Rachel's : le plein de lumière

deserty |

Né de la rencontre entre Christian Frederickson (violon), Jason Noble (guitare, basse) et Rachel Grimes (piano) au début des années 90, Rachel’s reste aujourd’hui un groupe à la fois insaisissable et incomparable, se refusant à tout étiquetage, à toutes descriptions. On a qualifié leur musique de « subversive avec violoncelle », on les a catalogués « post-rock classique » ou « post-classique », tout ceci est bien entendu très réducteur et on pourrait tout simplement dire, pour reprendre les mots du New York Times, que Rachel’s est un groupe « suffisamment mûr pour tourner le dos aux modes et composer la musique dont ils ont envie ».
Les Rachel’s se sont produits aux Etats-Unis et en Europe dans des librairies, des églises, des cinémas, des salles de bal ou de concert attirant une audience particulièrement éclectique puisque s’y croisent fans de rock, amateurs de musique classique ou de jazz, ils travaillent régulièrement avec des metteurs en scène de cinéma et des compagnies de danse et ont déjà sorti cinq albums avec une formation différente à chaque fois, passant du trio (piano, violon, violoncelle sur Music for Egon Schiele) à de grands ensembles (jusqu’à 17 personnes pour The Sea and the Bells).
L’automne est une saison particulièrement adaptée à la découverte d’une formation dont la musique, toute en quiétude chaleureuse, n’est pas destinée aux amateurs de classique ou de jazz, pas plus qu’aux fans de rock mais, plutôt, aux amoureux de la musique. Tout simplement.

En téléchargement :
Southbound to Marion extrait de Handwriting (1995)
Second Self PortraitSeries extrait de Music for Egon Schiele (1996)
Rhine and Courtesan extrait de The Sea and the Bells (1996)
An Evening of Long Goodbyes extrait de Selenography (1999)
Moscow is in the Telephone extrait de Systems/Layers (2003)


CONNEXION UTILISATEUR