Téléphonie : Satya Nadella confirme que Microsoft s’est planté

Mickaël Bazoge |

« Il est clair que nous avons raté le [virage du] téléphone mobile, il n’y a aucun doute », a admis Satya Nadella, le CEO de Microsoft durant une conférence WSJD Live. Un aveu un peu tardif, mais qui confirme le ratage total des différentes stratégies poursuivies jusqu’ici par l’éditeur de Windows, du fou rire de Steve Ballmer après la présentation du premier iPhone, à l’accident industriel de l’acquisition des activités mobiles de Nokia pour plus de 7 milliards de dollars. Fin septembre, le nouveau patron de Microsoft France annonçait le secret de polichinelle : Microsoft ne fera plus de smartphones grand public pour les années à venir.

Cliquer pour agrandir

Ceci étant dit, une fois n’est pas coutume : cette opportunité manquée — et elle est de taille ! — ne signifie pas pour autant que Microsoft va rater le train d’autres technologies en devenir. L’objectif de Nadella et de son entreprise est de ramasser la mise sur les marchés en gestation. Microsoft a identifié depuis un an ou deux un secteur prometteur, celui de la réalité augmentée, pardon, de la « réalité mixte » tel qu’elle est conceptualisé par le casque HoloLens que l’on peut maintenant précommander en France.

Mais Microsoft veut conserver une présence sur le secteur de la mobilité. Windows Phone compte pour à peine 1% du marché des smartphones dans le monde, mais Satya Nadella a identifié des « niches » où l’offre de l’éditeur peut se montrer pertinente. Il fait notamment référence à Continuum, cette fonction transformant un smartphone en PC de bureau avec l’aide d’un boîtier. Sur le papier, c’est excitant, mais dans la réalité d’un usage quotidien, c’est bien moins convaincant (lire : Prise en main du PC caché dans Windows 10 Mobile).

Cliquer pour agrandir

« Nous avons un téléphone qui peut remplacer un PC », continue d’affirmer le CEO malgré les limites de Continuum, « de la même manière que nous vous proposons une tablette qui peut remplacer un ordinateur portable. Voici le genre de catégories que nous voulons créer ». Dans le même ordre d’idée, HoloLens serait de nature à devenir « l’ordinateur ultime » basé sur la réalité mixte.

La leçon retenue par Microsoft était de penser le PC comme le « hub » central pour tout, jusqu’à la fin des temps. « Cela a peut-être été la plus grande erreur que nous ayons jamais faite », indique Nadella. Tout cela n’empêchera pas Microsoft de présenter demain… sa propre vision de l’ordinateur de bureau, après avoir lancé un concurrent du MacBook Pro avec la Surface Book.


avatar vinzpic | 

Assez perspicace... ?

avatar C1rc3@0rc | 

Nadella est un malin et un sacré bon communicant.
Il annonce ce fait qui est une verité historique, avant de lancer le dernier train de mesure visant a liquider les activités mobiles de la societe. Il l'avait promis lors de son arrivé a la tete de MS: il vient du corporate et il est la pour recentrer MS sur le corporate en eliminant les activités GP et autres incoherences. MS c'est Azure et Office.

Et on le voit bien depuis 2 ans, si MS fait fait tourner le ventilateur pour refroidir son secteur GP, c'est pour faire une transition "tranquille", mais rapide et ineluctable. Liquidation pragmatique des secteurs les plus a pertes, a commencer par le gouffre Windows Phone. Transformation en service de Windows. Prochaine etape? Elimination du secteur Xbox...

MS c'est une boite B2B qui s'eloigne de plus en plus du GP.

Aprés, le reste c'est de la com pour faire passer la "rationnalisation", avec des effets d'annonces pour retenir la masse de clients (forcés) qui constitue encore un levier psychologique dans les operations financieres, meme s'il n'est pas une source de revenus serieux.

«Microsoft a identifié depuis un an ou deux un secteur prometteur»
Mais bien sur, on y croit, ils bossent sur la VR que depuis 2 ans, comme Apple et les autres. Indice, de quand datent les technos de VR qui sont diffusés par SRI? au 30 ans dans les applications militaire...

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Pas VR mais AR ?

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Le B2C a toujours été très marginal et assez indirect dans l'économie de MS.

C'est plus un sifflet de fin de partie qu'un recentrage réel : Les fantasmes d'expansion sur des segments B2B déjà saturés que MS pourrait conquérir par sa seule puissance c'est fini.

Par contre je ne crois pas du tout que MS s'interdise le B2C mais dans l'avenir ce sera pas après les autres mais en même temps ou même avant les autres.

Le grand changement de doctrine est pour moi l'abandon de la foi en la puissance absolue de la marque Windows et de l'entreprise MS, qui devait permettre de se faire une place même en arrivant très tard dans la bataille.

Il est loin d'être improbable sue MD soit impliqué dans des batailles B2C, mais dans celle futur, plus celle qui sont déjà gagnée par d'autres ?

avatar reborn | 

"La leçon retenue par Microsoft était de penser le PC comme le « hub » central pour tout, jusqu’à la fin des temps."

Pour beaucoup ici veulent que le mac reste le "hub" central..

avatar béber1 | 

reborn
"Pour beaucoup ici veulent que le mac reste le "hub" central.."

Je suis d'accord avec la critique mais il faut alors essayer de deviner quelle serait l'alternative ou les autres possibilités : le Cloud ?

Tout terminal suffisamment puissant et multi-fonctionnel devrait pouvoir représenter un hub pour lui-même (autonomie) et pour d'autres terminaux plus dépendants.
Pour moi, ce devrait être un serveur domestique, au centre, dans une approche d'écosystème numérique global, c-à-d complémentaire et interactif avec le cloud et les autres terminaux d'un foyer

avatar awk | 

@béber1

Pour Apple aussi le centre de gravité est aujourd'hui le Cloud et plus le Mac ???

avatar béber1 | 

awk
"Pour Apple aussi le centre de gravité est aujourd'hui le Cloud et plus le Mac ???"

et dans la problématique d'un Cloud qui serait problématique pour les utilisateurs ?
(externalisation, sécurisation/confidentialité des données personnelles, et dépendance au web et à son bon fonctionnement)

avatar awk | 

@béber1

Ils s'en foutent ?

La marginalité a toujours un prix et comme tu t'en doutes ce n'est pas là un jugement de valeur sur ta position qui est très défendable ??

avatar béber1 | 

awk
"Ils s'en foutent ?"

:fouet: fouet:

avatar zoubi2 | 

@awk

"Pour Apple aussi le centre de gravité est aujourd'hui le Cloud et plus le Mac"

Et c'est bien mon problème ! Je conçois parfaitement que de nombreux utilisateurs trouvent leur bonheur dans le cloud (surtout professionnellement me semble-t-il). Mais moi je n'en ai rien, mais vraiment RIEN à foutre ! Ah si, pour synchroniser mon carnet d'adresses...
Donc c'est chiant parce que je ne rentre manifestement pas dans le moule et que ce qu'on me propose ne me va plus... :-(

avatar awk | 

@zoubi2

Il est très difficile de résister au mouvement du Cloud et cela risque de l'être de plus en plus tout acteurs confondu.

Nous n'en sommes qu'au tout début avec principalement la facette stockage du cloud.

avatar awk | 

@reborn

Sauf Apple qui sortie depuis longtemps du paradigme du Mac, hub de la vie digital ?

avatar C1rc3@0rc | 

Mauvaise analyse: Apple est un constructeur de materiel, pas une societe de service, ni un editeur de soft.

Meme si Apple vend de moins en moins de Mac, son produit de base c'est le Mac. Tout son ecosysteme financier est construit dessus. La principale source de revenus actuelle c'est l'iPhone, qui a pris le relai de l'iPod, oui, mais ce sont des devices!
Et comme tels ils sont definis et conçus pour etre des peripheriques du Mac. C'est une volonté et une architecture qui definissent l'ecosysteme Apple. iOS, tvOS sont des derivés tres proches de MacOS.

Aujourd'hui Apple est dans la confusion, (sur)vivant a l'aide uniquement des produits conçus avant 2012, tout ce qui a ete elaboré aprés est de l'echec. La société gesticule, mouline dans une melasse d'annonces sans realité, se projette dans des entreprises qui vont dans le mur (automobile, Apple Watch, streaming,...), etc. Mais les benefices phenomenaux de l'entreprise viennent des produits (anciens) conçus sur l'ecosyteme avec le Mac au centre.

iCloud tente de se substituer au Mac? En fait non. iCloud compense les mesventes de Mac mais il ne fait que la partie synchro. Ce n'est pas un vrai cloud, Apple est incapable de le faire. Toute la partie production et edition de contenus reste sur le Mac ou part sur Windows et Linux. Ni les device, ni iCloud n'arrivent a se substituer au Mac.

Et Apple n'a pas trop le choix: impossible de creer un autre ecosysteme, l'iPhone depend du Mac, l'iPad depend du Mac, l'AppleTV depend du Mac. Sans Mac, pas d'application!

Apple fait mal du Mac ces dernieres annees, oui. Mais cela impacte les devices: confusion, perte de fonctionnalités et d'ergonomie!
Le plus gros echec d'Apple c'est la tocante. Pourquoi? Parce que c'est un produit conçu comme un peripherique de l'iPhone, pas comme un device qui depend du Mac.

avatar zoubi2 | 

@C1rc3@0rc

Je suis sensible à ce discours. Mais alors... Mais alors... Quand on voit dans quelle misère sont les Macs... Ils sont vraiment aussi cons que ça ???

avatar awk | 

@zoubi2

Les Mac ne sont nullement en misère, c'est la seule activité majeur du marché à être profitable.

Ce sont les activités PC de Lenovo, HP et Dell qui sont en misère avec des niveaux de marge ayant le plus grand mal à concurrencer ceux de la grande distribution,

Avec une offre reduite , vieillissante, onéreuse ... Apple parvient a vendre le tier du nombre d'unité de Lenovo le leader du marché.

On estimé l'année dernière que l'activé Mzc dégagé plus de profits que celle de Lenovo, HP et Dell réuni sur les PC

Une enviable misère donc, dont beaucoup sont jaloux ??

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

C'est pourtant bien le cas et tes imprécations n'y changent rien.

Apple ne met plus en avant le Mac comme hub de la vie numérique mais le cloud.

Ce n'est en rien une analyse mais un fait avéré, déclaré, assumé par Apple ?

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Par contre ton "analyse" est sacrément sous acides quand même.

Tu confonds "billet d'humeur" et analyse, à moins que ce ne soit une tentative de faire de la science fiction.

Tu transformes comme souvent tes dégoûts en analyse rationnelle en fabricants de beaux syllogismes ?

avatar iPop | 

@C1rc3@0rc :
Oui iCloud n'est pas le centre des revenu d'Apple cet APPLE est un vevdeur de jouets.
Mais non le MAC n'est plus le centre depuis longtemps.

avatar awk | 

@iPop

Le centre d'un écosystème n'est pas forcément le centre de la captation des revenus.

L'ensemble de l'offre d'Apple gravite aujourd'hui clairement autour du nuage ?

avatar iPop | 

@reborn :
Le HUB aujourd'hui c'est le Cloud

avatar C1rc3@0rc | 

C'est le reve des equipementiers, a commencer par Intel qui a raté le mobile et qui est en train de perdre le PC.

C'est le reve des financiers, des deconfis du B2B qui cherchent un relai de croissance pour eviter la faillite dans un secteur en concentration.

C'est un reve pour les agences d'espionnage a 3 ou 5 lettres, le cloud c'est la surveillance generalisé, le retour des systemes centraux controlable, la fallite de l'individualité.

Dans les faits, le cloud c'est surtout un probleme, une source de risques et de dangers.
Pour le moment on est dans une phase ou les equipementiers gagnent beaucoup d'argent avec... mais pas les operateurs et encore moins les clients (entreprises). Mais avec la generalisation du cloud vont venir les cadres juridiques. Deja on voit des grognements, on parle de responsabilité, de contraintes legales, d'assurance, de restrictions d'usage, de neutralité du Net.

Un cloud il y a 2 ans ça coutait pas grand chose: du serveur, un service minimaliste et automatisé, aucune responsabilité...

Aujourd'hui, faut mettre la main a la poche pour financer des lignes que seuls les mastodontes peuvent payer (Google, Microsoft, Facebook,...). Faut installer des datacenter locaux, faut se conformer aux lois qui commencent a arriver. Faut assurer un service 24/24, arreter de sous-dimensionner pour supporter un acces moyen stable et assurer la redondance, prendre des assurances...

Les petits prestataires abandonnent, trop cher, trop de risques legaux. Les gros s'associent, se concentrent... Pendant que les attaques mettent de plus en plus a genoux les datacenter et que des tonnes de donnees privées partent sur les marchés de la cybercriminalité.

Jusqu'a ce qu'a l'accident majeur, l'attaque globale, dissuadant le client. Le client qui va revenir au PC. Peut etre pas celui des annees 2000, mais c'est une constante de l'Histoire de l'informatique: le centralisme a toujours laissé la place aux systemes repartis individuel.

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Parler de constante de l'histoire de l'informatique avec si peu d'occurrence des événements est un sophisme remarquable.

Tu ne peut tirer strictement aucun enseignement de cette portée en te basant sur un échantillon d'événements aussi faibles.

Je ne défend nullement le mouvement d'un retour à une centralisation, mais l'attaquer avec des arguments aussi spécieux ne peut être accepté.

Tu énumères certains des avantages et des inconvénients de l'approche.

Et au vu de la masse des avantages pour les majors de l'industrie, l'échec inévitable que tu annonces est très discutable.

On ne bâtit pas une analyse sur ses desires, ses envies, ses détestations, ses dégoûts ...

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Quand a la consolidation du secteur que tu évoques elle est évidemment inévitable et les consolidations n'ont jamais été un frein au développement économique du secteur.

Tu devrais éviter de faire de cette maxime le ressort de tes pensées : quand on veut noyer son chien on l'accuse de la rage.

C'est le ressort d'une grande part de tes contributions.

avatar bbtom007 | 

Je confirme aussi

avatar ruru75020 | 

On l'a pas attendu pour s'en rendre compte hein.
Tant je trouve les surfaces formidables (bien qu'un peu cher) mon surface Book est formidable, tant les portables sont à chier.

avatar occam | 

https://www.theatlas.com/charts/B1tz5aUyl

Une certaine dose de franchise, de réalisme et d'humilité ne semble pas faite pour déplaire aux marchés. Le cours de MS a presque retrouvé son niveau record de 1999.

avatar reborn | 

@occam

Grace aux clouds et aux abonnements

avatar C1rc3@0rc | 

Non, grace a l'abandon du secteur GP et du recentrage sur le service B2B... le coeur de metier de MS.
Le marché aime l'economie de la dette, mais aime les entreprises qui sont en croissance. MS sur le GP a toujours ete en deficit et seul le deficit etait en croissance. C'est la faillite de la strategie monopolistique, Microsoft est rentable dans une monde multipolaire, fait de collaboration et de specialistes.

avatar awk | 

Bientôt il confesseront que l'hybridation des paradigmes de GUI est une aberration et ils seront enfin dans la rédemption ?

avatar béber1 | 

awk
"Bientôt il confesseront que l'hybridation des paradigmes de GUI est une aberration…"

tu rêves debout ? ?

avatar awk | 

@béber1

Même des entreprises profondément WASP peuvent être touché par la foi catholique romaine et expier leurs fautes ?

avatar béber1 | 

awk
"Même des entreprises profondément WASP peuvent être touché par la foi catholique romaine et expier leurs fautes ?"

passer par Lourdes et monter à genou à Fatima ?

avatar Fego-007 | 

Nokia et Microsoft ont eu un point commun : se borner à penser la même chose tout le temps

avatar awk | 

@Fego-007

Pour MS cela change mais effectivement une de leur grande faiblesse fût longtemps de ne croire qu'en la reproduction et la transposition de ce qui avait fait leur succès dans le passé ?

avatar C1rc3@0rc | 

Nokia, le groupe equipementier - ancien proprieteraire du constructeur de telephone, a compris tres vite le probleme et a arreter le frais au bon moment: revendre l'activité mobile a Microsoft a ete acté avec l'arrivé de Elop.

MS est resté longtemps sur le dogmatisme de l'economie monopolistique, meme apres sa condamnation. Il faut d'ailleurs voir pourquoi MS a ete condamné: parce que MS a depassé toutes les limites pour tenter de sauver le principe monopolistique qui etait deja en phase d'effondrement. C'est paradoxal, mais au moment de sa condamnation MS etait au sommet, mais son principe de fonctionnement etait en train d'exploser.
L'autre qui est coupable et victime de ce systeme c'est Intel. Condamner pour les memes raisons, avec les memes causes et le memes consequences. La seule difference vient du temps, mais dans le fond c'est la meme histoire.

Faut comprendre que si l'economie monopolistique est si redoutée par la Mecque du spencerisme - les USA- c'est parce que ce systeme est autodestructeur et qu'il n'a une durée de vie que tres courte, et que ses consequences sont dramatiques, allant jusqu'a menacer l'Etat. Quand a l'Etat monopolistique, on sait tres bien de quoi il s'agit, on a un bel exemple avec la coree du Nord.

Apres y a le problème du dogmatisme, qui est systématiquement une impasse et une cause d'appauvrissement implacable. Et comme le dogmatisme et le monopolisme vont de paire...

avatar frankm | 

Ils n'ont pas copié l'iPhone !

avatar Eratic | 

Un moyen pour eux de se rattraper serait de proposer des téléphones "tout connecté". J'explique: en gros la partie logicielle et la puissance du téléphone serait dans le "cloud" comme ça se fait pour certains PC. Serait gardé en local les fonctions ajoutées telles que la gestion de l'APN, etc...
Le téléphone portable devenant de plus en plus une très bonne console de jeu, plus besoin de course à la puissance du téléphone, tout sur le cloud "computing" à la sauce téléphone.
Ce serait un marché de niche car ne conviendrait qu'aux personnes étant bien couvertes par les réseaux internet (et avec des bons forfaits)

avatar awk | 

@Eratic

Ce que tu décris est très loin d'être improbable, nous voyons principalement la face STaaS du Cloud aujourd'hui.

Les prochaines évolutions des débits en cellulaire rendent envisageable que tous les dispositifs du PC au Smartphone en passant par la tablette soient ravalé à un rang de simple terminal d'IHM et que la partie lourde soit distante.

C'est une vision de l'avenir que beaucoup partage et qui changerait profondément la donne ?

avatar Eratic | 

@awk

Bien sûr, l'avenir nous dira si c'est LA solution! Mais plutôt que d'agir en mouton et ne proposer que ce que fait la concurrence avec un OS médiocre, Microsoft pourrait gagner quelques parts du marché et révolutionner (comme Apple l'a fait en 2007), le monde du smartphone.
Il suffirait aux pays émergents de développer leur réseaux pour que n'importe qui puisse avoir un téléphone de compet'

avatar awk | 

@Eratic

Les techniques ne sont pas encore totalement mûre pour ces approches et ces approches n'ont rien de particulièrement originales.

Google est aujourd'hui clairement l'acteur le plus impliqués sur ces questions aujourd'hui,

avatar zoubi2 | 

"C'est une vision de l'avenir que beaucoup partage et qui changerait profondément la donne"

Et qui me ferait profondément chier.

avatar awk | 

@zoubi2

Regarder le monde en fonction de ce qui nous plait ou nous déplaît c'est se fabriquer des œillères ?

avatar béber1 | 

Eratic @ awk
"Un moyen pour eux de se rattraper serait de proposer des téléphones "tout connecté".

C'était pas le principe des Palm Pré/WebOS ?

"Les prochaines évolutions des débits en cellulaire rendent envisageable que tous les dispositifs du PC au Smartphone en passant par la tablette soient ravalé à un rang de simple terminal d'IHM et que la partie lourde soit distante."

oui, comme tu dis, c'est loin d'être improbable à l'avenir.
Avec les évolutions croissantes des capacités réseau et de leurs couvertures, ce serait même logique

avatar awk | 

@béber1

Et bien évidemment c'est pas forcément très souhaitable, mais c'est un champ des possibles qui se dessine très clairement ?

avatar béber1 | 

awk
"Et bien évidemment c'est pas forcément très souhaitable, mais c'est un champ des possibles qui se dessine très clairement ?"

hélàs,
les lignes de forces pour la gestion/maitrise du Big Data de demain sont tellement puissantes et intéressées... que cela agit comme une pensée dominante, un horizon suprême à atteindre chez tous les acteurs concernés

avatar Jeckill13 | 

A vouloir faire un terminal qui mélange les genre, on fini par faire un terminal qui n'est que la somme des compromis.

Tous les défauts du terminal mobile et tous les défauts du terminal sédentaire sans les avantages des deux.

Côté puissance on bride pour limiter la chauffe et la consommation sans avoir la vélocité des puces mobiles.

Côté autonomie sans le clavier avec batterie c'est la ramasse.

Côté ergonomie c'est ni totalement une interface mobile ni totalement une interface pc. Et c'est sans parler des menus/réglages en doublon sous W10 entre paramètre et panneau de configuration …

avatar Mike Mac | 

Ah, Ah!

Microsoft va aussi louper l'idée du téléphone PC dans la poche !

Un nouveau projet en crowdfunding entend mettre un Windows 10 complet dans téléphone. Au lieu d'un ersatz de PC, on dispose de l'OS complet.

"…La campagne fait valoir que le SyncPhone offrira des performances comparables à la tablette Surface 3 de Microsoft, ce qui est impressionnant si cette déclaration est réelle….".

http://www.blog-nouvelles-technologies.fr/70189/syncphone-campagne-indiegogo/

avatar awk | 

@Mike Mac

Heureusement qu'ils ne proposent pas ce type d'abjection pour geek bas de plafond ?

avatar enzo0511 | 

Pour moi Microsoft c'est un OS et une suite logicielle
Tout ce qu'ils ont voulu faire pour se diversifier a toujours été un échec
Les téléphones, le Zune, les Surface (qui ont la prétention de remplacer un vrai ordi)
Certes il faut savoir se diversifier mais quand on est pas un pire player et qu'on se donne pas les ambitions pour s'imposer il vaut mieux arrêter les frais

Pages

CONNEXION UTILISATEUR