App Store : Apple détaille les principales raisons des rejets

Mickaël Bazoge |

L'équipe de validation de l'App Store a droit de vie et de mort sur une application. Depuis le début de l'aventure de la boutique de logiciels mobiles, c'est la même histoire : les critères de validation sont opaques, malgré la mise en place d'un guide des bonnes pratiques aux règles suffisamment floues pour donner à Apple les coudées franches. Le constructeur fait preuve d'un peu plus de transparence envers les développeurs avec une page explicative sur les causes les plus communes des rejets d'applications.

Mise en ligne en juin après la WWDC mais repérée il y a peu, cette page liste quelques conseils aux développeurs, qui doivent composer une interface propre et respectueuse des canons d'iOS, éradiquer un maximum de bugs avant la soumission, régler les problèmes de liens brisés dans l'app, finaliser les images et les textes présents dans le logiciel, ou encore utiliser l'Advertising Identifier si l'app affiche de la pub. Il faudra également veiller à proposer une réelle plus-value (pas de sites web encapsulés) et des fonctions originales, ne pas tromper l'utilisateur sur la nature du logiciel, soigner la description et les captures écran de présentation, et ne pas soumettre à de multiples reprises des applications similaires. Tout cela, les développeurs les plus consciencieux le savent.

Plus intéressant encore, cette page comprend les 10 raisons pour lesquelles des apps ont été rejetées entre les 21 et 28 août.

  • Dans 14% des cas, il manque tout simplement à Apple des informations complémentaires sur les logiciels
  • 8% : présence de bugs dans l'app (règle 2.2)
  • 6% : l'app ne respecte pas les termes de l'accord de licence du programme des développeurs.
  • 6% : l'interface de l'app n'est pas suffisamment travaillée (règle 10.6). « Apple place la barre haut. Si votre interface utilisateur est complexe ou moins que très bonne, elle sera rejetée ».
  • 5% : la description, les captures écran, le nom de l'app ne correspondent pas au contenu du logiciel (règle 3.3)
  • 5% : l'app contient du contenu (comme des icônes ou du texte) « faux, frauduleux, ou trompeur » (règle 22.2)
  • 4% : le nom de l'app dans iTunes Connect et sur l'appareil iOS ne sont pas similaires (règle 3.4)
  • 4% : l'app contient des zones de texte vides (règle 3.2)
  • 3% : le développeur n'a pas donné à son application le classement approprié (règle 3.8)
  • 2% : l'app était une beta, une démo, un test ou un essai (règle 2.9)

Ces raisons représentent 58% des rejets. Les 42% restants sont rangés dans la catégorie « autres raisons », ce qui ne va pas aider à apaiser les doutes sur les motivations d'Apple dans certains cas de rejets litigieux.


avatar mirando | 

Ça rassure l'utilisateur. Oui il y a de la censure mais effectivement ça nous évite de très nombreuses aps moins faites.
S'il y avait ces mêmes règles pour les applications desktop destinées aux employés des boîtes (les applis créés pour des besoins internes ) ça améliorerait la productivité.

avatar xavier25 | 

J'ai parfois des apps rejetées la première fois pour des trucs mineurs. Mais il fait reconnaître que les mecs d'Apple répondent vite et bien en cas de souci. Les apps finissent toujours par être publiées.

avatar PiRMeZuR | 

C'est d'autant plus douteux qu'il y a bien une catégorie "l'app ne respecte pas les termes de l'accord de licence du programme des développeurs", qui ne représente que 6% !

À moins d'avoir mal compris ce qu'est l'accord de licence du programme des développeurs, je ne vois pas quelles peuvent être les raisons non détaillées que contiennent les 42% restants !

avatar Rez2a | 

@PiRMeZuR

Il s'agit d'un autre document, ce à quoi tu penses ce sont les règles de validation de l'App Store, pas l'accord de licence du programme.
Un exemple tout bête qui m'est arrivé récemment : une appli refusée parceque j'avais mentionné explicitement iOS 8 dans les notes de mises a jour. Ce n'est pas interdit par les règles de validation, mais ça l'est dans une appendice de l'accord de licence.

avatar RedMak | 

Je suis dev et j'ai eu des rejets, mais je crois que se que fait Apple à 98% des cas est essentiel pour que les users aient confiance(c'est une des raisons qui fait que je develope pas des app pour Android)

avatar kkoketo | 

autre cas :
cette semaine, notre mise à jour a été rejetée parce que le "testeur d'apple" n'a pas su recopier le login que nous leur avions fourni... ;)

avatar Rez2a | 

@kkoketo :
Ça m'est arrivé aussi, depuis je fais gaffe à je plus mettre de "l", "L", "i", "I"... dans les mots de passe que je leur file ;)

avatar ingrDxX | 

@PiRMeZuR :
Dans les 42% non-cités tu peux ajouter les chercheurs en sécurité qui essayent de passer les barrières de l'app store avec des apps vérolées pour tester les équipes de validations.

CONNEXION UTILISATEUR