Aperçu de HP webOS et du Palm Pre 2

Anthony Nelzin-Santos |

Palm est un paradoxe : malgré une communauté utilisateur forte et un excellent OS mobile, la société s'est empêtrée dans une campagne publicitaire ratée qui ne lui a rien valu d'autre que d'être achetée par HP.

Le numéro 1 mondial de l'informatique personnelle a fait une affaire : Palm, son catalogue de 850 brevets dont certains très importants, et web OS, un OS très prometteur, ne lui ont coûté que 815 millions d'euros. Quelques mois après une réorganisation sévère des équipes de Palm, devenue une unité opérationnelle au sein de HP sort webOS 2.0, officiellement rebaptisé HP webOS. Est-il au niveau d'iOS 4 ou d'Android 2.2 ?

contacts_2010-31-10_061637browser_2010-31-10_061549

Pour un aperçu de webOS, voir notre test du Palm Pixi Plus : nous n'aborderons ici que les nouveautés de webOS 2.0

Cartes sur table
La force de webOS est qu'il a été conçu autour du multitâche : chaque tâche est une carte, et on peut faire défiler les différentes cartes du bout du doigt. Le système n'est pas particulièrement éloigné de celui de Mac OS ou de Windows, où les fenêtres flottent au-dessus d'un bureau. Cette implémentation a de nombreux avantages : on voit d'un coup d'œil le contenu de l'application, on passe d'une application à l'autre en un geste (et non avec une double pression et la sélection d'une application), et on ferme une application en éjectant la carte du jeu. webOS 2.0 ajoute une nouvelle fonction à son système : les piles, on aurait dû y penser.

browser_2010-31-10_061549

Si l'on effectue une recherche sur Internet et que l'on ouvre deux ou trois cartes pour ce faire, on se retrouve avec trois cartes pour une même tâche. Le système de piles propose de les regrouper, puisqu'elles appartiennent à un même contexte.

webOS tente de le faire automatiquement : si vous ouvrez un lien à partir d'un courriel, la carte « Navigateur » sera empilée avec la carte « Courriel ». On peut aussi le faire manuellement : il suffit de prendre une carte et de la glisser sur une autre pour créer une pile, à la manière du nouveau mode Exposé de Mission Control dans le futur Mac OS X Lion. On peut déplier une pile pour aller chercher une carte qui serait à l'arrière-plan, réorganiser l'ordre, ou simplement fermer une application en éjectant la carte de la pile.

Dans la pratique, le système de piles interfère un peu avec la manipulation des cartes, tout comme le système de dossiers interfère avec le déplacement simple d'applications dans iOS : un délai un peu plus long pour son activation aurait été plus pratique. La création automatique de piles est un mécanisme bien pensé : on ouvre un lien dans un courriel, dans le client Twitter ou Facebook, et on se retrouve avec une pile représentant une session de « travail ».

On peut donc se créer de petits amas de cartes en mélangeant le système automatique et le placement manuel de cartes dans une pile, ici une session de surf (cartes navigateurs et réseaux sociaux), là la planification d'un rendez-vous (une carte agenda, une carte SMS, une carte Maps), ailleurs encore le regroupement du courriel, de l'agenda et des contacts d'une boîte Exchange. On se dit seulement que le système aurait pu être un peu plus poussé, un peu plus intelligent, un peu plus automatisé.

Just Type
webOS a toujours possédé un système de recherche universelle, amélioré dans cette nouvelle version. Il s'appelle désormais « Just Type », traduit en « Tapez maintenant » : il suffit en effet de taper pour débuter une recherche. Elle permet de rapidement lancer une recherche Google, proposant même les résultats Google Suggest (ou Wikipedia, IMDb, YouTube, Amazon, Google Maps, Twitter et l'App Catalog), et recherche évidemment en local dans les contacts, les calendriers, les courriels, les signets, et les applications.

Plus fort : lorsque l'on visite des sites possédant un champ de recherche, Just Type tente de reconnaître la méthode utilisée et l'ajoute comme moteur de recherche. Nous n'avons eu aucun problème à ajouter le moteur de recherche de MacGeneration, mais celui d'iGeneration n'a jamais été détecté. On peut heureusement trier et supprimer des moteurs de recherche à la volée.

Unknown_2010-31-10_061438Unknown_2010-31-10_061429

Mais Just Type ne s'arrête pas là : il contient aussi une section « Actions rapides », qui permet de créer une tâche, un courriel ou un SMS à partir du texte qui a été tapé.

Palm a prévu d'autres actions rapides, et les développeurs peuvent eux même brancher leurs applications sur le système à partir d'une API. Après quelques heures d'utilisation, ce système devient central : il permet de créer du contenu sans avoir à ouvrir une application (et donc à parfois naviguer pour la trouver), et est particulièrement pratique.

Apple n'ayant aucune honte à répondre à Palm en intégrant Spotlight, on en vient à espérer qu'iOS intègre un jour un tel système, qui serait une nouvelle porte d'entrée pour le multitâche.

Aller au plus court
Les fonctions textuelles de webOS en général ont d'ailleurs été reprises dans le but d'augmenter la productivité et faciliter l'utilisation : il n'est pas toujours agréable de taper un long texte sur un smartphone. Palm a donc intégré un système qui rappelle TextExpander ou le système de raccourcis de BlackBerry OS.

Il permet de programmer des extraits de texte qui une fois tapés, vont convoquer un texte plus long : dit plus simplement, taper « zzz » permettra d'insérer sa signature avec les formules de politesse habituelles, taper « mg » permet d'insérer « MacGeneration », etc. Ce système qui n'est certes pas nouveau va de pair avec une correction orthographique surpassant largement celle d'iOS, et qui permet en plus de gérer les mots appris mot par mot, de manière à corriger un mauvais comportement. Il s'agit là encore d'une fonction qui peut sembler mineure, mais qui est fort agréable au quotidien.

textassist_2010-31-10_061851

Plus rapide que l'éclair
Basé sur WebKit, le navigateur de webOS est plutôt performant : à réseau égal, il charge les pages un peu moins rapidement que Safari sur iOS 4.2 (la différence est de l'ordre de 10 %), mais la navigation est globalement plus fluide, le rendu du texte lors d'un zoom étant plus rapide que sur l'iPhone.

Surtout, webOS supporte Flash 10.1, interdit de cité dans les produits Apple. On peut l'utiliser de deux manières : la première consiste à toujours charger tous les contenus Flash. La navigation a alors tendance à être beaucoup plus lente, tant du point de vue des temps de chargement que dans celui du défilement, avec des artefacts graphiques assez désagréables. L'impact sur la batterie est difficile à mesurer, mais il semble réel : sur une journée de productivité, l'activation de Flash fait perdre une bonne demi-heure d'autonomie (nous l'avons testé sur 4 jours de manière assez empirique pour s'approche d'une utilisation « normale »), ce qui peut sembler peu pour l'utilisateur moyen, mais pourra être critique pour celui chez qui le téléphone est un outil professionnel.

browser_2010-31-10_061555browser_2010-31-10_061601

L'autre manière d'utiliser Flash consiste à ne charger les éléments qu'à la demande. Sur une page Web, les éléments Flash seront symbolisés par une zone noire dotée d'un bouton de lecture. Il suffira de cliquer dessus pour voir la pub, la vidéo ou l'animation. Le chargement d'une page Web reste alors un peu plus lent que sans Flash (de 10 à 100 % plus lent selon le nombre d'éléments), mais l'impact sur la batterie est cette fois impossible à mesurer : on peut donc considérer qu'il est négligeable. Cette solution ressemble assez à l'utilisation de la technologie d'Adobe lorsqu'on installe Click to Flash sur son Mac : Flash est là et bien là, mais convoqué à la demande. Cette solution a l'avantage de la polyvalence et d'une certaine souplesse.

Une mise à jour majeure ?
Par bien des aspects, cette mise à jour de webOS ne mérite pas son « 2.0 » : les changements restent mineurs et effleurent à peine la surface. Palm ne s'y trompe d'ailleurs pas : officiellement, l'OS s'appelle HP webOS. Ils participent néanmoins à encore raffiner l'utilisation de webOS, qui était déjà fort agréable.

Just Type, le copier-coller et les raccourcis textuels font gagner un temps fou, tandis que le nouveau système de piles est plutôt pratique, même s'il est encore incomplet. Cette mise à jour semble destinée aux développeurs, qui peuvent venir se greffer à tous les éléments, y compris au nouvel économiseur d'écran qui permet d'afficher des informations sur l'écran du téléphone lors de l'utilisation du TouchStone, le chargeur à induction.

Les différentes APIs permettent d'enrichir le multitâche et de s'éloigner encore plus largement de la notion d'application, centrale dans iOS, au profit de la notion de tâche. Un paradigme qui nous séduit toujours autant.

Unknown_2010-31-10_061347

Mais alors pourquoi webOS est-il si peu connu ? Le grand public est extrêmement sensible à la guerre des chiffres entre les différentes boutiques d'applications, et à ce petit jeu, Apple et Google écrasent la compétition.

L'App Catalog compte un peu moins de 5.500 applications — 50 fois moins que l'App Store. On y trouve certes les grands essentiels (les applications des opérateurs, quelques applications d'informations, les principaux réseaux sociaux, la météo et quelques utilitaires, quelques jeux), mais il manque des titres d'envergure, des jeux AAA, des applications compagnons d'applications de bureau. Les développeurs n'ont pas suivi, et ont créé un des principaux talons d'Achille de webOS — rien d'étonnant donc à ce que Palm tente de les choyer à coup de dollars et d'API, le soutien industriel de HP pouvant rassurer la communauté.

L'autre talon d'Achille de webOS, c'est, paradoxalement, les téléphones sur lesquels il tourne. Le Palm Pixi, malgré quelques défauts, nous avait laissé sur une bonne impression, alors que le premier Palm Pre ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable. Ils auront l'un comme l'autre la possibilité de passer à webOS 2.0 d'ici la fin de l'année (lire : Le Pixi et le Pre auront le droit à webOS 2.0).

Le Palm Pre 2 nous apparaît clairement comme une plateforme de développement pour webOS 2.0, un produit qui n'a été proposé que sur le marché fort pour Palm qu'est la France comme un pis-aller en attendant 2011 et de nouveaux modèles. Il n'est qu'une déclinaison du Palm Pre Plus, lui-même dérivé du Palm Pre : bref, c'est un téléphone conçu en 2008 à peine remis au goût du jour.

IMG_2742

Certes, il fait son boulot et il le fait bien : le clavier est confortable quoiqu'un peu trop enfoncé, l'écran recouvert de Gorilla Glass est réellement résistant (on a essayé la chute sur du goudron texturé et les rayures avec les clefs, rien), et le processeur à 1 GHz accompagné de 512 Mo de RAM permet à webOS de s'exprimer à son plein potentiel (c'est-à-dire extrêmement vite et avec une réactivité à toute épreuve).

Mais il a suffi d'ouvrir le téléphone pour y insérer une carte SIM pour littéralement labourer les composants internes (des parties plastiques se décollant, laissant des câbles — des câbles ! - à nu). Le mécanisme du clavier coulissant paraît peu fiable : il est certes franc et ferme, mais a tendance à claquer. Quant à l'écran, il est certes sensible (quoiqu'un peu mou dans les coins), mais sa résolution de 320x480 est d'un autre âge.

Bref, le matériel dessert le logiciel — il manque un Samsung Galaxy S ou un iPhone 4 à Palm. Jon Rubinstein a promis de nouveaux smartphones et une tablette pour l'année prochaine, la rumeur parlant de 5 à 6 modèles (lire : 5 à 6 nouveaux appareils chez Palm en 2011 ?). 2011 sera l'année ou jamais pour HP et Palm, au risque de tuer de facto un OS qui a pourtant des qualités indéniables.

Note

Les plus :

- métaphore du multitâche par cartes superbe - Just type et fonctions textuelles enrichies - fluidité de l'OS

Les moins :

- pauvreté relative de l'App Catalog - logiciel desservi par un matériel vieillissant
7.5
10

Prix :
N/A

avatar angealexiel | 
A quand la possibilité de modifier, ajouter et supprimer des mots appris par le dictionnaire sur l'iPhone. J'ai fait l'erreur, juste UNE fois de taper "Ca" et de ne pas l'autoriser a corriger en "ça", et depuis il ne corrige plus "ca" en "ça" mais "Ca". Idem pour beaucoup d'autres mots... Exaspérant...
avatar noLLL | 
Effectivement, même chose pour moi avec le "Ca" qui semble revenir tout seul malgré la remise à 0 du dictionnaire de l'iPhone. Sinon il a l'air plutôt sympa cette OS, il me brancherait bien si les téléphones en eux même tenaient la route.
avatar dragonrave | 
@ ikeke Comment tu fais pour mettre à 0 le dictionnaire de l'iPhone?
avatar bmxeur91 | 
Exactement le même problème pour exactement le même mot. :) Exaspérant, en effet...
avatar calotype | 
même problème, mais que depuis récemment, et pas après avoir "refusé" la conversion de "ca" en "ça"... je me demande si c'est pas un bug ou autre, parce que iOS semble amnésique là-dessus... et vivement en effet une gestion du dico dans les préférences au moins ! sinon ce nouveau paradigme de "tâches" sur WebOS m'intéresse drôlement, un système à la "services" de MacOS sur iOS serait vraiment bien, iOS devrait permettre une navigation plus transversale...
avatar Jeckill13 | 
Le ca et pas ça, c'est pareil chez moi... Je refusé la correction une ou deux fois dans des textos (la cédille et deux trois autres symboles courants changer le codage sur sms, qui passe de 70 à 160 caractères... Sur l'iphone on s'en fout, mais pas forcément ceux qui reçoivent...) et maintenant, je n'ai plus de correction du tout du mot ça... Très très pénible ! Et impossible de faire marche arrière... J'ai beau utiliser à chaque fois la correction qu'il propose (souligné en rouge) mais il refuse d'apprendre... Grr...
avatar alouette22 | 
Palm c'est bien mais comme dirait Steve Wozniak : "Android sera la plateforme mobile dominante".
avatar lome_bbrr | 

et on voit bien en 2017 que ce Steve là avait bien raison..

avatar mien | 
article intéressant sur un OS que je connaissais au final que de très loin. Par contre peut on vraiment dire "la société s'est empêtrée dans une campagne publicitaire ratée qui ne lui a rien valu d'autre que d'être achetée par HP" ? "Mauvaises ventes", "mauvaise gestion", mais "campagne de pub ratée" ???
avatar davidoff | 
Il y a eu une campagne de pub pour l'opérateur américain Sprint, je crois, avec une blonde éthérée et qui déblatérait des trucs incompréhensibles avec un Palm Pré à la main. La pub ne montrait même pas ce que le téléphone pouvait faire vu qu'il était éteint dans les mains de la nana ! Y'a aussi eu une autre pub avec un slogan du genre "le téléphone que même votre mère sait utiliser". Sauf que les techno-geeks n'ont pas envie de s'identifier à leur mère. Sinon j'ai mon Palm Pré 2 depuis hier, eh bien j'en suis très content ! Venant d'un Nokia 6210, c'est mon 1er smartphone et le matériel me satisfait même s'il n'est pas à la hauteur des exigences actuelles. Et quand je compare à iOS 4 sur mon iPod Touch, y'a pas photo je trouve le tactile bien mieux intégré sur le Pré. Par exemple, pour retourner à la page précédente, sur le Pré il suffit de glisser le doigt de droite à gauche sur la zone de geste en bas de l'écran. On peut donc faire ce geste avec le pouce de la main qui tient le téléphone. Sur iOS, il faut toucher le bouton de retour arrière qui est systématiquement mis en haut à gauche de l'écran, quelle que soit l'appli. Et donc, vu la taille des ibidules tactiles, à moins d'avoir un trèèèès grand pouce, il faut utiliser l'autre main, celle qui ne tient pas le téléphone. Pas super ergonomique.
avatar master_bate | 
Comme vous le dites si les téléphones étaient a la hauteur d'un iphone cet os serait beaucoup plus connue, l'interface est pas mal est il pourrait être un concurrent d'android si il avait les phone qui vont avec l'os
avatar Marksanders | 
Une tablette (de bonne qualité matérielle) sous WebOS avec Flash, miam miam ! :) Reste que le manque d'apps est un vrai souci, c'est la force de l'iPhone. L'iPhone avec moins d'apps aurait peu d'intérêt.
avatar Minileul | 
Il a vraiment l'air terrible cet OS. Ce concept de pile c'est génial. Dommage qu'ils ne soient pas arrivés à décoller plus vite. Maintenant le cout du changement va en faire hésiter plus d'un...
avatar BeePotato | 
Vivement un test en profondeur (lecteur audio, vidéo, appli de mail, contacts, calendrier, maps)... c'est prévu ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Le meilleur OS mobile. J'avais testé le Pré et webOS premier du nom et c'était déjà du très bon. Pour moi webOS est vraiment supérieur à iOS et Android. J'espère que ça va marcher car c'est une belle réussite cet OS. Vivement la sortie des nouveaux téléphones !
avatar Thunderfury | 
Je me demande parfois si HP ne pourrait pas développer, a terme, son propre OS pour ses ordis.... Et puis je vois le souk que constitue un simple gestionnaire d'imprimante, et je me dis qu'ils en sont incapables....
avatar Botifax | 
Salut a tous je vous laisse voir cette video montrant comment fonctionne un peu webOs celui que je considere comme le meilleur OS mobile du marcher.
avatar BeePotato | 
@ Anthony ok (pour webOS1) par contre j'aimais bien la campagne de pub de Palm, je la trouvais réussie sur le plan créatif : belle identité visuelle, bon choix musicaux, bon rythme... et j'aimais bien leurs messages bien barrés. On doit être 5 dans mon cas, je dois bien l'admettre.
avatar Mousse72 | 
iOs, WebOS, Android ??? C'es vrai que Steve Wozniak est convaincu qu'Android va être le grand vainqueur. Même que le Woz, il porte déjà le tee-shirt Android... http://www.engadget.com/2010/11/18/steve-wozniak-android-will-be-the-dominant-smartphone-platform/ http://www.gottabemobile.com/2010/11/18/wozniak-says-android-will-win-in-the-end/
avatar davidoff | 
Je me dis qu'Apple aurait dû racheter Palm, son OS et ses brevets quand celle-ci était encore à vendre. On aurait eu le meilleur des 2 mondes : le hardware Apple avec l'OS de Palm. dommage...
avatar Genghis | 
Apple n'a pas déposée un brevet sur les piles ?
avatar PacKman | 
Il a l'air vraiment TOP cet OS. Je dirais même qu'il est bcp plus séduisant que iOS. Le problème c'est qu'il y a pas d'Apps et que les téléphones sont un peu vieillots... Allez HP défoncez-vous pour les Apps (idéalement une petit App Skype serait bienvenue), on veut des concurrents à Apple nous !
avatar Tristoune Baoui | 
Il y a deja une application skype, mais pas utilisable en france (SFR oblige je pense). Sinon je suis 200% d'accord avec cet article! L'OS est magnifique, en revanche on a une déception sur le HW. Pourtant les innovations sont là... En espérant que 2011 soit une bonne année pour le HW HP, et qu'ils arrêtent cette exclu SFR.
avatar Cean | 
d'accord avec l'article j'ai les 2 téléphones (iphone 4 et palm pre +) et je n'utilise plus que l'iphone 4 à cause du hardware du pre : le clavier est vraiment horrible à utiliser tout les jours. c'est dommage car l'OS est vraiment très bon
avatar dapi | 
Dites, il est possible d'utiliser les palm (pre ou pixi) comme point d'accès internet wifi? (thetering de Androïd). Merci d'avance pour la réponse!
avatar Porteli | 
Bonjour, je voudrais remercier l'auteur pour l'excellente qualité de cet article, remarquable d'objectivité sur un site estampillé Mac. Pour posséder le Pre + depuis maintenant six mois, je ne puis que souscrire au régal qu'est l'utilisation de WebOS au quotidien. L'année 2011 sera en effet vraisemblablement décisive : à titre personnel, il m'est avis qu'HP va investir en priorité le secteur professionnel qui est traditionnellement son point fort. Je ne sais si cela suffira, mais j'ai - très - envie d'y croire.

CONNEXION UTILISATEUR