Chaussée aux moines

deserty |

The Belgian Kick n’est pas, rassurez-vous, un album-concept sur Jean-Claude Vandamme, encore moins un hommage à la série « Chips » contrairement à ce que la pochette voudrait nous faire croire avec son barbu ahuri et ses Ray-Ban grosses comme des œufs sur le plat. Il s’agit du quatrième sommet de la discographie décidément irréprochable des Married Monk, groupe français insaisissable et intrigant qui n’a, malheureusement, pas encore rencontré le succès public qu’il méritait. Difficile en effet de coller une étiquette à ce trio, difficile tout simplement de décrire leur musique, sorte d’équivalent musical du pointillisme, ce mouvement pictural qui consiste à peindre par petites touches séparées de peinture de couleurs primaires ; la perception des couleurs secondaires, et donc du tableau dans son ensemble, s’effectuant grâce à la capacité de l’œil à faire le mélange à la condition d’observer l’œuvre à la bonne distance. Notes de piano éparses, arpèges de guitare, boucles électro, samples, percussions diverses sont associés, amalgamés sans, de prime abord, la moindre cohérence, mais à l’écoute du morceau, toutes ces sonorités se mêlent, se répondent pour créer une mélodie à la fois évidente et complexe. On croise ainsi, au détour du disque, une ouverture « rentre-dedans » idéale avec « Tell Me Gary », une ballade pour James Bond de pacotilles (« Love commander »), un tube imparable à faire danser une endive au jambon (« Pretty Lads »), une berceuse pour fêtards à la gueule de bois (« Night Prince ») et deux reprises (« Observatory Crest » de Captain Beefheart et « You Only Live Twice » de John Barry ) confirmant, s’il en était besoin, le talent certain du groupe dans cet exercice. Tout cela étant évidemment magnifié comme d’habitude par le chant troublant de crooner cynique de Christian Quermalet et par ses textes au vitriol (peu de gens sont à son niveau en France quand il s’agit d’écrire dans la langue de Shakespeare). Au final, un album au charme vénéneux, ne demandant qu’à être apprivoisé avant de devenir indispensable, mon album de l’année 2004. Rien que ça.

Les vidéos de « Pretty Lads » et de « Bird On Board » sont visibles sur le Site du groupe, la première est même téléchargeable dans son intégralité sur le Site du label.

Album disponible sur Amazon et sur Alapage .


avatar popin | 
Génial ce groupe que je n'avais jamais entendu. :up: La chanson "Bird On Board" et son clip sont tout à fait envoûtant. Merci pour cette découverte.

CONNEXION UTILISATEUR