Comment l'iPod vidéo et Apple ont sauvé The Office

Mickaël Bazoge |

La version US de The Office peut remercier Apple de l'avoir sauvée des eaux. Dans le bouquin Welcome to Dunder Mifflin, qui raconte « l'histoire orale définitive » de la série diffusée sur NBC, Brian Baumgartner (qui interprète Kevin Malone) raconte comment le show était sur la corde raide à ses débuts.

Après avoir tourné les six premiers épisodes de la saison 2, la production sentait que le diffuseur n'était pas très chaud. Ce n'est qu'avec l'épisode « Christmas Party », diffusé en décembre 2005, que la sauce commence à prendre avec le public. Et c'est en grande partie grâce… à l'iPod vidéo !

L'épisode raconte la fête de fin d'année des employés de la Dunder Mifflin Paper Company. Chacun est invité à offrir un petit cadeau de 20 $ ou moins, mais comme d'habitude Michael Scott (l'impayable Steve Carrell) préfère acheter un iPod 5G, lancé en octobre 2005 et dont la particularité est de pouvoir lire des vidéos (lire notre test de l'époque). Le cadeau (de 400 $ tout de même) devient évidemment l'objet d'une impitoyable chasse au trésor au sein de la boîte…

« Il n'y avait aucun accord avec Apple », se rappelle Baumgartner. « Ils ne nous ont pas sponsorisés. Mais l'épisode tout entier tournait autour de l'iPod vidéo. Cet épisode a été diffusé et, si je me rappelle bien, Apple a annoncé le jour d'après qu'on allait pouvoir acheter des films et des séries sur iTunes ».

Pour être plus précis, Apple a lancé un catalogue vidéo sur l'iTunes Store le 31 octobre : 2 000 programmes en tout genre, des clips, des séries TV effectivement, des courts métrages de Pixar, au prix de 1,99 $ pièce. Et c'est le 6 décembre — effectivement au lendemain de la diffusion de l'épisode — que la boutique d'Apple ajoute du contenu NBC, dont… The Office.

Le site d'Apple qui faisait la promo des émissions à acheter « à la pièce » sur iTunes. The Office y figure en bonne place. Image : Apple & Florian Innocente

Dans cette époque d'avant l'explosion du streaming, iTunes était l'une des rares boutiques en ligne où il était possible d'acheter des séries et mieux encore, des séries à apprécier en balade (sur le petit écran d'un iPod !). Comme tous les autres baladeurs Apple avant lui, ce modèle a cartonné sous les sapins.

« Cette année-là, tout le monde a eu un iPod vidéo pour Noël », confirme Baumgartner. « Et quand vous aviez un iPod vidéo, vous alliez sur iTunes et la première chose sur laquelle vous tombiez, c'était The Office et l'épisode de Noël ». Une sacrée opportunité pour les producteurs de la série et pour NBC ! Pendant un mois, cet épisode a été la vidéo la plus téléchargée sur iTunes. « Tout le monde a passé les vacances à regarder cet épisode et d'autres épisodes de la série ».

Entre le lancement de l'iPod vidéo, la sélection NBC sur iTunes, l'épisode de Noël de The Office, le succès de la série était désormais assuré (9 saisons en tout !). « Apple nous a mieux traités [que NBC] », soutient d'ailleurs Ben Silverman, producteur du show et co-auteur du livre. « Ils ont soutenu la série (…) et peut-être plus que ce que nous méritions à l'époque. Mais ils avaient aussi perçu quelque chose dans The Office ».

Cette exposition a aussi permis au diffuseur de se rendre compte à quel point la série était populaire chez les jeunes, particulièrement les 22-25 ans qui étaient les premiers clients de l'iPod. « Nous sommes devenus un hit grâce à iTunes, et la série est aujourd'hui redécouverte par une nouvelle génération avec les services de streaming comme Netflix », se félicite Baumgartner.

Si Apple n'a pas sorti son chéquier pour placer l'iPod dans cet épisode de la série, en revanche le constructeur a par la suite fourni des ordinateurs pour habiller le plateau de tournage, et il a aussi quelque part investi en publicité. Cette histoire n'est pas sans évoquer celle de l'iPad première génération, qui avait été la vedette d'un épisode de Modern Family (lire aussi : Un épisode de The Modern Family tourné à l'intérieur de produits Apple).

Apple a la main lourde sur le placement produits dans les séries Apple TV+

Apple a la main lourde sur le placement produits dans les séries Apple TV+


Source
Tags
avatar Florent Morin | 

Incroyable cette histoire.

avatar  | 

Dingue cette histoire ! Merci pour l'image de l'Apple Store en 2005, c'est sympa les flashback de notre pop-culture !

avatar ericp | 

Ça doit probablement provenir de Steve Jobs… je me souviens très bien d’une conférence où il avait présenté je sais plus quel produit (iPhone ?) et il disait qu’il appréciait personnellement beaucoup la série The Office. Pour les connaisseurs de la série, l’extrait de l’épisode montrée pendant la démo était celui où on voit Dwight qui reçoit un fax de lui-même… provenant du futur.

avatar ludmer67 | 

@ericp

J'étais en train de chercher l'extrait : c'était en janvier 2007, durant la présentation du premier iPhone.

avatar Larson | 

@ericp

Je suis justement en train de me mater la série en ce moment sur Netflix 😁

avatar Dwigt | 

Bon, comme mon pseudo le suggère, je suis un grand fan de The Office, du moins les premières saisons.

Il y a eu plusieurs choses qui ont sauvé The Office. D'abord, entre la saison 1 et la saison 2, un film avec Steve Carell en vedette, 40 ans toujours puceau, a été un succès public surprise, ce qui a attiré l'attention sur la sitcom.
Ensuite, plus que l'épisode de Noël, l'arrivée des séries sur l'iTunes Music Store a permis aux dirigeants de NBC de voir que The Office, qui semblait avoir des audiences correctes sans plus, était un succès énorme au téléchargement, plus que des séries a priori plus connues. Ils ont compris à ce moment qu'il y avait un public plutôt "haut du panier" qui adorait discuter de la série… au bureau, et qui achetait les épisodes plutôt que de les regarder à la télé. Ils ont alors décidé d'investir plus dans la promo, et les audiences ont à leur tour décollé.

Quelques années plus tard, c'est Netflix qui a su exploiter de telles infos. Ils ont toujours été assez secrets sur les audiences des séries qu'ils avaient au départ achetées à des studios et à des chaînes, personne ne pensant qu'il y avait trop de potentiel. Ils ont donc commandé une nouvelle saison d'une série culte, co-financé des saisons d'autres séries, parce que les infos qu'ils avaient sur le streaming étaient très différentes de l'indice Nielsen. Et c'est ce qui a permis à Mad Men et à Breaking Bad de devenir des séries aussi importantes. Les audiences de départ étaient assez confidentielles, mais les abonnés à Netflix ont rattrapé le retard, et c'est là que la reconnaissance est vraiment arrivée, quand ils ont regardé les dernières saisons au moment de leur diffusion sur la chaîne.

avatar perick | 

Le test de l’époque de l’iPod vidéo est très intéressant. Il y’a avait déjà l’aspect écologique avec la suppression des accessoires. Pourtant cela date de 14 ans en arrière ;) c’est un miracle que le chargeur n’ait disparu que récemment des boites d’iPhone !

avatar Nesus | 

Jamais vu cette série. L’anecdote est sympa.

avatar KevinMalone | 

@Nesus

Je t'envie. Moi qui suis un fan inconditionnel de cette série, j'aimerais avoir la chance de retrouver le regard de celui qui découvre tout ça pour la première fois

avatar radeon | 

@KevinMalone

Bah tu m’as donné envie de la découvrir avec ton com :)

Mais il vient de la ce meme !!!

avatar notjojolatatane | 

@radeon

C’est une série fantastique ! Probablement dans mon top 5 des meilleures séries ever.

Pour les fans : l’épisode du test incendie dans lequel Dwight enferme tout le bureau … les barres de rire ! 😂😂

avatar mika1204 | 

@notjojolatatane

Exactement ! Tellement drôle cet épisode ! + le découpage du mannequin 😅

avatar Florent Morin | 

@mika1204

Ce qui est drôle dans cette série, c’est aussi quand tu reviens au bureau. C’est tellement réaliste. 😂

avatar huexley | 

@KevinMalone

Quand tu as renversé ton Chilli ca m'a brisé le coeur xD

avatar vince29 | 

@Nesus

Je t'envie. Pas perdu x minutes de ta vie à regarder le premier épisode.

avatar coloribus | 

Quel… Parcours !

CONNEXION UTILISATEUR