StopCovid va-t-elle faire l‘impasse sur l‘iPhone ?

Christophe Laporte |

Dans un entretien au JDD, Cédric O lève le voile sur l‘application StopCovid, qui sera d‘après lui disponible au téléchargement le 11 mai. Le Secrétaire d'État chargé du Numérique dit travailler avec un grand nombre de partenaires de manière à avoir le produit le plus abouti possible dès son lancement, tout en respectant les impératifs de sécurité.

Sur le plan épidémiologique, le gouvernement travaille avec l‘Inserm et l‘Institut Pasteur pour définir les différents paramètres à prendre en compte pour établir un contact entre deux personnes comme la distance entre celles-ci, le temps d‘exposition ou encore la récurrence. StopCovid est également développé avec plusieurs sociétés françaises dont Capgemini, Dassault Systèmes, Orange, Lunabee Studio (société qui édite de nombreuses apps mobiles) et Withings.

Cédric O - image Tamaya20

Lors de l‘interview, Cédric O a répondu à la question qui fâche, à savoir si StopCovid s‘appuiera ou non sur la plate-forme proposée par Apple et Google. La réponse est clairement négative :

C‘est la mission de l‘Etat que de protéger les Français, : c‘est donc à lui seul de définir la politique sanitaire, de décider l‘algorithme qui définit un contact ou encore de l’architecture technologique qui protégera le mieux les données et les libertés publiques. C‘est une question de souveraineté sanitaire et technologique. StopCovid sera la seule application totalement intégrée dans la réponse sanitaire de l‘Etat français. Cela ferme le débat.

Après avoir bombé le torse, Cédric O reconnaît à demi-mot être dans une impasse concernant l‘iPhone. L’application dans l‘état ne fonctionne pas correctement sur les terminaux d‘Apple. S‘il reconnaît avoir des discussions avec Apple pour que cette dernière réponde à ses demandes, il rappelle que les iPhone ne représentent que 20 % du parc français. Une manière de mettre la pression sur Apple et que l‘Etat pourrait très bien s‘en passer.

Reste que cette posture risque avant tout de mener StopCovid dans une impasse. Plusieurs arguments énoncés par le Secrétaire d'État chargé du Numérique ne tiennent pas la route. Dans la solution proposée par Apple et Google, l’algorithme de détection par exemple est laissé aux autorités sanitaires. Au final, cette polémique et le fait de proposer une mauvaise intégration sur l‘iPhone notamment risquent de freiner l‘adoption de StopCovid. Or, pour que cette solution porte réellement ses fruits, il est indispensable qu‘elle soit utilisée par une large partie de la population.

Interrogé sur le fait que cette application plonge le pays dans une société de surveillance, Cédric O se réjouit que le débat soit mis sur la table, estimant que Facebook ou Google nous tracent avec notre consentement. Mais les GAFA sont-ils les seuls à vouloir nous surveiller pour notre « bien » ?

avatar fransik | 

@Lirche

...non, je pensais au smartphone PasInventéEnFrance SE, fièrement propulsé par le meilleur OS mobile, Cocorico 19...

avatar byte_order | 

@fransik
> Et quel est ce smartphone français #01 que le monde entier s’arrache?

Cette capacité à oublier qu'il existe une distinction entre une marque et la plateforme ne cessera de m'étonner.

Le smartphone #1 dans le monde est sous Android. C'est pas une marque qui domine, mais la plateforme. Et pour les développeurs d'apps, c'est ça qui compte, pas le logo sur l'appareil.

avatar fransik | 

@byte_order

...pas d’amalgame ici.
Il n’y a pas de smartphone français.
Il n’y a pas d’OS français.
Et encore moins de #01 français...

avatar byte_order | 

@fransik

Ou avez-vous vu que la France voulait être souveraine en terme de smartphones !?
On parle ici d'une souveraineté sur des données sanitaires d'une partie de sa population.

L'amalgame, c'est vous qui l'avez fait, hein.

avatar fransik | 

@byte_order

...Cédric O avait déclaré à propos du développement de l’application pour smartphone:
"C‘est une question de souveraineté sanitaire et technologique".
Ce sont bien ses propos, pas les miens.

Et j’ai questionné avec une certaine ironie, pour savoir justement quel était ce smartphone français #01 de par notre beau monde...

Ensuite vous aviez précisé que cette supposée "capacité à oublier qu'il existe une distinction entre une marque et la plateforme" ne cesserait de vous étonner.

Mais nous savons tous, bien évidemment, que les OS mobiles représentant ±90-95% du marché mondial des smarphones ne sont pas codés en France mais chez Google et Apple.

Alors, évidemment, et vous en conviendrez sûrement, il n’y a pas de souveraineté technologique française possible sans smartphone français ni sans un OS mobile français, même si cela est très certainement regrettable.

In Fine, peu importe la marque, puisqu’elle n’existe pas.
Peu importe l’OS, puisqu’il n’existe pas.

Bien sûr j’aurais probablement pu m’exprimer plus clairement:
Peut-être aurais-je dû par exemple préciser d’emblée, qu’à mon sens, il ne peut y avoir de souveraineté sanitaire dans une crise mondiale alors qu’à peu près tout doit être importé puisque fabriqué dans des pays tiers.
Ou voulez-vous aussi aborder spécifiquement le logiciel avec les probables discussions du gouvernement avec Palantir?

Donc amalgame, clairement, il existe clairement de très nombreuses différences entre marques et plateformes, je n’ai jamais(!) prétendu le contraire, au plus j’ai illustré ma compréhension des propos de Cédric O.

avatar fransik | 

@byte_order

...Cédric O avait déclaré à propos du développement de l’application pour smartphone "C‘est une question de souveraineté sanitaire et technologique".
Ce sont bien ses propos, certainement pas les miens.

Et j’ai questionné avec une certaine ironie, pour savoir justement quel était ce smartphone français #01 de par notre beau monde...

Ensuite vous aviez précisé que cette supposée "capacité à oublier qu'il existe une distinction entre une marque et la plateforme ne" cesserait de vous étonner.

Alors, évidemment, vous en conviendrez sans doute, il n’y a pas de souveraineté technologique française que l’on puisse faire valoir dans le cadre du développement d’une application mobile sans smartphone français ni OS mobile français.
Peu importe la marque, puisqu’elle n’existe pas.
Peu importe l’OS, puisqu’il n’existe pas.

Peut-être aurais-je dû par exemple préciser d’emblée, qu’à mon sens, il ne peut y avoir de souveraineté sanitaire dans une crise mondiale alors qu’à peu près tout doit être importé puisque fabriqué dans des pays tiers.
Quand à l’aspect logiciel et la souveraineté sur les données, inutile d’évoquer en plus les discussions que Palantir aurait avec le gouvernement.

Donc amalgame, je donnais quand à moi simplement mon sentiment quand aux propos de ce monsieur à propos d’une application (probablement) mort-née.

avatar fransik | 

@byte_order

...Cédric O avait déclaré à propos du développement de l’application pour smartphone "C‘est une question de souveraineté sanitaire et technologique".
Ce sont bien ses propos, certainement pas les miens.

Et j’ai questionné avec une certaine ironie, pour savoir justement quel était ce smartphone français #01 de par notre beau monde...

Ensuite vous aviez précisé que cette supposée "capacité à oublier qu'il existe une distinction entre une marque et la plateforme ne" cesserait de vous étonner.

Alors, évidemment, vous en conviendrez sans doute, il n’y a pas de souveraineté technologique française que l’on puisse faire valoir dans le cadre du développement d’une application mobile sans smartphone français ni OS mobile français.
Peu importe la marque, puisqu’elle n’existe pas.
Peu importe l’OS, puisqu’il n’existe pas.

Peut-être aurais-je dû par exemple préciser d’emblée, qu’à mon sens, il ne peut y avoir de souveraineté sanitaire dans une crise mondiale alors qu’à peu près tout doit être importé puisque fabriqué dans des pays tiers.
Quand à l’aspect logiciel et la souveraineté sur les données, inutile d’évoquer en plus les discussions que Palantir aurait avec le gouvernement.

Donc amalgame, je donnais quand à moi simplement mon sentiment quand aux propos de ce monsieur à propos d’une application (probablement) mort-née.

avatar filou777 | 

STOP StopCovid 🤣

avatar showmehowtolive | 

Une blague depuis le début ce truc 😂😂😂

avatar Phiphi | 

« Dans la solution proposée par Apple et Google, l’algorithme de détection par exemple est laissé aux autorités sanitaires. »
C’est bien ce qui me semblait.
Sauf erreur de ma part la gestion des données aussi serait laissée aux autorités sanitaires.
Ce serait juste la génération des clef tournantes qui serait Apple/Google ainsi que leur captation par le Bluetooth. La liste des clefs tournantes émises et reçues serait conservée en local et charge à l’application d’en gérer la collecte centralisée ou délocalisée. Aucune données ne remonterait aux constructeurs si j’ai bien compris.

avatar max351 | 

@Phiphi

Il y a bien des données qui transitent sur leurs serveurs, mais lesquelles, je n'ai pas bien compris. Lis leur document officiel si tu le souhaites, il mentionne tous ces points.

avatar Phiphi | 

@max351

Ben j’ai essayé justement et je n’ai pas tout compris non plus mais c’est vrai j’ai oublié ce point très particulier. Je crois que c’est unique ment la liste des clefs déclarées contaminantes. Si c’est bien ça, le terminal d’un utilisateur qui se déclare envoie les quelques centaines de clefs générées les 10 derniers jours, sans aucune autre information qui permettraient d’en faire quoi que ce soit. Celles si alimentent juste une longue liste qui ne permets même plus de savoir d’où elles viennent. Régulièrement tous les terminaux enverraient une très longue liste de clefs récoltées, et recevraient en réponse si oui ou non il y a un match, mais cette requête ne serait même pas archivée. Donc oui il y a des données qui passent par les constructeurs, mais elles seraient absolument inutilisables directement.
D’ailleurs c’est très similaire à la solution ROBERT selon ce que j’ai compris, et c’est pourquoi le document « danger » de l’INRIA met l’accent sur le risque d’utilisation frauduleuse, non pas des données, mais des communications BT.

avatar Tatooland | 

Ce que je lis dans la section commentaire est tout simplement aberrant.
Replacez les choses dans leur contexte un peu:
D’un côté un état souverain et démocratique qui essaie de mettre en place une solution qui, in-fine, a pour objectif d’enrayer la propagation d’une épidémie (que se soit efficace ou pas c’est pas le sujet là). Et de l’autre une boîte privée, américaine, qui sous couvert de sécurité et de protection de la vie privée, refuse s’ouvrir sa machine, alors que c’est clair que c’est une mesure protectionniste et anti concurrentielle pour promouvoir Apple Pay et consort et bloquer toute forme de concurrence.
Donc on est bel et bien en face d’objectifs de business et de fric face à des objectifs de protection de la population.
La seule solution, face à un tel comportement, c’est de faire plier les entreprises sous le poids de la loi, et obliger une ouverture du Bluetooth (et du NFC d’ailleurs) par Apple.
Je trouve ça triste que certaines personnes aient plus confiance en une boîte privée américaine, plutôt qu’en leur propre gouvernement qui est (indirectement) élu par leur peuple. On serait en Chine, je dis pas... mais quand même, il y a du soucis à se faire quand on voit le degrés de fanatisme de certains fanboy.

avatar Nonome77 | 

@Tatooland

Ce n’est pas une question de confiance. J’ai confiance en notre gouvernement.
Maintenant il faut savoir utiliser les bons outils au bon moment. Ici Apple et Google proposent une API pour que ce type d’application puisse fonctionner correctement sur ces propres appareils mais le gouvernement n’en veut pas et exige au contraire que Apple s’adapte et modifie son OS uniquement pour la France. C’est ça que je trouve choquant.
Il est dommage de se retrouver dans cette situation juste à cause d’un ego patriotique alors qu’il existe des solutions simples et rapides à mettre en œuvre.

avatar SyMich | 

Il n'y a aucune modification nécessaire d'iOS. Il suffit d'être autorisé à utiliser certaines API privées (celles dont Apple se réserve l'usage) tout en acceptant de valider l'app sur l'AppStore.
C'est d'une autorisation exceptionnelle dont on a besoin. Pas d'une modification de l'os!

avatar StephanMart | 

@SyMich

De toute façon, Apple ne donnera pas cette autorisation d’utiliser l’API.

avatar Amnesiak | 

”un état souverain et démocratique” - qui tabasse et mutile ses manifestants - qui met en garde à vue une jeune femme qui critique le chef de l'état avec une banderole - qui envoie des hélicoptères de gendarmerie surveiller les plages et les forêts - qui gouverne le pays avec moins de 20% des votes - qui, en pleine pandémie pense à ses élections et à sa réforme (ultra démocratique) des retraites - qui ment et qui manipule - qui s'est déjà servi de la lutte contre le terrorisme pour lutter contre ses propres opposants - qui refuse en permanence le débat (d'ailleurs depuis le début de l'épidémie, c'est l'exécutif qui décide tout, le parlement a disparu) - etc - etc
Alors oui, je suis d'accord, c'est triste d'avoir davantage confiance en une boîte privée américaine, mais c'est vraiment très, très, très difficile d'avoir confiance en ce gouvernement...
(Sans compter que, comme l'ont remarqué certains autres commentateurs, les acteurs impliqués, de Cédric O à Cap Gemini en passant par Orange, ne sont pas connus pour être des lumières en ce qui concerne les applications mobiles, et un projet impliquant autant d'acteurs aboutit rarement sur un produit de qualité à la fin.)

avatar Tatooland | 

@Amnesiak

Oui enfin...
Je vis en Chine depuis pas mal de temps maintenant donc peut-être que mon prisme analytique est biaisé mais clairement tu sais pas ce que c’est la répression. Faut arrêter de s’inventer une vie ou on s’imagine être dans un pays en guerre ou réprimant les libertés quand la seule expérience qu’on a de ça, c’est les images de BFM. Ne pas faire de certains cas des généralités, surtout dans un monde ou maintenant L’Image choc et le cas particulier prévaut sur le global et la généralité.

avatar max351 | 

@Tatooland

La fameuse théorie du moins pire. Si on raisonne comme ça, alors la Chine actuelle est un paradis par rapport à celle de Mao Zedong, à ce qui se passe en Corée du Nord (en 2020), et on peut continuer comme ça pendant longtemps.
Bref, quand on parle de répressions, il y a évidemment des contextes à prendre en compte, mais la répression en France existe bel et bien et doit être condamnée. Je pense que c'était le message initial.

avatar pagaupa | 

@Tatooland

L’enfer est pavé de bonnes intentions...et ce n’est pas parce que le peuple chinois n’a rien vu venir qu’on est obligé de suivre le même chemin.
Perso, le crédit social ne m’inspire pas du tout! On en a deja assez ici avec nos assurances.

avatar pagaupa | 

Cedric O! Le cheval de troie de Samsung ! 😂

avatar DarKOrange | 

Combien va nous coûter le développement de cette application ? Pour quel résultat ? Quel RSI ?

avatar vince29 | 

> StopCovid est également développé avec plusieurs sociétés françaises dont Capgemini, Dassault Systèmes, Orange, Lunabee Studio (société qui édite de nombreuses apps mobiles) et Withings.

Ou quand le nombre de sociétés prêtes à facturer excède le nombre de développeurs réellement nécessaires au projet...

tous les jours
télécharger le fichier des nouveaux cas
comparer avec les ids rencontrés enregistrés
si correspondance
afficher alerte

toutes les 10 minutes
générer/stocker un identifiant aléatoire

toutes les secondes
interroger les BT à proximité pour obtenir les ids
les stocker (*)

à la demande
exporter la liste des ids créés

avatar pagaupa | 

@vince29

« Ou quand le nombre de sociétés prêtes à facturer excède le nombre de développeurs réellement nécessaires au projet... »

Ou quand ça se bouscule au portillon pour vendre son fichier de données...

avatar MiLe | 

Et pendant ce temps là, l’Allemagne abandonne la solution PEPP-PT et décide d’utiliser l’API Apple/Google.

avatar Clément34000 | 

@MiLe

Et oui, l’administration française et peut-être une histoire de sous derrière leur choix lol

avatar SyMich | 

Je n'ai pas de contacts au sein de l'équipe projet allemande, mais je n'ai pas entendu dire qu'ils aient choisi la solution Google/Apple. Qu'ils adoptent une solution plus "décentralisée" que le protocole Robert français, ne signifie pas qu'ils vont passer par Google/Apple.

avatar MiLe | 

@SyMich

Effectivement, Reuters Berlin, en date du 26 avril ne parle pas d’adoption de l’API Apple Google mais d’une décision qui rapproche de la solution décentralisée suisse DP-3T et de celle d’Apple Google.
Merci de votre commentaire qui m’a permis de ne pas m’arrêter à la lecture d’une information mal relayée par la presse généraliste et même spécialisée.

avatar WhiteRose | 

Vue la débilité de nombreux commentaire entre surveillance de masse et les inepties que vous écrivez dans le domaine tech, beaucoup ici ne sont que des Jean Kevin sans aucune connaissance dans le domaine, et qui se pensent meilleurs car vous avez réussi à installer VLC. Avoir des ampoules connectés ou se servir d’un NAS ne vous donne aucune expertises dans le domaine. Savoir que Raoul, commentateur MacGe, s’estime meilleur que des expert alors que le type range des rayons a Leclerc, c’est assez comique.

avatar Clément34000 | 

@WhiteRose

On est d’accord. Mais ça n’a rien voir avec ce sujet lol

avatar Florent Morin | 

20 % d’utilisateurs d’iPhone seulement.
Ce bon vieux biais. Si on parle de ceux qui utilisent des apps, les chiffres sont différents.

avatar vince29 | 

Qu'est-ce que vous voulez dire ?
Ce serait d'ailleurs plutôt 15%.

avatar Florent Morin | 

@vince29

Généralement, l’App Store représente 40 % du gratuit et 60 % du payant. En moyenne.

avatar vince29 | 

Oui. Et ?
200 milliards téléchargées en 2018 vous en tirez quelle conclusion ?

avatar BordelInside | 

Que si la sociologie des possesseurs d'iPhone, notamment dans leurs habitudes de téléchargement et d'utilisations, est très différente de celle des possesseurs de smartphones Android, il pourrait être idiot de se passer de 80% de 20% au profit de 5% de 80% (je donne des chiffres complètement au pif, hein, pas la peine de gnagnagna mes sources)

Juste dire 20% on peut s'en passer, c'est un peu court - oui, si une forte proportion des 80% restant utilise l'appli, sinon ça peut être une erreur de stratégie.

avatar vince29 | 

Gnagna tes sources. :)

> Si on parle de ceux qui utilisent des apps, les chiffres sont différents.

D'accord, alors quels sont ces chiffres ?
Quel pourcentage d'Android/iOS a 0, 5, 10 applications d'installées ?
Quel pourcentage des applications installées ont été utilisées au moins 1 fois dans le mois qui a suivi l'installation ?

avatar BordelInside | 

@vince29

Dans l'échantillon des gens que je connais et avec qui j'ai discuté smartphone (échantillon qui est, je te l'accorde, représentatif de que d'alle sinon des gens que je connais et avec qui j'ai discuté smartphone), les iOs ont systématiquement installé des jeux et des applis, les Android ont parfois installé des jeux.
(avec un bémol pour le Android aux smartphone le plus chers dont le comportement tendait à ressembler à celui des iOs)

Mais je ne doute pas un instant que ces choses-là aient été étudiées avant de partir dans le concours de bites auquel on assiste actuellement, afin d'agir au plus vite et au mieux du bien commun...

avatar debione | 

C'est assez comique d'entendre certains commentaires.
La récurrence de dire: J'ai choisi Apple et je jette tout Google, pour des raisons de confidentialité. Et quand on propose une application vraiment confidentielle, que même Apple ne saura pas de quoi il retourne, alors c'est de la merde....
La fameuse confidentialité à géométrie variable. On vous propose une application qui ne pourra pas être utilisée via le patriot act, mais non, on préfère une application ou un gouvernement pourra faire ce qu'il veut de ces données. On râle sur le fait que l'Europe n'a pas réussi a se positionner sur le marché, que l'on a tout laissé aux ricains et aux chinois, mais quand on propose un truc on entends: Ah non, mais moi je fais plus confiance à l'administration Trump qu'au conseil de l'Europe... On est pas a une contradiction près...

avatar Lirche | 

@debione

Content d’apprendre que Google et Apple appartiennent au gouvernement américain, merci de nous éclairer.

avatar debione | 

@Lirche
prend au moins une fois le temps de lire l'entièreté du patriot act, merci!

avatar Lirche | 

@debione

J’ai été volontairement provocateur, mais il suffit que les données des de tracking européen soir stocké sur des serveurs européens et tu n’as pas le soucis du Patriot Act.

Après justement, je suis moins inquiet sur la confidentialité si Apple/Google gère ça plutôt que l’état.
Déjà niveau sécurité et efficacité, on va dire pour raccourcir que le gouvernement ne sont pas connu pour la fiabilité de leurs apps.
Ensuite car la solution de Apple et Google s’appuie sur un système décentralisé (comparaison effectuée sur le smartphone) alors que StopCovid si adopte le protocole ROBERT ça sera du centralisé, ce qui est plus gênant pour moi.
Puis vu la quantité d’acteur sur le projet du gouvernement, j’ai bien peur que ces données partent un peu n’importe où

avatar ohmydog | 

@Lirche

Il te l’a ecrit ! Patriot Act !

avatar Lirche | 

@ohmydog

Comme je l’ai expliqué en dessous, si les serveurs sont situés en Europe, le patriot act n’a aucun poids ici

avatar webHAL1 | 

@Lirche

Si les serveurs sont opérés par une société américaine ou utilisent une technologie détenue par les États-Unis, le Patriot Act s'applique où que les serveurs soient situés dans le monde.

avatar jcp25 | 

@debione
...une application qui ne pourra pas être utilisée via le patriot act, mais non, on préfère une application ou un gouvernement pourra faire ce qu'il veut de ces données
--
Je vais être un peu hors sujet.
C'est la même chose avec cloud US ou cloud français.
Le choix est de mettre ses données sur un cloud US ou les services américains peuvent accéder aux données mais qui s'en moquent (petit français ou petite boîte française) ou sur un cloud français accessible par les services francais qui eux sont très intéressés.
Après chacun fait ce qu'il veut selon ses idées et ses notions de "privacy". Et accepte les conséquences !

avatar debione | 

@jcp25
Il n'existe pas d'équivalence au patriot act en France, ni en Europe d'ailleurs.
Ensuite si ils seront très intéressé par tes données, le jour ou tu fouleras leurs sols, ou un sol qu'il considèrent comme le leur, ou même si tu commences a commercer avec eux.

Franchement, pour une fois qu'il y a une bonne initiative du gouvernement français, c'est a dire de faire cela de manière a réellement respecter les règles de confidentialité...

Je pense que ce qui gêne le plus ici, c'est que l'on voit ce que l'enfermement dans l'écosystème d'Apple peut amener comme dérives.
Apple a largement les moyens de se conformer pour cette application, sans pour autant sacrifier leurs sacro sainte confidentialité. Ce que l'on peut en tirer comme leçon, c'est que les vies humaines pour Apple ne sont rien en comparaison de garder captif leurs clientèles. Après j'espère sincèrement qu'Apple va changer son fusil d'épaule, et nous prouver qu'ils agissent pour notre bien et pas uniquement pour leurs bien a eux.
Sinon, au prochain achat d'un smartphone il faudra se poser la question de savoir si on préfère sauver des vies ou pas!

avatar jcp25 | 

@debione

Tu serais étonné de savoir tout ce que peuvent faire les services francais et toutes les données qu'ils ont sur toi.
Les US s'en moquent complètement tant que tu ne rentres pas dans certaines cases.
La France à toujours été le grand specialiste du fichage !

avatar debione | 

@jcp25
Bah, je vis en Suisse, et je peux t'assurer que question fichage la France est petit joueur comparer (juste voir l'histoire des ... fiches justement suisse, toute ma famille a été fichée).
Sauf que... Je vis en Suisse, et que je peux agir dessus, par un engagement politique, par les votations etc etc. J'ai un levier d'action, même minime, mais il existe. J'ai quoi comme levier d'action contre Apple? J'ai quoi comme levier d'action contre les US? Si je vivais aux USA, j'aurais un levier d'action, mais en dehors rien, tu n'as aucune possibilité de quoique ce soit....
La preuve, quand l'histoire des fiches est sortie, on a pu avoir un impact dessus...

avatar jcp25 | 

@debione
La Suisse, je ne connais pas, mais votre vision de la démocratie et de la liberté est différente de la France. En mieux, je pense.
En France fichiers etc sont très secrets et compartimentés.
Cela c'est amélioré depuis mon époque grâce à diverses lois mais... Jusqu'à quel point, je ne sais pas.

avatar ohmydog | 

@debione

C’est extrêmement juste... quelqu’un avec un peu de reflexion, ça fait du bien

Pages

CONNEXION UTILISATEUR