Andy Rubin quitte la tête d’Android

Anthony Nelzin-Santos |

Le CEO de Google Larry Page annonce le remplacement d’Andy Rubin par Sundar Pichai à la tête d’Android. Une rumeur prêtait à Rubin l’intention de quitter Google pour une start-up, il restera finalement à Mountain View où il travaillera sur de nouveaux projets.

Andy Rubin

Rubin a fondé Android, Inc. en 2003, après avoir été évincé de Danger et être passé par Apple et General Magic. Deux ans plus tard, il vend ce système pour mobiles qui « connaissent la localisation et les goûts » de leur utilisateur à Google — il lâche donc son bébé (lire : Android, d'Apple à Danger). Pichai, quant à lui, est déjà responsable de Chrome — voilà qui devrait donner un peu plus de poids aux rumeurs évoquant un rapprochement de Chrome OS et d’Android.

Les « moonshots » mentionnés dans le communiqué sont les projets fous menés par Google X (lire : Larry Page, CEO de Google : « Je voulais devenir inventeur »). Rubin pourrait donc reprendre cette division qui travaille sur des voitures se conduisant toutes seules ou les Google Glass, actuellement dirigée par Sergey Brin.

Google indique par ailleurs que 750 millions d’appareils Android ont été activés dans le monde, ce qui confirme que sa croissance se tasse, en toute logique vu les conditions du marché (1,4 million d’activations quotidiennes contre 1,3 million il y a six mois). 25 milliards d’apps ont été téléchargées depuis le Google Play Store.

avatar denisbook | 
Google is doOOOOOOmed JE vous l'avais dit, chaque année depuis le début, j'avais raison, c'est doOOOOoooomed Ha, et Microsoft c'est fini. et aussi 2013 est l'année du bureau linux. et on entend jamais parler d'IBM, ça a du couler cette petite boite.
avatar m_enfin | 
Sundar Pichai c'est un boss de chez boss, c'est une bonne nouvelle que ce monsieur dirige Android.
avatar m_enfin | 
Rubin n'a jamais eu l'esprit Google, et à la fin on le sentait même un peu largué, c'était Hugo Barra qui s'occupait vraiment majoritairement d'Android, j'aurais pensé que ça allait être lui qui allait prendre la relève (que je sentais inévitable), mais finalement c'est Sundar Pichai, ce type est tellement excellent que je me fais peu de soucis pour la suite. Ca va même redonner un petit boost ! Quant à l'esprit mobile, Google s'y intéresse depuis 10 ans au moins donc.
avatar YanDerS | 
ce qu'on peut être incité à penser, c'est que les enjeux deviennent de plus en plus importants. Le domaine mobile, la domo/menager, le wearcomputing... sont la micro connectée de demain Et que si Google, qui se veut être au cœur du Web, veut assoir un web OS en relation avec ses services web, il lui faut réduire la dualité Android/ChromeOS pour développer autant que possible une solution unique à terme. Une réorganisation allant dans ce sens était de ce point de vue inévitable. Il y a aussi le renouvellement des équipes qui doit jouer, comme des divergences possibles sur une telle convergence. Dans ce cas, il vaut mettre les réticents au vert, sur des sujets regardant vers des perspectives plus ouvertes
avatar m_enfin | 
Sundar Pichai est a mon avis davantage prêt à tuer volontairement la marque Android au fil des ans pour la remplacer par 'Google' ou 'Chrome' qui sont plus importants sur le long terme, même si c'est pas réaliste aujourd'hui. Autant je pense que Chrome OS et Android fusionneront pas car c'est mélanger des choux et des carottes (voir W8). Par contre ils vont se marier puissance 1000.
avatar YanDerS | 
BAoouuuuuuum badaboum!
avatar denisbook | 
y a actuellement une grande diversité (plus qu'il y a jamais en 25 ans d'abomination PC Compatible) Vous avez des téléphones basiques avec du linux simplifié ou autre firefox os des ios, des android, des windows (ça se vend, votre choix est là), des blackberry, des linux sophistiqués (bada, tiezen, etc) et autres ubuntu demain alors ouskilè le problème ? ouskilè ? Et non, y a aucune raison que tout soit égale, ça ne souffre pas ces petites bêtes.
avatar denisbook | 
"Pas faux, si google avait un peu plus de concurrence sur tous les services qu'il peut proposer (régie publicitaire, cartographie, messagerie,...), ca ne serait pas plus mal. Un monopole dans un secteur n'est jamais bon, que ce soit pour l'utilisateur et pour la concurrence... " Google a de la concurrence (multiple) sur tous ces terrains là. Où est le problème ? Google est efficace, ils n'ont pas été condamné pour racket, manipulation et chantage sur leur partenaire pour tuer Bing, Yahoo, Facebook, Twiiter, la régie pub Apple, etc. Ils n'ont pas de monopole vu qu'il y a un choix délirant. Même youtube a plusieurs alternatives dont Vimeo et Dailymotion, mais youtube est à ce point EXcellent (son interface est constamment amélioré fonctionnellement et convivialité) On est LOIN de la situation exécrable (me faut un mot + fort encore) avec Microsoft Windows dans les années 90. Bref, Google fonctionne bien et correctement, et cette entreprise se prend constamment de l'interventionnisme étatique comme jamais Microsoft n'a connu. Personnellement je pense toujours que leur usage de java pour android fut injuste et que oui android est de base une recopie du travail de iOS (suffit de comparer avant et après la présentation de l'iphone) ou que Google typiquement fait des annonces délirantes, jette en pleine gueule du code, des bidules, et ensuite s'intéresse aux conséquences (cas récent de Webm ) Mais l'entreprise est face à une concurrence féroce (même sur la pub, donc) et pérenne sur tous les fronts. Et Google est très actif: tous leurs produits à succès sont constamment améliorés. On ne peut donc pas dire "ça leur ferait du bien de la cOOOnncurrence, y en a marre de google, je l'utilise tous les jours partout pour tous mes usages, et y en a maaAAAAarreuh" c'est DEJA le cas.
avatar lol51 | 
la plupart du temps j'utilise bing, c'est pas le meilleurs mais c'est pas google. Pour la carto j'utilise plan et un Garmin en voiture...
avatar denisbook | 
Pour le plaisir de voir Godzilla détruire le modèle réduit de Tokyo en carton. Je pense qu'ils parodiaient les médias criant toujours à la Fin d'Apple (cette fois c'est la bonne, si si) pour nous faire cliquer des pubs dans des articles bidons.
avatar denisbook | 
L'esprit critique ? ha oui c'est le truc qui consiste à dire que tout est égal, tout se vaut, que rien n'a d'importance et de mettre tout le monde dans le même sac (poubelle). ha ouais c'est cool l'esprit critique, faudrait que j'en achète... béhééééhééééé
avatar YanDerS | 
ça va pas être possible, puisque Forstall et Rubin doivent se paxer pour créer une p'tite boutique du nom de NeXTSTAIR
avatar YanDerS | 
c'est pas une question de sa part. Mais cela se voit que Graig ne connait pas le bouddhisme et l'"Eveil paradoxal" utilisés par les saints-fous
avatar YanDerS | 
Excuse-moi, j'ai répondu à propos de ton commentaire d'une manière volontairement condescendante. En fait je te répondais pas directement mais à pleins d'autres commentaires sur le sujet, avec des sentences bien tranchées. Alors qu'en fait on ne sait rien de ce qui fait l'intimité et la vie spirituelle d'un être. J'ai étudié la surface du Bouddhisme, et ceci fait j'en ai mesuré mon ignorance. C'est un monde touffu et complexe. Mais ce que j'en ai appris, c'est que les défauts peuvent être utilisés comme qualité par les maitres. Comme la colère pour Marpa envers son disciple Milarepa. À condition d'en avoir pleine conscience et maitrise. Je comprends pourquoi Jobs à adhéré au Zen Sôtô. D'une part parce que même s'il dérive du Tch'an chinois, il est d'esprit japonais, qui lui même à le soucis du détail dans l'économie, de la forme épurée et synthétique le plus souvent, et dans le cas du Zen, de la simplicité, de la rigueur et de l'essentiel. Tout cela à toujours parlé à Jobs. Sans doute devait-il s'y retrouver "esthétiquement". Et d'autre part c'est une branche du bouddhisme évolué dérivée des écoles tantriques qui aimaient à manier des paradoxes, comme l'identité des contraires. Savoir que les défauts étaient les pendants des qualités a dû donner à Jobs des perspectives plus ouvertes, une spiritualité où son caractère pouvait trouver des appuis d'expressions où il pouvait à la fois progresser au sein d'un cadre exigeant et rigoureux, et en même temps rester fidèle à lui-même sans renier son caractère. Vu comme ça, cela a tout d'un choix pratique et opportuniste. C'est souvent comme cela que le bouddhisme est perçu et pratiqué en occident. Sogyal Rimpoché regrette souvent ce bouddhisme des occidentaux comme spiritualité à la carte, cool et ouverte. Une spiritualité sans trop de contraintes dogmatiques et une psycho-philosophie douce et bienveillante, rationnelle et pratique. Alors qu'en fait, les enseignements requièrent une discipline très suivie et structurée, des anapurna de pratiques régulières, progressives et poussées (meditations/visualisations, exercices yogiques), l'apprentissage et la mémorisation conséquente des corpus de textes, sutras et mantras. Je ne pense pas que Jobs ait ignoré toutes ces dimensions. Son exigence naturelle ne le lui permettait probablement pas. Seulement en bon occidental, il a dû pratiquer selon ses disponibilité et ses besoins, plus sans doute quand il a été très malade. Jobs n'est pas Bouddha, comme Jesus ou Einstein ne le sont pas non plus. Poser des équivalences de ce type n'a aucun sens. Par contre on ne peut denier à qui que ce soit sa dimension spirituelle, même avec ses démons, la mienne comme la tienne, et qui est le propre intime de chacun de nous. C'est tout ce que je voulais dire. Désolé encore.

CONNEXION UTILISATEUR