Le manque de temps, responsable de l'absence de copier-coller sur le premier iPhone

Florian Innocente |

Il a fallu attendre l'iPhone 3G et la 3e version de ce qui était encore iPhone OS pour avoir la fonction de copier-coller sur le smartphone d'Apple. Une lacune inexplicable à l'époque et dont la principale raison était assez simple : "pas le temps".

Ken Kocienda a travaillé sur les premières générations de l'iPhone, il est revenu dans un fil Twitter sur quelques-uns de ses souvenirs d'alors. Et donc ce fameux copier-coller aux abonnés absents lors du grand jour.

« Je n'avais pas le temps de m'en occuper correctement. J'avais trop de choses à faire pour l'autocorrection du clavier, et la gestion du texte. L'équipe design n'avait pas non plus le temps. On a décidé de s'assoir dessus pour la 1.0. » Kocienda était également aux manettes pour trouver un moyen de faire fonctionner le clavier virtuel de l'iPhone, l'une de ses caractéristiques les plus importantes dans un océan de téléphones dotés de claviers physiques.

En 2005, le casse-tête du clavier virtuel de l’iPhone

En 2005, le casse-tête du clavier virtuel de l’iPhone

La fonction de copier-coller fut finalement au menu de la 3e version du système. Kocienda revendique l'idée de la petite loupe qui venait grossir la partie sélectionnée du texte et masquée par le doigt.

L'écran tactile amenait une autre contrainte, lorsqu'on relevait le doigt après avoir positionné le curseur au milieu d'un texte, l'élément pouvait déraper d'un ou deux caractères, le doigt ayant pu légèrement frotter l'écran lors de son mouvement de retrait.

Kocienda explique avoir conçu un journal d'activité tactile qui, lors d'une manipulation de texte, consignait la dernière position détectée quelques millisecondes avant que le doigt ne s'éloigne de l'écran, pour remettre le curseur à la bonne place.

Il raconte aussi que chaque portion de texte qui venait à être modifiée par l'utilisateur était rendue à l'écran sous la forme d'une minuscule page web (le développeur avait travaillé à la prise en charge de l'édition de texte dans WebKit entre 2003 et 2005).

Autre idée mise en pratique lors d'une modification textuelle, l'apparition automatique du clavier virtuel. Cela parait évident, mais ça ne l'était pas à l'époque. Le clavier montait et descendait sans aucune intervention de l'utilisateur et le texte à changer était déplacé à l'écran si le clavier risquait de le recouvrir.

C'était un comportement de base du système dont les développeurs allaient pouvoir profiter dans les apps sans rien avoir à faire. De même, le clavier s'adaptait tout seul au type de texte qui devait être entré, un pavé numérique pour la saisie de chiffres par exemple.

Il y a eu d'autres petites astuces futées, comme d'agrandir la zone de détection autour de celle qui était effectivement touchée par l'utilisateur, ou du moins celle qu'il croyait avoir touchée. La courbe du doigt faisant que l'on peut être trompé sur ce point, croyant avoir touché là alors que le doigt a pris contact avec l'écran un ou deux millimètres à côté.

Ou encore, l'idée d'exercer une pression longue sur une touche pour révéler les options d'accents avec les claviers étrangers.

Il évoque enfin l'une des limitations techniques du premier iPhone, l'absence de mémoire virtuelle et la possibilité d'offrir un véritable multitâche. Ses collègues utilisèrent un système baptisé "jetsam" qui, chaque fois qu'une app venait au premier plan, allait s'occuper de forcer à quitter les apps en arrière-plan lorsque la mémoire venait à manquer. Ces apps étaient alors réouvertes (et non pas juste réactivées) lorsqu'elles revenaient à l'écran.

Il y a 15 ans, Apple se remuait les méninges pour recréer des actions d'édition de texte sur un écran multipoints. Aujourd'hui le téléphone sait détecter, extraire voire traduire automatiquement du texte incrusté au sein de photos et de vidéos. On appréciera le chemin parcouru.

iOS 16 : « Texte en direct » opère dans les vidéos, dans les apps tierces et se montre encore plus pratique

iOS 16 : « Texte en direct » opère dans les vidéos, dans les apps tierces et se montre encore plus pratique

Kocienda a travaillé chez Apple entre 2001 et 2017. Il a rejoint en 2020 certains de ses anciens collègues chez Humane, une startup dont on attend encore le premier produit.

Humane, l

Humane, l'amicale des anciens d'Apple, planche sur un appareil de réalité augmentée sans écran


avatar iftwst | 

Intéressant ces souvenirs de développement du premier iPhone.

Quant à Humane, je suis toujours fasciné que des boites existent des années sans sortir un produit ou à peine genre Magicleap.

Mais la vraie vie c’est que cela donne aussi souvent WeWork puis WeCrashed (excellente série cette histoire vraie de startup)

avatar iPop | 

La loupe était une bonne chose…disparue.

avatar R-APPLE-R | 

@iPop

Je regrette aussi la loupe 🔍

avatar Rifilou | 

@iPop

Et non, elle est revenue avec iOS 15!

avatar pommecroquee | 

@Rifilou
Ils n’auraient jamais dû l’enlever…

avatar Rom 1 | 

@iPop

Elle est là avec iOS 15.

avatar toto_tutute | 

C'est énorme la loupe (présent aussi avec Android) ! C'est tellement naturel, normal, qu'on ne la calcule jamais ! Mais tellement indispensable aussi.

avatar toto_tutute | 

Et l'absence (honteuse) de la 3G dès le départ, c'est aussi un oubli ? 🤔

La technologie était pourtant déjà bien présente et éprouvée. J'avais un Sony-Ericsson acheté début 2006 (W900i) qui était compatible 3G !

Avec le EDGE, on pouvait vraiment rien faire ! (c'était du 5 KO/s max). Juste bon à aller sur la page d'accueil mobile de Google, et encore !

avatar jb18v | 

@toto_tutute

Mouais enfin vu le prix et la tronche des forfaits data à l’époque c’était pas très grave. Puis fallait garder des nouveautés sous le coude pour le modèle suivant :)

avatar Yves SG | 

@toto_tutute

Steve Jobs était parti du principe que les bornes wifi allaient bientôt couvrir tout le territoire…

avatar armandgz123 | 

@toto_tutute

Et la vidéo, et le flash, et le GPS

avatar Sanid35 | 

Ça fait partie des choses qui ont fait que j’ai eu mon 1er iphone qu’en 2012.
Pas de copier coller
Pas de flash à l’époque (bon ils avaient raison ^^)
Pas de clavier physique. Eh oui j’etais accroché au Blackberry dont le clavier était une tuerie. Et mon experience des claviers tactiles avait été catastrophique c’etait pas sur iphone.

avatar Yves SG | 

C’est fou le nombre de gestes qui ont été inventés par Apple (et probablement quelques-uns aussi par Google) et qui sont tellement intuitifs qu’ils nous paraissent avoir toujours existé !

avatar Napoba12 | 

« Kocienda explique avoir conçu un journal d'activité tactile qui, lors d'une manipulation de texte, consignait la dernière position détectée quelques millisecondes avant que le doigt ne s'éloigne de l'écran, pour remettre le curseur à la bonne place. »

C’est pour ça que le curseur est si pourri quand tu le déplace avec la barre espace !!! Il n’y a pas cet espèce de Décalage de quelques millisecondes !
Tout s’explique

Et oui heureusement que la loupe est revenue
10 millions de fois plus pratique

avatar debione | 

Perso, le copier/coller sur tactile a toujours été une hantise pour moi à l'utilisation... Quelque soit la plateforme... :)

avatar Enzo-Lyon | 

Concernant la zone de détection agrandi, on se rend compte du concept lorsque l’on cherche, avec beaucoup de difficulté, à sélectionner du texte en pivotant le iPhone, de façon à avoir le texte à l’envers.

avatar pat3 | 

Sans cet article, je n’aurais pas remarqué la loupe telle qu’elle est implémentée actuellement : elle ne s’active qu’au moment où on pause le doigt « longuement » (ça doit faire du 200 millisecondes) pour afficher le curseur, et se désactive dès qu’on bouge le doigt pour agrandir la sélection. C’est faramineux de précision.

CONNEXION UTILISATEUR