iPhone verrouillé à New York : le gouvernement américain fera bien appel

Anthony Nelzin-Santos |

Le département américain de la Justice persiste et signe : il fera bien appel de la décision d’un juge new-yorkais en faveur d’Apple. « Le gouvernement a toujours besoin de l’aide d’Apple afin d’accéder aux données » du téléphone d’un trafiquant de drogue, « comme un mandat de perquisition lui en donne le droit », explique une lettre du gouvernement.

La publication de cette lettre intervient quelques heures après que le FBI a confirmé que la technique mise en œuvre pour accéder aux données de l’iPhone du tueur de San Bernadino ne fonctionnait pas sur les modèles plus récents. Or l’affaire new-yorkaise concerne un iPhone 5s. Si son propriétaire a reconnu être coupable de trafic de méthamphétamine, son contenu intéresse toujours le gouvernement, qui croit pouvoir y trouver des preuves incriminant d’autres trafiquants.

Comme le FBI à San Bernardino, le département de la Justice a brandi le All Writs Act, une loi de 1789 qui autorise la justice fédérale à prescrire « tous les mandats nécessaires » à la résolution d’une affaire. La Cour suprême avait bien circonscrit les modalités d’application de cette disposition à la fin des années 1970, mais le gouvernement américain lui a donné une nouvelle jeunesse dans les années 2000 et le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Les fabricants se pliaient volontiers à cette contrainte, dès lors qu’elle était dûment motivée, jusqu’à ce que les « révélations Snowden » n’entament leur confiance dans les instances gouvernementales. Des sociétés de la Silicon Valley, la firme de Cupertino est sans doute celle qui a réagi le plus violemment : elle a durci la sécurité de ses produits non seulement de manière à prévenir toute intrusion extérieure, mais surtout de telle sorte à empêcher toute intrusion interne (ou presque).

Si elle n’est pas en possession des clefs, Apple ne peut donc pas ouvrir la porte, même sur ordre d’une cour en vertu du All Writs Act. Voilà pourquoi, à défaut de pouvoir entrer par une autre porte ou d’utiliser un passe-partout, le FBI a crocheté la serrure avec l’aide d’une tierce partie1. Mais puisqu’il ne peut faire de même, le gouvernement n’a d’autre choix que d’insister sur le terrain légal.

Or en première instance, le juge James Orenstein a rejeté l’interprétation très extensive du All Writs Act, allant jusqu’à mettre en doute sa constitutionnalité. Sans grand espoir de l’emporter en deuxième instance, et alors que le Sénat est divisé sur la question, le département de la Justice parie peut-être sur une nouvelle intervention de la Cour suprême. Il lui faudrait ronger son frein quelques années encore, mais au moins cette décision serait claire et définitive.

  1. 1. Notez que selon un avocat de la société qui a souhaité resté anonyme, Apple n'attaquera pas le FBI en justice pour le forcer à révéler sa méthode. ↩︎

avatar Fanoo | 

Mais.... Si Apple ne PEUT vraiment PAS techniquement déverrouiller cet iPhone, à quoi sert-il de l'y contraindre juridiquement ?

avatar C1rc3@0rc | 

Jurisprudence pour imposer des backdoor dans les materiels informatiques!

Le gouvernement US et ses alliés/inféodés serviles de lOTAN veut interdire le chiffrement dans les secteur civil. Ça permettrait de diminuer les couts des systèmes d'écoutes massif déployés et administré par la NSA.

L'administration US a peur du monde sauvage autour (worldwide) mais elle a encore plus peur de la population américaine. Donc en plus de faire de l'espionnage économique et industriel (et financier) l'administration US veut disposer d'un droit d'entrée sur tous les terminaux informatiques dans le monde (elle l'a deja pour le cloud).

C'est le fond de l'histoire.

avatar deltiox | 

Cela forcerait Apple a travailler pour essayer de le faire...premier pas pour ensuite pré installer des backdoors hélas tant souhaitées par des politiques ne voulant pas voir les conséquences en cas de "fuites" des ces moyens d'accès dérobés

avatar C1rc3@0rc | 

Ben les politiques sont eux pas forcement content si il y a des backdoor dans leurs appareils: affaire DSK, Hilary Clinton qui a refusé d'utiliser les terminaux imposés par la maison blanche et qui s'est vu refusé un smartphone securisé par la NSA!

Pourquoi? Parce qu'un backdoor permet de modifier les données sur l'appareil sans laisser de trace et comme le contenu d'un smartphone est recevable comme preuve, ben c'est la porte grande ouverte aux preuves fabriquées et aux procès staliniens!

avatar Vanton | 

Non mais c'est absurde ! Et le mot est gentil !

Dans l'affaire de terrorisme le mec était mort mais là la justice a en main le criminel et il a plaidé coupable ! Avant de créer un précédent judiciaire déplorable qui anéantirait des années de lutte pour protéger les utilisateurs et leurs données, ils ne pourraient pas juste contraindre le type, qui a reconnu sa culpabilité, à déverrouiller son iPhone ??? Invraisemblable !

avatar armandgz123 | 

@Vanton :
Moi mon iPhone, si on entre un certain code, il s'efface entièrement. Peut être qu'ils ont peur de ça ?

avatar pariscanal | 

@armandgz123 :
Tu rentres un code et îl s efface ? Où tu parles du système 10 mauvais code ?
Je connaissais pas

avatar CNNN | 

@Vanton :
C'est clair, pourquoi ne pas lui demander son code ? Soit en le contraignant (ils sont pas mauvais les ricains pour Ca) soit en proposant une remise de peine ?

avatar C1rc3@0rc | 

Non ils invoquent le Patriot Act et ils ont le droit de le torturer a Guantanamo aussi longtemps que necessaire.
C'est que Rumsfeld a pas engagé 1000 juristes au Pentagone pour contourner la loi (en l'occurence la convention des droits de l'Homme) afin de permettre la torture dans la juridiction américaine!

avatar C1rc3@0rc | 

Il est illégal et inconstitutionnel d'obliger une personne a s'incriminer. Le gars reconnait le delit ou le crime le moins grave, il fait sa peine et ne peut pas être rejugé.

C'est comme ça que des "braqueurs" a la sorti de prison ont récupéré leurs magot et sont partis vivre dans les caraïbes...
C'est un risque, mais il est la parce que le risque de condamner un innocent ou de mettre en place un systeme totalitaire est innaceptable pour une democratie.

Apres, c'est aux enqueteurs d'utiliser tous les moyens que leur donne la justice.

Pour San Bernardino, le FBI a fait quelque chose de tres grave: ne pas utiliser tous les moyens a disposition, et en particulier d'invoquer le Patriot Act. Et ça i va bien falloir que quelqu'un paye car il s'agit d'une obstruction caractérisée a une enquête - qui plus est concernant le terrorisme!

avatar f3nr1l | 

On attend avec impatience le post de Rikki Finefleur qui ne saurait tarder...

avatar tbr | 

À ceux qui disent "bonne chose, c'est normal de faire avancer le droit et la justice", je réponds "My ass !". Ce n'est qu'un prétexte cynique pour faire "avancer" de nouvelles privations de libertés.

Marre de constater que ce monde est soit gouverné par des salauds, soit par des cons (voire les deux). C'était ma minute Bisounours.

avatar fosterj | 

Mais comment combattre les terroristes qui se servent des Iphones. Personne ne répond. le tel samsung retrouvé dans la poubelle et utilisé par les mecs du bataclan a permis de faire le lien avec la Belgique. C quand même intéressant non ?

avatar Domsware | 

@fosterj :
En tout cas pas en abaissant le niveau de sécurité des téléphones.

avatar CNNN | 

@fosterj :
Cest peut être la sim qui a été utilisée ?

avatar Sokö | 

Les « révélations Snowden » ont quand même bon dos. Là, il s'agit d'avancer dans une enquête de police au sujet d'un trafic de saloperie. Et, de deux choses l'une, ou bien Apple trouve un compromis avec la justice et l'État, ou bien la démocratie se retrouve dans les mains d'une industrie dont, en fait, ce n'est ni le propos ni le but, ce qui pourrait se révéler bien plus dangereux que la démocratie parlementaire, aussi imparfaite soit-elle.

avatar C1rc3@0rc | 

Apple n'a pas a trouver de compromis, Apple doit se conformer a la loi et l'administration américaine aussi.

La criminalité, surtout aux USA, ne date pas d'aujourd'hui et la Constitution américaine a octroyé tout un arsenal juridique et administratif nécessaire pour combattre le crime.

Il faut que la police et l'administration emploie ces outils. C'est tout et cela suffit!

avatar iLionel | 

Apple protège les utilisateurs d'iPhone par un niveau de sécurité élevé.
Le gouvernement américain souhaiterait abaisser ce niveau de sécurité, iOS serait alors la proie des pirates et autres virus.
Que resterait-il à Apple ? Des smartphones hors de prix fonctionnant sous Androïd light ?
Il ne faut pas s'étonner du positionnement de Tim Cook.
Le terrorisme est une affaire d'Etat qui préfère rejeter la faute sur Apple plutôt que sur les marchands d'armes.
Belle mentalité.

avatar Thib-76 | 

Chopez lui la main et coller un de ses foutu doigt sur le Touch ID bon sang !! Mdr

avatar CNNN | 

@Thib-76 :
Il faut le code au bout d'un certain moment (48h si je ne dis pas de bêtise)

avatar reborn | 

exact

avatar PiRMeZuR | 

"Les fabricants se pliaient volontiers à cette contrainte, dès lors qu’elle était dûment motivée, jusqu’à ce que les « révélations Snowden » n’entament leur confiance dans les instances gouvernementales."

Oui, enfin, surtout depuis qu'elles leur ont donné mauvaise presse en montrant que tous les protagonistes donnaient un accès complet aux agences gouvernementales ou mettaient en place des backdoors illégales. Facebook, Apple, Google et Amazon ont fait plus que se faire berner, elles ont collaboré. Et elles n'ont changé d'avis que contraintes par l'opinion, pas par éthique (un concept complètement étranger pour des entreprises qui ne payent pas de taxes et exploitent leurs sous-traitants)

avatar Domsware | 

@PiRMeZuR :
Ramassis d'âneries : Apple paye les taxes dues et n'exploite pas les sous-traitants. Car dans le cas contraire étant hors la loi cela ne durerai pas longtemps.
C'est les lois qu'il convient de faire évoluer.

avatar denjipe | 
avatar macinoe | 

Je n'en crois pas mes yeux.

Certains ici disent ici qu'ils préfèrent avoir recours à la torture plutôt que l'on embéte un peu leur marque adulée.

Le fanatisme c'est vraiment dangereux.

avatar Mimil5 | 

au final il n'y a pas qu'un iPhone que le gouvernement américain veut faire ouvrir contrairement leur dire...
L'analyse d'Apple est la bonne car après ce sera "open bar".
Et comme la sécurité informatique absolue n'existe pas il y aura forcement un moyen de contourné une protection après c'est juste le temps nécessaire à la casser qui change
Malheureusement dans ce dossier il n'y a pas de juste milieu...

CONNEXION UTILISATEUR