Sony



HTC va accueillir PlayStation Mobile

Lors de sa conférence E3 d'hier, Sony a annoncé que HTC sera le premier fabricant de smartphones à rejoindre le programme PlayStation Certified.

Ce programme va permettre au constructeur taïwanais de rendre disponibles les jeux de la plateforme PlayStation Mobile — anciennement PlayStation Suite, Sony a renommé son service lors de cet E3 — sur ses terminaux.

PlayStation Mobile, qui était jusque-là cantonné aux téléphones du groupe nippon, permet d'acheter des jeux PlayStation adaptés pour les smartphones Android. La firme japonaise n'a pas donné plus de détails quant à cette certification. La date de disponibilité et les terminaux HTC supportés ne sont pas encore connus.

Il ne s'agit pas d'une grosse surprise, des rumeurs avaient déjà fuités dans ce sens il y a plusieurs mois (lire : Les appareils HTC pourraient obtenir la certification PlayStation).



Nouvel iPhone : Sony ferait partie des fournisseurs d'écrans

Selon le Taipei Times qui cite un analyste de IHS Displaybank, Sony a commencé la production d'écrans « in-cell » en février pour être en capacité de fournir Apple. Ces écrans prendraient place dans le nouvel iPhone.

Pour rappel, la méthode in-cell (ou in-cell touch) consiste à positionner les capteurs tactiles au même niveau que les pixels, ce qui permet de concevoir des écrans plus fins. Le gain d'épaisseur pourrait être de l'ordre de 0,35 mm (lire : Rumeur : comment Apple pourrait affiner l'iPhone 5).

Sony a récemment signé un accord pour fusionner sa production d'écrans de petite et moyenne taille avec deux autres fabricants nippons, Toshiba et Hitachi (lire : Sony, Toshiba et Hitachi forment le plus grand fabricant d'écrans LCD au monde). Un accord qui peut s'expliquer par la forte concurrence des fabricants sud-coréens et taiwanais — LG, Chimei Innolux... — chez qui Apple va justement se fournir en écrans Retina.

Chimei Innolux et AU Optronics seraient à la traîne concernant la production d'écrans in-cell face à leurs concurrents coréens et japonais. Un retard qui pourrait donc profiter en partie à Sony — Apple ne se fournit pas exclusivement auprès d'un seul fabricant.



Sony Music Unlimited arrive sur iPhone

Sony avait annoncé en début d'année que son service Music Unlimited, concurrent de Spotify, serait disponible sur iOS dans les prochains mois. L'application vient d'arriver sur l'App Store néozélandais et débarquera très prochainement dans les autres pays.

Il ne s'agit pas d'une application universelle, il faudra donc se contenter de la version iPhone sur l'iPad pour le moment.

Il existe deux types d'abonnements à Sony Music Unlimited. La formule Basique à 3,99 € par mois donne un accès limité au catalogue et aux Canaux (l'équivalent des radios sur Spotify) tandis que la formule Premium à 9,99 € offre un accès illimité à ces deux éléments. Il est possible d'essayer l'abonnement Premium gratuitement pendant un mois.

Les deux abonnements permettent d'accéder à son compte depuis plusieurs produits Sony comme les TV Bravia, la PlayStation 3, les ordinateurs Vaio...

Les services d'écoute de musique se multiplient ces derniers temps. Rdio [1.3.9 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – Rdio] a récemment fait son apparition en France (lire : Rdio est disponible en France) et Spotify [0.5.0 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – iOS 5 – Spotify Ltd.] a sorti une version iPad de son application.

[Via 9to5Mac]



Deux nouveaux docks enceintes Sony

Les CMT-V75BTiP et CMT-V50iP sont deux nouveaux docks pour terminaux iOS. Ce sont des enceintes qui utilisent une technologie de « fluide magnétique », une première au monde selon Sony.

Ces deux docks sont compatibles Digital Audio Broadcasting (radio numérique) et peuvent lire des CD ainsi que la radio FM/AM.

Le CMT-V75BTiP est capable de se connecter en Bluetooth aux appareils alors que le Sony CMT-V50iP est lui doté de ports USB. A priori, pas d'AirPlay donc. Sortie prévue de ces deux appareils à la fin du mois pour un prix non communiqué.

Tags: ,


Google TV : Sony se lancera en France en septembre

Sony lancera en France, en septembre, sa première offre Google TV. Cela se traduira par deux boîtiers externes, l'un étant muni d'un lecteur Blu-ray. Le ticket d'entrée devrait osciller autour de 200 à 300€ précise Stéphane Labrousse, le directeur marketing de Sony France dans une interview aux Echos.

En décembre dernier, Eric Schmidt avait tablé sur une présence massive de Google TV dans les catalogues de fabricants autour de l'été 2012. En novembre dernier, Logitech avait jeté l'éponge après le fiasco de la première mouture de ce système (et 100 millions de dollars engloutis en pure perte), mais Sony avait décidé de poursuivre l'expérience, rejoint par Samsung et LG.

Les box de Sony donneront accès à une centaine d'applications Android adaptées pour une utilisation sur un téléviseur et aux services de musique et de films de Google. La semaine dernière Google a ouvert en France sa section de location de films pour Android.

Sony a par ailleurs quelque peu revu certains aspects matériels comme sa télécommande, autrefois un énorme pavé rempli de boutons. Ils sont toujours là, mais le design a été modifié, avec une télécommande recto verso (le clavier est placé au dos) et la surface principale arbore une zone tactile pour la navigation. On pourra aussi piloter Google TV à la voix, via cette télécommande, explique Sony.

Une importante question subsiste, quel sera l'accueil fait par les chaînes de télévision à Google ? Aux États-Unis les principales chaînes avaient opposé une fin de non-recevoir à Google, asséchant l'offre TV juste après le lancement (lire La Fox bloque ses contenus sur Google TV). Car leurs programmes devenaient accessibles via Internet sur ces téléviseurs et au profit essentiellement de Google quant aux éléments publicitaires associés.

Sur le même sujet :
- Google TV : Logitech fait son mea-culpa

Tags: ,


Sony Xperia Sola : du tactile sans y toucher

La principale nouveauté du Sony Xperia Sola est son écran : d'une diagonale de 3,7" et d'une définition de 850x480 pixels, il a la particularité d'être doté de la technologie « Floating Touch » qui permet de le manipuler sans le toucher. Il suffit de passer son doigt à quelques millimètres au-dessus de sa surface pour pouvoir s’en servir comme avec un écran tactile.

Xperia Sola

En laissant son doigt quelques instants au-dessus d’un élément de l’écran, comme un bouton ou un lien URL, ce dernier sera sélectionné. Il faudra toucher réellement l’écran pour déclencher la sélection ou pour faire défiler une page. La technologie, tout aussi séduisante qu’elle paraisse, semble donc assez incomplète et pas toujours très cohérente. De plus, peu d'applications tirent parti de Floating Touch : seuls les fonds d'écran animés et le navigateur y répondent. Sony fournira néanmoins une API aux développeurs qui désirent l’utiliser dans leurs applications.

Le Xperia Sola utilise également abondamment la technologie de transmissions de données sans contact NFC, et est d'ailleurs fourni avec deux « SmartTags », des étiquettes qui permettent de préprogrammer une dizaine de fonctions (activer le module Wi-Fi du Sola, activer la fonction Bluetooth, lancer une appli…etc.). Modèle d'entrée de gamme, il est enfin doté d'un processeur double-cœur cadencé à 1 GHz, de deux capteurs dont un 5 MP / 720p à l'arrière, de 500 Mo de RAM et de 8 Go de stockage extensible par carte microSD. Livré sous Android 2.3 lors de sa sortie entre avril et juin, il sera mis à jour sous Android 4.0 cet été. Son prix est encore inconnu.



Sony : du Dual-Core optimisé plutôt que du Quad-Core

Sony devrait se tenir à l'écart en 2012 de la course sur le nombre de coeurs dans les smartphones. Stephen Sneeden, chef produit marketing pour la branche mobile, a expliqué à CNET que les quatre coeurs n'offraient pas encore assez d'avantages : «Nous irons sur du Quad-Core lorsque les performances ne seront plus obtenues aux dépens de la batterie.» Actuellement ce ratio ne serait pas favorable à l'autonomie.

Ce responsable prend soin toutefois de préciser qu'il exprime là son sentiment sur la question et que Sony fera ses annonces en temps utile. Mais il ajoute qu'il ne devrait pas y avoir de Quad-Core dans ces terminaux avant 2013, une fois aussi qu'il y aura des applications exigeant absolument cette configuration.

D'ici là, Sony va s'orienter sur des designs ARM de type Cortex A15 dont les deux coeurs peuvent tenir la dragée haute à des dérivés à quatre coeurs de l'architecture Cortex A9 (lire MWC 2012 : TI, Qualcomm et Nvidia présentent leurs puces ARM).

Ce postulat sur les quatre coeurs n'est pas partagé par tout le monde. Le salon de Barcelone a vu quelques fabricants, et pas des moindres, annoncer des téléphones à quatre coeurs, par exemple Huwai avec une puce maison, LG ou HTC. Sans oublier les rumeurs autour du prochain Galaxy S III. Nokia à l'inverse s'en tient à des versions Dual-Core.

Une fois ces appareils mis sur le marché, il conviendra de mesurer, par exemple avec l'autonomie, quelle est la part de marketing du "toujours plus, tout de suite" dans ce choix de motorisations à quatre coeurs.

Tags:


MWC 2012 : aperçu de la gamme Sony Xperia NXT

À l'occasion du MWC, Sony a présenté deux nouveaux Xperia, le U et P, qui rejoignent le S pour former la gamme NXT (prononcez « next »). Chacun de ces modèles dispose de fonctions uniques, mais l'ensemble forme une famille visuellement cohérente et intégrée à l'écosystème de produits du fabricant japonais.

MWC-2K12%201%20%284%29

Présenté lors du CES, le Xperia S est désormais disponible. Il est doté d'un processeur double-cœur 1,5 GHz qui rend Android 2.3.7 plutôt fluide et d'un écran 4,3" Reality Display offrant de belles couleurs et une définition 720p excellente auquel les jeux non-adaptés de la PlayStation Suite ne rendent pas justice. L'iPhone 4S est doté d'un capteur Sony 8 MP, ce Xperia d'un capteur Exmor R 12 MP : les images qui en sont issues semblent de bonne qualité, même si nous réservons notre jugement définitif puisque Sony ne nous a pas permis de récupérer les clichés en pleine taille.

MWC-2K12%202%20%284%29

Son petit frère le Xperia P possède un écran 4" 960x540 pixels « White Magic » proprement impressionnant : il est certes un peu moins défini que le Retina Display de l'iPhone 4S, mais offre un rendu magnifique (on a l'impression de regarder du papier glacé), des couleurs riches, des noirs profonds, et une luminosité forte mais pas agressive. Il est particulièrement lisible, même sous les forts néons du stand de Sony, sans pour autant consommer beaucoup plus d'énergie : le fabricant japonais n'a pas poussé le rétro-éclairage, mais ajouté un quatrième sous-pixel à la traditionnelle matrice RVB. Nous n'avons pas pu tester ses fonctions média-center ou station de travail (lire : MWC 2012 : toutes les annonces de Sony).

MWC-2K12%203%20%283%29

Le Xperia U, qui représente l'entrée de gamme avec son écran 3,5" 854x480 pixels, fait moins rêver, mais ne démérite pourtant pas avec son processeur double cœur cadencé à 1 GHz. Il présente de plus l'avantage d'être assez léger (110 grammes).

MWC-2K12%204

Plus amusant que ses grands frères et destiné à un public plus jeune, il possède une partie inférieure interchangeable. Sony fournit un « capuchon » supplémentaire dans la boîte, et proposera une gamme de couleurs en option.

MWC-2K12%205

Enfin, l'insert transparent signature de la gamme NXT est ici agrémenté de diodes changeant de couleurs selon le contenu affiché à l'écran ou prévenant de l'arrivée de nouvelles notifications.

Ces trois modèles sont livrés avec la dernière version d'Android Gingerbread, mais Sony promet une mise à jour vers Ice Cream Sandwich au deuxième trimestre — soit pour la mise sur le marché des Xperia P et U. La qualité de fabrication semble plutôt bonne, la construction unibody avec batterie scellée éliminant le risque de jeux d'assemblage (sauf sur le Xperia U, doté d'une batterie amovible). Le Xperia U est aussi le seul des trois à ne pas posséder une puce NFC, Sony proposant de petits badges sans contact auxquels on peut associer des actions : on pourra ainsi mettre un badge NFC dans sa voiture pour automatiquement connecter son Xperia au kit mains-libres et pour lancer le GPS d'un simple effleurement.

MWC-2K12%206

Les trois modèles de la gamme Xperia NXT partagent aussi un défaut, celui du placement des boutons Android et de leur fonctionnement. Les caractères indiquant leur placement sont gravés sur la zone transparente, qui est active sur le Xperia P, mais pas sur le S ou le U. Sur ces deux modèles, cette zone est purement esthétique et il faut en fait appuyer légèrement au-dessus, sur une zone capacitive.

MWC-2K12%207

Toute la partie inférieure du Xperia S est vide et purement esthétique. L'insert est réellement transparent et porte la légende des boutons capacitifs, signalés par trois petits points. L'ensemble est du plus bel effet, mais n'est pas toujours pratique à utiliser.

Bref, Sony présente une gamme cohérente, esthétiquement réussie et distincte de la masse. Pas sûr que cela suffise cependant : les Xperia n'ont jamais été de mauvais téléphones, mais n'ont jamais non plus percé. On comprend dès lors pourquoi le fabricant japonais compte lancer une campagne de promotion à très grande échelle mettant l'accent sur l'intégration des smartphones Xperia à l'écosystème Sony (télévisions, tablettes, PS3 et PS Vita).



MWC 2012 : toutes les annonces de Sony

Sony Mobile Communications tenait ce soir sa première présentation au Mobile World Congress sous son nouveau nom, quelques semaines après l'acquisition par Sony des parts d'Ericsson dans leur joint-venture. Une décision importante qui permet désormais au fabricant japonais de mettre en avant sa différence : il a adopté Android certes, mais il se distingue par l'intégration des services (musique, vidéo, jeux) et des appareils (TV, PC, tablettes, smartphones) de Sony. Kazuo Hirai et ses lieutenants ont ainsi présenté la gamme Xperia NXT Series de trois appareils.

Sony

Xperia S
Annoncé lors du CES, le Xperia S est désormais disponible (lire : Xperia Ion et S : Sony présente ses « premiers » Androphones). S'il se contente d'Android 2.3.7, il est doté d'un processeur double-cœur 1,5 GHz, d'un écran 4,3" Reality Display 1280x720 pixels, d'un capteur arrière Exmor R 12 MP, d'une puce NFC, et est certifié PlayStation Suite.

Xperia S

Il avait inauguré le nouveau design de Sony, plus carré avec un insert transparent en façade. Le Xperia Ion, déclinaison 4G LTE du Xperia S, sera disponible cet été.

Les tags NFC Sony à programmer, puis à utiliser avec les smartphones Xperia NXT.

Xperia P
Le Xperia P est très similaire au Xperia S (et se contente lui aussi d'Android Gingerbread), mais il est plus petit avec son écran 4" « White Magic » censé être parfaitement lisible en plein soleil. Il dispose d'une puce NFC et d'un capteur 8 MP.

skitched

À la manière du Motorola Atrix, il peut être connecté à un Smart Dock qui le transforme en média center, ou en véritable station de travail s'il reconnaît une souris et un clavier. Il sera disponible au milieu de deuxième trimestre.

skitched

Xperia U
Le Xperia U est une troisième déclinaison de la gamme, cette fois avec un écran 3,5", un processeur double-cœur 1 GHz et un capteur 5 MP. Il se veut plus amusant à utiliser : son insert transparent est agrémenté de diodes qui changent de couleur selon le contenu affiché à l'écran et s'illuminent pour prévenir de l'arrivée de nouvelles notifications, et le son est censé être « amélioré » par la technologie xLoud.

skitched

Le capot coloré sous cet insert sera interchangeable : il sera disponible de série en deux couleurs. Lancement au milieu du deuxième trimestre.

skitched

Une campagne de pub monstre
Cette gamme complète sera promue au travers d'une campagne de publicité de grande échelle, « la plus grande depuis des années pour Sony ». On serait très étonné que le « Beyond Smartphone » lancé par l'intervenant lors de la présentation ne soit pas le slogan officiel, conçu pour vanter l'intégration de la ligne Xperia à un véritable écosystème Sony. Une stratégie de promotion d'une marque connue et reconnue qui pourrait faire son effet…



Sony Ericsson publie (aussi) de mauvais résultats

Sony Ericsson a publié les résultats de son quatrième trimestre et ils font échos à ceux d'autres fabricants Android, pour ceux du moins qui traversent une passe délicate (lire HTC est lui aussi dans l'ombre de Samsung & Du mou dans les résultats de Motorola Mobility).

9 millions de téléphones ont été vendus sur ce quatrième trimestre, c'est 20% de moins comparé au trimestre équivalent de 2010 (11,2 millions) et -5% sur le troisième trimestre.

Mauvaise année 2011 aussi dans sa globalité puisque SE aura écoulé 34,4 millions de terminaux contre 43,1 millions en 2010. Pour donner un élément de comparaison, Apple a vendu 72,3 millions d'iPhone sur son année fiscale (elle est décalée d'un trimestre comparé avec celle de SE qui ici a pu comptabiliser les ventes de ce Noël).

Sony Xperia Play

Baisse aussi sur les ventes (1,3 milliard d'euros) pendant ce trimestre (-16% sur un an et -19% sur le trimestre précédent) et sur la marge qui perd 6 points d'une année sur l'autre et 3 points entre les deux trimestres. Cela se traduit au final par des pertes de 247 millions d'euros sur l'année 2011 après des bénéfices de 90 millions en 2010 (207 millions de pertes sur ce trimestre contre 8 millions de gains sur T4 en 2010).

La chute des ventes de téléphones classiques n'a pas été compensée à hauteur par celles des smartphones vers lesquels SE entend orienter ses efforts. Le constructeur dit avoir vendu à ce jour un total de 28 millions de smartphones de sa gamme Xperia.

Sony Ericsson met ces mauvaises performances sur le compte d'une concurrence « intense », des conditions micro-économiques et d'une difficulté d'approvisionnement en composants après les inondations en Thaïlande. Toutes choses qui n'ont pas gêné en revanche Samsung et peut-être Apple dont on attend les résultats la semaine prochaine… Des coupes dans les effectifs sont prévues dans le courant de cette année.

Enfin Sony Ericsson dit compter pour 10% du marché des smartphones Android et 7% en valeur sur ce trimestre (10% en volume et valeur sur l'année écoulée). Ces résultats sont les derniers pour la joint-venture, à compter de la fin du mois, Sony sera le seul maître à bord de cette activité mobile.

Sur le même sujet :
- Sony Ericsson n'est plus, vive Sony