App Store : la nouvelle voie des abonnements

Mickaël Bazoge |

En dévoilant hier le nouveau système d’abonnement de l’App Store, Apple pourrait mine de rien bouleverser complètement des habitudes bien établies. Si la sauce prend avec les développeurs, et la Pomme va tout faire pour que ce soit le cas, on risque bien de ne plus consommer les applications comme on le faisait jusqu’alors (lire : App Store : Apple fait sa petite révolution).

Ce système d’abonnement est bien plus sophistiqué que celui que l’on connait actuellement. Il offre aux développeurs une grande souplesse et va les pousser à revoir leur stratégie. À partir de la deuxième année de souscription d’un abonné, la commission reversée au développeur va passer de 70% à 85% du prix de vente de l’abonnement. Une carotte très intéressante qui a un objectif : pousser le développeur à améliorer constamment son application afin d’« accrocher » le client sur le long terme.

Cliquer pour agrandir

Ce fonctionnement est bien différent du concept de mises à jour payantes que les développeurs réclament à corps et à cris depuis toujours. On accepte généralement de remettre la main à la poche pour s’offrir la nouvelle version majeure d’un logiciel qui regorge de fonctionnalités inédites. Avec un système d’abonnement, le développeur va « lisser » ces nouvelles fonctions dans le temps, dans le but de conserver ses abonnés (et les abonnements qui vont avec).

C’est un système qui fonctionne pour Adobe et Microsoft : les nouveautés du Creative Cloud et d’Office 365 sont livrées pratiquement en continu, sans attendre le lancement d’une version majeure. D’ailleurs, les numéros de version ont tendance à s’effacer. Évidemment, si cette structure tarifaire a de quoi satisfaire les développeurs dont les revenus ne se limiteront plus aux premières semaines de lancement d’une nouvelle app, on verra si les consommateurs sont prêts à multiplier les abonnements à leurs applications préférées. Ne serait-ce que financièrement, le budget n’est pas extensible à l’infini, et à côté il ne faut pas oublier les forfaits Netflix, Spotify, Apple Music, iCloud, Dropbox, Office 365… (lire : Le cloud : le nouveau trou dans votre budget)

Les applications qui utilisent déjà le système d’abonnement actuel (c’est le cas de Spotify, Netflix, Dropbox et consorts, ou encore les apps de presse) vont être un peu plus riches dès ce 13 juin. Apple va en effet activer le levier des 85% lundi prochain pour les clients à ces services qui en sont à leur deuxième année d’abonnement.

Apple précise également que si un ex-abonné se réinscrit dans les 60 jours suivants sa désinscription, il continuera d’être inclus dans le lot des abonnés de plus d’un an. Au delà de cette période de grâce de 60 jours, le pourcentage reversé au service bascule à 70%. Ce sera à l’application d’encourager l’utilisateur à revenir sur sa décision et à s’abonner à nouveau, dans ces 60 jours autant que possible.

Les abonnements pour les développeurs

Quoi qu’il en soit, dans la foulée des diverses interviews de Phil Schiller, Apple a livré quelques explications sur le portail des développeurs. À partir de cet automne, toutes les applications (iOS, tvOS, OS X) de toutes les catégories pourront proposer des micro-transactions sous la forme d’abonnements renouvelables automatiquement.

Cependant, toutes les applications ne sont pas forcément concernées par le modèle « app en tant que service » : certaines pourront continuer à être proposées sous la forme d’une « licence perpétuelle » (téléchargement payant), d’autres en tant que freemium (téléchargement gratuit, puis achat in-app, servant par exemple à acquérir des objets virtuels dans les jeux).

Apple précise que les abonnements renouvelables automatiquement concernent les applications qui proposent du contenu mis à jour sur une base régulière (journaux, sites web, cours, catalogues de vidéos ou de fichiers audio), ou des services (stockage, jeux de type massivement multijoueurs). Cela laisse une porte suffisamment grande pour toucher bon nombre d’éditeurs, mais on ne voit nulle part la possibilité de s’abonner à une application « pro » qui offrirait de nouvelles fonctions sur une base régulière.

Des apps comme Pixelmator, Paper ou Affinity Designer pourront-elles prétendre à ce type d’abonnement ? Ces logiciels ne fournissent pas de contenu ou de services à proprement parler, mais ils peuvent tout à fait livrer de nouveaux outils ou proposer de nouvelles fonctions. Les propos de Phil Schiller hier ont laissé penser que ces apps pourront exploiter ce modèle sur abonnement, mais la documentation d’Apple n’en fait pas mention. Est-ce une manière pour le constructeur de se garder une certaine marge de manœuvre au moment de valider une application ?

Auquel cas, le risque existe que l’App Store refuse purement et simplement de valider une application qui aurait demandé des mois de travail (on a déjà vu des histoires horribles du même genre…). Un éditeur prendra-t-il le risque de financer à perte le développement d'une application innovante, au risque de se faire blackbouler par Apple ? On suivra avec intérêt les informations qui seront dévoilées au fil des ateliers durant la WWDC car en l’état, ils sont nombreux à se poser des questions.

Les abonnements pour le consommateur

Au delà de ce flou typique d’Apple qui pourrait provoquer quelques maux de tête chez les développeurs, ces nouveaux abonnements vont apporter aussi une certaine souplesse pour les consommateurs. Une application pourra ainsi fixer des prix différents selon la durée de l’abonnement : 7 jours, un mois, deux mois, trois mois, six mois ou un an.

Apple prévoit deux types de souscription :

  • Abonnement renouvelable automatiquement : c’est sans aucun doute les offres qui seront les plus courantes. Elles permettent d’accéder à du contenu mis à jour en continu (presse, par exemple) ou à des services (stockage en ligne). Une fois l’abonnement échu, il est renouvelé automatiquement, à moins que l’utilisateur ait désactivé la fonction de renouvellement automatique.
  • Abonnement non-renouvelable : ce sera le cas pour les offres de type « season pass ». On connait ces forfaits qui ouvrent droit à une saison de retransmission sportive ou pour des séries TV, par exemple. À la fin de cet abonnement, l’utilisateur recevra une notification l’invitant à acheter un nouvel abonnement.

Apple a indiqué que le panneau de gestion des abonnements — actuellement confus et difficile à débusquer — sera revu pour faciliter les désinscriptions.

Si Apple s’abstient de parler de versions de démo, dans les faits le constructeur laisse la porte ouverte à une telle possibilité. Les développeurs pourront ainsi offrir des périodes gratuites pour utiliser leurs applications. Dans le cas d’une souscription d’un mois, l’utilisateur pourra recevoir 7 jours ou un mois d’utilisation gratuite. Le client ne déboursera rien avant la fin de cette période d’essai, puis son compte sera débité automatiquement dès que l’abonnement normal sera en route — à moins que l’utilisateur ait désactivé le renouvellement automatique (il sera sans doute activé par défaut, comme aujourd’hui).

Les développeurs auront aussi tout loisir de moduler les prix de leurs abonnements selon 200 paliers tarifaires et selon les territoires. On imagine ainsi que Netflix ou Spotify pourront proposer leur abonnement premium moins cher dans un pays où ils viennent de se lancer, histoire d'appâter le chaland. iTunes Connect, l’outil de gestion des développeurs, va intégrer une fonction qui va les aider à gérer les différentes tarifications selon les pays, de quoi leur faciliter la vie en cas de variation des taux de change ou de modification de la taxe sur la valeur ajoutée.

Attention toutefois, en cas de hausse des prix d’un abonnement, l’utilisateur sera prévenu par notification : il devra explicitement accepter de poursuivre l’abonnement. S’il ne fait rien, l’abonnement s’arrêtera à la fin de la période choisie, sans autre forme de procès. À noter : en cas de baisse de prix, l’abonné ne recevra aucune notification et le tarif de son abonnement sera réduit automatiquement.

Image Cristiano Betta, CC BY — Cliquer pour agrandir

Autre nouveauté qui va ouvrir aux éditeurs de nouvelles possibilités : l’App Store permet de créer différents niveaux de prestations au sein d’une même application. Par exemple, des souscriptions basic, premium et gold, donnant droit à plus ou moins de services ou de contenus. Les consommateurs pourront passer facilement et en tout temps d’un niveau de service à un autre sans pénalité. Charge ensuite aux développeurs de bien communiquer sur les différents services de leurs applications, afin d’encourager les utilisateurs à choisir l’abonnement le plus élevé, et y rester.

Mieux encore : afin de récompenser les clients les plus fidèles, un éditeur pourra décider d’augmenter son abonnement pour les nouveaux clients. Les utilisateurs actuels continueront de payer l’ancien prix. Évidemment, ils devront régler le nouveau prix en cas de changement d’abonnement.

Ces nouveaux abonnements pensés par Apple font preuve d’une grande flexibilité et couvrent des usages intéressants qui dépassent le cadre des simples mises à jour payantes. Ils vont forcer les développeurs à réfléchir au modèle économique de leurs applications. Les consommateurs pourront, eux, utiliser des services de manière plus souple ou ponctuellement (un GPS durant les deux semaines de vacances, par exemple).

Il s'agit peut-être aussi d'un moyen pour Apple de rendre les utilisateurs plus captifs à son écosystème. Quitter iOS alors qu'on a plusieurs abonnements en cours non transférables pourrait contrarier une transition vers Android.

Apple doit encore éclaircir certains points obscurs. Les applications qui ne fournissent pas de contenus ou de services à proprement parler pourront-elles adopter les abonnements ? Phil Schiller dit oui, mais pas (encore ?) Apple. Si les modèles traditionnels de la licence perpétuelle et du freemium restent en place, cette troisième voie ouvre des perpectives inédites pour tous.

avatar guersouf | 

Moi ma révolution ca sera quand je les aurais quitter pour aller sur Android, j'ai un petit ssd de 256gb le Samsung t1 et je peux même pas m'en servir sur iPhone

avatar digitalscreen | 

Ouais en fait je faire comme toi mais chez Windows !! Non mais ho des abo pour des appli faut pas deconner.

avatar  | 

Des abonnements, des pubs, et on fait passer tout ça par la petite porte. Vraiment mesquin.

avatar reborn | 

@ :
Heureusement qu'il existe la concurrence sur l'appstore.

avatar yasuo87 | 

Toutes les applis ne passeront pas sur le système à abonnement de toute façon

avatar Seb42 | 

Je trouve pas mal cette possibilité.
Apres tout dépends du succès si ce format n'est pas prisé par les utilisateurs il s'éteindra tout seul. Mais pour des apps comme Macge c'est un plus pour eux au bout de la deuxième année. Je ne pense pas qu'AngryBird ou Candy Crush s'en servent.
Je vois pas trop le rapport avec Android mais bon.

avatar ecosmeri | 

C'est quoi le mac appstore???

Ok je sors []

avatar Grahamcoxon | 

Aujourd'hui on veut tout nous vendre par abonnement nous ne sommes plus propriétaires de rien. Si on a le choix d acheter cela ne me dérange pas. Mais je suis convaincu que nous n aurons pas le choix très longtemps

avatar warmac33 | 

exact : musique en streaming, logiciels genre office, voitures en LLD, home-cam... tout n'est plus que prélèvement automatique dont on arrive pas à se défaire et expropriation de tout.
Avant on achetait, on conservait, on revendait... aujourd'hui tu peux claquer 1000 euros par mois en abonnements divers et te retrouver à poil le jour où tu les arrêtes !

avatar melaure | 

Comme le pigeon semble être le type de consommateur le plus courant, pourquoi arrêteraient-ils ?

avatar docidoc | 

Ca ouvre des possibilités pour macg?

avatar ys320 | 

@docidoc :
Perso j'aimerai bien votre analyse en tant qu'éditeur. Oui des bugs sur l'abo je suis connecté mais j'ai parfois les pubs. Un abonné depuis le lancement des abonnements et je ne suis pas prêt d'arrêter ;-)

avatar Mickaël Bazoge | 
C'est encore un peu neuf et de toutes manières, les outils ne sont pas encore là, mais on va évidemment y jeter un œil.
avatar TmrFromNO | 

Plutôt crever que donner l'autorisation de prélèvement automatique à une société aussi avide de pognon. pas envie de devoir les contacter tous les jours pour des prélèvements abusifs.

avatar alan1bangkok | 

l'abonnement prison non merci

avatar kheirou2paris | 

Ils ne disent rien sur les membres de ma famille
Si je m'abonne a une application, est ce que les membres de ma famille qui utilisaient avant mes apps achetés gratuitement doivent payer eux aussi ????

avatar Rez2a | 

En parlant de nouvelle vie des abonnements, j'ai souscrit un abo au club MacG ce matin mais il n'a pas été pris en compte et le bouton restaurer n'a aucun effet, c'est normal ?

avatar Abd Salam | 

@Rez2a :
C'est normal !

Heureusement que j'avais souscrit à l'offre à 4,99 €... car ça marche pas.

avatar Zeropsykopatus | 

Je ne comprends pas, on va payer quoi exactement ? J'ai un abo Netflix, Deezer et autres ...

avatar jojo5757 | 

Hors de question que je m'abonne à des logiciels, pour ne pas en être propriétaire. Je veux bien acheter un logiciel si il me plait mais pas être tenu par un abonnement. Si c'est ca je pars chez Android aussi. Marre des mesquineries d'Apple et d'être pris pour une vache à lait. Je détestais SameSaoule mais je commence à regarder leurs smartphones d'un autre œil...

avatar Rigat0n | 

Pour le moment Apple a surtout et essentiellement amélioré des conditions pour les applis proposant un abonnement à un contenu.
Par exemple, notre bien-aimée appli MacG va pouvoir proposer plus facilement des périodes d'essai gratuite, des ajustements de tarifs pour des promotions ou des tarifs d'entrée, un renouvellement automatique de l'abonnement et tout... Dans ce cadre là, ça me semble être un changement POSITIF pour le développeur et l'utilisateur puisque ça offre plus de flexibilité aux deux et une commission supérieure au développeur.

Viens ensuite le problème des abonnements façon Creative Cloud qui permettent d'utiliser des applications.
Primo, on a très peu de détails sur cet aspect-là : peut-être Apple permet-elle un système où l'utilisateur bénéficie de mises à jour tant qu'il est abonné et peut conserver la dernière version de l'appli si il se désabonne ?
Deuzio, si l'appli veut bénéficier d'avantages pécuniers, elle doit fidéliser ses clients, donc ne pas proposer des tarifs débiles ou des conditions d'utilisation foirasses, sinon les gens resteront pas abonnés.

Pour finir, n'oubliez pas que vous n'avez jamais "possédé" un logiciel : vous achetez une licence d'utilisation...

Bref avant de nier en bloc, voyons comment ça va se passer...

avatar byte_order | 

> Pour finir, n'oubliez pas que vous n'avez jamais "possédé" un logiciel :
> vous achetez une licence d'utilisation...

Certes.
Mais sans limite dans le temps.
On possède non pas un logiciel mais le droit de l'utiliser sans limite de temps.
C'est toute la nuance.

D'autant que désormais les données sont de plus en plus liés aux applications les ayant créées sur ces plateformes. La captivité se répand tant en terme de plateforme qu'en terme de durée.

avatar Ast2001 | 

Arrêtez de dire que vous allez passer à Android pour cette raison (il y en a de bien meilleures ;-) ) car je pense que le système des abonnements d'applis va aussi arriver chez le petit robot vert... C'est une tendance lourde et générale.

avatar occam | 

Tendance lourde et générale, on est bien d'accord.
Mais le modèle économique de Google (pardon, Alphabet Soup) diffère (encore ?) assez de celui d'Apple. Comme le montrent nombre de commentaires ici, un système d'abonnements pour des apps Android risquerait d'être plus fraîchement accueilli. Déjà, avec la fragmentation technique et générationelle des systèmes Android, il faudrait que les développeurs soient en mesure de fournir en contrepartie un effort plus soutenu. Cela peut-il se faire sans une certaine homogénisation et même centralisation de l'infrastructure commune ? Et quelle y serait la part stratégique de Google ? À partir de quel seuil le genre de contrôle que seul Google serait à même d'exercer deviendrait-il un risque pour les ambitions de Samsung comme des grandes marques chinoises ?

avatar Rez2a | 

@occam :
Et surtout, quel intérêt aurait Google à faire ça alors que leurs revenus des applis gratuites sont basés sur la pub qu'ils vendent en grande partie eux mêmes ?

À l'inverse, Apple ne touche pas un rond sur les pubs (encore moins depuis la fermeture d'iAd) et considère les applis embarquant des pubs comme de mauvaise qualité.

En plus de prendre une commission sur les abonnements, si Apple réussit à jarter la pub dans les applis distribuées sur l'App Store, elle s'en servira sans doute comme un argument supplémentaire au niveau de la qualité de l'App Store par rapport au Play Store.

avatar occam | 

« Ces nouveaux abonnements … vont forcer les développeurs à réfléchir au modèle économique de leurs applications. »

Yep. Grand temps. D'un côté comme de l'autre.

« Il s'agit peut-être aussi d'un moyen pour Apple de rendre les utilisateurs plus captifs à son écosystème. Quitter iOS alors qu'on a plusieurs abonnements en cours non transférables pourrait contrarier une transition vers Android. »

Yep. À condition que les développeurs multi-plateforme n'inventent un mécanisme de migration. Sauf si Apple les enchaîne contractuellement. Et avec ApplePay prenant de l'ampleur, Apple a de quoi devenir une banque d'auto-financement en tout sauf le nom. Ce qui, encore une fois, va « forcer les développeurs à réfléchir au modèle économique de leurs applications. »
Infinite Loop.

avatar Rigat0n | 

Par contre pour moi ça rend moins captif qu'un système d'achat d'apps hein.

Si t'as acheté une appli 20€ et que tu switches ben tu dois racheter l'appli sur Android.
Si t'es abonné aux MàJ de l'appli, quand tu switches tu te désabonnes de l'appli iOS et tu t'abonnes à celle Android, tu perds pas d'argent.

Mais bon c'est tellement plus facile de voir le mal partout.

avatar debione | 

Ouais, et le jour ou tu te retrouves dans la merde (comme cela arrive à une majorité de gens au moins une fois dans leurs vies), ben tu perds tout... En poussant à l'extrême le concept, tu pourras même plus te connecter au net vu que le butineur tu pourras même plus le payer.

Les abonnements, c'est la nouvelle marotte pour assujettir les gens, pour qu'ils restent bien en place... Les crédits sur tout cela ne suffisait pas, il faut être sur que cela rapporte un max... Parce que bon qui dans les 50 applications qu'il utilise, l'utilisateur va pouvoir définir lesquels il va utiliser dans le mois (donc lancer l'abonnement) et lesquels il ne va pas utiliser? Bref, faire payer un maximum sans rien en retour...

Avoir un abonnement, c'est se transformer en chien-chien qui se sent en sécurité avec sa petite laisse que son Maître tient...

avatar byte_order | 

On paye l'abonnement au début de l'abonnement. Tout abonnement commencé est en général donc dû. Avec des abonnements annuels, perdre celui en cours sur iOS pour en reprendre (et repayer) un nouveau sur Android (ou vice-versa, hein), y'a quand même un certain frein, et donc une certaine forme de captivité...

Un peu comme avec les forfaits téléphonique avec engagement 12 ou 24 mois, quoi. Cela n'aide pas franchement à migrer à la concurrence, faut pas se leurrer.

avatar SwissMac | 

Quand Apple met un truc en place, c'est uniquement dans le but d'augmenter ses revenus. Le client sera le perdant, au bout du compte..

avatar rikki finefleur | 

heureusement qu'il existe encore un truc qui se nomme freeware sur terre..
Car avec tout ses abonnements , l'informatique va devenir vraiment très chere par mois...

avatar mfams | 

"Les abonnements, c'est la nouvelle marotte pour assujettir les gens, pour qu'ils restent bien en place... Les crédits sur tout cela ne suffisait pas, il faut être sur que cela rapporte un max..."
---
Tout à fait!

avatar hrurussia | 

Faut que vous arrêtiez tous de trouver ça normal et moral de payer pour des apps MOBILES qui sont créées par des sociétés dont les revenus ne viennent certainement pas en majorité de la vente d'Apps.
Moi perso, si une App sur le Playstore ou l'Appstore n'est pas gratuite je cherche un équivalent gratuit ou alors je trouve l'app en ligne. Il n'y a rien qui justifie de payer pour une app avec de l'argent qui peut servir à bien plus important. Si Apple ne se servait pas au passage ça me gênerait moins de payer, mais j'estime qu'au prix où coutent les téléphones, Apple devrait être dans l'obligation de fournir gratuitement toutes les apps de sa boutique et de rémunérer elle-même les développeurs.
Payer pour une App qu'on peut utiliser seulement sur un téléphone à 1000 euros, c'est juste de la violence.
Il faut vraiment arrêter de trouver ça normal de payer pour des Apps qui sont financées par la publicité et des mouvements de capitaux.

avatar Rez2a | 

@hrurussia :
On est que début Juin mais je crois que je viens de lire le commentaire le plus con de 2016, chapeau !

avatar Rez2a | 

@hrurussia :
Faut quand même que je pose la question pour être sûr : tu trouves ça révoltant de payer une licence Photoshop quand on a acheté un Mac Pro à 3000€ aussi ? Faudrait que Apple l'offre en cadeau ?

avatar rikki finefleur | 

@Rez2a

Tu sais si je devais payer chaque mois , l'utilisation de tous les logiciels depuis que je fais de l'informatique :
Ce n'est plus un bras, mais une jambe , la tête et tout le reste qui me couteraient..

Enfin est il nécessaire d'avoir a tout moment un logiciel avec les dernieres fonctions , non !
Tu peux dessiner avec un vieux freehand, illustrator , ou PS. La location de soft ne te le permet plus !
Les éditeurs sont très malins. SI cela peut etre une affaire ponctuellement, au bout de bout c'est une fortune que tu vas leur verser !

avatar hrurussia | 

@Rez2a : j'ai mis MOBILES en majuscules, ce n'est pas suffisant?
+ Il y a payer et payer. Débourser 1euro pour un App je peux comprendre, mais au delà c'est juste de l'escroquerie la plupart du temps.
Comment tu justifies les apps à plus de 10 euros? Tu ne peux pas :)

+ C'est le même principe que d'acheter une console et de se retrouver sans jeu, c'est juste pousser à la consommation, du vol en fait si on s'attache à une définition basique du mot. :)

Et j'ajoute qu'il est peu recommandé lorsqu'on essaie d'argumenter quoi que ce soit d'utiliser "c'est con" comme argument. T'as juste pas la même opinion que moi, et t'inquiète je vais pas te forcer à ne pas payer tes apps, libre arbitre. Tu choisis de te faire dépouiller pour des Apps mobiles, je choisis l'autre option :)

avatar alan1bangkok | 

Le piratage a de beaux jours devant lui

avatar Leodaggan | 

Que ce soit pour du soft ou du hard je trouve que ce modèle ne me conviendra pas car je n ai l impression d être lésé si je n ai pas la dernière version sauf grande nouveauté qui puisse m aider ( j écris depuis mon vaillant iphone 4 ). mais je comprends il y a des gens que ca peut intéresser.
Par contre c est bien au personnes de faire attention a leur mode de consommation et pas aux entreprises

avatar Abd Salam | 

@Leodaggan :
C'est aux entreprises de ne pas chercher à mettre en place des pratiques commerciales déloyales !

Ce n'est pas seulement aux clients d'être vigilants.

avatar Rez2a | 

@hrurussia :
Tu as raison sur ton dernier paragraphe et merci de me répondre sur ce ton.

Mais je réagissais justement sur le "MOBILES". Je crois que les gens réalisent pas encore que les applis MOBILES peuvent demander autant de travail que les applis DESKTOP. Donc y a un moment, si ça ne te dérange pas d'avoir des applis de bureau à 150€, je vois pas le problème à avoir des applis mobiles à 1€ et plus (oui parceque ton premier post c'était "appli mobile = gratuit sinon rien").

Bref ton post faisait penser que le logiciel, ça n'avait pas lieu d'être payé. Il n'y a aucune différence à faire entre une appli mobile et desktop.

D'ailleurs, encore une question bête : entre un Final Fantasy 9 vendu 20€ sur Steam sur ordi, et un Final Fantasy 9 vendu 20€ sur l'App Store iOS, quelle différence fais-tu pour accepter de payer l'un et pas l'autre ?

avatar ecegler | 

En ce moment, j'ai remarqué tous les développeurs qui proposent les abonnements. Egalement, Apple va mettre nouveau l'abonnement sur App Store. Les commerçant vont arracher notre argent sur notre compte bancaire tous les mois comme le crédit. Ca va très vite en perdant l'argent tous les mois. Personnellement, je suis contre.

avatar 8enoit | 

À part pour quelques app genre Le Figaro ou musique, c'est sans moi. Mais SANS MOI.

CONNEXION UTILISATEUR