Test de la balance Withings

vincent absous |

Quand on dit que le Mac sert à tout, on ne croit pas si bien dire ! Quand on dit que l'iPhone sert également à tout, on ne croit toujours pas si bien dire ! Car si le Mac sert à rédiger sa thèse de doctorat, à monter le film de sa vie, à écrire son courrier personnel, à surfer sur Internet, si l'iPhone sert à passer des coups de fil, à faire également du net, à écouter de la musique et à regarder des films, l'un et l'autre peuvent aussi être des auxiliaires précieux dans le maintien de sa bonne forme physique.

À l'image de ce que permet la Wii de Nintendo quand on lui adjoint le Balance Board, la balance de Withings modifie carrément l'image qu'on peut avoir du bon vieux pèse-personne.

Withings, c'est en fait deux ou trois composantes : un pèse-personne, un ordinateur (Mac ou PC), un iPhone (ou un iPod touch).

Découverte de la balance

Un mot, pour commencer, sur le packaging. Withings fait bien, fait même très bien les choses. L'objet est livré dans une jolie boîte qui n'est vraiment pas sans rappeler celle des MacBook Pro. Apple ne renierait certainement pas cette façon de faire. Pas de polystyrène, mais du carton pour protéger la balance. Bien vu là encore. Outre l'appareil, la boîte contient quatre piles, un câble USB (qui ne servira qu'une seule fois, normalement), quatre pieds pour surélever la balance si on choisit de la poser sur une moquette ou un tapis et même un ruban pour mesurer son tour de taille ! Tout est là pour utiliser très vite le pèse-personne.


withings

Ce dernier, il faut le dire, est assurément un bel objet. Assez lourd (un peu plus de deux kilos), il donne pourtant une véritable impression de légèreté. Le verre n'y est certainement pas pour rien. À l'évidence, il ne vous fera pas honte dans votre salle de bains. En tout cas, il ne fait vraiment pas cheap.


skitched

Pour le reste, il ressemble à tout autre pèse-personne. L'affichage du poids se fait dans une petite fenêtre (62 mm sur 40) dont on verra plus loin qu'elle affiche bien d'autres informations. Une fois qu'on a retourné l'objet, on peut toutefois être un peu surpris, non pas par ce qu'on devine être le logement des quatre piles, mais par une petite concavité dont la forme rappelle celle d'un iPhone. Bingo ! il s'agit bien de l'emplacement prévu pour loger le téléphone d'Apple (ou son cousin, l'iPod touch). Mais, patience, on reviendra sur ce point. On trouve également (sous la trappe des piles) un petit commutateur qui permet de choisir l'unité de mesure et d'affichage : le kilogramme ou la livre.

Les quatre piles placées dans le compartiment ad hoc, il faut en passer par la nécessaire phase de configuration.

L'installation de la balance

La première chose à faire et de se connecter au site mis en place par la fabricant. Bonne idée : ce dernier a placé un autocollant sur sa balance où est indiquée l'adresse dudit site : http://start.withings.com. Cette adresse saisie on est accueilli par un gentil compliment. Ne reste plus alors qu'à suivre la démarche proposée. Encore quelques clics et on pourra se peser.


withings-1

Première étape : le téléchargement d'un petit programme. ParingWizard va permettre de connecter la balance au réseau.


withings-2

Difficile en effet, à moins de sautiller sur la balance peut-être, de saisir le mot de passe pour relier l'objet au Wi-Fi de la maison. Il faut donc relier le pèse-personne au Mac. C'est là qu'intervient le câble USB fourni par le fabricant. Tout ce qu'il y a de plus standard, ce câble pourra servir à toute autre chose ensuite (relier un appareil photo à l'ordinateur) : c'est la seule et unique fois, normalement que cette opération devra être accomplie. Le logiciel crée ainsi un fichier de configuration qui est ensuite envoyé à la balance.


Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202009-10-12%20a%CC%80%2010.16.20

Une fois la connexion établie, il faut créer un compte sur le site de Withings. Ce compte créé, on peut créer autant de profils qu'on le veut. Dans la cas, assez typique d'une famille, on peut alors avoir un profil utilisateur. Ajouter un utilisateur, c'est indiquer son prénom, son nom (mais on a le droit de tricher), sa date de naissance, son sexe, sa taille (mieux vaut ne pas tricher sur ces derniers paramètres à moins de vouloir fausser complètement les mesures effectuées). Une fois l'enregistrement du ou des utilisateurs effectués, il n'y a plus qu'à monter sur la balance.


withings

La mesure se fait en quelques étapes différentes. Dans un premier temps, la balance indique le poids. Elle indique ensuite la masse de graisse avant d'afficher enfin l'IMC. La mesure faite, l'information est envoyée par Wi-Fi au serveur de Withings. Si jamais on est mal positionné sur le plateau, la balance nous en avertit. Si l'on est trop avant et trop à droite, une flèche en haut à droite de l'afficheur apparaît. Il suffit de se corriger. Que se passe-t-il s'il n'y a pas de réseau ? La balance conserve la mesure en mémoire et l'enverra dès qu'elle le pourra. Elle se met en veille automatiquement, coupant le Wi-Fi, dès qu'elle a fini de travailler.


skitched-12-1

Dans un premier temps, la balance calcule le poids de l'individu

Une fois devant son ordinateur ou son iPhone, on peut alors prendre connaissance de l'évolution de son poids.

Mais, dira-t-on, comment la balance sait-elle à qui elle a à faire ? Comment s'y prend-elle pour distinguer un tel d'une telle ? Elle est intelligente. Elle sait reconnaître les personnes en fonction des mesures précédentes. Si n'y a qu'un utilisateur enregistré, mais que deux personnes différentes utilisent le pèse-personne, MyWithings, son espace sur le Web, indique qu'il y a incohérence et demande s'il faut vraiment tenir compte de la mesure. Si deux utilisateurs enregistrés ont un poids très proche, l'afficheur de la balance demande quel est celui qui est sur son plateau. C'est avec le pied gauche ou le pied droit qu'on lui indique alors la bonne réponse. Assez impressionnant.


IMG_2730

Si elle ne sait pas à qui elle doit attribuer la mesure, elle le demande, tout simplement

Découverte de MyWithings

MyWithings est donc le nom de l'espace que chaque utilisateur de la balance a chez l'éditeur. La connexion effectuée, il peut alors suivre l'évolution de quelques paramètres : son poids, bien sûr, mais aussi sa "masse maigre" (l'ensemble des muscles, os, des organes), sa "masse grasse" (le reste) et le fameux IMC ou Indice de Masse Corporelle (c'est-à-dire le rapport entre la masse (kg) et la taille (en m) élevée au carré). Ces indices s'affichent sous la forme de graphiques. Pour chaque mesure effectuée, on peut obtenir le détail dans une petite fenêtre où ces trois éléments s'affichent sous la forme d'une jauge, l'idéal étant de rester dans des limites acceptables et d'éviter de jouer au fameux yo-yo.


Withings-3

Le site propose l'affichage de quelques astuces (on en a assez vite fait le tour) qui précisent dans l'ensemble ce que sont toutes ces notions absconses d'IMC, de masse maigre, etc.


Withings-4

Il permet aussi de définir un objectif à atteindre : un poids idéal ou une masse de graisse. Cet objectif défini, il est désormais symbolisé sous la forme d'une ligne qui court sur tout le graphique, l'intérêt étant évidemment de faire se rencontrer le plus souvent possible cette ligne et les petits points qui symbolisent, eux, le poids atteint ou la graisse visée. Un clic sur l'un de ces petits points et le détail correspondant à la mesure s'affiche.


Withings-5

Un même compte permet, on l'a dit, de gérer plusieurs utilisateurs. Il suffit alors de cliquer sur le nom de chacun pour suivre son évolution. L'éditeur a toutefois prévu ce qu'il faut pour assurer la confidentialité des données. Un utilisateur peut choisir de cacher ses informations. Son nom apparaît certes dans la liste des profils, mais ses informations demeurent fermées aux autres (à moins qu'on en décide autrement). Dans ce cas, celles des autres lui sont également interdites.


Withings-6

Comme le montre cette capture, on peut également choisir de partager ses données avec les autres utilisateurs de la balance possédant leur propre compte. On peut aussi choisir de publier ses informations sur le Web. Un lien est généré automatiquement. Un autre permet même, à l'image d'une vidéo YouTube de l'embarquer sur son blog ou son site personnel.

Mais suivre son poids peut se faire aussi d'une autre façon…

Découverte de WiScale

Suivre l'évolution de son poids, de sa masse de graisse peut aussi se faire avec son iPhone ou son iPod touch. On peut alors utiliser Safari Mobile, certes, mais Withings propose une application dédiée : WiScale. Si l'on n'a jamais relié la balance à un ordinateur, on peut la paramétrer depuis un iPhone. Dans ce cas, on n'utilisera pas de câble USB, évidemment, mais l'emplacement concave qu'on évoquait plus haut. La balance retournée, il faut placer le téléphone sur l'emplacement prévu. On ne peut que louer ce petit détail, dans les faits, on imagine assez bien que s'il faut retourner la balance, c'est surtout pour appuyer sur le bouton de jumelage qui se trouve en effet au dos de l'appareil. Le jumelage se fait alors en trois étapes successives : identification, sélection du réseau Wi-Fi et entrée des données qui permettront de s'y connecter.


IMG_0012

On utilise ensuite le logiciel WiScale comme on utilise MyWithings. Le programme offre deux vues différentes selon qu'on tient l'iPhone en position verticale ou en position horizontale. Dans le premier cas, ce sont les indications de poids, de masse maigre et de masse grasse qui sont données. Une molette permet de changer de date et de mesure.


IMG_0018

Dans le deuxième cas, c'est le graphique marquant l'évolution du poids qui s'affiche. Il suffit de faire défiler vers le haut pour que le graphique de la masse grasse prenne le relais ou de faire défiler vers le bas pour que la courbe de la masse maigre s'affiche. Faire défiler vers la droite ou vers la gauche déplace la ligne du temps. On peut également zoomer sur élément particulier. Il suffit, comme de bien entendu, de pincer et d'écarter les deux doigts.


IMG_0017

Pour changer d'utilisateur, il faut en passer par les préférences de l'application et sélectionner le profil qu'on veut afficher. On ne peut pas, en revanche, créer de nouvel utilisateur de la balance.

Le compagnon iPhone est ainsi bien conçu. On peut d'ailleurs importer les données qu'on peut gérer avec un programme similaire comme WeightBot. Dommage toutefois qu'on ne trouve pas là également des conseils (qui sont d'ailleurs un peu chiches sur le site MyWithings). Dommage qu'on ne puisse pas définir d'objectifs depuis WiScale. Dans une prochaine version, peut-être.

Le mot de la fin

À dire le vrai, on est un peu bluffé par la balance Withings. Évidemment, l'objet est un peu cher (129 € tout de même), mais il est assurément élégant. Il y a également quelque chose de magique à voir apparaître ainsi sur l'écran de son ordinateur ou sur celui de son iPhone des informations qu'on peut suivre dans le temps. En fait, ce qu'on doit vraiment juger ici, c'est plutôt de l'intégration de ces trois éléments que sont l'ordinateur, le smartphone et le pèse-personne. Sur ce point, c'est une vraie réussite. Pas de doutes.


avatar Cafeaulait | 
Gros-tesque
avatar GuyDePernon | 
Je l'utilise depuis 2 mois. J'en suis plus que satisfait ! Un excellent produit et un très bon rapport qualité/prix. Il faut l'utiliser au quotidien pour l'apprécier à sa juste valeur
avatar SugarWater | 
Toujours su que les rédacteurs de MacG étaient des athlètes.
avatar t7x | 
Sinon et pour moins cher : -> un pèse personne tout ce qu'il y a de plus "normal" et de pas cher sur lequel on relève son poids hebdomadairement ou quotidiennement ou encore plus souvent (il est en fait inutile de prendre son poids plus d'une fois par semaine) --> son Mac (ou PC : et si j'ose ;-)) --> numbers ou excel ou plein d'autres gratuits (cf open office, neo office, etc.) où l'on note les kilos affichés avec tracé de graphique (en bâton ou autre choix). C'est nettement moins cher tout aussi efficace mais moins bling bling ! A+
avatar Cafeaulait | 
Encore moins cher : un mètre de couturière pour ton tour de taille et tu fais une marque avec un crayon.
avatar BlastOff | 
Cela fait des années que j'utilise une balance à impédance et un mètre de couturier ... Je reporte tout ça dans une feuille Excel. Vu comme ça elle est très bien cette balance !! L'essentiel c'est qu'elle réponde à un besoin, personne n'est obligé de l'acheter, encore moins de s'intéresser à son propre poids. L'intérêt de ce genre d'appareil ne se discute pas, il s'apprécie selon ses besoins/attentes. Quoiqu'il en soit on ne peut que féliciter la prouesse et garder à l'esprit que la convergence est notre futur technologique. Amen !!
avatar albinoz | 
@Scuden Oui tout à fait. Dans le même registre je te conseille le "bloc-notes" à la place de "Contacts", "enveloppes-et-timbres" à la place de "Mail" et "carte-routière" à la place de "Plans". C'est nettement moins cher tout aussi efficace mais moins bling bling que l'Iphone.
avatar Marksanders | 
Génial ! J'ai trouvé le cadeau pour ma femme à Noël ! La symbiose entre appareils et ordinateurs, c'est le futur pour moi. Encore trop peu d'appareils le font et c'est pourtant bien sympa. Le produit est beau aussi, ça ne gâche rien ! Ceux qui critiquent sont les mêmes qui critiquaient les PDA ou les smartphones y'a quelques années ;)
avatar Alf38 | 
ShowMeHowToLive: Et tu pense qu'elle va bien le prendre ? :)
avatar t7x | 
Yes indeed mattlac6 mais étant electronicophile ton bloc-notes tu le remplacera avantageusement par un iPhone ou iPod touch avec les apps qui vont bien te permettant de réaliser tout ce qu'un ordi peut faire et en plus tu l'auras toujours sous la main et il s'ouvre en 30 secondes. A+
avatar SuBWaReZ | 
Hahahahaha, le discours sur "c'est un gadget inutile" me rappelle mon meilleur ami qui voulait me démontrer en 1997 que mon achat d'un téléphone portable était inutile, de la frime, blablabla...... Alors évidemment comme beaucoup de choses, ce n'est absolument pas indispensable pour vivre. Mais j'ai aussi cette balance depuis août et elle est vraiment bien. Très esthétique et qualitative comme le décrit bien ce test. Tout à fait dans l'état d'esprit mac en ce qui concerne la simplicité. Contrairement à ce que sous entendent certains grincheux, ce n'est pas "bling bling" car, comme beaucoup de gens j'imagine, le nombre de personnes utilisant ma salle de bains est extrêmement limité ! Ensuite, elle indique le poids mais également la masse grasse et la masse maigre par impédance. Et l'application iphone ou la page internet trace automatique des graphes d'évolution à partir des tableaux de données pour les trois. Et pour faire la totale, j'ai aussi le kit Nike+ ! Et j'espère que d'autres fabricants s'inspireront de ces applications pour avoir d'autres idées !! Voilà !
avatar Tiberius | 
Withings, ça n'évoque pas du tout Wii Fit...
avatar frascorpion | 
Personnellement, j'utilise uniquement l'appli, en faisant la saisie manuelle depuis ma balance. Et c'est déjà pas mal ! (J'avais acheté une nouvelle balance quelques semaines avant la sortie de celle-ci. Dommage...)
avatar Marksanders | 
@Rykian : vu qu'elle se pèse tous les 4 matins, c'est pas moi qui la pousse à le faire ! :)
avatar nostress | 
Si j'offre une balance à ma femme, elle me la balance à la figure...
avatar NFX | 
Je l'ai depuis juin et comme vous, je trouve son utilisation juste bluffante. Même constat pour les 3 autres membres de la famille. Un petit détail complémentaire illustrant le souci du détail mis dans cet objet : comme indiqué dans l'article il est possible de se passer d'ordinateur et de se contenter d'un iPhone avec l'application compagnon pour paramétrer la balance. Dans ce cas, on se passe aussi de cordon USB. La magie de ce dialogue initiale entre la balance et l'iPhone tient dans les deux encoches en regard du micro et du haut-parleur de l'iPhone une fois ce dernier posé dans le logement idoine de la balance. Il s'agit d'un micro et d'un haut-parleur qui permettent à la balance de communiquer avec l'iPhone en audio - ils se parlent vraiment! On se croirait revenu au temps de nos premiers ordinateurs personnels et de leur enregistrement de données sur cassette audio, ou, plus récemment, de la synchronisation de nos modems 56k...
avatar tipoli | 
Cette balance fait partie des objets connectés. Sans intervention de l'utilisateur, les données sont ainsi collectées et conservées, pour ensuite être disponibles et présentées sous forme de courbes. Utilisateur de ce bel objet, je n'ai qu'un reproche à lui faire : la limitation un peu stupide et non justifiée à 4 utilisateurs. Cette collecte automatisée des données sera à l'origine de nombreux développements dans les prochaines années, je n'en doute pas. Apporter à l'utilisateur des informations et un service supplémentaire, voilà le principe. Cette balance pèse comme les autres, mais elle offre un service en plus. Combien de fois avez-vous été consulté un médecin l'année dernière ? Combien de trajet en train avez-vous effectué ? Combien de kilomètres en voiture, par semaine, par mois, etc. Lorsqu'il sera possible d'associer des tags à ses données bancaires, la consolidation des dépenses, le suivi du budget deviendront dynamiques et offriront de vrais services à valeur ajoutée. Ce qui n'est pas le cas des sites bancaires qui se contentent de reproduire le relevé de comptes papier. Toutes ces données sont disponibles, mais ne sont pas exploitées.
avatar iPapi | 
Si vous avez une wii, il vaux mieux investir dans Wii Fit : un peu moins cher (90€) et permettant de faire la même chose, plus des exercices et même quelques jeux.
avatar jc002 | 
J'ai aussi cette balance "moderne" depuis quelques mois. En fait, c'est ma deuxième balance, sur la première, le poids "dérivait", avait du mal à se stabiliser. J'ai aussi remarqué qu'elle manquait de précision. Elle enlève 300g au poids réel. Pesez un pack d'eau minérale avec une balance alimentaire, ayant une précision de 1g, bouteille par bouteille et vous verrez que le total n'est pas le même. Si c'est l'évolution du poids qui compte, alors on fait la différence mentalement. Sinon, il manque une possibilité de sauvegarde des données depuis l'interface web. jacques
avatar erobinsonn01 | 
A quand un balai de chiottes wifi qui compte les bactéries par rayon infrarouge et qui se connecte à l'Iphone pour afficher des statistiques de propreté des toilettes et commander automatiquement des recharges canard WC par internet... ;-) :bigsmile:
avatar t7x | 
Mais il est vrai que l'on a bien le droit de se faire plaisir ! Pesez-vous et dormez en paix advienne que pourra. A+

CONNEXION UTILISATEUR