ZTE s’est trouvé un allié de poids aux États-Unis

Nicolas Furno |

Le constructeur chinois ZTE annonçait en fin de semaine dernière qu’il cessait ses activités suite à une sanction américaine qui lui interdisait de se fournir en composants américains. Du fait de cette interdiction, il ne pouvait notamment plus acheter de processeurs à Qualcomm, leader mondial dans le domaine. Coup de théâtre en fin de week-end : Donald Trump en personne a signalé par un tweet qu’il allait travailler avec son homologue chinois pour permettre à ZTE de reprendre le travail, rapidement.

Le ZTE Iceberg, l’un des derniers modèles conçus par l’entreprise qui « innove » avec deux encoches plutôt qu’une en façade.

Pourquoi ce revirement soudain ? Le président américain évoque les emplois qui seraient perdus en Chine si ZTE fermait vraiment ses portes. Cette entreprise de télécoms est l’une des plus grosse du pays et elle emploie actuellement plus de 80 000 personnes. Le Département du Commerce des États-Unis doit maintenant prendre le relai pour négocier un accord avec la Chine et probablement lever les sanctions à l’encontre de ZTE.

Le même jour, le site Australian Financial Review a publié une enquête sur la corruption systématique mise en place par le constructeur chinois pour obtenir des marchés publics. Les journalistes ont prouvé qu’au Bénin, ZTE a payé plus de dix millions d’euros au milieu des années 2000, majoritairement en liquide, pour installer ses équipements de réseau plutôt que de laisser le marché à Nokia. Une trentaine d’officiels ont reçu de l’argent, dont le président d’alors, qui a empoché 1,7 millions d’euros. En Australie, la firme vient de remporter un contrat pour installer ses équipements de 5G dans l’ouest du pays. À défaut d’avoir les preuves nécessaires pour accuser ZTE de corruption dans le pays, les journalistes notent qu’il y a tout un système en place au sein de l’entreprise pour la corruption et que tout est parfaitement documenté en interne.

Même s’il construit aussi des smartphones, ZTE est surtout connu pour ses équipements de réseau dédiés aux opérateurs. L’interdiction des États-Unis est liée à la vente à l’Iran et à la Corée du Nord d’équipements qui contenaient des pièces américaines, alors qu’un embargo devait les empêcher. Les déclarations officielles de ZTE ne contenaient pas ces ventes interdites et cela lui a valu la sanction plus complète de la part du pays. L’entreprise avait de son côté réagi en évoquant des erreurs de contrôle plutôt qu’une mauvaise intention.

Au-delà de ces cas précis, des soupçons plus généraux pèsent sur les équipements produits par ZTE. Tout comme Huawei, l’entreprise est très proche du gouvernement chinois et certains suspectent la présence de portes dérobées dans ses produits. Ces deux acteurs ont été par la suite bannis de plusieurs offres de marché dans le monde.

avatar huexley | 

On attend avec impatience la réaction de Spece92

:D

avatar spece92 | 

@huexley

C’est gentil 😊

avatar spece92 | 

Ben ma réaction c’est que Trump manie la carotte et le bâton. Mais vous remarquerez qu’en France les opérateurs bossent avec les chinois sans se méfier de quoi que ce soit, du moins sans rien dire.

avatar C1rc3@0rc | 

@spece92

«Ben ma réaction c’est que Trump manie la carotte et le bâton. »
C'est surtout qu'il agit avant de comprendre les consequences de ses actes.

ZTE c'est pas un petit fabriquant de Smarphone Android chinois, c'est un des plus gros équipementier réseau au monde. C'est ZTE qui a le marché de la fibre en France par exemple.

De fait, en interdisant au societes americaines de commercer avec ZTE, Trump a bien eu un impact sur ZTE... mais aussi sur les fournisseurs americains de ZTE qui doivent ainsi renoncer a des milliards en terme de ventes...

La évidement, ça pose un problème a Trump, parce que qui dit annulation de commande, dit chômage, dit précarisation des fournisseurs...

«Au-delà de ces cas précis, des soupçons plus généraux pèsent sur les équipements produits par ZTE. Tout comme Huawei, l’entreprise est très proche du gouvernement chinois et certains suspectent la présence de portes dérobées dans ses produits.»

On pourrait alors parler de Cisco, autre gros de l’équipement reseaux, et la ce sont pas des rumeur de portes derobée installées au benefice des agences US a 3 lettres, ce sont des faits...
Qui a banni les équipement Cisco et a interdit de commercer avec Cisco?

On pourrait aussi parler de Alcatel-Lucent nouvellement Nokia...

Pour info, toutes les entreprises chinoises sont "proches" du gouvernement chinois, puisque la Chine est un regime communiste donc ingérant dans les entreprises...

Comme toutes les grosses entreprises de telecom dans le monde sont "infectées" par les services de renseignement et subissent - volontairement ou pas d'ailleurs - l'ingerence des etats... suffit de regarder les obligations imposées sur le controle des telecom au niveau international...

avatar roccoyop | 

Je sens que la chine a gentiment appelé le poussin avec une menace assez forte pour qu'il se fasse dessus. Trump est trop fier et trop protectionniste pour laisser une chance à la concurrence américaine.

avatar alfatech | 

@roccoyop

"Je sens que la chine a gentiment appelé le poussin avec une menace assez forte pour qu'il se fasse dessus."

😂😂😂

avatar l3aronsansgland | 

Tldr : Trump veut sûrement rassurer les investisseurs étrangers.

Je pense que c’est surtout dû aux probablement prochaines sanctions qui vont toucher les entreprises qui commercent avec l’Iran.
D’un côté les USA vont sûrement interdire à des entreprises (ex. européennes) de vendre des biens à l’Iran. De l’autre côté ces entreprises ne sont pas tenues de respecter un embargo qui n’est dicté que par les USA. Du coup on se retrouve dans un cas de figure à la ZTE où les USA ont le droit de vie ou de mort sur une entreprise simplement du fait qu’elle ne respecte pas leur volonté. On peut comparer ça aux sanctions plus ou moins légitimes qui ont été imposées à l’époque aux banques (BNP, UBS, etc.). Ces banques ont par la suite réduit la voilure de leurs activités aux USA, car elles ne sauront jamais sur quel pied danser sur un marcher qu’elles ne peuvent malheureusement pas ignorer. À mon avis, le message que Trump souhaite faire passer est de rassurer les investisseurs étrangers en leur disant : « c’est bon, regardez nous ne sommes pas si méchants ».

avatar headoverheel | 

@l3aronsansgland

Autre message possible : vous avez vu comme on est clément avec un bon élève du contrôle de la population ?

avatar iPop | 

@l3aronsansgland
D’un côté les USA vont sûrement interdire à des entreprises (ex. européennes) de vendre des biens à l’Iran.

Ce qui risque de faire plus de mal que de bien : voir chapitre Terrorisme et Allemagne 1945.

avatar C1rc3@0rc | 

@iPop

La situation est pourie:
- la decision de Trump est unilatérale et illégale par rapport aux resolutions de l'ONU et traités internationaux (OMC notamment)
- Les USA sont un marché qui ne veulent perdre aucune entreprises.
- Le marché iranien vs le marché americain sera peut etre choisi dans quelques cas, mais Trump pourrait alors edicter l'interdicition de commerce non pas avec l'entreprisem mais la holding ou plus generalement le groupe entier...
- l'impact de l'embargo sur des nations entieres est effectivememt catastrophique pour les populations et l'effet politique est souvent derisoire. Au contraire, ce qui va monter c'est la haine des USA.
- rompre un traité international unilateralement decredibilise l'organisation impliquée. A partir de la on a une situation de chaos, ou chacun peut denoncer les traités qui les genent et sortir de ces traités...
- les USA sont aussi perdants que les pays sous embargo...
- l'Iran peut alors decider de sortir des traités, comme les autres pays de la region et se lancer dans l'acquisition d'arme non conventionnelles....

Bref un belle m@#$% en perspective.

avatar Yacc | 

@l3aronsansgland

« De l’autre côté ces entreprises ne sont pas tenues de respecter un embargo qui n’est dicté que par les USA. »

A partir du moment où les entreprises ont une activité sur le territoire étasunien commercer avec l’Iran peut devenir très délicat pour elles. 😉

avatar adrienj | 

Le risque était probablement que les produits de Qualcomm et d'autres entreprises américaines soient à leur tour bannis du marché et des produits chinois, tout simplement.

avatar Thegoldfinger | 

Vu que le constructeur a mis en place une corruption systématique pour obtenir les marchés publics je serai curieux de savoir combien a touché TRUMP pour son volte-face

avatar Minileul | 

@Thegoldfinger

Il est déjà riche, pourquoi prendre 2 million d’euros si c’est pour tout perdre après. On verra dans 10-15 ans ce qui c’est vraiment passé, mais la Chine a sûrement voulu mettre des sanctions en place.

avatar C1rc3@0rc | 

@Minileul

«Il est déjà riche, pourquoi prendre 2 million d’euros si c’est pour tout perdre après.»

La fortune de Trump est surtout une interrogation a laquelle personne ne peut apporter de reponse certifié. Pour lui, il est tres tres tres riche, pour beaucoup d'analystes il est surendetté et a planté toutes des entreprises... La realité est certainement entre les deux, mais c'est un panier percé qui vit dans la lumiere mediatique et n'a pas grand chose d'interressant hormis le reputation de riche...

Apres, la corruption d'un chef d'etat c'est pas le meme niveau que la corruption d'un chef d'entreprise. Surtout que les enjeux sont publics.
Donc l'hypothese d'une corruption ici est purement fantaisiste. Par contre un rappel a l'ordre du gaillaird par les consortium industriels de la realité economique dans un monde ou l'economie est internationales et les interdependances cruciales, ça c'est beaucoup plus realiste... On pourrait meme supposer un coup de telephone a Donald de la part d'un des dirigeant de Goldman Sachs pour lui rappeler pour qui il travaille...

avatar BLM | 

«suite à une sanction américaine qui l’interdisait de se fournir»
Interdire quelque chose (construction directe) à quelqu’un (construction indirecte)
Exemples :
• Il est interdit de marcher sur la pelouse ; le panneau L’interdisant est clairement visible (le "L’" désigne ce qui est interdit)
• (Par contre) il est interdit à Pierre de sortir ; il LUI est interdit de sortir (ici «LUI» désigne la personne à laquelle (construction indirecte) s’applique l’interdiction)

Il aurait donc dû être écrit : «suite à une sanction américaine qui LUI interdisait de se fournir»

avatar BLM | 

ZTE, corrupteur en chef ?
D’ici à ce que l’on découvre que Donald Trump a touché des millions de dollars en pot de vin…

avatar Paquito06 | 

Depuis quand Trump se soucie de quelques emplois en Chine? Cette blague. Trump ne fait pas de cadeau, il est pris en otage par la Chine (desole c’est en anglais):

https://www.zerohedge.com/news/2018-05-14/why-trump-folded-china-holds-u...

CONNEXION UTILISATEUR