001, le commerce entre la Chine et le reste du monde commença à contourner Hong Kong, dont l’économie commença à stagner.

- Lors de la rétrocession de 1997, le PIB par habitant de Hong Kong était le double de celui de Macao. Aujourd'hui c'est un tiers. Le PNB de Hong Kong représentait 18% de celui de la Chine; en 2013 il ne représentait plus que 3%. En 1997, ni Beijing, Shanghai ou Guangzhou n’avaient de PNB s’approchant de celui de Hong Kong. Aujourd’hui ils l’ont tous dépassé, comme celui de Shenzhen et de Tianjin.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR